Rayonnages

Inscription
Connexion

 fanfic  La terreur noire

~ Roger Collins ~
L’ombre qui vous suit

Poudlard, année 2038 de notre ère.


Collins arriva à la gare et retrouva toute sa clique. Stan, Fabio, Angelo et les autres étaient là. Leur wagon, réservé dans le Poudlard Express depuis leur première année, semblait les attendre paisiblement. Les jeunes gens s’installèrent dans un brouhaha habituel. Des rires, des poignées de mains et quelques tapes dans le dos furent échangées pendant que l’on portait les valises dans le compartiment prévu à cet effet, puis tout s’apaisa. Au fur et à mesure des années, leur petit groupe s’agrandissait. La première année, il n’y avait que Collins et Angelo. Stan s’était joint à eux l’année suivante et ainsi de suite. Les garçons n’avaient pas tous le même âge, mais un point commun les unissait : ils étaient tous chez les serpentards et avaient à cœur l’histoire de leur maison. Notamment une partie sombre : elle avait abrité les mangemorts. Certes, aujourd’hui plus personne ne parlait d’eux. Dès lors qu’ils étaient évoqués, les sorciers alentours s’offusquaient, les poils se hérissaient et les elfes de maison baissaient les yeux, comme soumis à un impérium…

Le groupe de jeunes avait toutefois une idée à cœur : celle de conserver, dans la maison de Salazar, un esprit malin et la perversion du serpent. Certes, ils ne donnaient pas dans la magie noire et dans l’occultisme profond. Ils ne parlaient pas non plus le fourchelang, mais, tous autant qu’ils étaient, ils croyaient à la supériorité des leurs et savaient se faire respecter. Collins était le premier à avoir instauré cette tradition. Un serpentard souhaitant rejoindre leur groupe devait prouver une chose : qu’il faisait honneur à l’esprit de Serpentard en étant respecté des autres élèves et en étant bien au-dessus du reste de la masse d’élèves. Chacun avait sa façon de le prouver, mais chacun des membres de ce wagon 131 du Poudlard Express avait sa part d’autorité au sein de Poudlard.

Collins était un grand blond de septième année. Il s’habillait souvent en noir et adulait les capes tombant jusqu’à ses pieds. Son regard clair était capable de transpercer l’âme de n’importe quel élève et, lorsqu’il regarda Rusard, celui-ci ployait sous sa volonté, le reste du temps, le concierge s’enfuyait dès qu’il le croisait. Sa force de caractère était telle qu’on le surnommait tout simplement « la terreur noire » ce qui le rendait personnellement très fier. Dès sa première année, il s’était fait du baron sanglant et de Peeves des amis formidables qu’il appelait souvent pour préparer de jolis coups à ceux qui méritaient, selon lui, d’être punis… Mais les fantômes n’étaient pas les seuls à s’être liés d’amitié avec Collins lors l’année de ses 11 ans. Angelo était également devenu le meilleur ami du jeune homme.

Angelo était un grand roux au style bien différent de celui de Collins. Il semblait doux et délicat de prime abord, portant des tenues colorées et une panoplie de bijoux exotiques – talismans culturels destinés à augmenter la grandeur de ses pouvoirs – toutefois, son regard était sombre et terrifiant dès lors qu’il se renfermait sur lui-même. En compagnie de Collins, il était toujours souriant et son visage s’illuminait d’un doux halot de sérénité, toutefois, dès lors qu’ils entraient en action pour l’un de leurs plans démoniaques, le jeune homme ne respirait plus l’allégresse, mais inspirait la terreur.

À peine un an plus tard, les deux jeunes hommes furent rejoins par Stan, aujourd’hui en sixième année, le jeune homme s’enorgueillie d’une tignasse noire en bataille. Ses tenues sont toujours impeccables et il est l’élégance incarnée tant dans ses habitudes vestimentaires que verbales. Jamais l’un de ses mots ne dépasse l’autre. Il est courtois en toutes circonstances et utilise son aisance orale pour blesser ses ennemis ce qui fonctionne à merveille. Stan est un garçon aux grands idéaux et lorsqu’on le voit se promener le soir dans le parc de Poudlard, son regard d’azur tourné vers le ciel, on comprend qu’un rêveur sommeille dans son cœur.

Au fil des ans, le groupe s’agrandit, embrigadant quelques âmes parmi les élèves des serpentards qui respectaient l’unique condition de regroupement. Aujourd’hui, les trois leaders cités supra restaient toujours plus unis et proches d’autant que cette année était leur dernière en trio. Dès l’an prochain, Stan reprendrait la flamme afin de faire perdurer ce groupuscule à l’influence gigantesque au sein de l’école. Toutefois, la fin de l’année était encore loin puisque celle-ci commençait à peine. Après un trajet reposant où chacun raconta aux autres ses vacances de la manière la plus lambda qui soit, au point qu’en les voyant ainsi, on aurait pu penser qu’il s’agissait d’une bande d’amis tout à fait ordinaire, le train arriva à destination. La première semaine à Poudlard était toujours la même, les garçons étaient souriants et généreux avec le reste des élèves. Tout ceci n’étant qu’une façade visant à percer leur défense pour mieux les écraser dans la poussière un peu plus tard.

Cette année-là, Collins se vit remettre l’insigne des préfets dès son arrivée à Poudlard ce qu’il accepta humblement alors que son corps tout entier n’attendait qu’une chose : exploser de joie tant ce pouvoir lui ouvrait de grandes possibilités. L’équipe dont il était le leader l’en félicita chaleureusement et on assista à une cérémonie de répartition habituelle. Quelques élèves issus d’autres écoles furent également répartis. De nombreux élèves de première année rejoignirent ainsi les rangs des serpents – ceux-ci avaient une chance d’échapper aux supplices infligés par les terreurs – tous les autres en revanche, se voyait automatiquement inscrits sur la liste des personnes à flageller en priorité. Si les premières années se comportaient correctement, il n’y aurait aucun problème… Arriva finalement le tour des changements d’école. Ils était une petite vingtaine cette année et la dernière – et la plus âgée – une jeune fille de seize ans aux teints mat attira l’œil de Collins qui, discrètement, se mit à rêver à quelque chose qu’il se serait interdit en temps normal… Son esprit priait pour entendre le choixpeau crier le nom des serpents et quelques instants plus tard, c’est ce qu’il fit.

La prénommée Rhéa Cristal s’installa donc à la table des serpentards, seule, entre une jeune fille de septième année que Collins ne reconnaissait que trop bien à sa chevelure rose et une autre dont il ignorait jusqu’à l’existence. Cette-dernière avait une longue chevelure noire et semblait plus petite que la métisse. Lorsque la cérémonie fut terminée, Collins dû regrouper les nouveaux afin de les conduire à la salle commune. Il leur fit alors faire un petit tour gratuit dans les sous-sols, les effrayant d’entrée de jeu en signalant clairement que cette partie de l’école était interdite, que des élèves étaient morts, s’étaient perdus à jamais ou grièvement blessés en s’y rendant sans accompagnants. Il nota dans un coin de sa tête ceux qui se comportaient de manière inappropriée d’après lui : faisant preuve de faiblesse, de terreur ou pire… Les cibles se dessinaient dans sa tête et, lorsque son regard se posait sur la sixième année qui avançait, le cœur léger, le regard agrandit par la curiosité et le nez au vent, le cœur de Collins ne pouvait s’empêcher de bondir dans sa poitrine. Son visage se renfrognait alors. Il ne pouvait pas ressentir de tels sentiments… Pas si vite, pas sans lui avoir parlé… pas… possible. Son esprit masculin identifia finalement ses battements de cœur à des pulsions de désirs bassement virils qui lui plurent et il se promit de capturer cette proie dans ses filets, plus tard…

Durant toute la première semaine, l’école respira la tranquillité sous un soleil d’été de moins en moins chaud. Tous les esprits semblaient insouciants et reposés… Mais la terreur n’avait pas encore commencé.

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

 fanfic  La terreur noire

La première semaine était passée et quelques élèves avaient été recrutés dans le groupe de Collins. En revanche de nombreux autres avaient été ciblés par le leader et le règne de la terreur ne tarderait plus à recommencer. Laissant Stan s'occuper des nouveaux venus et de leur formation, le blondinet, accompagné de son meilleur ami Angelo, prit la direction des sous-sols. Ses missions allaient commencer. Le jeune homme savait que les premières années avaient cours de potions et il décida de les perdre dans les méandres souterrains, les faisant passer par des salles toutes plus affreuses les unes que les autres.

Par moment, il oubliait quelque élève, l’enfermant volontairement dans des salles emplies d'ossements, de créatures ou de plantes désagréables. Suite à cela, il disait aux autres que le même sort leur arriverait s'ils ne respectaient pas la mémoire de Salazar ou leurs ainés Serpentards. Angelo passait derrière lui et libérait les prisonniers terrifiés, veillant tout de même à ce que rien de tragique ne leur arrive.

Il se souvint, d'avoir libéré, un an plus tôt, une jeune serpentarde nommée Élisabeth qui entretenait depuis lors un sentiment parfaitement abjecte envers Collins, comme de nombreux autres élèves, ce qui amusait beaucoup le rouquin. Jouant les sauveurs, il analysait les réactions des jeunes gens afin de voir s'ils avaient ou non retenu la leçon. Lorsque ce n'était pas le cas, il ne se privait pas pour les humilier à nouveau devant leurs petits camarades. Les plus intelligents comprenaient la plupart du temps qu'il fallait alors se moquer des élèves qui réagissaient mal et tout se passait bien...

Ce premier coup fut particulièrement réussit et un jeune garçonnet fit pipi dans son pantalon. Collins ne se priverait sans doute pas pour le lui rappeler toute l'année durant... Stan se chargerait sans doute des années suivantes. Suite à cette réussite notable, les septièmes années suivirent leur journée de cours habituelle et se plurent à démontrer leur supériorité scolaire et sociale à l'équipe de Jo Egger - un gryffondor grand et large, batteur de son équipe de quidditch qui ne réfléchissait pas beaucoup et cherchait sans cesse la bagarre.


« Salut Egger ! J'ai vu ta pom-pom girl ce matin... Elle m'a encore fait les yeux doux ! Si tu veux mon avis, elle finira dans mon lit ! »
Lança Collins en entrant dans le cachot de potions.

Son ennemi s'empourpra immédiatement et fulmina, prêt à lui rentrer dans le lard sur le champ. Son bras droit, Charly Longdon le retint, lui conseillant de l'ignorer, mais le grand gaillard répondit tout de même en criant à moitié :


« Collins... Quand je vais t'attraper tu vas manger par terre, ça tout le monde le sait, toi le premier et tu feras moins le fier... »


« Egger ! Moins 5 points pour gryffondor ! Ça vous apprendra à hurler pendant mes cours ! »
Répliqua immédiatement le professeur de potions, faisant revenir le calme au sein de son cours.

Roger et Angelo rirent beaucoup et, à la fin du cours, prirent à nouveau Jo à parti en se moquant du résultat de sa potion qui avait explosé.

« Eh, ça va faire 7 ans que tu traînes dans ce cours de potions et tu n’es toujours pas capable de compter le nombre de tours que tu fais avec ta cuillère ! Tu crois pas que ça tourne pas rond chez toi ? Remarque, le choipeau ne s’est pas trompé, il t’a envoyé chez les boulets ! » Chuchota Angelo en sortant de la salle.

Egger s’élança d’un bond vers le grand rouquin qui l’esquiva habilement, le laissant s’écrouler lourdement sur le sol froid du couloir.


« Ben alors Jo, qui c’est qui mange par terre dis-moi ? Et puis, comme un grand, hein, même pas besoin de t’aider ! Mais t’as bien raison, c’est là qu’est ta place ! » Rétorqua immédiatement Collins en bondissant au-dessus du corps large de son ennemi. « Allez les filles, occupez-vous bien de vos pissenlits, on a d’autres griffons à fouetter ! »

Sur ces mots, les septièmes années prirent la direction de leur cours de Défense Contre les Forces du Mal. Dans les couloirs, Angelo croisa la préfète des verts, une demoiselle à la longue chevelure rose et au teint clair. Il ne put s’empêcher de s’arrêter pour la saluer, effectuant une petite révérence et déposant un baiser sur sa main sous le regard noir de Collins. Le grand blond avait une profonde haine envers les gens mielleux et son camarade ne pouvait s’empêcher de s’étaler dans un romantisme à outrance dès qu’il croisait cette Victoria que Roger voyait d’un très mauvais œil. Ses manies et ses mimiques faisaient sombrer son bras droit dans la niaiserie la plus profonde…


« Bon Angel’, quand t’auras fini de jouer les paillassons, on pourra peut-être y aller non ? »
S’énerva Collins en laissant en plan son ami qui le rejoint quelques temps plus tard.

« Tu sais Roger, un de ses quatre, tu comprendras ce que c’est… »
Soupira simplement le jeune homme, comme sur un nuage.

Immédiatement, Collins s’empressa de lui octroyer un puissant coup d’épaule afin de le réveiller de sa transe et rejoignit son cours de Défense Contre les Forces du Mal en remerciant le ciel de ne pas lui avoir donné une personnalité aussi délavée par « l’amour ». Toutefois, deux heures plus tard, lorsqu’ils sortirent de la salle du premier étage, une jeune métisse croisa leur route, se dirigeant vers la grande salle afin d’y prendre son repas, sans doute. C’était elle… Celle qui avait fait réagir tout son être la veille, lors de la cérémonie de répartition… Il ne l’avait pas bizutée, il ne lui avait pas adressé un mot. En sa présence, il se trouvait simplement incapable de bredouiller le moindre mot. Instinctivement, il suivit cette chimère à la peau brune, faisant fi de ses camarades qui le rejoignirent en trottinant.


« Eh, attends-nous, qu’est-ce qu’il te prend… »
S’exclama alors Angelo, se demandant s’il lui en voulait encore pour sa réaction passée face à la préfète des verts…

Collins ignora la question de son ami et ce-dernier envia le grand blond et son insigne de préfet fixé sur la poitrine. Si seulement il avait été choisi… Si seulement ce petit badge ridicule brillait sur sa robe de sorcier, alors il pourrait voir Victoria plus souvent, assister avec elle à des réunions, peut-être même la croiser dans la salle de bain qui leur était réservée… Pensant à cela, il se perdit en pensées et on ne l’entendit plus de tout le repas. Pendant ce temps, le préfet au visage impassible se perdait en réflexions, échafaudant son plan d’action afin d’empoisonner cette sirène pour la déguster plus tard…

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~