Terrain d’entrainement

Inscription
Connexion

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Septembre 2042

PV. Rey Sifferlen


La batte s'abattit rageusement sur un énième Cognard. Il n'était pas rare de voir Tally Jenkins de si bon matin sur le terrain d'entraînement. C'était un peu son rituel. Rituel exutoire où toute sa colère tentait de se vider en frappant, encore et encore, l'inlassable balle. Munie d'une vieille batte, elle filait à travers les airs, pourchassant le Cognard ou se laissant pourchasser par celui-ci. Depuis sa convalescence forcée, elle avait tout perdu, son titre de Capitaine des Éclairs de Serdaigle jusqu'à sa place dans l'équipe. Cet état de faits la minait, la rongeait de l'intérieur. Elle évitait autant Peter Speculus que Lyn Felix, ses deux rivaux, voleurs de place.

C'était à cause d'un entraînement identique qu'elle s'était blessée. A force de pousser son corps à bout, il s'était brisé. Et même les soins sorciers n'avaient pu empêcher quelques mois à l’écart de son sport magique favori. Elle en avait broyé du noir... Des semaines durant. Voyant les Éclairs de Serdaigle se disputer la Coupe. Sans elle. Pourquoi ? Pourquoi la vie avait-elle été aussi injuste avec elle ?! Elle était faite pour ça, elle en était persuadée. Le Quidditch comptait bien plus que n'importe quel devoir à ses yeux. Elle avait vécu l'ambiance du terrain, la douleur de la défaite, les chaleurs des victoires, l'anxiété de monter sur un balai, les mains moites, les jambes flageolantes. Et, six mois plus tard, la chute. Un réveil en sursaut, une douche froide. De tout, elle était passée à rien. Enfermée dans son silence et murée dans son entêtement, elle avait regardé défiler le temps. Sans rien faire. Suivant vaguement les cours, s'acharnant vainement sur ses devoirs. Elle avait perdu quelque chose.

Alors, lorsque l'infirmière scolaire lui avait autorisé à remonter sur un balai, la vie avait repris des couleurs. Elle était prête à réintégrer l'équipe. A se remettre au Quidditch. A emmener les Éclairs le plus loin possible. Deuxième désillusion. L'équipe était pleine à craquer. De talents auxquels la jeune fille ne pouvait apparemment pas faire face. Soit. La colère était maintenant présente. Ils ne la voulaient pas dans l'équipe ? Très bien. Elle allait les forcer à la réintégrer. Leur montrer qu'elle leur était indispensable. C'était elle, la Batteuse des Eclairs. Mais ça, personne ne voulait l'entendre.

Son entraînement matinal était donc là pour y remédier. Elle se vouait corps et âme à son nouveau sport fétiche, espérant pouvoir réintégrer l'équipe au plus vite. Certes, elle avait eu des hauts et des bas mais, maintenant, elle voulait juste prouver qu'elle avait sa place au sein de cette fichue équipe. Et plus que sur le banc des remplaçants. Ce qu'elle voulait, c'était être titulaire.

Quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit s'approcher quelqu'un sur le terrain d'entraînement. D'habitude, l'heure si matinale refroidissait les élèves qui venaient un peu plus tard, au moment où Tally quittait le terrain. Elle frappa une dernière fois le Cognard, gardant un œil sur le nouvel arrivant. A vrai dire, elle espérait que se soit Lyn. Elle avait quelques mots à lui dire mais n'avait jamais eu le courage de les lui dire en face. Malheureusement, plus la silhouette approchait, moins celle-ci ressemblait à une jeune fille. Et, encore moins aux couleurs de Serdaigle. Dépitée, elle s'approcha tout de même du sol, afin de s'assurer que personne ne venait la déranger en plein entraînement.
Dernière modification par Tally Jenkins le 22 février 2018, 0 h 19, modifié 1 fois.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Rey rabattit sa cape contre lui en frissonnant. De si bon matin, il faisait un froid de canard mais il n’avait pas pu s’empêcher de filer de la salle commune mû par la curiosité. Lors de son voyage en train, un certain Wiliam Eonbarn lui avait affirmé que les balais volaient. Cela lui avait tout d’abord semblé absurde mais le garçon en parlait avec tant de passion qu’il ne pouvait mentir. Il avait d’ailleurs également évoqué le Quiddicth qui semblait être LE sport à Poudlard. Arrivé au château, le poufsouffle avait posé quelques questions à droite à gauche et il s’était vite avéré qu’il y avait un engouement particulier pour cette activité qui se jouait à califourchon sur des balais. S’il avait un peu compris les règles, il n’avait pas encore pu assister à un match, le prochain, opposant les Poufsouffles et les Serdaigles, n’aurait lieu qu’à la fin du mois. Et il n’avait pas pu sortir observer les potentiels joueurs qui aurait pu s’entrainer. Fichu éclabouille qui lui avait valu des rattrapages forcés jusqu’à maintenant.  Mais hier, en même temps qu’il nettoyait les catastrophes de son jeune chat dans la salle commune avec Eliott et Kiara, il avait décidé de rattraper le temps perdu ce weekend.

Il avait entendu dire que la plupart des joueurs se levait tôt pour pouvoir s’entrainer sans être dérangé par le reste des élèves. C’était donc tôt qu’il s’était levé. Alors qu’il avançait dans le parc en baillant outrageusement, il pria pour que l’information soit bonne. Son lit était son meilleur ami, d’autant plus les jours sans cours. Il lui avait fallu beaucoup de détermination pour le quitter. Si personne ne se trouvait actuellement sur le terrain, il se ferait un plaisir de faire regretter au petit malin de l’avoir embobiné. Mais alors qu’il s’approchait d’un grand terrain avec des anneaux placés à plusieurs mètres du sol, il aperçut une silhouette sillonner les airs. Un sourire satisfait étira les lèvres du garçon, il ne s’était pas levé pour rien.

Au fur et à mesure qu’il approchait, la forme se fit de plus en plus distincte et Rey put apprécier le balai aérien jusqu’à ce qu’un gros fracas le fasse sursauter. La personne sur son balai venait de frapper dans une balle qui semblait la prendre inlassablement pour cible. Et vu la vitesse à laquelle cette balle allait, le garçon était quasi-persuadé qu’elle pouvait faire de gros dégâts. Etait-ce qui s’appelait le cognard ? Les descriptions qu’il en avait eu allait dans ce sens. C’était effarant. Le joueur ou joueuse, d’ici le rouquin ne pouvait le déterminer ni même sa maison d’ailleurs, évitait avec aisance et grâce la balle folle ou la relançait dans des angles impossibles. Rey était impressionné et observait la scène avec de grands yeux. Soudain la chorégraphie et changea, l’élève semblait l’avoir vu arriver. Après avoir relancé la balle une dernière fois, la jeune serdaigle, le garçon n’avait plus de doute à cette distance, redescendit lentement vers lui, une batte dans la main. Le poufsouffle déglutit, il valait mieux ne pas trop la contrarier.

Alors qu’elle volait tout juste au-dessus de lui, il s’exclama :
- Tu es impressionnante ! Jusqu’à peu je ne savais même pas que les balais volaient et là je vois des figures géniales. Tu fais partie de l’équipe de Serdaigle ?

Rey lui lança un grand sourire. Pour être aussi douée, elle ne pouvait faire que partie des Éclairs. Venait-il de rencontrer la prochaine rivale d’Ambre Baxrendhel ?

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Non, ce n'était pas une farce, c'était bel et bien ce qui était en train de se réaliser. Quelqu'un approchait. Luttant contre le vent et le froid, quelqu'un s'approchait inlassablement du terrain d'entraînement. Tally plissa les yeux à plusieurs reprises espérant toujours pouvoir régler ses comptes avec les Éclairs. Virant le Cognard d'un coup sec, elle fit descendre son balai vers la silhouette. En approchant, elle remarqua que le jeune garçon appartenait à la Maison Poufsouffle. Camouflé sous sa cape, il la fixait. Que lui voulait-il ? Sur la défensive, la Serdaigle stoppa son balai, prêtant toujours une oreille attentive au Cognard qui n'hésiterait pas à leur foncer dessus. Alors qu'elle s'approchait à pas mesurés, le garçon l'apostropha.

En une seule phrase, elle passa par pléthores de sentiments différents. D'abord, il sembla impressionné et elle se sentie à la fois fière et gênée. Ayant l'habitude d'être seule, elle n'appréciait pas forcément être épiée durant ces instants. Puis, la compassions l'envahie. Elle non plus, quelques années auparavant, elle ne soupçonnait pas des balais qui volaient et n'imaginait encore moins un sport tel que le Quidditch. Depuis cette révélation, tout avait changé pour la jeune fille. Et, pour rien au monde, elle ne voudrait revenir en arrière. A moins que... Tally se prit un énorme coup de Cognard sur la tête. Non, non, la balle était pourtant lointaine. C'était l'autre jeune homme qui venait de le lui asséner. Évidemment, il ne pouvait pas savoir. Il venait d'arriver. Il ne connaissait même pas le Quidditch. Mais la fillette vit aussi rouge que ses cheveux. Elle continua sa descente, se rapprochant dangereusement de l'autre. Elle arrêta son balai à quelques centimètres de lui, ses yeux lançant des éclairs. Ne contenant que difficilement sa colère, elle lui cracha son venin à la figure.


« _ Qui est-ce qui t'envoie ? HEIN ? Qui est-ce qui a envie de m'humilier encore plus que je ne le suis déjà ?! »

Tally Jenkins se mit à voler en cercle autour du garçon. Il était forcément envoyé par quelqu'un. Quelqu'un qui lui voulait du mal. Qui avait envie de l'enfoncer plus bas que terre.

« _ JAMAIS ! Tu m'entends ?! Jamais j'abandonnerai ! Peu importe vos méthodes ! Allez tous au Diable ! »

Sur ces paroles acides, elle jeta un dernier regard froid au jeune homme, repris de la hauteur et de la vitesse. Elle leva sa batte, fronçant sur le Cognard, et frappa. D'une telle force rageuse que cela lui fit vibrer toutes les fibres de son bras gauche. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Voilà qu'on venait l'humilier même dans ses entraînements personnels. Elle n'en pouvait plus, elle allait craquer. Elle allait se briser devant ce mec qu'elle ne connaissait même pas. Avec qui elle venait d'être d'une injustice sans nom.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Au moment où il avait prononcé ses derniers mots, Rey sut qu’il avait fait une bourde. La décomposition progressive du visage de la jeune fille et la soudaine souffrance qui se peignit largement sur ses traits et qui se mua très vite en rage le fit paniquer, lui qui ne voulait faire de mal à personne. Sauf à ceux qui les visaient, ses amis et lui. Mais la Serdaigle ne lui avait fait aucun tort et lui, venait tout simplement de la faire devenir une furie enragée. Il sentit sa colère jusqu’à la moindre fibre de ses muscles et la vit dangereusement s’approcher, aussi menaçante que l’orage dans un ciel d’été.

« Qui est-ce qui t'envoie ? HEIN ? Qui est-ce qui a envie de m'humilier encore plus que je ne le suis déjà ?! »

- Per…Personne balbutia-t-il, complètement ahurie par la question virulente et absurde de la fille.

Mais ses paroles ne semblèrent même pas atteindre les oreilles de la joueuse, elle lui volait autour en faisant des cercles, tel un oiseau de proie. Toute tentative de fuite lui était impossible. Après un moment qui lui paru interminable et des dernières paroles enragées, elle reprit de la hauteur pour aller cogner le cognard. De là où il se tenait, Rey eut l’impression qu’elle s’était décrocher le bras tant elle y avait mis de la force. Il n’aurait pas aimé être à la place de la balle. D’ailleurs, que faisait-il encore là ? De toute évidence, il n’avait pas trouvé la bonne personne pour lui montrer les bases de ce sport. Alors qu’il pensait faire demi-tour et retrouver la chaleur de la si plaisante salle commune des Poufsouffles, l’éclat dans les yeux de la fille le retint. Même en hauteur, il pouvait le voir, le sentir, elle était au bord des larmes. A cause de lui ? En plus des émotions parasites qu’elle lui avait transmise et qu’il s’efforçait d’occulter, une vague de culpabilité bien à lui l’envahit. Il savait qu’il n’était pas directement responsable de l’émoi de la fillette, mais il venait de l’aviver. En bon poufsouffle qu’il était, il ne pouvait laisser les choses ainsi.

Avec un soupir, il couru vers ce qui lui semblait être le vestiaire. Par chance il était ouvert et il put facilement dénicher un balai. Il espérait de toutes ses forces que c’était bel et bien un balai volant, il n’y avait vraiment rien pour les distinguer d’un balai lambda pour faire le ménage. Il devrait penser à mettre des étiquettes au cas où des gens comme lui voudraient faire les malins. Parce qu’il n’était pas du tout convaincu de ce qu’il s’apprêtait à faire. La serdaigle pourrait très bien décider de lui envoyer la balle folle dans la tronche. Ou tout simplement il pourrait se briser la nuque en essayant de voler, lui qui n’y connaissait rien. Il était complètement fou. Mais ses émotions avaient toujours été plus fortes que sa raison. Un point commun qu’il avait peut-être avec les gryffondors.

Pas plus convaincu que ça, il s’avança donc au milieu du terrain et enfourcha le balai. Puis il attendit. Et attendit encore. Mais rien ne se passait. Il était censé faire quoi au juste pour s’envoler ? Crier une formule magique ? Caresser le manche ? Il essaya plusieurs trucs mais rien n’y fit, il resta cloué au sol. Peut-être qu’il avait pris un balai pour balayer finalement. Il leva un regard désespéré vers la fille en vol, ce n’était pas comme ça qu’il réussirait à la rejoindre.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Il était envoyé par quelqu'un de l'équipe de Serdaigle. Un Éclair avait décidé de lui mettre la misère, de la rabaisser et avait chargé ce Poufsouffle de le faire, incognito. Quant à savoir pourquoi le rouquin avait accepté, le mystère restait entier. Ou alors, le coup venait des Poufsouffle... Mais elle ne comprenait pas encore pourquoi. Dans tous les cas, il n'était pas là pour rien. La colère de Tally éclata d'un seul coup face à ces suspicions insoutenables. Pour évacuer sa haine, pour que sa colère s'échappe, elle rentra de plein fouet dans le Cognard, espérant lui faire du mal. Mais la balle n'était pas quelque chose de vivant. A peine repartie qu'elle entamait son chemin retour, filant, irrésistiblement, vers sa position. Les yeux humides, elle arma sa batte pour s'apprêter à frapper à nouveau. Elle cligna des paupières plusieurs fois avant de donner un coup dans le vide. Une larme glissa le long de sa joue, se refroidissant aussitôt à cause du vent. Au moment où le Cognard était à sa hauteur, déboussolée et anéantie sa batte passa à côté de la balle. Aussi surprise que déçue, Tally se jeta sur le côté pour l'esquiver, se retrouvant alors en cochon-pendu sur son balai.

« _ 'chier ! » murmura-t-elle entre ses lèvres.

Elle serra fort ses yeux, espérant arrêter le flot de larmes et tentant de remonter sur son balai malgré ses membres flageolants. Heureusement, elle remarqua que le garçon avait disparu. Sa colère avait dû avoir raison de lui. Elle l'avait donc fait fuir... Plus que ça, peut-être qu'il était innocent, après tout. Elle fût ramené à la réalité par le bruit incessant du Cognard qui fondait sur elle. Sérieusement ? Au prix d'un effort surhumain dont elle ne se sachait même pas capable, elle se redressa sur son balai, évitant ainsi de justesse le Cognard qui, rageur, fit demi-tour aussitôt. Mécaniquement, Tally chercha sa batte, elle resserra son poing et se rendit compte que sa main était vide...


« _ Hein ?! »

Pendant une seconde, elle se retrouva face au Cognard, totalement vulnérable, un bras vide en l'air. Un battement de cil et elle baissait la tête dans un dernier espoir de ne pas s'en prendre un en pleine figure. Elle se préparait au choc mais le Cognard passa à quelques centimètres de son oreille droite. Un Cognard ne rate jamais sa cible. Elle n'était simplement pas sa proie. Faisant volte-face, elle remarqua que le Poufsouffle était revenu sur le terrain, un balai entre les jambes. Il ne bougeait pas. Tally paniqua. Elle allait faire une victime ! Son pouls s'accéléra subitement. Elle descendit en piquée vers le jeune homme, espérant que celui-ci décolle et qu'il magne son cul.

« _ BOUGE DE LA ! » S'égosilla-t-elle.

Mais le Poufsouffle ne semblait pas enclin à éviter ce Cognard, juste en décollant du sol. Et, il n'avait pas pris de batte. La Serdaigle repéra son arme, elle avait chuté bien trop loin pour aller la récupérer... Plongeant sur son balai, elle piqua pour rattraper le Cognard et lorsqu'il fut assez rapproché du sol, elle s'éjecta de son balai pour plaquer la balle au sol. Sa chute dura une éternité, elle fila à quelques millimètres du Poufsouffle et s'écrasa au sol dans un roulé-boulé. Le choc fut rude et elle lâcha un
« Outch » tout en plaquant le Cognard contre le sol. Elle avait réussi à sauver le gars. Pour l'instant.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Tandis que Rey regardait en l'air dans l'espoir d'une réponse magique, il vit la mystérieuse joueuse lui foncer dessus à pleine vitesse. Elle sembla lui hurler quelque chose mais il n'entendit rien d’autre qu'un son étouffé, comme si elle parlait à travers un coussin. Sans doute le vent qui qui emportait ses mots au loin. Mais le garçon n'avait pas besoin d’entendre quoique ce soit, il était tétanisé. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire pour qu'elle veuille à ce point le martyriser ? Mais une fraction de seconde plus tard, il comprit son erreur. Ce n'était pas de la colère qu'il pouvait lire sur son visage mais une vive inquiétude. Et ce n'était pas lui qu'elle poursuivait mais le… cognard ?! Qui fonçait droit sur lui !!

- Oh Merlin ! Décolle, décolle, décolle ! Mais qu’est ce qu’il te faut, bordel !! Cria Rey au balai, complètement paniqué.

Mais il s'agita sans succès, ce fouttu balai ne voulait pas bouger. Dernière solution courir à toutes jambes mais a peine l'idée lui eut franchi l'esprit que c'était déjà bien trop tard. La balle brune était beaucoup trop rapide, elle était quasiment sur lui. Courir n'aurait servi à rien. En ultime protection, il couvrit sa tête de ses bras, ferma les yeux et serra les dents dans l’attente du choc. Il compta les pulsations de son cœur, il savait qu'à la prochaine l'impact serait violent. Il sentit une bourrasque le frôler… et puis c'est tout. Trois battements de cœur plus tard, il ne s'était toujours rien passé. Avec prudence, Rey entrouvrit ses bras et ne vit rien devant lui. Cependant, il entendit distinctement des bruits de lutte derrière lui.

Le rouquin se retourna vivement et écarquilla les yeux d'étonnement. La Serdaigle écrasée dans l'herbe luttait farouchement avec le cognard, tentant tant bien que mal de le maintenir au sol. La bataille était féroce et Rey ignorait combien de temps elle réussirait à tenir ainsi. Son premier réflexe fut de crier à l'aide mais c'était complètement inutile. Il n'y avait que des fous pour se lever aussi tôt un weekend. Sa panique qui avait à peine redescendu d'un cran en constatant qu'il n'avait rien remonta en flèche.

- Qu’est-ce que je dois faire, qu’est-ce que je dois faire, marmonna-t-il. Mais qui a eu l'idée d'inventer ce truc monstrueux ?! Finit-il par s’énerver au comble du désarroi.

C'est alors qu'une masse dans l'herbe attira son attention. Un espoir ? Sans plus réfléchir, il courut dans sa direction et découvrit la batte qui avait dû échapper aux mains de sa propriétaire tandis que lui-même tentait vainement de faire voler ce balai inutile. Il s'en saisit et retourna sur le lieu du carnage. La jeune fille continuait de lutter férocement. Quel courage ! Quelle folie ! Mais qui c'est qui avait inventé cette chose diabolique, par Merlin ?! Ils sont complètement fous ces sorciers, pensa Rey.
Il savait ce qu'il lui restait à faire. Il se mit face aux lutteurs, écarta un peu les jambes et arma son bras. Ça devait être un peu comme le Baseball, il suffisait juste de frapper la balle correctement. Sauf qu'il n'avait jamais joué au Baseball. Ni à tout autre sport qui consistait à frapper une balle avec autre chose que ses pieds. Ah si ! Les raquettes de plages ! Mais Rey imaginait mal comment ça pourrait l'aider. Mais il n’avait franchement pas le choix.

- Vas-y, lâche la balle ! Je suis prêt ! Dit-il, alors qu'il n'était pas prêt du tout et qu'il voyait pour la deuxième fois en quelques minutes sa dernière heure arrivée.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Un réel combat s'était engagé. Tally Jenkins avait sauté de son balai. A ce moment là, une seule chose comptait véritablement : éviter de faire une victime inutile de ses conneries. Il n'avait pas semblé très coopératif, si bien qu'elle avait du prendre les choses en main en se jetant de son balai pour immobiliser momentanément le Cognard. Évidement, elle avait l'habitude de le frapper avec sa batte. Son bras entraînement une force synthétique assez puissante, elle ne se rendait que rarement compte de la réelle force vivace qui habitait ces balles folles. A ce moment là, elle pouvait dire qu'elle la sentait, cette force.

Recroquevillée contre elle-même, elle luttait au corps à corps pour éviter que la balle ne s'échappe. Celle-ci se démenait comme un diable prêt à sortir de sa boîte. Le Cognard voulait s'échapper à tout prix pour foncer sur le Poufsouffle mais, jusqu'ici, Tally l'empêchait de s'en approcher. Elle tentait tant bien que mal de tenir la balle contre son torse pour éviter de mauvais coups. Malheureusement, le Cognard avait assez de force pour tirer sur les bras de la fillette et foncer de plein fouet dans son thorax. A chacun de ces mouvements, Tally en avait le souffle coupé, prête à lâcher ce maudit truc.

Parfois, elle levait un œil, pour s'enquérir de l'état du garçon. Celui-ci, après avoir été figé pendant plusieurs secondes, sembla d'abord paniquer dans des murmures qui ne parvinrent pas jusqu'à l'oreille de la Serdaigle et, finalement, il se mit à courir dans la direction opposée, au grand désarrois de Tally. « Sérieusement ?! » Lâcha-t-elle entre ses dents. Elle le sauvait d'un Cognard dans la tête et c'était ainsi qu'il la remerciait ?! Une nouvelle vague de rage la submergea et elle parvint à tenir le Cognard contre l'herbe du terrain d'entraînement. Quand elle osa relever le regard, elle se rendit compte que le garçon était en train de courir à toute vitesse vers sa position, sa batte à la main. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, pas si couard finalement, pour un Poufsouffle.

Légèrement essoufflé, il se présenta devant elle et annonça qu'il était prêt. Il était bien arrimé sur ses jambes et n'empoignait pas si mal la batte, aucune raison que cela se passe mal. Le Cognard rappela à Tally qu'il était toujours enfermé par ses bras en effectuant une énorme poussée. La Serdaigle, à bout de forces, lâcha la balle qui s'envola en une fraction de seconde. Elle n'eut même pas le temps de relever les yeux mais le bruit mat de la batte frappant la balle lui apprit que le jeune homme avait atteint sa cible. Elle poussa un léger soupir de soulagement. Avec quelques difficultés, elle remonta sur ses jambes, préférant oublier les douleurs qui lui traversaient tout le buste. Elle visa du regard le Cognard qui s'était bien éloigné, sûrement pour revenir avec toujours plus de vitesse.

« _ Waouh. Pas mal ! » Dit-elle. Elle se retint d'ajouter « pour un débutant » mais cela aurait été injuste. Car, selon toute vraisemblance, il l'était.

Elle passa une main dans ses cheveux pour essayer de laisser échapper la sueur de son front et elle fixa le petit point, au loin.

« _ Mais il va revenir... C'est la loi du Cognard. » Elle avisa la batte qu'il tenait toujours en main et lui annonça : « C'est notre seule arme face à ce truc. » Elle posa ses mains sur ses hanches, hésitante. « Désolée... pour tout à l'heure. Je ne voulais pas t'agresser... Enfin... Bref. J'étais un peu remontée. » C'était pas faux, juste vague.

Elle sortit sa baguette et prononça la formule pour faire venir une autre batte qui atterrit à ses pieds. Elle en profita également pour rapprocher la malle qui contenait le reste des balles de Quidditch.

«_ Tu viens apprendre à jouer au Quidditch ? » A vrai dire, c'était plus une affirmation qu'une véritable question. Il n'y avait pas d'autres raisons pour que quelqu'un se lève aussi tôt et choisisse d'aller chercher un balai plutôt que de fuir à toutes jambes au moment où elle l'avait violemment agressée. Tendant soudainement une main devant elle, elle se présenta.

« _ Tally Jenkins, ancienne Capitaine des Éclairs de Serdaigle. Je peux te donner quelques conseils, si tu veux. » Il n'y avait plus de rancœur dans sa voix, juste une volonté d'aider.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Il n’y avait pas cru et il n’y croyait toujours pas. La Serdaigle avait écarté les bras, la balle s’était élevée et Rey avait frappé. Il avait bandé ses bras, prêt à cueillir le cognard avec toute la force qu’il possédait. Il ne s’attendait même pas à réussir. Mais voilà que la balle était belle et bien partie au loin. Rey se massa l’épaule. Ce machin avait une sacrée puissance, s’il s’y attendait quelque peu, il n’imaginait pas tant. 

« Waouh. Pas mal ! »

L’interjection le fit sursauter et il se tourna les yeux ronds vers la jeune fille qu’il n’avait pas vu se relever. Elle était essoufflée mais sa colère semblait s’être volatilisée. Pouf, envolée comme le cognard. Maintenant qu’elle était descendue de son balai, elle lui paressait un peu plus frêle que ce qu’il pensait. Mais le garçon se méfiait. Il fallait une sacrée force pour renvoyer la balle folle.

« Mais il va revenir... C'est la loi du Cognard. »

- Hein ?! s’étrangla Rey, pas du tout rassuré à cette idée.
 
« C'est notre seule arme face à ce truc. »

Rey pencha la tête vers ses mains et contempla le morceau de bois censé leur sauver la vie. Il se sentit brièvement l’âme d’un héro avant de se souvenir de la monstruosité de la chose qui les prenait inlassablement pour cible.

« Désolée... pour tout à l'heure. Je ne voulais pas t'agresser... Enfin... Bref. J'étais un peu remontée. »

- Ça ne fait rien, tu as surement tes raisons, répondit-il, plus préoccupé par l’agression de la balle que de celle de la Serdaigle. Cela le troublait au plus haut point.

Rey vit la balle entamer un grand arc de cercle au loin, probablement pour entamer sa nouvelle course poursuite contre eux. Soudain, il eut l’impression que la batte lui brulait les doigts et il voulut précipitamment la rendre à la joueuse, trop pressé de se débarrasser de ce rôle dangereux mais celle-ci avait déjà dégainée sa baguette pour en faire venir une nouvelle à elle à son plus grand désarroi. Une malle se joignit à leur attirail et il l’observa avec curiosité mais méfiance. Contenait-elle d’autres balles folles ?

La question de la jeune fille le pris un peu dépourvu. En réalité, il était surtout venu pour voir voler un balai. Le Quidditch était le bonus, la cerise sur le gâteau. Quant à apprendre à y jouer, il ne l’avait pas du tout envisagé. Comment aurait-il pu, lui qui découvrait tout juste l’étendue de la magie et ses nombreuses possibilités ? Il allait lui répondre qu’elle se présentait déjà, lui tendant la main. Rey la saisit en jetant un œil par-dessus son épaule pour jauger l’avancer du cognard. Ce dernier avait entamé son chemin de retour et il grossissait à vu d’œil.

- Enchanté, moi c’est Rey Sifferlen. En réalité, je n’avais même pas envisagé apprendre le Quidditch, dit-il le plus honnêtement du monde, on m’a dit que les balais volaient et je voulais déjà absolument voir ça. D’ailleurs, je serai heureux que tu m’apprennes à faire décoller ces fichus machins pour pouvoir déguerpir au plus vite, cette balle complètement folle est train de revenir à pleine vitesse, ajouta-t-il le ton qui masquait à peine son angoisse.

Avec un sourire crispé, il lui désigna d’un coup de menton la balle qui n’était plus qu’à quelques mètres.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

La panique qui se lisait de plus en plus sur le visage du Poufsouffle amusait Jenkins qui était un peu plus habituée à voir le Cognard revenir inlassablement vers sa position d'origine tout en ayant une victime dans sa ligne de mire. Elle en oubliait même parfois que certaines personne n'étaient pas au fait des pouvoirs du Cognard ce qui avait l'air d'être le cas pour ce pauvre garçon. Même si cela ne l'avait pas empêché de frapper vaillamment la balle avec une batte qu'il n'avait jamais du tenir dans sa vie. La Serdaigle ne pouvait que lui être reconnaissante, certes, elle lui avait légèrement sauvée le cerveau mais il l'avait également protégé d'un certain nombre de bleus au thorax et, mieux que ça, il avait décidé de la pardonner de ses paroles agressives et injustes. A sa place, Tally serait montée sur ses grands chevaux et aurait déserté l'endroit. La sympathie des Poufsouffle n'était décidément pas à prouver. La Serdaigle s'en retrouvait soulagée et un poids s'estompa. Elle se décida finalement à se présenter en tendant une main au jeune homme. Évidement, elle n'avait pas oublié le Cognard et se rendait bien compte que lui non plus, il reviendrait en temps et en heure et Tally saurait le réceptionner.

Rey, puisque c'était son nom, se présenta à son tour, il avoua ne pas même savoir faire décoller un balai. Elle s'était donc un peu emballée. Le Quidditch n'était pas pour tout de suite... La fillette réprima un sourire, quelques années auparavant, elle avait été exactement dans la même situation. Finalement, elle s'y était rapidement faite, obtenant même le titre de Capitaine d'équipe à la fin de sa Première Année. Elle était loin de se considérer comme une joueuse douée mais elle avait confiance en ses capacités. Apprendre donc à faire voler un nouveau ne devrait pas lui poser plus de problème que ça.

« _Marché conclu ! Et elle lui adressa un petit clin d’œil. Baisse-toi ! »

Pendant que Rey s’exécutait, le Cognard fila sur leur position. Tally étouffa un léger cris lorsqu'elle le réceptionna dans ses bras. C'était déjà la deuxième fois aujourd'hui qu'elle enfermait un Cognard. Ceux-là n'aimaient guère être dérangés dans leur vol mais la jeune fille n'était pas motivée par le fait d'apprendre à un Première Année à voler poursuivit par un Cognard. Il y avait des solutions plus pédagogiques. Elle traîna donc la balle folle jusqu'au coffre pour l'y enfermer. Une fois que cela fut fait, elle se frotta les mains, une bonne chose de faite. Le terrain était maintenant parfaitement dégagé. Elle déposa un balai aux pieds du Poufsouffle.

« _ Bon, il va falloir commencer par le commencement. Ça va bien se passer. A vrai dire, Tally ne savait pas trop comment guider son "élève" et se questionnait sur la meilleure marche à suivre. Il faut voir ton balai comme ta baguette. Si tu es capable de sentir le potentiel magique de ta baguette, il faut que tu arrives à sentir également celui de ton balai. Parce que, tu te doutes bien, ce n'est pas un balai ordinaire. C'est un balai magique, ensorcelé pour pouvoir voler. Elle fit une pause et se força à se remémorer son premier vol. Il avait finit dans un arbre près du lac. Mauvaise idée. Elle secoua la tête. Il y a un mot magique à prononcer pour entrer en symbiose avec ton balai. Parce qu'il faut qu'il t'accepte. Certes, c'est loin d'être aussi fort que ton lien avec ta baguette mais il doit sentir que tu es prêt à lui offrir un peu de toi. Tally avait du mal à exprimer ce qu'elle ressentait. Voler, c'était un peu une délivrance, un cadeau, elle avait toujours été reconnaissante envers cet objet magique. De ce fait, elle avait du mal à mesurer la confiance qu'elle lui accordait et à comprendre les véritables liens qui pouvaient se créer entre un balai et son cavalier. Essaie de prononcer "Debout" en plaçant ta main au dessus du manche du balai. Si tu as réussi à percevoir son potentiel et que tu parviens à lier ton pouvoir magique au sien, il va comme "t'accepter" et monter jusqu'à ta main. »

La Serdaigle ne parvenait pas à savoir si il était prêt à accepter ses paroles ou s'il la prenait juste pour une folle ou une originale. Peut-être aimait-elle trop les balais au goût du jeune garçon ? Elle se renfrogna, c'était une passion comme une autre ! Plutôt que de tergiverser sur ce qu'il pouvait bien penser d'elle, elle se décida à montrer l'exemple. Elle posa son propre balai à terre, leva sa main gauche au dessus du manche et vida son esprit. Fermant les yeux, elle se força à se concentrer, à visualiser la représentation du potentiel magique qui l'entourait. Elle ressentait le sien mais également celui de Rey à côté d'elle. Il ne faisait aucun doute qu'ils étaient sorciers tous les deux. Focalisant ton attention sur le balai elle ressentit émaner quelques filaments magiques de ce corps de bois. Évidement, c'était ténu et si faible qu'il fallait se forcer à s'y raccrocher avant de prononcer...

« _Debout ! »

Avant même qu'elle n'ait rouvert les yeux, le balai avait filé dans sa main. Elle en était loin d'être à son premier essai. Au début, cela avait été beaucoup plus difficile, elle mettait parfois des dizaines de minutes avait qu'il ne daigne s’intéresser à elle. Et elle, à lui. Parfois, dans des mauvais jours, elle forçait simplement le balai en le récupérant à la main. Même si elle percevait ça d'un mauvais œil, elle était parfois trop indisposée pour entrer en communion avec l'objet magique.
Tally se tourna vers Rey pour lui prodiguer ses derniers conseils.

« Vas-y, essaie. Concentre toi au maximum, comme si tu voulais lancer un sort. Sauf que, cette fois-ci, tente de visualiser le balai qui monte dans ta main. Le "truc" n'est pas forcément facile à trouver, mais quand ça sera fait, tu n'auras plus beaucoup de difficultés à les faire venir à toi. »
Et elle s'écarta légèrement pour laisser de l'espace au Poufsouffle. Elle l'encouragea d'un regard et d'un signe de main puis, elle se fit plus discrète.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Rey fut ravi de l’accord qu’il venait de passer avec Tally. Après tant de temps à rêver de cette aventure, il allait enfin pouvoir voler dans les airs. Bien entendu, il n’avait pas imaginé être poursuivie par une balle folle capable de lui fracasser tous les os du corps. Envisagé de ce point de vue, c’était tout de suite moins merveilleux. Lorsque la jeune fille lui ordonna de se baisser, le garçon ne réfléchit pas au pourquoi et s’exécuta immédiatement. Grand bien lui fit, le cognard était déjà sur eux et la jeune Serdaigle réitéra sa prouesse précédente, elle le réceptionna dans ses bras. Un peu perdu par cette nouvel emprisonnement dangereux, Rey se redressa et observa la joueuse se déplacer difficilement vers le coffre. Le cognard semblait doué d’une conscience et en cet instant, il disait clairement : « Lâche-moi, je vais te massacrer ». Le poufsouffle frissonna et soupira de soulagement lorsque le monstre disparu dans la malle. Il se sentait tout de suite plus en sécurité.

Tally déposa un balai à ses pieds et lui donna des instructions qu’il écouta attentivement. Elle semblait si à l’aise qu’il était étonné qu’elle ne soit que l’ancienne capitaine et pas l’actuelle, ni même joueuse de l’équipe mais au vu de sa précédente réaction, il se garda bien de lui poser la moindre question. Dans tous les cas, ça semblait être une histoire douloureuse. Ressentir la magie de son balai. Voilà qui lui semblait vraiment saugrenu mais soit. Il ne pouvait pas nier qu’il avait une connexion avec sa baguette alors pourquoi pas avec un balai. Il observa longuement l’objet à ses pieds, tachant de percer tous ses mystères. Mais ce n’est qu’en fermant les yeux qu’il commença à ressentir un petit truc, juste une impression vague qu’une aura magique étendait de fins tentacules vers lui. Ce n’était pas transcendant, mais c’était déjà mieux que rien.

A la mention d’un mot magique, le rouquin releva la tête. J’en étais sûr ! pensa-t-il très fort. Avide de connaître enfin le fameux mot qui le connecterait à son balai et le ferait décoller, Rey se tient coi, buvant la moindre parole de son aîné, impatient de savoir. Il fut rapidement dessus. « Debout », était le magnifique mot magique. Il ne savait pas qui avait inventé ça, mais ce qui était certain, ce que ça manquait clairement de poésie. Là, c’était genre, « debout » t’as assez fait la sieste, ou encore « debout » s’pèce de fainéant. Pas très rêveur. Le gars qui avait choisi le mot magique devait être soit très autoritaire, soit très pressé. Il devrait néanmoins se contenter de se manque manifeste d’imagination. Avant qu’il suive les instructions de Tally, celle-ci lui fit une démonstration. Sous son unique ordre, le balai monta directement dans sa main, muer par sa magie propre.

- Wuah, lacha-t-il impressionné. Vu comme ça, ça à l’air super simple !

« Vas-y, essaie. Concentre toi au maximum, comme si tu voulais lancer un sort. Sauf que, cette fois-ci, tente de visualiser le balai qui monte dans ta main. Le "truc" n'est pas forcément facile à trouver, mais quand ça sera fait, tu n'auras plus beaucoup de difficultés à les faire venir à toi.»

Rey acquiesça. Bien sûr, ça serait beaucoup plus compliqué pour lui. Il se positionna correctement, la main au-dessus de son balai et referma les yeux. Il dut se concentrer plusieurs minutes avant que la vague impression qu’il avait eu précédemment soit un peu plus concrète. Mais quand il sentit cette magie, il ne la lâcha plus. Il fut même étonné qu’il parvienne à la percevoir ainsi. Est-ce qu’il était une sorte d’antenne qui percevait un peu trop son environnement ? Dans ce cas-ci, s’était plutôt une bonne chose mais il commençait sérieusement à se poser des questions sur son cas.

Il inspira un bon coup et appela le balai après avoir fortement imaginer que celui-ci bondissait dans sa main. Mais rien ne se passa. Et pour cause, il se rendit compte qu’il avait à peine murmurer le mot magique, trop intimidé par la solennité – ou peut-être l’invraisemblance - de la situation. En effet, au fond, parler à un balai lui paraissait tellement étrange qu’il n’osait inconsciemment pas parler trop fort. Mais Tally l’avait bien fait et le balai était venu à elle. Et il devait bien se rendre à l’évidence qu’il ressentait clairement la magie de l’objet même si elle était discrète. Rey voulu se mettre des baffes. Il était sorcier nom de nom, bien sûr que tout ça était complètement dingue. Un peu plus sûr de lui, il prononça cette fois distinctement :
- Debout ! 

Et à son plus grand étonnement, le balai lui atterrit dans la main. Pas prêt à la force du mouvement, le garçon en tomba à la renverse. Les fesses par terre, il leva les yeux vers la Serdaigle d’un air honteux.

- J’imagine que ça, c’était pas prévu ?

Vraiment désolé pour le retard. J'ai aussi passé notre RPG en RPG+ puisque de toute façon, on ne fait jamais moins que 440 mots :')

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Malgré les informations fumeuses de la Serdaigle, Rey était suspendu à ses lèvres, l’air de toujours attendre la suite de ses paroles. Tally ne pouvait pas dire que cela la déplaisait. Elle avait toujours éprouvé un certain bonheur simple à se sentir supérieur, ce n’était pas pour rien qu’elle appréciait septembre et ses nouvelles têtes blondes qui parcouraient, hagards, les couloirs du château, les yeux émerveillés à chaque fois qu’ils croisaient quelqu’un de plus âgé. Là, l’accent était d’autant plus prononcé. Rey ne pipait mot, il attendait simplement plus d’informations qui semblaient vitales à ses yeux. Jenkins s’efforça de s’exprimer de la manière la plus claire possible même s'il ne lui était jamais arrivée de donner un cours de Vol. C’était bien d'ailleurs la première fois que quelqu’un requérait la jeune fille pour apprendre à voler… L’idée de former de jeunes gens au vol sur balai ne lui avait jamais effleuré l’esprit. Mais, à ce moment-là, Tally compris que cela ne lui déplaisait pas. Donner un peu d’elle et voir quelqu’un de si intéressé la toucha profondément. Cela balaya même toutes ses pensées noires qui trônaient jusqu’ici en maîtresses dans son esprit.

Puis, pour passer à l’action, Tally proposa un exemple au jeune garçon aux cheveux rouge. En fermant les yeux, elle appela le balai volant qui glissa sans bruit jusqu’à sa main. Le garçon sembla si impressionné qu’elle ne put lui répondre que par un sourire gêné. Elle donna encore deux ou trois conseils à Rey et s’écarta. Le temps commença à devenir malléable. Tally était largement aussi tendue que le Poufsouffle. Avait-elle été suffisamment claire ? Ses conseils étaient-ils les bons ? Sa méthode avait-elle la moindre chance de fonctionner ? Le manche dans sa main gauche, elle commençait à le serrer si fort que les jointures de sa poigne devinrent blanches. La mâchoire tout aussi crispée, elle retenait son souffle et ne laissait échapper que le minimum d’air essentiel à sa survie.

Enfin, un murmure déchira l’air. Ce n’était un petit filet. Un « debout » qui avait brisé un silence pesant mais qui s’était aussitôt envolé. C’était trop faible. Trop incertain. Cette première tentative était sans nul doute un échec. Et c’était aussi le premier échec de Tally en tant que professeur. Elle était toujours aussi crispée, incapable d’avouer leur échec. Par chance, Rey n’avait pas dit son dernier mot et sa concentration ne faisait qu’amplifier. Si Tally s’était concentrée, elle aurait remarqué le potentiel magique de Rey exploser en direction du balai pour tenter de le soumettre à sa volonté. Le balai n’était pas vraiment de cet avis.

Au moment où un second « debout » déchira à nouveau le silence, bien plus fort cette fois-ci, l’objet magique n’hésita pas un instant et bondit jusqu’au rouge qui tomba à la renverse sous la surprise, ou le choc, Tally n’aurait su dire. A vrai dire, elle n’avait jamais assisté à ce genre de réaction. Normalement, c’était plutôt le balai qui ne voulait pas décoller du sol, pas l’inverse. Néanmoins, Tally se fendit d’un large sourire. Rey l’avait fait ! Du deuxième coup ! Pour un non-initié c’était vraiment bien joué. Une vague de fierté la traversa et elle s’avança à grands pas vers Rey, au sol et son balai à la main. Elle lui tendit sa pogne pour l’aider à se relever et laissa échapper un rire franc à sa question.

« _ Sérieusement ? Elle rit à nouveau. Non, je ne crois pas que c’était prévu. Mais bon, tu l’as fait ! On ne peut pas nier qu’il y avait de l’envie, Rey. Félicitations ! Elle tenta de reprendre son sérieux. M’enfin, ce n’était que la première étape. Elle arqua un sourcil, l’air joueur. Maintenant que t’es debout, on va pouvoir passer aux choses sérieuses : voler. Maintenant, tu te laisses porter. Tu n’as qu’à donner un coup de pied au sol, le balai décollera. Joignant le geste à la parole, Tally enfourcha son balai et frappa un grand coup au sol. Aussitôt, son balai répondit et s’éloigna de la terre ferme, elle stoppa son ascension quelques mètres plus haut. Bon, si tu te casses la gueule, c’est pas ma faute. Autant être claire tout de suite, elle n’allait pas non plus endosser la responsabilité d’une chute d’un Premier Année volant dès les premiers jours de cours. Il n’y a qu’à trouver l’équilibre… aussi facile qu’à ski ou… à vélo ? Elle ne savait pas si les comparaisons Moldues allaient pouvoir l’aider. Tout ce qu’il avait à savoir, c’était qu’il devait y arriver. »

Lors de son premier vol, Tally était parvenue à tout de suite trouver l’équilibre. Probablement parce que le vélo ne lui était pas inconnu. Puis, à force d’entraînement, la stabilité était devenue naturelle jusqu’à devenir aussi simple que mettre un pas devant l’autre. C’était ce qu’il fallait, ne plus penser à son balai, toute sa concentration devait se focaliser sur les balles et sa batte. Il n’y avait pas assez de temps, en l’air, pour s’occuper de l’objet volant.

« _ Quand tu auras pris tes marques, rejoins-moi ! Et Tally s’éloigna de Rey en se pencha sur son manche. »

Le vent fit virevolter sa chevelure rouge, elle sentit à nouveau la liberté à portée de sa main, tout son corps se détendit. Il n’y avait décidément rien de mieux que le vol pour calmer ses angoisses.


Aucun problème, tu m'avais prévenu ^^ Pas de souci non plus pour le RPG+ :D

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Lorsque Tally lui fit un large sourire, Rey ne savait pas trop si elle était fière ou si elle se moquait de lui. Surement un peu des deux. Il accepta sans rechigner sa main tendue qui l’aida à se remettre sur ses pieds. Le balai était bien fougueux, avec son bois noircis par le temps et la queue qui avait perdu de son panache, le garçon ne s’en serait jamais douté. Alors que sa professeure de vol autoproclamée riait de sa remarque, le poufsouffle laissa échapper un mince sourire qui se crispa lorsqu’elle lui annonça que les choses sérieuses allaient commencer, à savoir, voler. Maintenant que le balai lui avait répondu, suffisait-il simplement de grimper à califourchon dessus pour s’élever dans les airs ? Si les questions se multipliaient dans sa tête en à peine le temps d’une respiration, il n’en libéra aucune, préférant attendre les explications de la serdaigle qu’il savait qu’elles viendraient au fur et à mesure. Et elles arrivèrent encore plus rapidement que ce qu’il s’imaginait. Avant qu’il ait eu le temps de dire « ouf », elle grimpa sur son balai et s’envola après avoir fait exactement ce qu’elle lui recommandait. Finalement, le dernier tour de passe-passe se révélait être un coup de pied. Si on ne le savait pas, peu de risque de décoller. C’était probablement une sorte de sécurité pour les moldus.

"Bon, si tu te casses la gueule, c’est pas ma faute."

C’était très rassurant. Rey retint un soupir et enfourcha son balai. Trouver son équilibre. Comme en ski ou en vélo. Il n’avait jamais fait de ski, en revanche le vélo, il connaissait. Il s’imagina alors être sur sa bicyclette et tapa du pied. Alors qu’il se soulevait lentement, Tally l’abandonna. Le rouquin la regarda s’éloigner avec horreur, ses pieds ne touchaient à présent plus le sol et il n’avait aucune idée de ce qu’il devait faire. L’équilibre était devenu le cadet de ses soucis, il ne se rendit même pas compte qu’il tenait sans soucis. Comment pouvait-elle partir ainsi, voilà sa préoccupation qui iccultait tout le reste. Il n’avait pas la moindre idée de la marche à suivre pour « prendre ses marques ». Pas plus qu’il n’en avait pour la manière d’avancer, de tourner ou encore de redescendre. Le poufsouffle inspira profondément pour calmer son esprit qui commençait à s’agiter furieusement et à se perdre en scénarios catastrophes. Pas question de se mettre à crier à l’aide, il avait trop de fierté pour ça. Et puis, ça semblait si facile en regardant la serdaigle, il serait ridicule s’il n’y arrivait pas lui aussi. Le garçon fronça les sourcils en tachant de se souvenir des gestes de la jeune fille. Après avoir taper du pied, elle s’était penchée en avant sur le manche et s’était ainsi éloignée. Si ses déductions étaient bonnes, il lui suffisait donc de se pencher afin d’avancer tout droit.

Les mains moites serrées autour du manche, Rey inclina légèrement le buste en avant. A peine esquissa-t-il le mouvement que le balai sursauta et bondit en avant. S’il n’avait pas été autant agrippé au manche, le garçon aurait été projeté en arrière et aurait fini les fesses par terre à nouveau. Au lieu de ça, il fonçait à toute vitesse sur Tally en hurlant, inconsciente du boulet de canon qui arrivait sur elle. Jusqu’à ce qu’elle l’entende, trop tard. Elle avait du vent dans les oreilles ou quoi ? Alors que l’impact semblait inévitable, Rey se pencha inconsciemment sur le côté faisant tourner le balai in-extremis. S’ensuivit alors un long ballet aérien dans lequel Rey, pauvre marionnette d’un bout de bois aussi fou que la balle qui les avait pris en chasse, tourna autour de la bleu et argent en cercles réguliers.

- AU SEEE… EEEE… CO…OUUUUUUR ! Hurla-t-il alors, toute once de fierté envolée, tandis qu’il entamait son énième cercle autour de la jeune fille. Une furieuse nausée lui tordit les boyaux.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

S’il y avait bien un truc d’inexplicable pour un Moldu ou à quiconque qui n’était jamais monté sur un balai, c’était ça. Cette sensation. Voler. Ressentir tout de la même façon mais lorsque tout tes sens sont décuplés par l’adrénaline. C’était quelque chose dont Tally ne pouvait aujourd’hui plus se passer. Un truc qu’elle avait découvert en volant au dessus du lac de Poudlard. Une chose dont les frayeurs avaient été si nombreuses que ses jambes lui picotaient encore et toujours avant de grimper sur son balai. Les prises de risques, l’angoisse de tomber, les hauteurs vertigineuses. Voler, c’était découvrir un nouveau monde, une nouvelle dimension. Une liberté hors-du-commun. Bref, un truc qu’il faut vivre. Au moins une fois. Pour l’ancienne Capitaine, c’était une véritable drogue. Un truc si elle s’en séparait, c’était son équilibre psychologique qui entrait en jeu.

Bref, Tally s’était penchée sur son balai, oubliant le pauvre Rey à l’arrière. Elle était montée d’un coup en piquée, espérant simplement que le Poufsouffle n’aurait pas l’idée de la suivre tout de suite. Tally effectua une vrille avant de se laisser porter par le courant d’air chaud qui l’aidait à monter toujours plus haut. Puis, elle laissa le balai la guider pour la descendre, profitant des trous d’air pour lui faire remonter le cœur dans la gorge, sensation dont elle ne se lassait vraiment pas. Elle s’amusa encore quelques minutes ainsi, se laissant porter par les vents contraires et s’amusant de la facilité avec laquelle elle maniait désormais son balai.

Et dans tout ça, où en était le petit Rey ? Tally amorça une descente pour s’approcher de leur point de départ. Elle plissa les yeux pour tenter d’apercevoir le Poufsouffle. N’était pas lui qui… fonçait sur elle ?! Quelle drôle d’idée ! Elle lui avait bien dit « quand tu te sentiras prêt », non ? Apparemment, elle n’était qu’une piètre enseignante vu à quel point il avait l’air perdu sur son balai… Par chance, ou par le talent, Rey l’esquiva et se mit à tourner en rond autour d’elle. Et il criait à s’en rompre les cordes vocales. Il n’avait pas l’air très à l’aise… Ni très sûr de lui et ne semblait pas comprendre comment s’y prendre pour stopper sa folle course. Tally resta stoïque un long moment, suivant des yeux le pauvre nouveau. Soudain, son cris s’arrêta, la batteuse espéra que c’était parce qu’il venait de trouver une solution mais elle fût rapidement déçue. Même d’ici, elle pouvait voir le visage de rouquin tourner au verdâtre. Les ennuis commençaient donc. Elle cligna plusieurs fois des yeux, analysant les différentes possibilités qui s’offraient à elle. Rey ne semblait pas en mesure de contrôler son engin ni même d’écouter les instructions de Tally maintenant qu’il était barbouillé. La jeune fille se devait donc d’intervenir.
Dans toute sa délicatesse et sa bonté, Tally décrocha sa baguette pour la pointer sur Rey. La vitesse de celui-ci n’aidait clairement pas à pour viser mais la Serdaigle finit par s’écrier :

« _ Levicorpus ! »

Et… Rey se retrouva suspendu par une cheville à une dizaine de mètres du sol, la tête en bas. Evidemment, son visage ne fit que blêmir un peu plus. Tally détourna le regard, se doutant qu’il allait bien finir par dégobiller et elle n’avait pas vraiment envie d’y assister. Le Balai du Poufsouffle avait déjà terminé sa course contre l’un des gradins et était lourdement retombé au sol. Tally maniait son balai d’une main et se dirigeait vers l’herbe fraîche. Une fois arrivée en bas, elle rompit le sortilège d’un coup de baguette et lâcha le rouquin dans l’herbe. Bon, cet entraînement au vol ne s’était pas vraiment déroulé comme elle l’avait imaginé. Elle était partagée entre la colère contre Rey qui n’avait pas suivi ses instructions, par son incompétence à lui expliquer clairement les choses et par son affliction face à ce qu’il venait de se dérouler.

«  _ Bon. C’était pas ce qui était prévu. M’enfin. T’as volé, déjà. Le mal des transports magiques, ça arrive à tout le monde. Elle descendit de son propre balai pour s’approcher du malade. Elle devait prendre ses responsabilités. J’ai p’tête pas été assez claire. Enfin, j’ai dû oublier deux trois trucs sur le chapitre « Comment diriger son balai ». C’était pas malin. En gros, tu te penches, le balai suit et ça, peu importe la direction. C’est pour ça que j’ai pensé que ça serait assez naturel à mettre en place. Mais je crois que tu t’es penché un peu trop vite en avant… Fondamentalement, c’était pas très grave. Mais ça foutait un coup à l’égo de la troisième année. Et elle détestait à avoir à se remettre en question. Allez, dès que t’es remis, tu remontes sur mon balai. Cette fois-ci, je reste au sol, on sait jamais. C’est comme tomber d’un ch’val, faut remonter direct, sinon c’est mort, t’as peur toute ta vie. Donc zou ! »

Tally ne voulait pas l’effrayer ni le brusquer, mais il fallait absolument que Rey dépasse ses peurs et remonte aussi vite que possible sur ce fichu balai. Sinon, lui et le vol, c’était mort.

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

A cette vitesse et le cœur au bord des lèvres, Rey ne pouvait même pas profiter de son premier vol. Soi-disant la sensation était merveilleuse. Pour le moment il avait surtout l’impression d’être dans un vortex infini qui passait son estomac à la machine à laver moldu. Alors qu’il pensait que le pire était en train de lui arriver, un nouvel événement lui fit revoir sa liste de mauvaises aventures. Vainement accroché à son balai, il se retrouva subitement arracher à lui et fut propulser dans les airs. Un instant il crut qu’à bout de force, ses bras l’avaient trahi et avaient fini par lâcher prise mais lorsqu’il se stabilisa à plusieurs mètres au-dessus du sol, la tête en bas et pendu par une jambe, il dut se rendre à l’évidence qu’autre chose venait de se produire. Avant qu’il puisse s’interroger davantage, il eut un puissant haut le cœur et le petit déjeuner qu’il avait tenté de garder de toutes ses forces dans son estomac ressortit sans se faire prier et atterri dix mètres plus bas dans un splash peu digne. Le garçon eut toutefois le sain réflexe de se tortiller afin d’éviter de s’en prendre plein la face.

Vider, aussi pâle que l’infirmerie de Poudlard, il jeta un coup d’œil morne autour de lui afin d’enfin comprendre sa situation. Il avisa alors Tally, sa baguette pointée sur lui et son air furibond. Rey déglutit. Grand mal lui fit, sa salive encore imprégnée de relents âcres et acides faillis lui tirer un nouveau haut le cœur. Mais le regard noir de la Serdaigle lui permit de garder le peu de dignité qui lui restait. Elle entama leur descente vers le gazon en silence. Le garçon se demandait à quel point elle était furieuse mais aussi pour quelle raison. Était-ce parce qu’il avait faillis lui foncer dessus ? Parce qu’il n’avait pas été capable de retenir son balai ? Etonnement et avec soulagement, il se rendit compte qu’il ne ressentait pas la moindre colère lui-même. Peut-être qu’elle ne l’était qu’un peu ? Ou alors, ce premier vol l’avait complètement anesthésié, délivré de sa malédiction. Si c’était le cas, il y retournerait à peine le pied au sol. Tout ce qui pouvait lui permettre d’échapper aux émotions des autres étaient une bénédiction. Même un balai fou.

Tally brisa son sort et le rouquin s’écrasa mollement au sol. Le nez dans la pelouse, il accusa le coup quelques secondes avant de se redresser douloureusement en se massant les côtes. La serdaigle n’avait aucune douceur. Pourtant quand elle descendit de son balai, ce n’est pas avec colère qu’elle lui parla mais plutôt d’un ton très pédagogue malgré ses lèvres pincées. On aurait dit un de leur professeur. En beaucoup plus jeune. Rey ne savait pas trop s’il préférait ça à une bonne crise de nerf. Un peu essoufflé par les derniers événements, il se contenta de confirmer tout ce que la bleue et bronze disait d’un hochement de tête. Quand elle lui annonça qu’elle voulait qu’il retourne sur son balai à elle, le garçon eut un moment d’hésitation, son estomac était encore tout entortillé. Il se leva néanmoins, épousseta ses vêtements pour gagner quelques secondes et prit d’une main le balai que Tally lui tendait avant de braquer ses yeux d’ambre dans les siens.

- J’ai pas peur, lui dit-il, surtout pour s’en convaincre lui-même.

Finalement, la serdaigle n’était pas si en colère que ça, voler sur un balai n’avait peut-être pas l’effet qu’il voulait lui attribuer. Néanmoins, le doute était permis et malgré le tournis, il avait bien aimé la sensation de s’arracher à la pesanteur. Un nouvel essai ne pouvait pas lui faire de mal, surtout si Tally veillait sur lui. Il enfourcha le balai le cœur battant et donna un coup de pied au sol. C’est parti, marmonna t-il, aussi tendu qu'un scrout trop nourri. Il s’éleva de quelques mètres en tanguant un peu, les mains encore plus agrippés au balai que précédemment,  et avant de faire le moindre mouvement, pencha la tête vers Tally.

- Je fais quoi maintenant ? Je me suis à peine penché la première fois, le balai est parti comme un fou.

Poursuiveur des Frelons
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*
2eme année RP

 RPG+  La rage du Cognard  Rey S. 

Le petit rouquin obtempéra sans même ciller en ajoutant qu'il n'avait pas peur. Un filet de sourire apparut sur les lèvres de notre amie Jenkins. Ce petit avait le don de lui plaire. Un gars robuste et possiblement taillé pour le Quidditch. Enfin, quand il aurait trouvé comment marchait les balais. Parce que jusqu'ici, on aurait presque dit que les balais ne voulaient pas de lui. Peut-être parce que c'était un moldu ? Tally ne s'était jamais vraiment posée la question. Pour elle, tout avait été d'un naturel presque surnaturel. Elle avait tout de suite su et sentie comment se tenir, comment s'y prendre. Et même si elle avait parcouru un long chemin pour jusqu'à être capable d'intégrer l'équipe de Quidditch et qu'elle avait grandement amélioré sa technique, son premier vol s'était plutôt bien passé. Mais là, Rey était quand même quelqu'un d’extraordinairement malchanceux. Faire lever un balai n'avait pas été une mince affaire et, d'après ses dire, il s'était à peine penché que le balai avait fournit une accélération digne d'un sprint. Cela fit froncer les sourcils de la jeune Serdaigle alors qu'il était en vol stationnaire à quelques mètres d'elle. La fillette se mit à réfléchit quelques instants, ce demandant quels conseils pouvaient être les plus judicieux pour lui. Le problème, c'est qu'elle tournait en rond. Elle allait juste lui re-répéter de se pencher en avant le plus doucement possible en espérant cette fois-ci qu'il ne parte pas comme une flèche jusqu'au milieu du terrain. Un vomit lui suffisait amplement pour la journée.

La rouge décida alors d'une nouvelle approche. Elle ne savait de toute façon pas vraiment s'y prendre en explications et ses maigres conseils s'étaient avérés jusque là assez... incertains. Baxrendhel aurait probablement été bien meilleure qu'elle dans ce rôle. Même Felix. Même Speculus. Cette idée la faisait bouillir intérieurement. Elle allait réussir à faire voler ce gosse. Coûte que coûte. Pour prouver à tous qu'elle était pas si nulle. Qu'elle n'était pas si égoïste et qu'elle était aussi digne que Felix d'avoir son poste au sein de l'équipe.

Ce fut presque rageusement qu'elle rouvrit la malle de Quidditch. Il savait pas voler. Il avait un problème avec les balais. Mais c'était peut-être parce qu'il était trop concentré pour bien faire. Qu'il avait trop envie de réussir qu'il se foirait lamentablement. Si son attention était retenue par un véritable enjeu, il était peut-être possible qu'il fasse fonctionner naturellement son balai sans partir à l'autre bout du terrain. C'était la dernière idée que Jenkins avait de toute façon en tête. Elle saisit le Souafle, jolie balle de cuir et annonça la suite de l'exercice à Rey.

« _ Bon. J'ai une idée. Je vais lancer cette balle en l'air. Je veux que tu la récupères, comme tu veux, et que tu me l'a renvoie après, okay ? » C'était un simple exercice de déplacement et d'équilibre masqué. Avec toute son attention sur le Souafle, Rey oublierait peut-être le balai et la technique pour se focaliser sur son objectif : la balle.

Tally se déplaça de quelques mètres avant d'envoyer le Souafle en l'air. Il se situait à une distance raisonnable du Poufsouffle. De quoi l'obliger à faire avancer son balai mais il avait largement le temps de l'atteindre avant que la balle ne retombe au sol. Jenkins espérait sincèrement que cette idée ferait son effet...

4ème année RP |
#Aïe aïe aïe |