Terrain d’entrainement

Inscription
Connexion

 RPG+  Le plaisir du vol  PV 

Lors d’un après-midi de mars, Arminia avait décidé de tirer profit du ciel dégagé pour se rendre au terrain de vol, et ainsi s’entraîner au quidditch en espérant améliorer sa vitesse, pour les matchs à venir. Ce qui était primordial si elle voulait rester dans l’équipe pour le prochain match contre les Serdaigles, qui se déroulerait dans peu. Elle ne voulais pas faire comme son premier match, où elle avait fait perdre son équipe, et voulait bien s’améliorer. Elle voulait prouver sa valeur ! Mais elle n’y pensait plus, d’ailleurs ; Son seul but était de devenir plus forte et que ses parents soient fier, d’elle, de ses efforts. 
 Le balai à la main, habillé comme on faisait du quidditch, la petite marchait vers le stade en souriant, contente de la chaleur. Il faut dire qu’elle n’avait pas vraiment le froid, et qu’une bouffée de chaleur un peu avant le printemps faisait du bien, pour une fois. Ces derniers temps, on ne pouvait presque plus se promener dans le parc avec l’air glacial, et chaque cours de botanique et de vol, qui intéréssaient d’habitude la jeune fille, étaient maintenant un mauvais moment à passer. 

Arrivée au stade, elle vit qu’il était désert ; l’écossaise avait de la chance. Elle s’installa sur l’herbe, proche d’un coin d’ombre, et saisit son balai avec ses mains en le contemplant. Il était vraiment beau, ce balai. C’était sa mère qui lui avait offerte ce bijou, un mois avant sa mort. Elle qui ne voulait plus se rappeler de ça, divaguait toujours lorsqu’elle regardait son balai avant un entraînement ou un match.
Se levant, Arminia souffla un bon coup. Cela faisait des semaines qu’elle n’avait pas volé, maintenant. Posant son balai à sa droite, elle reproduit la procédure qu’elle avait apprise il y a des années déja. Tendre le bras, être concentré et dire :
  • Debout  ! 
Elle réussit du premier coup, bien heureusement, et l'enfocha entre ses jambes. Elle tapa ainsi du pied et décolla en l’air, sans quitter son sourire. Elle avait de nouveaux l’impression d’être un oiseau, libre comme le vent.  Quelle joie de retrouver cette sensation de vol ! Elle adorait ça, avoir son balai et voler. Cela la soulageait, libérer toutes ses tracas des cours. Les moldus, c’étaient leur rêve de voler, et cela faisait de la peine a Arminia, car ce rêve, c’était presque un quotidien pour les sorciers.
La rouquine fit alors des tests pour vérifier si elle se rapellait bien de toit ; exécutant quelques figures simples qu’elles connaissait. Elle testa alors sa vitesse, en faisant des virages jusqu’aux anneaux puis en essayant de faire des figures célèbres, comme les piques. . Elle se releva encore une fois trop tôt; sa peur de s’écraser ne la quittait pas. Soupirant, la jeune fille continua ses figures en s’amusant, découvrant une nouvelle fois le plaisir du vol.

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL
Duncan, le meilleur parmi les préfèts

 RPG+  Le plaisir du vol  PV 

Dans ce RP, Mad ne fait pas partie de l'équipe et n'a même pas envoyé sa candidature

Le soleil commençait à reprendre possession du ciel qui se comblait donc de bleu et qui virait même au blanchâtre dans certains cas. Les torrents de pluie cessait peu à peu de s'abattre sur l'Ecosse et même la fraîcheur laissait doucement sa place à une brise douce qui venait porter la chaleur. Les fleurs habillaient désormais élégamment la pelouse qui s'étalait sur le sol de Poudlard et commençaient même à peupler la touffe feuillue des arbres. En somme, le printemps s'allongeait petit à petit sur l'Ecole de Magie.

Pour Mad, ce retour du printemps annonçait surtout la reprise régulière du vol sur balai pour lequel elle se passionnait de plus en plus. En effet, les entraînements intensifs de Yohan la poussaient de plus en plus à prendre goût et à tremper dans ce sport qu'elle pratiquait déjà de temps à autre en cours. De temps en temps, elle se rendait même donc sur le Terrain d'Entraînement -souvent le matin il fallait l'avouer, car le silence paisible et l'absence douce de personne ressourçait la jeune fille-, empruntait un balai à l'école, espérant secrètement qu'un hibou lui en apporte un un jour, et commençait à exécuter des lignes les plus simples aux figures les plus complexes.

Cette après midi là, le Parc était étrangement assez vide comparé à la masse qui l'occupait d'habitude et la Deuxième Année comptait donc en profiter pour occuper de tout son Corps et de toute son Âme le Terrain d'Entraînement. Elle descendit donc prestement les escaliers tourmentés de Poudlard jusqu'au Rez-de-Chaussée où elle se rua sur la lourde porte de bois bloquant l'extérieur et la tira pour l'entrouvir et se faufiler dans l'embrasure. Hâtive, elle esquissa donc les nombreux pas qui la séparaient du lieu qu'elle mourrait d'envie de rejoindre furtivement.

Une fois sur place, elle découvrit ce qu'elle ne voulait absolument pas voir au moment où elle souhaitait y aller : une personne, et un joueur de Quidditch en plus. Enfin, le terme exact serait une attrapeuse de l'équipe des Griffes Ardentes. Déjà, elle était à Gryffondor, ce qui n'était pas un mauvais point, mais elle jouait au Quidditch. Ce n'était pas que Mad éprouvait une aversion pour ce sport, mais elle trouvait qu'y jouer était dénaturé le vol sur balai. Certes, certains excellents joueurs arrivaient, en match, à exécuter toutes sortes de figures mais la plupart se restreignaient plutôt à plonger sur des balles ou en esquiver d'autres. Au goût de la Deuxième Année, cela n'était pas ce qu'elle recherchait dans le vol, mais peut être Arminia -qu'elle avait eu le temps de reconnaître- la ferait-elle changer d'avis.

La blondinette décida donc de d'abord aller chercher un balai, cette fois son cher Brossdur 11, et ressortit du local à balai, l'objet en main. La rousse passait justement près du sol à ce moment. 

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 RPG+  Le plaisir du vol  PV 

Excuse moi pour ce retard impardonnable.

Une fois dans l’air, la jeune fille se rapella de son programme, qu’elle avait fait en début de soirée, la veille. Elle l’avait écrit sur un parchemin, mais bien sûr, à son habitude, elle l’avait oubliée. Heuresement, elle se rapella de ce qu’elle avait prévu : S’entrainer aux figures célèbres des matchs de quidditch, executés par des joueurs aux noms les plus fameux que les autres. Elle avait pensée à cet entrainement après le match opposant les Gryffes Ardentes aux Éclairs de Serdaigles, car elle voulait améliorer son niveau avant le dernier match de la saison, contes les Frelons. Elle se doutait d’ailleurs qu’elle n’aura pas le poste de titulaire à ce match, et c’était la dernière occasion pour récuperer ce poste pour la saison prochaine.

Son programme commençait par la Feinte de Wronski, un classique qu’Arminia voulait apprendre depuis longtemps. Une feinte classique, inventée par un polonais, Josef Wronski, lors d’un match, selon le quidditch à travers les âges, qu’Arminia avait lu de dizaine de fois. Il devait surement avoir un exemplaire dans son sac, si elle ne l’avait pas oubliée. Il y a quelques années, avant Poulard, son père lui avait apprise les bases de cette figures. Avec ces essais, cela s’était fini en fracture du coude pour la rouquine. Depuis, elle n’avait plus essayée. Mais cette fois, elle allait s’y remettre pour de bons, et briller au match.

Dans les air, Arminia se prépara. Elle imaginait un vif d’or au ras du sol, à quelques mètres plus loin. Serrant le balai avec ses mains, elle vola pour prendre de l’élan et serra d’un coup ces mains, se penchant vers le sol. Elle fit une feinte, et fila tout droit par terre. L’écossaise était presque aussi droite qu’un pique. Pourquoi on le l’avait pas appelé comme ça ? Mystère, mais bon, on s’en fiche.

Ses muscles étaient contractés comme jamais, et elle respirait fort. Le temps fut bien long, elle était partie d’assez haut. Un compte à rebourd s’afficha alors dans sa tête ; elle ne voulait pas se rater. Arminia sentait que le temps était au ralenti, mais ce n’était qu’une impression. 5...4...3...2...1. La jeune fille touchait presque le sol, lorsque fut ses cheuveux qui touchèrent le sol. Cette vue la paralysa. Elle vit ses cheuveux, aussi roux, aussi fin...Que sa mère. Sa mère, Harper, décédée il y a quelques année. Arminia, voyant ces cheuveux, eu un sursaut. Et tout devint noir. Dans sa tête apparu une image d’une femme. C’était une femme, rousse comme Arminia, aux cheuveux tombant aux épaules. Quelques mèches étaient attachées en un simple chignon, et elle souriait. Ses yeux étaient du même vert que sa robe. C’était Harper. La peau claire, la figure mince mais pas trop.

Arminia cligna des yeux et l’image disparut. Des larme se formèrent sur ses yeux, et elle s’arrêta d’un coup, frolant le sol. La jeune fille se débarassa de son balai, et se frotta les yeux pour enlever les larmes. Elle ne voulait pas pleurer. Lorsqu’elle releva la tête, Arminia vit une fille aux cheuveux blondes qui sortait du placard à balai, un brossdur à la main. Mince. C’était juste le jour où elle ne voulait pas être dérangée, mais tant pis, puisque c’était Mad. C’est pas comme si c’était un Poufsouffle qui ne sait pas voler. La Slygt fit en sorte que Mad ne voyait pas son visage rougit, et s’approcha de la fille. Elle tenta un sourire, pour parraître un minimum aimable, mais sa vision ne disparaissait pas de son cerveau.


- Salut ! Tu aimes le quidditch maintenant ?

La rouquine n’avait jamais vu Mad s’intéresser à ce sport. Elle se demandait ce qu’on pouvait faire d’autre avec un balai....Sauf si elle essayait d’apprendre à voler ? Non, impossible..Mad devait connaître la procédure, en deuxième année...

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL
Duncan, le meilleur parmi les préfèts