Terrain d’entrainement

Inscription
Connexion

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Samedi 14 Novembre 2043 - 11h - Fin de l'entraînement hebdomadaire des Frelons
Temps nuageux et humide
Actions d'Aliénor validées par la joueuse


Rey essuya la transpiration qui couvrait son front d'un revers de manche. L'entraînement du jour avait été plutôt intense pour lui. Ce n'était que le deuxième depuis l'arrivée des trois nouveaux joueurs et il avait encore pas mal de choses à leur apprendre, lui, qui finalement, se considérait aussi comme une jeune recrue de l'équipe. Le départ d'Ambre du poste de Capitaine les avait tous pris au dépourvue. Après Elina, le deuxième pilier des Frelons s'éloignait à son tour de l'équipe. Même si elle avait assuré qu'elle serait toujours présente, rare était les entraînements où elle s'était montrée, préférant sa nouvelle entraîneuse. Le rouquin comprenait, mais c'en n'était pas moins très difficile pour lui. L'ex-capitaine avait l'expérience, la notoriété, le talent et elle était leur aînée. Il n'avait rien de tout ça. Et tous les membres de son équipe avait son âge à présent, pas facile de faire preuve d'autorité et de justifier sa nomination auprès de ses camarades de classe.

Il soupira en voyant passer Aliénor devant lui. Cet entraînement n'avait pas été une franche réussite pour elle et elle en faisait souvent qu'à sa tête. Si les autres restaient plutôt sympas et suivaient ses directives, la fillette avait toujours quelque chose à y redire, encore plus quand elle avait tord. Elle avait du potentiel, sinon il ne l'aurait pas prise dans l'équipe, mais qu'est-ce qu'elle était casse-pied. Il ne pouvait certainement pas laisser cette situation continuer où il perdrait le respect de tous ses joueurs et la pauvre et si frêle autorité qu'il avait sur eux.

- Aliénor, tu veux bien parler une minute ?

Elle s'arrêta et il attendit que les quatre garçons soient entrés dans leur vestiaire avant d'enchaîner. Ils n'avaient pas besoin d'être là, ça se jouait entre lui et elle.

- Faut que t'arrêtes de contredire tout c'que je dis, sinon on ne va pas y arriver. Tu as fais n'importe quoi lors de cet entraînement et au lieu de te rectifier et de t’améliorer, tu t'es juste braquée contre moi. Si t'as un problème avec ton capitaine, vas-y, exprime-toi.

Le garçon croisa les bras et prit la mine la plus sévère qu'il pouvait, c'est-à-dire pas forcément aussi intimidante qu'il l'aurait voulu - Ambre le faisait flipper dès qu'elle fronçait des sourcils - mais au moins, il lui faisait comprendre qu'il ne plaisantait pas. 
Dernière modification par Rey Sifferlen le 8 janvier 2019, 23 h 15, modifié 1 fois.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Fuir sans le montrer. Rester droite sans montrer son trouble et avancer, de toute façon elle était seule dans le vestiaire des filles, elle pourrait se lâcher. Mais pas devant les autres. A fichue fierté de ne pas vouloir montrer ces faiblesses quitte à devenir insolente. Cette insolence qui était bien caché en elle jusqu’à cette dispute avec cet Arthus. Allez savoir ce qu’il se passait dans la tête de la fillette cette année, mais Aliénor changeait un peu plus d’insolence même si la plus part du temps elle gardait son sourire. Mais à l’entrainement, elle n’avait plus envie de sourire. Chaque samedi elle se réveillait en se disant qu’elle allait faire mieux, qu’elle progresserait, ouais, ça ne faisait que 2 entrainements, mais le premier avait été une catastrophe et le second, n’en parlons pas… Mais pourtant elle y mettait tout son cœur et elle n’y arrivait pas, elle enchainait les erreurs ce qui la mettait en colère contre elle-même et du coup elle devenait désagréable avec les autres, notamment avec ceux qui lui parlait et donc par extension son capitaine Rey. C’est normal qu’il lui corrige ces fautes et qu’il lui fasse recommencer jusqu’à que sa rentre. Mais Aliénor avait du mal à encaisser les défaites et pour elle, toutes ces erreurs c’était des défaites. Elle ne voulait pas blesser, mais la fillette n’avait pas de filtre et encore moins quand elle s’énervait. S’énerver contre elle-même, c’était son quotidien, à chaque fois que quelque chose n’allait pas, c’était de sa faute. Bornée la Delphillia.

Mais alors qu’elle se dirigeait vers son dortoir une voix qui résonnait encore dans sa tête l’appela. La fillette s’arrêta et souffla avant de se retourner vers son capitaine. Elle respectait son autorité, il n’y avait pas de problème avec ça. Mais c’est vrai que vu de l’extérieur, la fillette avait l’air de ne pas du tout l’écouter et d’en faire qu’à sa tête, ce qui est le cas parfois et parfois non. Elle ne réfléchit pas avant d’agir ce qui a don de mettre le garçon hors de lui. C’est vrai qu’en réfléchissant un peu elle éviterait un bon nombre d’erreurs. Mais bon cette entrevue allait forcément arriver un jour où l’autre au vu de son attitude. Dans sa tête, elle se répétait qu’elle devait tenir encore quelques instants avant de tout relâcher dans les vestiaires. Elle contractait donc sa mâchoire, les yeux plantés dans ceux de celui qui lui faisait face. Elle ne peut pas montrer ces sentiments si facilement non, surtout pas devant une figure d’autorité.

Mais la voix incisive du garçon heurta le mur que forgeait la fillette et vint le fissurer, comme un bélier. Aliénor avala sa salive. Ce n’était pas contre lui qu’elle avait un problème, non, il n’était qu’un dégât collatéral de sa colère contre elle-même. Elle voulait tellement réussir et se sentir à sa place dans cette équipe, mais visiblement elle n’avait pas le niveau. Elle serra les points plantant ces ongles dans sa paume.

-Je…

Les mots ne voulaient pas sortir de sa bouche, du moins pas ceux qu’elle voulait, elle voulait le rassurer lui dire que ce n’était pas contre lui, mais une petite voix mesquine lui disait que ce serait être faible.
Il était droit devant elle, il ne détournait pas le regard, elle ne cèderait pas.

-J’ai pas de problème avec toi.

Ben vas-y développe ! Mais non, rien d’autre ne sortait de sa bouche, elle se fouetterait bien des claques des fois. Elle comprenait bien qu’elle insupporte les autres, elle s’insupporte déjà elle-même. Aliénor prit une grande inspiration en gardant toujours se ton froid et distant. Des fois on dirait que la petite fille joyeuse s’en va en voyage. Elle n’est pas souvent dans cet état. Mais le quidditch lui tient à cœur et elle s’en veut atrocement d’être si nulle. Il allait la virer et tout cela n’aura servi à rien… Mais putain dit quelque chose au lieu de te faire des films !

-Tu vas me virer ?

A ouais là elle avait fait fort, vraiment on ne pouvait pas faire mieux pour s’enfoncer. Elle se faisait mal à elle-même, qu’es ce qu’on peut être bête à cet âge.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

La fillette semblait hésiter mais Rey lui laissa le temps. Il avait tout son temps. L'harmonie de l'équipe était très importante à ses yeux et si Aliénor avait du mal à dire les choses, il attendrait jusqu'à ce qu'elle crache le morceau. Du moment qu'elle le fasse... Après, comment il le gérerait serait une autre histoire.

"J’ai pas de problème avec toi."

Ah. Il n'était pas plus avancé que ça. Alors quoi ? Elle avait un problème avec le Quidditch ? Avec la météo ? Rey retient ses mots. La poufsouffle n'avait pas l'air d'en avoir fini. Peut-être ajouterait-elle quelque chose ? Le rouquin serra son bras d'agacement. Mais ce fut tout. Il savait qu'il ne devait pas s’énerver. Qu'il devait contrôler ses émotions, ne pas se laisser submerger. Première étape pour pouvoir ensuite contrôler son "don". Et puis, il était Capitaine maintenant, il devait se comporter comme tel.

"Tu vas me virer ?"

La question le prit complètement au dépourvu et il perdit quelque peu sa stature rigide. De justesse, il s'empêche de lâcher un "heeein" qui lui aurait donner l'air d'un parfait abruti. La remontrance qu'il avait prévu ne se passait pas du tout comme prévue. Il ne pensait absolument pas à ça, il était étrange qu'Aliénor aille dans ce sens. 

- Non. Pourquoi je virerai une joueuse qui a du talent ? Ah moins que c'est ce que tu veuilles et que c'est pour cette raison que t'agis comme ça ?

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Talentueuse ? Un rire jaune s’échappa de sa bouche. Elle n’avait honnêtement pas l’impression d’avoir du talent. Mais non, elle ne voulait pas arrêter le quidditch elle aimait vraiment se sport et ça lui permettait de s’évader et de se dépenser. Elle avait l’occasion de faire du sport dans le cadre de l’école et c’était une occasion exceptionnelle.

-J’agis toujours comme ça.

Non mais une fois qu’on commence à dire n’importe quoi autant continuer. Son cerveau tournait à plein régime et elle n’arrivait à rien. Elle n’arrivait pas à savoir ce qu’elle devait faire pour réellement mériter sa place. Mais en soit, que son capitaine la rassure sur ces capacités la touchait et petit à petit son mur s’effritait. Que voulez-vous, essayer d’encaisser sans rien dire à douze ans, et ben on n’y arrive pas longtemps.

La fillette souffla lourdement en laissant tomber son regard sur le sol. Oui elle était faible, elle lâchait prise.

-T’as tords, j’enchaine les erreurs, je suis une incapable…

Elle relâcha la force qu’elle mettait dans ces poings et ces épaules s’affaissèrent. Pourquoi soudain le regard de ce garçon pesait si lourd sur elle. Une lame roula sur sa joue, qu’elle essuya immédiatement. C’est bien mignon de jouer les dures quand on pleure juste après. Ah l’adolescence… Ces barrières s’effondraient doucement, ça faisait trop longtemps qu’elle jouait à ce petit jeu, un masque devant les autres et tout s’effondre dans l’ombre. Mais qu’es ce qu’ils pouvaient en comprendre eux aux états d’âme d’une fille ? Même elle, elle ne se comprenait pas.

-Putain pourquoi t’es là ?

Montrer ces faiblesses devant quelqu’un c’était impossible pour la fillette. Sauf devant sa mère ou certaines de ces amies. Mais au final, elle ne connaissait vraiment Rey que depuis le début de l’année à peine. En plus lui il réussissait absolument tout, ils avaient le même âge et il était déjà capitaine de l’équipe de quidditch… Elle ne pouvait montrer ces larmes, comment pouvait-il faire confiance à une pleurnicharde en match ? Elle n’osait plus bouger, de peur de craquer totalement, elle se mettait beaucoup de pression pour les choses qui lui tenait à cœur et quand on touche à ça, elle devient une petite chose fragile ce qui l’agace au plus haut point.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Rey grinça des dents à la réponse d'Aliénor. Il aurait voulu la prendre par les épaules et la secouer en criant "Arrêtes ton délire ! ". Mais la fillette s'affaissa comme une poupée de chiffons. De droite, elle se recroquevilla comme si elle portait le poids du monde sur ses épaules, comme si le regard de son capitaine l'écrasait complètement. Elle ne le regardait d'ailleurs même plus quand elle révéla finalement tout le nœud du problème. Ah bah ça alors, si il avait cru que ce bout en train avait finalement de sacré problèmes de confiance en soi. Comment allait-il se sortir de ça ? Un capitaine pas du tout sûr de lui face à une nouvelle joueuse incapable de voir ses capacités. Ils formaient une bonne paire tous les deux.

Une larme roula sur sa joue et là ce fut la panique. Rey délaissa complètement sa stature sévère et commença à paniquer les bras ballant. Qu'est ce qu'il avait encore fait ? Voilà qu'il faisait encore pleurer une fille, c'était une véritable manie chez lui. 

" Putain pourquoi t’es là ? "

La question le figea. Il se le demandait bien lui-même. Mais il devait bien se rendre à l'évidence, il n'avait pas de chance avec les filles. Il laissa échapper un long soupir, tellement long qu'on aurait pu croire qu'il se dégonflait. Sa frustration de la matinée y passa ainsi que celle d'être toujours confronté à des situations qu'il aurait de loin préféré éviter et qui impliquait systématiquement les filles. Il le savait pourtant, il aurait du se méfier.

- Je suis toujours là quand les filles pleurent, dit-il avec fatalité. Allez, remonte sur ton balai, ajouta-t-il sans plus de cérémonie. Il n'avait aucune envie d'essuyer des larmes aujourd'hui.

Une certaine serdaigle qu'il admirait beaucoup lui avait appris à toujours remonter sur son balai après une chute. Certes, Aliénor n'était pas tombé mais elle considérait sa prestation comme un échec. Et dans un certain sens, lui aussi avait échoué dans son rôle de capitaine avec elle. Il se devait donc de recommencer une nouvelle fois. Il n'avait pas dans l'idée de refaire un vrai entraînement, il était carrément épuisé, mais quelques passes et figures simples, si elle l'écoutait, pourrait aider à débloquer la fillette et à la rendre plus coopérative. Du moins c'est ce qu'il espérait.

Il grimpa sur son balai et s'éleva avec aisance à quelques mètres du sol. Qu'elle était loin l'époque du petit Rey qui ne savait même pas faire voler un balai. Un sourire flotta sur ses lèvres à cette idée et il se pencha sur son balai pour regarder la poufsouffle en contrebas.

- Alors qu'est ce que t'attends ? T'as peur d'un entraînement en tête à tête avec ton capitaine ? ricana Rey.

Il espérait que la boutade allait lui redonner un peu de mordant sans pour autant la braquer. Le dosage semblait extrêmement important avec elle. Ambre avait t-elle dû user d'autant de précautions avec certains de ses coéquipiers ? Il garda la question dans un coin de sa tête, il aurait plus que besoin de ses conseils avisés.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

- Je suis toujours là quand les filles pleurent.

Toujours le regard perdu dans la contemplation de la terre, rien de très intéressant ma foi, mais la fillette arqua un sourcil suite à la phrase de son capitaine. Monsieur faisait pleurer les filles ? Ben il ne reverrait pas pleurer Aliénor d’aussi tôt ! Elle se le promis intérieurement, déjà elle n’aimait pas ça alors devant lui, oh ça non. Aliénor prit une grande inspiration avant de relever la tête. C’était rare que quelqu’un la vois pleuré, elle espérait qu’il avait profité parce qu’il était hors de question que cela se reproduise.

Mais alors celui-ci lui dit de remonter sur son balai. La fillette ouvrit de grand yeux *Quoi ?*. Il voulait continuer cette catastrophe ? Soit il a de sérieux problème soit il va trouver une solution pour corriger les erreurs de la fillette. Mais déjà elle n’était plus en colère, juste déçue d’elle-même et là il lui donnait l’occasion de parer cette spirale infernale d’échecs et d’insolence stupide. Le pauvre, c’est vrai qu’elle n’y allait pas de main morte quand elle râlait sur le terrain. Elle souffla, se rendant compte de ce qu’elle faisait subir à cette équipe. Elle devait vraiment corriger ça au plus vite, parce que même en dehors du quidditch cela pouvait devenir complexe. Ce n’est plus une enfant, elle n’a plus à faire de caprices juste à assumer ces actes. Oh que ça parait simple comme ça.

Mais alors qu’elle était perdue dans ces pensées, la voix de Rey la fit revenir brutalement sur terre. Peur d’un entrainement ? Oh ça non. S’il y avait bien une chose qui faisait avancer la Poufsouffle c’était les défis, et ça elle le savait. Alors peur d’un entrainement ? Tu ne sais pas à quoi tu joues très cher. En plus de vouloir se montrer à elle-même qu’elle était capable de faire les choses bien, elle voulait lui prouver qu’elle n’était pas faible et qu’elle ne reculerait pas. Il avait déjà assez vu l’Aliénor faible et fuyarde.

Elle attrapa son balai fermement. Mais si ça recommençait, si elle était toujours aussi nulle. Après tout elle est fatiguée et dans un état mental pas très vainqueur. Mais la voix de son père résonnait en elle. Il avait été si fier cet été quand elle lui avait annoncé qu’elle voulait faire du quidditch et qu’elle aurait peut-être l’occasion de rentrer dans l’équipe de sa maison. S’il y avait bien une personne qu’elle ne pouvait pas décevoir c’était lui. Elle faisait ça pour lui mais aussi pour elle.

Aliénor leva son regard vers le garçon déjà dans les airs et lui adressa un petit regard de défi avec son petit sourire en coin, le même que quand elle va faire une bêtise très marrante, du moins pour elle.

Elle enfourcha son balai et s’éleva doucement essayant de vider sa tête de toutes ces idées noires.

-Je n’ai pas peur sache-le.

La fillette n’était plus froide et colérique. Elle agrémentait sa réponse d’un sourire avant d’ajouter.

-Surtout pas de toi.


Ah ben enfin, voilà la vrai Aliénor. C’est peut-être pas plus mal de jouer fatiguée, elle verra ce que ça fait de jouer en étant vraiment elle-même, pas de masque, pas d’appréhension, juste elle et son père dans sa tête.

-Je t’en prie.

Elle attendait la suite, espérant ne pas de nouveau faire n’importe quoi mais elle ne voulait pas s’énerver, de toute façon elle n’en avait plus vraiment la force.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Aliénor illustrait parfaitement l'adage "Jean qui rit, Jean qui pleure", même si en l’occurrence, elle ne riait pas mais souriait seulement. Un sourire en coin qui n'était pas sans rappeler les siens. Le garçon ne savait pas encore s'il devait s'en réjouir ou craindre le pire. Une ruse de sa part était-elle à prévoir ? Dans tous les cas, la provocation de Rey avait fonctionné à merveille et la fillette grimpa sur son balai pour le rejoindre dans les airs. Il ne pouvait que se réjouir de ce premier pas.

"Je n’ai pas peur sache-le. Surtout pas de toi."

Rey leva un sourcil amusé, la poufsouffle avait déjà repris du poil de la bête - ou  de la fourrure du blaireau pour les intimes - et son sens de la répartie, sans pour autant être agressive ni en opposition, lui plu beaucoup. Il pencha la tête sur le côté et observa quelques secondes Aliénor pensivement. Quelle était sa vraie facette finalement ? Celle qu'il avait vu pendant l'entraînement ? Ou celle quand elle pleurait ? Ou encore celle qu'elle affichait en ce moment même ? 

Cette mise au point entre eux d'eux allait peut-être non seulement lui permettre d'harmoniser un peu plus l'équipe mais également de découvrir le vrai visage de la soit-disant dure à cuir des deuxième année de poufsouffle. Cette fille un peu rebelle qui n'avait peur de personne. Et à priori, certainement pas de lui. Vraiment ?

Rey lui fit un sourire carnassier et se pencha sur son balai pour le lancer à tout allure sur Aliénor. La joueuse était très proche ce qui ne lui laissait pas une grande marge de manœuvre mais il parvint quand même à l'éviter avec une jolie vrille qui lui boucha les oreilles momentanément. Cependant, avait-il entendu un cri ou il avait rêvé ?

Le garçon rit et se retourna vers la fillette figée.

- Suis-moi si tu le peux ! cria-t-il par-dessus son épaule tandis qu'il entamait un arc de cercle pour laisser le temps à Aliénor de réagir. 

Puis il repartit de plus belle et enchaîna les figures, frôlant l'herbe rase puis remonta en piquet vers le ciel, tournoyant comme un oiseau possédé par le diable en personne. De temps en temps, il ralentissait subtilement pour permettre à Aliénor de continuer à le suivre sans qu'elle ne se rende compte de sa manœuvre, puis ré-accélérait quand elle reprenait son assurance.
Dernière modification par Rey Sifferlen le 17 janvier 2019, 0 h 32, modifié 1 fois.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Aliénor essayait de garder les idées relativement claires devant ce qu’il se passait. Elle venait de montrer une facette d’elle qu’elle a beaucoup de mal à accepter et qu’elle relaie au second plan bien caché derrière ces réponses cinglantes ou son sourire. Mais la fatigue et la colère lui ont fait lever le voile et maintenant Rey connait cette facette qui d’habitude se cantonne à ces dessins.

Mais sur son balai face à la fillette qui reprenait doucement son vrai caractère il était fier et visiblement satisfait par l’esprit quelque peu compétitif de la Poufsouffle. Mais alors qu’elle tentait de se concentrée, le garçon fonça vers elle. Aliénor avait à peine eu le temps de se rendre compte de ce qu’il se passait. Elle est restée sans bougée, les yeux fixés sur le regard de son capitaine fermant les yeux et laissant échapper un cri de surprise. Mais alors qu’elle pensait se prendre un Rey lancé à pleine vitesse, elle rouvrit les yeux sur le vide. Rien, juste le souffle d’air à la suite du balai du roux lui avait balayé les cheveux. Elle avait du mal à rassembler ce qu’il venait de se passer alors que la voix de Rey la sortie de sa tétanie.

Elle se retourna vers la source du bruit et vit son capitaine amorcer un mouvement circulaire visiblement prêt à défendre ces couleurs. Aliénor était avide de défis, c’était son carburant, son moyen d’avancer. Elle se rua à la suite du garçon. Mais elle se rendit vite compte que le garçon était bien plus habile qu’elle. Elle essayait de suivre au mieux mais sa colère remonta et se traduit en un resserrage de main autour du manche de son balai. Masi elle savait que s’énerver ne servait à rien. De toute façon elle n’avait plus la force. Alors Aliénor monta en chandelle sans plus se soucier de son camarade et une fois à une hauteur convenable, Aliénor se laissa basculer en arrière. La sensation de chute était grisante. Le vent n’était pas le même, elle ne le bravait plus pour avancer, elle ne faisait qu’un avec lui.


A quelques mètres du sol elle redressa son balai en utilisant toute sa force. Cette sensation de tomber, ça lui rappelait la chance qu’elle avait de voler, c’est pour ça qu’elle voulait faire partie de l’équipe, voler avec les autres dans un sport complexe réunissant des passionnés du ciel et du vent comme elle. Des gens qui se jouent de la gravité. Elle passa à toute vitesse sous Rey en laissant s’échapper un cri de joie. Elle avait assez râlé pour toute sa vie et au final se dévoiler comme ça devant Rey lui permettait de ne plus porter de masque. Et Dieu que ça faisait du bien.

Elle releva la tête vers son capitaine et lui dédia un sourire franc son sourire habituel au final.

-J’aime voler ! Mais tu m’énerve à tout réussir si vite… Pourquoi moi je galère ?

Evidemment, elle ne savait pas que Rey n’était pas né en jouant au Quidditch, mais il avait l’air si à l’aise, dans son élément. Elle revint à son niveau en slalomant doucement. Elle n’était pas énervée à ce moment-là, elle avait juste envie de comprendre.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Après une petite boucle, Rey entreprit de refaire une courte vrille tout en accélérant. Cependant à la fin de celle-ci, quelque chose clochait. Une présence manquait. Il regarda par-dessus son épaule et se rendit compte qu'Aliénor ne le suivait plus et qu'elle était restée plusieurs mètres derrière lui, entamant sans qu'il ne sache vraiment pourquoi, une chandelle. Voilà qu'elle recommençait à n'en faire qu'à sa tête. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour retourner à ses vieux démons.

Puis il se passa quelque chose à laquelle le garçon ne s'attendait pas du tout : la fillette commença à tomber en chute libre. Elle était toujours accrochée à son balai mais Rey eut la nette impression qu'elle s'était évanouie. La panique le submergea.

- Qu'est ce que ??? 'Tain, s'étouffa t'il en même temps qu'il s'élançait comme un fou vers la poufsouffle. 

Trop tard. Il sentit le sang quitter son visage en même temps qu'Aliénor lui passait devant, la loupant d'un dixième de seconde. Un poids énorme s'abattit dans son ventre comme si le monde en personne venait de s'y installer. Alors qu'il imaginait déjà le corps de la poufsouffle se briser sur le sol, la fillette se redressa et lui passa en dessous avec un cri de joie, saine et sauve. Le garçon se rendit alors compte qu'il venait de retenir sa respiration et il prit une grande inspiration haletante. Idiote, idiote, idiote ! Elle allait le rendre fou. Ses mains tremblaient de la peur qu'elle venait de lui faire. 

Tandis qu'elle relevait la tête vers lui avec un grand sourire et faisait une remarque qu'il trouva complètement déplacée en de telles circonstances, il lui lança un regard noir. Il se mit alors à sa hauteur, saisit son balai d'une main et rapprocha son visage du sien, furieux.

- Ne me refais plus jamais ça sinon je te vire pour de bon, la menaça t-il d'une voix qui tremblait autant de colère que de la frousse qu'elle venait de lui faire. Ses yeux d'ambre plantés dans ceux si étranges de sa vis-vis ne laissaient aucun doute quant à ses intentions. Il ne plaisantait pas.

Lorsqu'il constata que sa mains tremblait sur le balai de la fillette, il la retira rapidement et enfonça ses ongles dans sa paume. Il s'éloigna d'elle et hésita à remettre le pied au sol. S'il faisait ça, il abandonnait. Il devait retrouver son calme, contrôler ses émotions comme on le lui avait enseigné. Une inspiration après l'autre, les battements de son cœur freinèrent leur course endiablée.

- Tu dis n'importe quoi, asséna-t-il soudain d'une voix sèche en réponse à sa question qu'il avait reléguée au second plan. La première fois que je suis monté sur un balai, j'ai vomi mon petit déjeuner. J'ai passé des heures à essayer de faire une passe cadrée et la deuxième fois que j'ai réussie cet exploit, la personne avec qui j'étais s'est pris le souafle en pleine tronche.

Rey lança un regard à Aliénor. Il sentit venir un fou rire nerveux au fond de sa gorge que ses dernières émotions fortes retenaient encore de justesse. Il ne fallait pas grand chose pour qu'il éclate au grand jour, épuisé qu'il était.
Dernière modification par Rey Sifferlen le 17 janvier 2019, 15 h 27, modifié 1 fois.

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Aliénor baissa la tête, encore une fois elle n’avait pas réfléchi. C’est toujours comme ça, elle ne pense pas aux autres et ne voit pas comment pourraient être interprétés ces gestes. Mais bon on ne change pas le monde en 2 heures. Il lui faudra du temps avant de faire attention et de réfléchir. Faut vraiment qu’elle arrête se carnage. Mais elle ne se rend vraiment pas compte de ce qu’elle fait. Il tenait son balai fermement, elle ne pouvait pas s’échapper comme elle l’aurait fait d’habitude en prétendant que c’était de sa faute à lui. Mais il fait tout son possible pour elle et Aliénor ne fait aucun effort en retour. Elle le regardait dans les yeux, ne pouvant détacher ces yeux de la couleur ambrée qui était si proche d’elle.

Il s’écarta d’elle. Aliénor expira lourdement pour relâcher cette pression qui était monté en elle. Elle devait apprendre à ne pas faire de vagues et à arrêter de ne pas suivre ce qu’on lui disait. Il allait la laisser là, après tout elle ne méritait que ça. Elle avait de nouveau envie de hurler contre elle-même. Mais elle ne fit rien, elle ne bougeait plus son regard suivant machinalement la seule chose qui bougeait dans le paysage c’est-à-dire Rey.

La fillette sursauta quand il entama sa phrase. Elle dit n’importe quoi ? Comment ça ? Ce cerveau d’Aliénor, s’il était vraiment encore là, ce focalisa de nouveau sur les paroles de son capitaine. Lui aussi a chuté, lui aussi a eu du mal, lui aussi est humain. Elle s’en voulait, comment on pouvait enchainer les choses aussi stupides ? Elle respira doucement pour se donner du temps. Elle ne savait plus quoi répondre, elle était perdue dans un flot d’émotions, comme ça lui arrive souvent en ce moment. Elle avait l’impression de ne plus rien contrôler elle qui d’habitude garde une main sur tout.

Toujours sans bouger, la fillette se décida à ouvrir la bouche. Elle avait peur de dire encore une connerie. Au fond elle espérait ne pas pouvoir tomber plus bas.

-Je suis désolée.

Rien d’autre, c’est ce qu’elle était, elle n’avait jamais vraiment réalisé la portée de ces mots. Mais là, ils étaient vrais sans détours. Comme une pierre brute.

-Merci Rey, merci pour tout. Tu donnes de ton temps et de ton énergie alors que je n’écoute pas.


Elle parlait doucement sans arrière-pensée, sans sarcasme, sans aucun artifice.

-On a de la chance de t’avoir.


Son regard retourna dans les prunelles du garçon. Elle n’avait toujours pas bougé, comme si elle attendait de pouvoir le faire. Elle avait en face d’elle un exemple qui se battait au lieu d’abandonner comme elle le faisait.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Son fou rire mourut dans sa gorge suite aux excuses puis des remerciements qu'Aliénor venaient de lui faire. La surprise le laissa sans voix, Il ne s'attendait pas une seule seconde à voir la fillette se repentir et encore moins à l'encenser. Définitivement, de toutes les filles qu'il côtoyait ou avait rencontré, la poufsouffle était celle qu'il arrivait le moins à suivre. Il pouvait assimiler cette matinée à de vraies montagnes russes émotionnels.

Gêné, le garçon se passa une main dans ses cheveux et les ébouriffa après un haussement d'épaules en réponse. Il n'avait pas l'habitude des compliments et ne savait pas comment réagir, il n'était même pas certains qu'ils étaient réellement sincères. Néanmoins, et malgré tout ce qui venait de se passer, les paroles d'Aliénor lui firent plaisir. Ça n'arrivait pas tous les jours et son cœur d’artichaut était touché. 

Se rendant compte qu'il se laissait trop facilement attendrir, il se gronda intérieurement. Il n'allait pas se faire avoir comme ça tout de même ! Pas question de lui pardonner avec des mots doux, il avait vraiment eu peur et même si ses mains ne tremblaient plus, la désagréable sensation était toujours là. Elle disait qu'il réussissait tout, ce qui était encore plus faux aujourd'hui. Si elle avait été réellement évanouie, il n'aurait pas pu la rattraper. 

Il lui retourna son regard et lâcha un soupir sonore en levant la tête vers le ciel. En réalité, quoiqu'il puisse en dire, il lui avait déjà pardonné, c'était contre lui-même qu'il était en colère. Contre son impuissance. Contre sa bêtise d'avoir cru qu'elle était en danger. Pourquoi avait-il réagit aussi excessivement d'ailleurs ?

- Bon, on fait quoi maintenant ? demanda-t-il pour éviter de trop penser.

Sa jambe se balança machinalement en dessous de son balais. Ses dernières acrobaties et la feinte d'Aliénor avaient eu raison de ses dernières forces. Il était complètement perdue face à l'attitude de la fillette et était à court d'idées pour la rassurer sans danger. Un compliment peut-être ?

- Ta figure de toute à l'heure, c'était complètement stupide... mais c'était impressionnant. Stupide, mais impressionnant. 

Voilà qui était dit. Pas le plus beau compliment qu'il aurait pu faire mais en même temps, il ne pouvait pas non plus faire des miracles. 

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Le garçon semblait prendre la mesure de ce que venait de dire la fillette. Elle pencha la tête pour essayer de voir ces émotions se dessiner sur son visage n’osant toujours pas s’approcher comme on le ferait avec une bête sauvage. Elle attendait le moindre signe favorable pour bouger même si elle commençait à se refroidir. Elle fit craquer discrètement ces phalanges endolories. Une petite décharge de douleur lui déforma le visage alors que son capitaine recommença à lui parler. C’était un signe non, il n’allait pas la tuer si elle s’approchait. Elle le fixa un instant analysant ces paroles. Mais elle fut surprise quand la dernière phrase de Rey atteint ces oreilles. C’était quoi une félicitation ou des reproches ? Un peu des deux certainement… Elle s’approcha doucement.

-Euh… Merci, je crois.

Une fois à sa hauteur, elle regarda le sol un instant elle ne lui menait pas la vie facile, que ce soit à lui ou même aux autres membres de l’équipe.

-T’as pu voir que réfléchir avant d’agir ce n’est pas vraiment mon truc… Mais je vais faire des efforts promis, comme pour l’énervement et aussi de ne pas me mettre une mauvaise pression et tout ça…

Oh oui elle en avait des tords, mais elle avait bien vu que ces erreurs étaient normales et que de toute façon se braquer ne faisait pas avancer les choses. Elle voulait vraiment faire des efforts. Bien sûr elle n’arrivera pas à tout corriger en une journée, mais si elle y mettait du siens elle pourrait avancer avec eux. Aliénor baissa la tête. Ils étaient tous les deux fatigués, elle pouvait pleurer à tout moment et Rey s’énerver à tout moment. Elle l’avait vraiment poussé à bout. Ben au moins il serait prêt à affronter les prochaines grosses têtes.

-Si tu veux au prochain entrainement tu pourras m’envoyer le souafle en pleine tête, ça me calmera peut-être.

Un léger sourire apparut sur le visage de la fillette. Elle aimerait bien savoir ce qu’il se passe sous cette tignasse de feu. Mais bon autant tout tenter. Il lui avait demandé ce qu’ils allaient faire. Mais honnêtement au vu de son état de fatigue Aliénor avait un peu peur de voler et puis il y avait eu suffisamment de casse pour aujourd’hui. La fillette pencha la tête sur le côté en regardant son capitaine.

-Aller manger c’est pas mal non ? Sauf si tu veux me mettre se souafle dans la tête maintenant…

Elle sourit, elle n’avait jamais parlé avec tant de douceur, le pauvre elle n’allait pas en rajouter en parlant comme d’habitude, de façon crue et dure.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Capitaine  PV : Aliénor D. 

La poufsouffle fit doucement glisser son balai vers lui et lui lâcha les mots qu'il avait chercher à attendre dès le début de cette entrevue privée. Avait-il réussi à apaiser la tension avec Aliénor ? Il n'avait pas fait grand chose dans ce sens pourtant et quelques minutes auparavant, la conclusion n'était pas fameuse. Mais la fillette avait le don de le surprendre et semblait avoir compris le message. Il approuva d'un grognement et se contenta de lever les yeux au ciel avec une moue amuser lorsqu'il lui proposa de la calmer avec un souafle dans la tête. Ce n'était franchement pas sa méthode. Et puis, le cognard était bien plus intimidant...

Finalement, l'évocation d'un bon repas mit tout le monde d'accord, surtout son estomac qui répondit par un grondement sonore. 

- Je ne suis plus un débutant et de toute façon, pas le temps, fit-il avec un sourire taquin, sinon les gars vont tout bouffer ! Ajouta-t-il en posant le pied à terre.

Ils se dirigèrent vers les vestiaires. Rey avait hâte de retirer le haut poisseux de transpiration qui lui collait à la peau et de quitter le terrain. Il avait assez donner pour aujourd'hui, un peu de douceur et de tranquillité ne lui ferait pas de mal, soit, un bon chocolat chaud préparé par Eliott. Le rêve.

- Je t'attends à la sortie, dit-il à Aliénor tandis qu'ils entraient dans leur vestiaire respectif.

Arrivé dans la petite pièce au doux mélange d'odeurs de renfermé, de fauve et de vieilles chaussettes - on ne remerciera pas Calum pour ça -, Rey soupira et enfouis sa tête dans sa serviette. Quelle histoire. Il se changea rapidement et sorti. Un coup de vent le fit frissonner et il resserra sa cape autour de lui. Il faisait frisquet maintenant qu'il n'était plus sur son balai à suer. Le garçon n'attendit pas bien longtemps, Aliénor le rejoignit peu après. Ils se mirent alors en marche vers la deuxième chose que les Frelons vénéraient après le Quidditch : la nourriture.

- Au fait, ce que je t'ai dit par rapport à mes premiers essais, ça reste entre nous hein, pas un mot.

Il lui fit un clin d’œil et lui colla une pichenette amicale sur le front. Quelle tête de mule cette fille. Rey espérait de tout son cœur qu'Aliénor s'intégrerait mieux à l'équipe et prendrait confiance en elle. La victoire dépendrait de leur esprit combatif et d'équipe et tous les joueurs devaient être au top pour pouvoir l'envisager, titulaires comme remplaçants.

Fin du RP pour moi, merci Aliénor pour ces montagnes russes :P

Capitaine et Poursuiveur des Frelons - 2eme année RP
Membre raisonnable de l'A.C.D.C.
*Le souffle des poufsouffles jamais ne s'étouffe*

Capitaine  PV : Aliénor D. 

Au moins cette entrevue lui avait fait fermer sa grande bouche à Aliénor. En réalité, c’est peut-être le plus horrible des entrainements qu’elle vient de subir mais aussi celui qui lui aura appris le plus de choses. En effet, ces actions, ces paroles, ces humeurs, tout influait sur l’ambiance de l’équipe. Si elle veut progresser elle doit faire confiance aux autres mais aussi à elle-même. Mais ce n’est pas simple et ça prendra du temps.

La fillette sourit quand son capitaine accepta d’aller manger. Au moins il ne lui en voulait pas, pourtant il aurait de quoi. Mais c’est bien connu, la rancœur chez les Poufsouffle on connait que de loin. Enfin je crois. Mais un gros poids s’enlevait de son petit cœur. Elle avait une nouvelle chance et elle ne pouvait pas la gâcher.

Elle se dirigea vers les vestiaires et entra dans le sien. Etre seule dans ce grand espace… Aliénor souffla un grand coup en se laissant tomber sur le premier banc venu. Tout ça l’avait bien fatigué, que ce soit physiquement ou moralement. Mais ce soir elle allait bien dormir et surtout elle faisait quelque chose qu’elle aimait. Elle était fière de faire partie de cette équipe et de pouvoir jouer à leurs côtés. Elle se réchauffa les doigts un peu froid, elle avait tout à prouver et une marge de manœuvre énorme, toutes cartes étaient entre ces mains, il ne lui restait plus qu’à poser une quinte fluch et de tout gagner.

Quand elle sortit des dortoirs elle rentra ces mains dans ces poches et retrouva Rey. Elle avait encore du mal à être expressive avec lui, c’était l’autorité et surtout après ce qu’il c’était passé… Mais il entama la discussion sans aucune gêne ce qui rassura un peu la fillette, rester en silence ne la dérange pas, mais ce genre de silence gêné trop peu pour elle. Elle sourit à sa demande et avant même de pouvoir répondre il lui assena une pichenette sur le front. Par réflexe la fillette ferma les yeux et recula.

-Hey ! Fait attention à ce que tu fais.

Elle le regarda en coin faussement énervée puis balança :

-Je te l’accorde je la mérite. Mais la prochaine fois…

Au fond c’était toujours mieux qu’un souafle hein. Elle ne perdait pas vraiment au change. Elle lui sourit et l’entraina à sa suite, la nourriture n’attend pas. Surtout qu’il avait soulevé plus tôt le fait que les autres membres de l’équipe avaient dû tout manger ce qui était fort probable ! Tant qu’il reste des fruits…

Fin de même. Merci à toi!

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle