Salle de répétition

Inscription
Connexion

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Dans la journée, Juliette avait été toute heureuse : elle allait pouvoir s’échapper en chantant. Elle jouait du ukulélé, mais chantait aussi, ça la détendait. 

Une fois dans sa Salle Commune, elle déposa son sac de cours, attrapa ses partitions et couru jusqu’à la Salle de Répétition. 

À son grand soulagement, il n’y avait personne. Elle commença à entonner un air, Rolling in the deep, en allant chercher son instrument dans le « coin des cordes » - comme elle l’appelait -. 

Mais là, posé près de son précieux ukulélé, trainait - enfin trônait - un beau violon sur un petit piédestal. Il semblait - enfin, Juliette voyait, mais ce n’était pas très objectif - émaner de lui une lumière. Un nom, gravé sur une petite plaque couleur or : Grace Beauchamps. 

Juliette sautillait : le violon de Grace Beauchamps ? Mais la jeune Gryffondor rêvait d’en faire ! La fillette ne tenait plus en place. 

« Ne le prends pas, Juliette, n’y touche pas ! », se disait-elle pour s’en dissuader. 

Tendant le bras, le ramenant vers elle, se mordillant la lèvre, Juliette hésitait. Personne ne la verrait, elle était seule ! Oui, mais c’est mal de prendre ce qui ne nous appartient pas !

L’ange et le diable de Juliette discutait pour savoir qui avait raison. La - trop - curieuse Gryffondor força les choses et donna raison à sa mauvaise personnalité : elle tendit le bras et attrapa l’instrument. 

Elle le serrait dans ses bras tel un ours en peluche au moment où la porte s’ouvrit et laissa place à la propriétaire du bel instrument pas à sa place...

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Grace était sereine par cette belle après midi de mars et elle venait de passer une bonne heure à se prélasser dans un coin à l'ombre du parc. La jeune femme ne supportait effectivement pas assez la chaleur pour s'exposer au soleil et la perspective d'être assiégée par le bruit environnant des élèves n'améliorait pas la motivation de se rendre au centre de l'esplanade verte. Cependant, le moment de détente avait dû toucher à sa fin puisqu'il avait fallu qu'elle s'en aille travailler. Elle préparait un concert qui arriverait bientôt et elle l'appréhendait beaucoup pour une raison simple : elle devait jouer du violon. Cela pouvait paraître étrange mais l'instrument n'était pas vraiment le problème, c'était plutôt celui avec lequel elle se devait de jouer qui la traumatisait quelque peu : celui de Gabrielle. Il y a peu, elle avait déjà fait le pas de le sortir de sa boîte pour l'exposer aux regards curieux des musiciens en herbe qui peuplaient régulièrement la Salle de Répétition et elle avait d'ailleurs pu remarquer que la plaque dorée posée dessus avait attiser la curiosité de plus d'un. Néanmoins, elle les avait laissé faire, tant qu'il ne le touchait ou le manipuler pas.

L'adulte avait donc pour projet de recommencer à s'entraîner avec l'instrument à cordes en cette après midi ensoleillée. Elle remonta donc les quatre étages qui la séparaient de sa salle favorite dans le château et, ravie de constater que du bruit n'en émanait pas, poussa la porte. Ce qu'elle y découvrit la figea alors : Miss Johnson, une chanteuse et joueuse de ukulélé, tenait le violon de Gabrielle entre ses bras, comme s'il était le sien. La cheffe de cœur eut alors un blocage puis bouillona soudainement à l'intérieur d'elle même. Cependant, elle se devait de garder le contrôle. Il ne fallait pas oublier qu'elle était la personne mature des deux individus présents dans la pièce. D'un ton sec et brusque, elle hasarda alors :

- Miss Johnson, veuillez poser ce violon tout de suite. Ne vous a-t-on jamais appris à ne pas toucher à ce qui ne vous appartenait pas ?

Grace sortit alors de sa torpeur pour s'avancer en un pas raide dans la salle jusqu'à parvenir à l'endroit de l'étudiante et observait ses moindres faits et gestes avec son instrument si précieux.

Directrice de la Chorale
Si vous avez des questions, allez voir dans la Salle de Répétition (4e Etage) ou contactez moi par hibou.

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Juliette savait qu’elle n’aurait pas dû le prendre dans ses bras. Mais ce beau violon la narguait, posé sur son petit piedestal. Le professeur de musique, à qui il appartenait, venait d’entrer. 

« Miss Johnson, veuillez poser ce violon tout de suite. Ne vous a-t-on jamais appris à ne pas toucher à ce qui ne vous appartenait pas ? », dit d’un ton autoritaire et sec Miss Beauchamps. 

La jeune Gryffondor s’exécuta et donna au professeur son instrument ; elle était rouge, d’un tel rouge qu’on l’aurait cru assortie à son insigne. 

Baissant les yeux et évitant tous contacts - autant visuels que physiques - avec le professeur. 

« C’est que... je... enfin... Je rêvais d’essayer le violon... Vous n’étiez pas là.... Enfin, m’dame... Miss... Vous comprenez ? », dit Juliette, la voix tremblante. 

Elle s’apprêta à sortir, lorsqu’elle entendit un morceau de violon, doux et serain, venant du couloir. Une idée vint alors à la jeune fille. 

Un violon était mis à disposition pour les élèves qui en jouait mais qui n’en avait pas. La petite Gryffondor se saisit de l’objet et dit :

« Puisque ce violon est votre, celui-ci n’est à personne, n’est-ce pas ? Apprenez-moi le violon, je vous en prie ! »

Pour montrer sa determination, elle prit l’archet et le frotta contre les cordes. Un horrible son s’échappa de l’objet.

« J’ai vraiment besoin de conseils... », dit Juliette en grimaçant et en se frottant les oreilles.

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

La rigidité habillait le corps de Grace et la colère pulsait dans ses veines à n'en plus finir. La rage même, il fallait l'avouer. Les enfants et la jeunesse d'aujourd'hui n'étaient donc vraiment plus éduqués, ou en tout cas pas convenablement selon l'adulte. Comment une gamine de douze années avait cru qu'elle pouvait en toute impunité s'emparer de ce qui n'était pas à elle ? Surtout un objet de cette valeur. Cela n'était simplement pas croyable à ses yeux, pas envisageable. 

Une fois que les deux individues furent à la même hauteur, le petit bras frêle de l'enfant lui tendit alors son violon et sa propriétaire s'en empara rapidement et sèchement. L'envie de courtoisie lui manquait cruellement, il fallait le dire, mais cela se comprenait selon elle. Elle ne fit même pas attention à la couleur cramoisie qui prenait possession du visage de Juliette Johnson ou de ses divers bafouillements. La jeune femme se moquait de ce qu'elle pourrait lui dire, rien n'excuserait son impolitesse qu'elle qualifiait de "légendaire". 

Elle en saisit juste les quelques derniers mots : "vous comprenez ?". Décidément, en plus d'être assez discourtoise, l'enfant était aussi peu intelligente. Bien sur que non, Grace ne comprenait pas un geste pareil. Cependant, ce qu'elle vit ensuite lui hérissa d'autant plus le poil : Johnson, après avoir lâché le violon de Gabrielle, s'emparait de celui mis à disposition pour les élèves. Elle était même actuellement en train de frotter l'archer contre les cordes, ce qui produisait un son disgracieux et même strident. Elle voulait des conseils, elle en aurait, il ne fallait pas s'en faire, la cheffe de cœur était assez professionnel pour ça. Seulement, qu'elle arrête de jouer. Il s'agissait du seul souhait de la jeune femme.

- Vous me ferez plaisir, s'il vous plaît, lâchez cet archer. Je vais vous aider, puisque vous le souhaitez, mais arrêtez de jouer. 

Elle marqua une courte pause, avant de reprendre :

- Quelles sont vos connaissances ?

Directrice de la Chorale
Si vous avez des questions, allez voir dans la Salle de Répétition (4e Etage) ou contactez moi par hibou.

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Alors que Juliette se couvrait les oreilles de l’une de ses mains, celles tenant l’archer, le professeur ordonna avec un ton sec à la jeune fille de lâcher l’objet en bois, ce qu’elle fit sans hésiter. 

Le professeur s’arrêta quelques secondes, puis elle poursuivit :

« Quelles sont vos connaissances ? ». 

La Gryffondor réfléchit. Elle connaissait quelques bases, mais pas grand chose. Elle n’était même pas sûr de bien tenir son violon.

« Et bien... Je sais que le violon est un instrument très sensible, qui sonne faux au moindre  mouvement de travers, dit Juliette en se frottant les oreilles. L’archer est fait en bois et en crin de cheval. Sinon... Heu... C’est à peu près tout ce que je sais. ». 

Après ça, la brunette marqua une pause, réfléchit à ses dires et rajoutz, plus ironiquement :

« Je sais aussi que j’aurais grandement besoin d’apprendre un sortilège d’isolement, pour ne pas casser les oreilles de tous le ponde dans le château... ».

Mais sa blague ne semblait pas faire rire la cheffe de chœur, car elle resta neutre, l’archer toujours en main. Juliette, elle, commencer à trouver lourd le violon. Elle décida de prendre place dans l’un des sièges présents.

Elle réfléchissait : le professeur allait-il la punir ou l’aider à apprendre ? Peut-être bien les deux. Tandis qu’elle se questionnait, elle rêvait de savoir jouer du magnfique et majestueux instrument. C’était l’un de ses rêves ! Si Miss Beauchamps le réalisait, elle lui serait reconnaissante toute sa vie...

Mais pour l’instant, elle attendait des réponses.

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Ce son strident s'était enfin arrêté, dans le même temps que les gesticulations incessantes de la Gryffondor sur le violon, et cela rassura Grace. Elle fit pendre l'archer le long de son bras au grand soulagement de la jeune femme, il ne manquait plus qu'elle pose le violon dans son écrin et tout serait parfait. En effet, une cheffe de cœur sans tympans aurait été fort ennuyeux et il fallait donc les préserver le plus possible, afin qu'elle garde sa profession qu'elle chérissait. Elle aimerait effectivement éviter d'être renvoyée de Poudlard indirectement à cause d'une jeune élève de Première Année.

Cette dernière venait d'ailleurs de prendre un air de réflexion, probablement dans l'optique de répondre à la question de la directrice de chorale. Celle ci espérait qu'elle serait assez fournie, partir d'un néant était toujours plus compliqué que d'une base solide. En tous les cas, Juliette Johnson pratiquait déjà un instrument à cordes, même si elles étaient pincées, et une partie de l'apprentissage était ainsi déjà fait. A ce moment, l'élève répondit :

- Et bien... Je sais que le violon est un instrument très sensible, qui sonne faux au moindre  mouvement de travers. L’archer est fait en bois et en crin de cheval. Sinon... Heu... C’est à peu près tout ce que je sais.

C'était bien maigre au goût de Grace qui aurait souhaité plus, mais elle n'aurait pas le choix que de faire avec. Lorsque la Gryffondor rouvrit la bouche, un nouvel espoir naquit, bien vite éteint à nouveau :

- Je sais aussi que j’aurais grandement besoin d’apprendre un sortilège d’isolement, pour ne pas casser les oreilles de tout le monde dans le château...

Visiblement, elle avait essayé une touche d'humour, et vraisemblablement, elle n'avait pas abouti. En effet, l'adulte arborait toujours un visage impassible, toujours terni par une légère colère. Elle dit alors, préférant commencer par le sortilège que par l'apprentissage de l'instrument :

- Nous allons commencer par le sortilège si vous le voulez bien. Vous êtes en Première Année n'est-ce pas ?

Directrice de la Chorale
Si vous avez des questions, allez voir dans la Salle de Répétition (4e Etage) ou contactez moi par hibou.

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Lorsqu’elle parlait, la fillette se sentit mal. Elle avait l’impression de marcher sur des œufs. Le professeur avait l’air soulagé que le bruit ne reprenne pas, car elle se détendit un peu. Elle écouta les dires de Juliette sur le violon. 

Lors du trou que Juliette fit après sa blague, le professeur avait l’air déçu. Après la semi-blague de la brunette, elle reprit un air impassible.

Presque soulagée que le professeur l’écouta sans se soucier de son violon et de l’histoire passée, elle sursauta presque lorsqu’elle prit la parole. 

Sa voix, encore un peu rude, proposa à l’enfant d’apprendre un sort. Pourrait-elle épater son professeur de Sortilège, ou était-il du programme de l’année ?

« Heu... Je... Oui, c’est ça. Je suis, en effet, en première année. Le sort diffère-t-il selon les années ? », demada Juliette, faisant tout pour ne pas froisser son professeur de musique.

La fillette de Gryffondor se dit qu’il était tant de sortir sa baguette et le fit. Une baguette de bois simple, sans motifs abaracadabresques comme on en voyait, certaines fois.

Elle attendait la réaction de la cheffe de chœur, mais celui semblait perdu dans ses pensées, car elle ne réagissait pas. Peut-être était-ce de l'intention, ou bien elle réfléchissait.

Juliette se gratta la gorge, tapota du pied... Mais c’était peine perdue : le professeur était impénétrable. Elle tendit la main et la secoua devant sa tête, espérant une meilleure réaction. 

Pourtant, était-ce normal d’avoir peur que son professeur se froissa de ce geste si peu respectueux avec une personne qu’on venait d’offenser ?
Dernière modification par Juliette Johnson le 22 juin 2018, 20 h 56, modifié 1 fois.

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

La jeune fille semblait la scruter d'un regard pénétrant, la détaillant de toutes parts, mais Grace ne se laissait pas faire. Ce n'était pas en s'accrochant à de simples iris que la Première Année réussirait à dérider l'adulte. S'il y avait bien une corde sensible chez la jeune femme, c'était bien le violon de Gabrielle et elle serait absolument intolérante et intransigeante à son sujet, surtout s'il s'agissait de jeunes enfants gazouillant. Ainsi, y toucher revenait à prendre de très, trop gros risques face à la trentenaire et, malgré cela, la Gryffondor avait osé. 

La cheffe de cœur ne comptait pas lui faire payer à proprement parler ce geste, bien qu'elle le prenait comme un affront assez personnel ou plutôt que cela la touchait. Elle savait qu'elle se trouvait dans la Salle de Répétition en qualité de directrice de chorale et non musicienne ou rancunière. Elle comptait donc prendre sur elle et savait que si elle le désirait vraiment -comme c'était le cas, elle tenait trop à son emploi-, elle saurait le faire. C'est alors que la réponse de l'instrumentiste en herbe lui parvint :

-  Heu... Je... Oui, c’est ça. Je suis, en effet, en première année. Le sort diffère-t-il selon les années ?

Cela faisait beaucoup de bafouillages et d'onomatopées inutiles pour une simple confirmation. M'enfin bon, les ornements futiles devaient faire partie de la jeune fille puisque, depuis le début de leur entrevue, ils devaient bien peupler la moitié de ses paroles. Tant pis, il faudrait donc faire avec. Grace entreprit alors de lui répondre, tandis que la cadette semblait effectuer de drôles de mouvements -peut être était-ce une danse de la joie ? :

- Que faites vous Miss ? Sinon, pour vous répondre : non, un même sort ne diffère jamais, et encore moins selon des années relatives aux écoles de magie. C'est uniquement pour savoir vos connaissances déjà acquises. 

La future violoniste sortit alors sa baguette et son aînée fit pareil. Les deux baguettes différaient vraiment.

Miss, je vous remercierais à l'avenir de ne pas faire agir mon personnage sans mon accord. 

Directrice de la Chorale
Si vous avez des questions, allez voir dans la Salle de Répétition (4e Etage) ou contactez moi par hibou.

N’y touche pas !  PV Grace Beauchamps 

Juliette fut gênée d'avoir tenter d'attirer l'attention du professeur de cette façon, si grossière soit elle. La femme lui fit remarquer que c'était étrange, mais répondit à la question posée un peu plus tôt par la fillette comme si cette conversation était normal. Mais elle ne l'était pas.

La fillette avait sortit sa baguette, mais ne savait pas si s'était vraiment nécessaire : ne fallait-il pas l'aspect théorique avant tout ? Mais son professeur sortit la sienne aussi, et l'enfant se dit que cet aspect là serait moins long qu'en cours.

Leur baguette était très différente : était-ce car le fabriquant n'était pas le même ? Ou peut-être car le style de fabrication avait évolué depuis que Miss Beauchamp était enfant ? Ou peut-être, que, tout simplement, les baguettes n'étaient pas fabriquées de la même façon selon les pays ? 

Juliette se tenait maladroitement et parut gêné. Elle entreprit de s'avancer vers son professeur de musique, car quelques mètres les séparaient. Pour apprendre, le plus pratique était d'entendre ce qu'on lui disait...

« Heu... Que dois-je faire, pour lancer ce sortilège ? Qu'est le plus important ? », demanda maladroitement la fillette. 

Elle tourna la tête vers la femme, attendant une réponse. Elles étaient parties sur de mauvaises bases, mais l'enfant faisait tout pour améliorer les choses. Pourtant, rien avait l'air de marcher : à chaque fois, son interlocutrice était plus froide, plus distante. Que faisait-elle donc de si mal ?

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute: