Salle de répétition

Inscription
Connexion

Aide à 4 cordes  PV 

Mad monta la floppée de marches qui la séparait du Quatrième Etage, se hâtant avant que les escaliers ne reprennent leurs petits jeux incessants. Elle dépassa le palier de celui ci et poursuivit à travers le labyrinthe de portes. Elle se dépêchait, bien qu'elle ne soit pas en retard puisqu'il n'y avait pas d'heure précise, exacte. Cependant, elle se devait d'arriver un peu plus tôt que la personne avec qui elle avait rendez vous, pour préparer l'entrevue. Elle se dépêcha d'arriver devant une porte qu'elle commençait à bien connaître, à force de l'ouvrir puis de la refermer : celle de la Salle de Répétition. Elle avait prévenu Miss Beauchamp au préalable de sa venue ainsi que celle de l'autre personne et celle ci lui avait rapidement confirmé son autorisation, en précisant qu'elle ne savait pas encore si elle serait présente. A vrai dire, la Gryffonne appréciait habituellement la compagnie de la jeune femme lorsqu'elle s'entraînait, mais là, elle préférait son absence. En effet, elle allait enseigner un peu de sa maîtrise à quelqu'un et si la cheffe de cœur pouvait s'absenter, cela lui permettrait d'être complètement libre sans se sentir jugée. Bien qu'elle connaissait l'adulte comme tolérante et ouverte d'esprit, elle savait aussi que sa rigidité pourrait la couper dans son don de savoir.

Lorsqu'elle poussa donc la porte, elle put découvrir la pièce déserte et cela la rassura. Pas d'adulte en vue, donc. Elle emprunta le long couloir qui bordait l'assemblée de chaises pour rejoindre le fond de la salle où elle pourrait retrouver ses instruments. Cette fois, elle n'emprunterait pas le long tube doré mais bien la caisse de résonance dotée de 4 cordes et un pied, car c'était de cela que traiterait son parrainage. Elle était finalement ravie que cela soit violoncelle et pas saxophone car elle avait pour habitude de prendre ce dernier et perdait un peu la main à l'autre. Elle pourrait donc s'atteler à reprendre l'habitude de pratiquer l'instrument.

Mad le sortit donc de sa housse et le prit en main, l'examinant de toute part. Il n'avait pas changé, ce bon vieux violoncelle. Toujours avec ses légères bosses, qu'on pourrait qualifier aussi de secousses, ses cordes argentés où la lumière se réflètait, cette façon de se tenir droit, majestueux. C'est à ce moment qu'elle réalisa qu'il lui avait manqué et qu'elle l'avait trop oublié ces derniers temps, préférant l'instrument à vents. Elle prit rapidement une chaise derrière elle, désordonnant les lignes bien droites et presque parfaites qu'avaient créées la directrice de la chorale, et y prit place. Elle déposa sa cale pour pique au sol, calant dans l'endroit prévu à cet effet le pied de la chaise. Elle déposa l'instrument entre ses jambes, le caressa, sentit le bois sous la peau de ses doigts, et savoura l'instant. C'est alors que la jeune fille aux cheveux  roux qu'elle attendait poussa la porte. Mad se retourna vivement.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Aide à 4 cordes  PV 

C'était une matinée ensoleillé. Ou bien une après-midi. A vrai dire Ivy ne savait plus trop.
Il faut dire que se repérer dans le temps et la journée n'était pas vraiment son point fort. La fillette n'avait jamais compris cet engouement pour les horaires et elle se contentait de suivre les mouvements de foule pour arriver à l'heure en cours ou bien au réfectoire.
Alors allongée dans l'herbe et emmitouflée dans son pull bleu nuit, la Serdaigle se contentait de contempler les nuages, s'interrogeant sur la forme de chacun, peu intéressée par l'heure. L'un d'entre eux ressemblait un peu à un mouton. Un mouton légèrement biscornu certes, mais un mouton tout de même. Malheureusement pour l'animal difforme, il se fit bien vite avaler tout rond par un énorme caméléon à qui il manquait trois pattes, lui même poursuivit par une raquette de tennis.
Ainsi étalée dans la pelouse à se demander si les raquettes mangeaient réellement les caméléons unijambiste et ces derniers les moutons tout cabossés, Ivy ne sentit pas immédiatement les gouttelettes lui chatouiller le nez. C'est seulement à moitié  trempée qu'elle se leva en fronçant les sourcils étonnée avant de se diriger d'un pas rapide vers le château. La fillette n'avait rien contre la pluie, elle aimait d'ailleurs rester assise dans l'herbe à se faire arroser par les torrents que déversait le ciel capricieux. Cependant elle ne souhaitait pas arriver à son cours de violoncelle trempée de la tête aux pieds dans une salle froide où elle allait passer son temps tantôt à éternuer, tantôt à sentir des sillons de pluie couler le long de sa colonne vertébrale.
En parlant d'instrument, Ivy n'avait pas la moindre idée de l'heure et l'horaire à laquelle elle devait se rendre à la salle de répétition. Haussant les épaules d'un air maussade, elle se mit en chemin, peu enthousiaste à l'idée de devoir peut-être patienter plusieurs heures devant la porte.
Le château semblait bien silencieux, chose étonnante puisque la journée était loin d'être terminée et qu'habituellment il grouillait de sons et d'odeurs. Marchant d'un pas rapide, la fillette arriva bien vite devant la salle. Décrispant son visage, elle poussa d'une main le panneau de bois. À sa grande surprise ce dernier pivota, laissant entrevoir la pièce. Là se tenait déjà une fille aux cheveux d'or, un violoncelle entre les jambes. C'était sans doute elle qui allait lui donner son cours.
Ouvrant maintenant totalement la porte, Ivy entra dans la salle, les yeux fixés sur l'instrument. Pratiquant le violon et la batterie, elle avait déjà de bonnes bases musicales mais il fallait bien avouer que le violoncelle l'attirait depuis quelques temps. Elle ne pouvait s'empêcher de frémir quand elle entendait les notes s'élever de cet instrument. Ces notes si belles, si graves la transcendaient littéralement, l'attirant inexorablement vers la source de la mélodie. C'était le même schéma qui se répétait à chaque fois et l'enfant était maintenant bien décidé à apprendre à jouer du violoncelle.
Reportant son attention sur la fille, Ivy lâcha calmement:
"Salut."

Ivy et Olympe les ninjas de l'ombre.

Deuxième année RP