Salle de répétition

Inscription
Connexion

 Libre  J'ai perdu le do...

19/12/2043

J'ai perdu le do de ma clarinette. J'ai perdu le do de ma clarinette ! Ah si papa il savait ça, tralala ! Ah si papa il savait ça tralala ! Il dirait ohé ! Il dirait ohé !


Les paroles d'une ancienne comptine que Solenn adorait lui revenait en tête, alors que ses pas l'amenaient doucement mais sûrement vers la Salle de Répétition. Sa boîte de clarinette l'attendait là-bas, et depuis le début de sa troisième année, elle venait tous les samedis, au moins une demi-heure s'entraîner. Pas le temps de venir pendant la semaine, avec tous ses devoirs, mais Solenn s'était obligée de lâcher ses manuels chaque week-end, pour profiter de son instrument. Elle aimait de plus en plus en jouer, et sans se rendre compte, mettait toute son âme dans sa musique. Ce qu'elle jouait n'était pas parfait, loin de là, mais elle avait un joli son, et parvenait à transmettre beaucoup d'émotions. Il lui arrivait, à la fin d'un morceau, de se rendre compte que des larmes coulaient sur ses joues. Alors, elle s'essuyait avec sa manche et reprenait comme si de rien n'était.
Elle arriva enfin dans la Salle, et ouvrit la porte. Personne. Parfait. La rousse se jeta presque sur sa boîte rectangulaire, et monta sa clarinette en un rien de temps. Un pupitre, sa partition dessus, et tout était bon. Ces temps-ci, elle travaillait la Sonate pour clarinette et piano de Saint-Saens. Ce morceau était peut-être un peu trop compliqué pour son niveau, la troisième année avait presque le premier mouvement dans le doigts, ainsi que le troisième. Le deuxième, elle était en train de le travailler, et le quatrième attendrait encore un peu. Aujourd'hui, elle avait décidé de travailler ces mesures, de 38 à 43. La jeune fille buttait encore sur cet enchaînement de notes, et elle fit ce que chaque musicien digne de ce nom devait faire : répéter, répéter et encore répéter. Elle changeait les rythmes, jouait le passage à l'envers, tout passait. Ce n'était plus de la belle musique, c'était du travail. Métronome sur le pupitre de fer, elle repassait encore et encore toutes ces notes.

Reducio
N'importe qui peut venir s'ajouter à ce début d'aventure, mais restez cohérents, je vous en prie. Solenn n'est pas en train de jouer un concerto pour votre personnage, et vous entendra sûrement lorsque vous entrerez, car elle n'est pas sourde.

Troisième année RP (2043-2044)
Cassen ma vie

 Libre  J'ai perdu le do...

Noah passait le plus clair de son temps libre à la bibliothèque. En tant que né de moldus il y a beaucoup de notions qui lui étaient inconnues. Aussi bien sur la notion de la magie que sur le monde des sorciers lui-même. Surtout ça d’ailleurs ! Que ce soit l’histoire, les uses et les coutumes, les grands noms de la magie et tout ce qui s’y rattache. Le fait d’ignorer tout ça donnait à l’écossais l’impression d’avoir du retard sur les autres. Retard qu’il avait bien l’intention de rattraper. Après tout, à l’école chez les moldus il avait cette image d’intello, il n’y a pas de raison que ça change ailleurs !

Donc après avoir fait la démarche d’emprunter quelque livres qu’il gardait sous le bras, l’apprenti sorcier s’apprêtait à regagner la salle commune de la maison Serdaigle quand un étrange son retenue son attention alors qu’il était dans les couloirs. Une mélodie issue d’un instrument de musique. Ça il en était sûr, mais quel instrument précisément ça il ne le saurait le dire. Il n’a pas de connaissance musicale, ni même l’oreille musicale d’ailleurs, suffisamment développer pour reconnaitre les instruments de musique si facilement.

Attiré par cet air répétitif et entrecoupé qui piquait sa curiosité. Le petit garçon se mit en tête d’en trouver l’origine. Il ne put s’empêcher de se demander s’il n’aurait pas des fantômes musiciens d’ailleurs. Ce fut donc tout naturellement que ses pats et son ouïe le menèrent à la salle de répétition. Il s’y tenait là une fille, rousse et visiblement plus vieille que lui. Elle tenait entre ses mains quelque chose qui s’apparentait à une grosse flute avec pleins de bidules métallique dessus. Curieusement l’objet ne lui était pas inconnu, sa forme lui rappelait quelque chose, mais alors quoi ? Tout comme il serait incapable de dire le nom de cet instrument.

De toute évidence le Serdaigle avait interrompu la rouquine dans sa musique. Alors, politesse et civilité obligent, il présenta ses salutations avec un sourire timide.

_ Euh … bonjours !

 Libre  J'ai perdu le do...

Répéter toujours les mêmes passages, sans s'arrêter, voilà un travail qui fatiguait bien plus que La musique en elle-même. Jouer lorsque cela avait du sens faisait oublier la fatigue, on se laissait porter par les notes, les sentiments, et plus rien n'avait d'importance. Plus rien. Même plus les tracas de la vie, si énormes soient-ils. Mais là, à ressasser ce petit bout de la partition, à le jouer dans tous les sens, les pensées elles aussi tourbillonnaient au rythme du travail. Sa troisième année était de loin la plus angoissante. C'était sa Renaissance, certes, mais arriverait-elle à se lever au-dessus de ses démons ? Arriverait-elle aussi, en même temps, à aider sa p'tite Lune ? Et ainsi, à découvrir ce que les deux filles ressentaient réellement l'une pour l'autre ? Car cette question était sans réponse, depuis bien longtemps. Solenn avait décidé, pour mettre fin aux doutes dans sa tête, que les deux étaient meilleures amies, et que c'était tout. Mais elle ne se rendait pas compte que tout était plus fort qu'une simple amitié...
Avec cette tempête qui ne cessait de s'accroître et qui lui cognait le cerveau, Solenn faillit ne pas entendre la porte s'ouvrir. Elle se retourna, pour voir un garçon entrer. Il faisait la même taille que lui, mais la ressemblance s'arrêtait là : mince, les cheveux châtains, les yeux étrangement marrons et vert en même temps...
Un sourire timide vint s'ajouter à son salut, et Solenn le salua à son tour, et en souriant de cette même façon un peu gênée :

-Bonjour.

Ses mains se raffermirent sur sa clarinette alors qu'elle se tournait un peu plus vers le garçon pour se retrouver réellement face à face. Elle lui demanda alors :

-Tu veux la salle pour répéter ?

Solenn se doutait que sa réponse allait être positive, alors elle tenta de trouver d'instinct quel instrument l'inconnu pratiquait. Mmmhhh, pas facile. De la trompette peut-être ? Ou peut-être même de l'alto... Oui, l'alto lui convenait plutôt bien...

Troisième année RP (2043-2044)
Cassen ma vie

 Libre  J'ai perdu le do...

De toute évidence la jeune femme semblait au moins autant gênée que le petit garçon. Leurs timidités respectives devaient très certaine offrir un spectacle risible d’un point de vue extérieur.

-Bonjour. Tu veux la salle pour répéter ?

La question laissait supposer que d’autres élèves devaient certainement jouer d’un instrument eux aussi. Le né-moldu se demandait si ces gens-là étaient nombreux ici. D’ailleurs à quoi pouvait bien ressembler un orchestre de sorciers. Est-ce qu’il y aurait des instruments qui s’animent tous seuls pour diffuser leur mélodie. A moins qu’il y en ait d’autres qui révèle des pouvoirs magiques lorsqu’on les utilise un peu comme des tambours de chamans des contes et légendes. Et si ça ne se limitait pas qu’un des instruments. Il pourrait aussi y avoir des chansons magiques … ou maudites d’ailleurs. Mais trêve d’imagination fertile. Il est temps de retourné dans la réalité.

_ Ha non non pas du tout, je ne cultive aucun talent musical, j’ai seulement été attiré ici par la mélodie et la curiosité.


Il est vrai que le garçon n’a que très peu été sensibilisé à l’art musical. Ou l’art tout court d’ailleurs … Ho bien sûr il lui arrive de dessiner comme tous les enfants de son âge ou de chanter des comptines qu’on lui a apprises à l’école primaire ou des chansons moldus qu’il entend à la radio ou la télé mais cela s’arrêtait là.

Une fois le stade des salutations passé le jeune écossais supposait qu’il serait plus commode pour tous les deux de se présenter.

_ Je m’appelle Noah. Et vous ?

 Libre  J'ai perdu le do...

Le garçon lui répondit négativement, et sans s'en rendre compte, un petit sourire rassuré se dessina sur le visage de la rousse. Elle était de pouvoir rester répéter encore un peu de temps. Le garçon se présenta, et Solenn lui répondit en souriant, pour mettre Noah à l'aise. Il venait de la vouvoyer, et c'était peut-être à cause de la timidité, elle n'en avait aucune idée.

-Solenn. Et pas besoin de me vouvoyer, on doit avoir le même âge...

Très bien. Les présentations étaient faites, et Solenn avait presque envie de lui demander de partir pour continuer à travailler sur son morceau. Mais la politesse était trop importante pour la jeune fille, alors elle lui dit :

-Si tu veux, tu peux rester écouter, mais c'est pas très joli, je fais que travailler...

Elle haussa les épaules pour s'excuser puis se retourna vers son pupitre. Mais la présence de Noah la déstabilisait et elle ne pourrait continuer à faire quelque chose d'aussi atroce. Alors, elle fit tourner son buste jusqu'au brun et lui dit :

-En fait, j'crois que le travail est fini, place à la musique.

Sa phrase la fit ricaner, et elle se remit en place, et tourna les pages jusqu'au premier mouvement, qu'elle avait bien en main. Peut-être pas assez vite par rapport à l'original, elle commença, sans presque sortir de son. Il fallait être le plus possible piano, c'était ça qui donnait à ce mouvement toute sa profondeur. Son son était assez joli, et la jeune française se laissa porter par sa musique, sans se soucier plus que cela de Noah. Très vite, ce fut la fin de cette première partie. Malgré quelques erreurs et quelques ralentissements, elle s'en était plutôt bien sorti de son point de vue.

Troisième année RP (2043-2044)
Cassen ma vie

 Libre  J'ai perdu le do...

Ainsi donc la musicienne se prénommait Solenn. C’est un joli prénom. Et peu courant puisque de mémoire Noah n’avait encore jamais croisé aucune fille qui s’appelait ainsi. Quoiqu’il en soit l’interlocutrice invita le jeune homme à rester s’il le désirait, pour ensuite retourner à son entrainement et finalement changer de musique.

C’est dommage mais l’écossais n’a pas ce qu’on pourrait appeler la fibre artistique. Encore moins musicale. Rendu là il serait compliqué pour lui d’apprécier les airs joués à leurs justes valeurs. De toute façon Noah n’avais pas l’intention de s’imposer.

_ C’est gentil mais je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Bonne continuation … Solenn …


Le serdaigle s’est rendu compte au dernier moment qu’il avait continué de vouvoyer son interlocutrice malgré sa demande. Les habitudes sont souvent tenaces. C’est pour ça qu’il avait ponctué ses salutations par le prénom de cette fille afin que cela passe mieux. Pourtant l’intonation de la phrase ne sonnait pas du tout naturelle à son gout mais tant pis.

Le première année retourna donc sur ses pats pour regagner la salle commune de sa maison et laissant la jeune fille seule avec sa grosse flute. Il ne sait toujours pas le non de cette instrument, toutefois il lui semble l’avoir déjà vu quelque part … un dessin animé peut être. Ne serait-ce pas bob l’éponge ?

Désolé de partir comme ça mais je dois m’absenter.