Infirmerie

Inscription
Connexion

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

Silence. Un silence presque oppressant entourait Echoe.
Poudlard n’était pas un lieu particulièrement silencieux, particulièrement calme. Probablement parce que c’était une école et que des élèves y vivaient continuellement. Quoiqu’il en soit, il était souvent difficile de s’isoler complètement, de ne pas entendre des rires ou des cris lointains. Pourtant, il n’y avait aucun bruit. Du moins, c’est ce qu’Echoe pensait.
A peine consciente, c’était comme vivre dans une bulle. Les images, les sons, les souvenirs et la réalité n’étaient que des pièces solitaires d’un puzzle qu’elle n’arrivait pas à assembler.
Et sans explication, sans avertissement, les pièces se rejoignaient. Tout avait soudain un sens. Et elle ouvrit les yeux.


La lumière blanche, les murs blancs brulèrent sa rétine et elle ferma les yeux plusieurs fois pour s’accoutumer à l’agression extérieure. Elle était à l’infirmerie, elle soupira.

- Oh très bien, vous voilà réveillée !
L’infirmière se pressa auprès d’elle, tirant ses draps à droite et à gauche, performant des sortilèges qui la chatouillaient. Elle lui tendit, ensuite, sans explication, deux fioles avec l’ordre de les avaler. Ce n’était certainement pas un réveil en douceur.
- Sacré coup que vous avez reçu ! Il est fort probable que vous ayez quelques maux de tête dans les prochains jours.
Elle sentait bien une pression légèrement désagréable à l’arrière de sa tête que les potions firent disparaître presque instantanément. Elle fut tellement surprise du soulagement qu’elle en resta bouche bée et l’infirmière s’éloigna d’elle pour s’occuper des autres élèves malades.

Echoe ne bougea pas pendant quelques instants, retraçant les évènements qui avaient pu la conduire dans ce lit. Sa tenue de Quidditch trônait sur la table à ses pieds et elle se souvenait très bien l’entraînement de ce matin. Du moins, si elle n’était pas restée inconsciente trop longtemps.
Elle avait préparé des exercices pour chaque poste, et après avoir vérifié le bon fonctionnement de chacun d’eux, Echoe avait commencé à lancer des souafles dans les cerceaux ensorcelés devant elle. Elle se rappelait très bien de Paul qui lui renvoyait la balle rouge, de tendre les mains pour l’attraper. Mais son action s’arrêtait là. Elle se rappelait d’une vive douleur qui l’avait cloué à son balai mais sans savoir son origine. Elle s’y était accrochée de toutes ses forces. Mais elle ne pouvait pas se souvenir de la suite. Etait-elle tombée ? Etait-ce parce qu’elle n’avait pas déjeuné le matin ? Elle n’arrivait pas à se souvenir. Elle détestait quand sa mémoire lui jouait des tours.

L’infirmière était à l’autre bout de la salle, et elle ne s’imaginait pas crier pour avoir son attention. Elle n’était certainement pas une Gryffondor pour vouloir se mettre en avant ainsi. Elle se redressa et patienta quelques secondes que sa tête arrête de tourner puis elle dégagea les draps. Elle prit note de la magnifique blouse qu’elle portait et elle glissa sur ses pieds avec lenteur. Elle attendit que son cerveau cesse de rebondir contre les parois de son crâne pour faire le premier pas. Elle n’en avait fait que trois quand l’infirmière se retourna.

- Par Merlin, que faîtes-vous hors de votre lit ?! Elle cria d'une voix forte.
Echoe se figea. Comme les chats qui venait d’être surpris à faire une bêtise. Peut-être que si elle ne bougeait pas, l’infirmière ne la verrait plus.
Elle attrapa son bras, peut-être avec trop de force d’ailleurs et la reconduisit vers son lit, en serrant bien les draps au dessus d’elle, si bien qu’elle ne pouvait à peine lever une jambe.
*Message reçu*
- Vous n’êtes pas un peu folle là ! Dans votre état…
- Hmmm justement c’était… hmm… pour ça, Echoe marmonna.
- Pardon ? Elle la fixa avec intensité si bien qu'Echoe perdit la confiance qui l'avait poussé à se lever.
- Je voulais justement savoir mon état et… ce qui l’avait causé, j’imagine ?
- Vous avez un bon traumatisme crânien, avec le cognard que vous avez reçu ce n’est pas étonnant. Et vous vous avez quelques fractures résultant de votre chute, mais rien de bien grave. conclua t-elle finalement.
*Oh d’accord, juste ça, normal.*
- Prenez vos potions et restez dans votre lit, sinon je vous y collerai. Je me suis bien faite comprendre ? demanda t-elle avec autorité.
Elle hocha la tête avant de soupirer longuement. Elle espérait qu’au moins, ça lui donnerait une bonne excuse pour ne pas faire son devoir d’HDLM.
L’infirmière se retourna et une nouvelle question s’imposa à l’esprit de la jeune fille. Avait-elle prévenu ses parents ? Elle espérait que ce ne soit pas le cas.
Elle allait poser la question mais la porte de l’infirmerie s’ouvrit, et elle resta coincée dans sa gorge pour laisser place à une autre.

Est-ce qu’Ambre venait lui rendre visite ?


› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

Après avoir passé les portes rondes des dortoirs, Ambre se faufila rapidement à travers le petit salon avant de quitter sa salle commune. Elle s’engagea dans le couloir, traversa le hall du château, et se mit à monter les marches des escaliers. A cette heure de l’après-midi, un weekend qui plus est, beaucoup d’élèves se trouvaient dans les couloirs du château. Croisant quelques connaissances, la quatrième année les salua rapidement d’un sourire et d’un signe de la tête ou de la main, avant de continuer son chemin. Elle essayait de se dépêcher, ce qui faisait virevolter sa cape de sorcière autour d’elle, comme si un halo de tissu l’entourait. Enfin arrivée à destination, elle respira un bon coup et ouvrit la porte de l’infirmerie.

Le matin-même, elle avait eu un entrainement de Quidditch avec toute l’équipe des Frelons de Poufsouffle. Echoe, leur nouvelle capitaine depuis la rentrée, leur avait préparé des exercices spécifiques pour chacun de leurs postes. Naturellement, Ambre devait cogner, ce qui était plutôt logique puisqu’elle était la batteuse. Son exercice consistait, en gros, à envoyer le cognard dans des cibles, puis à les rattraper, les contourner, les renvoyer, bref, c’était une petite routine. Mais sans comprendre comment cela s’était fait, la rouquine avait malencontreusement envoyé le cognard en direction de sa camarade aux cheveux roses, qui l’avait percuté de plein fouet, par derrière, sans que personne ne puisse la prévenir. Cela aurait pu s’arrêter là, et ne rester qu’un petit contretemps, mais visiblement, la balle folle avait touché un endroit stratégique, qui entraina la chute d’Echoe qui atterri inconsciente sur le sol. Le cœur de la Poufsouffle s’était emballé à partir du moment où le cognard avait percuté sa camarade, et n’était pas redescendu à une fréquence normale depuis. En même temps, elle avait causé un accident qui pouvait s’avérer dramatique. Rapidement, Echoe avait été transporté à l’infirmerie, et l’entrainement des Frelons s’était arrêté là, les joueurs étant un peu trop abasourdi pour continuer à jouer normalement.
Ambre s’était occupée de ranger le matériel, laissant le reste de l’équipe s’adonner à leurs occupations respectives. Elle était ensuite rentrée dans le château, et avait attendu jusqu’à maintenant dans les dortoirs, à essayer de faire ses devoirs, mais sans vraiment y arriver, trop sonnée de ce qu’elle avait causé quelques heures plus tôt. Ce n’est que lorsqu’elle entendit d’autres Poufsouffle dire qu’Echoe allait bien, qu’elle se décida à aller la voir.

La rouquine balaya rapidement la salle du regard et dès qu’elle aperçut sa capitaine, elle se dirigea vers elle. A chacun de ses pas elle avait l’impression que ses joues rougissaient un peu plus. Elle n’était pas à l’aise du tout, peu sûre d’elle et vraiment embêtée pour sa camarade. Arrivée au bord du lit de cette dernière, elle lui fit un petit signe de main accompagné d’un sourire désolé et, voyant qu’aucune chaise ne se trouvait à proximité, elle s’assit sur le rebord du lit et se mit à jouer avec ses mains, signe qu’elle n’était vraiment pas à l’aise :


« J’suis vraiment désolée pour le cognard… Je sais pas ce qui s’est passé… »

Elle tourna la tête en direction de sa camarade et montra sa tête du doigt :

« Ca fait pas trop mal ?... »

Lorsqu’elle abaissa sa main, elle toucha sans faire exprès celle d’Echoe et, s’en rendant compte, elle la ramena rapidement vers elle.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

Oui; c'était la réponse à sa question. La Préfète venait bien en direction d'Echoe.

Elle remonta son drap jusqu'à son cou pour cacher l'immondice qu'on lui avait affublé conre son gré et plaça ses mains sur le dessus. Elle ne savait pas pourquoi mais Ambre lui faisait parfois peur. Pas vraiment de la méchante peur. C'est vrai qu'elle était intimidante surtout quand elle jouait au Quidditch. Mais quand Ambre n'avait pas de batte en main, Echoe n'était pas pour autant plus confiante. Elle cherchait ses mots et rigolait parfois sans raison. Elle se répétait souvent qu'elle était un peu bête de réagir ainsi en compagnie de la Poufsouffle, juste parce qu'Ambre était plutôt influente ici, à Poudlard et que si elle décidait qu'Echoe était "has been", cette étiquette lui collerait à la peau pendant longtemps. Donc voilà, c'était simplement pour ça qu'Echoe agissait étrangement auprès de la joueuse étoile des Frelons.

Ambre lui fit un petit signe de main et Echoe ne put s'empêcher de sourire.


- J’suis vraiment désolée pour le cognard… Je sais pas ce qui s’est passé…

Echoe observa la jeune fille devant elle, qui paraissait tout aussi mal à l'aise. Est-ce qu'on l'avait obligé à venir s'excuser ? Elle espérait que non. Elle savait pertinemment qu'il fallait qu'elle arrête d'attendre certaines choses de la part des autres, mais c'étaint une triste perspective autrement, non ?

- Oh, c'est rien, t'inquiète. Ca arrive ces choses-là...

Elle baissa les yeux sur ses mains. Voilà, elle avait soulagé la conscience de la Préfète, elle allait partir maintenant. Elle n'arrivait pas à la regarder, à croiser son regard, parce qu'elle avait peur qu'on voit sa déception. Elle aimait bien Ambre, elle la trouvait drôle et elle ne savait pas pourquoi, mais elle ne voulait pas qu'elle s'en aille tout de suite.

- Ca fait pas trop mal ?...

Elle leva les yeux pour voir Ambre lui indiquer sa tête. Echoe ouvrit la bouche pour répondre mais sa voix resta suspendue quand Ambre frôla sa main de la sienne. Elle resta muette quelques secondes, consciente de la brûlure étrange sur sa main. Elle se recula un peu plus dans son lit, pour se donner contenance. Elle se rappela enfin, de la question de son amie, si elle pouvait se permettre de l'appeler ainsi et elle se frotta la tête, par reflexe.

- Euh... si un peu... Enfin comme se prendre un cognard et tomber de son balai mais j'imagine que tu as déjà connu ça.

Elle lui adressa un petit sourire. Elle sentait toujours le fantôme de la main d'Ambre. C'était étrange comme sensation. Comme si on l'avait ensorcelé. Comme si Ambre l'avait ensorcelé à son tour.

- Tu vas bien, toi ? Elle s'enquit d'une voix timide.

Parce que ce n'était pas normal de ressentir quelque chose qui n'existait pas. Peut-être qu'en réalité, son coup à la tête était plus grave qu'elle le pensait.

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

Après le léger contact qu’elle eut avec Echoe, la rouquine sentit ses joues légèrement s’empourprer. Elle n’aurait su dire si cela venait de ce contact, ou de la chaleur de la pièce. Il faut dire que l’infirmière de Poudlard avait pour optique de soigner au mieux ses petits protégés, et avait souvent tendance à exagérer ses soins, mais également la façon dont leur séjour se passait à l’infirmerie : elle faisait toujours en sorte que l’atmosphère de la pièce soit suffisamment agréable, les couvertures suffisamment chaudes et les lits suffisamment confortables. Enfin bref, elle n’était pas rouge pivoine non plus. Voyant sa camarade se reculer dans son lit, la quatrième année se décala légèrement, pensant qu’elle dérangeait peut-être Echoe en étant assise comme cela sur son lit. Ses mains s’emmêlaient doucement, signe qu’Ambre ne se sentait pas à l’aise, encore une fois.

La réponse de la Poufsouffle la fit sourire. Contrairement à ce que certains pouvaient penser, et Echoe en faisait partie visiblement, Ambre n’était jamais tombé de son balai, ou du moins si c’était le cas elle ne s’en rappelait plus et là effectivement cela poserait un gros problème. Certes, elle s’était prise de nombreux cognard en pleine figure, dans le dos, les côtes, bref à peu près partout, mais tomber de son balai, cela ne lui était jamais arrivé. Et elle n’avait vraiment pas envie de vivre cette expérience, étonnamment. La voix timide de la capitaine des Frelons la fit sortir de ses pensées avec sa question tout à fait innocente :

« Oui oui, enfin, j’suis un peu gênée, j’voulais vraiment pas te faire mal. »

Elle accompagna sa phrase d’un sourire et d’un nouvel excès de rouge sur son visage. Décidément, la jeune fille devait vraiment apprendre à contrôler ce genre d’émotion, elle ne pouvait rien cacher à personne en réagissant toujours comme ça. Enfin bref, elle n’était pas seulement venue à l’infirmerie pour voir comment sa camarade allait, enfin si, mais pas seulement. Elle craqua ses mains par réflexe et enchaîna rapidement, le regard balayant le reste de la pièce, presque inconsciemment, avant de ramener toute son attention sur Echoe :

« Tu as entendu parler du bal de Noël ? »

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

- Oui oui, enfin, j’suis un peu gênée, j’voulais vraiment pas te faire mal.

Comme pour prouver ses dires, Ambre vira au rouge. Une jolie palette de couleur automnale s'étalait devant Echoe. Elle aimait bien la couleur rousse d'Ambre. Elle trouvait que ça lui correspondait bien. Dangereuse comme le feu, et tout aussi instable. Et pourtant réconfortant.
Echoe avait toujours aimé le feu et les expériences qu'elle pouvait faire avec. Elle s'était souvent amusée à faire croire à ses parents que sa magie devenait incontrôlable et qu'elle avait les mains en feu. Il lui suffisait de mélanger du produit vaisselle à de l'eau et de le mélanger à du butane pour que ses mains soient inflammables sans aucune douleur. Malheureusement, Athéna n'était pas la scientifique de la famille si bien qu'en voyant Echoe, elle avait voulu reproduire ce petit tour, et avait fini à Ste Mangouste pour des brûlures au second degré sur toute la main.
Elle s'était sentie mal après ça. Légèrement coupable, même si directement ça n'avait pas été sa faute. Peut-être que c'était ce que ressentait Ambre à l'instant. Peut-être que c'est pour ça qu'elle ne s'en allait pas. La culpabilité.


- Je sais, ne t'en fais pas.

Mais Ambre ne s'éclipsa pas pour autant. C'était étrange, parce qu'elle remarquait bien qu'elle n'était pas à l'aise, là, avec elle. Est-ce que l'infirmerie lui rappelait des mauvais souvenirs? Est ce qu'elle se cachait de quelqu'un actuellement? Est ce qu'elle s'ennuyait tellement en Salle Commune qu'elle avait décidé de faire sa Bonne Action du jour ? Peut-être qu'elle allait lui annoncer qu'elle abandonnait le Quidditch. A cette idée, son coeur s'emballa. Elle allait devoir retrouver un batteur. Pire, elle allait devoir remplacer la meilleure batteuse de Poudlard. Et probablement dix fois pire, elle ne pourrait plus la voir et lui parler sans inventer d'excuse. Retour aux oubliettes pour Echoe Caterwool.
Mais non, ce n'était pas possible, Echoe se raisonna. Ambre aimait trop le Quidditch. Elle avait entendu dire qu'elle aimerait en faire son métier, ou du moins, jouer en professionnel. Ce n'était donc pas possible. A moins qu'elle avait changé d'objectif, Echoe en savait quelque chose. Jusqu'à quelques mois, elle voulait être Magiconaute. C'était un métier, un rêve qu'elle se souvenait avoir depuis toute petite, sans raison particulière. Et un jour, au mois de Septembre, elle avait réalisé qu'en plus d'être peu plausible, elle n'avait plus cette étrange ambition.

Comme pour la ramener à la réalité, Ambre fit craquer ses doigts. Voilà, elle allait lui annoncer là tout de suite, qu'Ambre la quittait, enfin l'équipe, ou que justement l'équipe avait décidé qu'Echoe n'était pas à la hauteur et qu'elle était remplacée. Quoiqu'il en soit, elle sentait que quelque chose allait la frapper au visage. Et dur.


- Tu as entendu parler du bal de Noël ?

Elle devait avoir l'air stupide là. S'attendant à avoir une terrible nouvelle, ayant déjà préparé un argumentaire dans sa tête pour qu'importe sa terrible nouvelle. Elle expira sans délicatesse pour évacuer sa tension. Pourquoi Ambre s'amusait-elle à jouer avec ses nerfs ? Pourquoi tournait-elle autour du pot ? Pourquoi la torturer ainsi ? C'était comme un pansement, il fallait l'arracher au plus vite.

Le bal. Pourquoi s'amusait-elle à parler du bal ? Etait-elle venue pour se vanter de son cavalier ? De sa robe de bal ? Non. Ambre n'était pas comme les filles de son dortoir. "Oh Echoe tu n'as toujours pas de cavalier ? Mais c'est horrible ! Moi, blablabla" Elle n'en pouvait plus d'écouter comment Elle-avait-oublié-son-nom avait invité sa camarade pour le bal.
On ne l'avait pas encore invitée pour le bal, mais elle s'en fichait un peu. Elle aurait voulu y aller avec quelqu'un qu'elle aimait vraiment bien, pas juste quelqu'un accroché à son bras pour faire bien. Elle avait un beau collier pour remplir ce rôle.


- Il faudrait être sourd pour ne pas en entendre parler, elle répondit légèrement agacée par la redondance de ce sujet de conversation. Tu y vas avec qui ?

Il n'y avait aucun doute que quelqu'un comme Ambre avait le choix de son partenaire et même si le sujet l'agaçait, l'énervait un peu d'ailleurs, elle voulait savoir. Puis tant qu'elles parlaient du bal, la batteuse ne parlait pas d'autre chose et Echoe gagnait du temps pour élaborer la liste des 101 Raisons pour Lesquelles Ambre Baxhrendel Devait Rester Avec Les Frelons. Et surtout, tant qu'elles parlaient, Ambre n'était pas ailleurs.

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

La capitaine des Frelons, aux propos de la quatrième année, réagit d'une façon que cette dernière ne pouvait s'être imaginée. En effet, elle se mit tout d'abord à expirer d'une façon relativement brutale et disproportionnée, avant de paraître agacée. Ambre haussa légèrement les sourcils à ces deux réactions successives et surprenantes, mais elle tenta de reprendre un air normal, comme si elle n'avait rien remarqué. Inconsciemment, ou non, qui sait, elle ne voulait peut être pas mettre mal à l'aise sa camarade. Oui, il était beaucoup question de gêne dans la situation où les deux Poufsouffle se trouvaient et cela commençait à devenir pesant, pour la rouquine en tous cas, mais elle ne doutait pas que cette atmosphère pesante l'était également pour Echoe. Cette dernière lui demanda, après lui avoir répondu par l'affirmative, avec qui elle y allait.

L'année passée, l'année du tournoi des trois sorciers, Ambre y était allée avec Ivan, un étudiant de Durmstrang. Ils avaient joué un match de quidditch contre, quelques jours avant l'annonce du bal de noël, et le jeune nordique lui avait proposé quelques jours plus tard de l'accompagner à cette soirée. La Poufsouffle avait évidemment accepté, et après avoir passé une superbe soirée soldée d'un collier offert par son cavalier et le titre de toi et reine du bal, de nombreuses questions étaient venues envahir son esprit. Certes, cela lui arrivait relativement souvent vous allez dire, ce qui est vrai, mais ce genre de questions n'avaient rien à voir avec celles de d'habitude. Enfin bref, après avoir en quelques sortes refusé les avances d'Ivan quelques semaines après le bal, ce qui n'avait pas été une mince affaire aux yeux de la jeune fille, et légèrement émotionnel tout de même, elle s'était jurée de faire extrêmement attention à ses futurs cavaliers pour les éventuels bals à Poudlard. Ou plutôt futures cavalières.


« En fait, j'aimerai vraiment t'avoir comme cavalière. Enfin, si tu veux bien de moi, évidemment. »

Elle accompagna ses propos d'un large sourire et bougea un peu, pour s'asseoir d'une meilleure façon, décalant sa main juste à côté de celle de la capitaine des Frelons.
Ambre se demandait si Echoe allait accepter ou non, c'est vrai qu'il y avait des tas de personnes dans le château susceptibles d'y aller avec elle, alors pourquoi accepterait elle d'y aller avec Ambre ? De toute façon elle avait probablement déjà un cavalier.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

- En fait, j'aimerai vraiment t'avoir comme cavalière. Enfin, si tu veux bien de moi, évidemment.

Echoe se figea. Elle ne respirait plus. Ne bougeait plus.
Qui ? Que ? Quoi ? Avait-elle bien entendu ? Bien compris ? Non. Non. Non. Non ce n'était pas possible. Etait-ce une blague ? Bien sur qu'elle aimerait aller au bal avec Ambre. Quoi ? Non, ce n'était pas possible. Non, ce n'était pas elle. Non. Pourquoi avait-elle envie de dire oui alors ? Pourquoi avait-elle envie de toucher la main d'Ambre, là tout de suite ? Qu'est ce que ça voulait dire, si elle acceptait ? Tout simplement, est ce que ça voulait dire quelque chose ? Peut-être qu'elle s'avançait, qu'elle imaginait des choses, qu'elle interprétait mal les paroles de la Quatrième Année.
Elle ne comprenait pas. Pourquoi elle ne comprenait pas ?

Echoe leva ses yeux remplis d'incompréhension vers la jeune fille devant elle et elle autorisa l'air à remplir ses poumons. Elle savait qu'elle devait répondre. Et vite. Les secondes qui s'écoulaient devaient être longues pour la Préfète.
Elle n'avait jamais été très loquace dans la précipitation, et son cerveau avait l'habitude de prendre congé dans ces moments-là. Ce n'était pas pour rien qu'elle anticipait ses techniques avant d'être plongée dans l'euphorie d'un match de Quidditch.
Quand, finalement, Echoe ouvrit la bouche, elle s'exprima d'une petite voix incertaine, innocente.


- Mais... pourquoi ?

Elle fut, elle-même, surprise de ne pas entendre une réponse sortir de sa bouche. Son inconscient semblait avoir pris possession d'elle et il réclamait des réponses avant de se prononcer. Elle aurait dit oui, qu'importe la raison. Et s'attarderait au sens de ce oui un peu plus tard, si ça ne tenait qu'à elle. Mais Freud semblait avoir marqué son territoire, si bien qu'elle devait savoir ce qu'impliquait cette invitation.
Après tout, Ambre pouvait très bien penser comme Echoe et l'inviter en tant qu'amie dans le simple but de se moquer des élèves reniflant une fois la nuit tombée.
Cependant, la vraie question qu'Echoe devait se poser était la suivante : Pourquoi n'avait-elle pas formulé un non définitif ?

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

L’incompréhension se lisait sur le visage de la jeune sorcière, et Ambre n’aimait pas vraiment ça. Elle avait peur qu’Echoe soit déjà prise pour le bal, laissant la rouquine seule, ou la laissant aller au bal mal accompagnée. Certes, elle trouverait toujours une amie pour y aller, mais cela ne serait pas aussi intéressant et agréable qu’y aller avec la capitaine des Frelons. La réponse naïve de cette dernière la fit sourire. Mais elle n’aurait su dire si son sourire était un sourire amusé ou triste. En effet, elle ne pouvait s’empêcher que cette simple question voulait dire tout un tas de chose. Comme par exemple, que la Poufsouffle aux cheveux roses ne voulait pas venir avec Ambre au bal. Ou qu’elle avait déjà un cavalier. Ou qu’elle trouvait cela vraiment étrange qu’une fille demande à une autre fille d’y aller ensemble, enfin bref, tout un tas de questions qui ne réconfortait absolument pas Ambre.

Que pouvait-elle lui répondre ? La préfète des Poufsouffle partait déjà défaitiste dans sa tête. Tout en réfléchissant à ce qu’elle pouvait lui répondre, ses pensées se tournèrent vers leurs entrainements de Quidditch. Ne jamais laisser tomber, et ne jamais partir défaitiste. Voilà ce que lui avaient appris ses quatre années au sein de l’équipe des Frelons. Jamais, lorsqu’elle s’apprêtait à jouer un match elle s’était dit que, dans tous les cas, la défaite était la seule issue possible pour son équipe. Il fallait qu’ils se battent pour montrer à tous de quoi ils étaient capables, et ce n’était pas en restant des acteurs passifs qu’ils allaient obtenir des résultats concluants et satisfaisants. Il fallait qu’elle réagisse de la même façon avec Echoe.

Retournant à la réalité, et se rendant compte qu’elle venait de comparer Echoe à un match de Quidditch, elle ne put s’empêcher de sourire face à l’aberration de ses comparaisons. Une seule chose remplissait sa tête à ce moment-là : ne pas baisser les bras. Alors elle planta ses yeux verts dans ceux d’Echoe et dit calmement, tout simplement :


« Mais, parce que. »

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

- Mais, parce que.

Echoe en attendait beaucoup de cette réponse. Et cette réponse, eh bien, n'éclairait pas grand chose dans le brouillard dans lequel elle était perdue.

- Oh... Ok.

On pouvait entendre la déception dans la voix de la jeune fille. Elle ne savait toujours pas quoi dire. Elle observa Ambre avec attention. Que pouvait-elle faire d'autre ?
La Préfète avait des couleurs sur les joues, c'était le moins que l'on puisse dire. Et elle n'arrêtait pas de jouer avec ses mains.
Des années à grandir avec un parent Serpentard lui avaient appris un minimum sur le langage corporel. C'était d'ailleurs quelque chose qu'Echoe détestait. Quand elle était énervée, et avant qu'elle manifeste son mécontentement, sa mère lui ordonnait toujours de se calmer. Et c'était peut-être encore plus énervant de ne pas être en mesure de manifester, de vivre cette colère.
Quoiqu'il en soit, Ambre était génée. Mal à l'aise. Et sincère. Cette sincérité, Echoe la voyait bien dans les yeux verts de sa camarade Poufsouffle. Ses beaux yeux verts, parce qu'ils étaient vraiment beaux elle remarqua soudainement, brillaient comme les ailes des libellules. Elle n'arrivait pas à admettre qu'Ambre pouvait avoir de mauvaises intentions en l'invitant ainsi. Peut-être parce qu'il n'y en avait pas.
Echoe ne savait pas ce qui la gênait le plus. Elle baissa la tête ne supportant plus le poids du regard déterminé mais doux de la jeune fille.
Ambre savait ce qu'elle voulait. Echoe, non. Elle aimait bien la jeune fille, c'était certain. Mais... Il y avait un mais. Et il était dérangeant. Toute la situation était dérangeante. Elle avait besoin de temps pour réfléchir.

Elle bougea légèrement dans son lit, comme pour gagner quelques secondes, pour élaborer une réponse adaptée à la situation. Pour ne pas blesser les sentiments d'Ambre. Elle se figea, comme pétrifiée puis finalement, ses yeux glissèrent vers ce qui l'avait arrêté. Sa main touchait celle d'Ambre, la recouvrait presque de quelques centimètres. La brûlure qu'elle avait ressenti sur sa peau plus tôt réapparue. Et elle ne pouvait pas ignorer tous les feux d'artifices qui éclataient dans son corps. Elle ne savait pas quoi penser, mais apparemment, son corps le savait, lui. Elle avait envie de tenir la main d'Ambre.

Jamais, elle n'avait voulu tenir la main de quelqu'un.

L'été précédent, elle l'avait fait pourtant. Elle avait rencontré Durin à Vienne. Il était comme elle, en vacances avec ses parents et tous les deux partageaient le même hôtel. Alors le soir, elle allait souvent à la piscine comme la plupart des enfants de son âge. Lui aussi. Durin était plutôt sympathique et il avait la rare abilité d'être Metamorphomage, ce qu'Echoe trouvait fascinant. Il adorait l'idée qu'elle, une jeune fille frêle, jouait au Quidditch.
Un soir, pour sortir de la piscine, il lui avait tendu la main et ne lui avait rendu qu'une fois leurs chemins séparés. Ca ne l'embêtait pas trop. C'était ce que les gens de son âge faisaient après tout. Mais elle n'aimait pas trop sa main collante.
Durin était un peu plus à l'aise avec ces choses là, peut-être que c'était dû au fait qu'il avait deux ans de plus que la jeune Echoe. Deux jours après, il lui avait dit qu'il avait très envie de l'embrasser. Ce n'était pas tellement son cas. Mais elle avait répondu autrement.
Ils s'étaient embrassés. Ce n'était pas particulièrement désagréable, ses lèvres étaient douces mais ça s'arrêtait là. Il n'y avait rien de mystique, rien de magique dans ce simple geste et elle fut presque déçue. Dans les livres, c'était toujours incroyable. Mais elle n'avait rien ressenti.

Avec Ambre, c'était différent. Aussi étrange que ce soit, elle avait envie de lui tenir la main. Ca n'avait pas de sens. Est-ce qu'il fallait lui coller une étiquette dans le dos, maintenant ? Mais ce n'était pas la question pour le moment. La question était : avait-elle envie d'aller au bal avec Ambre ?


- Oui, murmura t-elle, presque pour elle.

Elle ne savait pas où tout ça la menerait. Mais il n'y avait qu'une seule façon de le savoir, non ? Elle était venue à Poudlard pour se découvrir. Découvrir ses talents, mais aussi qui elle était. Elle devait honorer cette promesse.
Elle s'éclarcit la voix, leva enfin les yeux et fixa Ambre avant de laisser apparaître un petit sourire sur son visage.


- J'aimerai aussi t'avoir comme cavalière.

Elle rougit légèrement, ce qui n'était pas à son habitude. Cette journée était si étrange qu'Echoe se demanda si elle n'avait pas des lésions cérébrales.

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

A la seconde où elle termina sa phrase, elle su qu’elle aurait dû en dire beaucoup plus. La déception se lisait sur le visage de la capitaine des Frelons, autant que dans sa réponse. Mais comment aurait-elle pu s’exprimer autrement ? Elle ne savait même pas expliquer, à part lui dire qu’elle l’appréciait vraiment beaucoup et que certaines choses ne s’expliquaient pas comme le fait de toujours trouver des choses positives chez elle, ses vêtements, ses cheveux, sa voix, ses actions. Certes, cela se passait également comme ça avec d’autres personnes, mais avec la jeune Poufsouffle c’était encore quelque chose de différent. Différent en quoi, ça la rouquine n’aurait su l’expliquer. Oui, elle aurait pu lui dire tout ça. Mais elle ne le fit pas. Consciente, plus ou moins, de ce qu’elle ressentait potentiellement, elle ne pouvait pas.

Ses espoirs diminuèrent grandement lorsque la sorcière aux cheveux roses baissa la tête, comme si elle allait lui annoncer une mauvaise nouvelle, en l’occurrence lui annoncer que ce n’était pas possible qu’elles y aillent ensemble. D’un coup, après avoir bougé dans son lit, la main d’Echoe arriva légèrement sur celle de la quatrième année, ce qui eu pour effet de nouer le ventre de cette dernière, qui dû mordre l’intérieur de ses joues pour ne pas sourire bêtement en sentant la peau de sa camarade contre la sienne. Il fallait d’ailleurs que cet échange s’écourte rapidement si elle ne voulait pas ressortir de l’infirmerie avec le visage encore plus rouge que ce qu’il n’était maintenant. Elle n’avait pas vraiment envie de s’expliquer si jamais quelqu’un de son entourage remarquait cela.
Ses yeux ayant glissé vers leurs mains, elle retourna à la réalité en entendant un son presque inaudible sortir de la bouche de la sorcière, refixant immédiatement les yeux d’Echoe. Cette dernière s’éclaircit la voix, et dit, tout en souriant, une légère teinte pourpre s’encrant sur son visage :


- J'aimerai aussi t'avoir comme cavalière.

La bouche d’Ambre forma un sourire d’elle-même, un sourire presque automatique à l’annonce de cette réponse. Inconsciemment, elle attrapa la main d’Echoe, qui se trouvait juste côté de la sienne, et la serra, avant de le remarquer et de la lâcher délicatement. Elle lâcha un faible ‘’trop cool‘’, avant de regarder autour d’elle, comme pour vérifier que personne n’avait vu ce qu’il venait de se passer, et que personne n’avait entendu cette conversation. Elle reposa alors son regard sur Echoe et lui dit, tout en se levant :

« Je suis désolée, mais j’ai promis de rejoindre des gens pour faire mes devoirs… »

Debout, à côté du lit de son amie, elle croisa les bras et les décroisa immédiatement avant de se pencher vers cette dernière et de lui déposer un petit bisou sur la joue, tout en lui disant :

« J’ai vraiment hâte d’aller au bal. »

Elle lui sourit et après s’être excusée une nouvelle fois de devoir quitter l’infirmerie, et donc de la quitter elle, elle s’engouffra à nouveau dans les couloirs du château. Mais cette fois, beaucoup plus sereinement et avec, et cela elle ne le comprit que plus tard dans la soirée, un joli feu d’artifice dans le ventre.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Un cognard intéressant  PV Ambre. B 

Un grand sourire apparut sur le visage d'Ambre et ses grands yeux verts brillaient comme des étoiles. La Quatrième Année attrapa sa main et la serra, ce qui fit légèrement sursauter Echoe. Et quand enfin, d'autres bruits, hormis ses frénétiques battements de coeur, parvenaient à ses oreilles, Ambre lâcha sa main et manifesta verbalement, cette fois, sa satisfaction quant à sa réponse. Echoe, dont le coeur n'avait toujours pas ralenti, se contenta de sourire. Elle ne faisait pas confiance à sa voix pour dire autre chose.
Il allait lui falloir un peu de temps pour qu'elle s'habitue à tout ça, que son esprit se fasse à l'idée et surtout que son coeur arrête de s'emballer au moindre geste. Mais le temps n'était pas illimité ce jour-là. Ambre se leva doucement puis lui annonça qu'elle devait s'en aller pour faire des devoirs.
Elle sentit une petite pointe de jalousie à l'égard de ses personnes, parce qu'elle aurait préféré qu'elle reste avec elle. Mais elle ravala ce sentiment. Il n'était pas justifié.

Echoe hocha la tête et avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit, Ambre s'approchait d'elle et l'embrassa sur la joue. Echoe sentit, aussitôt, ses joues s'embraser et son corps s'enflammer. Elle baissa la tête pour ne pas qu'Ambre le remarque. Elle n'entendit pas ce qu'elle lui raconta ensuite, trop concentrée à faire ralentir son petit coeur et enfin, quand elle releva la tête Ambre avait disparu.

L'infirmière en profita pour s'approcher d'elle et lancer quelques sortilèges.


- Oh mais vous avez de la fièvre, Miss Caterwool. Je vais devoir vous garder un peu plus longtemps.

Elle n'essaya même pas de la contredire, de lui expliquer d'où venait ce soudain pic de température. Elle avait besoin de réfléchir. Et quoi de mieux que le calme de l'infirmerie pour le faire.

Reducio
RPG Terminé !

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060