Infirmerie

Inscription
Connexion

 RPG+   LDC  Chapitre 1 : Approches réservées

Mode : Solo
Tome : Lien des coeurs
Chapitres précédentsPrologue
Récurrents RPs: Regels MORDRED (Sp), Hélène CHEVALIER (Sd), Elizabeth THORNFIELD (Sp)
-

Année : Première

            Les festivités hivernales débutant, les premières décorations de fin d'année prenaient place sur les murs, les colonnes et les portes de l'école. Cette touche chaleureuse égayait les esprits des élèves qui avaient, pour la grande majorité, des examens de mi-année à achever. Edward avait, la veille, achevé son dernier contrôle et s'octroyait maintenant le droit de déconnecter, le temps de quelques jours. Aucun retour à la maison était prévu pour cette année, la maison familiale étant vide actuellement. Cela n'avait rien de très dérangeant en soi car, les hiboux allaient et venaient donner des nouvelles à toutes celles et ceux qui, comme Edward, profitaient d'une école vidée de tout brouhaha. 

           Installé dans le coin Bibliothèque de la Salle Commune, Edward était concentré sur un livre qu'il avait repéré quelques mois plus tôt mais qu'il n'avait pu lire, faute de temps. Il traitait des énigmes d'Auror, rééditées pour attirer l'attention d'un jeune public. Avant qu'il ne puisse entamer le chapitre cinq, une faible ombre surplomba les pages de son ouvrage. Edward leva les yeux en direction de l'élève qui s'était planté devant lui et reconnu les traits d'Hélène. Ils passaient souvent leurs cours assis l'un à côté de l'autre, satisfaits du silence qu'ils instauraient lors de leurs travaux. Ce jour-là, ses cheveux étaient négligemment remontés par une pince argentée. Ses lunettes noires carrées reposaient sur son nez de petite taille. Comme le garçon et les autres élèves, elle portait une tenue plus détendue, de type moldu : un legging noir, des chaussures souples blanches, un long tee-shirt bleu foncé et un gilet noir pour la protéger de la fraîcheur des couloirs du château. Edward lui aussi portait un pantalon noir, mais il avait opté pour un pull col-roulé assez épais de couleur blanche. 

"J'ai reçu une note volante, à l'instant. On nous propose d'aider à décorer l'école pour les fêtes. Ca t'intéresse de venir ?", demanda Hélène avec gentillesse.

           Edward afficha une mine réflexive. Il jeta un oeil vers son livre et garda un court instant le silence. Finalement, il soupira doucement, hocha les épaules, posa son marque-pages sur la page qu'il était en train de lire et se leva.

"Pourquoi pas.", répondit-il assez simplement.

           Hélène lui adressa un sourire satisfait et le laissa ranger le livre dans son dortoir, attendant patiemment qu'il revienne. Il lui été important de rappeler au garçon qu'il y avait une vie en dehors des livres et que de se laisser aller aux aléas et activités proposées n'était pas toujours une torture. Elle zippa sa veste et croisa les bras, jetant un oeil aux hauts rideaux de la Salle Commune qui encore, l'impressionnaient. Lorsqu'Edward la rejoignit, il lui adressa un hochement de tête.

"Où doit-on aller, au juste ?, demanda t-il alors que tous deux marchaient en direction de la porte de la Salle Commune.
- On peut commencer à l'Infirmerie. Ca nous changera vu que nous n'y allons jamais.", proposa t-elle en hochant les épaules.

           Ne trouvant rien à redire sur cet argument pertinent, il approuva l'idée d'un hochement de la tête et, flanqué d'Hélène, descendit les escaliers en direction de l'Infirmerie, située au Troisième étage. Ils ne croisèrent aucune âme qui vive, seulement le Moine qui se baladait en sifflant un air qui leur été inconnu. Ils lui adressèrent un signe de salut, par marque de respect et de politesse et poursuivirent leur route. Une fois arrivés à bon port, Edward fut celui qui prit l'initiative de frapper trois fois à la porte. Ils patientèrent tranquillement et, entendant le claquement de bottines contre le sol, se tinrent droit tandis que la porte s'ouvrit doucement. 
Dernière modification par Edward Regencourt le 29 décembre 2017, 18 h 42, modifié 1 fois.

 RPG+   LDC  Chapitre 1 : Approches réservées

           La porte désormais entièrement ouverte, les jeunes élèves reconnurent le visage de Ms. Lloyd dont les traits de fatigue s'étaient dissipés avec le repos qu'accordaient les vacances. Maintenant que les fous furieux de Quidditch avaient déserté l'école, l'infirmière profitait sans doute d'un calme amplement mérité. D'ordinaire, les élèves sains n'étaient pas les bienvenus dans son espace de travail, obligeant la médicomage à s'occuper d'eux au lieu de ses propres affaires. C'était un petit détail qui s'était échappé de la conscience d'Edward et d'Hélène et un regard entre eux confirma ce souvenir disparu.

" Qui y a t-il?, demanda t-elle, les lèvres pincés et un sourcil levé.
- Hum, nous sommes venus aider pour les décorations de fin d'année, si l'Infirmerie est... de partie ?", répondit Hélène avec délicatesse, insistant sur sa question.

             Un court silence tomba entre les trois personnages. Edward et Hélène anticipaient déjà un rejet alors que Ms. Lloyd regardait par dessus son épaule quelques instants, la mine songeuse. Elle retourna son regard vers les élèves, les évaluant puis finit par dire, un surprenant léger sourire aux lèvres :

" Pourquoi pas. Je n'ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit à cette pièce et j'ai d'autres chats à fouetter."

             Elle s'écarta, libérant un passage pour les laisser pénétrer dans la pièce. Se jetant un dernier coup d'oeil l'un à l'autre, Edward et Hélène entrèrent. Pour ceux, c'était bel et bien la première fois qu'ils découvraient cet endroit. En fait, on ne savait trop si les Serdaigle étaient jamais venus ici. Les yeux curieux et avides des deux élèves fouillèrent le lieu. La pièce était rectangulaire, très éclairée par de hautes fenêtres. Le long de chaque mur se trouvaient des lits, séparés par des tables de chevet. Au fond de la pièce, l'on pouvait distinguer le bureau de l'Infirmière, impeccablement rangé et derrière, une armoire remplie de fioles, bouteilles de formes diverses et outils pour certains intimidants. Continuant son inspection, Edward se détacha de la compagnie d'Hélène pour retrouver les deux petites bibliothèques mis à disposition pour ceux qui séjournaient longtemps à l'infirmerie. Il parcourut des yeux les différentes sections : on pouvait y discerner des collections romanesques, des livres sur la Science et autres thématiques. 

" Tenez. Je pense que vous aurez assez pour décorer la salle, si vous êtes assez astucieux ", annonça tranquillement Ms. Lloyd, revenant vers eux, baguette en main, en train de faire flotter trois boîtes. "Je vous laisse à votre tâche, je retourne à mon travail. Si vous avez soif, une carafe et des verres sont disponibles sur cette tablette et les toilettes sont là-bas". 

             Les explications données, Ms. Lloyd les quitta, retournant à son bureau pour s'installer, une plume déjà coincée dans sa main gauche. Edward se gratta la tête. Il n'avait pipé mot depuis le moment où tous trois s'étaient retrouvés dans la pièce. A vrai dire, il n'y a pas grand chose à dire. Dans un silence tranquille, Hélène et Edward se saisirent chacun d'une boîte pour tenter de voir avec quoi ils allaient travailler. Des grimaces étirèrent les lèvres des Serdaigle. En effet, même en ouvrant la troisième boîte, le trésor était bien maigre. Trop maigre pour une pièce aussi spacieuse et profonde que celle de l'Infirmerie.

"Bon. Je pense qu'il est nécessaire de faire l'inventaire et de déterminer quoi ira où sinon, on risque de se retrouver avec une salle à moitié décorée.", marmonna le garçon, les sourcils froncés par la réflexion.

             Grimaçant toujours, la jeune fille hocha de la tête par l'affirmative. Ainsi se déroula la prochaine quinzaine de minutes. Toujours en silence, ils classèrent les objets selon leur type puis, dans chaque catégorie, selon leurs couleurs. Absorbés par la tâche, ils ne prêtaient pas attention aux agissement de Mme. Lloyd. Pourtant, derrière eux, la porte de l'infirmerie s'ouvrait pour laisser apparaître une silhouette, en plus de celle de l'infirmière.
Dernière modification par Edward Regencourt le 29 décembre 2017, 16 h 12, modifié 1 fois.

 RPG+   LDC  Chapitre 1 : Approches réservées

" Entrez. Donnez-moi deux minutes, le temps de récupérer votre dossier.", déclara Ms. Loyd d'une voix très professionnelle. 

           La voix plus élevée que précédemment de l'adulte attira l'attention des deux Serdaigle qui venaient tout juste de terminer leur classement. Edward et Hélène se retournèrent pour repérer le nouvel arrivant. En l'occurence, il s'agissait d'une fille dont les traits familiers poussèrent les deux bleus à s'échanger un regard interrogatif entre eux.

           Tandis que Ms. Loyd se dirigeait d'un pas raide en direction de son bureau, Elizabeth Thornfield refermait la porte derrière elle. Une fois chose faite et d'un pas lent, elle suivit les pas de l'adulte, repérant les deux Serdaigle, plantés des décorations de saison. Elle leur adressa un regard indéchiffrable avant de poursuivre son chemin, comme de rien n'était. Edward et Hélène, perplexes, l'observèrent rejoindre l'infirmière. La Serpentard avait, tout comme Hélène, remonté ses cheveux noirs en un chignon complexe. Par contre, en plus des habits moldus, elle gardait sur elle une longue cape qui servait plus d'accessoire que d'habit contre le froid. Ces capes étaient assez appréciés chez les verts ces temps-ci. Quant à savoir pourquoi ? Cela relevait du mystère.

           Edward secoua la tête. Les raisons de la présence de la Serpentard étaient en soi un mystère. Se devait-il de s'y attarder ? Il ne le pensait pas. Intuitivement, Hélène prit elle même cette décision et très vite, les deux échangèrent sur les longues guirlandes, décorations primordiales. Pour le garçon, cela lui importait bien peu mais son goût du travail bien fait transcendait son indifférence initiale.

"Mettre une guirlande sur une fenêtre de chaque mur paraît plus logique, sinon c'est... déséquilibré., proposa le garçon d'une voix paresseuse.
- Mmh, on pourrait toujours les encadrer avec les petites.... d'ailleurs, y en a combien au juste ? Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf. Impair, zut. Je déteste ça.", ajouta t-elle, la mine renfrognée.
- Autant commencer avec les grandes, on verra après.", conclut Edward. Il ne s'agissait pas de mettre des heures pour décorer une salle.

           Il se départagèrent les murs et, à coups de "Wingardium Leviosa", firent léviter les guirlandes, les unes après les autres. S'ils s'imaginaient la tâche aisée, c'était sans compter leur perfectionnisme et leur difficulté à trouver des crochets pouvant maintenir les guirlandes en place. Laissant une nouvelle fois le silence tomber entre eux, les échanges entre Ms. Loyd et Ms. Thornfield résonnèrent entre les murs. 

" Vous êtes à jour au niveau de ce semestre. Par contre, votre médicomage m'a fait parvenir une note, il y a trois jours pour les prochains mois. Les doses seront plus allégées, ce qui est une bonne chose. Vous pourrez manger des bonbons, mais à faible quantité. Cela tient de votre responsabilité si vous ne vous disciplinez pas car dans ce cas, les dosages précédents seront à nouveau de rigueur., expliquait Ms. Loyd au milieu de bruissement de parchemins.
- Je comprends, Madame, répondit cordialement la Serpentard.
- Bon laissez moi remplir votre malette pour cette semaine. Vous pouvez vous assoir sur un lit, en attendant., termina l'infirmière qui semblait ouvrir les portes grinçantes du cabinet de médecine. 

           Le mystère autour de la présence de la Serpentard se levait légèrement. Il n'y avait rien d'extraordinaire quant au fait que certains élèves suivaient des traitements. Les deux Serdaigle évitèrent cependant de s'échanger une nouvelle fois un regard, préférant continuer leur tâche. Lorsque les plus grandes guirlandes furent installées, ce fut au tour des plus petites. Les deux élèves décidèrent de se défaire d'une d'entre elles, pour le moment. Lorsqu'Edward parvint à accrocher la dernière petite guirlande, sensée compléter la grande du mur sur lequel il travaillait, il entendit la voix d'Elizabeth s'élever, lente et légèrement narquoise.

" Pas mal. Très... comment disent-ils déjà.... symétrique. Beaucoup de rouge à s'en crever les yeux par contre... tu ne trouves pas ?, demanda t-elle de manière rhétorique, une grimace audible dans sa voix.

           Edward se retourna, constatant qu'Elizabeth Thornfield se tenait droite à côté d'Hélène, son index droit et un sourire en coin sur ses lèvres.

 RPG+   LDC  Chapitre 1 : Approches réservées

           Hélène Chevalier pivota rapidement sur elle même lorsqu'elle entendit les premiers mots sortir de la bouche de la Serpentard. Cette dernière avait été très silencieuse dans ses déplacements, comme si elle s'était glissée sournoisement à ses cotés. La verte ne la regardait pas, alors qu'elle commentait le travail effectué par les deux Serdaigle. Hélène trouvait étrange le fait d'être abordée par quelqu'un qu'elle ne croisait que durant les classes communes. Les Serpentard aimaient rester entre eux, naturellement. Que l'un d'entre eux prenne l'initiative de l'aborder était curieux. Suite à la dernière remarque de Thornfield, Hélène pencha légèrement la tête de côté. Le sourire de la verte présageait une petite entourloupe comme ceux de sa maison aimaient réaliser si l'humeur y était. Voyant à travers sa malice bénigne, Hélène lui demanda à voix basse, amusée :

" Penses-tu que ça plairait à Ms. ?
Penses-tu qu'elle en ait réellement quelque chose à faire ?", répondit la verte du tac-o-tac, son sourire maintenant plus espiègle.

           Edward qui s'était approché durant leur échange garda le silence et, comme Hélène, croisa les bras, attentif. 

"Impressionne-nous donc.", glissa Hélène faisant attention à ce que l'infirmière n'ait vent de la conversation.

           Thornfield leur envoya un regard narquois, vérifia que l'infirmière soit encore le dos tourné, occupée à remplir la malette de médicaments et, après s'être humectée les lèvres, sortit sa baguette pour la pointer vers les guirlandes, les unes après les autres. En chuchotant, elle prononçait rapidement des "Colovaria". Les guirlandes, chatouillées par le sortilège, frissonnèrent et virèrent en un vert émeraude, profond et mystérieux. Aucune trace de rouge ou or ne persistait. On pouvait même percevoir la brillance des guirlandes dont les teints initiaux s'étaient estompés avec les années. 

           Thornfield inspecta, la mine satisfaite, le résultat de ses transformations. Elle rangea sa baguette et jeta un coup d'oeil vers Ms. Llyod, toujours absorbée par ses manipulations. Thornfield reporta son attention vers les deux Serdaigle, un sourcil levé par son air provocateur. 

" Mmh. Pas mal., hocha négligemment Hélène. 
- Du vert à s'en crever les yeux... tu ne trouves pas ?, compléta Edward innocemment. 

           Cela provoqua chez la Serpentard un nouveau regard espiègle mais avant qu'elle n'eut le temps de dire quoi que ce soit, le garçon, impassible, sortit sa baguette et la dirigea vers la moitié des guirlandes, les colorant en un bleu nuit. La Serpentard observait le manège en ricanant. Son rire fut néanmoins de courte durée car l'instant d'après, la voix de Ms. Lloyd s'élevait de nouveau dans les airs.

"Votre malette est prète. Vous pouvez la récupérer et retourner la ranger dans votre dortoir. N'oubliez pas de signer, je vous prie."

           La Serpentard se hâta de la rejoindre, s'emparant de l'objet. Elle se pencha sur un parchemin qu'elle signa pour signaler son passage puis, après avoir rendu la plume, se dirigea vers la porte de la sortie, ignorant les deux Serdaigle qui la suivait du regard, ses yeux trahissant toujours son amusement.

           Hélène et Edward restèrent immobiles, plongés dans leurs pensées. Cette rencontre avait été curieuse et inattendue. Le regard analytique d'Edward restait sur Ms. Lloyd qui ne prêtait absolument aucune attention aux guirlandes soumises à la sournoiserie de jeunes enfants. Jouer ainsi avec le matériel de l'école n'avait jamais traversé l'esprit du garçon. Son attention était toujours plus porté sur l'ordre, la minutie et l'harmonie. Hélène lui envoya un regard riche de conversation. Ils ne parleraient pas de ce qu'il venait de se passer. De toute manière, il n'y avait aucune raison dans leur esprit, de recroiser le chemin de la Serpentard. Ils suivraient peut-être des cours ensemble mais cet épisode anecdotique ne changerait rien aux choses. 

           Ils replongèrent donc dans leur travail, ajoutant des boules décoratives ici et là, des statues aux coins de la salle. Lorsqu'ils eurent fini, ils se placèrent dos à la porte, observant d'un oeil critique l'ordre des choses. En effet, ils étaient parvenus à une cohérence implacable. Chaque chose était à sa place et créait une harmonie globale satisfaisante. Ils signalèrent à l'infirmière la fin de la décoration de la pièce. Celle-ci jeta un regard distrait sur le résultat et leur répondit avec nonchalance :

" Très bien. Je vous remercie. Vous pouvez partir à présent."

           Les Serdaigle se jetèrent un coup d'oeil entendu. Elle n'avait toujours rien remarqué. Sûrement ne remarquerait-elle jamais rien. Avant de partir, Edward, pensif observa rapidement les guirlandes pour la dernière fois puis quitta les lieux sans se retourner, accompagné d'Hélène. Il était l'heure d'aller déjeuner.

FIN DU PREMIER CHAPITRE