Infirmerie

Inscription
Connexion

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Trigger Warning : Harcèlement

Janvier 2044

Et ces mots la hantent, encore et toujours. Et ces mots la blessent, à chaque fois qu'elle les entend. La jeune Poufsouffle ne sait pas depuis combien de temps elle devrait être en cours. Elle ne sait même plus si elle devrait être en cours. Elle ne sait qu'une chose : elle a mal.

Mal au cœur, mal à la tête, tellement les mots frappent fort dans son crâne. Lucy a peur. Et si ça recommençait, un jour ? On lui a répété que ça irait mieux, et ça va mieux, c'est sûr, mais à chaque fois qu'elle recroise quelqu'un qui lui ressemble, un coup de stress la prend, elle se fond dans la foule et elle accélère.

Mais aujourd'hui, elle a craqué. Aujourd'hui, Lucy n'a pas pu rentrer dans la salle de cours, envahie par les souvenirs des boules de papier qui lui arrivaient dessus. Aujourd'hui, la jeune fille s'est réfugiée là où elle peut trouver un réconfort, mais elle n'ose pas pousser la porte de l'infirmerie pour s'y mettre en sécurité. Elle ne sait pas si elle est légitime à demander de l'aide. Les problèmes mentaux, ça ne se guérit pas avec un médicament ou une potion quelconque. L'infirmière n'a peut-être même pas les compétences pour résoudre son problème, ou du moins, le réduire...

Elle respire, comme sa psy lui disait de respirer pour se calmer, mais ça ne la calme pas assez. La rouquine tourne en rond, comme ses idées. Elle ne cesse de penser à ces boules de papier qui lui arrivaient dessus, aux mots qu'elle recevait, gravés sur le papier, sur les cahiers, inscrits sur les marges, ou alors murmurés à l'oreille.

Elle aperçoit alors une silhouette qui arrive au loin vers elle, et, sans réfléchir, elle crie :

- Non ! Me touche pas ! Joy… !

*C'est un cauchemar, c'est un cauchemar…* se répète-t-elle intérieurement.*Elle est de retour…*

La colère monte, elle doit extérioriser. Lucy essaye de s'enfuir, de courir pour se défouler, mais la silhouette l'en empêche. Alors, elle essaye dans l'autre sens, mais elle se tape les mains contre le mur. Elle ne peut pas fuir. Elle laisse couler ses larmes.

- S'te plaît… Laisse-moi.
Dernière modification par Lucy Wood le 23 février 2019, 0 h 08, modifié 1 fois.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Une bonne journée qui se déroule. Je profite d'une heure libre et du soleil froid qui illumine le château pour m'y promener. Comme si le sol de pierre était un sentier et les mûrs une forêt je batifole. Mais les mûrs sont réellement beau de par les tableaux qui les recouvre, je me plait beaucoup à les regarder. Ce sont des décorations artistiques et de très bon goût, j'apprécie la virtuosité des peintres magiques et les personnages en mouvement. Je suis fascinée par ce mouvement car il est ce qui rend beau ces tableaux, la beauté est dans le mouvement du moins pour moi.

Mais lors de ma traversée du troisième étage un mouvement en particulier m'interpelle. Au loin devant la porte de l'infirmerie j'aperçoit une fille, que je sais avoir déjà vu, mais où ? Je ne peut oublier cette chevelure rousse. Mais elle cri... j'ai peur un temps, sa voix déraille peut être contre son gré, elle me prend pour qui je ne suis pas.

Je ralentis et hésitante essaye de la rassurer.

-Je...je ne suis pas Joy...


Je suis désormais tout proche d'elle. Son visage est tordu par la peur, je commence à ressentir un vilain stress monter en moi. Que faire ?

Elle tente de s'enfuir certainement, ou de se débattre, je ne sais pas, je ne comprend pas sa gestuelle. Sans trop savoir quoi faire de plus je la prend dans mes bras quit à recevoir un coup et lui demande aussi doucement que possible de se calmer. "Allez, respire, ça va aller"

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

*Pas Joy, pas Joy.*

C'est une mauvaise idée d'utiliser des négations. Ca renforce cette idée dans sa tête, comme quoi elle est là. Son bourreau depuis si longtemps, qu'elle pensait avoir quitté en entrant à Poudlard, se trouve en face d'elle. Ou presque.

Lucy écarquille les yeux, les ferme et les réouvre le plus vite qu'elle le peut. La silhouette de la jeune fille se rapproche, jusqu'à en devenir visible dans les moindres détails. Les yeux. La même couleur, proche de celle de Lucy, qui fait que, de temps à autre, quand elle est mal réveillée, elle voit son harceleuse dans le miroir.

Et elle replonge dans ses souvenirs.

*- Viens te battre, si t'es vraiment une humaine, hurlaient-iels.
- C'était pas contre vous… ! Juste…
- Juste quoi ?! T'es juste bizarre, voilà, c'est tout ! la coupait Joy.
- En plus, t'es rousse, renchérissait un autre, dont elle a oublié le prénom.
- Et t'es rien qu'une…*

- STOP ! 

La Poufsouffle hurle aussi fort que ses cordes vocales bousillées le lui permettent.

Et l'autre fille, loin de réagir, la prend dans ses bras. Aussitôt, la rouquine se dégage de cette étreinte. Elle étouffe, au milieu de toute cette chaleur humaine. Elle hurle, répétant ce mot, comme pour reprendre de l'oxygène, celui qui lui manque, comme pour débloquer la boule énorme dans sa gorge, qui la prend jusqu'aux tripes.

- Tu me touches pas ! 

Lucy se laisse glisser le long du mur jusqu'au sol. Recroquevillée sur elle-même, en boule, elle compte. Ca la calme, de compter. Et ses yeux embués vagabondent, puis se ferment. Après tout, on ne frappe pas un homme à terre. Enfin, ça fait longtemps qu'elle a compris que Joy ne respectait pas cet adage. 

- Non. Non, ça va pas aller. Ca va pas.
Dernière modification par Lucy Wood le 12 mai 2019, 14 h 02, modifié 1 fois.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Je fit face à un rejet brutal. Je m'en offusquait, perdit toute trace de ce qui aurait pu être un sourire et reculait de deux pas pour m'appuyer contre le mur en face d'elle. Plus aucun contact physique, j'avais creusé la distance de manière à quitter totalement son espace vital et je continuais à la regarder sans trop savoir pourquoi.

Si ça n'allait pas qu'y pouvais-je ? J'allais bien moi ? Après un tel rejet ? Je pensais à moi avant elle car je ne la connaissais pas, je ne l'avais croisé qu'une fois et elle n'avait pas été agréable. Je ne la dépréciais pas mais ne pouvait me résoudre à la considérer comme une personne aimable auprès de qui être potentiellement amicale.

Je la laisse la recroquevillée contre son mur tandis que je m'appuie sur le miens. Que pouvais-je bien lui dire ? Je ne voulais peut être pas la réconforter, juste l'aider. Si elle faisait une crise d'angoisse là comme ça au milieu du couloir et que je restais simplement la spectatrice on considérerait mon comportement comme de la non assistance à personne en danger. Je pourrais simplement passer mon chemin, partir loin, mais impossible d'abandonner à son sort cette pauvre gourde.

- Tu es devant la porte de l'infirmerie, dois-je en déduire que tu souhaites y entrer ? Si c'est le cas je peux toquer à ta place si c'est ce qui te fais peur.

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Lucy ferme les yeux pour fuir cette réalité cauchemardesque. Les yeux de Joy, elle les voit, les revoit briller de haine et de rage. Lucy a peur de ces yeux qui réapparaissent quand elle s'endort le soir, et même en journée, parfois.

Puis elle les rouvre, tant ce souvenir est insoutenable. Qu'est-ce qui peut être pire que les cauchemars ? Quand tu te réveilles, et qu'ils se réalisent. Elle s'attend alors à voir Joy en face d'elle, elle s'attend à être frappée, insultée, humiliée. Mais aucun coup ne vient, aucune insulte ne franchit les lèvres de l'autre jeune fille. La Poufsouffle inspecte le visage et le corps de son interlocutrice : elle devine ce qui lui a fait penser que la Serpentard était Joy ; les yeux, ce qui l'a frappée en premier lieu, et la démarche, surtout. Sa manière de se tenir debout, adossée contre le mur.

- Je… T'es pas Joy, bégaye Lucy. Mais tu lui ressembles. Je suis désolée.

Désolée d'avoir crisé devant toi. C'est ça qu'elle voudrait dire, mais elle ne sait pas comment faire. La pression redescend et la Jaune commence à pleurer, pour l'évacuer. Au fond d'elle, la honte commence à grandir : que va penser l'autre fille ?

L'autre fille lui propose d'entrer à l'infirmerie, même de frapper à sa place à la porte. C'est très gentil, et si elle le pouvait actuellement, Lucy lui répondrait par un sourire. Mais elle ne sait même pas si elle veut entrer, si elle peut en parler, et si on pourra la guérir de toutes ces pensées absorbées par un fil noir qui les transforme en malheureuses réminiscences. Et le pire, dans tout ça, c'est qu'elle ne peut pas verbaliser ses craintes. 

- J'ai peur… Peur qu'on ne puisse pas me guérir. Et j'ai peur… Qu'on me juge.

Elle avait murmuré ces mots, doucement, tellement elle en avait honte. Honte de dire à cette fille qu'elle n'était pas un roc, qu'elle ressentait des émotions aussi puissantes et que son passé avait été aussi ravagé. Et surtout, qu'elle n'avait rien pu faire contre.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Elle tremble tant elle est bouleversée. Elle semble penser de moi que je ne suis pas Joy, elle n'a pas tort je ne suis pas Joy. Je ne sais qui est Joy, mais il parait évident qu'elle effraie cette pauvre fille. Je suis emprunte de compassion à son égard, je sais ce que c'est d'avoir peur et je comprends que c'est dur. Même si mes réactions ne savent aller dans un sens qui la réconforterait je prie pour que ma présence n'ai pas d'impact négatif car mes intentions sont bonnes.

Elle s'excusa, certainement pour m'avoir repoussé ainsi. Je souris avec bienveillance, je ne lui en voulais pas, la rancune n'était pas maîtresse de mon tempérament. Après tout si elle m'avait pris pour cette Joy elle avait dû imaginer que je comptais la frapper ou lui faire du mal... Je décidais de ne rien lui demander de plus à ce sujet car il paraissait trop sensible et ces nerfs étaient déjà assez abusés ainsi.

Peur... La peur du jugement je la comprenais, parler de ses problèmes personnels à l'infirmière n'était jamais chose aisée. On préférait sans doute cacher certaines choses plutôt que de les faire soigner, la honte nous envahissait lorsque l'on se rendait compte que les raisons pour lesquelles on souffrait faisait de nous ce que nous e voulions pas être, un faible, un lâche, une victime. C'était le regard critique qu'on nous offrait à tout instant qui créait en nous cette honte et cette peur de dire les choses, je comprenais.

- Je vois... Tu veux en parler ou tu ne préfères pas ? Si tu as peur d'en parler à l'infirmière je peux te dire pour avoir déjà fait sa connaissance qu'elle est bienveillante. Prends le temps de faire redescendre la pression et après essaye de lui en parler, même un silence elle le comprendrait j'en suis convaincue.

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Joy. C'est son prénom. Mais les autres ? Lucy ne sait plus quels prénoms les désignaient. Sans doute tellement classiques qu'elle a dû en croiser des dizaines ici sans s'en rendre compte. Comment on peut oublier les prénoms de ses harceleurs ? 

Perdue dans ses pensées, la Poufsouffle sursaute quand la Serpentarde ouvre la bouche pour parler. Elle écoute attentivement ce que raconte la fille qui ressemble à Joy. Elle n'a pas tord. Mais… Est-ce qu'elle a déjà eu deux ans de traumatismes à raconter à l'infirmière ? Est-ce qu'elle a déjà eu des problèmes psychologiques à lui raconter ? Est-ce que l'infirmière s'y connaît en harcèlement et en traitement du harcèlement ?

- J'en doute pas qu'elle est gentille mais elle est peut-être gentille avec certains trucs et pas avec d'autres, répond très rapidement Lucy, en une seule respiration.

La Jaune sait très bien que certaines personnes peuvent être adorables avec des gens et en harceler d'autres : pour ses parents, Joy était un petit ange. Iels ne se doutaient pas que Lucy subissait du harcèlement de sa part.

Elle respire un grand coup : la pression s'évacue petit à petit. Ses larmes commencent à sécher sur ses joues, les laissant humides, en attente d'autres, pour continuer à les hydrater. Elle essaye de se relever, mais ses jambes tremblent encore trop pour qu'elle tienne debout. Elle retombe, glissant le long du mur. Sa respiration reprend un rythme à peu près normal.

Ses souvenirs se calment. Elle est ancrée dans son présent. Lucy sent ses pieds dans le sol, qui s'enfonceraient s'il était mou, elle sent ses mains qui se griffent contre le mur parce qu'elle s'y est laissée tomber. Elle sent tout son corps qui gueule qu'elle est là, qu'elle est vivante, et ça la fait sourire. Elle se sent forte.

- Ca va mieux, articule-t-elle. Merci.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Gentille en partie seulement ? Si l'infirmière avait pu être méchante même de nature elle ne l'aurait pas été en présence d'élève car elle était infirmière. Quand on choisit comme métier celui d'aider les gens on l'assume pleinement et si cette femme n'avait pas été en mesure de soigner convenablement les élèves ni de les aider non seulement elle n'aurait pas de diplôme mais en plus elle aurait été renvoyée. La direction quoi qu'on en pense veille à la sécurité de ses élèves. Lucy me paraissait avoir peur. Un animal effarouché qui se braque devant la possibilité d'accepter de l'aide.

Cependant le remerciement qu'elle me fit vint bousculer cette pensée. Si elle me remerciait cela signifiait qu'elle acceptait mon aide. Peut-être était-ce seulement temporaire mais peut-être aussi accepterait-elle ma présence encore un peu. Assise elle me semble plus petite que moi, cela ne me convient pas de ne pas être en position d'égalité avec elle. Aussi à mon tour je me laisse glisser contre la pierre pour finir par m'y asseoir, en tailleur. Je la fixe comme je fixe rarement quelqu'un. J'essaye de comprendre cette fille au travers de ses yeux. Est-elle sincère ? Va t'elle vraiment mieux ? Je ne saurais y répondre... Au risque qu'elle fasse un pas en arrière, je fis un pas en avant en engageant la conversation.

- Veux-tu bien me dire quel est ton prénom ?

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Lucy aime la pluie. Alors, quand elle a besoin de déstresser, elle s'imagine sous la pluie, à danser, à rire avec Lily. Elle s'imagine l'odeur de la pluie, et la sensation sur son corps de l'eau qui dégouline le long de ses cheveux.

Pour conforter son état de bien-être qui commence à venir, la Poufsouffle ferme les yeux, et se laisse porter par les mouvements naturels de son corps. Ainsi, elle se balance, sur le côté, de manière saturée. Dans sa tête, elle voit les gouttes d'eau qui tombe le long des vitres, et elle qui danse pieds nus sous la pluie. Ca, c'était avant. Quand Lucy n'avait pas peur des microbes. Quand elle n'avait pas peur qu'on la voie et qu'on utilise cet évènement contre elle le lendemain à l'école.

- Tu oserais danser sous la pluie, toi ? lance-t-elle sans réfléchir à la jeune fille en face, qui s'est assise entre temps, sans que la Jaune ne le remarque.

Sa question s'est entrechoquée avec celle de l'autre fille. A quelques secondes près, les deux filles parlaient en même temps. Alors, elle se décide à répondre à la question de la Verte, se disant que c'est à elle de répondre en premier.

- Moi, c'est Lucy. Et toi ?

Et sur ces paroles, la Poufsouffle arbore un sourire sincère. Elle se sent heureuse. Elle ne sait pas pourquoi, mais elle est à l'aise, heureuse, et juste… Bien.
Ca fait longtemps qu'elle ne s'est pas sentie aussi apaisée.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

La fille répondit presque instantanément. Elle ne me donna pas son nom, elle commença par me poser une question des plus singulières. Je fronçais les sourcils le temps de réfléchir. Danser j'aimais ça et la pluie effaçait les faux pas. C'était un lieu qu'on pourrait considérer comme idéal en y pensant bien... Peut-être pourrais-je avoir peur des regards si je le faisais trop près du château... Je n'aimais pas attirer l'attention, réellement pas. Mais d'un autre côté il ne tenait qu'à nous de faire de la vie une comédie musicale. Je me décidais enfin à répondre à peu près certaine de mon avis sur la question : "Oui je pourrais danser sous la pluie. Mais j'avoue que je le ferais dans un endroit où on ne peut pas me voir."

Elle me donna tout de même son prénom, ce à quoi je souris chaleureusement. Lucy donc... comme la première australopithèque. Une référence en matière d'archéologie et d'étude de notre passé le plus lointain. J'avais dû le lire dans mon encyclopédie junior quand j'étais encore à l'école primaire. Je profitais de l'instant pour regarder Lucy. Elle était bien plus belle que ne l'était aujourd’hui Lucy des temps passés. Je ne pus m'empêcher de laisser mon attention se porter sur les cheveux roux qui couvraient en parti son front et même son visage lorsqu'elle penchait la tête. Indéniablement elle avait des qualités visuelles.

Je lui répondis en retour et en profitais pour ajouter une question ayant la ferme intention de sympathiser avec elle : "Enchantée, c'est un joli prénom. Moi c'est Jenny. Et donc, tu aimes la danse ?"

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Lucy se sent bien. Elle respire enfin normalement et tous ses muscles se détendent. Elle entend sa jambe craquer lorsqu'elle la déplie pour se lever. Elle regarde l'autre fille en face d'elle, s'appuie sur le sol, et se met debout. Pour elle, c'est un grand pas. Elle a réussi à se lever, à dépasser ses démons qui la tenaient clouée au sol. Elle esquisse un sourire, écoute les réponses de la brune, qui lui demande si elle aime la danse. La rouquine ne comprend pas tout de suite pourquoi. Puis elle se rappelle de la question qu'elle a posée. Danser sous la pluie.

Pour Lucy, danser sous la pluie, ce n'est pas danser. La danse, c'est le ballet chorégraphié par un professionnel. Elle profile de la réponse pour assimiler le prénom de la fille en face : Jenny. Ca commence comme Joy, et ça finit pareil. Ces deux filles ont beaucoup trop de points communs.

- J'aime pas particulièrement la danse, mais ça libère les émotions. Quand j'avais sept ans, je dansais sous la pluie. Et puis un jour, j'ai eu huit ans. Et j'ai arrêté, parce que j'avais trop peur qu'on me voie. Parce que les gens se seraient moqués de moi s'ils m'avaient vue.

La rouquine lève les yeux sur Jenny : elle les avait gardés baissés pendant toute sa tirade. Elle regarde dans ses yeux. Elle regarde ce qu'elle y voit. Pour être sûre que cette fille n'est pas méchante. Qu'elle n'est pas comme Joy. Qu'elles ne deviendront pas amies pour qu'au final, elle la lâche et la piétine.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

J'eus du mal à sourire en apprenant que la fille devant moi avait arrêté de faire ce qui lui plaisait par peur du regard des autres. Comme si elle s'infligeait elle-même certaines limites à cause de la peur que créaient les autres. Elle aurait dû continuer pourtant. Personne ne devrait avoir à abandonner ses passions, surtout par peur.
Je dansais d'un pied sur l'autre, réfléchissant à ce que j'allais pouvoir lui dire qui la consolerait. Mais finalement à ce stade elle ne pouvait avoir que des regrets. Alors je choisis de lui dire ce que je pensais : "Tu n'aurais pas dû arrêter... La prochaine fois qu'il pleut, si tu as trop peur de danser, viens me chercher et je viendrais. Je suis souvent à la bibliothèque ou dans ma salle commune. Demande à me voir, il y a bien quelqu'un qui viendra me chercher."

Je réfléchis encore, ne sachant si ma proposition serait suffisante pour lui remonter un peu le moral. Jugeant que finalement peut-être pas je repris doucement la parole : "Et puis... si tu ne supportes vraiment pas que l'on puisse te voir, tu seras heureuse d'apprendre que dans des cours réservés à des années supérieures aux nôtres on apprend à se rendre invisible. Je l'ai lu en regardant le programme de métamorphose"

Ce n'était pas grand-chose mais ça la rassurerait peut-être. C'était bête de se cacher mais si elle avait vraiment peur c'est tout ce que je pouvais lui proposer...

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Jenny est gentille : Lucy commence à s'en persuader. Elle reste cependant sur ses gardes. Sa crise peut repartir à chaque instant si un mot de travers vient à être prononcé. Ce qui n'arrive pas : la Serpentard a des mots justes, ce que la Jaune considère comme une preuve d'amitié, alors qu'elle connaît le prénom de la jeune fille depuis cinq minutes.

- Jenny… répète Lucy, pour se rappeler du prénom à dire si un jour, elle en a besoin. Merci.

Des larmes commencent à lui monter aux yeux, tant elle est émue par la proposition de Jenny. Elle s'en approche, puis se ravise, voyant qu'elle commence à parler. La Poufsouffle sourit, et se dit qu'elle devra garder une filière avec de la métamorphose, pour réussir à se rendre invisible. Enfin, si elle a assez de magie pour ça. Elle ne sait pas si sa magie de née-moldue sera suffisante, elle qui croit qu'elle réussit moins bien que les autres à cause de sa naissance. Pourtant, elle a réussi les étincelles. Alors, elle pourra réussir l'invisibilité. Elle pourra danser toute seule sous la pluie. Ou plutôt, avec Jenny. Elles se rendront invisibles ensemble.

- C'est adorable, ce que tu as dit, c'était tout mignon, et puis le truc de métamorphose, c'est bien de le savoir. Mais je sais pas si j'en aurai besoin. Si t'es avec moi, j'aurai pas peur. Enfin, moins peur. Beaucoup moins peur. Euh… Je veux juste te dire, même si ça sera pas à la hauteur de ce que t'as dit, que j'aimerais bien te faire un câlin, si tu es d'accord.

Et puis Lucy tend les bras. Elle a de l'affection à donner, à ce moment, et elle aimerait bien la donner à Jenny en particulier, comme elle lui a donné du soutien et du réconfort tout à l'heure.

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

On dirait que la tempête c'est calmé. La jeune fille va mieux, c'est agréable de voir ses larmes s'effacer. Je dois dire que je suis toujours inquiète pour elle. Elle semblait croire que j'étais quelqu'un d'autre tout à l'heure, quelqu'un qu'elle déteste... Je me demande si des gens l’embête. Si c'est le cas j'en suis bien évidemment désolée. Je crois que j'aimerais lui poser la question, une autre fois pour ne pas la brusquer. Je ne supporterais pas qu'on la rende triste injustement. Je ne sais pas qui est cette Joy mais si elle continue je crois que j'irais la voir. Si j'en ai le courage et l'audace.

Mignon ? Je sens une étrange chaleur me brûler les joues. C'est un drôle de qualificatif. Je suis contente qu'elle me fasse confiance, qu'elle accepte de penser que je puisse être gentille et seulement gentille. Ah elle veut un... oh. Je crois que la seule personne à qui j'ai fait des câlins était Carry. Elle me l'a fait amèrement regretté, cette sale anti-moldus. Mais Lucy à l'air si aimable et compréhensive… Comment pourrait-elle m'en vouloir pour ce que je suis alors qu'elle-même ne demande qu'à être acceptée ? Sans hésitation j'avance vers elle et lui tends mes bras à mon tour. Je pose ma tête sur son épaule et la serre. J’avais oublié pendant un temps ce que c'était de recevoir de l'affection. J'avais oublié comme c'était agréable. "Tu te sens mieux ?" osais-je lui demander après quelques secondes. Son état un peu plus tôt m'avait inquiété et j'aurais été ravie qu'elle m'annonce que tout allait mieux maintenant.

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

Les paroles ne s'envolent pas  PV Jenny 

Elle la serre dans ses bras. Fort. Et Lucy prend l'énergie positive que lui donne Jenny. Quelques larmes de décompression coulent le long de ses joues. Peu à peu, la Poufsouffle se détend, dans les bras de la Serpentard. Elle se tait, savourant le plaisir du silence. Ses oreilles bourdonnent encore un peu, mais elles ne tardent pas à s'en remettre.

"Tu te sens mieux ?" demande la brune en face d'elle.
- Oui, ça va mieux, répond immédiatement Lucy avec le sourire. Merci. Merci beaucoup.

Elle hésite quelques instants : elle sait qu'elle ne doit pas faire confiance aux gens aussi facilement, mais après ce câlin, la Deuxième Année devine que Jenny est une personne gentille. Elle peut lui faire confiance, et nouer une amitié avec elle.

- On se retrouvera plus tard, je te promets. On va devenir amies. Et puis on ira danser sous la pluie la prochaine fois qu'il pleut. Rien que toutes les deux. Promis. Parole de Poufsouffle !

Elle se dégage de l'étreinte de sa camarade, récupère ses affaires laissées dans un coin. Elle regarde l'heure : c'est bientôt son prochain cours, et celui-ci, elle ne doit pas le rater. Elle essuiera quelques regards, tant pis. Elle a rencontré Jenny, pour la deuxième fois, certes, mais cette fois, elle l'a réellement découverte.

- C'est l'heure. Je dois y aller. Merci, encore une fois. Je t'aime. Euh, en amitié hein !

Et puis Lucy se retourne, et descend les escaliers, d'un pas plus joyeux que celui que celui qui l'a menée ici. Plus gaie qu'avant : et ça, c'est grâce à sa nouvelle amie.

Fin du RP pour moi, merci pour ce beau moment, et désolée pour le temps de réponse qui a été catastrophique…

Luehssyie Woudde Pecker
PATA-P & GIFeuse w/ C.M²
Parce que tous les nuages du monde n'empêchent pas les pleines lunes