Infirmerie

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Reducio
Racine de Gingembre
Image


Certains cours étaient passionnants et imaginatifs, d'autres ennuyeux et totalement inintéressants. Elisabeth venait d'assister à un cours de sortilège qu'elle avait trouvé palpitant et enrichissant. Le sort qu'elle venait d'apprendre ne lui permettrait pas de vaincre un troll, ni même de se débarrasser de cette infection que représentaient les endives, mais il lui permettrait d'égayer les journées et d'embellir la décoration intérieure de certaines pièces. En effet, la jeune fille savait à présent faire tomber de la neige artificielle du plafond, un véritable ravissement pour les yeux que de voir les flocons se déposaient sur le sol au sein d'une pièce chauffée.

Elisabeth sortit donc de son cours avec une ferme intention de trouver à ce nouveau sort un usage opportun et approprié. Elle avait d'abord songé à l'utiliser au sein de son dortoir, émerveillant ses camarades de chambre grâce à cette apparition féerique de la neige. Mais la jeune fille renonça à cette étincelle d'idée, estimant que cela manquait d'originalité et de prodige. Oui ce n'était pas à la hauteur de ses espérances, elle souhaitait que l'usage de ce sort soit exceptionnel et grandiose.

Elle chercha donc l'endroit adéquat pour recourir à son nouvel acquis, se retournant les méninges et revisitant les myriades de possibilité qui s'offrait à elle. Elle fut soudain foudroyée par une idée sensationnelle, un lieu peu fréquenté et dont l'ambiance y était assez morose. Elle irait réchauffer l'atmosphère de cette piège en y faisant tomber des flocons de neige. Sans plus attendre, elle monta les escaliers et arriva à l'endroit propice à son action: l'infirmerie! En effet, de nombreux malades ou pseudo malades avec une tête de zombie déambulaient dans ce lieu et quel meilleur remède que la gaiété et la bonne humeur que représentait la neige.

La jeune fille pénétra donc dans la pièce rectangulaire dans lequel de nombreux lits impeccablement faits étaient alignés. Au fond, se trouvait un bureau et une armoire à pharmacie, outils indispensables pour une infirmière. Elisabeth pointa sa baguette vers le plafond et s'écria "nivicare" faisant tomber une pluie de neige dans la salle. Elle contempla son chef d'oeuvre, fière de ce qu'elle avait accomplie et resta admirative devant ce défilé de flocons.

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Kaeyann ouvrit lentement les yeux. Elle avait l’impression qu’un régiment de trolls des cavernes paradait entre les parois de son crâne, avec tambours et trompettes. Elle voulut se redresser sur ses coudes, mais une vive douleur lui transperça le front et elle se laissa retomber sur ses oreillers. La jeune fille remarqua alors pour la première fois qu’elle n’était pas étendue dans son lit à elle. Il n’y avait pas de rideaux rouges brodés de fils d’or tout autour de sa couche, et la lumière blafarde du petit matin inondait la pièce, forçant Kaeyann à plisser les yeux. Elle tourna la tête pour jeter un coup d’œil autour d’elle, et comprit finalement qu’elle était à l’infirmerie.
*À l’infirmerie? Pourquoi diable était-elle à l’infirmerie? Et avec ce mal de crâne horrible, en plus…*

La Rouge porta la main à son front et sentit sous ses doigts une énorme bosse, couverte d’un pansement. Elle se souvint alors de ce qui s’était passé. Elle avait eu son premier cours de vol la veille, et – pour épargner les détails – disons qu’elle n’avait pas fait bonne impression. Elle s’était foulé un poignet, ce qui expliquait la douleur lancinante dans son bras, et elle était tombée sur la tête en essayant de voler une fois tous les élèves partis, dans un espoir insensé de finalement réussir à faire honneur à sa famille. Tout ce qu’elle se rappelait de ce moment, c’était la douleur dans sa tête, et les petits anges lumineux qui flottaient devant ses yeux. Et maintenant, elle était étendue à l’infirmerie, dans le silence paisible du petit matin.

Kaeyann ferma les yeux un instant et , quand elle les ouvrit, elle vit une élève de deuxième année, qu’elle reconnut comme étant la capitaine de l’équipe de Quidditch de Serpentard, se glisser dans l’infirmerie à pas de loup. Kaeyann l’observa sortir sa baguette magique et faire apparaitre de la neige au plafond de l’infirmerie. Les petits flocons tombèrent doucement, et la jeune fille sourit en repartant d’où elle était venue.

Madame Pomfresh sortit de son petit bureau au fond de la pièce en pestant contre la neige. Kaeyann l’entendait bougonner au sujet des élèves qui ne laissaient pas ses patients tranquilles, mais elle n’entendit distinctement que les mots «fléau » et «irresponsables».La jeune fille tendit le bras vers sa table de chevet, attrapa le verre d’eau qu’on avait posé là à son intention et le porta à ses lèvres. L’infirmière, voyant qu’elle était réveillée, s’approcha d’elle et lui donna à boire un verre rempli d’une mixture à l’odeur nauséabonde. Kaeyann but une longue gorgée et s’étouffa à moitié.

«C’est horrible! Qu’est-ce que c’est, du poison?»

Madame Pomfresh leva les yeux au ciel, l’air de dire «cesse de faire des caprices et boit.» Kaeyann termina son verre, puis sa tête devint très lourde et elle retomba dans un sommeil brumeux.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Et la neige tomba! Miss Pomfresh fit ensuite son apparition hurlant contre les élèves turbulents qui venaient déranger les prodigieux soins qu'elle administrait à ses patients. Elisabeth s'empressa de cacher sa baguette tout en observant l'infirmière qui donna une mixture à une jeune fille qu'Elisabeth n'avait jamais croisé. La seconde année s'approcha de cette patiente, non pas par intérêt quelconque pour celle-ci mais pour finter une visite. Celle-ci semblait vraiment aller mal et Elisabeth hésita à s'approcher de peur d'une éventuelle contagion de sa maladie.

Les soins que prodiguaient Miss Pomfresh ne semblait pas être si prodigieux que cela, la jeune fille changea de couleur et manqua de s'étouffer avec le liquide qu'elle venait d'ingurgiter. Elisabeth observa la soi disante infirmière, elle l'avait toujours soupçonnée d'être une charlatante et elle en avait aujourd'hui la preuve évidente. L'inconnue avait une mine très pâle, son visage rouge semblait devenir vert. Enfin peut-être Elisabeth exagérait-elle un peu, mais quoi qu'il en soit la jeune fille ne semblait pas aller très bien.


«C’est horrible! Qu’est-ce que c’est, du poison?»
lança l'inconnue à l'adresse de l'infirmière.

Elisabeth lui lança un regard inquiet, c'était fort probable avec cette sorcière. La seconde année était persuadée que ce n'était pas un erkling qui avait tué un élève. Elle soupçonnait quelqu'un d'autre avec une blouse blanche ou alors un cracmol qui avait pour seul ami une chatte. Enfin bref, la jeune fille but sa potion et s'endormit! *Comme par hasard!* songea Elisabeth tout en lançant un regard mauvais à l'infirmière. Elle secoua la jeune fille, il fallait absolument la réveiller, peut être était-ce un poison retardateur que lui avait administré Miss Pomfresh afin d'évincer l'une des personnes qui croyait en sa culpabilité en l'occurrence Elisabeth. Elle secoua donc la jeune fille en accompagnant son geste de
"réveille toi!" en espérant que celle-ci sortirait de son sommeil soit disant réparateur.

Reducio
Désolée pour le retard, je vais répondre plus vite dorénavant!

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

«Réveille-toi!»

Kaeyann sentait qu'on la secouait, mais ses paupières lu paraissaient affreusement lourdes. Elle voulut ouvrir la bouche pour répondre à cette voix qui lui donnait des ordres dans son sommeil de se taire et de la laisser dormir, mais c'était comme si ses lèvres étaient soudées. Elle luttait contre son propre corps qui ne voulait pas la laisser parler, mais elle était tellement dans les vapes que ses pensées s'emmêlaient et l'étourdissaient. *J'ai les lèvres collées. J'ai surement avalé une branchiflore, et maintenant il va me pousser des branchies et je vais aller nager. Mais non, je peux pas nager, je peux même pas bouger. Je suis pétrifiée! C'est ça! Il me faut de la potion de mandragore! Mais pourquoi j'entends des voix? Et pourquoi je suis allongée? Qu'est-ce qui se passe? Pourquoi mes couvertures sont aussi serrées autour de moi? Je suis prise dans un Filet du Diable? Je ne comprends rien...*

La jeune fille entrouvrit finalement les yeux, au prix d'un effort surhumain, et regretta aussitôt de l'avoir fait. La lumière crue de l'infirmerie l'aveuglait, et son mal de tête revint à la charge. Elle se redressa sur ses coudes dans un mouvement malhabile et vit alors qu'une jeune fille était à son chevet. C'était sans doute elle qui l'avait tirée du sommeil, car Mme Pomfresh était à nouveau en train de s'affairer dans son bureau, à l'autre bout de la salle. Kaeyann battit des cils et sa vision se fit plus nette.

«Je te reconnais, c'est toi qui a fait apparaitre de la neige tout à l'heure.»

Kaeyann regarda autour d'elle. Sur la petite table à côté de son lit était posé un verre à moité vide, contenant une épaisse mixture si peu appétissante que la jeune fille dut retenir un haut le coeur. Et puis elle se souvint: sa tête qui lui faisait aussi mal que si le saule cogneur s'était amusé à jouer au ping-pong avec, l'infirmière et son étrange potion soporifique qui goûtait le pus de bubobulb...

«J'ai dormi longtemps?» demanda-t-elle à la Serpentard, qui la regardait sans rien dire. «J'ai l'impression d'avoir vieilil de cents ans, et pourtant il me semble de m'être assoupie il y quelques secondes à peine.»


Reducio
Pas de problème, j'avais répondu à ton message pour relever un défi qu'on m'avait lancé ^^ Je ne pensais même pas que tu allais répondre, mais maintenant que c'est fait, autant s'amuser un peu :)

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

La jeune fille émergea de son profond "sommeil", appelons-le ainsi faute de mieux. Elle était encore plus pâle que tout à l'heure, qui sait ce qu'il serait arrivé à cette jeune fille si Elisabeth ne s'était pas trouvé à cet endroit à ce moment précis. On aurait encore accusé un erkling d'avoir tué un élève. La seconde année toisa l'infirmière un moment qui devait lui en vouloir de ne pas avoir permis à ce plan diabolique de se poursuivre. Celle-ci semblait occuper à avec de la paperasse et Elisabeth décida de reporter son attention sur la jeune fille.

«Je te reconnais, c'est toi qui a fait apparaitre de la neige tout à l'heure.»

Elisabeth se figea instantanément! Elle venait de sauver la vie de la jeune fille et celle-ci la remerciait en exposant son méfait à haute voix. *Petite ingrate!* songea t-elle en regardant son interlocutrice, bien qu'elle dut admettre que son jugement devait être altérer par son état malade, elle ne devait pas avoir toute sa lucidité pour l'exposer de cette façon. Quoi qu'il en soit, Elisabeth planta son regard dans le sien et lui dit d'un ton sec: "Tu délires! Ça doit être les potions qu'on t'administrent!" puis avec quelques secondes de réflexion elle ajouta " Non en fait, tu as une tête à délirer tout le temps!"

La seconde année espérait ainsi avoir clôt ce sujet, elle adressa un regard à l'infirmière, celle-ci semblait encore absorber par sa paperasse. Elisabeth émit un soupir de soulagement, un soupir accompagné par des propos d'une jeune fille malade.

«J'ai dormi longtemps?J'ai l'impression d'avoir vieilIi de cents ans, et pourtant il me semble de m'être assoupie il y quelques secondes à peine.»

Effectivement, elle devait avoir dormi que quelques secondes avant qu'Elisabeth ne la tire de son sommeil. La seconde année se demandait si elle devait lui dire la vérité car si elle choisissait de le faire, elle devrait aussi lui révéler les raisons pour lesquelles elle l'avait brusquement réveillée et ce devant l'infirmière. La capitaine de quidditch pouvait aussi choisir de mentir, mais quelle mensonge pouvait être assez crédible pour justifier son acte? Elle opta donc pour une troisième solution qui lui semblait plus judicieuse, lui dire la vérité en dissimulant certains faits et en lui reprochant son manque de finesse d'esprit. L'ingratitude de la jeune fille exaspérait Elisabeth au plus haut point.

"Waouh tu as même perdu la notion du temps, ça fait que quelques secondes que tu t'es endormi! Franchement, on peut dire que tu n'es pas futée comme fille! Enfin bref, c'est là que tu es censée me remercier et moi je suis censée partir mais vu que tu es lente d'esprit, je pense que ça va être plus compliqué que ça, pas vrai? ajouta t-elle sur un ton tranchant, tout en continuant à fixer la malade. Soudain Elisabeth se mit à sourire, un sourire franc qui constratait avec la froideur dont elle avait fait preuve quelques secondes auparavant et ajouta sans attendre à son interlocutrice:

" Tu sais que tu fais peur à voir!"


Reducio
Image

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Kaeyann était bouche bée. Elle avait l'impression qu'on lui avait fendu le crâne à grands coups de hache et piétiné le corps tout entier. Elle n'avait qu'une envie: dormir et tout oublier. Elle voulait s'abandonner au néant et laisser s'envoler sa douleur pour se réveiller le lendemain matin, fraîche et dispose, sans tracas et sans cette horrible sensation d'élancement dans sa tête. Mais elle ne pouvait pas le faire. Pourquoi? Et bien parce que quelqu'un était inopinément venu la tirer de son sommeil réparateur (sommeil qu'elle avait d'ailleurs bien mérité après avoir avalé cette immonde potion!) en la secouant sans ménagement, et que ce quelqu'un semblait bien décidé à ne pas la laisse tranquille. Et le pire, dans cette histoire? C'est que ce quelqu'un était de loin la personne la plus désagréable qu'il ait été donné à Kaeyann de rencontrer.

La Rouge secoua vivement la tête, ne pouvant pas en croire ses oreilles. La jeune fille au badge vert venait-elle vraiment de la réveiller brutalement simplement pour pouvoir l'insulter? Était-il humainement possible de se montrer plus désagréable? Kaeyann avait posé une simple question, on ne peut plus légitime, vu les circonstances: "Ais-je dormi longtemps?" Une personne normale aurait vu là une interrogation tout à fait raisonnable, étant donné qu'elle venait d'avaler une potion magique qui l'avait fait plonger dans un sommeil profond sans qu'elle s'en aperçoive et qu'elle était à nouveau consciente sans comprendre pourquoi, mais cette Serpentard, elle, avait cru bon de lui répondre sans la moindre parcelle de politesse élémentaire qu'elle n'était pas très futée et plutôt lente d'esprit parce qu'elle avait perdu la notion du temps. BIEN ENTENDU QU'ELLE AVAIT PERDU LA NOTION DU TEMPS! Elle avait été réveillée de force, alors qu'elle était pratiquement certaine que c'était une des contrindications principales de la potion. De la même façon qu'il ne fallait pas réveiller un somnambule, il devait être inscrit sur l'étiquette du flacon: ATTENTION. SOMNIFÈRE PUISSANT. NE PAS RÉVEILLER AU RISQUE DE CAUSER DE LA CONFUSION.


«Tu sais que tu fais peur à voir!»

Et elle avait l'audace de sourire? Là, c'en était trop. Kaeyann avait beau être une jeune fille très polie et chaleureuse en temps normal, elle n'était pas vraiment d'humeur à plaisanter avec une inconnu grossière et insolente. Et ce n'était pas "un temps normal". Elle avait mal partout, elle voulait du calme et du silence, et elle avait une envie folle de mettre son poing à la figure de cette jeune fille, pour voir si elle aussi ferait peur à voir, avec un mal de crâne comme le sien. Kaeyann se retint toutefois de le faire, parce qu'elle n'était pas du genre violente, et elle se contenta de se redresser complètement dans son lit et de retrousser les manches de sa robe au-dessus de ses coudes, comme pour se donner une certaine liberté de mouvement. Juste au cas...

«Non, mais c'est quoi ton problème?»

Kaeyann s'aperçut non sans une certaine joie que son accent canadien était beaucoup plus prononcé quand elle était en colère. *Encore heureuse que je ne te parle pas en français* pensa-t-elle *sinon les gros mots seraient beaucoup plus violents.*

«Je suis venue ici pour être tranquille et faire soigner mes blessures, j'ai pas demandé ton avis à propos de mon état, et je t'ai surtout pas demandé de venir m'empêcher de guérir. Je fais peut-être peur à voir, là, maintenant, mais c'est parce que je suis anormalement amochée à cause de ma chute. Ta face de chipie, toi, c'est tous les jours que tu l'as. Maintenant, si tu n'as rien d'intelligent à me dire pour expliquer ta conduite de petite peste, je préfèrerais que tu me fiches la paix et que tu me laisses dormir.»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

C'était le comble de l'impolitesse concentré en une seule et même personne! Elisabeth était littéralement mortifiée par la réaction de la jeune fille malade qui était face à elle. Bon peut-être qu'Elisabeth avait répondu un peu sèchement à la jeune fille, mais tout de même, elle venait de lui sauver la vie. Et comment la Gryffondor le lui avait-elle rendu? En parlant ouvertement de la neige qu'elle avait fait tombé quelques minutes plus tôt et en lui répondant de manière très virulente et déplacée. C'était dorénavant sûre, cette jeune fille ferait partie de la blacklist d'Elisabeth.

La jeune fille s'était même relevée et avait retroussé ses manches comme si elle s'apprêtait à frapper Elisabeth. En allait-elle réellement venir aux mains, la jeune fille qui se plaignait de sa maladie et de son manque de sommeil allait-elle la remercier en lui portant un coup? S'il y avait bien une chose que la jeune Serpentarde avait appris de son expérience au quidditch, c'était d'être patiente et elle en remerciait aujourd'hui le sport. Elle se laissa quelques secondes pour réfléchir à la meilleure manière de répondre à la Gryffondor hostile. Elisabeth émit un soupir d'ennui et ajouta à l'attention de la jeune fille.


" Tu essaies d'atteindre le record des répliques stupides ou quoi? Je te signale que je n'ai fait que répondre à ta question et le reste, bah c'est le principe d'un dialogue, en l'occurrence, j'ai le droit d'ajouter ce que je veux, parce que si je ne devais me limiter qu'à répondre à tes questions, ça serait un interrogatoire! Tu saisis la nuance où je te la refais?"

La jeune capitaine de quidditch devait reconnaître qu'elle y était allée un peu fort, mais bon, s'il y avait une chose qu'elle ne supportait réellement, c'était le manque de gratitude de certaines personnes et celle qui posait que tout lui était dû. Elisabeth n'était pas venue l'embêter dans son sommeil mais elle l'avait cru en danger et l'avait réveillé. Ensuite, celle-ci avait posé une question et Elisabeth y avait répondu de la manière la plus franche possible. Que voulait-elle de plus? Ce qui était le plus drôle, c'est qu'elle avait traité Elisabeth de chipie comme si ça avait été une insulte, si elle voulait la peiner, il fallait faire mieux que ça.

"Puis tu n'as pas à justifier ta drôle de tête par une quelconque chute, tu sais je peux comprendre que la nature gâte certaines personnes et que d'autres non pas cette chance, ne t'en fais pas, je compatis!"

En temps normal, Elisabeth n'aurait jamais sorti ce genre de remarque, mais là, la jeune fille le méritait amplement. Elle se comportait comme si Elisabeth cherchait des ennuis alors qu'elle n'avait fait que répondre à sa question. La vérité était parfois dure à entendre, et bien tant pis cette jeune fille devait s'y faire. Elle regarda tout de même son interlocutrice se demandant si c'était la remarque de trop qui l'obligerait à brandir les poings

"Puis si tu veux dormir et te reposer, libre à toi! En fait, tu nous rendrais un grand service à toutes les deux si tu te replongeais dans ton sommeil réparateur."

Puis Elisabeth n'hésita pas à surenchérir par un sourire en se demandant ce que leur réserverait la suite de cette discussion.

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Kaeyann en avait assez. D'abord elle était «pas futée», et maintenant «pas gâtée par la nature»? Et cette fille, cette prétentieuse petite impertinente qui venait la déranger de sa voix nasillarde et l'insulter de sa condescendance, des ses piques à peine dissimulées et de son ridicule petit sourire, cette fille avait l'audace de lui dire de se replonger dans le sommeil dont elle l'avait si brutalement tirée. C'en était trop.

La Rouge repoussa brusquement ses couvertures et se leva. Non, elle n'allait pas frapper la sale peste, la violence ne réglait rien avec les idiotes: elles revenaient toujours en demander un peu plus. Elle avait simplement envie de ne plus avoir à endurer la présence de cette idiote-là. Une fois debout, elle ramassa le sac-à-dos qu'elle avait posé près de son lit en entrant dans l'infirmerie, le balança sur son épaule avant d'arracher le pansement qu'elle avait sur la tête et de rejeter ses longs cheveux bruns-roux dans son dos pour dégager son visage.


«Cette drôle de tête, regarde-la bien, et souviens-t-en. Parce que chaque fois que tu la croiseras dans les couloirs, tu sauras que c'est le moment de baisser les yeux et de regarder tes grands pieds de clown. Maintenant, je vais effectivement retourner dormir, mais dans un endroit où je ne risque pas de me faire encore déranger par une espèce d'emmerdeuse suffisante et malpolie comme toi.»

Kaeyann passa à côté de la Verte sans la regarder, s'éloigna en direction de la porte de l'infirmerie et lança par-dessus ton épaule:

«Et toi, tu nous rendrais un grand service si tu buvais un litre ou deux de cette potion dégoutante et que tu tombais dans un sommeil profond pour quelques jours. Au moins, comme ça, tu ficherais la paix à tout le monde.»

La Gryffone quitta l'infirmerie en claquant la porte derrière elle et traversa rapidement le couloir pour emprunter les escaliers menant à la tour des Gryffondors. Sérieusement. Quelle journée de merde. Elle avait encore plus mal à la tête qu'avant d'aller voir Madame Pomfresh, son poignet était toujours aussi engourdi et douloureux, et elle était maintenant bouillante de colère. La Capitaine de Serpentards portait bien son badge vert: elle était une vipère aux paroles venimeuses, et Kaeyann la détestait.


Reducio
Au plaisir de te détester à nouveau, très prochainement :)

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

De la neige à l'infirmerie!  Libre 

Elisabeth avait songer à s'en aller et laisser la jeune fille là, dans l'état pitoyable dans lequel elle se trouvait. Mais en bonne Serpentarde qu'elle était, elle préféra attendre sa réponse, pour voir comment se défendrait la Gryffondor dont elle ne connaissait même pas le nom. Celle-ci se leva et prit ses affaires. Allait-elle réellement quitter l'infirmerie alors qu'elle était la patiente. Après tout, Elisabeth n'allait pas rester là toute sa vie et elle devait s'en douter. * Pauvre fille, elle n'a vraiment pas une once d'intelligence* songea la jeune fille n'entendant pas ainsi le début des propos de son interlocutrice. Néanmoins, elle avait parfaitement entendue les mots "une espèce d'emmerdeuse suffisante et malpolie comme toi*

Elisabeth souriait intérieurement, elle jubilait même, pour en venir à de tels propos, la jeune fille devait être hors d'elle. Ca lui apprendra de manquer de reconnaissance de cette façon à la jeune Serpentarde. Elle recommanda également à Elisabeth de boire la potion en grande quantité pour ne plus embêter personne. La capitaine de quidditch la gratifia de son sourire et la regarda quitter la pièce.

C'était tout de même une drôle de journée, elle était venue égayer la vie des malades et au lieu de cela, elle s'était crêpée le chignon avec une Gryffondor. Elle n'était jamais tombée sur une personne aussi ingrate de toute sa vie. Elisabeth se leva et quitta la pièce tout en repensant à ce qui venait de se passer. Une chose était sûre, lorsqu'elle recroiserait la jeune fille dans les couloirs, elle garderait la tête bien haute et la fixerait droit dans les yeux.


Reducio
Fin du RP !
Plaisir partagée LOL