Infirmerie

Inscription
Connexion
  Retour

Mutisme surprise!  Libre 

La journée avait pourtant bien commencé. Madeleine n'avait cours qu'à neuf heures, et en avait donc profité pour dormir une heure de plus. Quand son réveil sonna, elle se sentait en pleine forme et d'excellente humeur. La préfète se leva et se prépara tranquillement.

Une fois habillée et coiffée, elle descendit dans sa salle commune, avec pour but d'aller tranquillement déjeuner dans la Grande Salle. Et c'est là que tout alla de travers. Quand elle voulut saluer un camarade, aucun son ne franchit ses lèvres. Elle réessaya. En vain. Ses cordes vocales refusèrent de bouger, comme figées.

Un peu paniquée, Madeleine quitta sa salle commune. Elle avait faim, mais le petit déjeuner attendrait. N'en déplaise à son estomac. En attendant, direction l'infirmerie.

La préfète n'avait pas mal à la gorge. En fait, elle ne ressentait aucune douleur, aucune sensation anormale, elle était juste dans l'incapacité totale de produire le moindre son.

Saluant d'un sourire ou d'un hochement de tête les connaissances, heureusement peu nombreuses, qu'elle croisait, Madeleine entra en trombe dans l'infirmerie.


« Bonjour miss Koter », lui dit miss Pomfresh.

Oui, elle était connue de l'infirmière. Elle avait déjà fréquenté ce lieu quelques fois, notamment pour une jambe cassée et une insolation. Et en plus de cela, de manière générale, tous les adultes la reconnaissait à cause de son badge.


« Qu'est-ce qui vous arrive ? » demanda l'infirmière.

Madeleine lui fit comprendre par geste son incapacité à s'exprimer, et après avoir répondu (par écrit) à quelques questions, elle eut ordre de se mettre au lit.

La préfète n'en avait pas envie. Elle n'était pas du tout d'humeur à poireauter dans des draps blancs, en attendant que son mutisme cesse. En plus, elle avait faim.

Sauf qu'elle n'avait pas vraiment le choix. Elle s'allongea donc et se plongea dans une observation détaillée du plafond, pour tromper son ennui et son envie d'aller prendre un bon petit déjeuner.

L'infirmière lui avait laissé de quoi écrire sur sa table de chevet.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla était à l'infirmerie depuis la veille. En effet, lors de l'entrainement habituel de quidditch du jeudi soir, elle avait eut un petit accident. Ce n'était pas elle qui avait fait une bêtise en volant, ce n'était même pas de sa faute si elle se trouvait là. En réalité, elle s'était prise un coup en plein sur la tête. C'était la batte de la batteuse, Alyce. Cette dernière avait fit un faux mouvement sur son balai et sa batte était tombée. La rouquine qui pourchassait le vif d'or n'avait pas vu la batte qui lui était tombée dessus. Elle avait alors été assommée et c'est pour cette raison qu'elle était à l'infirmerie. C'était vraiment pas de chance. A quelques centimètres près la batte tombait à côté. Enfin bon, maintenant c'était un peu trop tard pour avoir des regrets.

La quatrième année ne savait pas encore combien de temps elle pourrait rester dans cette pièce. Elle détestait l'infirmerie et encore plus l'infirmière qui ne faisait que râler contre le quidditch. Comme quoi c'était un sport dangereux qui devrait être interdit, surtout dans une école! La jeune fille en avait marre! C'était la première fois depuis sa première année qu'elle se retrouvait à l'infirmerie, l'antre du dragon comme aimaient l'appeler les joueurs de quidditch qui y avait déjà été à cause de leur sport favori. Mais ce n'était pas parce que c'était la première fois que c'était pire... Ou même mieux!

La préfète des Bleus mangeait son petit déjeuner qui lui avait été amené par un elfe de maison qu'elle avait déjà rencontré lors d'une animation de sa maison. Elle avait extrêmement faim et ne pouvait s'empêcher d'engloutir littéralement son petit dej'. Elle prévoyait une journée ennuyante car personne n'était dans l'infirmerie. Tout le monde était en cours donc elle n'aurait pas de visites avant la fin. Elle n'avait qu'un livre à lire. C'était un livre sur les arts martiaux que son cousin Moldu lui avait offert. Elle l'aimait bien, mais les arts martiaux ce n'était pas sa tasse de thé. Malheureusement c'était le seul livre qu'elle n'avait pas encore lu.

Tout à coup, la porte de l'infirmerie s'ouvrit un peu avant 9 heures. La préfète en chef et préfète des rouges apparut. Elle parla par gestes à l'infirmière qui la fit s'allonger sur le lit à côté de Meilla.
*Chouette!*pensa-t-elle. Au moins, elle aurait de la compagnie. L'infirmière les laissa seules. La rouquine avait compris que Madeleine avait un problème de paroles. Peut-être avait-elle mal à la gorge? En tout cas, c'était une bonne occasion pour faire sa connaissance. Après tout elles n'étaient pas non plus mourantes! Et l'infirmière avait laissé un bloc note et de quoi écrire sur la table de chevet.

"Salut! Alors, qu'est-ce qui t'arrives?"
Dernière modification par Meilla Primard le 2 septembre 2014, 9 h 39, modifié 1 fois.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine comptait les croisées d'ogives du plafond. 14. Et maintenant que faire ? La demoiselle se mit à détailler l'arche qui se tenait juste au-dessus d'elle. Elle regarda les petites imperfections dans la pierre, tous les petits trous, les marques un peu plus foncées, l'usure... tout ce qui montrait que ce plafond avait vécu longtemps.

Combien d'élèves s'étaient plongés dans cet examen minutieux avant elle ? Sûrement beaucoup. Elle ne devait pas être la première à s'ennuyer dans un lit d'infirmerie. Elle pouvait néanmoins se vanter, à l'heure actuelle, de faire partie des patients les plus en forme que la pièce ait connu. A l'exception de son ventre, qui réclamait son petit déjeuner.

Elle fut tirée de ses profondes méditations par une voix :


"Salut! Alors, qu'est-ce qui t'arrives?"

Madeleine tourna la tête dans la direction d'où venait la voix. Sa propriétaire était Meilla Primard, préfète des Serdaigle, et actuellement sa voisine de chambre. En effet, elle occupait le lit d'à côté.

La Bleue ne semblait pas trop en mauvais état non plus. Elle était tranquillement assise dans son lit, tout en dégustant un copieux petit déjeuner. A la vue de la nourriture, toujours succulente, servie par les elfes de maison, la troisième année se surprit à saliver.

Elle répondit à sa collègue, non pardon, elle essaya de répondre avant de se rappeler qu'elle ne pouvait pas parler (c'était vraiment pénible !). Alors, elle attrapa le bloc-notes et la plume et écrivit :


Je suis aphone. Je ne sais pas pourquoi mais depuis ce matin, je ne peux plus parler ni même émettre un son, pourtant je n'ai mal nul part et je me sens bien. Et toi, qu'est-ce qui t'arrive ?


Madeleine avait écrit assez gros pour que Meilla réussisse à lire de loin sans qu'elle ait besoin de lui passer son bloc-note (sinon, la communication déjà difficile allait vite devenir infernale).

Elle aurait pu arracher la feuille, mais les lits étaient quand même séparés d'au moins deux mètres et cela nécessiterait pas mal d'acrobaties pour se passer la feuille.

Elle avait donc préféré augmenter sa police d'écriture, si je puis dire.

Madeleine brandit son bloc-note en direction de la Bleue et lui laissa le temps de lire. En attendant, une bonne odeur de toasts et d’œufs brouillés vint lui chatouiller les narines.

Une fois qu'elle eut estimé que Meilla avait largement eu le temps de lire, la Rouge reprit sa plume et commença à écrire sur une nouvelle page :

Je n'ai pas encore mangé ce matin, j'ai faim !


Finalement, elle n'eut que le temps d'écrire :

Je n'ai pas encore


En effet, miss Pomfresh sortait de son bureau et se dirigeait à grands pas vers Madeleine.

Alors, profitant du temps qu'il lui restait avant que l'infirmière n'atteigne son lit, elle écrivit en hâte, se servant des cinq mots déjà tracés :


Je n'ai pas encore déjeuné ce matin. Pourrais-je avoir quelque chose à manger s'il vous plaît ?


Elle termina juste quand l'infirmière arrivait. Miss Pomfresh tenait une petite bouteille dans sa main, mais, contre toute attente, elle ne s'en servit pas, sortit sa baguette et lança sur Madeleine :

« Finite Incantatem. »

Le sort resta sans effet. Alors, tout en ouvrant sa bouteille, elle expliqua :

« Je ne sais pas pourquoi vous êtes soudainement devenue muette. Ça peut être soit dû à une maladie magique, mais c'est étrange que ce soit le seul symptôme, ou bien, quelqu'un vous a jeté un sortilège à votre insu. Je n'écarte pas cette seconde piste : de nombreux sorts résistent à un Finite Incantatem, mais si c'est bien la raison de votre mutisme, alors ça veut dire que le sort vous a été lancé par un élève de cinquième année, ou plus, ou alors, à la limite, par un bon élève de quatrième année. »

Tout en parlant, elle avait versé la potion de sa petite bouteille dans un gobelet, et elle dosait avec précision son remède.

« Pour l'instant, vous allez prendre ça, dit-elle en tendant le gobelet à Madeleine, c'est une potion pour soigner l'irritation des cordes vocales. C'est pas très fort, mais on va déjà essayer ça avant l'artillerie lourde. »

La quoi ? Bizarrement, Madeleine eut soudainement très envie de voir ce remède fonctionnait pour ne pas connaître ce que miss Pomfresh appelait « l'artillerie lourde ».

Elle prit le gobelet, et, se préparant mentalement à un goût abominable, le porta à ses lèvres. Le goût n'était pas si atroce que cela. En fait, il rappelait un peu le miel. Mais de loin, de très loin. Un miel dans lequel on aurait fait mariner des chaussettes sales de marathoniens.

Il n'empêche que cette potion restait meilleure que le Poussos que la préfète avait du avaler quand elle s'était cassé la jambe.

Avant que miss Pomfresh ne parte, Madeleine lui tendit son bloc-note. L'infirmière leva les yeux au ciel et répondit :


« Mais que faisiez-vous de 7 à 8h ce matin ? C'est dans ce créneau qu'on sert les petits déjeuners ! »

*Je dormais. *
pensa la gryffone mais miss Pomfresh partit avant qu'elle ait eu le temps de formuler cette réponse à l'écrit. Tant mieux, car cela ne lui aurait certainement pas plu.

Madeleine vit l'infirmière appelait un elfe de maison à l'entrée de l'infirmerie, celui-ci se matérialisa devant elle. Ils échangèrent quelques mots, puis l'elfe disparut.

La préfète attrapa son bloc-note, et sous le mot qu'elle avait rédigé à l'attention de miss Pomfresh, elle ajouta :

De 7 à 8, je dormais.


Ce bref message n'était bien sûr pas destiné à l'infirmière mais à Meilla. Madeleine brandit donc son carnet dans la direction de sa camarade.
Dernière modification par Madeleine Koter le 5 juillet 2014, 18 h 53, modifié 1 fois.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine se tourna alors vers elle pour lui répondre... Enfin si on peut vraiment appeler ça répondre. En réalité, elle ouvrit sa bouche mais aucun son n'en sortit, alors, elle écrivit sur son bloc note.

Je suis aphone. Je ne sais pas pourquoi mais depuis ce matin, je ne peux plus parler ni même émettre un son, pourtant je n'ai mal nul part et je me sens bien. Et toi, qu'est-ce qui t'arrive ?


C'est bien ce que la jeune rousse avait pensé. La préfète était effectivement devenue aphone. Eh bien, au moins maintenant c'était clair! Mais c'était quand même assez bizarre de devenir aphone comme ça et de ne pas avoir mal à la gorge. Enfin, si elle n'avait pas mal, elle n'allait quand même pas se plaindre! C'était plutôt une bonne nouvelle. Puis la quatrième année se remémora la question. C'est vrai qu'elle était en train de manger son petit déjeuner tranquillement dans un lit (bon d'infirmerie mais un lit quand même!) alors qu'elle devait avoir cours et qu'elle ne semblait rien avoir. Mais Meilla n'eut pas le temps de répondre, car Mme Pomfresh arriva alors que la préfète des Rouges allait rajouter un truc.

Elle lança un finite incantatem sans succès, puis elle donna une fiole à boire à sa patiente. La préfète des Bleus n'entendit pas tout ce que dit l'infirmière. Tout ce qu'elle avait comprit c'est qu'elle ne savait pas pourquoi Madeleine était devenue aphone. Elle pensait que c'était peut-être un sort. Rien de plus n'arriva aux oreilles de la jeune fille qui continua tout de même à manger son petit déjeuner en faisant comme si elle n'écoutait pas, même si elle tendait une oreille. Enfin Mme Pomfresh partit laissant les deux jeunes filles seules. Madeleine put enfin montrer son mot.


Je n'ai pas encore déjeuné ce matin. Pourrais-je avoir quelque chose à manger s'il vous plaît ? De 7 à 8, je dormais. xD


De toute évidence, elle avait voulu demander à manger à la rouquine mais comme elle n'avait pas eu le temps de lui transmettre le mot, elle l'avait écrit à l'adresse de l'infirmière. La quatrième année se dit que c'était vrai qu'avoir un petit déjeuner sous les yeux sans pouvoir en avoir un morceau tandis qu'on n'avait pas manger depuis la veille au soir, devait être un peu dur moralement! Bref, il était temps pour Madeleine d'avoir ses réponses!

"Moi, je suis là depuis hier soir. Je me suis pris la batte d'Alyce sur la tête à l'entrainement de quidditch! Du coup, comme c'est sur la tête elle est obligée de me garder en observation. Et puis, j'avais une sorte de fracture ou de fêlure... Un truc comme ça. Donc elle m'a donné une potion pour ça. J'ai souffert cette nuit, il faut bien l'avouer. Mais depuis je vais bien et ça me tue de devoir rester ici. Etre coincée à l'infirmerie quelle plaie! " La jeune fille n'avait même pas fait exprès de faire ce jeu de mot pourri! Mais elle continua son histoire enfin plutôt de répondre à sa camarade.

"Mais tu ne comptais pas manger? Ou tu commençais plus tard? En tout cas, je suis bien contente que tu sois là! Au moins, je ne vais pas m'ennuyer. Enfin disons qu'on s’ennuiera à deux c'est plus sympa!" finit-elle dans un grand sourire. Elle aurait bien rajouter quelques questions, mais chaque chose en son temps!

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla avait suivi toute la scène mais n'avait sûrement pas pu bien comprendre tout ce que miss Pomfresh avait dit. Madeleine vit, qu'à la lecture de son message, la Serdaigle comprenait mieux ce qui venait de se passer, et surtout la fin de l'échange, quand l'infirmière, gentille comme tout, mais en râlant copieusement, était allée commander à manger à un elfe.

Meilla répondit :


"Moi, je suis là depuis hier soir. Je me suis pris la batte d'Alyce sur la tête à l'entrainement de quidditch! Du coup, comme c'est sur la tête elle est obligée de me garder en observation. Et puis, j'avais une sorte de fracture ou de fêlure... Un truc comme ça. Donc elle m'a donné une potion pour ça. J'ai souffert cette nuit, il faut bien l'avouer. Mais depuis je vais bien et ça me tue de devoir rester ici. Etre coincée à l'infirmerie quelle plaie! "

Une batte dans la tête. Outch ! Et quand elle se l'était pris la batte, il y avait encore cette Alyce au bout ? Madeleine ne connaissait pas bien l'équipe de quidditch des Serdaigle. Elle ne se souvenait pas de la composition de l'équipe au moment du dernier affrontement des Hawks avec les Red Lights. Peut-être cette Alyce était-elle déjà présente ? Ou peut-être pas. De toute façon, peu importait.

C'est à ce moment que la préfète rouge se rendit compte qu'elle connaissait très peu de Serdaigle. C'était déjà arrivé que la troisième année échange quelques mots avec des Bleus, mais elle n'avait jamais lié de véritable amitié avec des membres de cette maison, qu'elle connaissait au final très peu.

Pour en revenir au coup de batte que Meilla s'était pris, Madeleine trouvait qu'elle avait plutôt eu de la chance. Elle n'avait pas de gros bandage autour de la tête et n'était pas défigurée par une énorme bosse de la taille d'un œuf d'autruche, et nous étions seulement douze heure après l'événement ! Bon, la Serdaigle avait bien parlé d'une fracture ou d'un truc comme ça, mais ce n'était rien, miss Pomfresh pouvait arranger cela en moins de deux. La preuve était sous les yeux de la Rouge : une Meilla en pleine forme, les joues roses et les yeux brillants, en train de déguster son petit déjeuner et de bavarder avec sa collègue de Gryffondor aphone.


"Mais tu ne comptais pas manger? Ou tu commençais plus tard? En tout cas, je suis bien contente que tu sois là! Au moins, je ne vais pas m'ennuyer. Enfin disons qu'on s’ennuiera à deux c'est plus sympa!" continua Meilla.

C'était facile pour elle de sortir de grandes tirades, elle n'avait qu'à ouvrir la bouche. Pour la troisième année en revanche, c'était une autre histoire.

Néanmoins, elle était aussi ravie de la présence de la Bleue. La perspective de passer la journée ici à ne rien faire ne lui disait rien. C'était nettement plus agréable de pouvoir discuter avec quelqu'un qu'elle connaissait, même peu. Leur séjour ici leur permettrait de faire connaissance.

Madeleine attrapa sa plume, et écrivit en retour :


Je commençais à 9h. Moi aussi, je suis contente que tu sois là. T'as du prendre du Poussos pour ta tête ? Je peux te comprendre, j'en ai bu aussi une fois parce qu'Amber m'avait cassé la jambe... c'est une longue histoire. En tout cas, t'as de la chance pour ta tête, on ne voit rien du tout. Le coup de batte ne t'a pas fait saigner ?


La préfète brandit son calepin vers Meilla, mais soudain, un elfe se matérialisa entre leur deux lits, manquant se prendre le bloc-note dans la tête.

Surprise, Madeleine sauta en arrière. C'est une façon de parler, disons qu'elle eut un mouvement de recul.

L'elfe portait un grand plateau chargé de victuailles. Une fois la menace du calepin écartée, il s'avança vers la Gryffondor et posa le plateau sur ses genoux :


« Voilà le petit-déjeuner de miss Madeleine Koter. Si miss Madeleine Koter veut autre chose, elle n'a qu'à demander à Angie. Angie présente les vœux de bon rétablissement des elfes de Poudlard à miss Madeleine Koter. »

Le plateau comportait trois petits pots de confiture différentes, une pile d'au moins quatre toasts, une assiette d’œufs brouillés et de bacon et un grand verre de jus de citrouille.

La troisième année sourit, prit une nouvelle feuille de son bloc-note, et gribouilla à la va-vite :

C'est parfait. Merci beaucoup à toi et à tous les elfes de Poudlard pour la nourriture et leurs vœux.


Puis, elle tendit la feuille à Angie. L'elfe sourit, salua et disparut en claquant des doigts.

Se rappelant que Meilla n'avait probablement pas eu le temps de lire la totalité de son message, Madeleine brandit son calepin dans sa direction.

Quand elle fut sûre que la Serdaigle eut tout bien lu, elle entama son petit déjeuner.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Quand elle eut finit sa tirade, Meilla se rendit compte qu'elle était vraiment très longue et elle se demanda comment Madeleine allait réagir face à celle-ci. La Gryffonne n'eut pas l'air plus dérangée que ça et même plutôt ravie. Mais ce n'était peut-être que l'impression qu'avait la rouquine qui sait? En tout cas, la préfète en chef prit quand même le temps de répondre. Enfin prendre le temps... De toute manière elle n'avait que ça à faire donc était-ce vraiment bon signe?

Je commençais à 9h. Moi aussi, je suis contente que tu sois là. T'as du prendre du Poussos pour ta tête ? Je peux....


La quatrième année n'eut pas le temps de finir de lire le long mot de sa camarade car malheureusement (ou heureusement pour cette dernière), un elfe de maison vient lui apporter son petit déjeuner qu'elle avait bien mérité pour se remettre de ses émotions!

« Voilà le petit-déjeuner de miss Madeleine Koter. Si miss Madeleine Koter veut autre chose, elle n'a qu'à demander à Angie. Angie présente les vœux de bon rétablissement des elfes de Poudlard à miss Madeleine Koter. »

Les elfes de maison étaient toujours si serviables! Meilla avait du mal à comprendre ce concept. Son père qui était Moldu avait refusé qu'ils engagent un elfe de maison. Sa mère qui n'avait pas vraiment d'avis sur ce concept n'avait rien dit et ils n'avaient pas eu d'elfe de maison. Aussi, la rouquine avait un peu de mal avec ses créatures. Elle ne comprenait pas comment on pouvait être aussi serviable avec des sorciers plus ou moins désagréables! La-dénommée Angie repartit et Meilla put lire la fin du mot de Madeleine.

Je commençais à 9h. Moi aussi, je suis contente que tu sois là. T'as du prendre du Poussos pour ta tête ? Je peux te comprendre, j'en ai bu aussi une fois parce qu'Amber m'avait cassé la jambe... c'est une longue histoire. En tout cas, t'as de la chance pour ta tête, on ne voit rien du tout. Le coup de batte ne t'a pas fait saigner ?


Oui, la jeune sorcière avait dû prendre du Poussos et oui, c'était désagréable. Mais bon en même temps, face à Mme Pomfresh on ne pouvait rien dire surtout quand la blessure avait un rapport avec le quidditch. Eh puis, c'était le risque du métier, de se blesser! Bon c'est vrai qu'il était bête de se blesser pour un entrainement mais au moins ce n'était pas l'entrainement juste avant un match, parce que là elle aurait été un peu embêtée. Un peu beaucoup même!

"Oui, j'ai dû prendre du poussos et c'est vrai que c'est très désagréable! J'ai eu beaucoup de mal à dormir toute la nuit! C'était vraiment une horreur. Mais si tu en as déjà pris, tu le sais aussi bien que moi! Je ne sais pas si j'ai saigné... En fait je me suis évanouie et je me suis réveillée ici... Dans ce désert de draps blancs et de fioles, de potions et de bandages! Bref, dans cet enfer blanc, dans l'antre du Dragon!SI tu veux tu peux me raconter comment Amber t'as cassé la jambe? De toute manière on a au moins toute la journée! Est-ce que c'est ton amie?Parce que je la connais et ce n'est pas vraiment la mienne..."

La jeune fille n'en revenait pas d'avouer un truc comme ça. Elle avait quasiment avoué qu'elle avait une ennemie, ancienne préfète des Verts!

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine grignotait un morceau de bacon quand Meilla répondit :

« Oui, j'ai dû prendre du poussos et c'est vrai que c'est très désagréable! J'ai eu beaucoup de mal à dormir toute la nuit! C'était vraiment une horreur. Mais si tu en as déjà pris, tu le sais aussi bien que moi! Je ne sais pas si j'ai saigné... En fait je me suis évanouie et je me suis réveillée ici... Dans ce désert de draps blancs et de fioles, de potions et de bandages! Bref, dans cet enfer blanc, dans l'antre du Dragon! »

La Gryffondor rit. Enfin, elle rit silencieusement. Son mutisme touchait donc aussi son rire ? La préfète pensa à son collègue préfet-en-chef, Enaël Dewberthon, Poufsouffle. Il était muet de naissance. L'avait-elle déjà entendu rire ? En tout cas, vu le nombre de fois où ils avaient travaillé ensemble, il aurait été étonnant qu'il n'ait pas, à un moment ou à un autre, laissé échapper un éclat de rire. Même si ce n'était pas à gorges déployées. Madeleine ne se souvenait pas si le rire d'Enaël avait été audible. Tant pis. En attendant, Meilla terminait sa tirade :

« SI tu veux tu peux me raconter comment Amber t'as cassé la jambe? De toute manière on a au moins toute la journée! Est-ce que c'est ton amie?Parce que je la connais et ce n'est pas vraiment la mienne... »

C'était vrai qu'elles avaient du temps à tuer toutes les deux. De plus Meilla semblait sympathique, et si elle était ennemie d'Amber (c'était un peu ce que sa phrase sous-entendait quand même), c'était un bon point ! Ne disait-on pas : « L'ennemie de mon ennemie est mon amie » ?

Madeleine attrapa son bloc-note et entreprit de répondre. Meilla n'avait pas intérêt à être pressée parce que c'était une assez longue histoire.

Un peu plus tard, elle montra sa feuille à la préfète des Bleus, sur laquelle on pouvait lire :


Oui, je veux bien te raconter ça. En fait, j'ai surpris Amber en train de parler avec Roxane Moon (une Verte aussi, je ne sais pas si tu la connais). C'était avant le match des Crochets d'Argent contre les Hawks. Amber expliquait à Roxane qu'elle voulait droguer ton équipe pour gagner avec de la Goutte du Mort-Vivant. Elle essayait de la convaincre de l'aider. Je me suis interposée, on s'est disputées un bon moment. Ensuite Roxane m'a lancé un sort d'allégresse sans que je ne puisse rien faire. Au fait, je t'ai pas dit ou c'était : on n'était en-dessous les tribunes du stade de quidditch. J'étais assise sur une poutre un peu au-dessus d'elles (elles étaient au sol). Donc ensuite, Amber a utilisé le sortilège « Ascensio » pour arriver, avec Roxane, à ma hauteur (je me demande bien où elle l'a appris d'ailleurs ce sort). Et Amber m'a poussé. J'ai fait une chute de plusieurs mètres, environ un étage en fait. Et ma jambe droite a cassé à l'atterrissage. J'ai eu beaucoup de chance qu'il n'y ait que ça. Les deux pestes m'ont abandonnée là, cachée sous les tribunes. J'ai réussi à me traîner jusqu'au vestiaire des Red Lights (ça fait parti des choses les plus douloureuses que j'ai faite de ma vie) et je suis rentrée au château sur balai.
Et toi ? D'où vient cette... absence d'amitié envers Amber ? T'es pas obligée de me le raconter, si tu ne veux pas, je comprends.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine aurait-elle compris son allusion au fait qu'Amber était son ennemie? Et si c'était la meilleure amie de la Rouge? Ca faisait un moment que la rouquine n'avait pas croisé la Serpentarde, peut-être qu'elle était partie de Poudlard? C'était possible... Pendant que la préfète des Bleus réfléchissait, la préfète en chef, elle écrivait un roman sur son bloc notes. Meilla se demandait bien ce qu'elle pouvait écrire... C'est vrai qu'elle-même avait fait une longue tirade quelques minutes plus tôt... Mais peut-être Madeleine cherchait-elle ses mots? C'est devant toutes ses questions que la jeune fille attendit patiemment (ou presque ce n'était pas dans ses qualités) que son "interlocutrice" ait fini d'écrire son roman. Elle détestait attendre mais de toute manière, elle était coincée là pour toutes la journée, si ce n'est plus! Alors, cela ne faisait rien.

Oui, je veux bien te raconter ça. En fait, j'ai surpris Amber en train de parler avec Roxane Moon (une Verte aussi, je ne sais pas si tu la connais).


Oui, Meilla connaissait Roxane. Mais elle ne savait pas que Roxane et Amber étaient amies. Elle ne connaissait pas super bien Roxane mais elle ne l'aurait jamais mise dans le même sac qu'Amber... Enfin bon, tout le monde peut faire une bêtise. Et puis, pour l'instant rien ne disait que Roxane avait fait quelque chose contre Madeleine...

C'était avant le match des Crochets d'Argent contre les Hawks. Amber expliquait à Roxane qu'elle voulait droguer ton équipe pour gagner avec de la Goutte du Mort-Vivant. Elle essayait de la convaincre de l'aider.


C'était bien la preuve qu'Amber détestait Meilla non? Vouloir "tuer" son équipe? Et puis quoi encore? Non mais franchement quelle personne sensée pouvait vouloir droguer l'équipe adverse juste pour un match de quidditch? Et à Poudlard en plus? Il n'y a pas tant d'enjeux que ça alors honnêtement il fallait vraiment être quelqu'un de complètement taré pour vouloir le faire!

Je me suis interposée, on s'est disputées un bon moment.


Voilà la preuve que Madeleine était aussi ennemie avec Amber. Ce nom résonnait avec du dégoût dans la tête de la Serdaigle. Elle détestait ce nom et tout ce qu'il cachait! Mais elle continua de lire tranquillement.

Ensuite Roxane m'a lancé un sort d'allégresse sans que je ne puisse rien faire. Au fait, je t'ai pas dit ou c'était : on n'était en-dessous les tribunes du stade de quidditch. J'étais assise sur une poutre un peu au-dessus d'elles (elles étaient au sol).


Et ça c'était a preuve que la rouquine ne connaissait pas vraiment Roxane. Mais peut-être qu'Amber l'avait obligée à le faire? D'après Madeleine au début la Verte ne voulait pas le faire mais finalement elle l'avait peut-être quand même fait de son plein gré?

Donc ensuite, Amber a utilisé le sortilège « Ascensio » pour arriver, avec Roxane, à ma hauteur (je me demande bien où elle l'a appris d'ailleurs ce sort). Et Amber m'a poussé. J'ai fait une chute de plusieurs mètres, environ un étage en fait. Et ma jambe droite a cassé à l'atterrissage. J'ai eu beaucoup de chance qu'il n'y ait que ça. Les deux pestes m'ont abandonnée là, cachée sous les tribunes. J'ai réussi à me traîner jusqu'au vestiaire des Red Lights (ça fait parti des choses les plus douloureuses que j'ai faite de ma vie) et je suis rentrée au château sur balai.


*Wahou! Quelle histoire!*pensa Meilla. Franchement, elle n'aurait jamais pensé que des personnes puissent être aussi méchantes envers une de leur camarade. Elle ne comprenait pas comment cela pouvait être possible dans la tête d'un humain. D'ailleurs, elle se dit que les personnes de ce style ne devait pas avoir la tête faite comme toutes les autres personnes...

Et toi ? D'où vient cette... absence d'amitié envers Amber ? T'es pas obligée de me le raconter, si tu ne veux pas, je comprends.


Meilla serait ravie de pouvoir en parler avec quelqu'un de cette absence d'amitié. Et plus encore de cette haine profonde. Il ne lui semblait pas en avoir déjà parler à quelqu'un, pas même à un professeur ou à un préfet. Mais comme Madeleine la détestait aussi, ça ne ferait pas de mal et peut-être que la rouquine serait libérée?

"T'as vraiment pas de chance! Elle est quand même stupide tu aurait pu te faire encore plus mal, et ne même pas vérifié que t'allais bien nan mais franchement! Pour ma part... Eh bien... Disons qu'il y a deux parties à notre histoire. La première partie s'est passée en hiver lors de ma première année, je crois. Nous avons fait une bataille de boules de neige et nous étions contre. Ca ressemblait plus à une guerre qu'à une bataille banale de collégiens. A la fin, nous avons échangé quelques gentils mots. L'année suivante, j'avais eu un gage à faire. Je devais lancer des bombes à eau dans les toilettes des filles. Malheureusement, elle est arrivée à ce moment-là. Elle s'est prise la bombe en pleine tête et comme je ne l'ai pas vue, j'en ai lancé une deuxième. Elle ne l'a pas bien pris évidemment et je pense que tu sais comment elle est... Elle m'a ordonné de nettoyer les toilettes sous peine de punition. J'avais une heure et je devais le faire sans magie. A la fin du temps, je suis partie sans rien dire. Depuis, nous ne nous sommes plus revues. Mais j'ai gardé ce sentiment amer la concernant. heureusement que quand je suis devenue préfète en début d'année, Vicky l'avait déjà remplacée parce que je ne sais pas ce que j'aurais fait sinon..."

La rouquine avait la gorge sèche d'avoir autant parler. Elle espérait ne pas avoir trop ennuyé Madeleine avec son histoire...

"Sinon, t'as des frères et soeurs?"

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla ne semblait pas hostile à l'idée de raconter ses antécédents avec Amber à Madeleine. La Serdaigle réagit d'abord au récit de la Gryffone :

« T'as vraiment pas de chance! Elle est quand même stupide tu aurait pu te faire encore plus mal, et ne même pas vérifié que t'allais bien nan mais franchement! »

Oui, Madeleine avait été très chanceuse dans l'histoire. Elle ne s'était pas cassé de côtes, pas brisé le cou, elle avait même été en état de revenir au château, échappant ainsi à la possibilité de crever de faim sous les tribunes de quidditch. Amber s'était montrée extrêmement inconsciente, imprudente, et d'une stupidité profonde. Pendant la nuit que la gryffone avait passé à l'infirmerie, avec le Poussos qui l'empêchait de dormir, elle avait eu largement le temps de ruminer les événements, d'imaginer ce qui aurait pu se passer et de haïr Amber. Et Roxane aussi. Même si depuis, les deux élèves avaient fait la paix.

« Pour ma part... Eh bien... Disons qu'il y a deux parties à notre histoire. La première partie s'est passée en hiver lors de ma première année, je crois. Nous avons fait une bataille de boules de neige et nous étions contre. Ca ressemblait plus à une guerre qu'à une bataille banale de collégiens. A la fin, nous avons échangé quelques gentils mots. »

Ces « quelques mots gentils » étaient-ils ironiques ? Madeleine n'eut pas le temps de poser la question, Meilla enchaîna :

« L'année suivante, j'avais eu un gage à faire. Je devais lancer des bombes à eau dans les toilettes des filles. Malheureusement, elle est arrivée à ce moment-là. Elle s'est prise la bombe en pleine tête et comme je ne l'ai pas vue, j'en ai lancé une deuxième. Elle ne l'a pas bien pris évidemment et je pense que tu sais comment elle est... Elle m'a ordonné de nettoyer les toilettes sous peine de punition. J'avais une heure et je devais le faire sans magie. A la fin du temps, je suis partie sans rien dire. Depuis, nous ne nous sommes plus revues. Mais j'ai gardé ce sentiment amer la concernant. heureusement que quand je suis devenue préfète en début d'année, Vicky l'avait déjà remplacée parce que je ne sais pas ce que j'aurais fait sinon... »

Pour ainsi humilier la Bleue, Amber devait déjà être préfète. Sinon, elle n'avait aucun droit d'imposer cette punition. Il n'empêche que forcer quelqu'un à nettoyer les toilettes en une heure sans magie, juste pour quelques bombes à eaux... Madeleine, si elle avait été à sa place, en aurait peut-être justement profiter pour riposter. Mais bon, la Serpentard avait un sale caractère, voilà tout.

"Sinon, t'as des frères et soeurs?" demanda la Bleue.

Madeleine reposa tranquillement son verre de jus de citrouille avant d'écrire :

Oui. J'ai un petit frère de 8 ans. Il s'appelle Timothée. Je ne sais pas trop quoi te dire d'autre sur lui... Et toi, t'as des frères et sœurs ? Et t'es d'origine moldue ou sorcière ? Moi, ma mère est sorcière née-moldue et mon père est moldu.


Madeleine montra son calepin à Meilla et revint à son petit-déjeuner. Oui, en même temps. La gryffone a deux mains. La demoiselle attrapa sa fourchette et mangea ses œufs, en trempant des morceaux de toasts dedans. Miam ! Il était 9h15. Dans l'infirmerie, on entendait pas la sonnerie. La troisième année pensa que finalement, ce mutisme soudain n'avait pas que des mauvais côtés : elle était confortablement installée, devant un copieux et très bon petit-déjeuner et elle bénéficiait, en plus, de la compagnie fort agréable de la préfète des Bleus. La situation pouvait être bien pire.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla se rendit compte qu'elle avait beaucoup parlé lorsqu'elle se rendit compte que sa gorge était assoiffée. Madelain devait en avoir marre de l'écouter... En fait la rouquine se rendit compte qu'elle parlait beaucoup trop... Mais ce n'est qu'en parlant à des muets qu'elle s'en rendait vraiment compte. En fait, c'était comme si elle parlait pour deux. Elle ne faisait qu'une partie de la conversation mais elle parlait comme si elle faisait les deux. Du coup, elle finit son verre de jus de citrouille. Elle avait finit de manger tout ce qui se trouvait sur son plateau et comme par magie, il disparut quand elle le mit sur sa table de nuit. La magie des elfes de maisons sans doute.

Madeleine, elle, mangeait toujours. En même temps, cela ne faisait que 15 minutes qu'elle avait commencé. Elle trempait ces toasts dans son oeuf... La rouquine lut alors ce que la préfète des Rouges avait écrit.


Oui. J'ai un petit frère de 8 ans. Il s'appelle Timothée. Je ne sais pas trop quoi te dire d'autre sur lui... Et toi, t'as des frères et sœurs ? Et t'es d'origine moldue ou sorcière ? Moi, ma mère est sorcière née-moldue et mon père est moldu.


Finalement, la troisième année était peut-être aussi bavarde que Meilla quand elle pouvait parler... Enfin c'était à voir. Ainsi, elle avait un petit frère de 8 ans, comme la rouquine finalement! Peut-être que si elles devenaient amies, leurs frères deviendraient aussi amis et alors ils pourraient tous s'inviter! Ce serait cool! Enfin bon, pour l'instant les deux jeunes préfètes étaient encore dans la phase "connaissance". Pourquoi mettre la charrue avant les hippogryffes? Meilla allait répondre à sa camarade quand une douleur fulgurante lui transperça... Eh bien tout le corps. C'était sûrement les potions qui ne faisaient plus effet, mais ça faisait un mal de chien!

Madeleine dû appeler l'infirmière à moins qu'elle ne soit venue toute seule? Toujours est-il que la rouquine sombra dans un profond sommeil où elle rêva de son petit frère et d'oeufs au plats avec des toasts. Il lui sembla aussi avoir rêver d'un petit calepin. Mais ce n'était qu'un rêve n'est-ce pas?

Elle se réveilla quelques heures plus tard. Il était aux alentours de midi. La quatrième année ouvrit un œil, puis deux. Elle regarda dans le lit d'à côté et elle vit Madeleine qui avait l'air de s'ennuyer fermement. Quand elle vit que Meilla était réveillée, elle alerta miss Pomfresh en faisant de grands gestes. Celle-ci vint, ausculta Meilla avant de repartir pour revenir avec un verre remplit d'un truc vert à l'intérieur. Cela lui fit beaucoup penser à la potion Défuroncula qu'elle avait faite il y a peu.

Quand elle retourna dans son bureau, la jeune blessée se rappela de ce que lui avait demandé Madeleine. Et avant qu'elle n'ait le temps d'écrire un mot, elle lui répondit comme si rien ne s'était passé:

« Bon, on en était à ma famille je crois. Alors c'est un peu plus compliqué qu'avant depuis l'année dernière. En fait j'ai un frère du même âge que le tien et une soeur qui a 11 ans. Mon père est Moldu mais il connaissait l'existence des sorciers avant de rencontrer ma mère qui est sorcière. Tous du côté de ma mère ne sont pas Sorciers, la plupart sont Moldus. Elle n'est pas née Moldue mais ses arrières grands-parents l'étaient. L'année dernière, mes parents se sont séparés. Mon père avait rencontré une nouvelle femme. ma mère est donc partie en France avec mon petit frère et ma petite soeur. C'est pour ça qu'elle est à Beauxbâtons et pas à Poudlard. Mon père s'est marié avec cette nouvelle femme qui n'est pas moins que la mère d'Elisabeth Connor, capitaine des crochets d'argent! Ce qui est marrant c'est que pour la première rencontre que nos parents ont organisé, nous nous sommes toutes les deux habillées en tenue de capitaine de quidditch!»

Meilla se remémora ce moment où elle avait découvert que c'était la mère d'Elisabeth que son père comptait épouser. Elle avait été surprise et contente en même temps car elle aimait bien la jeune Serpentarde (contrairement à une certaine Serpentarde dont elle tairait le nom...)

« Je suis désolée... Je parle trop...  »

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine dégustait ses toasts pendant que Meilla lisait. Il lui sembla tout d'un coup entendre (par dessus les craquements du pain dans sa bouche), un son étrange, comme quelqu'un qui respire un peu laborieusement. La demoiselle tourna la tête vers sa camarade. Celle-ci faisait une drôle de tête. L'air de quelqu'un qui a mal.

Madeleine essaya de lui parler, mais, fichu mutisme, aucun son ne voulut franchir ses lèvres. Et Meilla faisait toujours une tête bizarre. La préfète, inquiète, sauta de son lit et courut vers le bureau de l'infirmière. A grands renforts de signes, elle fit comprendre à miss Pomfresh que quelque chose n'allait pas.

L'infirmière attrapa quatre flocons de potions d'un coup et vint voir la Bleue. Madeleine regagna son lit, tout en suivant avec attention ce qui se passait. Miss Pomfresh choisit un flacon parmi ceux qu'elle avait pris, l'ouvrit, et versa une partie de son contenu dans un gobelet. Puis, elle attrapa la tête de Meilla avec autorité, lui ouvrit la bouche et versa la potion dans le gosier de la quatrième année.

Celle-ci toussa un peu, fit une drôle de grimace, puis, ses traits se détendirent et elle s'endormit. Miss Pomfresh retourna dans son bureau, et Madeleine resta seule à veiller sur la Serdaigle.


* * *


Madeleine était en train d'établir mentalement sa troisième thèse sur l'ennui profond qui découlait de sa situation quand Meilla bougea. Ce coup-ci, miss Pomfresh n'était pas dans son bureau ce qui facilita la tâche de la Rouge en lui enlevant la nécessité de sortir de son lit et d'encourir le courroux de l'infirmière.

Madeleine fit de grands signes de bras et l'infirmière arriva. Après avoir ausculté la Bleue sous le regard attentif de sa camarade, et lui avoir donné un traitement, elle repartit.

La troisième année attrapa son calepin et voulut demander à sa camarade comment elle se sentait, mais elle n'en eut pas le temps. Meilla reprit leur conversation là où elle l'avait laissé :

« Bon, on en était à ma famille je crois. Alors c'est un peu plus compliqué qu'avant depuis l'année dernière. En fait j'ai un frère du même âge que le tien et une soeur qui a 11 ans. Mon père est Moldu mais il connaissait l'existence des sorciers avant de rencontrer ma mère qui est sorcière. Tous du côté de ma mère ne sont pas Sorciers, la plupart sont Moldus. Elle n'est pas née Moldue mais ses arrières grands-parents l'étaient. L'année dernière, mes parents se sont séparés. Mon père avait rencontré une nouvelle femme. ma mère est donc partie en France avec mon petit frère et ma petite soeur. C'est pour ça qu'elle est à Beauxbâtons et pas à Poudlard. Mon père s'est marié avec cette nouvelle femme qui n'est pas moins que la mère d'Elisabeth Connor, capitaine des crochets d'argent! Ce qui est marrant c'est que pour la première rencontre que nos parents ont organisé, nous nous sommes toutes les deux habillées en tenue de capitaine de quidditch!»


« Je suis désolée... Je parle trop... » ajouta-t-elle juste au moment où Madeleine posait sa plume sur son calepin pour lui répondre.

La jeune fille lui répondit :


Ça ne me dérange pas que tu parles beaucoup, ne t'inquiète pas. Tu te sens mieux ? Tu es devenue toute bizarre avant que miss Pomfresh t'endorme.

Ça a dû te faire bizarre quand tu as découvert que tu devenais la demi-sœur d'Elisabeth. Tu la connaissais avant ou pas ? Vous vous entendez bien ?

Et, t'es déjà allé en France ? C'est comment ? C'est vrai qu'ils mangent des escargots et des grenouilles ?

Excuse-moi de te poser toutes ces questions, tu n'es pas obligée de répondre, tu sais.


Reducio
Désolée pour ce très grand retard.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla avait toujours ce problème. Celui de parler trop. Et lorsqu’elle s’en rendait compte, elle avait toujours peur d’avoir ennuyé son interlocuteur, soit avec ses problèmes, soit avec son monologue. Mais Madeleine n’avait pas l’air de la trouver embarrassante. Soit elle était bonne actrice soit elle était pareille, soit elle aimait écouter les gens. Peut-être y-avait-il une autre possibilité… Mais Meilla ne la voyait pas. Peu importe finalement. Madeleine répondit tout de suite au malaise de la rouquine :

Ça ne me dérange pas que tu parles beaucoup, ne t'inquiète pas. Tu te sens mieux ? Tu es devenue toute bizarre avant que miss Pomfresh t'endorme.


C’est vrai, la quatrième année avait oublié ; elle était vraiment mal quelques heures plus tôt. A cause de cela, elle devrait sûrement attendre plus longtemps avant de pouvoir enfin sortir de cet enfer dans le monde des vivants, de cet antre du dragon comme disaient les joueurs de quidditch. Quelle plaie ! Tout cela à cause d’une malheureuse batte de quidditch ! La rouquine n’en voulait pas vraiment à Alyce. Elle n’avait pas fait exprès… Mais en même temps, elle voulait sortir d’ici ! Elle mit sa rancune de côté et finit de lire ce que la Rouge avait écrit, en pensant tout de même que Madeleine n’avait pas de chance. Etre obligée d’écrire ce qu’elle voulait dire… Quelle plaie aussi ! Et puis, pour l’instant, il n’y avait aucun moyen de la guérir. Peut-être que ça ne durerait pas longtemps… Mais au fond d’elle, la préfète voulait égoïstement que Madeleine reste encore quelques jours à l’infirmerie. C’était quand même mieux d’avoir de la compagnie ! Evidemment, il valait mieux pour la préfète en chef qu’elle puisse se libérer le plus rapidement possible de l’infirmerie, mais en attendant, elle accompagnait Meilla dans sa douleur en prenant soin d’elle.

Ça a dû te faire bizarre quand tu as découvert que tu devenais la demi-sœur d'Elisabeth. Tu la connaissais avant ou pas ? Vous vous entendez bien ?


Meilla se remémora alors de toutes les impressions qu’elle avait ressenties quand elle avait découvert que la femme que son père voulait qu’elle rencontre était la mère d’Eli ! Ca avait été un choc, un soulagement et de la crainte !

Et, t'es déjà allé en France ? C'est comment ? C'est vrai qu'ils mangent des escargots et des grenouilles ?


Evidemment qu’elle était déjà allée en France ! Elle était même née là-bas ! Mais il était temps de tout expliquer calmement et par ordre à Madeleine. La quatrième eut quand même la présence d’esprit de lire la dernière phrase qui était inscrite à la fin de la feuille.

Excuse-moi de te poser toutes ces questions, tu n'es pas obligée de répondre, tu sais.


Cette dernière phrase fit sourire la jeune sorcière qui avait eu le même doute précédemment. Si les deux jeunes préfètes étaient pareilles, cela serait plus simple. Ainsi, il n’y aurait aucune crainte à ennuyer l’autre ou à la blesser. Sans oublier le début de ce que Madeleine avait écrit (tout simplement parce qu’elle l’avait sous les yeux), Meilla répondit doucement :

« Oui, je vais beaucoup mieux ; merci de t’en préoccuper. J’espère pouvoir bientôt sortir de cet enfer, mais avec cette rechute, je risque de faire un jour de plus… » soupira la rouquine

« Oui, c’est vrai que j’ai eu un choc de découvrir que la femme que mon père me présentait était la mère d’Eli… Je n’en avais aucune idée, et je n’avais même pas pensée qu’elle pourrait avoir une fille de mon âge ! J’étais contente et choquée en même temps. Je crois qu’en fait je n’ai pas tout à fait réalisé tout de suite ce qui allait se passer. Mais ensuite, nous nous sommes retrouvées toutes les deux pour parler de tout cela plus tard. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment réalisé et accepté la décision de mon père. »

La Serdaigle fit une pause dans ses explications qui, bien qu’étant pour la Rouge, l’aidait aussi à comprendre ses propres actes en même temps.

« Je suis déjà allée en France, puisque j’y suis née et y ai vécu pendant les premières années de ma vie. J’y retourne tous les ans pour voir ma famille restée là-bas. Mes deux parents sont Français j’ai donc là-bas de la famille Moldue et Sorcière. La France c’est un beau pays. Je suis allée dans le Paris Sorcier et c’est beau, raffinée… Oh ! Pas que le Londres Sorcier ne le soit pas… Mais rentrée sur le chemin de Traverse grâce à un pub mal famé ne fait pas un endroit très accueillant. Là-bas tout est plus accueillant. C’est vrai que les Moldus mangent des escargots et des grenouilles. Je n’ai jamais mangé de grenouille, mais pour les escargots, ils ont plus le goût d’ail à cause de la sauce. »

Meilla ne savait pas trop quoi expliquer d’autres par rapport à la France. Le mieux était d’aller voir pour comprendre. Alors, tout était beaucoup plus simple et plus compréhensible. Pour continuer le jeu de questions-réponses qui faisait passer le temps des deux jeunes filles depuis quelques heures maintenant, la rouquine décida que c’était à son tour de poser des questions.

« Et toi alors, t’as déjà voyagé dans d’autres pays ? As-tu de la famille dans un pays étranger que tu vas voir pendant les vacances ? Quel est ton pays de rêve ? Aimes-tu voyager ? »

Cela faisait déjà quelques questions auxquelles répondre, mais ce n’était pas assez pour la Serdaigle qui ajouta :

« C’est quoi ton hobby favoris ? »

D’accord, cette question n’avait rien à voir avec le reste mais Meilla était trop curieuse pour attendre avant de la poser.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla lut la liste de questions de Madeleine et sourit. Cette dernière, qui en profitait pour la détailler, cherchant un indice qui trahirait une douleur ou un malaise quelconque, fut soulagée de la voir finalement sourire. La Bleue répondit :

« Oui, je vais beaucoup mieux ; merci de t’en préoccuper. J’espère pouvoir bientôt sortir de cet enfer, mais avec cette rechute, je risque de faire un jour de plus… Oui, c’est vrai que j’ai eu un choc de découvrir que la femme que mon père me présentait était la mère d’Eli… Je n’en avais aucune idée, et je n’avais même pas pensée qu’elle pourrait avoir une fille de mon âge ! J’étais contente et choquée en même temps. Je crois qu’en fait je n’ai pas tout à fait réalisé tout de suite ce qui allait se passer. Mais ensuite, nous nous sommes retrouvées toutes les deux pour parler de tout cela plus tard. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment réalisé et accepté la décision de mon père. Je suis déjà allée en France, puisque j’y suis née et y ai vécu pendant les premières années de ma vie. J’y retourne tous les ans pour voir ma famille restée là-bas. Mes deux parents sont Français j’ai donc là-bas de la famille Moldue et Sorcière. La France c’est un beau pays. Je suis allée dans le Paris Sorcier et c’est beau, raffinée… Oh ! Pas que le Londres Sorcier ne le soit pas… Mais rentrée sur le chemin de Traverse grâce à un pub mal famé ne fait pas un endroit très accueillant. Là-bas tout est plus accueillant. C’est vrai que les Moldus mangent des escargots et des grenouilles. Je n’ai jamais mangé de grenouille, mais pour les escargots, ils ont plus le goût d’ail à cause de la sauce. Et toi alors, t’as déjà voyagé dans d’autres pays ? As-tu de la famille dans un pays étranger que tu vas voir pendant les vacances ? Quel est ton pays de rêve ? Aimes-tu voyager ? C’est quoi ton hobby favoris ? »


Whaa ! Quelle avalanche de questions sur la fin ! C'était une vengeance en fait. Et puis Madeleine, elle, elle ne les avait pas sous les yeux, les questions, pas comme Meilla qui avait pu répondre avec ordre, sans en omettre aucune. Bon, ça ne dérangeait pas la Rouge, bavarder lui faisait passer le temps.

Madeleine commença à écrire :


Je ne suis jamais partie hors d'Angleterre, mais j'aimerais beaucoup, ne serait-ce qu'aller en Irlande, ça serait super ! Mais, côté vacances, je n'ai pas à me plaindre, mes parents nous emmènent tous les ans, moi et mon frère, visiter le pays, on change tous les ans d'endroit, du coup, je connais plein de régions du Royaume-Uni, bien sûr, je vais souvent voir ma famille aussi, qui habite... un peu partout dans le pays.

Comme pays de rêve, je ne sais pas trop. J'aimerais bien aller en Italie, voir le climat méditerranéen, les olives, les pizzas, les pâtes... Rome doit être une ville superbe avec tous les vestiges de l'époque romaine, j'aimerais bien aller à Pompéi aussi, pour pouvoir voir à quoi ressemblait une vraie ville romaine. Toi, t'aimerais visiter quoi comme pays ?

Comme hobby, j'aime beaucoup le théâtre, j'en faisais avant d'entrer à Poudlard, c'était chouette. C'est bête que le club théâtre de miss Keating se soit arrêté si vite. Tu en faisais partie aussi je crois ? Sinon, j'aime beaucoup lire et aussi le quidditch bien sûr. Et toi, c'est quoi tes hobbys ?

Ah oui, et au niveau de ton départ d'ici, ne te plains pas ! Toi, au moins, tu as une vague idée de quand tu pourras sortir et de ce que tu as. Moi, mon mutisme est apparu ce matin, comme ça, pouf, miss Pomfresh ne sait pas ce que j'ai, et je n'ai aucune idée de savoir quand ma voix reviendra et même si elle reviendra un jour.


Madeleine regretta aussitôt d'avoir marqué cette phrase, et d'un coup de plume résolue, elle la barra soigneusement. Elle exprimait toute son angoisse vis-à-vis de sa situation. Au début, elle ne s'était pas vraiment inquiétée, mais pendant les quelques heures d'inconscience de Meilla, elle avait eu tout le temps d'y réfléchir. Le traitement que Mme Pomfresh lui avait administré en début de matinée n'avait pas marché et l'infirmière n'était revenue la voir que pour constater l'absence d'évolution dans l'état de sa patiente, son incapacité totale à émettre le moindre son, même étouffé, et pour entendre, enfin, plutôt pour lire, la déclaration catégorique de Madeleine sur le fait qu'elle ne ressentait aucune douleur, pas le moindre petit picotement.

La préfète allait montrer son carnet à la Serdaigle quand trois elfes de maison pénétrèrent dans l'infirmerie, faisant léviter dans les airs des plateaux chargés de victuailles. La pendule annonçait 12h30. Miss Pomfresh s'avança vers eux, et, sur ces consignes, les elfes entreprirent de distribuer à chaque patient son repas :

« Non, pas de laitages pour Mr Past, il n'a arrêté de vomir que ce matin. Melle Mollard, il serait imprudent de manger autant, retirez-lui un tiers de son riz. Mr David, vous sentez-vous apte à manger ? Votre mâchoire ne vous fait pas trop souffrir ? Bon, alors servez-lui juste un bol de compote, je vous apporterai d'autres antidouleurs tout à l'heure. »

Enfin, vint le tour de Madeleine. S'approchant d'elle, miss Pomfresh, après avoir vérifié qu'ils en était toujours au même point lui dit :

« Si le traitement n'a toujours pas agis, il n'agira jamais. Pour le repas, prenez ce que vous voulez, ça n'a pas d'importance. Après votre repas, je vous donnerai une autre potion. »

Madeleine acquiesça, et désigna du doigt les plats qui lui faisaient envie parmi ceux que les elfes avaient apporté de part et d'autre de son lit. Bientôt, elle eut sur les genoux une bonne part de lasagne dont l'odeur lui chatouillait les papilles ainsi qu'un crumble, son dessert préféré, qui lui firent oublié ses pensées négatives d'il y a quelques instants.

Une fois que l'infirmière et les elfes se furent éloignés de Meilla, Madeleine tendit son calepin dans sa direction, et de l'autre main, commença à manger.


Reducio
Désolée pour cet immense retard. :sweatingbullets:

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Mutisme surprise!  Libre 

Madeleine commença à écrire les réponses à toutes les questions de Meilla qui était en très grand nombre, lorsque trois elfes de maisons arrivèrent dans l'infirmerie apportant le déjeuner. Ils étaient suivis de Mme Pomfresh qui veillait au régime alimentaire de tous ses patients.

« Non, pas de laitages pour Mr Past, il n'a arrêté de vomir que ce matin. Melle Mollard, il serait imprudent de manger autant, retirez-lui un tiers de son riz. Mr David, vous sentez-vous apte à manger ? Votre mâchoire ne vous fait pas trop souffrir ? Bon, alors servez-lui juste un bol de compote, je vous apporterai d'autres antidouleurs tout à l'heure. »

Madeleine pouvait manger ce qu'elle voulait. Meilla craignait le pire quant à son propre régime alimentaire.Au moins, elle n'avait pas eu un problème de mâchoire comme le dénommé Mr David. En fait, elle pouvait manger normalement. Disons qu'elle avait très faim car elle n'avait pas manger la veille au soir et que son dernier repas était le petit déjeuner qui bien qu'il soit assez consistant (en tout cas plus qu'en France) n'était pas assez pour la jeune fille.

« Miss Primard... Je suppose que vous avez faim maintenant? Je vous autorise à prendre ce que vous voulez, mais n'abusez pas, il faut que votre organisme se remette de tous les médicaments, en particulier ceux de ce matin! »

La jeune fille était aux anges! Pouvoir manger ce qu'elle voulait? C'était un rêve qui devenait réalité! De la nourriture à volonté!! Bon d'accord, elle ne devait pas en abuser. Mais pouvoir manger normalement, cela signifiait également que la sortie de l'infirmerie n'était pas si loin que cela. Elle prit donc du gratin de pâtes avec de la crème brûlée. La jeune fille ne se lasserait jamais des pâtes. Quand elle était petite, elle ne voulait manger que ça. Sa mère avait bien essayé de la dégoûter, mais elle n'avait pas réussi et la rouquine aimait toujours autant les pâtes. La crème brûlée, c'était venu un peu plus tard, mais qu'est-ce qu'elle adorait ce dessert! C'était tellement bon et ça fondait dans la bouche quand c'était bien fait. De plus, elle était encore chaude, et elle serait juste tiède quand elle voudrait la manger! Pour équilibrer le tout, un peu de salade accompagnait son repas. L'infirmière hocha la tête en signe de contentement. Le repas était plutôt bien pour elle, même s'il y avait une grande dose d’œufs... Mais bon, la quatrième année devait reprendre des forces! La préfète en chef tendit son calepin à la Bleue pour lui laisser le temps de lire. Meilla voyait bien que celle-ci avait du mal à manger tout en tendant le calepin en même temps. Du coup, elle le prit doucement dans un clin d’œil complice pour que son interlocutrice qui avait du mal à manger un peu à cause de la rouquine qui avait posé un peu trop de questions puisse manger normalement!

Je ne suis jamais partie hors d'Angleterre, mais j'aimerais beaucoup, ne serait-ce qu'aller en Irlande, ça serait super ! Mais, côté vacances, je n'ai pas à me plaindre, mes parents nous emmènent tous les ans, moi et mon frère, visiter le pays, on change tous les ans d'endroit, du coup, je connais plein de régions du Royaume-Uni, bien sûr, je vais souvent voir ma famille aussi, qui habite... un peu partout dans le pays.


Meilla se dit que ça devait être cool quand même de visiter plein d'endroits en Angleterre. Elle n'avait pas visiter grand chose dans ce pays. Quand elle avait de la famille qui venait, elle visitait souvent le même genre de choses, près de chez elle. Le Londres sorcier, et un peu du Londres Moldu aussi qui était très différent du Paris Moldu. La jeune fille n'était kamais allée sur les côtes de l'Angleterre. Elle y était allée en France, mais ça devait être beau dans ce pays aussi. Enfin bon, chacun sa chance! La rouquine était allée en France, Madeleine visitait les 4 coins de l'Angleterre!

Comme pays de rêve, je ne sais pas trop. J'aimerais bien aller en Italie, voir le climat méditerranéen, les olives, les pizzas, les pâtes... Rome doit être une ville superbe avec tous les vestiges de l'époque romaine, j'aimerais bien aller à Pompéi aussi, pour pouvoir voir à quoi ressemblait une vraie ville romaine. Toi, t'aimerais visiter quoi comme pays ?


C'est vrai que l'Italie devait être pas mal aussi. Mais ce n'était pas le pays de rêve de Meilla. La jeune fille adorerait aller en Grèce pour pouvoir voir la magie antique. Elle connaissait plein de légendes grecques et aurait bien voulu savoir lesquelles venaient de sorciers.

« Je crois que mon pays de rêve c'est la Grèce! Voir la magie antique, les formes anciennes de magie ça doit être cool! En plus, les paysages sont super beaux là-bas il paraît! »

Comme hobby, j'aime beaucoup le théâtre, j'en faisais avant d'entrer à Poudlard, c'était chouette. C'est bête que le club théâtre de miss Keating se soit arrêté si vite. Tu en faisais partie aussi je crois ? Sinon, j'aime beaucoup lire et aussi le quidditch bien sûr. Et toi, c'est quoi tes hobbys ?


« C'est vrai? Moi aussi je faisais du théâtre avant Poudlard! Oui, j'étais dans le club, c'est vraiment dommage qu'il est fermé, mais avec son départ... Nous n'étions pas beaucoup, cependant je suis sûre qu'on se serait amusés! Après, j'aime le quidditch, évidemment, mais aussi la trompette. J'ai commencé avant ma rentrée à Poudlard et j'en fais encore un peu pendant les vacances. »

Ah oui, et au niveau de ton départ d'ici, ne te plains pas ! Toi, au moins, tu as une vague idée de quand tu pourras sortir et de ce que tu as. Moi, mon mutisme est apparu ce matin, comme ça, pouf, miss Pomfresh ne sait pas ce que j'ai, et je n'ai aucune idée de savoir quand ma voix reviendra et même si elle reviendra un jour.


La dernière phrase était barrée, mais Meilla avait bien réussi à la lire derrière la rayure. Elle comprenait ce que ressentait la préfète. La pression de l'infirmerie et d'un peu tout faisait souvent ressortir des pensées négatives. La jeune fille avait bien l'intention de réconforter la troisième année!

« Mais non, ne t'inquiètes pas! Je suis sûre que ta voix va revenir! Si c'était vraiment grave, tu serai à Ste Mangouste à l'heure qu'il est. Et même si miss Pomfresh n'avait aucune idée tu y serais aussi. Je pense qu'elle a une hypothèse mais qu'elle n'est vraiment pas sûre ou alors que ça implique quelque chose ou quelqu'un dont elle ne veut pas t'en parler! Et puis, tu sais, ce genre de problème se résout sûrement avec la magie!»

La jeune fille se mit à manger son gratin qui allait être froid sinon. En même temps, elle réfléchissait à ce qu'elles pourraient faire dans l'après-midi. Parler était beaucoup moins ennuyant que d'être toute seule, mais la rouquine se dit qu'elles pourraient peut-être faire un jeu, ou lire un livre commun ou n'importe quoi d'autre dans ce goût-là! Mais elle ne trouvait pas...

Reducio
J'ai commencé ce RP en quatrième année donc je considère l'être toujours :)

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Mutisme surprise!  Libre 

Meilla se saisit du carnet ce qui permit à Madeleine d'arrêter de trucider ses lasagnes à coups de fourchettes pour les couper correctement avec un outil adapté : un couteau. A côté d'elle Meilla lisait sa réponse et commentait en même temps :

« Je crois que mon pays de rêve c'est la Grèce! Voir la magie antique, les formes anciennes de magie ça doit être cool! En plus, les paysages sont super beaux là-bas il paraît! »

« C'est vrai? Moi aussi je faisais du théâtre avant Poudlard! Oui, j'étais dans le club, c'est vraiment dommage qu'il est fermé, mais avec son départ... Nous n'étions pas beaucoup, cependant je suis sûre qu'on se serait amusés! Après, j'aime le quidditch, évidemment, mais aussi la trompette. J'ai commencé avant ma rentrée à Poudlard et j'en fais encore un peu pendant les vacances. »


Vu de l'extérieur, c'était assez étrange. Un peu comme si Meilla parlait au téléphone (invention moldue).

Finalement, la quatrième année rendit son carnet à Madeleine et la conversation put continuer. Le repas se termina dans la gaieté. Gaieté qui disparut aussitôt quand miss Pomfresh arriva avec un verre rempli d'une mixture dorée, un peu comme le miel, très jolie. Mais des fois, il ne faut pas se fier à ce qu'offre les yeux... il ne faut pas oublier son nez : cette potion dégageait une odeur très puissante et abominable, un peu comme des œufs pourris mais mélangés à un autre truc... Madeleine n'arrivait pas à mettre le doigt dessus...

L'infirmière s'approcha du lit de la Gryffone et lui présenta le verre.


« Il faut tout boire d'un coup. »

La troisième année saisit le récipient, admirant au passage les magnifiques reflets ambrés qui parcouraient le liquide, puis, fronça le nez en l'approchant de sa bouche. C'était une vraie infection ! Miss Pomfresh parut exaspérée de sa réaction mais ne souffla mot. Se décidant, Madeleine retint sa respiration et avala en cinq gorgées la mixture nauséabonde, pour le plus grand plaisir des personnes alentours, qui voyaient ainsi l'odeur disparaître.

L'infirmière reprit le verre en s'en alla, en déclarant :


« D'ici ce soir, on saura si ça a marché. »

Madeleine, quand à elle, arborait une grimace affreuse autant parce que le goût de la potion était à l'image de son odeur, mais à cause de la douleur : tout ce qu'avait touché le breuvage la brûlait : ses lèvres et sa langue était en feu, de même que sa gorge, et elle sentait très nettement, avec une précision effrayante la mixture descendre lentement le long de son œsophage, vers son estomac bien plein.

La potion lui avait laissé un arrière goût abominable dans la bouche. C'était un peu difficile à distinguer par-dessus la douleur mais on aurait dit du... fer. C'était ça. Un goût de fer, un peu comme... non, ce n'était pas qu'un peu, c'était exactement comme un goût de sang. Dégueulasse. La préfère craignit un instant que cela soit sa propre bouche qui soit en sang, mais portant la main à ses lèvres brûlantes, elle ne découvrit rien de particulier.

La demoiselle prit alors conscience que Meilla devait s'interroger, voir s'inquiéter de sa réaction étrange. Tentant d'oublier la douleur qui lui embrasait à présent l'estomac, Madeleine saisit sa plume et écrivit, peut-être d'une écriture un peu plus précipitée qu'auparavant :


C'est... ignoble. J'ai la bouche, la gorge et l'estomac en feu tu ne peux pas imaginer ! Ce truc, ça avait un goût d’œuf pourri et de sang. Là, maintenant, même si ma voix était revenue, je serais incapable de l'utiliser, ça fait trop mal.

Si c'est ça « l'artillerie lourde » dont Pomfresh m'a parlée ce matin, elle porte très bien son nom !

En plus, je dois avoir une haleine abominable maintenant.


Madeleine passa le carnet à Meilla et s'allongea, roulée en boule. Petit à petit, la potion passait dans son sang et gagnait progressivement chacun de ses membres, accompagnée toujours de cette étrange douleur, quoique, moins grande, la potion s'étant dissoute, et répartie dans ses différents organes et veines.

Un quart d'heure plus tard, elle sentait la présence de la potion jusque dans l'extrémité de ses orteils. Elle avait mal partout. Malgré cela, elle continua de discuter avec Meilla comme si de rien était.

Deux heures plus tard, la douleur s'était centralisée sur son appareil respiratoire et avait déserté le reste de son corps. Elle avait mal et respirer était loin d'être agréable mais au moins, cela n'augmentait pas la douleur.

Le soir, la douleur s'était estompée peu à peu, ne restait plus qu'un léger picotement allant de sa gorge à ses poumons. Madeleine était épuisée. Quand l'infirmière revint la voir, elle constata avec joie une légère, presque infime amélioration : la troisième année arrivait à produire un son, audible pour qui se placer à vingt centimètres de sa bouche.


« Ça semble avoir marché, commenta miss Pomfresh. Je vous interdit de parler ou d'utiliser votre voix, elle devrait revenir petit à petit. »

Elle s'éloigna, satisfaite. Madeleine ne se fit par répéter les consignes. Désormais accoutumée à s'exprimer par écrit, elle continua de discuter avec sa camarade jusqu'à l'arrêt forcé : l'extinction des feux. N'y voyant rien, la troisième année ne pouvait plus écrire et Meilla ne pouvait plus lire.

Le lendemain matin, la voix de Madeleine était là, aussi éclatante et claire que d'habitude. Miss Pomfresh la laissa donc quitter l'infirmerie, avec la promesse de revenir si le moindre signe de faiblesse se faisait sentir.

La préfète, ravie, s'en alla donc, sans oublier de saluer à l'oral sa camarade Bleue et nouvelle amie.


Reducio
RPG terminée pour moi. Désolée pour le retard. En tout cas, je me suis bien amusée. ;)
Je te laisse conclure si tu le souhaites.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015
  Retour