Volière

Inscription
Connexion

La chouette qui enflait  PV Sarah Brown 

[PV : Sarah Brown]

Adaptation (Première Année)
[18 décembre 2018]


La plume grinça sur le parchemin.


Chère Maman, cher Will,
Vous savez, Poudlard, c'est nul. C'est pas du tout comme tu me l'avais décrit, Maman : c'est tout plein de gamins inutiles et fades. C'est une fille qui m'a appris ça : en fait, nous sommes tous des gamins inutiles et fades et le monde est une gigantesque prison d'obligations. Poudlard est une gigantesque prison d'obligations dont je veux me libérer, dont je veux arrêter de souffrir.
Aujourd'hui on est le 18 décembre et j'ai réussi à tenir jusque-là, mais je n'en peux plus.


*le Monde est une gigantesque prison d'obligations*
*Poudlard, c'est d'la merde*

Tu saturais. Il fallait que tu partes, que tu quittes cette foutue école de merde. Oui, ça fait beaucoup, foutue école de merde mais c'est la vérité, enfin c'est ta vision des choses, à toi, gamine inutile et fade, gamine désespérée.

S'il vous plaît, venez me chercher.
Si vous voulez, je peux partir en train. La gare la plus proche est celle de Pré-au-Lard. Normalement le village n'est autorisé qu'à partir de la troisième année mais j'ai un passage secret pour y aller. Ou si vous voulez vous pouvez même me retrouver à Pré-au-Lard, il y a une boutique de farces et attrapes que j'aimerais que tu voies Will.


Une larme coulait sur le parchemin, tu l'essuyais. *Pas question de pleurer*
Recroquevillée dans ton coin, tu écrivais, tu effaçais, tu t'énervais.

*Papa*


Je pense beaucoup à Papa. J'ai envie de le voir. C'est un connard.


*NON* Tu raturais ces trois phrases, une larme coulait et venait effacer le mot Papa, comme s'il n'avait jamais existé, comme si depuis le début, ce n'était qu'une hallucination, qu'un rêve de gosse irréalisable.


Maman, aide-moi.
Maman, je souffre.


Il était tard, tu demeurais là, seule, à écrire, effacer, t'énerver, déchirer. Alors tu jetais la lettre et pleurais, tu souffrais, tu criais intérieurement. Tu criais à l'aide, seule, abandonnée.

*Abandon*

Tu finissais par t'assoupir. Tu finissais par faire une pause, par arrêter un instant le Jeu de la Vie, ce Jeu de la Vie qui te faisait souffrir. Par te figer dans le temps, juste un instant.

Et tu t'assoupissais, comme une enfant innocente rêvant. Comme une flamme s'éteignant.

Gérante du Club de Poésie avec Cyanna Hillways
code couleur : #741B47
Deuxième année RP

La chouette qui enflait  PV Sarah Brown 

Je montais petit à petit l'escalier de la Tour Ouest, vers la volière, les bras chargés de flacons, ingrédiens et livres de potion. Je manquais de m'écraser sur les marches à plusieurs reprise, mais me rattrapais au  dernier moment.
J'avais de plus en plus de devoir ces temps çi, mais je me déconcentrais vite et ne finissais jamais ce que je commençais. Mes notes étaient toujours aussi catastrophique qu'en première année. Cet après-midi, je n'avais trouvé que la volière comme endroit pour m'entrainer en potion.
Alors que j'arrivais enfin au sommet, le cris perçant d'une chouette me surpris. L'une des fiole tomba et se brisa sur le sol. Heureusement, il n'y avait rien à l'interieur. Je ravalais ma salive et posais tout mon attirail à même le sol, dans un coin. Je me retournais alors pour mieux m'installer sur le sol couvert d'escréments de volatille, et poussais un cris de surprise en apperçevant un corps recroquevillé à l'autre bout. Je m'approchais doucement de cette petite chose qui semblait être une jeune fille endormie.

- Euh... Ça va ? Tu dors ou t'es morte ?

Question débile...

- Bon...je... je te laisse dormir alors...

Je décidais de la laisser traquille et retournais à mon tas de devoir à rendre. Je commençais par tout bien placer : livres à droite, fioles et ingrédiens à gauche, mon petit chaudron au milieu...
Je commençais en ouvrant un livre de potion pour débutant que ma grand-mère m'avait offerte. Je regardais rapidement le sommaire et tombait sur une potion qui avait l'air interessante.
"Défuroncula"
Je mis quelques ingrédients de côtés et allumais un petit feu sous le chaudron en ajoutant de l'eau.
Je jetais un coup d'oeil derrière, pour voir si l'Autre s'était réveillée.

Sarah Brown,
Deuxième année RP et devoir.

La chouette qui enflait  PV Sarah Brown 

Tu dormais, la respiration régulière, entrecoupée de temps à autre, sans un bruit.
Même le fracas venant de l'escalier ne semblait pas te déranger. Sans bouger, tu semblais invincible. Enfin, hors de tout ce monde, hors de toutes ces souffrances. Tu étais figée dans le temps. Ces quelques secondes te semblaient être des heures, des jours, des années... Le temps s'était figé, toi avec. Tout était fini. Si seulement ça pouvait durer jusqu'à la fin de tout, sans jamais s'arrêter, sans jamais se décongeler, tu n'aurais plus à te soucier de rien, tu n'aurais plus à souffrir.

Mais non, il fallut qu'une voix vienne te réveiller, pour te poser une question des plus idiotes.

*Je suis morte*

Sans bouger, tu l'ignorais, essayant tant bien que mal de te rendormir pour toujours. Tu étais bien ici, mais c'était sans compter sur le fait que l'autre fille allait s'installer là également.

*T'ain, elle peut pas juste envoyer une fichue lettre et dégager ?*

Non, tu allais devoir la supporter Harriet, car elle allumait maintenant un feu, semblant installer son camp à l'endroit où tu allais installer le tien. Et vous alliez devoir vivre l'une avec l'autre, le temps de quelques heures.

D'ailleurs, en parlant de lettre, la tienne était encore chiffonnée au milieu des fientes des mouettes qui piaillaient maintenant.
En ne bougeant que la main, tu tentas de l'attraper afin de la ranger dans ta poche discrètement, sans attirer l'attention de l'autre fille, mais n'y parvenant pas car elle était trop loin, tu te levas et regardas la potioniste, après avoir glissé le papier froissé dans ta poche.

Tu aurais pu être méchante, ce jour-là, tu aurais même presque du... mais, attirée par ce que faisait ton ainée, tu t'approchas et lui demanda, curieusement :

"Tu fais quoi comme potion ? Je suis un peu nulle mais si tu veux, je peux quand même t'aider..."

Ce qui allait arriver ensuite, tu t'en fichais, tu voulais juste te changer un peu les idées et je pense que les potions étaient une bonne idée.

Gérante du Club de Poésie avec Cyanna Hillways
code couleur : #741B47
Deuxième année RP

La chouette qui enflait  PV Sarah Brown 

Je suivais la recette à la lettre, faisant attention à ne pas faire de bêtise. J'écrasais les crochets de serpents, frottais les orties entre mes mains, après avoir mis soigneusement mes gants de protection et versais le tout dans le chaudron. J'ajoutais après ça quelques limaces et je laissais la potion tranquille. Je devais attendre 40 minutes avant de pouvoir continuer, et j'en profitais pour préparer le dernier ingrédient, tout en mélangeant le tout.
J'entendis un froissement dans mon dos, mais n'en pris pas connaissance. J'étais bien trop concentrée sur ma potion, tellement que j'en avais presque oublié la jeune fille, habillée aux couleurs de Poufsouffle.
Je sursautais d'un coup, quand j'entendis une petite voix derrière mon épaule. Je tournais la tête vers cette dernière et lui souris. Une lueur fatiguée au fond des yeux, elle se penchait sur ma potion.

- Je fais la potion Défuroncula. Je sais pas si tu connais, c'est pour contrer les effets du sortilège de Furonculose. Normalement, tu apprends cette potion en première année.

Je la regardais plus attentivement. Elle était plus jeune que moi, les cheveux roux et une allure triste. Je retournais à ma potion, continuant à touiller.

- T'es en première année, hein ? Ça va ? T'arrive à t'impliquer ?

Je lui souris de nouveau et regarde ma montre. Les 40 minutes sont passées. Je retirais le chaudron du petit feu et mis les épines de porc-épic dedans, guettant le résultat.

Sarah Brown,
Deuxième année RP et devoir.

La chouette qui enflait  PV Sarah Brown 

*La potion de Furonculose, c'est quoi c'truc encore ?*

Elle parlait chinois. Oui, clairement, elle parlait chinois. Ah non, peut-être japonais, c'est laquelle des deux langues qui est incompréhensible déjà ? *Les deux, on s'en fout* Oui bon, pour une fois tu as raison Harriet, ce n'est pas le débat.

Debout au milieu des fientes de hibou, tu la regardais faire sa potion de Furonculose, sans prononcer le moindre mot. Très appliquée, elle réglait le feu, ajoutait des ingrédients, touillait dans un sens, puis dans l'autre... En fait, elle faisait tous ces mouvements que tu n'avais jamais faits.
Elle avait l'air d'être plutôt douée, pas vraiment comme toi. Enfin, on ne peut pas dire que tu n'étais pas douée... En fait, on ne pouvait rien dire du tout sur ton niveau de potioniste, tout simplement parce que tu t'en foutais, que ton pauvre binôme se retrouvait toujours à préparer la potion seul en cours, car tu ne lui apportais pas la moindre petite aide.

Gardant un oeil veilleur sur sa potion, la fille te demanda en souriant :

"Ça va ? T'arrive à t'impliquer ? "

*Mais comment tu voudrais que ça aille toi p'tain ?*
*Et puis d'abord, pourquoi j'voudrais m'intégrer, j'préfère encore être seule que mal accompagnée, tu connais pas ce proverbe ?*

Mais, sur un ton plus calme et légèrement blasé, sans vraiment la regarder dans les yeux, tu répondis de façon presque inaudible :

"Bah nan ça va pas, c'est nul ici ça m'fais chier."


Pendant les minutes qui suivirent, tu observas ces gestes, en réalisant que finalement, les potions pouvaient être intéressantes à étudier. Voilà que la préparation était finie. Mais il se faisait tard, et ton ventre commençait à gargouiller. Alors, vérifiant d'un coup d'oeil que tu avais bien ramassé ton brouillon, tu adressas quelques mots à ton interlocutrice :

"Bon, bah bravo pour ta préparation. Il fait presque nuit donc faudrait qu'on aille manger... Viens je vais t'aider à porter tout ton matériel."

Fin du RP qui a du être écourté malheureusement, ça reste un plaisir.

Gérante du Club de Poésie avec Cyanna Hillways
code couleur : #741B47
Deuxième année RP