Volière

Inscription
Connexion

 Privée  Rencontre fortuite

Octobre 2043,
Avec  Jérémie Collart, Gray Haros & Célia-Awena Fournier




Il était 21h30 passées quand Orphéa se rendit compte qu’elle n’avait toujours pas répondu au hibou que sa mère lui avait envoyé il y a déjà deux jours. Il fallait absolument qu’elle lui réponde sous peine de recevoir une beuglante exprimant tout le mécontentement de sa chère maman. 

Après avoir rédigé sa réponse sur un bout de parchemin qui trainait dans sa salle commune, elle enfila sa veste pour se diriger vers la volière. Elle devait se dépêcher si elle ne voulait être rentrée avant le couvre-feu. Elle entra dans la volière, essoufflée d’avoir monté tant de marche en si peu de temps. Il faisait bien trop sombre pour voir quoi que ce soit dans la pièce, aussi elle sorti sa baguette avant de prononcer un simple « lumos ». Elle relut rapidement sa lettre avant de la tendre au hibou le plus proche. Elle n’avait pas encore son propre volatile, et elle espérait que celui à qui elle avait confié son parchemin serait en capacité de porter son message à destination. 

Alors qu’elle s’apprêtait à ressortir, elle entendit des bruits de pas venant du couloir. Elle jette un rapide coup d’œil à sa montre avant d’éteindre sa baguette par précaution. Il était 22h04, ce qui signifiait qu’il fallait qu’elle rejoigne le plus rapidement et le plus discrètement possible les cachots. Malheureusement pour elle, les bruits de pas se rapprochaient. Ils se rapprochaient tellement que la porte s’ouvrit lentement en grinçant. La petite Serpentard eut pour seul réflex de se cacher dans un coin de la pièce pour observer l’intrus tout en espérant que celui-ci ne la remarquerait pas.

 Privée  Rencontre fortuite

j'étais dans la salle commune de Gryffondor entrain de rêvasser comme d'habitude quand j'ai regarder la pendule, il était 22h06 quand tout un coup j'ai réagit, au merde la lettre, je vais me faire taper dessus en plus il est tard. Bon aller on y va, je me dirige vers la volière, je met mon manteau et c'est partie.

Après avoir mis le papier dans une enveloppe pour ma mère ,direction la volière. bon ba tant pis pour le couvre-feu. je me faufile à l'intérieur de la volière, un petit lumos serait pas de refus pour éclairer ses marches quelque peu glissante. Arriver en haut de la volière je pousse la porte et passe ma baguette a l'intérieur et j'avance en direction de la table. je pose la lettre dessus et regarde le hibou qui allait porter la lettre à ma chère maman.

après avoir donner ma lettre a un hibou marron qui c'es de suite envolé, je m'apprête à ressortir, en passant la porte, j'entend comme une respiration, je me retourne, jette un petit coup d'oeil derrière moi, toujours rien, bon ba on y va, de loin je voi une personne dans le noir, y'a quelqu'un là-bas non ?
bon ba on va se cacher ici, c'est bizarre j'entend une sorte de respiration, bon ba on va se mettre derrière le mûr, je suis sur d'avoir vu un bout de cape.

Jérémie Collart

 Privée  Rencontre fortuite

Fin des cours pour Gray il avait la tête remplit d’information à son gout inutile… M’enfin ça lui servira surement un jour, après tout, la magie sert toujours pensa-t-il en soupirant intérieurement.  Il rejoignit le dortoir des garçons de Poufsouffle, prit sa guitare et soupira « Bon ma belle, il est temps de t’utiliser ce soir » Il prit un morceau de parchemin pour pouvoir écrire des notes si l’envie lui prenait et quitta le dortoir pour se diriger vers la tour d’astronomie comme à son habitude.

Il gravie les marches sans la moindre lumière vers son graal, le graal de la solitude, le graal de la vue imprenable sur les étoiles, le graal d’être tranquille en faite tout simplement. Gray n’était en effet pas trop du genre à se coller au gens, il aimait se retrouver avec lui-même le plus possible, mais qui sait peut-être ça changera plus tard ? après tout il cherchait absolument à repousser ses limites niveaux social.

Arriver au niveau de la volière il crue entendre un hibou prendre son envol, mais qui peu bien envoyer des hiboux a une heure pareille ? pensa-t-il, il hésita un instant à entrer voir qui pouvait être cette personne, il se demandait si cela valait vraiment la peine après tout il avait une séance musicale à faire. Bon aller on y va tu dois te faire du réseau et te débloquer, il se mit un coup de pied intérieur et fit un grand pas dans la volière. Au premier abord il ne vit personne, mais après quelque seconde dans la volière il put distinguer deux ombres espérant rester secrètement cachées, il prit alors sa baguette « Lumos » il éclaira les deux personnes en prenant une grosse voix « Que faites-vous ici à une heure pareille !! » Oui son imitation de professeur n’était pas très réussite... mais il espéra avoir fait marrer ou même, fait légèrement paniquer les deux élèves se cachant dans la volière pour des raisons obscure.

"Nothing ever comes without a consequence or cost"
Deuxième année RP

 Privée  Rencontre fortuite

Je me redresse, surprise par le calme régnant dans notre salle commune. Elle n'est pas très bruyante d'ordinaire, c'est vrai, mais là, elle est giga calme !
Je jette un coup d’œil autour de moi, et constate qu'il n'y a personne. Sauf deux garçons de septième année qui travaillent un sort, très concentrés dessus.
Je signe mes lettres. Il y en a six: une pour chacun de mes parents; une pour Granny et Pranny, les parents de maman, et une pour la mère de mon père; une pour Ellya, ma nourrice, et une pour mes cousins plus jeunes. J'ai passé la semaine dessus, mais il n'en reste encore quelques unes, pour mes oncles et tantes.
Je leur raconte la répartition, et le début des cours, comment de je me porte. Évidemment le ton, le style et la longueur sont différents selon les destinataires : Papa et maman ont les plus longues, les plus détaillées, et Granny a la plus courte.
Je cachette toutes ces lettres qui n'ont qu'un seul point commun : je ne laisse aucun indice quand au résultat de ma répartition, ni sur celles d'Arthur et Britania. Nous avons décidé que nous le leur annonceront à notre retour. Cela leur laisse donc de quoi faire des théories en se basant sur nos lettres.
Je me lève rapidement et doucement, me glisse hors de la salle commune. Heureusement, la volière n'est pas loi de notre salle commune.
J'arrive bien vite à la volière, heureusement , sans encombres.
Arrivée, je vois une garçon devant la porte, qui vient de dire un truc, que je n'ai pas saisi. Ne sachant pas si c'est un préfet ou pas, je me cache dans les escaliers, et j'attends un peu. Le peu de lumière filtrant de la volière n'indique que c'est un pouffsoufle. Il ne ressemble pas à un de leurs préfets, et j'entreprends de me montrer en croisant les doigts, mais je m'arrête en entendant un cri strident
Je serre mes parchemins contre moi et je me cache un peu plus, espérant ne pas m'être attiré d'ennuis.
Dernière modification par Celia-Awena Fournier le 17 février 2019, 17 h 07, modifié 1 fois.

Créativité, Curiosité, Réflexion, Patience, Tolérance, Imagination. Telles sont nos valeurs.
2ème année Rp. Et au passage, c'est Celia pas Célia, merci.
Fehu


Petite rune perdue au milieux d'Enfants Resistants et Libres.

 Privée  Rencontre fortuite

Cachée dans l’obscurité de la pièce, la jeune Serpentard observait la scène qui se déroulait devant ses yeux. Un jeune garçon était rentré peu de temps après elle, et avait lui aussi donné une lettre à un hibou. Tout comme elle, c’était un élève et il avait l’air bien trop jeune pour être préfet. A priori, Orphéa ne craignait rien puisqu’il enfreignait lui aussi le règlement, mais elle resta cachée par précaution. 

Alors qu’il s’apprêtait à ressortir, le garçon se retourna et scruta l’obscurité en direction de la petite brune sans pour autant la voir. Alors qu’elle se pensait hors de danger, je jeune garçon rerentra dans la volière et vient se cacher à son tour. Cela n’augurait rien de bon.

Quelques instants plus tard, la porte de la volière s’ouvrit de nouveau pour laisser rentrer une autre personne. Après avoir fixé l’obscurité quelques secondes, sa baguette s’éclaira illuminant la pièce et une voix forte résonna.

« Que faites-vous ici à une heure pareille ?! »

Orphéa ne put s’empêcher de lâcher un cri strident, mélange de panique et d’étonnement. Elle allait se faire renvoyer. Sa mère allait la tuer. Son avenir était fichu. Les pensées qui lui traversaient l’esprit en ce moment précis n’avaient aucun sens. Elle ne connaissait aucun sort lui permettant de se sortir de cette situation. Elle pouvait toujours accuser le garçon qui se trouvait avec elle dans la pièce de l’avoir forcé à venir jusqu’ici. C’était une très bonne comédienne, avec un peu de chance la personne qui les avait surpris y croirait et elle échapperait à une punition. 

Elle fixa un instant la personne en question, pour se rendre compte qu’il s’agissait en fait d’un garçon qui devait avoir son âge. Tout ceci n’était donc qu’une blague. À ce moment précis, la petite brune avait simplement envie de pleurer, de rire ou de nervosité, elle ne savait pas vraiment.

« Ha bah c’est malin ça, lança-t-elle au jeune Poufsouffle si elle en croyait les couleurs de son écharpe. Tu m’as fichu la trouille de ma vie »

 Privée  Rencontre fortuite

Quand je suis repartit me cacher après avoir vu une silhouette s'approcher de la volière, je suis partie derrière mon pilier, quelques instants plus tard, la porte de la volière s’ouvre d'un grincement pour laisser rentrer une silhouette à la lueur de la lune. Ont dirait un garçon qui après avoir fixé l’obscurité quelques secondes, un lumos sort de sa baguette qui illumina la pièce et une voix forte résonna.

« Que faites-vous ici à une heure pareille ?! »

J'entend un cri strident sur ma droite, je tourne la tête sur le mur en face de moi dans le coin derrière le pillier ou j'avais cru voir un morceau de robe en sortant, je ne put m’empêcher de la regarder avec un air neutre "mais pourquoi elle crie" . Je ne pu m’empêcher de savoir ce quelle avait dans sa tête a ce moment la, peut-être quelques idées noir concernant le fait d'être venue ici en dehors du couvre feu, la peur d'être renvoyer, que sais-je. Je me suis mit à fixer la lune en me remettant dans l'axe de la fenêtre et ne plus réfléchir.

Cachée dans le noir, j'observe la scène depuis le coin du pilier derrière lequel je me trouve. je jette un coup d’œil dans un mouvement de tête vers la droite, je réussie à voir a la lueur de la lune, un bout d’écharpe jaune qui traîne sur la robe noir du jeune garçon qui viens de rentré en criant .

Jérémie Collart

 Privée  Rencontre fortuite

Comme a sa convenance Gray avait réussi à faire crier quelqu’un, bon il se disait bien que cela allait sûrement attirer les professeurs, mais c’était tellement amusant que cette pensée ne lui effleura que très légèrement l’esprit. Puis il entendit la jeune fille parler et pu remarquer qu’il s’agissait d’une Serpentard , hum étonnant pour une Serpentard de trainer ici à une heure pareille se disait-il, mais avant de réagir à ce qu’elle venait de dire il se souvint avoir vue deux ombres et il s’avère que la deuxième n’avait point réagi. Il fit alors mine de ne pas s’en être rendu compte et regarda la jeune Serpentard.

« Tu viens poster un hibou à cette heure ? il était si important que ça ? » dit-il en la regardant avec toujours son lumos éclairant la pièce « Mais au faite, dis-moi… il n’y aurait pas quelqu’un d’autre avec toi ? » dit-il en se tournant vers la ou il pensait avoir vue la deuxième ombre « Aller tu peu te montrer toi aussi, après tout si quelqu’un viens, nous sommes tous dans le même cas, donc bon autant ce montrer et décliner notre identité » dit-il en prenant un ton je m’en foutiste, car après tout est ce qu’il se souviendrait vraiment de leur prénoms ? Avec un peu de chance peut être bien que oui, s’ils sont intéressants du moins.

En attendant leur présentation, il décida de s’adosser à la fenêtre tout en gardant bien devant lui sa baguette.

"Nothing ever comes without a consequence or cost"
Deuxième année RP

 Privée  Rencontre fortuite

Finalement, je me rends compte qu'il a au moins deux personnes voire trois devant moi, et aucun préfet, vu qu'ils se sont ou cachés ou qu'ils n'ont puni personne.
Je soupire, soulagée, et sors de ma cachette.
Je grimpe rapidement les quelques marches me séparant de la voilière et, passé un moment d'éblouissement dû au lumos d'un jeune garçon adossé contre une fenêtre, je distingue une fille, puis une ombre.

-De grâce, pourrais tu baisser ta baguette ? Ton lumos me fait mal aux yeux. Je demande au propriétaire de la baguette qui nous éclaire.
- Je trouve aussi que nous devrions décliner nos identités, il n'y a pas de raison de se cacher. Je suis Celia-Awena Fournier, élève en première année à Serdaigle. je me suis présentée d'une voix claire et assurée, ma main droite sur le coeur et en inclinant légèrement ma tête. Entre cette habitude, ma robe de chambre rôse pâle en soie et les baguettes de bois blanc sur lesquelles on peut voir des décorations en or, j'espère ne pas m'être attiré l'intimité de l'un des protagonistes de cette histoire, qui aurait peut être une aversion pour les riches ou les nobles.
Ensuite, je me suis dirigée vers un hibou, lui confiant mes lettres en lui donnant l'adresse du manoir et en lui donnant quelques noix que j'ai apportées pour lui.
Je le regarde s'envoler et me tourne vers les autres élèves. La lumière me permet de les détailler. Si la lumière trop forte pour mes yeux m'empêche de bien observer le garçon, je constate qu'il est pourvu de cheveux noirs, coupés de façon indécise, et qu'il semble avoir le teint pâle avec des cernes. La fille, elle, je peux la voir plus aisément, car elle n'est pas derrière la lumière. Elle est menue et élancée, nous devons faire a peu près la même taille. Elle a des cheveux noirs ondulés et visiblement longs, et a le visage parsemé de tâches de rousseur malgré sa peau mate.

Créativité, Curiosité, Réflexion, Patience, Tolérance, Imagination. Telles sont nos valeurs.
2ème année Rp. Et au passage, c'est Celia pas Célia, merci.
Fehu


Petite rune perdue au milieux d'Enfants Resistants et Libres.

 Privée  Rencontre fortuite

Le garçon ne réagit pas particulièrement à sa remarque et se contenta de lui demandé  si elle était là pour poster un hibou. Quelle question ! Que ferait-elle ici, après le couvre-feu dans une pièce pleine de fiente de hibou si ce n’était pas pour envoyer un message important.

« Evidement, pour quoi d’autres ? dit-elle d’un ton sarcastique, ne prenant même pas la peine de retourner sa question au garçon.

Le jeune garçon toujours debout regarda vers la deuxième personne qui s’était caché à proximité d’Orphéa, et demanda à la personne de sortir. Puis il proposa à juste titre, que chacun se présente. En effet, ils étaient tous dans la même situation. Alors qu’il s’appuyait contre la fenêtre, une autre personne entra dans la pièce en lui demanda d’abaisser sa baguette qui éblouissait leurs yeux avec son Lumos. Elle était visiblement en pyjama et prit l’initiative de se présenter en première, avant de s’approcher d’une fenêtre pour elle aussi envoyer un hibou. Orphéa décida de suivre Celia-Awena, et de se présenter à son tour.

« Orphéa Cooper, Serpentard » dit-elle le plus simplement du monde.

Alors que les deux garçons se présentaient à leur tour, elle prit le temps de détailler chacun de ses camarades. Elle remarqua rapidement que le Poufsouffle tenait une guitare, et elle y vit une occasion de profiter de la soirée, plutôt que de rentrer directement dormir.

« Tu nous joues quelque chose ? »