Salle des trophées

Inscription
Connexion

Foutu hasard  solo 

quelques jours après avoir déchiré la lettre de son père.
Mars 2044


Le hasard… Aliénor ne savait plus quoi penser depuis la lettre de son père. Elle ne les reverrait plus si souvent que ça maintenant. Elle se questionnait même sur la possibilité de les revoir un jour. L’Espagne c’est loin… Et tout ça pourquoi ?

Aliénor serra les poings, assise contre un mur, les genoux repliés vers sa poitrine, le regard sur ces coupes qui brillaient du même éclat que sa pièce. Tout ça à cause du hasard. Oui, tout n’est que hasard, la vie n’est que hasard et ce que nous sommes n’est que hasard.
C’est par hasard que le frère de sa mère Amaury est tombé sur ces gars à la sortie d’une soirée, c’est d’ailleurs par hasard qu’il a rencontré ces amis quand il est allé se promener ce jour-là. Cette soirée, peut-être un peu trop arrosée, rien ne présageait ce qu’il allait se passer, personne ne peut prévoir le hasard.

La pièce que lui avait envoyée son père roula entre ces phalanges. C’était devenu comme un tic, elle la faisait passer de doigt en doigt avec une certaine habilité.

C’est par hasard qu’il a pris ce chemin pour rentrer. Il aurait pu prendre la rue parallèle, ou tourner à celle d’avant. C’est par hasard que ces mecs l’on vu passer, après tout ils auraient pu avoir fini leur clope, ou être encore à l’intérieur. Ils auraient pu ne pas le reconnaitre. Amaury ne se souvenait même plus de ce gars qu’il avait croisé, encore par hasard quelques semaines plus tôt.
Mais encore une fois par hasard, ces gars ont vu son visage, l’on reconnut. Un ami d’Amaury devait des sous à leur patron, quelle plaie la drogue. Il n’avait pas d’argent à dépenser là-dedans, la famille Thermilian n’était pas la plus riche d’entre toutes et il ne pouvait pas mêler sa famille à ça. Il a donc dû travailler pour eux, pour rembourser la dette de son ami. Mais quand tu t’engouffre là-dedans, tu n’en sort jamais, même pour un sorcier.

C’est encore par hasard qu’il n’a pas pu livrer cette cargaison assez tôt, qui peut prévoir les bouchons sur une petite route de Bristol ? Ils sont allés devant chez lui, c’est encore une fois par hasard que ces parents sont sortis en voiture à ce moment-là.

C’était encore par hasard qu’Amaury est rentré dans le lieu en voyant le grand patron, celui qu’il n’aurait pas dû voir, un ami d’enfance, que c’était loin mais il l’a reconnu.
Evidement ils connaissaient la voiture maintenant, ils connaissaient Amaury, sa famille, tous sauf Claire. Ils pensaient tous les tuer ce jour-là. Tout aurait été terminé. Plus de Thermilian, c’était ce qui était demandé. Ils pensaient que c’était fini.

Il ne fait pas tout le temps les choses bien le hasard.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Foutu hasard  solo 

Elle ne connaissait pas toutes les brides de l’histoire qui va être compté, son père lui racontait et en parlait de temps en temps. C’est encore une fois, une histoire dirigée par le hasard.

Les Delphillia, ils habitaient en Espagne, ils avaient un manoir dans les environs de Valence. Cela faisait quelques générations que tous les Delphillia étaient sorciers. Ils passaient tous par l’école de magie française Beauxbatons.

Alors pourquoi quitter l’Espagne ? C’est encore une fois le Hasard qui fait son œuvre. Le grand –père de Cyril avait un frère. L’entende entre ces deux-là n’était pas des plus cordiales et le père de ces deux garçons se rendait malade de les voir se déchirer. L’arrière-grand-père d’Aliénor est donc parti en voyage en Angleterre, une destination qu’il a choisi au hasard en faisant tournoyer un globe au-dessus de sa tête.

Il tomba amoureux de ces terres, il y voyagea 1 an et demi, c’est durant cette année que son père tomba sérieusement malade. Son frère n’envoya pas de hiboux, il n’était donc pas au courant, son père ne pouvant écrire.

Le hibou de l’hôpital se perdit et il n’eut jamais la nouvelle du décès de son père. Un hibou qui se perd, c’est rare… Hasard.

Ce n’est que lorsqu’il rentra chez lui qu’il apprit la nouvelle. Malheureusement son frère avait vu avec le notaire toutes les dispositions et avait acheté la maison. Il se retrouva sans foyer et décida donc de s’installer pour une nouvelle vie en Grande Bretagne.

C’est là-bas qu’il rencontra sa femme, par hasard aussi, en tombant sur un trottoir Londonien. Dans sa chute, il tomba nez à nez avec 2 pièces reconnaissables, gravé d’un visage masculin et d’une devise au dos : « Joue avec la chance, joue avec le maitre ».

Aliénor regarda la pièce un moment, il essaye d’être drôle le hasard ?
Elle lança la pièce au-dessus de sa tête, la rattrapa et regarda. Face.
Pile : Cyril, face : Alejandro.

Oui, c’est de cette façon que les parents de Cyril ont choisi son prénom, par hasard. Même si maintenant ils sont de retour en Espagne, qui est encore dû au hasard, Cyril ne voulait plus quitter l’Angleterre.

Etrange sensation que de ce dire que les gens qui ont gagné ces coupes ont probablement juste eu beaucoup de chance. On peut être doué, un coup de malchance et tout s’effondre…

Il est bizarre ce hasard.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Foutu hasard  solo 

Encore un coup du sort, pourtant ils ne sont pas nés la même année, leur nombre d’année d’étude ne correspondaient pas. Ils venaient d’en finir, ils étaient enfin diplômés. Le hasard a fait de Cyril est rentré dans ce bar. C’est par hasard que les amies de Claire avaient découvert cet endroit quelques jours plus tôt.

Et dire qu’elle ne les reverra pas d’aussi tôt. Mais au moins ils sont ensemble et s’ils sont ensemble ils seront protégés l’un par l’autre. La fillette se rappela alors la lettre, « toujours ensemble » c’était peut-être ça la clef, mais là, ils étaient loin, à cause de cette histoire de hasard.

Rien ne les rapprochaient, il était sorcier, elle était moldue. Il habitait Londres, elle habitait Bristol. C’est par hasard qu’elle était restée cette soirée-là à Londres. Ces amies avaient dû décaler la date de la soirée à cause d’une d’entre elles qui avait un entretien.

C’est par hasard qu’ils se sont tous les deux retrouvés au comptoir au même moment. C’est par hasard qu’il a commandé un cocktail du mois. Il ne savait même pas ce qu’il y avait dedans, c’était par pur curiosité. Elle, c’était son deuxième.

C’est par hasard que la personne qui était entre eux a reçu un coup de téléphone important. Par hasard que leurs regards se sont croisés et qu’ils ont parlé de ce cocktail en commun. C’est aussi par hasard qu’une des amies de Claire était la sœur d’un ami de Cyril. Personne n’était au courant jusqu’à qu’ils ne se voient.

C’est à cause de ce cocktail de trop que Claire a dû aller chez son amie et n’a pas pu rentrer à son appartement.

C’est encore par hasard qu’elle à découvert que les deux garçons étaient sorciers. Lorsque Claire est rentrée dans l’appartement, la chouette d’un des deux garçons renversa un vase que Cyril stoppa en plein vol. Elle lui a donc parlé de son frère sorcier et de sa famille mi-moldue, mi-sorcier.
C’est par hasard que la porte menant au toit ce soir-là n’était pas fermé et qu’ils ont pu regarder les étoiles en discutant toute la nuit. Cette magnifique nuit, la nuit de leur premier baisé, la nuit qui a tout changé dans leur vie.

Pas si mal le hasard.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle

Foutu hasard  solo 

Mais il ne s’arrête pas là le hasard, il continue, fait son œuvre jusqu’à que tout se termine.
De nouveau, un hasard fut la naissance d’Aliénor. Un hasard ? Oui, un hasard. L’enfant Delphillia aurait pû être un garçon blond comme Amaury aux yeux bruns de son père, ou une fille aux cheveux noirs comme son père et aux deux yeux bleus océan de sa mère. Mais par un hasard ils ont eu le droit à une fille au brun de sa mère, réchauffé en été par quelques mèches blondes qui apparaissent qui rappellent sans cesse à Claire son frère décédé. Une jeune fille dont les gènes n’ont pas su choisir entre les yeux bleus de sa mère et le brun profond de son père. Une sorcière comme son père, un peu trop aventureuse qui ne supporte pas l’ennui et a du mal avec les sentiments.

Bon ou mauvais hasard ?

Ce n’était pas à Aliénor de répondre à cette question. Elle devait être un merveilleux cadeau à sa naissance.

Tout n’est que hasard.

Hasard de pouvoir vivre sa vie comme une moldue jusqu’à ces 10 ans et de vivre très bien cette condition. Puis ce jour, cette date ou le meilleur et le pire se sont mêlés pour donner naissance à l’Aliénor d’aujourd’hui. C’est par hasard qu’Aliénor courrait après cette sauterelle ce jour-là. Ça aurait pu être n’importe quel autre jeu. C’est par hasard qu’elle trébucha sur cette pierre. Ça aurait pu être n’importe quel jour, mais c’est tombé sur un jour de printemps, de fonte des glaces, de courant fort.

Elle aurait pu tomber de l’autre côté et juste s’écorcher les genoux, mais non le hasard a décidé que ce serait l’eau et ce fut l’eau. La noyade, les cris, les pouvoirs, la sorcellerie, Poudlard, Poufsouffle, Hasard.

Tout n’est que hasard, on ne peut pas aller contre lui.
Alors autant vivre avec lui et être son ami. Aliénor joua de nouveau à pile ou face :
Pile : je jouerais toujours en te demandant ton avis.
Face : je resterais comme avant.

Pile.
A nous deux hasard.

Batteuse des Frelons
Ne me touchez pas je mors
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle