Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour

La rentrée des élèves de première année

Tout était si impressionnant ! Mes yeux s’étaient écarquillés depuis l’instant même où j’avais entraperçus le château. Géant, avais-je immédiatement pensé. Les tours et tourelles ressemblaient à un château médiéval, le lac noir sous la lune avec des clapotis, les nombreuses fenêtres, certaines éclairées d’autres non, tout était somptueux et signe de grandeur. J’avais peine à croire que j’allais étudier ici pendant sept années !

Regardant partout, mes yeux noirs essayaient de percer les secrets du château, j’essayais de garder en mémoire tout ce que je voyais, tout ce que je vivais, comme si j’avais la crainte que tout ceci me soit enlevé si tout cela se révélait n’être qu’un rêve. Le voyage au bord de la barque fut rapide et agréable. Alternant ma vision entre le lac calme et la beauté du paysage, j’avais hâte de voir ce qui m’attendrait.

Descendant de l’embarcation, nous fumes accueillis par la directrice de Poudlard en personne qui nous fit les présentations rapides du château et de l’organisation de la soirée. Toute ouïe, j’écoutais avec hâte ce qu’elle nous expliquait. Le collège était partagé en quatre maisons, toute avait l’air sublime et à vrai dire, je ne savais pas trop dans quelle maison je pourrais me retrouver. Puis, en nous accompagnant dans une petite salle, nous patientâmes un peu. J’étais immensément stressée. La directrice avait expliqué que nous passerions après que tout le monde se soit installé. J’aurais préféré un peu plus de discrétion, mais je ne pensais pas avoir le choix.

Au bout d’un moment qui me parut interminable, la directrice revint nous chercher pour nous amener dans la Grande Salle. Je fus encore une fois éblouie par la beauté des lieux et de la magie de l’endroit. Le ciel, au plafond, semblait représenter le ciel et l’on pouvait y voir des nuages ainsi que les étoiles que l’on pouvait remarquer. Le plus étrange toutefois était les fantômes qui trônaient, à quelques mètres du sol, ainsi que les chandeliers tenant comme par magie – ce qui était le cas de le dire. Je me retins pour ne pas ouvrir la bouche de surprise et d’admiration devant tant de magie et de grandeur.

Me lassant pas de ce spectacle, je loupais l’arrivée du « Choixpeau Magique » que la directrice avait dû emmener. C’est alors qu’il se mit à chanter et que je fus aussitôt happée par cette douce mélodie et ce chant narrant l’histoire de Poudlard. L’appel fut long et quand on arriva au M, une bonne part des écoliers était partie rejoindre leur salle. C’est alors que « Billie Moore ! » fut appelé. Marchant en essayant de ne croiser le regard de personne, je m’assis sur le tabouret et fut presque heureuse de voir que le choixpeau me cachait du regard des autres. Ce fut le moment le plus long de ma vie. Le choixpeau me posait des questions et mettait longtemps à réfléchir. Il me semblait qu’il hésitait entre deux maisons et finalement, voyant ce que je pouvais devenir, vraisemblablement, il s’écria :

- Gryffondor !

Rougissante, ne sachant si c’était ou non une bonne nouvelle, je rejoignis ma table furtivement, sous le regard d’un grand nombre de Gryffondor, mes nouveaux camarades.

La rentrée des élèves de première année

Au moment de son départ pour Poudlard, ses parents l’ont beaucoup sermonnés afin qu’elle fasse honneur à leur nom : Lyn. Ses émotions se tiraillaient entre l’angoisse de cacher d’être la fille d’une famille aussi cruelle qui haïssent toutes les sous races ; l’envie de se faire pour la première fois des camarades ; le stresse de rencontrer des professeurs qui ne sont pas sous le joug de ses parents ; et la crainte de ne pas être dans la maison des Serpentard (afin de poursuivre la tradition familiale). Elle devait faire ses preuves dans un autre endroit qu’elle ne connaissait pas. 

Dans le train, le paysage défilait sous ses yeux. La jeune fille ne faisait pas attention à ce qu’il se passait autour d’elle. Elle se doutait de la joie qui émanait de chacun des compartiments. Cependant de terrible maux de ventre la ballottait. S’engouffrant dans sa musique, elle tenta de s’y perdre. La musique qui l’emmener dans un rêve lointain était sur du « Let’s start a riot » de Three Days Grace. Un peu trop rock sur les bords, pourtant c’est qui lui permettait de se remettre un bon petit coup de punch, lorsqu’elle avait un coup de mou, comme en ce moment. Elle remerciait dans son fort intérieure, sa tante qui lui avait envoyer -en plus des lettres- toutes ses choses qui lui a permis de mieux connaître la vie et objets des moldus. Ses lettres lui manquaient, d’ailleurs.

Arrivée à bon port, descendant du train avec toute ses affaires, dans sa tenue réglementaire, elle se comparait aux autres qui pour la plupart était aussi des premières années. Tous débordaient de joie, pourquoi pas elle ? Eden était heureuse, au départ. Maintenant, elle se doit de respecter les règles qui lui sont aussi soumises par ses parents, même si elle ne connait pas les représailles. Elle ne veut en aucun cas les connaître. Car avant Poudlard, les punitions lui ont value bien plus que des douleurs d’estomac. Rien que d’y penser, elle s’agenouilla au sol, se tenant le ventre entre ses bras. Prenant plusieurs respirations, la jeune fille tentait de se résonnait. Tout le gratin d’élève s’approchait de calèches ensorcelaient. Elle ne pouvait se permettre d’être en retard, et vue comme une faible. La rouquine prit une grande inspiration, lui permettant de se relever naturellement, évitant d’avoir -trop- des pensées négatives. Eden les suivit, d’un point à un autre. Jusqu’à se retrouver à nouveau sur la terre ferme, dans l’enceinte de Poudlard.

Une voix féminine résonna. Il s’agissait de la Sous-directrice de l’école (et professeur de Soins aux Créatures Magiques) : Isabel Almeida. Eden en était subjugué par une telle beauté. Elle ne semblait pas avoir ce visage terne, au regard morose. Ce visage d’adulte la rassurait plus ou moins. Celle-ci expliqua le bon fonctionnement à suivre avant de rejoindre la Grande Salle. Eden suivait toujours, un peu à l’arrière, elle observait en silence, curieuse de ce qui l’entourait. Lorsqu’elle entendait le terme « Serpentard » utilisait à plusieurs reprises, son visage virait rapidement blanc. Pourtant, si elle parvenait à rejoindre cette maison, cela lui ferait un poids en moins sur les épaules.

Ses parents souhaitent (ou plutôt exigent) tant à ce qu’elle suive au pas, comme un bon petit soldat, les « traditions » de la famille. Toutefois, elle n’a jamais eu la même attitude que ses parents. Cette froideur, cette haine, lui rappelait à quel point, qu’il y avait un énorme écart entre eux.
Se retrouvant dans cette gigantesque salle, ses craintes disparaissaient pendant un petit moment. Les sourires qui se dessinaient sur les visages des autres élèves, la joie qui s’accommoder à merveille avec l’ambiance majestueuse de la Grande salle. Eden pensait être retourné à ses rêvasseries.

Puis un long silence fit place, permettant à un objet très étrange prendre la parole : le ChoixPeau.
Ses professeurs particuliers, lui en avaient beaucoup parlé. Il pouvait voir à travers nos yeux, nos pensées, connaître notre personnalité. Forcément, il pourrait décider qu’elle aille dans une maison autre que Serpentard. Puisqu'elle n’a aucune personnalité dite insensible envers d’autres personnes, par exemple. C’est du moins l’idée qu’elle se fait, avec tout ce que ses parents ont pu lui dire.

Malheureusement, Eden n’écoutait pas ce que pouvait dire le Choixpeau. Bien trop dans ses pensées, elle continuait à analyser ce qui l’entourait. Voir qu’il y avait un faux plafond, était très astucieux, et magnifique. C’était un spectacle qui s’offrait sous ses yeux. Beaucoup de choses se défilait dans sa tête : de la crainte jusqu’à de la joie. Elle se sentait si tourmentée. Sa tante lui manquait tellement, qu’elle avait besoin de ses lettres pour mieux se sentir. Or ce n’était plus possible.

Des applaudissements résonnaient dans la grande salle, ce qui réveilla Eden, s’apercevant que le Choixpeau venait de finir sa tirade. Voyant Isabel Almeida prendre place avec un bout de parchemin en main, elle annonçait les noms de différents élèves. Ils allaient être répartie dans les différentes maisons présentes. A ce moment, elle se rappela d’Arthur Grimms qu’elle avait rencontré peu de temps avant son départ pour Poudlard Express. Elle le chercha du regard. Pendant sa recherche, son cœur frappait dans sa poitrine, chaque fois qu’elle entendait le nom d’un élève et le Choixpeau criait le nom d’une maison.

« Bientôt, ce sera mon tour. » se murmurait-elle. « Bientôt, je saurais si je fais honneur à ma famille. »

Elle sentit son cœur se tordre de douleur. Une main posait contre sa poitrine, la tête a moitié baissé, la fillette tentait de se calmer par plusieurs respirations rythmées.

« Eden Lyn… Eden Lyn … Eden Lyn ! » Répétait Isabel Almeida.

La rouquine écarquilla les yeux, relevant lentement la tête. C’était à son tour. Il fallait qu’elle s’avance, qu’elle se bouge. Prenant une grande inspiration, elle leva la main et se dirigea vers la Sous-Directrice et le Choixpeau. Se dégageant de l’attroupement des autres élèves, elle finit par se retrouver face à deux petites marches. Avant de continuer son chemin, elle regarda derrière elle. Comme si elle avait l’opportunité de regarde une dernière fois derrière elle, avant d’accepter de se retrouver au présent.
La gamine monta les deux marches, avant de se retournait et de s’asseoir sur le tabouret avec le Choixpeau sur la tête. Tous les regards étaient posés sur elle. Ses joues viraient certainement aux rouges de timidité. Son cœur battait à la chamade, jusqu’à ce que le Choixpeau se mit à lui parler. Et les battements se calmaient, jusqu’à atteindre un silence parfait.

« Humm … une Lyn.. Avec le caractère … tu pourrais te retrouver à Serpentard. Mais je sens ta peur… Loyal... Juste... Persévérante … Altruiste… Tu as des capacités intéressantes. Capable de patience… Curieuse …Intéressant. » Le Choixpeau marmonnait, laissant ensuite un profond silence.
Au cours de cet instant, Eden n’osa plus penser. Bien trop apeurée de la situation. Elle ne souhaitait pas que celui-ci puisse voire au-delà de son enfance, bien trop honteux.

« POUFSOUFFLE !! » criait-il.

A ces mots, l’enfant, entra dans un tumulte d’émotion, qu’elle ne parvenait pas à comprendre. Elle voyait tous les élèves de la maison Poufsouffle l’acclamait. Comme s’il s’agissait d’une réussite. Pourquoi ?
Le Choixpeau enlevait. Elle pouvait rejoindre la tablée, qui semblait très accueillante. Cependant, avant de rejoindre sa maison, elle tourna son regard vers Isabel Almeida, puis vers le Choixpeau, se demandant s’il ne s’agissait pas d’une erreur.

La fillette se leva et descendit les marches pour rejoindre sa tablée. Beaucoup lui souriait, la saluait. Elle fit de même. Pourtant au fond d’elle-même, elle se sentait à la fois triste, en colère contre elle-même, et… Joyeuse ?

... //... Si vous ne croyez pas en la magie. Vous ne la trouverez jamais. ...//...
~Le but de la magie, c'est d'amener le doute au réel ~
"La magie de l'amitié se complète grâce à la joie, la maladresse et la gourmandise !"

La rentrée des élèves de première année

Après avoir était conduit jusqu'à la voix 9 3/4  par le majordome de la famille, Gryffs n'avait pas trainé pour grimper dans ce monstre de fer qu'était le Poudlard Express. Il c'était retrouvé dans l'un des rares compartiments vide. Le voyage avait alors paru bien long et ennuyeux durant lequel Gryffs vit défilé les magnifiques paysages de l'écosse. Des collines recouvertes d'une mousses verte qui donner un aspect linéaires entre coupé des buissons arbres et broussailles  le tout sous un ciel menaçant de nuages noirs. Plus tard la pluie ce mit à tomber et Gryffs tomba dans un sommeil sans rêve. 
Soudain il entendit le bruit de la foule et la mare de robe noir qu'il voyait passait devant les vitres du compartiment lui fit comprendre que le train avait du arrivée. Gryffs ne c'était pas changer et il s'empressa de passer sa robe de sorcier  paniqué à l'idée que le train ne puisse repartir.
Une fois apparé et ses affaires réunis c'est un wagon complètement vide qu'il traversa avant d'atteindre la porte du train restée ouverte.  Ce dernier détail provoqua chez Gryffs une vague de soulagement. pourtant ce fut un spectacle pitoyable qui se déroula sous ces yeux, la pluie battante avait trempé jusqu'à l'os les quelques élèves qu'ils distingué à peine entre les rafales de gouttes. Gryffs se saisie de la rambarde et se mis doucement à descendre les marches de fer rendu glissantes par le déluge. A peine le seuil de la porte franchit que Sorrow goûta au même sort que ses camarades. l'eau ruisselé désormais tellement sur son visage qu'il fut complètement désorienté. Soudain un homme en tenue de contrôleur de gare l'approcha: "Vous êtes nouveau ?" La phrase fut à peine perceptible tellement le bruit de la pluie était fort. Gryffs hocha la tête les yeux à peine ouvert et les mèches de cheveux lui collant sur le front. "Votre groupe est en train de partir !" s'écria le chef de gare en pointant le doigt vers une foule de jeunes gens qui s'éloigner péniblement.
Sorrow couru alors malgré les flaques et la visibilité réduite jusqu'à rattraper le bout de la myriade d'enfants qui avancé, tête baisser. Gryffs leur emboîta le pas. Soudain on arriva au abord d'un lac et la foule s'arrêta. Pendants quelques instants la scène fut comme figé mis à part les trombes d'eau qui continué de tomber des énormes nuages au dessus d'eux, et le vacarme assourdissant qu'elles faisaient en s'écrasant au sol. il fit alors très froid Sorrow ressentit chaque filets d'eau qui s'insinuer à travers la fibre de sa robe et couler le long de sa peau. Ses pied baignaient dans l'eau qui avait réussi à s'infiltrer dans ses bottes. Gryffs se sentais vider de toute vie. Soudain le mouvement repris et bientôt Gryffs vit les rangs d'éléves qui s'éclypser, laissant entrevoir un ponton au quel était arrimé de nombreuses barques. Imitant le flot d'enfants Sorrow grimpa dans l'une d'entre elle. Il ne voyait même pas les visages des trois camarades qui se trouver à bord de l’embarcation tellement les visages dépités des enfants furent tournés vers leur pieds afin d'évité d'avoir la figure aspergé. Adoptant la même attitude, le trajet n'aurait pu être plus désagréable. Le bois du bateau étaient mouillé et le fond de cale prenait tellement l'eau que Gryffs dû lever les pieds .  La position était inconfortable au possible et il commença à se demander si il ne finirait à au fond du lac. Puis sans comprendre pourquoi, Sorrow n'eu plus froid. Il se senti habiter d'une étrange chaleur. Dans un mouvement presque automatique il redressa la tête et c'est alors qu'il aperçu le château. Incruster au sommet de la falaise, l'énorme école s'offrait aux regards des nouveaux élèves. La multitude de tours et le donjon démesuré était imposant au point que Gryffs n'en pu détourné le regard. Elle se dressé fasse au éléments et la tempête ne semblait s'écraser sur le flanc du géant de pierre. Dans ce spectacle lugubre transparaissait la chaleur des lumières qui s'échappaient des centaines de fenêtres du château. Sorrow vit alors la falaise se rapprocher et il en distingua un grand escalier en colimaçon qui menait au château. Si l'école était imposante sur le lac c'était encore pire maintenant qu'il se retrouvait au pied de la falaise devant c'est dizaines et dizaines de marches. Soudain il refit froid. La magie avait céder sa place à la pluie et à l'éprouvante escalade qui allait suivre...
C'est lessiver que Gryffs franchit la dernière marche. Elle mena dans le portail de l'école. C'était splendide, les murs de pierre d'une couleur âcre finement taillé donner l'impression d'accueillir le groupe de nouveaux arrivants dans leur bras. L'énorme porte en métal de Poudlard s'ouvrit alors. De prêt de 5 mètres de hauts c'est pourtant sans un bruit que les gongs s'ouvrirent et que les élèves s’engouffrèrent dans les intestins du château.
Un grand bruit résonna lorsque les portes se refermèrent, suivit d'un long silence traduisant la fascination générale des enfants. Le bout de couloir dans lequel se retrouvait Gryffs était baigné à la lueur de dizaine de bougies suspendu au dessus du sol qui flotta sans attaches. Les grandes arches d'un style gothique et les vitres sur lesquelles danser de vagues lueur donner à la pièce un aspect chaleureux emprunt de magie. "Suivez moi"  tonna une voix rauque, alors la foule repris son chemin traversa une paire de couloir avant de s'arrêtait nette devant une volé de marches très larges en arc de cercle qui menait à une grande porte de près de 3 mètres. Au sommet des marches une femme se tenait la droite et souriante. Elle accueillit les élèves, les sécha d'un coup de baguette. Elle se présenta comme étant la sous directrice de l'école et leur expliqua comment se passerait la cérémonie de répartition dans les maisons. Nouveau coup de baguette et les portes derrières elle s'ouvrirent. La grande Salle était tout ce que l'on aurait pu qualifier de splendide. des fenêtres en arches immenses séparer par des piliers de pierres chaleureusement mis en valeur par la douceur du plafond qui semblait être un ciel parsemait d'étoiles le tout éclairer par la lumières de dizaines de bougies. Dans cette pièce, 4 énormes tables alignés et dans le fond une estrade sur laquelle une autre table de moindre taille surplomber l'assemblé. Car la salle était remplis d'élèves. Des grands des petits, des tas de personnes étaient attablé fixant la groupe qui franchissait le seuil de la porte. Guider par la sous directrice le groupe s'avança sur l'allé principale qui séparer les deux tables du milieu.  intimant au groupe de se stopper devant l'estrade la sous directrice arpenta les marches qui menaient à l'estrade, se tint alors à coté d'un tabouret sur lequel gisait un vieux chapeau décrépit.
Quelques instant passèrent lorsque la déchirure du chapeau bougea à la façon d'une bouche et celui ci se mit à chanter d'une voix grave :

Reducio


Si vous m’trouvez un peu vieilli, 

Si vous m’trouvez détérioré,

Sachez que mon ancienneté

Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,

Il y a de cela fort bien longtemps,

Par quatre sorciers très puissants

Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie

Ne pouvait pas se pratiquer

Sans se faire mener au bûcher

Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros

Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs

Ont choisi de prendre pour repère

Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,

Ils ont pu faire de ce haut lieu

Une école où le plus dangereux

Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :

Godric, Salazar et Helga,

Et n’oublions pas Rowena.

Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants

Dont le courage est sans mesure.

Tous ceux qui ont soif d’aventures

Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe

A Serdaigle seront bien lotis,

Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,

L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants

Chez Poufsouffle se rendront sans doute

Car ce que le Blaireau redoute

C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer

Les malins et les ambitieux.

Si vous n’avez pas froid aux yeux,

Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants

Je ne vous ferai aucun mal.

Je vais juste devant toute la salle

Lire votre tempérament.




La Sous directrice déroula alors un parchemin et entreprit de le lire.

Le premier nom fut appelé, un garçon sorti du rang et s'avança en direction de la sous directrice. Celle ci souleva le chapeau, l'enfant s'assit, et elle re-déposa le chapeau sur ça tête. Soudain celui ci s'anima comme auparavant, et annonça le nom d'une des maisons. Ce balais se déroula sous les yeux d'un Gryffs méduser jusqu'au moment où:


 "Gryffs Sorrow". 

C'était son tour, toujours au fond du groupe d'élèves qui s'était néanmoins nettement dégarnis il dût jouer des coudes pour atteindre la volée de marche. Une fois en haut il s'assit la ou tant d'autre l'avait fait avant lui. Il senti alors l'étoffe du Choixpeau se poser sur ces boucles. Quelques ruminement incompréhensible semblait provenir alors de ça tête et en deux secondes après : Poufsouffle !

Quelques applaudissements polis se firent entendre alors à l'une des tables aux centre, celle sur sa gauche. Il dévala alors les marches et s'avança vers la dite table. On lui fis une place et il pu admiré à son tour la fin de la cérémonie.

 
 
Dernière modification par Gryffs Sorrow le 20 février 2018, 12 h 35, modifié 3 fois.

Amicalement votre, Sorrow
Fondateur du PFO
"Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé"
2ème année RP et devoirs.
Insignifiant compétant !

La rentrée des élèves de première année

Ce 1er Septembre Jeffrey l’avait attendu depuis longtemps. Pendant les semaines qui précédèrent cette journée sa rentrée à Poudlard était le sujet préférentiel au sein de sa famille. Jeffrey était à la fois ravi de pouvoir poser toutes ses questions et nerveux au fur et à mesure des recommandations de sa famille, notamment concernant la meilleure Maison à rejoindre selon eux. Il ne savait pas quoi en penser. Sa mère et sa petite sœur militaient pour Serdaigle alors que son père et sa grand-mère ne juraient que par Poufsouffle. Jeffrey était très proche de son père et souhaitait ardemment rejoindre Poufsouffle. Mais quelle que soit la décision du Choixpeau il avait peur de décevoir une partie de sa famille, surtout s’il était envoyé à Serpentard…

Dans le Poudlard Express Jeffrey n’avait pas trop ouvert la bouche et était resté plongé dans sa lecture, un magazine de Quidditch, et dans ses pensées. D’habitude il était un garçon jovial et ouvert aux autres mais le stress l’empêchait d’être lui-même. Le voyage passa très vite tout comme la traversée du lac en barques, qui marqua néanmoins Jeffrey : Poudlard était magnifique et très impressionnant.

Il attendait à présent devant les portes de la Grande Salle en compagnie des autres premières années qui semblaient tout aussi terrifiés et anxieux que lui, à l’exception de quelques élèves surexcités. La Directrice venait de faire son discours de bienvenue et était retournée dans la Grande Salle en leur demandant de patienter quelques instants.

Les portes s’ouvrirent de nouveau et la Directrice demanda aux jeunes élèves de la suivre. Jeffrey ne put s’empêcher d’être émerveillé par ce qu’il découvrait. La salle était grande et majestueuse, intimidante même avec tous les regards des élèves et professeurs tournés vers les nouveaux arrivants. En même temps la salle dégageait une aura rassurante et chaleureuse avec ce ciel étoilé et les nombreuses bougies qui flottaient dans les airs.

La salle devint silencieuse tandis que le Choixpeau s’anima pour chanter sa chanson. Lorsqu’il termina la salle explosa en applaudissements énergiques. La Directrice attendit que les élèves les plus enthousiastes aient terminé puis elle expliqua que le Choixpeau déciderait de la répartition des élèves dans les différentes Maisons.

Les élèves se succédèrent. Jeffrey remarqua que la plupart d’entre eux changeaient de couleur lors de leur passage mais que la grande majorité se dirigeait ensuite avec joie à la table correspondant à la Maison désignée. Soudain il fut interrompu dans sa réflexion par la Directrice qui appela :

« HUNTER Jeffrey ! »

Le cœur battant à tout rompre, Jeffrey déglutit avec difficulté et s’avança vers le tabouret en sentant les regards braqués sur lui. Il se sentit devenir tout rouge et avait chaud et pourtant il tremblait comme une feuille. Il s’assit sur le tabouret et la Directrice lui posa le Choixpeau sur la tête, qui glissa légèrement et lui tomba sur les yeux, lui masquant la vue. Il entendit alors une voix lui dire :

« Huuuum. Je vois…. C’est intéressant. Je perçois beaucoup de curiosité, une envie de ne pas décevoir les gens que tu aimes mais aussi beaucoup de gentillesse, de loyauté et de tolérance. Tu seras très bien à… »

Jeffrey attendit en retenant son souffle, se liquéfiant un peu plus à chaque seconde…

« POUFSOUFFLE !!! »

Jeffrey se leva, les jambes encore tremblantes et rejoignit la table de sa nouvelle Maison, celle qui serait désormais sa nouvelle famille pendant sept longues années. En voyant les applaudissements enthousiastes et les nombreux sourires l’accueillir Jeffrey sentit tout le poids de ces dernières semaines disparaître instantanément pour laisser place à l’euphorie, l’excitation et l’allégresse. Il avait soudain l’impression d’avoir trouvé sa place à Poudlard. Il entreprit alors de suivre la fin de la répartition tandis que son estomac semblait se réjouir à l’avance du festin à venir.

Batteur des Frelons ~ 2è année RP
A Noël il est tout aussi important d'ouvrir notre cœur que d'ouvrir nos cadeaux.

La rentrée des élèves de première année

Léo était vraiment impatient , le Poudlard Express était arrivé en gare de Pre au Lard après un trajet qui avait duré toute la journée . Léo ne s'était pas fait énormément d'amis . Les quelques personnes qu'il avait croisés étaient les Préfets et quelques élèves un peu perdus qui demandait leurs chemins . En cours de route , Léo avait sortis un livre et l'avait lus pendant quelques heures . Il l'avait repose puis s’était assoupie . A son réveil , il entendait le train qui ralentissait . Il avait donc pris sa valise après avoir mis son uniforme et était sortis en compagnie des autres premières années . Le Garde Chasse , un Demi géant nommé Hagrid , leurs indiqua de déposer leurs valises a l'entrée puis de le suivre . Léo avait suivis un peu a l'écart et avait embarque dans les barques en bois pour traverser le lac . La traversée n'avait pas était de tout repos étant donnes que la pluie battait contre les parapluies des élèves . Léo n'en possédait pas et rentra dans le château en compagnie des autres élèves , pratiquement aussi mouille que lui . Une jeune femme arriva alors et constata les dégâts . Elle sécha alors rapidement les vêtements des pauvres premières années en un coup de baguette . 
" Voilà qui devrait être plus agréable, dit-elle avec le sourire. Soyez les bienvenus à Poudlard ! Merci Hagrid ! avait t-elle rajoutée . "
C'était incroyable ! Les uniformes étaient sèches et Léo se sentait mieux que jamais dedans ! . La jeune femme rajouta alors rapidement :
« Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi ! »
Elle conduisit alors les élèves ainsi que Léo dans une petite pièce assez exiguë . On n'entendait rien , même le broua broua de la grande salle ne parvenait aux oreilles des premières années .  
« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement, ajouta t-elle avec un ton plus dur. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »
La directrice adjointe indiqua alors aux élèves de la suivre , ce qu'ils firent . Léo épousseta sa robe avant de rentrer dans la Grande Salle . C'était immense , partout des élèves parlaient dans un Broua Broua en observant les nouveaux arrivants . Le Choixpeau fit alors son habituel Chanson :

Si vous m’trouvez un peu vieilli,  

Si vous m’trouvez détérioré, 

Sachez que mon ancienneté  

Est redevable à la magie. 

Ma naissance eut lieu ici-même, 

Il y a de cela fort bien longtemps, 

Par quatre sorciers très puissants 

Dont l’histoire suit dans ce poème. 

Il fut un temps où la magie 

Ne pouvait pas se pratiquer 

Sans se faire mener au bûcher 

Et condamner pour hérésie. 

Mais c’est alors que quatre héros 

Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs 

Ont choisi de prendre pour repère 

Les murs de cet antique château. 

Avec nombre de sortilèges, 

Ils ont pu faire de ce haut lieu 

Une école où le plus dangereux 

Serait de glisser sur la neige. 

Bien sûr vous connaissez leur noms : 

Godric, Salazar et Helga, 



Et n’oublions pas Rowena.  

Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !  


Gryffondor accueille les vaillants 

Dont le courage est sans mesure. 

Tous ceux qui ont soif d’aventures 

Rejoindront le Lion flamboyant. 

Ceux pour qui le savoir importe 

A Serdaigle seront bien lotis, 

Car si vous êtes quelqu’un d’esprit, 

L’Aigle vous ouvrira sa porte. 

Les dévoués et les tolérants 

Chez Poufsouffle se rendront sans doute 

Car ce que le Blaireau redoute 

C’est de perdre amis et parents. 

Chez Serpentard pourront rentrer 

Les malins et les ambitieux. 

Si vous n’avez pas froid aux yeux, 

Le Serpent vert sera parfait.  



N’ayez pas peur mes chers enfants  

Je ne vous ferai aucun mal. 

Je vais juste devant toute la salle  

Lire votre tempérament.


. Léo de caractère plutôt timide , rougit jusque la pointe des oreilles quand arriva son tour de passer sous le Choixpeau . Trois minutes passèrent et le Choixpeau hurla :
Serdaigle !

Léo hésita quelque secondes , puis partit vers la table des Serdaigles qui applaudissait avec joie . 

Responsable des Nouveaux Arrivants de Serdaigle. (& Roi des Taupes)
Lait-haut Sol-aime
2ème année RP, 3ème année FANFICTION en cours

La rentrée des élèves de première année

Alors que le voyage jusqu’à Poudlard fut très intéressant pour le jeune garçon, en apprenant un peu plus sur le monde des sorciers grâce à ses trois voisines de compartiments : Luna, Anastasia et Aldrienne. Ils venaient tous d’horizons différents, et échanger entre eux, malgré quelques révélations qui mirent un malaise au jeune garçon, fut très instructif.  Les quatre jeunes se levèrent et sortirent du train, pour être accueillis, avec l’ensemble des premières années par un homme qui apparaissait clairement comme un géant aux yeux du jeune garçon. Ils ne devaient pas récupérer leurs affaires, qui leur seraient remises dans leur salle commune une fois la répartition des maisons et le banquet de rentrée terminé. La répartition dans les maisons... Neil n’avait simplement aucune idée d’où il irait. De ce que le choixpeau magique choisirait pour lui. Son père avait préféré ne pas dire à son fils où il avait été choisi, mais l’hérédité jouait peut être un rôle dans le choix, ce qui expliquerait le fait de ne pas vouloir l’influencer. Quoi qu’il en soit, Neil n’était pas particulièrement anxieux, et surtout émerveillé à l’idée de découvrir cet endroit. Ils se trouvaient présentement à la gare de Poudlard, et le géant, qui se nommait Hagrid, les somma de le suivre jusqu’aux barques qui les mèneraient au Château.

Car oui, en effet Neil ne le savait pas, mais le Collège Poudlard est en fait un château. Il n’avait pas vraiment fait de recherches avant d’arriver ici, trouvant ça plus sympathique de découvrir tout cela de ses propres yeux. La pluie tombait frénétiquement, rendant les enfants trempés de la tête aux pieds. Ce serait un comble de tomber malade dès la rentrée, se disait-il. Il se mit dans une barque avec trois autres élèves de Poudlard, et leur traversée commença. Il avait de la chance, un enfant qui semblait tout connaître sur le bout des doigts commença à expliquer l’histoire des barques de Poudlard et leur signification. Les barques étaient utilisées par les premières années afin de se rendre pour la première fois à Poudlard, et par les dernières années après leur remise de diplômes. Tel un symbole, finissant de la façon dont tout avait commencé : avec la traversée via une barque. Alors que les explications de ce jeune garçon furent intéressantes, Neil se focalisa sur ce qu’il pouvait voir malgré cette tempête aqueuse qui leur tombait dessus.  Ils passèrent un grand lierre qui cachait l’entrée d’une grotte, située sous le château, et les barques firent leur chemin dans cette voie obscurcie. Ce moment fur bref, mais le silence était un peu pesant. Tout le monde était ancré dans ses pensées et certainement en train de se poser un tas de questions, sur le château, les maisons, le banquet, les futurs cours, les futurs camarades... les questions fusaient mais ils n’avaient même pas le temps de vraiment y réfléchir que les barques avaient finalement terminé la traversée de la grotte, et, étonnamment, se retrouvèrent sous le château et débarquèrent sur cette crique. Une fois tous les enfants arrivés, Hagrid leur demanda une fois de plus de les suivre en prenant ces longs escaliers. Tous dégoulinaient mais qu’importe, ils étaient enfin arrivés ! Hagrid poussa la grande et massive porte en bois massif, et tous les premières années se retrouvèrent devant une femme avec une longue robe rouge aux bordures argentées. Elle sortit sa baguette, et d’un simple geste, elle sécha les vêtements de tous les enfants présents dans la pièce, tout simplement. La magie faisait tellement bien les choses... Neil en avait presque des étoiles dans les yeux. 

La jeune femme se présenta, et demanda aux enfants de les suivre. Hagrid, quant à lui, avait déjà fait chemin inverse et quitté la pièce. Elle expliqua comment se déroulerait la répartition. La maison serait une seconde famille, disait-elle, et expliqua le système de points qui se déroulerait toute l’année, et qu’on pouvait en gagner comme en perdre, d’ailleurs. Et à la fin de l’année seraient faits les comptes, désignant le grand vainqueur de la Coupe des Quatre Maisons de l’année scolaire à venir. Les enfants se mirent en rang, et entrèrent dans une immense pièce, remplie d’élèves avec leurs robes de maison, représentées par les quatre bannières colorés et ornées de Lions, Blaireaux, Aigles et Serpents, représentant respectivement les maisons Gryffondor, Poufsouffle, Sardaigne et Serpentard. Un nombre innommable de bougies étaient présentes sous la plafond, flottant certainement à l’aide d’un sortilège, et le plafond qui faisait penser que justement, il n’y en avait pas, laissant juste la tempête de manière visible mais pas tactile. Le groupe arriva devant un tabouret sur lequel se tenait le fameux choixpeau magique. La cérémonie de la Répartition va commencer, exclama Isabel Almeida, la femme qui avait accueilli tous les premières années. Le choixpeau entama un chant qui relatait l’histoire de Poudlard et des différentes maisons. Les applaudissements retentirent dans la salle, et Isabel Almeida commença à appeler un par un les élèves de première année. 

L’attente fut longue, très longue. Neil se languissait de voir des têtes connues être réparties, il voulait ça, lui aussi. Il se remémora les paroles de ses camarades du train, et remarqua qu’Anastasia, qui n’était pas contre le fait de rejoindre Serpentard, avait été répartie à Gryffondor. Ou encore Luna, répartie dans la même maison. Aldrienne n’était pas encore passée, et Neil attendait son tour. Les rangs se réduisaient, les élèves gagnaient leur table de maison... et le stress commençait à se faire voir. Après une longue attente, c’était finalement son tour. Il fut appelé par Miss Almeida, et déglutit en entendant son nom. Il se rapprocha du tabouret, se mit en place sur le tabouret, et le choixpeau fut posé sur la tête du jeune garçon. 
  • Hm... un Lamont ? Cela faisait longtemps... Hmm... devrais-je te mettre là où était ton père ? Tu n’en as aucune idée, n’est-ce pas ?
  • N-non, il ne me l’a pas dit. C’est toi le juge, à toi de lire en moi.
  • Mais c’est que je ressens de la répartie... et une dose de courage et d’envie d’aventure... Mais aussi une envie d’apprendre et une relative curiosité... Tu pourrais bien finir à Serdaigle... en tout cas, ton manque d’ambition te retire directement de Serpentard. Hm... malgré cette relative discrétion... on ressent l’envie de bien faire et d’aider les autres... oui... tu ne te laisseras pas faire... GRYFFONDOR !
La décision fut un soulagement pour le jeune garçon. Il rejoignit la table à laquelle il connaissait déjà deux personnes, et son intégration n’en serait que plus agréable, se disait-il. Les acclamations de ses nouveaux camarades de maisonnée lui firent chaud au cœur, et il se recroquevilla un peu, intimidé par tant de regards portés sur lui. Il devenait alors un représentant de Godric Gryffondor, et tâchera de faire de son mieux pour les représenter. Il continuait d’observer les enfants appelés pour la répartition, en attendant le passage de sa voisine de cabine, Aldrienne. Étonnamment, pour le jeune garçon en tout cas, elle fit répartie à Serpentard. Alors que sa façon d’être et timide n’aurait pas forcément laissé présager un tel choix du choixpeau magique, Neil ne put s’empêcher de discrètement applaudir pour féliciter sa camarade, même s’ils n’étaient pas dans la même maison. Ils enchaînèrent avec un banquet et la soirée était loin d’être terminée. Mais Neil profita de chaque instant et savoura ce jour de rentrée scolaire pour le moins atypique !

Mon code couleur : #A61C00

La rentrée des élèves de première année

Aldrienne commençait à succomber à la panique. Les élèves défilaient un à un et les applaudissements pleuvaient à chaque fois que l'un d'entre eux rejoignait une des quatre tables dédiées aux quatre maisons. Qu'allait il se passer quand son tour viendrait ? Quelle maison allait elle rejoindre ? Et si le Choixpeau ne la jugeait digne d'aucune maison et la renvoyait chez elle ? L'attente était insupportable ...

Les trois seuls élèves qu'elle avait rencontré dans le train avaient déjà été appelé et elle se retrouvait de nouveau seule ... Anastasia fut la première appelée et la frêle jeune fille fut envoyée à Gryffondor. Luna ne tarda pas à la rejoindre à la table rouge et or dans un tonnerre d'applaudissements. Même si elle ne connaissaient pas grand chose, les deux jeunes filles semblaient à leur place. Elles avaient toutes les deux été bienveillantes et ne semblaient pas manquer de courage ou d'aisance lorsqu'ils avaient fait connaissance pendant le voyage. Neil avait été plus distrait durant le voyage, mais il fut aussi réparti à Gryffondor lorsque son tour arriva, laissant Aldrienne seule parmis les derniers élèves à ne pas encore avoir été appelés. Si elle ne savait pas à quelle maison elle s'identifiait le plus ce matin en se levant, une part d'elle espérait être envoyée à Gryffondor avec les trois autres. 

Ils ne restait plus qu'une dizaine d'élèves à ne pas encore avoir été appelés lorsque son nom résonna finalement :

- ALDRIENNE WILDS !

La jeune fille lâcha la mèche avec laquelle elle était en train de jouer nerveusement dans un sursaut. Son cœur battait la chamade et sa gorge était soudainement sèche. C'est le souffle court et les genoux flageolants qu'elle s'avança sur l'estrade. Est-ce que les autres entendaient aussi le battement de son cœur résonner dans toute la pièce ? Lorsqu'elle prit finalement place sur le tabouret, elle faillit défaillir et du fermer les paupières pour ne pas s'évanouir.

- Huuuum... Voilà qui est intéressant. Oui, je vois, je vois ... Un grand cœur et de grandes capacités. 

Aldrienne serra un peu plus les paupières, entendant à peine les paroles du Choixpeau au dessus des battements trop rapides de son cœur et du sang qui battait nerveusement dans ses tympans. 

- Mhhmm, du courage. Un grand besoin de faire ses preuves aussi. Je sais quelle maison te mènera sur la route de la grandeur ... SERPENTARD !

Aldrienne rouvrit les yeux alors que les premiers applaudissements se faisaient entendre. Se relevant, c'est d'un pas plus léger qu'elle rejoignit la table de sa nouvelle maison. Elle n'était peut être pas en compagnie de ses nouveaux amis, mais au moins ses camarades l’accueillirent avec enthousiasme, ce qui était plus que tout ce qu'elle espéré, et elle ne put retenir un sourire alors qu'elle s'asseyait au près de ses pairs. Elle devait faire confiance à la décision du Choixpeau.

Wild but wise

La rentrée des élèves de première année

Cassiopée regardait depuis la fenêtre les adieux déchirants des familles pendant qu'elle s'était sauvée dans un compartiment dès le départ de ses parents, ne supportant pas le quai bondé. Elle s'assit sur la banquette de droite à côté de la fenêtre et sorti un livre dans lequel elle se plongea, sourde aux élèves qui rentrèrent dans le compartiment et qui commencèrent à discuter joyeusement.

Plus tard, un préfet vint frapper à la porte du compartiment pour faire passer l'information que le train arrivait à Poudlard. Elle enfila prestement son uniforme vierge et rangea son livre. Pour la fin du voyage elle essaya de commencer une discussion avec les autres nouveaux élèves du compartiment mais abandonna bien vite et finit le trajet en observant le paysage par la fenêtre du grand train rouge. Le train arriva à destination et elle suivit le groupe de premières années bruyants qui suivaient un géant qui braillait quelque chose comme :
« Les premières années, suivez-moi ! »
Finalement il s'avéra qu'il pleuvait des cordes et que malgré ça ils devaient passer un lac en barques. Cassiopée s'émerveilla de la vue magnifique qui s'offrit à elle. Son regard cherchait frénétiquement tout les petits détails qu'elle pouvait enregistrer pour pouvoir les redessiner plus tard. Une femme arriva et sécha tout le groupe d'un coup de baguette. Elle se présenta comme sous directrice de Poudlard et professeur de soin au créatures magiques et leur expliqua tout ce qu'ils avaient à savoir sur les maisons de Poudlard. Ils entrèrent dans une salle gigantesque et Cassiopée oublia totalement l’existence des autres élèves préférant regarder le magnifique ciel magique qui s'étendait au dessus de sa tête. On les amena devant un vieux chapeau étrange. La femme les fit s'arrêter et parla d'une voix forte.
« La Cérémonie de la Répartition va commencer. » 
Soudain le silence se fit et Cassiopée détourna son attention du ciel pour la porter sur l'étrange chapeau qui se mit à chanter.
Si vous m’trouvez un peu vieilli,  

Si vous m’trouvez détérioré, 

Sachez que mon ancienneté 

Est redevable à la magie. 

Ma naissance eut lieu ici-même, 

Il y a de cela fort bien longtemps, 

Par quatre sorciers très puissants 

Dont l’histoire suit dans ce poème. 

Il fut un temps où la magie 

Ne pouvait pas se pratiquer 

Sans se faire mener au bûcher 

Et condamner pour hérésie. 

Mais c’est alors que quatre héros 

Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs 

Ont choisi de prendre pour repère 

Les murs de cet antique château. 

Avec nombre de sortilèges, 

Ils ont pu faire de ce haut lieu 

Une école où le plus dangereux 

Serait de glisser sur la neige. 

Bien sûr vous connaissez leur noms : 

Godric, Salazar et Helga, 

Et n’oublions pas Rowena. 

Ce soir vous s’rez dans leurs maisons ! 

Gryffondor accueille les vaillants 

Dont le courage est sans mesure. 

Tous ceux qui ont soif d’aventures 

Rejoindront le Lion flamboyant. 

Ceux pour qui le savoir importe 

A Serdaigle seront bien lotis, 

Car si vous êtes quelqu’un d’esprit, 

L’Aigle vous ouvrira sa porte. 

Les dévoués et les tolérants 

Chez Poufsouffle se rendront sans doute 

Car ce que le Blaireau redoute 

C’est de perdre amis et parents. 

Chez Serpentard pourront rentrer 

Les malins et les ambitieux. 

Si vous n’avez pas froid aux yeux, 

Le Serpent vert sera parfait. 

N’ayez pas peur mes chers enfants 

Je ne vous ferai aucun mal. 

Je vais juste devant toute la salle 

Lire votre tempérament.


« Le Choixpeau Magique, déclara Isabel Almeida, la directrice adjointe de ce qu'elle avait comprit,en désignant la relique, se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal, ajouta-t-elle face aux regards inquiets de quelques enfants. » 
De nombreux élève passèrent sous cet étrange chapeau et après quelques instant son nom fut appelé
« Cassiopée Malory »
Elle sortit de la foule et alla s'aseoir sur le tabouret pendant que l'on déposait le mystérieux couvre chef sur sa tête.
Elle ne vit plus rien tandis que le choixpeau lui tombait sur les yeux.
Elle sursauta quand il se mit à parler et après quelques moments il hurla :
« Serpentard ! »
Une fanfare d'applaudissements vint d'une table vers laquelle elle se dirigea son blason se changeant dans les couleurs de sa nouvelle maison pour les sept années à venir.
Elle s'assit à l'écart des autres et continua de regarder la répartition d'un œil absent tandis qu'elle repensait à ce que lui avait dit l'objet enchanté.


Je ne suis pas professeur de français, dont il doit forcément y avoir des fautes. Par ailleurs, ceci est mon premier RP, soyez indulgents.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

La rentrée des élèves de première année

Après être descendu de la voie 9 3/4 et déchargés leurs bagages,les élèves se retrouvèrent sous la pluie laissant dans l'air une légère odeur de terre mouillé. Paul était surpris, il s'attendait à ce que le monde des sorciers soit épargné par la pluie au vu de la grande magie qui y circule, c'est exactement pour cela que Paul n'a apporté aucun imperméable. "Quel gâchis !",se dit-il,d'autant plus que c'est lui qui avait convaincu ses parents de ne rien lui apporter. Cette déception passé,il avait du mal à entendre les voix des autres élèves,même ceux qui étaient proches,tellement la pluie était forte mais il arrivait tout de même à percevoir une grosses voix: "Les premières années,c'est par ici !".

S'étant retrouvé au fond de la foule
, Paul ne voyait pas d'où venait la voix, donc il suivit la foule afin de savoir où aller. Ils arrivèrent ensuite face à un lac. La grosse voix, dont il arrivait maintenant a voir la silhouette de la personne la possédant,exclama:"C'est par ici, la suite. Et pas plus de six par barques !".
Ainsi, lorsqu'il ne restait plus que quelques barques, Paul monta dans une avec 5 autres élèves. Les élèves semblaient tout aussi perdu que lui et restèrent silencieux, leur nervosité se faisant ressentir. Paul, quand à lui, scrutait le lac,impatient de rentrer à l'intérieur de l'école. Puis, au bout de quelques dizaines de minutes,ils arrivèrent finalement à l'entrée du château. Paul,ainsi que les autres élèves, déboule à l'intérieur et est agréablement surpris par la beauté époustouflante du hall. Puis, à l'instar de la foule,il prit pied à l'intérieur de la salle.


Puis une voix, appartenant à la sous-directrice, retentit ramenant tout le monde au silence et prononçant ainsi le discours d'entrée à Poudlard que Paul s'efforça d'écouter quand bien même il était dans les nuages. Cependant, il devint soudainement plus alerte lorsque le discours se mit à parler de la répartition dans les maisons :

"Chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement, ajouta Isabel avec un ton plus dur. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »

"Une seconde maison", cela paraissait une bonne chose pour Paul qui n'avait pas encore l'occasion de faire connaissance avec d'autre élèves. Puis,la cérémonie enchaina avec le choixpeau magique et la foule entra dans la grande salle.

Paul fut immédiatement happé par un soudain émerveillement à l'égard de la salle. Celle-ci était très grande, bien plus grande qu'il n'aurait pu l'imaginait. A côté,la foule qui semblait auparavant si grande, semblait désormais si petite. Il avait la sensation qu'il se perdrait et ne retrouverai jamais son chemin si il s'éloigner, ne serait ce qu'un peu, des autres élèves. Paul pouvait même ressentir un léger écho se propageant au rythme du chahut provoqué par la foule de première années. Il y avait 4 longues tables dans la salle qui longeaient la salle accompagnés de bannières rouges, jaunes, bleus et vertes qui correspondaient aux quatre maisons présentes dans le château.

Une fois le silence revenu,le choixpeau prononça son discours qui se termine par des tonnerres d'applaudissements. Puis,le premier élève fut appelé et passa à l'épreuve du chapeau magique.
Paul se sentit nerveux, il n'avait certes pas de préférence particulière mais il avait peur de ne pas être à l'aise avec les membres de sa maison,ce qu'il ne supporterait pas trop. Mais il fut immédiatement interrompu dans ses pensées :

 "PAUL AARON !"

"Déjà ?",se disait t-il. Il était un des premier à passer,ce qui augmenta encore plus son angoisse, mais il prit son courage à deux mains et ,de depuis le fond de la salle, il marcha en direction du choixpeau.
Celui-ci,après que Paul ce soit assit,commença sa réflexion:
"Hmmm,interessant...je perçois du courage  et une grande soif d'aventure mais également la curiosité et du savoir...
...
...
SERDAIGLE !"

Paul fut surpris car ce n'est pas vraiment la maison où il pensait se retrouver,pensant plus se retrouver à Griffondor ou Serpentard. Donc il se demandait comment était cette maison ainsi que les caractères de ses résidents.
Finalement,Paul se leva et s'assit à la table des Serdaigle.

Comment aller de la salle commune des Serdaigle au lac rapidement ?
Avec un deltaplane, pardi !

La rentrée des élèves de première année

Le trajet dans le Poudlard Express était vraiment un mystère pour Kallie, elle s'y était installée après avoir quitté son père, la relation de Kallie et son père est très fusionnelle, il n'était pas une grande famille. Il n'était plus que tous les deux. 

Pendant le trajet Kallie s'assied dans un compartiment avec deux filles, elles commentèrent à discuter  et ne s'arrêtèrent pas jusqu'à ce qu'un préfet les avertissent dans le couloir. 

" - IL EST TEMPS DE METTRE VOS ROBES, NOUS ARRIVONS A POUDLARD
Kallie senti la curiosité, la peur, l'excitation montaient en elle.  

Elle arrivait a Poudlard ! 

Après avoir mis sa robe, débarrasser ses paquets de chocogrenouille dans le compartiment et finit de discuter avec ses nouvelles amies. Kallie s'engagea dans le couloir où elle suivi des élèves attendant l'arrêt du train pour descendre.

" - PAR ICI LES PREMIERES ANNEES, AVANCEZ S'IL VOUS PLAIT "

Elle suivit le groupe, avança sous cette pluie et regretta ne pas avoir pensé à un imperméable, elle allait arriver trempée pour son arrivée. Ils avancèrent et se placèrent dans des barques par six sur le lac qui longeaient l'école. Kallie suit le mouvement et monte dans une barque sans forcément prêté attention à ceux qui étaient avec elle, elle était bien trop occupée à faire autre chose..
Elle regarda Poudlard avec émerveillement, c'était encore mieux que dans ses rêves. La façade de l'école de magie était imposante et nous donnait le sentiment d'être en sécurité. 

"- ALLEZ, ALLEZ ON SE DEPECHE PLUS VITE VOUS IREZ MOINS VOUS NE SEREZ MOUILLÉS, LES PREMIERES ANNÉES PAR ICI "

Kallie pénétra dans le hall trempée par la pluie, elle savait ce qui allait se passer elle l'avait lu dans les livres, on allait lui poser sur sa tête le Choixpeau Magique qui déterminerait sa maison. 
Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle ou Serpentard. Kallie se demanda un court instant quelle serait la sienne, imaginant être chez les Poufsouffle comme son père l'était à son âge. Elle suivait toujours la file d'élèves occupant le centre de la grande salle.

Les yeux étaient rivés sur eux, Kallie attendit quelques minutes qui lui permit d'analyser la salle, elle était vraiment immense avec ses bougies qui flottaient. Le lieu est magnifique, encore plus beau et grand que dans ses rêves ! Elle fût rattrapée brusquement à la réalité quand  son nom est prononcé.  

"- Kallie Caballero "

Kallie avance hésitante, elle regardait autour d'elle vers les professeurs pour se rassurer et sentait en même temps le regard des élèves braqué sur elle. Le Choixpeau lui chanta l'habituelle chanson sur les différentes maison avant de dire : 

" - Mmmh je vois une fille courageuse, studieuse et discrète, Kallie Kallie j'hésite Gryffondor ou Poufsouffle.... mmmhhh ça sera POUFSOUFFLE !!!! "

Kallie sentit la pression en elle, ça y est elle été à Poudlard, elle avancea vers la table des Poufsouffle heureuse de découvrir sa nouvelle maison et de se faire des amies. Son sourire était immense, elle allait dans la même maison que son père et ça ne pouvait pas être plus parfait. 

E quest' è il fiore del partigiano
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Quest'è il fiore del partigiano
Morto per la libertà. -

La rentrée des élèves de première année

Líle essayait sincèrement de faire taire sa mauvaise volonté, vraiment. Mais depuis qu'elle avait mis les pieds à Poudlard, elle ne pouvait s'empêcher de grincer des dents ni de verrouiller son visage. Tous ces visages un peu trop impatients de faire des vols planés en balai ou d'exploser des trucs à coup de baguette magique, ça lui filait une trouille d'anthologie.
Elle aurait tout donné pour prendre la fuite et rentrer chez elle, retourner à son école et suivre une éducation cent pour cent moldue. Sans magie ni chute mortelle.
Mais non, pas de bol, elle était née sorcière, elle allait devoir faire avec.
N'empêche qu'elle aurait préféré attendre un peu, histoire qu'Orla finisse sa scolarité avant que Líle ne la commence.
Mais bon, on ne peut pas avoir tout ce qu'on souhaite. Et puis, elle était trop fière pour déguerpir la queue entre les jambes !
La fillette à l'expression presque neutre, mais quand même boudeuse, écouta d'une oreille les recommandations et explications de la sous-directrice.
Elle essayait d'écouter, sans y parvenir. Tout ça, ça coulait de source. Théoriquement parlant. Oui, parce qu'en pratique, avec des sorciers, tout risquait très vite de partir en sucette.
Enfin, Líle fit de son mieux pour masquer son mécontentement. Elle fixa un point devant elle, priant pour que cette répartition se finisse vite qu'elle puisse se rendre dans son dortoir, quel qu'il soit, poser ses valises et lire le manuel pour les cours de potions.
A cette idée, son esprit dériva dans le monde merveilleux de l'herboristerie, de la botanique, de l'alchimie et des fioles fumantes.
"Líle Nolan !" beugla une voix.

L'intéressée sursauta tout en étouffant dans un borborygme un coloré juron gaélique, son regard gris argent s'assombrit pour du gris orage d'Irlande. Elle fendit la foule, heureusement qu'elle était un peu plus grande et plus légère que la moyenne, parce qu'elle parvint sans trop de casse jusqu'à ce maudit choixpeau magique malheureux, malséant, malfaisant, maudit !

La fillette rousse s'assit lourdement sur le fauteuil et croisa les bras sans plus rien retenir ou cacher de sa mauvaise humeur sur son visage pâle.

"Tout ce que tu veux, je m'en fiche," fit-elle savoir dans un marmonnement au choixpeau.

Tant qu'il ne lui dévore pas la tête, tout lui allait. Qu'est-ce que cet engin pouvait bien manger ?

"Hum... oui... Quel tempérament ! murmura le choixpeau sur sa tête. Trop solitaire pour une Gryffondor... La soif de connaissance d'une Serdaigle, mais pas la patience ou le bon vivant d'une Poufsouffle malgré un sens de la justice... Beaucoup de grandeur d'âme... Maligne... Ah, quelle fierté ! Provocatrice également... Tu aimes défier l'autorité selon tes propres règles, dis-moi..."

Fallait bien quelqu'un pour dire quand tout partait en sucette ! songea-t-elle. On donnait le beau rôle aux Gryffondor pour régler les problèmes, mérité, c'est vrai, mais fallait bien un agitateur pour les faire connaître, ces problèmes. Qu'était Arthur sans Merlin pour donner un coup de pied dans la fourmilière ?

Et puis, à son tour, il brailla comme s'il avait mangé les pensées de Líle en même temps que son scalp :

"Serpentard !"

Aussitôt dit, Líle se leva, retira le chapeau, le reposa sur le siège, et fila rejoindre sa Maison, qu'elle regarda d'un sale oeil. Malheur pour eux qu'elle était là, z'avaient intérêt à bien se tenir plutôt qu'à jouer les bêtes et méchants de série B ! Elle en avait entendu de belles sur Serpentard, et le premier qui  tenterait de l'intimider allait voir de quel bois elle se chauffe. Et à l'ancienne, sans magie !

Et puis, Líle décida de se montrer optimiste. Parce que ça marchait mieux que la marche forcée.

Orla allait peut-être dire à ses copines qu'elle n'avait pas de sœur : elle était Gryffondor, CQETBETDEM.

Cette pensée arracha un gros sourire enchanté à la fillette.

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

La rentrée des élèves de première année

Par une soirée pluvieuse Laurent sorti du train à la gare de Pré-au-lard pour sa première année à Poudlard. A peine sorti il se retrouve face un un géant barbu qui le bouscule le faisant tomber au sol. Le géant lui tend la main et l'aide à se relevé puis lui dit :
-"Bonjour et désolé pour la bousculade, je m’appel Hagrid".
-"Heu ... bon bonjour", balbutia Laurent dans la surprise de cet homme si grand le relevant comme une plume.
Puis d'une grosse voix Hagrid S'écria -" par ici les première année ne soyez pas timide".

Après avoir réuni toute la troupe Hagrid guida les élève au lac ou des barques les attendait pour les amener au château. Une fois le lac traversé et les élèves amené das une petite salle ou les attendait la sous-directrice Almeida.
-"Bonjour les enfants et merci Hagrid", dit La sou-directrice.
Hagrid Salua de la main et parti de la salle.

La sou-directrice dit
- "les enfants dans quelque minutes vous aller entrer dans la grande salle ou le choixpeau magique va vous répartir dans les différentes maisons de Poudlard qui ont pour Nom Gryffondor, Poufsouffle, serdaigle et Serpentard".

Une fois le moment venu tous les élèves de premières année furent appelé les un après les autres dans la grande salle.

Puis un nom retentit -"Laurent Zufferey".

Avec une boule au ventre il se rendit dans la grande salle ou tous les regards furent sur lui. Avec beaucoup de difficulté il se rendit vers le choixpeau magique qui fut placé sur sa tête et...

"GRYFFONDOR", s'écria le choixpeau.

Laurent rejoignit la table des Gryffondors sous les applaudissement de ses derniers.

Zuff

La rentrée des élèves de première année

Judith n'a pas parlé du trajet. Elle était anxieuse à l'idée de se retrouver devant toute une foule d'élèves et de professeurs la fixant. Elle se serait bien passée de cette cérémonie de répartition. D'une nature réservée elle n'osa pas demander comment cette cérémonie se passait. Elle eut un vague écho d'une discussion dans le couloir du Poudlard Express, même si celui ci sonnait faux : 

" - ... Il parait qu'on se bat contre un troll et que l'on fait toute sorte de sortilèges pendant la cérémonie de répartition ! Et ensuite la directrice décide où l'on va ! ... "

La mère de Judith ayant fait ses études à Beauxbâtons comme tous ses ancêtres et son père étant moldu, Judith n'avait aucune idée de quelle maison pourrait le plus lui convenir.

Elle se trouvait devant de grandes portes avec tous les premières années. Ils attendaient le retour de la sous-directrice pour enfin commencer la cérémonie. Enfin celle-ci arriva :

" - Suivez-moi jeunes gens."

Les portes s'ouvrirent et Judith fût frappée par la beauté de la Grande Salle. Le plafond était plein d'étoiles.

" - C'est magnifique. " murmura Judith pour elle-même.

Après un discours d’accueil de la directrice à moitié écouté par Judith à cause de son anxiété et de son impatience, la sous-directrice commença à appeler les jeunes sorciers. La cérémonie consistait simplement à poser un chapeau, le Choixpeau, sur la tête de l'élève et celui-ci le répartissait dans les 4 maisons. C'est moins pire que ce que Judith imaginait, elle se sentit plus à l'aise.

" - Judith Mason. "

L'appel de son nom l'a fit légèrement sursauté, la sortant d'une rêverie. Judith s'approcha d'un pas décidé jusqu'au tabouret, s'assit, et enfin la sous-directrice posa le Choixpeau sur sa tête. Celui-ci s'exclama haut et fort en à peine moins d'une seconde :

" - GRYFFONDOR !! 

Judith accourra jusqu'à la table qui l'acclamait en considérant que c'était la table des Gryffondors. 

La rentrée des élèves de première année

Pendant le trajet en train, Ennis avait lu un roman. Entièrement... Son frère qui était passée la voir quelques minutes en avait rit quand il avait vu qu'elle n'avait plus que quelques pages à lire du gros volume.

"Alors sœurette, ça va?"

Elle lui sourit en réponse et ajouta: "Et toi? Un problème?"

"Non, non, on ne va pas tarder, pense à te changer", ajouta-t-il en constatant qu'elle portait toujours sa tenue de ville. Il fila ensuite à l'appel de son nom. Un ami sans doute. Souriante et profitant d'être seule dans le compartiment, les autres n'avaient pas dû la trouver attrayante plongée dans sa lecture, elle se changea puis retourna à son ouvrage quelques temps.

[...]

Sur le quai, Elle suivit le semi-géant qui les appelait avec force de cris et monta dans une barque avec trois autres jeunes. Deux garçons et une fille. La vue sur le parc et le château était magnifique et supplantait totalement les remous un peu étranges de l'eau.

[...]

Ennis traversa la grande salle entre les tables de Poufsouffle et de Serdaigle. Son frère lui fit un clin d'oeil en lui mimant dea-ádh - bonne chance en irlandais. Elle qui était un peu stressée retrouva le sourire.
Elle écouta d'une oreille distraite la Sous-Directrice tout comme la chanson du Choixpeau. Elle pensait rejoindre la maison des aigles comme ses frères avant elle. Cela lui semblait si logique.

Ennis O'Belt

La jeune fille déglutit, s'avança et prit place sur le tabouret. Le Choixpeau lui couvrit alors les yeux et elle ne vit plus rien. La vois de la relique retentit dans sa tête: Oh! Intéressant! Du sérieux, de la vivacité d'esprit... Loyale... Mais par dessus tout, intrépide... Ca sera GRYFFONDOR termina-t-il en criant.

Gryffondor?! pensa-t-elle, comment ça Gryffondor?

Ayant retrouvé la visibilité des lieux, Ennis se leva et se dirigea vers la table de sa maison encore étourdie par la nouvelle. Ses parents n'allaient pas en revenir, Diarmuid non plus. En s'asseyant, elle chercha Domhall du regard qui lui fit un énorme sourire en levant un pouce en l'air. Soulagée, elle se présenta aux autres avant d'acouter la fin de la Répartition.

Ennis O'Belt - 2ème année RP
Jo' family - color=#741B47

La rentrée des élèves de première année

Moon eut du mal à dire au revoir à ses parents avant de rentrer dans le train.  Elle se posait beaucoup de questions sur Poudlard. En particulier après leur arrivé en Angleterre lorsque sa mère lui ait annoncé qu'elle irait faire ses études de magie dans cette école. La jeune fille avait déjà eu beaucoup de mal à quitter la Corée quelques mois auparavant, ses amies coréennes lui manquaient et elle avait peur que la différence de culture entre elle et ses futurs camarades, soit trop grande pour pouvoir s'en faire de nouveaux. Alors elle resta là, devant la porte du wagon.

"Tout va bien ma puce ?" demanda son père.

"Je..."

Sa mère s'agenouilla près d'elle et la rassura en coréen.
" Tout ira bien,  je suis sûre que tu rendras tes grands-parents fiers de là où ils sont. Et n'oublie pas tout ce que je t'ai appris."

Ils n'en fut pas plus à la jeune fille pour lui redonner toute sa motivation. Elle acquiesça avec un sourire déterminé et enlaça ses parents, puis monta sa grosse valise, aidée par son père, dans le train. Tout en traînant ce lourd fardeau, elle avança dans le couloir du train à la recherche d'une place libre. Il n'y avait pas encore beaucoup de monde dans la machine et ne tarda pas à trouver une cabine vide. Elle glissa sa valise sous la banquette et se précipita vers la fenêtre à la recherche de ses parents. Ils la rassurèrent encore jusqu'au départ du train.

D'autres élèves avaient prit place dans la cabine peu avant le départ. Sa timidité de retour, Moon sortit un livre et cacha son visage derrière celui-ci.
Le trajet fut bien avancé lorsqu'une des élèves présent dans la cabine commença à discuter avec la jeune fille, en effet le livre qu'elle lisait était un roman coréen et les étranges écritures géométrique qu'étaient le Hangeul les avaient rendu curieux. Et c'est ainsi qu'ils engagèrent la conversation jusqu'à la fin du trajet et tous les doutes que Moon avaient s'étaient enfin dissipés.
 
Peu avant l'arrivée du train elle mit sa robe de sorcier. Les élèves furent tous accueillit sur le quai par un homme barbu très grand. Probablement un demi-géant, songea la jeune fille. Il les conduisit vers un immense lac où ils furent tous invité à monter dans des barques. La nuit était enfin tombée et la vue du château illuminé au loin vers la rive opposée était magnifique. Moon ne quitta pas la bâtisse des yeux tout au long de la traversée du lac.

Lorsque les nouveaux élèves entrèrent dans le bâtiment, la directrice adjointe les attendais. Elle leur expliqua brièvement que l'école était partagé entre quatre maisons, et qu'ils seraient tous répartis ce soir avant le repas dans la Grande Salle. La jeune coréenne pria instinctivement pour ses compagnons de cabine soient dans la même maison qu'elle, peu importe laquelle !

Les premières années suivirent la directrice adjointe dans la Grande Salle, une immense pièce éclairée par des centaines, ou peut-être des milliers, de chandelles qui flottaient dans les airs. Ils passèrent au milieu des autres élèves déjà tous attablés qui attendaient avec impatience de savoir qui serait leur nouveaux camarades.

Le groupe s’arrêta au niveau de la table des professeur qui dominait la pièce devant un tabouret, sur lequel était posé un vieux chapeau.  Après quelques secondes de silence total, il s'anima et se mit à chanter d'une voix rocailleuse :


Si vous m’trouvez un peu vieilli, 

Si vous m’trouvez détérioré,

Sachez que mon ancienneté

Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,

Il y a de cela fort bien longtemps,

Par quatre sorciers très puissants

Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie

Ne pouvait pas se pratiquer

Sans se faire mener au bûcher

Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros

Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs

Ont choisi de prendre pour repère

Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,

Ils ont pu faire de ce haut lieu

Une école où le plus dangereux

Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :

Godric, Salazar et Helga,

Et n’oublions pas Rowena.

Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants

Dont le courage est sans mesure.

Tous ceux qui ont soif d’aventures

Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe

A Serdaigle seront bien lotis,

Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,

L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants

Chez Poufsouffle se rendront sans doute

Car ce que le Blaireau redoute

C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer

Les malins et les ambitieux.

Si vous n’avez pas froid aux yeux,

Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants

Je ne vous ferai aucun mal.

Je vais juste devant toute la salle

Lire votre tempérament.



Après plusieurs minutes applaudissement la directrice adjointe s'installa à côté du tabouret, sortit un rouleau de parchemin qu'elle déroula d'une main experte et prit le chapeau dans l'autre.

"Lorsque je vous appellerai, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret puis placerai le Choixpeau sur votre tête puis vous il dira quelle maison sera la votre pour tout le long de votre scolarité."

C'est alors qu'elle commença à dire les noms qui figuraient sur sa liste, un par un. Les minutes passèrent tandis que Moon attendait, de plus en plus stressé à l'idée d'être jaugée par ce Choixpeau et ce, devant toute l'école. Elle baissa la tête, ferma les yeux tandis que la liste arrivait aux nom en 'S', ce serait bientôt son tour. Elle releva la tête, le nombre d'élève avait sensiblement diminué.

"Spencer Moon !"

La directrice adjointe venait enfin de prononcer son nom. Elle s'avança timidement sous le regard autoritaire mais encouragent de la directrice adjointe. Elle jeta un bref coup d’œil à ses futurs professeurs et croisa le regard de la directrice. Elle se retourna avant de s’asseoir sur le petit tabouret.

"Ohh, je vois beaucoup de connaissance en magie pour ton jeune âge ! Hmm, je vois, tu viens de loin. Dans cas tu iras à Serdaigle !"

Après un bref moment d'arrêt, la désormais élève de Serdaigle se dirigea vers la table des élèves qui criait et applaudissait. Elle finit sa course en courant en reconnaissant une des élèves avec qui elle s'était lié d'amitié dans le train.
  Retour