Grande salle

Inscription
Connexion

La rentrée des élèves de première année

Lorsque j'avais quitté Londres et mes parents en montant à bord du Poudlard Express qui me conduirait dans ma future école, le temps à l'extérieur était gris, maussade. Il ne pleuvait pas, mais le ciel était couvert, empli de gros nuages attendant le bon moment pour déverser une pluie qui pouvait potentiellement s'annoncer torrentielle au regard de la couleur sombre du ciel. La journée n'était même pas à son milieu, mais l'on aurait pu croire que la nuit était proche de prendre sa place. Au fil du trajet, les choses ne s'étaient pas franchement améliorées. Rapidement, de grosses gouttes de pluie étaient venues s'écraser sur les vitres du train, rompant alors le silence ambiant et le calme qui régnait à bord de ce moyen de transport que je n'avais pas vraiment l'habitude d'utiliser. Lorsque je voyageais en compagnie de mes parents, généralement nous montions en voiture si la destination était proche, et dans le cas contraire on s'installait à bord d'un avion. Mais le train non. De ce que j'avais pu entendre lors de bribes de conversations passant à ma portée, c'était beaucoup trop long pour que l'on se rabaisse à cela. Mais aujourd'hui, je n'avais pas le choix. J'avais un billet de train et je devais donc l'emprunter si je souhaitais trouver le chemin de ma demeure pour l'année à venir.

J'avais espéré que les choses changeraient une fois que le train aurait atteint son terminus, mais visiblement ma prière muette n'avait pas été attendue et s'était perdue dans les tréfonds de l'existence. Ou peut-être que celui qui l'avait réceptionné n'en avait rien eu à faire de mes demandes et s'en était rapidement débarrassé. Dans tous les cas, cela revenait au même. J'étais à peine descendu du train que je me retrouvais déjà à être trempé de la tête aux pieds. Génial. Ça commençait bien. Ce n'était pas comme cela que j'allais parvenir à faire bonne impression. Avec mes vêtements emplis d'eau, je faisais encore plus maigre que d'habitude. Les trucs moulants, ce n'est vraiment pas pour moi, je ne possède pas la carrure qui convient. Et avec ma chevelure qui dégoulinait en partit dans mes yeux, ce n'était pas mieux. J'aurais pu être un sans-abri traînant dans les rues de Londres que l'effet aurait été le même. Je faisais peine à voir. Et pourtant, je n'étais toujours pas arrivé au sein de l'école. D'après les informations qu'un géant à la barbe hirsute venait de nous transmettre, on n'était pas encore au bout de nos peines puisque l'on allait devoir traverser le lac qui s'étendait à perte de vue à bord de petites barques. En pleine nuit. Tout cela n'avait rien de très rassurant. Et encore moins de très réjouissants. Je me demandais si des élèves étaient déjà tombés à l'eau et si leur absence avait été remarquée avant que leur décès ne doive être déclaré. Je ne savais pas pour les autres, mais personnellement je ne me sentais pas très bien. Je me demandais si j'avais réellement ma place ici. J'avais encore quelques difficultés à croire au fait que je sois un sorcier. J'attendais encore le moment où l'on me dirait de faire demi-tour et de rentrer chez moi. En réalité, j'aurais préféré que l'on me l'annonce le plus rapidement possible. Je ne tenais pas tellement à traverser tout cela si c'était pour me faire accompagner au train juste derrière. Ce serait ridicule.

– En route les enfants ! Tous dans les barques par groupe de quatre. Et évitez autant que possible de laisser dépasser vos membres, on ne sait jamais ce qu'il peut se passer.

Pour être effrayant, ça l'était. Déjà qu'il était grand et possédait une voix particulièrement grave, presque gutturale en réalité, il ne l'utilisait même pas pour nous rassurer. Bien au contraire. C'était donc tout flageolant que j'étais monté à bord d'une barque en compagnie de deux jeunes filles et d'un autre garçon. C'était déjà ça. Au moins je n'aurais pas à assurer notre protection en cas de problème. Je pouvais donc tranquillement revenir à ma peur qui me faisait trembler comme une feuille. Au moins, la pluie et le froid ambiant rendaient plus difficilement identifiable la peur que je ressentais. Ce qui me protégeait un petit peu du ridicule qui ne tarderait pas à me tomber sur les épaules. Je lui faisais confiance pour ne pas me rater. Cela s'était toujours déroulé de cette manière. Dès que j'arrivais quelque part, il m'arrivait toujours quelque chose qui finissait par pousser mes camarades à se moquer de moi puis à m'exclure de toutes les activités. J'espérais que les choses seraient différentes ici, mais j'avais un peu de difficulté à croire que cela soit possible. Après un tournant, la vue du château de Poudlard s'était alors offerte à mon regard. Toutes mes pensées négatives s'étaient alors envolées alors que je me trouvais subjugué par la magnificence de ce que je voyais. C'était tout simplement incroyable. J'en oubliais ma peur et mes réflexions. Je ne savais pas exactement à quoi ma tête ressemblait, mais je devais être relativement proche des personnages de dessins animés lorsqu'ils ont de gros yeux et la mâchoire inférieure qui touche le sol. Ou au moins quelques chose de ressemblant en prenant en compte mes caractéristiques physiques d'être humain dont les membres ne sont pas élastiques à ce point.

– Suivez moi, et tentez de ne pas vous perdre. J'aimerais bien ne pas avoir de pertes à mon compteur pour une fois.

Le géant avait à peine terminé sa phrase qu'un éclat de rire sonore et particulièrement effrayant à mon goût sortait de sa gorge. Des pertes ? Il avait réellement déjà perdu de nouveaux élèves ? Je n'en savais rien. La seule chose dont j'étais certain, c'était que je ne désirais vraiment pas devenir le prochain. Sans dire un mot, je m'étais donc dépêché de sortir à mon tour de la barque à bord de laquelle j'avais pris place afin de rejoindre le petit groupe de première année qui commençait déjà à gravir le petit chemin menant au château. Tentant de faire attention aux endroits où je mettais les pieds afin de ne pas m'étaler de tout mon long dans le noir, je conservais mon regard fixé sur mes pieds et ce qui les entourait. Si bien que je n'avais pas remarqué que le petit groupe s'était subitement arrêté. Alors forcément j'ai percuté un jeune garçon aux cheveux blond, coupé court, qui se trouvait juste devant moi. Il s'était aussitôt retourné en me jetant un regard noir. C'était bien ma veine. Je me faisais déjà remarquer.

– Euh... Ex...excu...excuse...moi...

Et en plus de ça, je bredouillais. Ridicule Aaron. Absolument ridicule. Et dire que j'espérais que les choses changeraient ici. Mais encore une fois, je prouvais que dans la vie l'intelligence ne faisait pas tout. Même si en complément du reste, elle apportait de bonnes choses. Mais ce fameux reste, il semblait encore absent de ma petite personne. Au moins, je savais ce que je devais développer au cours des mois et années à venir, même si je n'avais aucune idée de comment m'y prendre.

En l'espace de quelques instants, le géant avait laissé sa place pour nous confier à la bonne garde d'une sorcière. D'apparence, je la trouvais bien moins effrayante. Et puis elle avait commencé par nous faire sécher à l'aide d'un simple sort. Alors je me disais que ça devait forcément être une bonne personne. Elle s'était présentée comme étant la sous-directrice de Poudlard et l'enseignante des Soins aux Créatures Magiques. Sur le coup, j'avais eu un bug. Cela signifiait donc qu'il existait également des animaux possédant des pouvoirs magiques dans ce monde ? Je n'en revenais pas. J'avais encore tellement de choses à lire et à découvrir. J'avais hâte. Avant le début des cours, j'aurais quelques jours pour m'habituer au château. Mais je savais déjà ce que j'allais en faire. Je comptais premièrement me familiariser avec la bibliothèque. Je ne savais pas pourquoi, mais j'étais presque certain que ce lieu deviendrait rapidement l'un de mes favoris. En même temps, dès lors qu'il y avait des livres, je me sentais à ma place, dans mon environnement, dans mon petit cocon. Même si cela ne ressemblait sans doute pas à celle que j'avais à la maison, je ne doutais pas que je trouverais de quoi m'extasier. Après quelques explications sur le déroulement de la répartition dans les différentes maisons, elle nous avait alors demandé de la suivre à l'extérieur de la petite salle.

J'avais lu des tonnes de choses sur le sujet, mais cela ne m'avait pourtant pas préparé suffisamment pour que je ne me retrouve pas en extase devant le fameux plafond magique qui recouvrait la salle. C'était splendide. Tout comme l'éclairage à base de bougies voletant dans l'espace aérien. Je n'en revenais pas. Mais ce n'était pas le moment. Pour le moment, je devais suivre le reste du groupe qui avançait le long de la Grande Allée centrale. Je me sentais intimidé. J'avais la sensation des regards braqués sur moi et je commençais à paniquer. Je n'aimais pas ça. J'ai toujours eu horreur d'être le centre de l'attention. Et voilà que l'on me l'imposait alors que je venais tout juste de mettre les pieds dans ce château. L'horreur. Et un chapeau qui parle ? Vraiment ? Enfin non, il chante plutôt. Avec ses coutures qui se soulèvent, c'est vraiment bizarre à voir. Je me demandais comment il avait pu être transformé de la sorte, et si cela faisait réellement aussi longtemps que cela qu'il existait. Je ne comprenais réellement rien à ce monde. Tout ce que j'aurais jugé être totalement impossible se trouvait être réalité ici. Mais je ne voulais pas le poser sur ma tête. Il était vieux et sans doute plein de poussière. J'avais déjà pris une douche avec la pluie, je n'avais vraiment pas envie de recommencer. Surtout que je ne savais même pas s'ils avaient l'eau chaude dans cette école. Rien que d'imaginer devoir prendre une douche froide, j'en avais des frissons.

– Chattox, William

Mince. J'avais déjà raté une bonne partie de la répartition moi. À me perdre dans mes pensées, j'allais finir par rater mon tour et être totalement ridicule devant l'ensemble des élèves de cette école. Pendant que le garçon rejoignait la table des Serdaigle, à laquelle il avait été envoyé, je tentais de reprendre le fil de toute cette histoire afin de bien comprendre le fonctionnement de cette répartition. S'écarter du groupe lorsque notre nom est appelé. Se diriger vers le tabouret. S'asseoir. Attendre que l'on pose le choixpeau magique sur notre tête. Attendre sa décision. Rejoindre la table de sa nouvelle maison. Je pouvais le faire. C'était possible. Je me demandais seulement s'il était possible qu'il ne trouve pas de place pour moi. Et dans ce cas-là, je me demandais ce qu'il se passerait. Serais-je obligé de traverser le lac à la nage pour rejoindre la gare ? Existait-il un chemin le long duquel je pourrais marcher ? Je n'en savais absolument rien.

– Faust, Aaron

Non. Non. Non. Pas maintenant. C'est trop tôt. Je n'ai pas encore eu le temps d'envisager toutes les possibilités. Je ne voulais pas y aller maintenant. Mais en même temps, si je n'avançais pas, ils allaient sans doute commencer à me chercher, non ? Et à ce moment-là, j'aurais encore moins le choix. Et en prime, je pouvais être certain que tous les regards seraient tournés dans ma direction. Ce que je ne voulais absolument pas. Je n'avais donc pas d'autres options. À contrecœur, et en tentant de rassembler tout le courage que je pouvais avoir d'enfouie à l'intérieur de mon corps, autant le dire tout de suite : pas beaucoup, j'avais commencé à faire un pas. Puis un autre. Et un troisième. Je me rapprochais du tabouret. Encore quelques mètres et je serais suffisamment proche pour m'asseoir dessus. Mes jambes commençaient à trembler. Je les sentais prêtes à me lâcher d'un moment à un autre. Mais ce n'était pas possible. Elles ne pouvaient pas m'abandonner maintenant. Je devais serrer les dents et continuer. Mon objectif était proche. Oui. J'y étais. Je me suis tout simplement laissé tombé sur le tabouret, attendant de sentir le chapeau rapiécé se poser sur ma tête. Je savais qu'il parlait, pourtant lorsque je l'ai entendu commencer à murmurer au-dessus de moi, j'ai sursauté. Un mouvement de surprise que je n'étais pas parvenu à contrôler. J'espérais qu'il n'avait pas été remarqué.

– Hum... Intéressant. Je vois des choses en toi. Tu es le premier de ta lignée à faire ton entrée parmi nous. Je vois une avidité de faire tes preuves... Mais... Hum... Je vois...Il y a cela également... Et je vois un intérêt certain pour la recherche de la connaissance... Hum... Et bien dans ce cas....

– SERDAIGLE !

Je m'étais demandé comment j'allais bien faire pour trouver la bonne table sans me tromper, mais au regard des applaudissements et des sifflements, il n'y avait pas le moindre doute. Je sentais le rouge me monter aux joues pendant que je m'avançais vers la table de ma nouvelle maison. Je n'en revenais pas. J'avais été envoyé quelque part. Mais être le centre de l'attention comme cela, c'était une corvée. Je tentais de me cacher derrière mes cheveux, mais ce n'était pas bien efficace. Lorsque je me suis installé à une place libre, j'étais encore tout tremblant et mes joues étaient en feu. L'horreur. La honte. C'était la totale. Et il n'y avait rien pour me sauver.

– Bon.. Bonjour

Et je continuais... Dire bonjour alors qu'il fait nuit à l'extérieur... Bien jouer Aaron. Je me détestais déjà. Mais avec un peu de chance, personne ne m'avait entendu. J'allais compter là-dessus. Avec tout le brouhaha, c'était une possibilité à ne pas négliger.

La rentrée des élèves de première année

"Si vous m’trouvez un peu vieilli, 
Si vous m’trouvez détérioré, 
Sachez que mon ancienneté 
Est redevable à la magie." 


Ce n'est que lorsque le Choixpeau entonna son hymne que Malia sortit enfin de sa torpeur.
Son dernier souvenir remontait à l'étreinte bien trop longue de sa mère sur le quai de la voie 9 3/4, rendre son sourire à son père lorsque celui-ci lui ébouriffa les cheveux pour la 3ème fois. Regarder sa grand-mère. Plonger son regard dans le sien afin d'y trouver tout le courage dont elle avait besoin. Sa Mamidou et sa soeur Effy, complices de toujours et à jamais. Celles avec qui elle avait parlé de Poudlard tous les jours du matin au soir depuis la réception de sa lettre d'admission. Celle qui lui avait raconté dés que Malia fut en âge de comprendre, toutes les aventures qu'elle y avait vécu. Les promesses de lettres hebdomadaires avec sa soeur. Malia avait pris une grande inspiration avant de monter dans le train, digne et sans laisser paraître la moindre angoisse.

"Bien sûr vous connaissez leur noms : 
Godric, Salazar et Helga, 
Et n’oublions pas Rowena. 
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !"


Malia balayait la Grande Salle de ses yeux noisettes. C'était quoi cette boule dans son ventre? Elle qui n'avait pas peur de sauter de la grande cascade d'Hardraw, se pourrait-il qu'aujourd'hui, elle tremble devant le Choixpeau? Malia se renfrogna. A côté d'elle, les autres enfants semblaient tout aussi inquiets. Elle enfonça un peu plus ses mains dans les poches et décida que peu importe la maison dans laquelle le Choixpeau l'enverrait ce soir, elle y serait heureuse et y passerait les meilleures années de sa vie. Elle rentrerait à chaque vacances scolaires fière de porter les couleurs et les valeurs de sa maison, trop fière pour admettre qu'elle n'était pas satisfaite.

"N’ayez pas peur mes chers enfants 
Je ne vous ferai aucun mal. 
Je vais juste devant toute la salle 
Lire votre tempérament."


- "Malia Brown!" cria une voix.

Malia s'approcha, rassemblant tout son courage et sa dignité pour monter les quelques marches qui la séparait du Choixpeau.

-"Hummm ... Je vois ... Courageuse ... Loyale ... Intéressant. Tu es aussi impulsive... et fière. La patience ne semble pas être ton fort. Poufsouffle n'est peut-être pas la maison idéale."

Malia n'écoutait plus le Choixpeau. Elle serrait les dents si fort qu'elle aurait pu se les casser. Elle ne cessait de se rassurer et de se répéter les paroles apaisantes de sa grand-mère, la maison dans laquelle elle se retrouverait n'avait aucune importance.

- "POUFSOUFFLE!" hurla le Choixpeau.

Des cris et des applaudissements s'élevèrent et firent gronder le sol. Malia n'en revenait pas. Elle se leva et s'approcha de la table de sa nouvelle maison avec la démarche d'une poupée articulée. Des sourires, des mains tendues, des tapes dans le dos et surtout des yeux rieurs l'accueillaient comme jamais elle aurait cru.

Malia s'assit et avec toute la mauvaise foi dont elle savait faire preuve dit:

- "Je savais que je serai envoyée dans cette maison."

La maison de sa grand-mère.
Dernière modification par Malia Brown le 31 août 2018, 15 h 44, modifié 3 fois.

Trois choses ne peuvent se cacher éternellement. Le soleil, la lune, la vérité.

La rentrée des élèves de première année

Silas attendait ce moment depuis plus d'un an. Cela faisait exactement 525 jours qu'il connaissait l'existence de ses pouvoirs et de Poudlard, et autant de jours qu'il attendait de rejoindre l'école. Durant l'après-midi, à bord du Poudlard Express, il n'avait pas fait grand chose. Il n'avait même pas encore essayer de se faire des amis. Il avait scruté le paysage, impatient d'arriver. Il n'avait rien mangé non plus, et il n'en ressentait toujours pas le besoin. L'excitation le tenait par les tripes.

Lorsque le train s'arrêta à la gare, le soir était déjà tombé depuis un bout de temps. Silas fut le premier sur le quai, et il s'empressa de suivre le géant nommé Hagrid qui se chargeait de conduire tout les premières années lorsque celui-ci les appela. Ils allaient tous traverser le lac du parc via des barques, afin de rejoindre le château. Le jeune Adrak faillit tomber à l'eau à maintes reprises tant il était impatient.

Arrivé à Poudlard, quelqu'un expliqua comment la répartition dans les maisons allait se dérouler. Silas ne saurait se rappeler qui avait fourni toutes les explications, car bien qu'il ait tout écouté, des dizaines de questions se pressaient dans son cerveau et lui embrouillaient l'esprit.

Les nouveaux élèves furent ensuite invités à rentrer dans la Grande Salle, où tout les plus vieux attendaient. Ils s'entassèrent au fond, près d'un tabouret où trônait un vieux chapeau miteux.
Ils n'eurent pas à attendre très longtemps avant d'entendre le chapeau.


"Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament."


Lorsque les derniers applaudissement qui avaient suivi le texte du Choixpeau se turent, la cérémonie repris.
Un professeur situé près du Choixpeau se saisit d'une liste de nom, se racla la gorge et dit :
"- Adrak, Silas !"
Silas dégluti. Il n'avait pas pensé qu'il serait le premier à poser le chapeau magique sur sa tête.
Il se dirigea vers le tabouret, vit le professeur soulever le Choixpeau, et tout en s'installant, le sentit sur sa tête.


"- Oh oh ! En voilà un qui ne sait pas ce qu'il veut ! Un garçon pour le moins téméraire, qui n'a pas peur de se mettre en danger pour réussir... Qui aspire à de grandes choses... Et il fait preuve de perspicacité en plus... Dis-moi mon grand, quelle maison voudrait tu-rejoindre ?"
Silas crut s'étouffer ! Lui qui pensait que le Choixpeau choisirait sa maison à sa place ! Il avait l'impression de tomber dans le vide.
"- Qu... Qu.. Quoi ? Vous ne choisissez pas pour moi ? J'étais pourtant convaincu que je n'aurais rien à faire..."
"- Habituellement, oui, je choisis. Mais tu me sembles assez malin pour prendre cette décision toi-même."
Pendant que Silas et le Choixpeau tentaient de se mettre d'accord, toute l'assemblée fixait avec attention l'estrade, le temps s'écoulant étant bien plus long que la normal. Il était très rare de voir un chapeauflou, aussi aucun des élèves ne voulait rater une miette de ce moment.

"- C'est pas tout mon p'tit, mais il faudrait quand même que j'ai le temps de faire les autres élèves avant demain."
Se rendant compte que Silas ne dirait plus rien, trop sonné par la frayeur qu'il lui avait faites, le Choixpeau s'écria alors : "Va pour... GRYFFONDOR !"
Dernière modification par Silas Adrak le 31 août 2018, 14 h 48, modifié 1 fois.

Dans la vie il y a 2 types de personnes : Ceux qui finissent leur signature,

La rentrée des élèves de première année

Les quatre immenses tables étaient désormais silencieuses , un professeur dont Jenny n'avait pas retenu attendait...quelque chose sans doute. Elle angoissais a l'idée de s'asseoir devant tout ce monde. De plus elle n'avait absolument pas compris le fonctionnement des maisons, un chapeau devait lui dire ou elle allait ? C'était a ces yeux du grand n'importe quoi. Soudain le chapeau posé sur la chaise en évidence se mis a bouger. Jenny écarquilla les yeux ,ses plis formaient un visage et on voyait clairement sa bouche s'ouvrir, puis il se mis a chanter :

"Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.


Très bien, donc...un chapeau magique...leur chantait des explications...super. Courage et soif d'aventures ? Non très peu pour elle....

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.



Oh ça voulait dire que c'était les travailleurs ? Pourquoi pas...


Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.


mmmh, cette descriptions lui correspondait beaucoup plus. Mais perdre amis et parents et ce que tout le monde redoute ,pensa t'elle.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.


L'ambition ,très peu pour Jenny...

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament."


Après que le chapeau ai fini son chant les élèves furent appelés uns a uns... Ils semblaient pour la plupart terrorisés ,et Jenny l'était aussi. Elle retint ce qu'elle devait faire, s'asseoir sur la chaise et attendre que la chapeau lui hurle sa maison...puis se diriger vers la table qui hurle le plus fort.... Voilà qui ne semblait pas trop compliqué.

Quand vint son tour Jenny tremblait ,cela semblait être un moment important. Elle s'assis calmement pendant que le professeur derrière elle posait le chapeau sur sa tête , elle fixait la porte en face d'elle pendant que la salle restait silencieuse. Sur sa tête elle entendit le chapeau marmonner quelque chose avant de prononcer haut et fort le nom de sa maison "Serpentard"

Jenny se leva et se dirigea vers la table ornée de vert où les gens semblaient crier plus fort qu'ailleurs.Elle s'assis a la première place libre tandis qu'on lui envoyait une vague de bienvenue. Alors c'est cela qu'elle était..maline et ambitieuse ?

"Comme l'a dit une sagesse profonde, plus vous essayez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte."

La rentrée des élèves de première année

Romane était très excitée. Le Poudlard Express était arrivé en gare et Romane avait fait le voyage seule. Romane descendit du train, et la pluie était si forte que les élèves de toutes les années rechignaient à descendre. Les préfets réussirent quand même cet exploit et bientôt, le train fut vide. Arrivée sur le quai, ce qu'elle aperçue en premier fut la stature grande et imposante du garde chasse de Poudlard, Rubeus Hagrid. Il appela les premières années de sa voix forte et nous demanda de le suivre. Romane était une des dernières à le suivre. Hagrid partit devant et toutes les premières années le suivirent.
Les eleves étaient trempés jusqu'au os quand ils sont arrivés devant l'imposante porte en bois qui menait au château. Une jeune femme leur a ouvert la porte et Romane rentra au château grelottant de froid.
"Voilà qui devrait être plus agréable." dit-elle avec le sourire.
D'un coup de baguette elle avait séché les vêtements. C'était incroyable !
"Soyez les bienvenus à Poudlard ! Merci Hagrid" reprit-elle
Elle regarda les éleves un par un et, quand elle me regarda, je pris conscience du fait que j’étais bel et bien entré à Poudlard ! Elle attendit un peu avant de reprendre :
" Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi ! »

Tout les éleves la suivirent. Ils étaient tellement impressionnés par les décors du château et sa grandeur qu'ils ont passés tout le chemin à le regarder si bien que Romane a failli rentrer plusieurs fois dans les élèves qui étaient devant elle. Elle nous conduisit jusqu’à une petite pièce plutôt petite si bien que nous étions tous serrés. Une fois la porte fermée, le silence se fit.
« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement, ajouta-t-elle avec un ton plus dur. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »
Elle fit une pause dans son récit, pour leur laisser le temps d'assimiler ce qu'elle venait de dire.

« La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et suivez-moi ! » a-t-elle dit.
Sitôt dis, sitôt fait. Les eleves se sont mis en rang et l'ont suivie, non sans contempler à nouveau les couloirs. Plus les éleves avançaient, plus des bruits de voix se faisaient entendre. Ils arrivèrent devant une grande porte tout aussi imposante que la porte d'entrée. C'est de derrière que se faisait entendre le bruit. La dame ouvrit la porte et les encouragea à entrer. Ils avaient marché entre deux tables jusqu'à une petite estrade ou se trouvaient les professeurs et la directrice. En chemin certains élèves les ont regardés, certains même les ont pointés du doigts. La dame se plaça devant eux, se racla la gorge et dit d'une vois forte :
« La Cérémonie de la Répartition va commencer. »
Le silence se fit et le chapeau se mit à bouger puis il se mit à chanter:

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


Tout le monde applaudit puis la dame proclama :
« Le Choixpeau Magique, déclara-t-elle en désignant la relique, se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal, ajouta-t-elle face aux regards inquiets de quelques premières années. »

Elle saisit le parchemin puis appela les noms. A chaque décision du choixpeau magique, les élèves de la même maison applaudissaient très fort. Soudain son nom fut appelé. Elle s'avança jusqu'au Choixpeau non sans appréhensions et s'installa sur le tabouret. La dame mit le Choixpeau sur sa tête et il mit du temps a se décider.
"Hum...ou vais-je te mettre... Peut-être Poufsouffle...Ou Serdaigle ?"
Puis, il a finit par hurler : "SERDAIGLE !"

Les élèves de la table en question applaudirent et Romane se dirigea vers eux d'un air serein ! Elle enverrai vite un hibou à ses parents pour leur dire qu'elle était à Serdaigle. On lui apprit qu'elle était un chapeauflou.

Cette journée est géniale !

Romane Z

La rentrée des élèves de première année

Nous étions déjà tous assis dans nos place respective. Le choixpeau nous avait tous appeler et designer dans quelle maison nous sommes placer. Moi, j'ai été placer en Griffondor, comme je le souhaitais. Cette pièce était d'un décor fabuleux. Tout briller, il y avait beaucoup de lumière et de la joie dans l'air. Je m'était fais quelques ami déjà. Marcus Clize et Denny Cooper. Ils étaient très sympa et on s'entendait bien ensemble. Marcus nous raconter sa vie avant son arrivée à Poudlard et Denny comment elle a appris qu'elle avait des pouvoirs. Moi j'écoutais seulement. J'étais encore un peu surpris et fier d'être mis en Griffondor. Je pensais déjà à toutes les choses merveilleuses que je pourrai faire cette année. Faire du quidditch était déjà ma première pensée. Je ne suis jamais monter sur un balai et juste le fait d'être en train de voler dans le ciel me donner de la joie.
"- Pauline! Pauline tu nous écoute? s'exclama Marcus
- Oui, Oui. Désolé, vous savez toute cette joie et cette ambiance me font planer. C'est tellement magnifique et cette enthousiasme dans le visage de tout les élèves, ça me rend encore plus heureuse."
Tout d'un coup toute les bougies s'éteignent. Tout les sourires disparaissent des visages et on n'aperçoit seulement la terreur et l'incompréhension sur les visages. Marcus, Denny et moi nous nous regardons et essayons de comprendre ce qu'il se passe. Tout se rallume et le directeur parle:
"- Excusez-nous pour ce moment nous avons eu un léger problème technique."
Heureusement pour moi car je voyais déjà tout mes rêves de Poudlard s'envoler et je sens que ce n'était pas un léger problème comme il le dit....

Pauline Davies

La rentrée des élèves de première année

Je sortit du train et suivit mes nouveaux camarades vers le château. A chaque pas que je faisait, la peur grandissait. Et si je ne me fessait pas d'amis? Si je n'était pas une bonne élève?

En entrant dans la Grande Salle, mes yeux s'illuminèrent et j'oublis pendant quelques instants toutes mes questions et ma peur. Je regarda avec émerveillement tout ce qui m'entourait. Ce fut une voix qui la fit sortir de mes rêveries. Il était l'heure de faire ma répartition.
Quand mon nom fut appelé, je fus pétrifiée puis je m'approcha doucement. Le Choixpeau Magique était posée sur ma tête.


"Tiens donc, voila une autre enfant Min, tu ressemble à tes frères et soeurs. Je pourrais t'envoyer à Serdaigle comme eux mais il y a une chose que tu as en plus, ta place n'est pas à Serdaigle mais à....SERPENTARD."

Des applaudissement retentirent de la dernière table. Je me leva et tremblante, j'alla m'asseoir à ma nouvelle table. J'étais perdue, je venais de décevoir toute ma famille. Et que voulez dire le Choixpeau ? Je ne comprenais pas.

Verte et argent pour l'éternité

La rentrée des élèves de première année

Après un long trajet en train ou il avait vu des grenouilles en chocolat vivantes, des bonbons qui faisait fumé les oreilles et des jeunes de son âges essayé de jeter des sorts que leur ont appris leurs frères et sœurs Andrew commençait à réaliser que la magie existait bel et bien. Il lui avait également semblé voir un tentacule immense sortir de l’eau lorsqu’il était à bord des barques qui naviguaient en direction du château mais ce devait être la fatigue.

Car en effet il était fatigué et affamé. Après avoir écouté avec attention le discours de la sous directrice il entra avec les autres nouveaux élèves dans la grande salle. Le spectacle le sortit immédiatement de sa fatigue. La salle était magnifique. Mais l’émerveillement fit très vite place à un grand stress. La sous directrice venait d’annoncer que la répartition allait commencer et le choixpeau qu’Andrew avait trouvé plutôt drôle au moment de sa chanson lui sembla d’un coup beaucoup plus terrifiant. Lorsqu’il fut appelé pour se coiffer du choixpeau il dut faire un gros effort pour ne pas rester pétrifié sur place. Il n’aimait pas être au centre de l’attention et c’était malheureusement précisément ce qu’il se passait en ce moment même. Tous les élèves et les professeurs avaient leurs regard braqué sur lui. C’est à ce moment qu’il entendit le choixpeau lui chuchoter à l’oreille :

«  Tu n’as pas à avoir peur je prends toujours la bonne décision en choisissant la maison des élèves. Hum… Je vois que malgré ton angoisse tu as une grande envie de faire tes preuves et montrer que tu es à la hauteur. Je pense que la maison qui te correspond est…. SERPENTARD »

A ce moment-là l’une des quatres tables se mit à applaudir bruyamment, Andrew se dirigea vers eux et se trouva une place. Il était soulagé son tour était passé et maintenant ce qui le préoccupait le plus était de savoir quand le banquet allait commencer car son ventre n’arrêtait pas de lui rappeler à quel point il avait faim.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins. - Membre de MERLIN/Micro
2ème année RP (2044-2045)

La rentrée des élèves de première année

Alaska pénétra dans la grande salle avec admiration. Elle était magnifique, La blonde passa plusieurs minutes figée à observer la salle dans toute sa splendeur. Le plafond representait un ciel ététoilé maignifique. La beauté du lieu coupa le souffle de la nouvelle élève. 

La répartition débuta. Elle attendit patiemment son tour. Alaska ne savait dans quelle maison elle allait être répartie. 

Elle avait l'âme d'une Serpentard mais le comportement d'une Serdaigle. Son père était à Gryffondore mais elle savait que ce n'était pas une maison pour elle. La blonde ne se sentait ni Courageuse ni loyale. 

En tous cas, Elle n'était pas une Poufsoufle. Le côté sociale et là proximité des membres de la maison l'angoissait. Elle aimait la solitude et avait toujours eut du mal à créer des liens. 

Elle savait qu'elle pourrait demander au choixpeau la maison qu'elle voulait. Mais elle ne voulait pas être dans un groupe particulier, Elle voulait savoir qui elle était. 

Elle avait besoin de savoir où était sa place dans ce monde si complexe. Et plus que tout, Elle voulait trouver sa place. Elle entendit enfin son nom et s'asseya sur le tabouret. 

Je sens un désir de trouver sa place
Un esprit rusé et calculateur

Il s'arrêta un instant avant de reprendre. 


Je vois aussi une grande créativité
Une recherche de la vérité


Il ne dit rien pendant un moment qui sembla une éternité à la première année. Et si elle ne correspondait à aucune maison ? Et si elle n'étais pas à la hauteur ? 

Enfin, le chapeau annonça :

- Serdaigle. 

L'on ne meurt réellement que lorque personne ne se souvient de nous.
- Alors je ferai en sorte qu'on ne puisse pas m'oublier

La rentrée des élèves de première année

Tout tremblotant Jason fit son enter dans la grande salle, le voyage en barque ne c'était pas très bien passé il était tombé deux fois est c'est pour cette raison qu'il était trempé jusque aux os, de grosses gouttes d'eau tombé de ses cheveux roux flamboyant qu'il avait héritait de sa mère. La chaleur de la grande salle le réchauffa un peu et ce sentant moins glacé Jason ce détendit un peu il pris le temps d'observer la grande salle, elle était immense son plafond était très haut ,devant lui s’étendait cinq tables quatre pour les élèves et une pour les professeur Jason était émerveillé il n'avait jamais rien vu d'aussi beau il contempler encore la grande salle dans toute sa splendeur quand une voix le fit sursauter il devina que la cérémonie de répartition aller commencé :



Bonjour les petit nouveaux
Aujourd'hui vous allé être répartit dans des maisons
Qui j'espère vous conviendront


Courageux et plein d'audace
c'est chez les Gryffondor qu'est votre place


Si vous êtes rusés et ambitieux
La maison Serpentard vous conviendra le mieux

Si vous êtes loyal est patient
Poufsouffle vous accueillera dans ces rang


Si vous avez envie de tout connaître
La maison Serdaigle vous accueillera peut-être


Jason avait envie d'aller a Poufsouffle il le savait c'était la maison ou était allé sa mère et tout ses ancêtres.

Après la chansons du choipeaux magique une enseignante que Jason n'avait pas encore vu commença à appeler les élèves un par un pour que le choipeaux choisisses dans quelle maison il feront leur scolarité a Poudlard quand il fut appeler Jason avez peur,peur d'être a Serpentard ou à Serdaigle ou encore à Gryffondor il avait surtout peur de décevoir sa mère.
Jason s'assit sur le tabouret et le choipeaux sur sa tête lui parla:

Hem
Encore un Underson
Je vois de l'intelligence de la loyauté
Mais tu es aussi amical dévoué et tu as un grand cœur
J'ai fait mon choix


POUFSOUFFLE !!

Jason était fous de joie il était a Poufsouffle!!
La dernière des tables applaudit et il les rejoignit Jason si assis il était soulagé et il avait hate de rejoindre son dortoir pour dormir.

Jason Underson
la vie c'est comme un vélo il faut pédaler pour avancer