Grande salle

Inscription
Connexion

La rentrée des élèves de première année

la vie est une aventure audacieuse ou elle n’est rien
ー helen keller



La chambre aux couleurs violettes baignait dans la lumière qu’offrait les premiers rayons de soleil.
Leanna fixait son réveil depuis une heure, ses pensées vagabondaient. Elle essayait de s’imaginer à quoi sa vie ressemblerait. Sans succès. Elle n’avait connu que cette maison, que ce quartier et voyait les mêmes personnes chaque jour. L’idée de vivre dans une école où l’on y enseigne la magie n’avait pas complètement germé dans son esprit. C’était si surréaliste.
Sept heures. À la seconde où l’alarme se déclencha, elle poussa le bouton pour l’arrêter et s’extirpa de sa grosse couverture, la boule au ventre. Le choix avait été difficile. Réfléchi. Les pour et contre décortiqués et retournés dans tous les sens. C’était une grosse décision pour une petite fille de onze ans. Mais elle avait choisi l’aventure au confort. L’aventure de sa vie. 

⁂ ⁂ ⁂


Brosse à dent. Check. Pull en laine. Check.
Elle referma sa valise. Après avoir vérifié quatre fois ses bagages, elle en était sûre ; elle n’avait rien oublié. Quelques jours auparavant, la fillette avait noté sur un papier la liste des objets à emmener, avec l’aide sa mère.
Leanna porta ses bagages jusqu’au salon où sa mère se préparait à partir au travail. « Tu as tout ? Tes grand-parents m’ont appelé, ils arrivent dans cinq minutes. », dit-elle en attachant une boucle d’oreille. Olivia Hastings était toujours tirée à quatre épingles pour le travail. À la tête d’une chaîne de boutiques de vêtements de luxe, elle alliait toujours tenues formelles et tendances vestimentaires.
« T’es sûre que tu veux pas venir avec nous faire les courses pour la rentrée ?  », demanda Leanna avec des yeux suppliants.
« Tu sais très bien qu’aujourd’hui c’est pas possible, Leanna... et puis j’y connais rien, je ne servirai à rien. » Olivia colla ses lèvres sur le front de sa fille, qui baissa les yeux, déçue. La sonnette retentit. 
« Quand on parle du loup... Ils ont été rapides, ils doivent être encore plus pressés que toi. »

Le sourire qu’arboraient Milton et Norma Hastings prouvaient l’enthousiasme du vieux couple. Ferveur peu partagée par Leanna qui voyait le moment de faire ses aurevoirs à sa mère arriver. Elle n’avait pas dit un mot qu’elle sentait les larmes lui monter aux yeux.
« Tu pourras écrire des lettres à maman, il y a des hiboux pour ça. »
Elle ne comprit pas trop ce que des hiboux venaient faire là, mais Leanna hocha la tête en direction de son grand-père qui lui souriait d’un air bienveillant. Sans un mot, Olivia prit sa fille dans les bras. La femme qui ne montrait que rarement ses émotions était tout aussi émotive que sa fille. Elles ne s’étaient jamais quittées plus de quelques jours.
« Les vacances arriveront vite, je me débrouillerai pour être disponible quand tu rentres. »
Les mots ne semblaient pas réussir à dépasser la barrière de ses lèvres. Ils s’étaient arrêtés dans sa gorge et avait fait demi-tour. Elle n’avait jamais été aussi triste de sa vie.

⁂ ⁂ ⁂


Ses bagages pleins à craquer suite aux emplettes au Chemin de Traverse avaient été réquisitionnés. Et le trajet avait été assez rapide suite à sa rencontre avec une autre nouvelle élève. Le moment était enfin arrivé. Leanna posait le pied sur le quai plein à craquer. Sa petite taille la desservait. La plupart des élèves étaient plus grands qu’elle ; des têtes et des épaules se profilaient à perte de vue. Elle ne voyait pas grand chose d’autre. Les trombes d’eau qui s’abattaient dessus n’aidaient pas. La bataille était rude pour garder les yeux ouverts, et ses cheveux étaient plaqués contre son crâne. Ce n’était pas vraiment le moment, elle avait entendu de la bouche de ses grand-parents que chaque élève passait devant tous ses camarades pour être repartis. Elle qui était toujours apprêtée et bien coiffée... Pour ne rien arranger, elle avait perdue de vue Rosalie avec qui elle avait passé le trajet.
Les premières années furent menées par l’homme le plus grand et le plus barbu que Leanna n’avait jamais rencontré. Sa nuque la faisait souffrir à force de le regarder. Les nouveaux élèves furent invités à monter dans les barques. Leanna, un peu tremblotante  —  elle ne savais pas si c’était dû au froid ou au stresse — posa un pied dans la barque, les bras écartés, pas très rassurée. Elle réussit finalement à s’asseoir et la barque se mit en route. La scène était surréaliste ; un éclair descendant du ciel éclaira le château qui se dressait devant les barques qui naviguaient en peloton. Et dire que quelques heures auparavant Leanna était encore dans sa maison Londonienne...

Les surprises étaient loin d’être finies puisqu’une fois passés les lourdes portes du château, les enfants frigorifiés firent accueillis par une femme qui les sécha d’un coup de baguette. La fillette palpa ses cheveux et sa robe de sorcier... il n’y avait plus aucune goutte. Et une douce chaleur lui envahit le corps. La surprise et la fascination pouvait se lire sur son visage. 
Elle écouta avec toute l’attention du monde le discours de la sous-directrice. Enfin, le moment tant attendu arriva. Les grandes portes s’ouvrirent sur une salle des plus grandioses: quatre grandes tables alignées où les élèves étaient assis, surplombées par celle des professeurs. Le plafond représentait à l’identique le temps extérieur ; le ciel était toujours aussi agité. Des bougies lévitaient au dessus des tablées. Leanna ne savait plus où donner de la tête ; il y avait tant à voir qu’elle en avait le tournis.
Le groupe d’élève reprit sa marche jusqu’à un chapeau posé en plein milieu de la salle. Le fameux Choixpeau. Ses grand-parents lui en avaient parlé. Leanna fut choquée de l’état du chapeau ; tout rapiécé, il avait l’air si vieux. La Grande Salle fut plongée dans le silence, alors que le Choixpeau entonna une chanson. Décidément, la première soirée était riche en surprises. Enfin, la répartition pouvait démarrer. Son père avait été réparti chez les Serdaigle, elle espérait que le destin lui réservait le même sort ; c’était sûrement la maison qui lui correspondait le mieux.
À mesure que les noms étaient appelés, le nœud dans son estomac se resserrait. Elle n’était cependant pas la seule. Tous les enfants, du haut de leur onze ans, se retrouvaient penauds et timides face à toute cette assemblée.

« Hastings Leanna ! »

Son cœur rata un battement. C’était à elle. La fillette s’avança et s’assit sur le tabouret, regardant ses pieds. Elle n’osa pas affronter les regards braqués sur elle.

« Une Hastings tiens... je ne pensais pas en revoir de sitôt... c’est évident... POUFSOUFFLE ! »

Le Choixpeau n’avait même pas hésiter. Son choix étonna Leanna. Elle qui n’était pas très proche de la nature et qui n’était pas si gourmande... Peut-être pour sa haine des injustices ? Elle se sentait un peu éloignée de l’image véhiculée par la maison jaune. Elle n’était pas déçue, ses grand-parents ne lui avaient donné que les caractéristiques positives de chaque maison. Sans demander son reste, la nouvelle élève se leva et rejoint la table où un tonnerre d’applaudissements et des félicitations l’attendaient.
Dernière modification par Leanna Hastings le 9 mai 2018, 5 h 43, modifié 1 fois.

On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir.
couleur: #907F7C

La rentrée des élèves de première année

Alderus n'avait pas dormi la nuit précédant son départ pour Poudlard, il était si nerveux, si excités, si inquiets et si heureux à la fois ! Au petit matin, sa mère était entré tout doucement dans sa chambre, en poussant la porte avec sa délicatesse habituelle, faisant à peine grincer les lattes du vieux parquet de la maison familiale. Elle fut un peu surprise de voir son fils les yeux ouverts, déjà habillé dans sa belle robe de sorcier toute neuve, assis sur son lit les pieds posés sur sa malle. Il avait l'air fatigué, une mère sait ces choses là. Alderus lui avoua qu'il n'avait pas dormi de la nuit, trop occupé à imaginer ce que serait la vie, à Poudlard ! Tout son corps frissonnait d'excitation, dés qu'il prononçait ce nom. Poudlard, Poudlard, Poudlard...
Il répétait ce nom dans sa tete, tout en prenant son petit-déjeuner préféré, des oeufs brouillés sur des toasts de pain maison que son père avait saupoudré de muscade. Alderus qui dormait d'habitude comme un loir, avait l'impression que tout était un peu flou, c'était la première fois qu'il arrivait à vaincre le sommeil. Mais il ne pouvait se permettre de céder maintenant, sinon il manquerait le train, et nom d'un dragon, il ne l'aurait louper pour rien au monde ça c'est sur !
A cause de la fatigue, il était distrait, si bien qu'il renversa son chocolat sur sa belle robe de sorcier et dut remonter en quatrième vitesse pour se changer, sous le regard amusé de ses parents. Il regarda une dernière fois sa chambre, et avec un léger pincement au coeur il ferma la porte pour aller s'installer dans la voiture qui l'attendait déjà dehors.
Assis sur la banquette hier, le bruit du moteur avait quelque chose d'hypnotisant, de relaxant, Alderus sentait ses yeux se fermait au fur-à-mesure que le paysage défilait. Il entendait à peine ses parents lui prodiguer leurs derniers conseils pour le long et fabuleux voyage qui l'attendait, il était trop occupé à lutter contre Morphée. Le soleil brillait haut dans le ciel, et venait caresser le visage d'Alderus avec sa douce chaleur à travers la vitre de la banquette arrière, cette meme douce chaleur finit d'ailleurs par avoir raison de lui, et il finit par s'endormir sur un pont au-dessus de la Tamise.
Il avait à peine fermé les yeux 10 minutes qu'il sentit une main lui caresser les cheuveux avec douceur. Avant de reconnaitre sa mère, il reconnut son parfum qui lui emplit le nez, ce doux mélange entre rose, lavande, et jasmin qui le berçait depuis sa plus tendre enfance, tandis qu'elle l'aidait à s'extirper du fabuleux monde des reves en lui chuchotant doucement de se réveiller.
Alderus n'était pas bien grand du haut de ses 11 ans et son père l'installa donc sur le chariot avec sa malle pour lui permettre de se réveiller en douceur, si bien qu'il eut à peine conscience de traverser la fameuse barrière voix 9 3/4.
Après avoir embrassé sa mère et son père, il prit place à bord du Poudlard Express, distinguant à peine ses parents à travers la vitre se son compartiment tellement la foule et la fumée dégagée par le Poudlard Express étaient dense. Des élèves de dernière année assez bruyant prirent place dans son compartiment et commencèrent à parler de leurs vacances d'été ne s'interrompant que pour acheter des friandises au chariot. Alderus avait mal à la tete, décidément si tout le monde était aussi bavard à l'école il ne supporterait pas longtemps ! Sept Heures de bavardages, qui l'avaient empêché de finir sa nuit, et l'avait mis d'une humeur assez exécrable...
En descendant sur le quai, après avoir lancé un regard courroucé aux dernières années, il bouscula ce qui semblait être une montagne humaine, et s'excusa en bafouillant, il ne voulait pas se faire remarque aujourd'hui. La même montagne humaine lui sourit et lui ordonna gentiment de le suivre avec le groupe des premières jusqu'au barques flottantes sur un immense lac à quelques pas du quai.
Après quelques secondes sur l'eau, Alderus commença à se faire rattraper par le sommeil, la douceur de cette soirée de Septembre et le doux clapotis de l'eau contre la coque du bois du bateau étaient si apaisants ...
Et puis il rouvrit les yeux, interpellés par les chuchotements de plus en plus admiratifs de ses petits camarades autour de lui. Il était là. Imposant, majestueux et brillant de milles lumières à ses deux milles fenêtres, surplombant le lac, comme posé par le vent sur une petite falaise et avec ses tours chatouillant le ciel. Le chateau de Poudlard, sa maison pour les 7 prochaines années. Pendant les quelques minutes que durèrent encore la traversée, il contempla l'incroyable parc du chateau, bordé d'une foret mystérieuse et inquiétante à la fois. Il crut même distinhué les pales lumières de Pré-au-Lard dans la vallée, mais il ne pouvait en etre sur.

En arrivant au Chateau tout se passe très vite, trop vite. On les regroupa dans une petite salle, et Alderus devait lutter contre le sommeil de plus en plus à chaque instant. Il écoutait d'une oreille distraite le discours de bienvenue d'une dame à l'air accueillant qui s'était présenté, ou du moins c'est ce qu'Alderus avait cru comprendre, comme la sous-directrice de l'école. D'un coup le groupe se mit en mouvement, et Alderus les suivit machinalement pensant de plus en plus au moment où il rejoindrait son lit. On les fit pénétrer dans une salle gigantesque au plafond étoilé magnifique, à vrai dire il n'était pas sur qu'il y ait un plafond, on aurait dit que les élèves mangeaient à la belle étoile. Il était perdu entre rêve et réalité quand il entendit son nom, comme venu du lointain répété plusieurs fois par la dame de la petite salle. Alderus un peu paniqué, rejoignit la dame sur une petite estrade tandis qu'elle lui posait un vieux chapeau tout rapiécé sur les oreilles, devant toute l'école silencieuse qui semblait attendre quelque chose.
C'est là qu'Alderus repris conscience de la réalité, et que toute fatigue le quitta. C'était la répartition, et ce vieux bout de tissu sur son crane, sa mère lui en avait parlé c'était le Choixpeau ! Mince alors, se dit-il, un peu paniqué en serrant ses mains si fort entre elles qu'elles devinrent rouges. Mais il n'eut pas le temps de dire ouf que le choixpeau lui chuchota dans l'oreille : " honnete, loyal, curieux, hum, facile".
Une voix criarde et rauque cria alors dans son oreille : " Poufsouffle ! " .

La tablée jaune se leva alors pour l’accueillir, les anciens se pressant pour lui souhaiter la bienvenue et lui serrer la main, les nouveaux lui adressant des salut discrets. Il prit place à coté d'une fille qui se présenta comme Cassandre McWood, préfète de la maison Poufsouffle, ce qui impressionna un peu Alderus. Sa nouvelle amie lui proposa gentiment de guider Alderus lors de ses premiers pas à Poudlard, la meilleure école de sorcellerie du monde, sa nouvelle maison.

"Les jours qui passent et se ressemblent les gens se tuent et se rassemblent, j'en tremble tellement l'monde est étrange, prônent vivre ensemble aucun mélange." LBAM

La rentrée des élèves de première année

Ça y est, elle y était le château de Poudlard, elle était trempée et fatiguée mais peu importe, elle n’avait jamais été autant excitée (et stressée). Une véritable cohue l’entourait, tous étaient aussi impatients qu’elle, certains s’inquiétaient, d’autres ne cessaient de parler de la Maison qu’ils souhaitaient et quelques uns semblaient perdus. Hagrid, le garde-chasse, frappa à l’immense porte de bois qui leur faisait face, elle s’ouvrit et les élèves frigorifiés s’engouffrèrent à l’intérieur. Ils furent accueillis par une professeure qui les sécha à l’aide de sa baguette, cela ne l’impressionna pas, après tout son père l’utilisait pour le linge ce sort, néanmoins elle apprécia le fait d’être au sec. Elle se rendit compte que dans le mouvement de précipitation pour entrer, elle avait perdue de vue Jennie, avec qui elle avait partagé le trajet de Londres à Poudlard. La professeure, Miss Almeida, leur donna quelques consignes et informations sur l’école, avant de les emmener dans la Grande Salle où se déroulait la fameuse Cérémonie de la Répartition.

La salle était somptueuse, mais ce qui fascinait Liana c’était le plafond enchanté qui reproduisait le ciel déchaîné de l’extérieur. Elle l’admira pendant toute la traversée de la salle et ne prêta pas attention aux différentes tables qui l’entourait, elle était si distraite qu’elle ne nota pas tout de suite que les autres s’arrêtaient devant l’estrade et manqua rentrer dans la personne qui la précédait.

Elle découvrit alors au centre de l’estrade, un étrange chapeau devait être aussi vieux que l’école elle-même. Celui-ci se mit à chanter après que la Cérémonie ait été lancée, cela surprit la jeune sorcière. Il présentait les différentes maisons dans sa chanson et pour la première fois elle ressentit une attirance pour l’une d’elle, sa grand-mère avait peut-être raison, elle appartenait peut-être à Serdaigle.

Les premiers furent appelés, Liana n’y prêta attention qu’après avoir entendu un nom familier :
“Jennie Burton”.
Liana essaya donc d’entendre où elle serait envoyée, elle vît le chapeau réfléchir à voix haute, mais le brouhaha ambiant l’empêcha d’entendre autre chose que le tonitruant :
“Serdaigle !” Qu’il prononça pour conclure.

Les noms et visages inconnus se succédèrent de nouveau, elle arrêta de suivre à la lettre G. Quand enfin ce fut son tour, elle regarda autour d’elle, était-ce à elle qu’on s’adressait ? Au deuxième appel elle se fraya rapidement un chemin dans la foule, à coup de coudes si nécessaire. Elle montra sur l’estrade, et commença à se liquéfier sur place. Pourquoi est-ce que tout le monde la fixait ? Qu’est-ce que le Choixpeau allait lui faire ? Et surtout où passera-t-elle les sept prochaines années ? Telle étaient les pensées de Liana lorsqu’elle traversait le court trajet allant du bord de l’estrade jusqu’au tabouret.

Soudain, elle y était, elle s’assit, se crispa quand le chapeau atterrit sur son crâne. Mais cela ne faisait pas mal, pas du tout au contraire elle se sentait mieux sous ce chapeau qui recouvrait ses yeux que sur l’estrade où tous les regards lui pesaient. Soudain, elle entendit des paroles qui semblaient résonner à la fois dans sa tête et ses oreilles, mais ce n’était pas possible n’est-ce pas ? Cela devait venir du Choixpeau…

“Je vois une volonté de faire ses preuves, un désir d’apprendre, de découvrir, de s’affirmer aussi… Je sais… SERDAIGLE !”

C’était bien le Choixpeau, qu’elle avait entendu. Elle se leva, reposa le chapeau sur la chaise et pendant que le suivant était appelé, elle se dirigea d’un pas léger vers la table des Serdaigle qui applaudissaient son arrivée. Elle essaya de retrouver Jennie mais sans succès, elle s’assit donc au milieu d’inconnus, ils avaient l’air gentils et c’était supposé être sa famille, ici à Poudlard, alors cela ne la dérangea pas.

Elle suivit attentivement la fin de la cérémonie, et écouta les discours. Puis à l’instant où les plats chargés de nourriture apparurent elle se jeta dessus, tout en prenant soin d’éviter ceux contenant de la viande. Lorsque tous les élèves furent rassasiés les préfètes de Serdaigle les firent sortir de la salle pour se diriger vers les dortoirs.

#45818e

La rentrée des élèves de première année

Il pleuvait lorsque Jennie arriva à l'immense château de Poudlard. Elle et ses futurs camarades de classe étaient arrivés dans des barques menées par un immense monsieur dont Jennie avait déjà oublié le nom... Retenir les noms des différentes personnes n'avait jamais été son point fort. Dans un premier temps, elle avait commencé par jeter des petits regards paniqués tout autour d'elle à la recherche de Liana, une jeune fille nouvelle comme elle, dont elle avait fait la connaissance dans le train puis de qui elle avait été séparée par la cohue. Puis son inquiétude avait progressivement laissé la place à l'émerveillement, Jennie étant fascinée par la beauté des lieux. Après tout, tout le monde ici était nouveau, Liana n'était sûrement pas la dernière amie qu'elle se ferai.
Jennie n'avait de mots pour décrire la splendeur du château. Il était immense, et on pouvait ressentir la magie des lieux sans problème. *Il faut vraiment que je lise ce livre sur l'histoire du château* songea-t-elle, impatiente. A présent, toute inquiétude vis à vis d'une mauvaise farce ou d'un rêve avait disparu.
Jennie ouvrit de grands yeux ronds lorsque les portes s'ouvrirent et laissèrent place à une femme en robe rouge et argent, qui les sécha d'un coup de baguette magique. *C'est tellement cool! Et dire que je vais apprendre à faire ça!* pensa Jennie, se retenant difficilement de pousser des petits cris de joie. Elle buvait les paroles de la femme s'étant présentée comme le professeur Almeida, Sous Directrice de l'école de Poudlard. Lorsqu'ils passèrent dans une petite salle, Jennie était toujours suspendue aux lèvre de sa future professeure. *On peut gagner des points? Mais c'est génial!* Elle s'en voulut alors de ne pas avoir lu les livres en sa possession plus tôt, trop partagée entre son excitation et sa crainte d'intégrer ce nouveau monde. *Je vais passer pour une idiote maintenant*
C'est alors que les élèves passèrent dans une salle immense, magnifiquement décorée pour l'occasion, et qui ne semblait pas avoir de toit. *Comment est-ce possible?* se demanda-t-elle, incrédule. Mais elle fut rapidement interrompue dans ses interrogations par Mme Almeidra leur présentant un étrange chapeau. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque celui-ci se mit à chanter!

"Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.
(...)"


Jennie se mêla aux applaudissements lorsque le Choixpeau se tut. C'est alors que commença la cérémonie de répartition. Jennie, qui se savait dans le début de l'alphabet, se rendit douloureusement compte qu'il allait lui falloir s'asseoir sur ce tabouret devant tout le monde. Elle sentit alors ses jambes se mettre à flageoler. Ce qui se passa ensuite lui sembla être un rêve. Elle ne se souvint même plus avoir marché jusqu'au fameux Choixpeau, mais simplement de se retrouver assise, face à tout le monde, le rouge aux joues. C'est alors qu'une voix se mit à lui parler.

"Intéressant, intéressant... De quoi as-tu si peur? Tu as pourtant de nombreuses qualités et ta place est bien ici, alors pourquoi en doutes-tu? Je vois de grandes choses pour toi... Le choix n'est pas compliqué, Jennie Burton, tu iras à SERDAIGLE!"

Jennie, soulagée, esquissa un grand sourire. Du peu qu'elle en connaissait, cette maison l'inspirait. Malgré ses jambes en coton, elle regagna le plus rapidement possible la table de sa nouvelle maison, sous les applaudissements des élèves de celle-ci. Elle courut presque vers la première chaise qu'elle trouva, et fut soulagée lorsque l'attention se détourna rapidement vers un autre nouvel élève.
Quel ne fut pas son soulagement lorsqu'elle entendit que Liana avait été répartie elle aussi à Serdaigle. Jennie tenta des petits coups d'oeils discrets en direction de celle-ci, mais elle ne semblait pas la voir. Il y avait tellement de monde! Elle se contenta donc de suivre la fin de la cérémonie tout en se mettant à rêver à la nouvelle vie qui s'offrait à elle.

La rentrée des élèves de première année

De nombreuses semaines s'étaient écoulées depuis que Kevin avait reçu sa lettre pour intégrer la prestigieuse école de Poudlard. Ce jour-là, il avait ressenti une immense joie, si bien qu'il décréta dès lors, cette journée comme étant la plus belle de sa vie. Mais, il n'était encore qu'un jeune garçon pour faire une pareille annonce, il lui restait tant de chose à voir et à vivre. D'ailleurs il était bien loin d'imaginer ce qui l'attendrait là-bas. Bien sûr, sa mère lui en avait touché quelques mots, elle qui avait été élève à Poufsouffle, lui en avait dit le plus grand bien. Plus les jours passèrent, et plus le jeune garçon sentait monter en lui une multitude de sentiments. L'impatience et l'envie d'être à Poudlard l’enivrait, mais l'angoisse de ne pas être envoyé dans la bonne maison ou de ne pas se faire d'amis, prenait peu à peu le dessus.

1er septembre. Enfin ! Kevin se réveilla de bonne heure et de bonne humeur prêt à mordre à pleines dents dans sa nouvelle vie. Ce matin-là, toute la famille Gilway était sur le pont pour accompagner le jeune garçon à la gare. Son père faisait cuire des œufs aux plats et du bacon tandis que sa mère vérifiait que son fils avait bien tout mis dans sa valise. Ah les mamans avec leurs enfants... Arya aussi serait du voyage, tout aussi excitée que son frère répétait sans arrêt qu'il avait de la chance, et qu'elle aimerait tant être à sa place. Il lui promit qu'il lui enverrait régulièrement du courrier et qu'à son retour, il lui apprendrait quelques tours de magie. La petite se réjouit de sa promesse et riait aux éclats. Après ce délicieux petit-déjeuner, la famille se mit donc en route...

Au pas de course afin de ne pas être en retard, ils traversèrent la barrière rapidement pour rejoindre la voir 9 3/4. Kevin poussa son chariot au milieu du quai où déjà de nombreux sorciers s'amassaient. Une grand-mère souhaitait bonne chance à son petit-fils, puis l'embrassait sur la joue pour lui dire au revoir. Un autre garçon aux cheveux roux se précipita dans un des wagons et n'entendit même pas les recommandations de son père. Kevin restait calme malgré toute cette agitation autour de lui, sans doute un peu inquiet de quitter son nid douillet et de se retrouver seul.
Il alla installer ses affaires dans un des rare compartiments vides puis redescendit sur le quai.


- "Allez ne t'inquiète pas, je suis sûr que tu te feras pleins de nouveaux amis" dit son père de façon à le rassurer.
- "N'oublies pas de nous envoyer un hibou quand tu seras arrivé !" renchérit sa sœur.
- "Peu importe la maison où tu seras envoyé, nous serons toujours fier de toi. Allez dépêche-toi avant que le train ne parte sans toi !" compléta sa mère.

Dans une émotion partagée, le jeune sorcier dit au revoir à sa famille et monta rejoindre le flot d'élèves dans le train. Le voyage se déroula paisiblement. Une fille aux cheveux bruns et à l'allure réservée s’assit à côté de lui, tandis que le garçon qu'il avait aperçut avec sa grand-mère sur le quai, s'installa sur la banquette en face. Les trois enfants sans doute bien trop timide, ou plongés dans leurs pensées ne se parlèrent pas beaucoup. Kevin en profita pour lire et se reposer. Finalement, le trajet fût relativement court.

A la sortie du train, ils furent accueillis par l'homme le plus grand que Kevin n'eut jamais vu. Ce dernier, Hagrid, les emmena sur la berge d'un grand lac noir. Il invita les élèves à prendre place dans des barques misent à leur disposition, et dans un même mouvement, elles se mirent à glisser sur l'eau. Tandis qu'ils avançaient, Kevin leva la tête et aperçut enfin Poudlard. Malgré la pluie, la vision de l'immense château illuminant la nuit était magnifique. Il ne pût retenir un "Ooooh" d'admiration. Arrivés à destination, la sous-directrice prit le relais, sécha immédiatement les élèves qui étaient trempés, puis se présenta :

"Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi !"

La sous-directrice conduisit les enfants et les emmena dans une petite salle où elle leur expliqua comment aller se dérouler la répartition. Elle leur présenta ensuite le fonctionnement de l'école, mais déjà Kevin ne l'écoutait plus. Perdu dans ses pensées en se demandant dans quelle maison il serait envoyé... Puis, le professeur Almeida invita les élèves à la suivre dans la Grande Salle où se déroulait le repas et accessoirement ce soir la répartition.


Une double porte imposante leur permit d'entrer dans une salle gigantesque. L'endroit était étrange et beau à la fois. Quatre longues tables aux couleurs des différentes maisons et autour desquelles les autres étudiants étaient installés étaient surplombées par des centaines de bougies suspendues dans les airs. Kevin leva la tête et fût surpris de constater qu'à la place du plafond, s'étalait devant ses yeux un ciel sombre et pluvieux. Il se rappela alors avoir lu dans l'Histoire de Poudlard que c'était en fait un plafond magique. Au fond de la salle, les professeurs avaient pris place autour d'une autre table qui leur faisait face. Toujours à la suite de leur professeure de Soins aux Créatures Magiques, les élèves traversèrent l'allée centrale pour les mener devant un tabouret où était posé un chapeau quelque peu rapiécé. La sous-directrice leur annonça alors que la cérémonie aller commencer

Kevin était toujours aussi étonné et émerveillé par ce qu'il voyait, et ce qu'il allait suivre n'allait pas finir de le surprendre. Le chapeau se mit alors à bouger, une bouche se forma dans l'une de ses pliures et contre attente se mit à chanter :

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.


Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.


Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.


Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.


N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


Une fois la chanson terminée, des applaudissements retentirent dans la salle. Peu à peu le calme revint et le professeur Almeida indiqua aux premières années qu'elles les appellerait chacun leur tour par ordre alphabétique. Ils devraient alors coiffer le Choixpeau qui se chargerait de les répartir dans les différentes maisons.

Un à un les élèves furent appelés, le garçon avec qui Kevin avait fait le trajet fût envoyé à Gryffondor. Le jeune garçon se dit qu'il aimerait vraiment rejoindre la maison rouge et or. Même si après tout peu lui importait s'il était envoyé à Poufsouffle ou à Serdaigle tant qu'il n'allait pas à Serpentard. Bien que les temps avaient changé, c'est là que les plus grands mages noirs avaient étudié. Tout à coup, Isabel Almeida tira Kevin de ses pensées :

"Kevin Gilway !"

Le jeune sorcier s'avança d'un pas hésitant, sentant les regards qui le fixaient, vers le tabouret. N'osant regarder la salle qui lui faisait face, il prit le chapeau et le posa sur sa tête. Une petite voix dans son oreille lui dit alors :

"Hum... Je vois... Très intéressant... Tu possèdes de nombreuses qualités. Gryffondor serait ravi de t'accueillir, tu es un garçon courageux, mais tu es également loyal envers tes amis et..."

Pendant que le Choixpeau lui murmurait ses réflexions, Kevin croisait les doigts en espérant ne pas être envoyé à Serpentard, le chapeau reprit :

"...Sens de la justice et ta gentillesse. Très bien, pour toi ce sera... Poufsouffle !"

Un sourire de soulagement égaya son visage. La tablée d'élèves jaune et noir se mit à applaudir et à l'acclamer. Après avoir enlever et reposer le Choixpeau sur le tabouret, Kevin courut rejoindre ses nouveaux camarade. Sa deuxième famille pendant les sept prochaines années. Du moins il l'espérait. Sa mère lui avait dit le plus grand bien des Pouffy's. Présentant cette maison comme étant certainement la plus accueillante et la plus chaleureuse. Le jeune sorcier y serait très bien intégré...

Attrapeur des Hel's
3ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

La rentrée des élèves de première année

En descendant sur le quai, sous la pluie battante, Erin n'avait pas put s'empêcher de rester bouche bée devant l'homme qui les attendait. il était... GRAND... Il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que les cheveux de la fillette se transforment en longues queue de rat rousses le long de ses joues. Quelques unes de plus et c'était le tour de ses vêtements. Mais cela ne lais gênait pas outre mesure, avec la pluie, elle avait encore plus l'impression d'entrer dans un monde mystérieux plein d'inconnu et de danger.

Elle frémit délicieusement alors que la petite trouve s'ébranlait vers les barques.

Non, ce qui la mettait mal à l'aise, c'était plutôt tous ces enfants. Elle ne s'était pas fait d'ami dans le Poudlard exprès et encore moins sur le quai. Elle ne s'attendait pas à s'en faire du tout avant d'entrer dans une Maison. Là, ils seraient obligé de l'accueillir alors il y aurait surement des gens pour lui demander comment ça allait, si elle n'avait besoin de rien... ou la traiter de grosse patate poil de carotte. Ce que ça pouvait être bête un enfant...

Alors en attendant, elle essayait d'oublier la masse de cape noires et pointait ses mirettes dans toutes les directions, transperçant la nuit de son regard brun sombre. Elle se rendit assez vite compte qu'elle n'avait pas assez d'yeux pour tout voir, mais se rassura tant bien que mal en se disant qu'elle aurait sept ans pour faire le tour de ce panorama. Sept ans. Il y avait de quoi être rêveur.

Et c'est là, au détour d'un clapotis humide et une première année malchanceux qui finis dans l'eau noire, que le château se révéla. Il était exactement comme dans le livre que Mamiren lui avait offert pour son anniversaire l'année précédente. Encore plus beau, plus massif. Il se dégageait de la pierre et des tours élancées une force paisible qui faisait penser à un gros chat. Non. Plutôt à un gros chien de garde endormi. Chaleureux et fidèle. Dans l'obscurité de la rive du lac noir, Erin sourit. Elle aimait bien cette idée, et elle avait hâte de découvrir encore plus le monde avec l'aide de cet étrange chien de berger.

Plus précisément, elle avait hâte de savoir dans quelle maison elle allait être envoyée. Peur et hâte. Prate... Non c'était vraiment moche comme mot. Elle aurait bien voulut allé à Poufsouffle, comme sa père et sa grand mère. Sa mère lui avait dit que le Choipeau avait longtemps hésité entre serpentar et serdaigle pour elle. A force d'y réfléchir, Erin s'était dit que Serpentar aurait représenter un sacré défi ! Elle n'était pas certaine de vouloir tout le temps des défis mais ça aurait été amusant... Peut-être... Oh et puis non. On disait que les Serpentar étaient plus mesquins que les autres alors elle ne voulait pas être avec eux. Poufsouffle serait parfait. Au moins là-bas, peut-être qu'elle se ferait quelques vrais amis et qu'on ne se moquerait pas trop.

Elle dégluti en posant le pied dans le hall. La taille du château était encore plus ENORME à l'intérieur qu'à l'extérieur. Si ça continuait comme ça, elle ne serait pas étonné de voir que tous les professeurs allaient avoir la taille du garde-chasse et que la directrice en faisait le double.

Une jeune femme les sécha d'un coup de baguette et les prit en charge. Erin fut presque déçue de constater qu'elle avait une taille normale mais l'amusement qu'elle éprouva en voyant certains de ses camarades s'exciter pour un simple sortilège de séchage prit le dessus.

Cela ne dura que bien peu de temps. A chaque marche, chaque pas, chaque parole de cette professeur, Erin sentait son cœur se serrer et son estomac se soulever. Elle serra les poings dans ses poches, crispant les doigts sur son petit carnet et son crayon. Il fallait qu'elle tienne. Comme Dorian l'aurait fait. Lui, il n'aurait pas eu peur pour si peu, elle le savait. Mamiren non plus. C'était sûr. Alors elle ravala péniblement son angoisse montante et se redressa.

La porte s'ouvrit.

Elle déglutit. A coté d'elle, un jeune garçon fit aussi une drôle de tête. Elle ne dit rien mais cela qui fit du bien de savoir qu'elle n'était pas la seule à avoir la trouille. Le dos droit, la tête haute, elle fit le premier pas de la looooooooongue traversé de la grande salle... Et oublia bientôt son trouble devant le spectacle qui s'offrait à elle. L'or, le rubis, l'émeraude, le saphir. Les tentures et les uniformes étaient magnifiques. Les bougies. Le ciel. Par Merlin ! Le ciel ! Un orage magnifique. C'était la première fois qu'elle pouvait voir aussi clairement un ciel d'orage en étant dessous. Les dégradés de gris et e noir menaçant, le vent qui déformait les nuages bas. D'habitude, la pluie vous tombait dans les yeux, vous empêchant de voir tous les détails, mais là...

... Et bien là elle se prit les pieds dans la robe de sorcier d'un autre élève et manqua de faire un vol plané. Son cœur rata un battement mais quelqu'un la saisit par le bras, l'empêchant de s'étaler comme une crêpe au beurre sur le sol de pierre. L'angoisse revint comme une tonne de brique. Elle remercia le gamin mais n'arriva même pas retenir son nom ou son visage. Elle se sentait mal.

La chanson du Choixpeau était jolie, plus jolie que ce que Mamiren lui avait dit, mais elle n'en profita pas. Son teint virait doucement au verdâtre alors que le premier allait s'asseoir sur le tabouret devant des centaines de personnes.

Non mais non ! Elle ne devait pas se laisser abattre ! Elle respira à fond, ferma les yeux et...
  •  Erin Lake. 
Gnu !

Aussi assurée qu'une nouille cuite, elle composa pourtant sans peine le masque posé et détaché qu'elle utilisait à l'école moldue pour qu'on lui fiche la paix. Le dos droit, les yeux fixés sur le Choixpeaux, elle s'extirpa de la masse d'élèves qu'elle dépassait facilement une demie tête. Rondelette en plus d'être grande, elle ne passait pas inaperçue de toute façon. Ses longs cheveux roux dégringolaient jusqu'à ses hanches et ses yeux brun se posèrent droit devant elle avec une sérénité presque convaincante lorsqu'elle s'assit sur le tabouret inconfortable.

" Haha ! Faire semblant ne suffira pas. "


Erin sursauta, oubliant de faire semblant, et tourna un peu la tête vers le haut. Mais non c'était bien le Choixpeau qui venait de rire... Dans sa tête ?! Elle ne voulait pas qu'on entre dans a tête ! Ca, Mamiren ne lui en avait pas parlé ! Mais le Choixpeau continuait inexorablement et c'était comme si toutes les pensés de la jeune fille se tournaient peu à peu vers Poudlard et vers tous ces souvenirs qui pouvaient influencer ce qui était en train de se passer.

" Hmmm... Je vois...
Je vois une grande créativité et une soif d'inconnu et d'indépendance. Tu as un caractère bien trempé jeune fille... Et pourtant tu doute de ta place...
Mais aussi...
Je vois un besoin de justice et beaucoup de compassion.
Malgré ça... Je vois une curiosité qui n'est pas limité par le bien et le mal...
Une curiosité mêlée à une finesse d'esprit qui pourra te mener plus loin que tu ne le penses...
Un choix compliqué... "


Le Choixpeau continua de grommeler dans sa barbe. Erin inspira profondément, le dos raide. Et si elle n'était pas choisie... Elle se concentra, essayant de formuler distinctement une phrase dans sa tête pour essayer de répondre au Choixpeau.

* Euh... Si je pouvais aller à Poufsouffle... Je... *


" Serpentar te permettrait plutôt d'arpenter le chemin de ton choix.
Poufsouffle ne ferait que te retenir.
Tu y serais heureuse mais le confort que tu y trouveras ne te poussera pas sur le chemin de l'aventure. "


Erin frémis... Non. Elle ne voulait pas ça... Elle voulait créer, apprendre et découvrir. Elle voulait qu'on se souvienne d'elle, oui, mais pour ses créations, pour ses idées. Elle ne voulait plus être désavouée pour son physique ou ignorée pour son étrangeté. Elle voulait être...

" SERDAIGLE ! "


Un sourire rayonnant éclaira le visage de la fillette d'une oreille à l'autre. Tous les doutes, toute l'anxiété avait quitté son visage. Elle était tout simplement radieuse. Sautant à terre sous les cris de joies de ses nouveaux camardes, elle reposa soigneusement le Choixpeau sur le tabouret et s'en alla rejoindre la longue table, non sans avoir glissé au bout de tissus un très discret :
  • Merci...

Dae Hynah

La rentrée des élèves de première année

Après des heures passées à voyager dans le Poudlard Express, Dae sentit enfin le train ralentir puis s'arrêter. Elle se leva et passa sa veste, puis s'empressa de suivre les autres élèves pour se retrouver enfin sur le quai. Tout était comme ses parents lui avaient décris, sauf la pluie. Elle était battante ce soir là mais cela n’empêchait pas Dae de regarder partout autour d'elle, d'ailleurs elle fut frappée par la personne qui était chargée de les accueillir. Elle n'était pas bien sûre que ce soit un homme, à cause de sa petite taille (et des bons deux mètres cinquante de l'objet de son indignation) elle n'était pas capable de bien voir son visage. Dae fut forcée d'avancer rapidement vers les barques, poussée par des élèves bien trop pressés et turbulents à son goût. Elle s’assit dans la barque détrempée en se contenant de claquer des dents. Alors que les barques se rapprochaient lentement du château les paroles de ses parents lui revinrent en tête.

"Immense, imposant, de hautes tours, une grande cour, des pierres imposantes, le tout respirant la magie."

Lorsque tous les élèves étaient enfin à l'abri de cette pluie diluvienne, on les conduit rapidement vers la grande salle. Les portes s'ouvrirent et tous les nouveaux élèves avancèrent entre les deux rangées interminables de tables. Dae remarqua que bon nombre de ses camarades étaient tendus à l'idée de traverser cette salle en étant scruté par les autres élèves. A moins que ce ne  soit la cérémonie de répartition qui les effrayait autant? Dae n'en savait rien, en tout cas elle ne ressentait aucune tension et avança parmi les autres en regardant droit devant elle, à cet instant elle ne voyait que le chapeau posé sur ce tabouret, en plein milieu de l'estrade.

La cérémonie commença avec la chanson du Choixpeau, Dae connaissait par cœur cette mélodie (sa mère la lui chantait comme berceuse) et mima les paroles avec ses lèvres. Plusieurs élèves furent alors appelés chacun leur tour. Dae les observa sans aucun jugement et applaudit en chœur avec les autres lors de chaque annonce de répartition.

"Dae Hynah!"

Le cœur de Dae eut un soubresaut. Elle inspira pour garder son calme légendaire et avança lentement vers le tabouret. Elle se retourna afin de faire face à la centaine de sorciers qui étaient assis à leur table et qui la regardaient maintenant fixement. Elle s'assit avec grâce et attendit qu'on pose le Choixpeau sur sa tête, ce qui arriva plus vite qu'elle ne l'aurait pensé.

Dae ferma intentionnellement ses oreilles pour ne rien entendre du monologue du Choixpeau.

"Maman était à Serpentard, Papa a Poufsouffle... Alors où sera ma place?"

Dae trouva le moment particulièrement long alors qu'elle regardait patiemment le visage de sorciers qu'elle arrivait à apercevoir de là où elle était assise sans rien écouter de ce qui se passait autour.

"Bien sûr... Ta place ne peut être qu'à... Serdaigle!"

Son ouïe s'éveilla pile au bon moment puisqu'elle entendit clairement le choix qui allait influencer toute sa scolarité ici à Poudlard. Elle se leva dès qu'elle ne sentit plus le poids du chapeau posé sur sa tête. Elle offra à ses camarades qui n'avait pas encore été répartis son plus beau sourire puis se tourna vers sa nouvelle famille. Dae trottina vers la table de sa maison et s'assit entre deux sorciers de Serdaigle. Ce qui lui sembla, à ce moment là du moins, être sa place.

La rentrée des élèves de première année

[Maison des Reedworth]

1er septembre. Le grand jour. Stormi Reedworth, jeune sorcière de 10 ans et demi habitant à Notting Hill, allait faire son entrée à l’école de sorcellerie Poudlard pour la première fois. Aimant vivre "au jour le jour", elle ne s’était pas particulièrement préparée pour cette rentrée, et à 10h ses bagages n’étaient toujours pas faits. Pendant qu’elle traînait encore sur le canapé du salon, toujours en pyjama, sa mère lui avait rappelé l’heure avec inquiétude, et lui avait conseillé de se dépêcher. Mais Stormi n’avait pas l’habitude de se prendre la tête et de se stresser pour quelconque événement, même sa rentrée semblait être prise à la légère. Elle monta néanmoins dans sa chambre sans rechigner, attrapa une grande valise d’une très chère et célèbre marque Moldue, l’ouvrit avec difficulté vue sa taille, et commença à la remplir. Elle y entassa des dizaines et des dizaines de vêtements, si bien que ses fournitures scolaires eurent du mal à rentrer. En effet, la mode était l’une des passions premières de la jeune fille, et elle comptait bien emmener toutes ses fringues préférées à l’école.

Environ trente minutes plus tard, Stormi avait bouclé sa valise bien remplie, et rejoignait ses parents et son grand frère Sidney qui l’attendaient en bas de l’escalier. Sidney, âgé de 18 ans, avait terminé sa scolarité à Poudlard l’année précédente mais souhaitait être présent pour la première rentrée de sa petite sœur chérie. Après avoir dit au revoir à son chien, un beau et grand lévrier noir, Stormi sortit sur le seuil de la porte. Quelques minutes plus tard, la famille était installée dans le taxi qui roulait en direction de la gare de King’s Cross ou le Poudlard Express attendait les futurs élèves.


[Gare de King’s Cross / Poudlard Express]

10h50, voie 9 ¾. Une fois la barrière magique passée, Stormi, ses parents et son frère débarquèrent devant le grand train rouge et fumant. Devant un tel spectacle, Stormi ne pouvait qu’être impressionnée. Sentiment qu’elle ressentait néanmoins assez rarement, ou seulement devant l’incroyable. Le train semblait sur le point de partir, et les derniers enfants sur le quai s’empressaient d’y monter. Stormi se tourna vers sa mère qui la serra dans ses bras. « Amuse-toi bien Storm’… Et surtout ne fais pas trop de bêtises, évite de t’inspirer de ton frère. » lui dit-elle en pouffant de rire. « T’inquiètes maman… » lui répondit Stormi en lui souriant d’un air narquois. Elle se tourna alors vers son frère, qui lui posa une main sur l’épaule. « Essaie de pas t’faire virer en cours d’année, les démarches pour être réintégré sont tellement longues et chiantes… » il lui afficha un large sourire, découvrant quelques dents en argent qu’il avait perdues lors de ses nombreuses aventures à Poudlard. Stormi lui sourit affectueusement. Puis elle finit par se tourner vers son père, et lui sauta dans les bras. « Tu vas me manquer hun’… Éclate-toi comme il faut, j’te fais confiance… » murmura-t-il à son oreille. Elle lui répondit par un grand sourire. Puis elle attrapa sa valise et s’avança vers l’immense train. Elle se retourna une dernière fois vers sa famille et lui cria un « J’VOUS AIME ! » avant de hisser sa grosse valise dans le train, et d’y monter.

Stormi remarqua que déjà de nombreux élèves semblaient se connaître, et même ceux qu’elle identifia comme des premières années avaient créé quelques amitiés le temps de l’attente sur le quai. Etant arrivée assez tard, elle n’avait adressé la parole à personne. Mais elle ne se sentit pas désarmée pour autant, pour le moment elle n’avait de toute façon pas particulièrement envie de parler à qui que ce soit. Elle ne craignait pas la solitude et savait que de toute façon, elle n’aurait aucune difficulté à aborder des camarades lorsqu’elle en ressentirait le besoin. Toujours dans le couloir, elle se dirigea alors vers un compartiment où deux garçons de son âge se trouvaient déjà. « Salut, Stormi Reedworth, j’peux m’asseoir là ? » dit-elle. Les deux baragouinèrent leurs noms et Stormi s’assit avant même qu’ils n’aient fini de parler. Elle se posa du côté de la fenêtre, dans le sens de la marche, et regarda dehors. Elle avait hâte d’aller à Poudlard. Mais pour le moment, elle pensait à son quartier et à ses amis Moldus qu’elle aimait tant et qu’elle ne reverrait pas avant Noël. Elle passa la moitié du trajet à écouter de la musique, et l’autre moitié à rattraper sa nuit.


[Gare de Pré-au-Lard / Domaine de Poudlard]

Stormi se réveilla quelques minutes avant l’arrivée du train à la gare de Pré-au-Lard. Il faisait nuit. Après ces heures de repos, elle se sentait bien plus motivée à l’idée de débarquer dans un nouvel environnement. Les deux garçons à côté d’elle semblaient avoir déjà développé une certaine amitié durant le voyage ; ils discutaient avec excitation en jetant des regards de tous côtés. Le train s’immobilisa, ils étaient arrivés. Stormi se leva, attrapa sa valise qui failli lui arracher les bras en tombant du dessus des sièges, et sortit dans le couloir devant les deux garçons qui étaient encore occupés à regarder dehors. Elle suivit les autres sur le quai. Elle se trouva alors face au plus grand homme qu’elle n’avait jamais vu. Elle sut directement de qui il s’agissait, son frère lui en ayant parlé de nombreuses fois. Rubeus Hagrid. « Le gardien des clés et des lieux » se remémora-t-elle. « S’il n’était pas si gros et vieux, il ferait fureur à la NBA… » se dit-elle amusée. Le géant invita les premières années à le suivre, et la petite troupe arriva devant un immense lac noir sur lequel se tenaient de vieilles barques immobiles. Aimant les surprises, Stormi regretta que son frère lui ait déjà "spoilé" le voyage en barque des premières années jusqu’au château… Mais toujours partante pour les activités sortant de l’ordinaire, elle fut l’une des premières à s’installer dans une barque, et une fois tout le monde en place, les bateaux entamèrent leur long voyage silencieux jusqu’au grand château dont la silhouette commençait doucement à se dessiner au milieu de la brume. Le temps était calme, frais… Stormi se sentait bien, elle avait de plus en plus hâte d’enfin passer les portes de Poudlard.

Les barques accostèrent dans la crique, et les élèves s’empressèrent de descendre. Un jeune garçon tremblant de stress, était passé par-dessus bord pendant la traversée et Stormi ne pouvait s’empêcher d’afficher un sourire moqueur devant sa silhouette misérable et grelottante. Détestant le sport, la montée des marches jusqu’au château fut une épreuve pour la jeune fille, elle fut à deux doigts de demander à Hagrid de la porter sur son dos…
Le petit groupe entra enfin dans l’immense château. Marchant devant tout le monde, Stormi était si enthousiaste qu’elle ne pouvait cesser de sourire, les yeux écarquillés. Elle ne ressentait pas la moindre appréhension, elle se sentait déjà chez elle.


[Grande Salle]

Avant leur entrée dans la Grande Salle, les nouveaux eurent droit à un petit speech de la sous-directrice. Stormi n'écoutait qu'à moitié, les discours formels à propos des règlements, des interdictions et de l'ordre ne l'intéressaient pas le moins du monde. Puis enfin, ils entrèrent dans la Grande Salle. Tous les regards étaient tournés vers eux, et sans la moindre timidité, Stormi regarda quelques élèves assis, tout sourire. Elle admira également la salle, si chaleureuse malgré sa taille. Au bout, devant la table des professeurs, se trouvait un vieux chapeau rapiécé de tous côtés. Le Choixpeau magique, évidemment. A peine les élèves rassemblés devant lui, le chapeau ouvrit la large déchirure qui lui servait de bouche, et entonnât une chanson. Sa voix fatiguée mais joyeuse emplit toute la salle. Mais Stormi prit à peine le temps de l’écouter, trop occupée à admirer les lieux.

Soudain, les bruyants applaudissements de la foule lui indiquèrent que le chapeau avait fini son show. « Alors voilà, tu y es… » se dit Stormi, sentant pour la première fois de la journée un petit stress l’envahir. C’était le moment. Beaucoup de questions et de scénarios se bousculèrent alors dans sa tête. « Toute ta famille depuis des générations et des générations est chez Serpendard, pourquoi serais-tu envoyée ailleurs… Mais on ne sait jamais, je me souviens de ce pote de Sidney qui avait fini chez Poufsouffle alors que l’intégralité de ses ancêtres était chez les Verts… Rahhh, flemme d’être à Poufsouffle… Nan, ne t’inquiètes pas, tu t’es toujours sentie Serpendard alors même que tu n’étais pas encore à Poudlard, ta place y est forcément… Mais peut-être as-tu justement été influencée par ta famille, peut-être ta place est-elle ailleurs en réalité ? » elle commençait à se laisser submerger par l’appréhension, sentiment qu’elle connaissait peu, et ne sut quoi faire pour se détendre. Déjà quelques élèves étaient passés sous le Choixpeau, tous avaient l’air ravis et soulagés. Soudain alors qu’elle était enfin en train de relativiser en se rappelant que le Choixpeau prend en compte les choix de l’élève sur lequel il est posé, elle entendit son nom résonner dans la grande salle. « REEDWORTH, STORMI ! ». Elle avala sa salive, se redressa, eut juste le temps d’apercevoir deux professeurs se murmurer quelques mots à l’oreille à son sujet, puis s’avança d’un pas sûr vers le petit tabouret. « Allez, c’est parti. » se dit-elle juste avant de s’asseoir. Elle sentit le vieux chapeau se poser lourdement sur sa tête, et eut alors l’impression d’être plongée dans le noir et le silence. Une voix suave et peu rassurante s’éleva alors dans ses oreilles…

« Ohh… Tiens tiens, une nouvelle Reedworth… » Stormi ne sut si elle devait répondre, et murmura un petit « salut ! » en se demandant si les autres élèves avaient fait de même. Le chapeau reprit « Tu le sais déjà n’est-ce pas, où je vais t’envoyer… Tout est clair dans ta tête, ta place y est, tu ne peux être ailleurs… » il marqua une pause, assez de temps pour que Stormi sente une vague d’impatience monter en elle. « Allez mec, crache le morceau ! » se dit-elle avant de se demander si le chapeau pouvait entendre ses pensées. C’est alors qu’il reprit « Oui, tu ne peux être ailleurs qu’à… SERPENTARD ! » cria-t-il dans la salle entière.
Stormi sentit alors un poids l’abandonner, et elle retrouva instantanément le sourire. Elle se sentie stupide de s’être inquiété et d’avoir douté pour rien. Elle le savait depuis le début, elle l’avait toujours su… Pourquoi avoir pensé qu’elle aurait pu se trouver ailleurs que chez Serpentard alors qu’elle se sentait appartenir et correspondre à cette maison au plus profond d’elle-même depuis bien longtemps…

Après cette importante dose d’émotion, Stormi retrouva rapidement son petit sourire en coin et son regard quelque peu prétentieux habituel, et alla rejoindre la table des Serpentard qui l’acclamaient joyeusement. Elle s’assit à côté d’un garçon brun aux yeux verts perçants, et se présenta à lui. Maintenant elle avait envie de parler, envie de rencontrer du monde, de faire connaissance avec ceux qui l’entouraient. Désormais elle savait que cette année serait merveilleuse et qu’elle y ferait de grandes choses… Elle était à la maison.

- S. J. R.

La rentrée des élèves de première année

Le trajet en train du Poudlard Express c’était passé sans encombre pour Libbie. Elle avait eu le temps de bien avancer dans son livre de l’histoire de Poudlard. Elle se sentait un peu rassurée après avoir lu quelques pages. Après être descendue du train, Libbie suivi les autres élèves comme un mouton suivant son troupeau jusqu’à apercevoir un homme très grand et robuste. Hagrid, le gardien des clefs et de lieux à Poudlard avait ensuite guidé les élèves jusqu’à des barques près d’un lac. De loin, on pouvait voir que le château était immense, mais le temps orageux n’avait pas permis à Libbie d’en avoir une image claire. *Des orages et de la pluie…ça ne présage rien de bon je le sens* pensa Libbie toute appeurée. Le voyage sur les barques avait été plus que pénible tellement le vent faisait bouger les barques. La jeune sorcière pensait même qu’elle allait valser par-dessus bord.

Les élèves étaient maintenant tous sur le sol ferme, près du grand escalier du hall d’entrée. D’ici Libbie pouvait entendre les brouhaha feutré de la grande salle non loin de là. Tous attentaient de voir ce qui allait se passer. Soudain une femme d’une trentaine d’années, les mains coincées dans le dos apparue vêtue d’une robe rouge sombre de sorcière aux bordures argentées. Elle sorti sa baguette et effectua un petit mouvement et d’un seul coup, les élèves mouillés virent les gouttelettes d’eau s’évaporer devant leur yeux ébahis.

« Voilà qui devrait être plus agréable, dit-elle avec le sourire. Soyez les bienvenus à Poudlard ! Merci Hagrid, ajouta-t-elle en direction du demi-géant qui déjà repartait sous la pluie. »

Quelques instants plus tard, la femme reprit d’une voix plus ferme : « Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi ! »

Le professeur Almeida guida les élèves vers une pièce bien éclairée et exigüe où ils s’entassèrent.

« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement, ajouta le professeur avec un ton plus dur. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »

*Je me demande bien à quelle maison je corresponds…je n’ai aucune idée de ce qu’elle représente…* s’inquiéta Libbie.

« La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et suivez-moi ! » reprit Madame Almeida.

Libbie n’avait cependant pas trop le temps de se poser des questions, elle reprit le pas et suivi les autres. Dans la grande salle, la jeune sorcière se senti rétrécir au fur et à mesure qu’elle avançait dans l’allée centrale entourée de grandes tables remplies d’élèves qui fixaient les nouveaux avec attention. Le plafond de la salle reproduisait le ciel orageux de dehors. A la fin de l’allée, une grande table perpendiculaire aux autres dominait la salle. * Ce sont sûrement les professeurs* pensa Libbie. Devant eux, se trouvait un tabouret avec un vieux châpeau posé dessus et un parchemin.

« La Cérémonie de la Répartition va commencer. » lanca le professeur.

Le brouhaha cessa et tout le monde avait les yeux rivés sur ce fameux chapeau. Tout d’un coup, une pliure du chapeau se mit à boucher, telle une bouche. Le chapeau pris la parole en chantonnant.


Si vous m’trouvez un peu vieilli,

Si vous m’trouvez détérioré,

Sachez que mon ancienneté

Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,

Il y a de cela fort bien longtemps,

Par quatre sorciers très puissants

Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie

Ne pouvait pas se pratiquer

Sans se faire mener au bûcher

Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros

Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs

Ont choisi de prendre pour repère

Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,

Ils ont pu faire de ce haut lieu

Une école où le plus dangereux

Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :

Godric, Salazar et Helga,

Et n’oublions pas Rowena.

Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants

Dont le courage est sans mesure.

Tous ceux qui ont soif d’aventures

Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe

A Serdaigle seront bien lotis,

Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,

L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants

Chez Poufsouffle se rendront sans doute

Car ce que le Blaireau redoute

C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer

Les malins et les ambitieux.

Si vous n’avez pas froid aux yeux,

Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants

Je ne vous ferai aucun mal.

Je vais juste devant toute la salle

Lire votre tempérament.


Tout le monde avait l’air de trouver ça normale mais, pour la jeune Libbie tout cela était nouveau et perturbant. Lorsque le chapeau termina son discours, des applaudissements éclatèrent dans la salle. Puis, le silence revint.


« Le Choixpeau Magique, déclara Isabel Almeida en désignant la relique, se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal, ajouta-t-elle face aux regards inquiets de quelques enfants. »

Libbie attendait en silence que son tour vienne. D’autres élèves passèrent avant elle et elle pû se rendre compte qu’il n’y avait aucune crainte à avoir. Le Choixpeau ne mordait pas. La seule pensé qui la traversait était le choix de sa maison.

« Libbie Moore » cita Madame Almeida.

Libbie respira profondément puis s’avança vers le tabouret. Elle s’installa et le professeur posa le Choixpeau sur sa chevelure brune.

Sans aucune hésitation, le Choixpeau prononça le nom de "Serpentard". Libbie n’avait aucune idée des coutumes, des valeurs ou du genre de sorciers qui étaient à Serpentard. Mais elle allait vite le découvrir. A la fin de la répartition, chaque élève rejoignit sa table. Celle de Serpentard était ornée de vert émeraude et du sigle du serpent.

Libbie Moore

La rentrée des élèves de première année

La pluie battait depuis des heures le carreau de la vitre. Isidora était toujours assise dans son compartiment du Poudlard Express avec trois autres premières années. Autour d’elle, le silence régnait et la tension des élèves augmentait au fur et à mesure à l’approche de Poudlard. Sur ses genoux, des paquets de Chocogrenouilles étaient posés, restes du repas du midi. Le front posé contre la vitre couverte de buée, elle réfléchissait. Qu’allait-elle devenir ? Allait-elle enfin être acceptée pour ce qu’elle était vraiment ? Cela n’avait pas été le cas dans la deuxième école de moldus où elle était allée, serait-ce différent ici ? Et ce Choixpeau, était-il si juste que cela ? L’Histoire de Poudlard et son père l’affirmait. Après tout, il avait été créé par quatre sorciers surpuissants…

Le crissement des freins du train sur les rails la sortie de sa léthargie. Elle se leva mécaniquement à la suite de ses camarades et laissa sa valise sur le porte-bagage. Isidora manqua de glisser sur la marche humide du train et se rattrapa tant bien que mal. Elle frissonna en sentant la pluie ruisselée dans sa nuque découverte.

Elle entendit une voix crier.
« Les premières années par ici ! Les premières années par ici ! »

Une lanterne se balançait bien au-dessus de la tête des élèves. La voix semblait venir de là. Elle se fraya un chemin tant bien que mal à travers la foule et arriva aux pieds de celui qui parlait. Elle se dévissa le cou et tenta de le dévisager. L’obscurité de la nuit et son épaisse barbe grisâtre l’empêchait de distinguer son visage. Cependant, Isidora le reconnut aussitôt. Il s’agissait d’Hagrid, le célèbre demi-géant ami d’Harry Potter celui qui avait été assassiné quelques années auparavant. La nouvelle avait fait la une de La Gazette du Sorcier.

« Tout le monde est là ? Suivez-moi. »

De sa démarche lourde, Hagrid  conduisit les premières années à travers un chemin sombre à travers la forêt. Isidora se rapprocha d’un des élèves auquel elle avait parlé dans le Poudlard Express et lui murmura :
« Où est-ce qu’il nous amène ?
-Je crois que les Premières années vont à Poudlard par le Lac en barque.
-Même par ce temps ? » S’étonna Isidora.
Pour toute réponse son camarade haussa les épaules.

Ils continuaient à marcher et leurs pas s’enlisaient dans le sentier boueux. La pluie avait cessé mais ils étaient tous trempés. Le château apparut enfin au détour du sentier. Splendide, il se reflétait sur l’eau luisante du lac.
Les élèves frigorifiés se tassèrent par quatre dans les barques humides. Hagrid  occupait à lui seul une barque et quand tout le monde fut installé il cria « En avant ».
Les embarcations glissèrent sur l'eau lisse, troublant lsa surface paisible du lac. Rapidement, la pluie reprit trempant à nouveau les élèves. Les enfants durent se baisser quand ils entrèrent dans un sombre tunnel qui semblait mener au sous-sol du château. A l’approche du magnifique bâtiment la mélancolie d’Isidora laissait place à son excitation.
Les barques glissèrent une dernière fois et percutèrent les marches d’un large escalier. Elle s’empressa de les monter et s’arrêta devant la lourde porte de chêne entourée par ses camarades. Hagrid s’approcha de la porte, son lourd manteau goûtant sur le sol de pierre. Son poing imposant frappa un coup sourd sur la porte. Quelques secondes passèrent et une sorcière vêtue d’une robe rouge sombre à bordures argentées ouvrit les larges battants de l'entrée. Elle se décala et laissa entrer les élèves intrigués. Elle embrassait de son regard bienveillant les élèves trempés devant elle. En voyant la sous-directrice, la boule au ventre d’Isidora se dénoua aussitôt et elle ressentit même un peu de soulagement.
D’un simple coup de baguette, elle sécha leurs vêtements trempés.

« Voilà qui devrait être plus agréable, leur dit-elle en souriant. Soyez les bienvenus à Poudlard ! Merci Hagrid, ajouta-t-elle en direction du demi-géant qui déjà repartait sous la pluie. »

Avec ce sort, la jeune femme rappelait à Isidora son père. Le même sourire, la même magie bienveillante. Elle se sentait déjà chez elle et en oublia ses doutes quant à sa future maison.

« Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques, reprit-elle. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi ! »

Elle les conduisit dans un agréable salon où brulait un feu de cheminée. Almeida prit alors la parole leur expliquant le fonctionnement de l’école. Ses parents lui avaient déjà évoqué tout cela mais elle n’en demeurait pas moins attentive.  Elle sentait qu’une part importante de sa vie ce jouait là.

Elle se dirigea alors vers la Grande Salle, les premières années à sa suite. Impressionnée, Isidora leva son visage vers l’immense voûte reproduisant le ciel orageux à l’extérieur du château. Des milliers de bougies flottaient et diffusaient une chaleureuse lumière dans la pièce. Les murs étaient ornés de quatre étendards un écarlate, un d’un bleu profond, un autre jaune et un vert émeraude. Le groupe s’arrêta devant une table posé sur une estrade. Une femme aux cheveux noirs et avec une mèche blanche scrutait attentivement les nouveaux arrivants. Elle siégeait sur un fauteuil imposant au centre de la table des professeurs. Etrangement, le regard d’Isidora ne s’arrêta pas sur la directrice mais sur un chapeau décrépit posé sur un tabouret.

Le silence se fit dans la Grande Salle. C’est alors que le tissu du couvre-chef se fendit, faisant apparaître une large fente sur la relique qui ressemblait à une bouche. Isidora le reconnut enfin. C’était le Choixpeau que son père avait un jour étudié dans le cadre de son travail ! Il commença enfin à déclamer sa fameuse chanson, présentant l’histoire de Poudlard et de ses Quatre Maisons Quand il eut fini, des applaudissements retentirent. Almeida déplia alors un parchemin et appela le premier élève qui fut directement envoyé à Poufsoufle alors que le Choixpeau venait à peine d’effleurer sa tête.

« Avalon Isidora ! »

C’était déjà son tour.
Après quelques secondes de trouble, elle commença à se rapprocher de la relique en se frayant un chemin  à travers les élèves. Sentant le regard des autres élèves sur elle, elle lâcha le bord de ses manches qu’elle triturait nerveusement. Elle s’assit tant bien que mal sur le tabouret tandis qu’Almeida posait le Choixpeau sur sa tête. Pourvu que cela se passe bien, se dit-elle. En ce moment même, elle aurait aimé faire partie de ses élèves au destin tout tracé dont la famille avait toujours été dans la même Maison. Attendant la sentence, elle laissait son regard se balader sur les quatre tables devant elle. La plupart des élèves la regardait tandis que certains murmuraient entre eux. Soudain elle entendit une voix qui lui parlait :
Hmm…une Avalon, cela faisait longtemps.

Je perçois une soif de connaissance, du courage

Tu veux te prouver que tu es capable de réussir loin de ta famille, oui c’est cela

Un choix difficile…

Mais toi que veux-tu ?

Tu doutes maintenant, tu as peur mais tu ignores tes craintes car tu veux réussir

Du talent, mon dieu oui

Tu t’ennuierais à Poufsouffle, ta gentillesse n’y pourra rien

Serdaigle, trop peu d’ambitions

Mais Gryffondor, tu es suffisamment courageuse pour

Non décidément, ce sera SERPENTARD !


Enfin, il avait fait son choix. C’est avec un soulagement évident qu’elle descendit du tabouret trop grand pour elle. Reprenant contenance elle cacha son trouble en levant légèrement le menton et en marchant le plus sereinement possible. Elle rejoignit sa table où des élèves applaudissaient et sifflaient. Elle s’assit en face d’un fantôme à l’apparence morbide. L’ignorant, elle souriait aux Serpentard autour d’elle quand elle réalisa : elle était à Serpentard ! La maison dont était issu les plus illustres sorciers mais également les plus puissants mages noirs. Elle redoutait la réaction de ses parents à qui elle devrait envoyer un hibou. Après tout si le Choixpeau l’y avait envoyé, c’est qu’elle y méritait sa place. Elle espérait que sa Maison lui permettrait de satisfaire son envie de découvrir le monde et de se démarquer.


Cependant, elle aurait bien aimé aller à Serdaigle…

~Isidora Avalon~

La rentrée des élèves de première année

Le train ralentissait tandis que le cœur de Gabriel s’accélérait, ils arrivaient à Poudlard. Les gens commencèrent à s’agiter dans le train. Gabriel rapprocha son visage de la fenêtre pour y admirer la vue mais pour le moment il ne voyait rien de bien magique, des bâtiments simples, une gare comme les autres accompagnés une pluie diluvienne et de quelque grondement de tonnerre. Gabriel soupira puis jeta un œil à la bague de son père qu’il portait sur son majeur droit (la bague était un peu trop grande pour lui), une bague gris métallisé avec des inscriptions gravées dans langue ancienne.
Le train était enfin complètement arrêté, la pluie n’allait pas arrêter les apprentis sorciers, tout le monde se précipita vers les portes pour sortir le plus vite possible. Gabriel n’était pas friand des bousculades, il resta assis et attendit que les agglutinations d’élèves cessent.
En descendant du train il vit un géant barbu et aux longs cheveux noirs guider les élèves, il tenait une lanterne dans sa main. Gabriel fut paralysé à la vue de ce personnage, un des élèves s’approcha de Gabriel et lui dit.

« C’est Hagrid, ne t’en fais pas tout le monde dit qu’il est vraiment très gentil »

Hagrid fit un sourire chaleureux à Gabriel comme pour le rassurer avant de demander à tous les élèves de le suivre. La pluie faisait rage, les cheveux de Gabriel dessinaient de belles boucles qui venaient s’écraser sur son visage. Il suivit la foule riotant du bruit que faisait le « troupeau » d’élève en marchant sur les flaques que laissait la pluie.
Le groupe d’apprenti sorcier s’approcha d’un lac, il fallait montrer dans une barque pour rejoindre le château de Poudlard actuellement cacher par la brume.

« Les sorciers n’ont pas inventé la téléportation ?! »

Déclara Gabriel dans un élan de complainte. Il y avait 4 élèves par barques. Le mouvement des radeaux et les gouttes d’eau qui s’écrasaient dans le lac offraient une mélodie agréable à l’oreille et Gabriel se délectait de l’odeur maritime qu’offrait la pluie et le lac. Il décida de caresser la surface de l’eau pour pouvoir pleinement apprécier ce moment, elle était glaciale, Gabriel retira aussitôt sa main et regarda autour de lui pour voir si un des élèves dans la barque allais lui faire une remarque mais tout le monde était occupé à regarder ailleurs. Gabriel décida de suivre leur regard, il vit un immense château éclairé de mille feux, c’est donc là que Gabriel allait apprendre à devenir un sorcier accompli ! Son père n’avait pas eu le temps de lui décrire le château de Poudlard ainsi c’était sa toute première découverte, il en avait les larmes aux yeux. Il jeta un œil aux autres barques, tous les élèves semblaient émerveiller par ce château si grand avec cette architecture gothique. Des bruits d’émerveillement se faisaient entendre et se marièrent avec le chant de la pluie de sur le lac. Il y avait toujours quelques élèves qui faisaient la gueule à cause de la pluie ce qui avait tendance à faire sourire Gabriel.

Une fois entrer dans le château les enfants se dirigèrent vers une immense porte en bois massif, Hagrid frappa la porte. Quelques instants plus tard la porte s’ouvrir, Gabriel avait les cheveux dans les yeux, il maudit sa touffe qui s’était transformé en serpillière imprégner d’eau !

« Voilà qui devrait être plus agréable »


Gabriel n’eut le temps de réellement se plaindre de sa cécité provoquer par le caprice de ses cheveux que ces derniers se mirent à sécher instantanément offrant à nouveau la fameuse coupe afro de Gabriel, sa robe de sorcier se mis également à sécher. Il voyait enfin la personne que les à accueillit, Isabel Almeida, la sous-directrice de Poudlard. Gabriel en entendit parler en se renseignant un peu sur Poudlard. Elle souhaita la bienvenue aux nouveaux élèves et remercia Hagrid de les avoir accompagnés. La sous directrice de Poudlard se présenta ensuite aux nouveaux futurs sorciers avant de les conduire dans une pièce étroite où tous les élève donnais des épaules pour essayer de distinguer et d’entendre ce que la sous directrice de Poudlard déclarait.

« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement… A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »

Son père lui avait parler de ces histoires de maisons, il était sous le blason de Serdaigle, ainsi Gabriel espérait de tout cœur être à Serdaigle pour suivre les traces de son père.

*Une seconde famille, j’ai toujours voulu avoir une vraie famille…Je pense que ma place est ici *

Gabriel était admiratif de la prestance de la sous-directrice de Poudlard un mélange de bienveillance et d’autorité. Gabriel regarda tous les élèves autour de lui en se disant que dans quelques minutes certains d’entre eux feront partie de sa nouvelle famille, Gabriel sourira, Gabriel était prêt.
Le groupe était enfin dans la grande salle, un brouhaha immense se faisait entendre. Le jeune apprenti sorcier était impressionné que tous les élèves de l’école puissent tenir dans cette salle. La grande salle ornait un ciel artificiel accompagné des blasons des 4 maisons, Gabriel avait des étoiles dans les yeux.

« La Cérémonie de la Répartition va commencer. »

Gabriel déglutit, c’était le moment, un grand moment, allait-il suivre les traces de son père ? Gabriel commença à trembler, c’était une incroyable monter d’adrénaline, un tournant dans sa vie de sorcier alors qu’il venait à peine de la découvrir. Petit à petit la grande salle devint silencieuse et tous les regards se dirigeaient vers les nouveaux arrivants et l’étrange chapeau animé.
Le choixpeau se mit à chanter, Gabriel avala chacun de ses paroles

*Godric, Salazar, Helga et Rowena , les fondateurs des maisons, ça a dû être de grand sorcier j’espère que nous arriverons à leur faire honneur*

Isabel Almeidia se mit à appeler les élèves, les élèves passèrent, les uns après les autres, Gryffondor ! Serdaigle ! Serpentard ! Serpentard ! Le groupe diminua au fil des attributions des maisons, les tables applaudissaient leur nouveau venu…

« Gabriel Flocke ! »

C’était le moment, le cœur de Gabriel s’accéléra, il commença à transpirer, chaque seconde ressemblait à une éternité. Le silence revint de nouveau dans la grande salle. Gabriel expira calmement puis s’approcha du choixpeau. Le chapeau magique s’approcha de la tête de Gabriel et sans même avoir eu le temps d’atterrir sur la tête de Gabriel que le chapeau animé tfait son choix.

« Poufsouffle ! »

*Pouf…souffle… ?! Mais… et papa ? Mais je…le choixpeau n’a pas hésité … comment ça se fait ?! Je ne suis pas de la trempe de mon père ?? …*

C’est avec le regard vide que Gabriel se rapprocha de la table de sa maison sous l’acclamation des élèves de sa maison. Le nouveau Poufsouffle n’eut à peine le temps de s’assoir que tout le monde lui posait des questions, lui proposa à manger, se présentais… Quelle chaleur ! Ils étaient tous aussi gentil les uns que les autres. Gabriel reprit ses esprits puis commença à apprécier le festin en échangeant avec ses pairs.

Son aventure avait enfin commencé ….

2 ème année RP
"J'aimerais que ce que je sois vaille la peine d'être apprécié"

La rentrée des élèves de première année

La grosse main d'Hagrid venait à peine de s'abattre sur le bois, que la porte s'ouvrit. Eider, qui devait faire une voire deux têtes de moins que ses camarades, ne put rien discerner concernant cette mystérieuse personne qui venait les accueillir. Les autres élèves, impatients de se mettre à l'abri de la pluie, trépignaient sur place et s'engouffrèrent rapidement à l'intérieur du château une fois que l'imposant garde-chasse leur laissa le passage. Emportée par cette foule, la fillette passa brusquement l'embrasure de la porte et s'écarta de quelques pas du groupe pour pouvoir respirer. Eider peinait à voir ce qui l'entourait, sa frange lui obstruant les yeux à cause du déluge auquel ils avaient eu droit en arrivant. Elle eut à peine le temps de se plaindre mentalement de son apparence, sûrement désastreuse, qu'elle - et tous les élèves autour - se retrouva sèche de la tête aux pieds, comme s'ils n'avaient jamais été trempés. Eider leva les yeux et vit une jeune femme souriante d'une trentaine d'année, vêtue d'une robe de sorcière pourpre et qui les observait, baguette à la main. La fillette ne s'arrêta pas plus longtemps sur cette femme et préféra promener son regard sur ce qui les entourait. Une oreille néanmoins attentive lui fit comprendre qu'il s'agissait de la sous-directrice de l'école, Isabel Almeida. *Bah quoi, on n'est pas assez bien pour la directrice c'est ça ?* se dit-elle en passant une main désinvolte dans ses cheveux.

Une fois que le discours de la sous-directrice fut terminé, Eider se précipita au dehors de la petite pièce dans laquelle ils étaient entassés depuis bientôt quinze bonnes minutes, si ce n'est plus. Elle n'aimait pas la proximité avec les gens et encore moins perdre son temps à écouter ce genre de blabla, surtout quand il était déjà connu.
*Après tout ça doit la saouler autant que nous... répéter ça chaque année franchement.*
Après que tous les élèves furent sortis de la petite salle, ils se dirigèrent vers une splendide porte en bois qui laissait filtrer un brouhaha de plus en plus audible. Miss Almeida ouvrit les battants en grand avant de leur lancer un sourire encourageant et de leur ouvrir la voie. C'est en rang que les premières années firent leur entrée dans la Grande Salle. La pièce était décorée aux couleurs des quatre maisons et éclairée par des bougies volantes. Le plafond magique avait reproduit à la perfection le temps orageux qu'il faisait à l'extérieur du château. Quatre longues tables étaient occupées par les différents élèves de chaque maison et émanaient d'elles des rires, des bavardages ; une joie débordante en somme.
Avançant dans l'allée, Eider s'était retrouvée à côté d'une fille rousse qui s'émerveillait bêtement devant chaque détail qu'elle voyait. Connaissant cette salle par cœur, grâce aux dires de sa famille, la petite brune marchait la tête haute, le regard braqué sur la table des professeurs devant eux. Aucun étonnement ne paraissait sur son visage, aucune expression ; elle avait un visage impassible bien que sa voisine commençait à l'agacer grandement.
A la fin de leur avancée, la sous-directrice se retourna vers eux. Les élèves s'arrêtèrent et s'amassèrent autour d'un tabouret sur lequel étaient posés un chapeau miteux et un long parchemin. Elle se racla la gorge pour prendre la parole et dit d'une voix forte :


" La Cérémonie de Répartition va commencer. "

Les bavardages se firent de moins en moins bruyants autour d'eux, jusqu'à laisser place à un silence complet ; lequel fut rompu par la chanson du Choixpeau.


(...)
N'ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


La chanson se termina sur un tonnerre d'applaudissements mais le silence revint rapidement. Miss Almeida en profita pour expliquer aux premières années qu'il s'agissait du Choixpeau Magique qui les répartirait tour à tour dans l'une des quatre maisons. Une fois fait, elle saisit le parchemin et le déroula.

Dawkins... Eider était dans la première moitié de la liste, elle n'aurait donc pas trop longtemps à attendre avant de pouvoir s'asseoir sur le tabouret et connaître sa maison pour les sept prochaines années. Elle jeta un coup d'œil furtif à ses camarades et vit que la plupart d'entre eux semblaient stressés. Eider ne comprenait pas comment ça pouvait être possible. Ils savaient qui ils étaient non ? Alors pourquoi s'inquiéter sérieusement... Pour sa part, elle avait attendu ce jour toute sa vie et voulait faire honneur à sa famille en suivant leur chemin. Elle était prête et plus déterminée que jamais. Elle était persuadée d'être envoyée à Serpentard.


"Eider Dawkins"

Après une attente qui lui avait semblé interminable, son nom finit par traverser les lèvres de la sous-directrice. Eider s'avança d'un pas assuré et calme. Au moment de s'asseoir sur le tabouret, elle plaça ses mains sous ses fesses pour ne pas froisser sa robe de sorcière. Elle sentit enfin le chapeau sur sa chevelure brune :

" Ah très intéressant, une Dawkins... Je sens en toi une grande intelligence. Oh oui tu es rusée et maligne, très courageuse aussi... Je vois... Tu aspires à être reconnue pour tes compétences n'est-ce-pas... Mmmh pas le moindre sentiment, aucune compassion." Malgré tout ce qu'avaient pu lui raconter ses grands-parents, Eider resta étonnée de la clairvoyance du chapeau à son sujet, elle qui n'exprimait jamais rien. "De nombreux défauts et qualités mais le choix reste évident. Il n'y a aucun doute : SERPENTARD ! "

Des applaudissements s'échappèrent de la table des verts. Un léger sourire se dessina sur le visage pâle de la fillette. Oui. Elle était fière de sa maison et avait hâte de rencontrer ses camarades.
Une fois le Choixpeau retiré de sa tête, elle se leva et se dirigea vers sa table où elle fut accueillie avec joie.

La cérémonie se termina sans encombre et le traditionnel banquet de début d'année pouvait commencer.
Les conversations allaient bon train mais Eider préférait se concentrer sur les plats devant elle. Elle se servit un peu de tout : des saucisses et des côtelettes d'agneau, des petits pois, des carottes et des pommes de terre sautées venaient couronner le tout. En dessert, elle se laissa tenter par la tarte aux pommes et par les fraises. Si jamais elle prenait plus son ventre n'allait pas tenir le coup.

Il était maintenant temps pour tous les élèves de regagner leur dortoir respectif. Eider se leva et se lança à la suite des préfètes de Serpentard. Dans l'allée, elle eut le malheur de passer entre deux élèves de sa maison qui s'amusaient à se lancer des sorts. Manque de chance, elle fut touchée par un sortilège d'Allégresse... La fillette ne mit pas longtemps à ressentir les effets. Une sensation de bonheur et de joie se répandait dans son corps et un large sourire vint illuminer le visage anguleux de la serpentarde. Sachant que ça ne servait à rien de lutter, elle laissa libre cours à ses émotions :


" Non mais sérieux, j'ai vraiment trop de chance d'être ici ! Poudlard quoi. Depuis le temps que j'en rêvais, c'est juste magnifique ! Et puis ce n'est pas comme si c'était la plus grande école de magie au monde avec les meilleurs professeurs qui existent. " Eider regardait tout autour d'elle avec des étoiles plein les yeux. Elle tentait désespérément de se contenir mais elle n'y parvenait pas. Puis elle reprit de plus belle : " Et le parc est magnifique, le lac aussi et je ne parle même pas du château en lui même, de cette salle, de ce plafond. Je n'aurai jamais pu imaginer ça... J'ai une chance incroyable d'être née dans une famille de sorciers. Serpentard j'arrive ! "

Eider se maudissait intérieurement de parler autant et de se laisser aller de la sorte. Que penseraient ses grands-parents, son oncle et sa tante s'ils la voyaient agir comme ça ? *Faites que le sortilège disparaisse au plus vite* pensa-t-elle.


Imperium réalisé ^^

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
HeyDe(a)r, 3ème année Rp
Frigidaires, #TheNaughty

La rentrée des élèves de première année

Astylla claqua ostensiblement la porte coulissante du wagon derrière elle, furieuse. Une fois de plus, Aylan avait trouvé le moyen de l'agacer. Non, de l'humilier. Pourquoi avait-il fallu qu'il la ridiculise devant ses amis de 6ème année en la faisant passer pour une gamine ignorante ?

Il se prend pour qui ? C'est pas parce qu'il est le plus âgé, maintenant que Derrien est diplômé, qu'il peut se permettre d'être aussi méchant !

Leur frère aîné, Derrien, avait en effet terminé sa scolarité à Poudlard juste comme Astylla y entrait - et elle le regrettait. Nul doute que s'il avait été là, Aylan n'aurait pas osé se comporter aussi injustement avec elle. C'était quoi, son problème ? Il avait honte de parler à sa soeur devant ses potes ?

Qu'il aille au diable ! pensa-t-elle en remontant l'allée vers son propre wagon. Il va voir si j'ai "besoin de lui parce que j'ai la trouille" !

Peur ? Elle ? Même pas en rêve ! Elle allait lui prouver de quoi elle était capable. En attendant, il fallait qu'elle retourne dans son compartiment: le Poudlard Express n'allait pas tarder à arriver en gare. Les autres élèves s'agitaient déjà autour d'elle. Elle se faufila aisément entre eux grâce à sa petite taille, et parvint jusqu'à son wagon. Elle y retrouva Cameron, son autre frère, qui, même s'il était trop calme au goût d'Astylla, était bien plus gentil qu'Aylan envers elle. Il lui adressa un sourire qui mourut en voyant son air énervé.

"J'espère pour toi que tu n'iras pas à Gryffondor, soupira-t-il.
- Pourquoi ça ?
- Parce que toi et Aylan êtes déjà suffisamment rivaux pour ne pas être dans des maisons rivales depuis toujours. Surtout maintenant que Derrien n'est plus là. Enfin, tu lui ressembles tellement sur certains aspects que je pense que tu finiras à Serpentard toi aussi."

Astylla fronça les sourcils. Aylan et elle, rivaux ? Il avait cinq ans de plus que lui ! En quoi était-elle une menace pour lui ? D'habitude, il cherchait à surpasser Derrien. Les plus grands avaient vraiment de drôles d'idées...

"Retire ça ! S'indigna-t-elle. Je suis pas comme lui ! Il fait le grand, mais je vais lui montrer que je suis la meilleure !
- C'est bien ce que je dis..."

Astylla choisit de ne pas répondre et récupéra ses affaires pour enfiler sa robe de sorcière. Quelques minutes plus tard, le train commença à ralentir, et elle se précipita à la fenêtre pour ne pas rater une miette du spectacle. Elle fut rapidement déçue : il pleuvait des trombes d'eau. Elle se renfrogna. Elle n'aimait pas la pluie, même si elle vivait dans un pays connu pour être le terrain d'affrontement privilégié du beau et du mauvais temps plusieurs fois par jour. Ses cheveux frisaient, et cela l'empêchait de sortir s'amuser dehors. En l'occurrence, cela l'empêchait de discerner, à travers le rideau de pluie qui se déchaînait sur le monde, leur lieu d'arrivée.

Elle parvint à distinguer ce qui ressemblait à une banale gare de campagne grâce aux lampadaires qui éclairaient le quai et les silhouettes sombres du bâtiment. Elle se dévissa le cou pour tenter d'apercevoir le château, mais il était encore hors de vue. Prise d'une excitation subite, elle en oublia sa frustration et adressa un sourire rayonnant à Cameron, qui le lui rendit avec gentillesse. Le train s'arrêta dans un grincement et une expiration de vapeur, et l'agitation gagna les passagers du train.

Cameron n'eut pas besoin de lui dire de venir : elle se trouvait déjà dans le couloir et l'attendait impatiemment. Elle se précipita vers la porte de sortie sans oublier de mettre sa capuche, sans parvenir à être la première à sortir comme elle l'espérait. Son frère la rattrapa, et ils quittèrent enfin le train sous le déluge. La pluie ne parvint cependant pas à émousser son excitation.

"Les premières années, avec moi ! Tonna une voix qui couvrait aisément le ramdam des trombes d'eau.
- On se voit plus tard, dit Cameron en lui adressant un signe de la main. Hagrid va vous emmener par un autre chemin. Bonne chance !" conclut-il avec un clin d'oeil.

Astylla se dévissa le cou pour tenter d'apercevoir le fameux Hagrid, et en resta bouche bée. Même si Cameron l'avait prévenue, elle qui était déjà petite se sentit encore plus minuscule face à cette force de la nature. Elle en resta muette, impressionnée par sa stature, et obéit bien gentiment lorsqu'il les mena vers les barques qui leur feraient traverser le lac. Elle était déjà trempée, et il voulait les emmener sur l'eau ! Elle grommela à voix basse, mais son attention fut attirée rapidement par les lumières au loin, sur l'autre rive. Même si la pluie et les nuages cachaient le ciel nocturne, les fenêtres éclairées du château aux remparts sombres se détachaient à l'horizon comme des étoiles sur une nuit d'encre. Les hautes tours s'élevaient à une hauteur vertigineuse et la laissèrent sans voix. Ses yeux pétillèrent, et elle subit la traversée sans un mot, la gorge nouée.

Ils parvinrent enfin de l'autre côté. Les barques crissèrent sur le gravier lorsqu'ils accostèrent, et elle se sentit poussée en avant par l'inertie. Elle fut contente de poser le pied de nouveau sur la terre ferme, mais se garda bien de le montrer. Elle suivit plutôt le groupe de premières années qui finit par s'engouffrer sous un immense porche à la suite du demi-géant. Astylla fut soulagée de pouvoir retirer sa capuche, mais grimaça en constatant que ses cheveux avaient commencé à frisoter. Hagrid frappa alors à la porte en bois massif, gigantesque gardienne du château, et le bruit sembla se répercuter dans ses os frigorifiés.

Les deux battants s'ouvrirent alors et dévoilèrent une silhouette qui parut étrangement menue après l'imposante stature de Hagrid. Une femme dans la trentaine, vêtue d'une robe rouge sombre bordée d'argent et perchée sur des talons, leur sourit en remerciant le garde-chasse, qui repartit sous la pluie sans un mot. Elle les fit entrer, et Astylla fut subjuguée par le hall d'entrée majestueux. Elle se sentit tout à coup redevenir sèche de la tête aux pieds, et ouvrit de grands yeux en constatant que la température de son corps avait repris quelques précieux degrés. En levant la tête, elle aperçut la femme ranger sa baguette magique, et commencer à se présenter à eux.

Astylla n'écouta que vaguement son discours d'introduction, préférant détailler le hall, ses statues et ses tableaux. Elle entendit quelque chose à propos des règles et des points, et soupira : avaient-ils besoin de pourrir l'ambiance en les bassinant dès leur arrivée avec les règles ? Enfin, la sous-directrice - puisqu'apparemment, c'était son poste ici - les entraîna vers une seconde porte superbement ouvragée, dont les battants massifs ne parvenaient pas à masquer complètement le brouhaha qui régnait derrière. La porte s'ouvrit, et elle se sentit entraînée à la suite des élèves dans la Grande Salle.

Elle fut émerveillée devant tant de splendeur. Les banderoles affichaient leurs couleurs étincelantes et leurs symboles centenaires avec fierté à tous les coins de la pièce, leurs teintes éclairées par les bougies volantes qui flottaient au-dessus d'eux. En levant la tête, elle resta coite en contemplant le plafond enchanté qui reproduisait le ciel extérieur - la pluie en moins. Elle s'arracha à son hébètement et examina la salle et ses occupants, à la recherche de visages familiers. Elle repéra Cameron à la table des Serdaigles, et il lui adressa un sourire encourageant. A la table des Serpentards, elle aperçut Aylan, qui se contenta d'un signe de tête discret.

Le groupe s'arrêta enfin. Elle joua des coudes pour se faufiler à l'avant, sans quoi elle ne voyait rien. Elle profita des paroles prononcées par la sous-directrice, annonçant le début de la Cérémonie, pour se retrouver au premier rang, sans prêter attention aux protestations discrètes qu'elle avait provoquées. Elle vit alors un tabouret sur lequel trônait un vieux chapeau miteux. Sa déception ne dura pas, car il se fendit soudain d'une bouche et se mit à chanter !

Les yeux écarquillés, Astylla l'écouta déclamer son poème, des étoiles dans les yeux. Pour une fois, toute son attention était concentrée sur ce qu'il se passait sur l'estrade. En revanche, dès que la sous-directrice reprit le flambeau et commença à dérouler la liste des noms, elle s'éparpilla de nouveau et examina les professeurs assis à leur table, un peu plus loin. Son étude dura assez longtemps, jusqu'à ce que...

« Astylla Shadowmoon ! »

Le cœur d’Astylla se mit à battre à toute vitesse lorsque les syllabes formant son nom furent prononcées dans la Grande Salle. Déjà debout au milieu des futurs élèves, elle s’avança en levant la tête vers l’estrade. Peu importait la Maison où elle atterrirait, se disait-elle. Elle savait qu’elle y trouverait sa place : Derrien avait été à Poufsouffle, Aylan était à Serpentard et Cameron à Serdaigle.

Elle prit place comme les autres avant elle sur le tabouret et sentit la femme poser le chapeau sur sa crinière rousse. Il remua sur sa tête, sensation ô combien étrange !

« Tiens ! Une autre Shadowmoon, lui dit le Choixpeau dans le creux de l’oreille. Je sens une grande loyauté, une personne digne de confiance pour ceux qui la méritent. Peut-être une Poufsouffle comme l’aîné, Derrien ? Quoique… Pas une grande altruiste non plus, et un peu rancunière, n’est-ce pas ? Je devine en toi une lectrice assidue… Hum, non, trop dissipée et pas assez sérieuse pour une Serdaigle… Je sens l’ambition en toi, le désir de faire tes preuves, un mépris des règles, de l'effronterie et une grande propension à mentir avec facilité. Tu ferais une bonne Serpentard, comme ton frère Aylan, à n'en pas douter..."

Astylla grimaça mentalement en repensant à sa discussion avec Cameron dans le train.

"Hum, je vois que l'idée de lui ressembler autant ne te plaît pas... Où te mettre alors ?
- Peu importe, répondit-elle entre ses dents. Je n’ai peur d’aucune maison !
- Je vois… Très bien… Ce sera donc… GRYFFONDOR ! »

Un étrange sentiment envahit Astylla : un mélange de fierté, d'orgueil mais aussi de soulagement et de défi. Elle croisa le regard d'Aylan tandis qu'elle se levait sous les applaudissements de ses nouveaux camarades rouge et or. Rictus ou moue, elle ne sut le dire, mais elle lui renvoya un sourire radieux et provocateur en rejoignant sa nouvelle maison.

Je vais te montrer de quoi je suis capable, frérot !

La rentrée des élèves de première année

Julie Eragon ne s'était jamais sentie aussi stressée que lorsqu'elle était entrée dans Poudlard : elle était dans un grand hall et une sorcière guidait le groupe de nouveaux dont elle faisait parti. La sorcière s'était présenté :


« Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi ! »

La professeurs les avait conduit jusque dans une petite pièce bien éclairée non loin de là, plutôt exiguë, où chacun se sera l'un contre l'autre afin de pouvoir entrer. Julie, impatiente d'en savoir plus, c'était mise en face du professeur, qui continua sur sa lancé :

« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. »

Elle laissa aux élèves le temps pour assimiler les informations qu'elle avait partager sur un ton plus grave aux élève et continua son discours :

« La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et suivez-moi ! »

Julie se dit que c'était sans doute important (son père lui avait dit que tous les élèves de l'école ainsi que les professeurs dévisagerait l'enfant qui se tenait sous le Choixpeau), elle lissa donc sa robe.

« La Cérémonie de la Répartition va commencer. »

Les élèves regardèrent le vieux chapeau miteux posé sur un tabouret.Et puis d'un coup, une déchirure se produit en forme de bouche et des paroles en sortirent :


Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


Julie regarda le chapeau, bouche bée : elle avait déjà vue son père faire de la magie mais ne s'était pas attendu à ça! 

« Le Choixpeau Magique, déclara Mme. Almeida en désignant la relique, se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal.


Elle commença à appeler des élèves un par un, et puis se fut le tour de Julie :

-Eragon, Julie !

Elle s'avança vers le tabouret, anxieuse : elle espérait aller à Serdaigle. Malheureusement, le Choixpeau en décida autrement :

-Serpentard !

Des acclamations arrivèrent d'une table et Julie s'élança vers eux.
Dernière modification par Julie Eragon le 23 juin 2018, 19 h 02, modifié 2 fois.

3ème année RP (2044-2045) - M.E.R.L.I.N : Bruce
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins

La rentrée des élèves de première année

Elfie avait déjà un grand frère a Poudlard, et elle rêvait d'y aller aussi. On était le 24 AVRIL et son anniversaire de onze ans arrivait a grand pas. Elle rêvait déjà dans quelle maison elle voulait aller, quand la lettre arriverai chez eux... Elle attendait patiemment, chaque jour son anniversaire approchais et Elfie était de plus en plus stressés.
Le jour de son anniversaire était enfin arriver, et avant même de dire bonjour, elle couru à la boite au lettre et...
Arriver là-bas, rien PAS DE LETTRE DE POUDLARD. Elfie était très déçu.
Le deuxième jour: Pareille et ainsi de suite. Elle perdait espoire.
Mais un jour son père dit: Elfie, une lettre pour toi! Tellement elle avait perdu espoir elle croyait que c'était sa grand-mère Ou quelqu'un dans le genre. Elle l'ouvrit et la lettre commençait par:
                                     
Désolé pour le retard
COLLEGE POUDLARD, ECOLE DE SORCELLERIE

Directrice: Kristen Leowy

Chère Mrs Chassaing,

Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription au collège Poudlard. Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité. La rentrée étant fixée au premier Septembre, nous attendons votre hibou le trente et un juillet au plus tard.

Veuillez croire, chère Mrs Chassaing en l'expression de non sentiments distingués.

Isabel Almeida,
Directrtice-adjointe




***********************************************************************************************
Elfie fit sa valise hyper vite et commençait a partir mais sa mère la retint et la calma.
Elle prit le poudlard expresse et y retrouver des jeune de son age.
Quand il descendirent, une dame vint les chercher et les emmena dans une grande salle où devant il y avait un tabourait avec un chapeau dessus. Elle ne savait pa ce que c'était.
Une fois tout les élèves installés, le chapeau commençait a bougé et s mit a chanter:

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.

Mais bien sûr, c'était le choixpeau magique!
Après les présentation, c'était au tour des répartitions.
Elfie stressais, au fur et a mesure que le temps passait elle vit des enfants aller dans chaque maison. Elle attendais quand tout à coup, Le choixpeau cria:

Elfie Chassaing!

Elfie se leva vint s'asseoir en éspèrent qu'elle irait a Serpentard.
Le choixpeau prit du temps a réfléchir, mais il cria:
Gryffondor! 
Elfie entendu des applaudissement et se dirigea vers la table qu'on lui indiquait.
Dernière modification par Elfie Chassin le 19 mai 2018, 12 h 31, modifié 1 fois.

Bravo Ama!.