Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

La rentrée des élèves de première année

1er Septembre.

Durant tout l'été Harmony avait attendu ce jour avec autant d'impatience que d'appréhension : le 1er Septembre, jour où elle allait faire sa rentrée à la grande école de sorcellerie de Poudlard. C'était tout nouveau pour elle, qui ne connaissait rien du monde de la magie et avait découvert ses pouvoirs depuis peu car oui, ses parents étaient des moldus. Elle avait déjà été ébahie en découvrant le chemin de traverse lors de ses courses pour l'achat de ses fournitures scolaires, mais elle n'avait encore rien vu.
Maintenant le grand jour était arrivé, celui de sa rentrée, elle était arrivé à la gare accompagnée de ses parents qui comme elle, ignorait comment se rendre à la voie 9 3/4 puisqu'elle n'existait pas. Du moins elle n'était pas visible. Heureusement d'autres élèves étaient présent sur le quai et la jeune fille n'a eu qu'à les suivre. Lors du trajet elle avait discuté brièvement avec une autre fille de première année, étant un peu réservée au premier abord, la brunette n'osait pas poser autant de questions qu'elle l'aurait voulu. Elle goûta pour la première fois des confiseries telles que les chocogrenouilles ou bien encore les dragées surprise qui parfois n'en réservaient pas que des bonnes.
Finalement le train s'arrêta et à leur sortie, les premières années furent embarqués dans des barques en direction du château qui semblait tellement immense, qu'Harmony en restait bouche bée.


[ Whaou ! Comment je vais faire pour me repérer là-dedans? ]

Fut l'une de ses premières pensées, mais sûrement que tout le monde serait dans le même cas qu'elle. Ils pénétrèrent dans le Grand Hall, où on leur donna quelques consignes et indications avant de leur annoncer que c'était l'heure de la répartition. La fillette s'était un peu renseigné à propos de celles-ci, elle n'avait pas vraiment de préférences bien que vu sa timidité elle se voyait mal dans la maison Serpentard ou Gryffondor. C'était assez intimidant de se retrouver au milieu de tous ses élèves qui avaient les yeux rivés sur vous. Elle inspira un grand coup pour déstresser un peu tandis que le choixpeau débuta une chanson ce qui surprit quelque peu la sorcière débutante.

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


Bien qu'un petit sourire était apparut sur ses lèvres durant la chanson, le stress revient lorsque débuta l'appel pour la répartition. Elle n'allait pas attendre longtemps avant son tour puisque son nom de famille commençait par un C. Quelques minutes et quelques élèves plus tard, son nom fut appelé.

«Harmony Castle !»

Sans attendre elle s'avança en essayant de ne pas penser à toutes les personnes qui avaient le regard posés sur elle, et se positionna alors que le choixpeau fut mit sur sa tête. Alors une voix vient lui parler directement dans son esprit, c'était vraiment étrange, et surtout c'était comme si de cette manière le choixpeau pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. «Mh, bien rêveuse et timide? Je vois beaucoup de gentillesse en toi et du potentiel dont tu n'as même pas encore conscience. Tu aurais ta place chez les Serdaigles mais...» Un court silence s'ensuivit comme s'il hésitait un peu ou qu'il voulait lui laisser du suspense. «...Ta loyauté est ta plus grande qualité, je dirais donc...
POUFSOUFFLE
»

Des applaudissements s’élevèrent de l'attablée jaune et argent, ainsi que chez d'autres, la brune était plutôt satisfaite de ce choix. Elle se dirigea vers la table de sa maison et prit place, plusieurs élèves lui souhaitèrent la bienvenue en souriant grandement. Soudainement elle se rendit compte que son stress s'était évaporé, finalement elle commençait déjà à se sentir bien ici. C'était là qu'était sa place; elle le savait.

La rentrée des élèves de première année

Je suis parmi les autres élèves de première année debout, devant l'estrade, face au choixpeau. Les élèves avant moi dans la liste se succède sous le choixpeau, au début je suis un peu angoissée pour chacun, puis comme c’est un peu long, j’observe la grande salle. J’adore la magie des bougies suspendues au-dessus de nous, je me demande ce qui se passe si de la cire coule mais il doit y avoir un super sortilège pour empêcher que la cire nous tombe dessus. Je regarde les tables derrière nous, les élèves applaudissent à chaque répartition, je devrais sortir de mes pensées et faire pareil. D’autant que mon nom approche dangereusement. J’espère qu’on fera pas de blague dessus après coup, combien de fois j’ai entendu « Wendiga’s mad as a Hatter »
Reducio
*traduction : "Wendiga est un chapelier fou"
chez moi dans mon village? Lorsque vient mon tour, je ne sais que penser, que demander. Le Choixpeau crie alors:

"Serpentard"


Surprise et un peu déçue malgré les applaudissement et l'accueil chaleureux des élèves de Serpentard à leur table, je ne sais quoi penser. Que vont dire mes parents ? Tous deux étant allé à Griffondor et ma grand-mère qui a fait ses classes à Poufsouffle ? Je ne me retrouve pas dans cette maison, moi qui suis renfermée et timide. J'espère tout de même m'y sentir à ma place et me faire des amis.

Wendiga Hatter

La rentrée des élèves de première année

1er septembre, Grande Salle - Cérémonie de répartition.

// L'heure était venue. Ethan, encore un peu secoué par le voyage en train, se trouvait désormais dans ce lieu, ce lieu si sacré, cette fameuse Grande Salle dont sa famille avait si souvent fait référence. Il passe une main dans sa chevelure rousse ébouriffée, comme un moyen de couper court à la communication abondante qui régnait dans ce lieu mystérieux et doux à la fois. Il passe son regard bleu et timide autour de lui, aussi lentement que le faisait son père lorsqu'il avait trop abusé de rhum. Les élèves parlaient sa langue, mas avec un accent beaucoup plus soutenu. Ses lectures s'avéraient être correctes : la Grande-Bretagne était un pays très classieux, beaucoup plus que l'Amérique, sa terre natale. Un instant, Ethan pensa à Chicago, à son quartier, et surtout, à ce garçon avec qui il commençait à partager des moments très forts en amitié. Un jeune moldu qui, bien malheureusement, ne pourra jamais venir l'accompagner à Poudlard, l'école de sorcellerie. Un sentiment de tristesse intense traversa son corps et son esprit, puis, une larme coula le long de sa joue. Rapidement, le rouquin essuya celle-ci. //

[ Tu n'es plus un bébé Ethan, remues-toi ! ]

// Une dame, à la chevelure de feu, s'avança et commença un discours auquel Ethan ne comprit strictement rien. Ses pensées étaient soudainement beaucoup trop occupées à se remémorer ses souvenirs, sa famille qui le l'aimait pas et qui, pourtant, restait dans son cœur, quelque part, cachée. Un vieux chapeau de sorcier se posa délicatement sur une chaise et commença un discours qu'Ethan trouva légèrement prétentieux. //

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


// Parfait. Une fois de plus, Ethan n'avait rien comprit. Son année commençait plutôt mal, pensait-il très fort. Il vit alors passe devant lui une dizaine d'élèves, tous à la mine stressée et paniquée. Le chapeau de sorcier se posa délicatement sur chaque tête, et criait des noms étranges. A la fin de chaque cris, une des quatre tables de la Grande Salle voyait ses élèves se lever, applaudir et parfois même crier de joie. //

[ Sûrement une tradition anglaise... ]

// Puis, lorsqu'il s'y attendait le moins... //

- Ethan SUMMERSHY !

// Un frisson glacial parcouru une nouvelle fois son corps. Le pire, c'était ce silence, ce lourd silence qui s'abattait dans ce lieu. Le jeune garçon tenta alors de se frayer un chemin dans la foule de petits jeunes et s'avança tout tremblotant devant la très charismatique jeune femme qui tenait d'une main ferme le vieux chapeau délabré. Ethan prit place sur le tabouret et sentit le tissu troué caresser sa chevelure cuivrée. //

- Mmh, je vois. Tu n'es pas d'ici toi, hein gamin ? Mmh, alors, où est-ce que je vais bien pouvoir te mettre ? Oh, et puis, ça semble tomber sous le sens...SERDAIGLE !

// Ethan n'a jamais su si il avait sursauté par la mot SERDAIGLE ou par le fait que les élèves vêtus de bleu et de bronze se levèrent à la volée et hurlèrent tout en applaudissant à s'en décrocher les poignets. Sans trop comprendre ce qu'il se passait, Ethan s'en alla rapidement reprendre ses esprits sur la table de ses nouveaux camarades. C'est lorsqu'il leva la tête qu'il se rendit compte qu'il était bien tombé : la statue d'un aigle majestueux semblait s'envoler au dessus de la table sur laquelle il se trouvait. //

[ La maison de mes parents...soit... ]

Serdaigle - 1ère année RP // 1ère année devoirs.
Membre de la chorale de Poudlard.

La rentrée des élèves de première année

L'arrivée de Theodus.

Enfin. Enfin ce jour tant attendu pour Theodus arriva. En arrivant face à l'immense bâtisse qu'est Poudlard, il ressentait un étrange mélange de sensation, à la fois excité, mais surtout impressionné, il laissait de frêles tremblements prendre le dessus sur lui. C'est un endroit qu'il n'avait jamais vu avant, ça ne ressemblait à rien, pas même aux châteaux qu'il s'imaginant lorsqu'il n'était qu'un bambin. Pourtant, c'était sa nouvelle maison, et pas l'histoire d'une semaine ! Non ! Il allait y passer les sept prochaines années de sa vie ! L'endroit était magnifique et mystique à la fois, comme ses parents ex-élèves ont pu lui dire avant son départ.
En entrant enfin dans l'enceinte de l'établissement, il se tassa dans le groupe de nouveaux arrivants pour essayer d'y ressentir un effet de sécurité. Très réservé à l'origine, il ne parle pas à grand monde autour de lui, il a toujours eu du mal pour se faire de nouveaux amis. Mais pour lui, le plus important était de réussir sa scolarité, en commençant par réussir sa rentrée qu'il préparait depuis deux semaines déjà. Il passait chaque jour pour acheter ses fournitures scolaires dans le Chemin de Traverse: tantôt un chaudron, tantôt sa tenue. Mais ce qu'il attendait le plus, c'était de posséder sa propre baguette, et il ne fût pas déçu à sa sortie de chez Ollivanders, il avait obtenu une baguette de 24,6 cm en bois d'if, contenant un nerf de coeur de dragon.
Mais ce qu'il attendait par-dessus tout était la répartition des "Première année" dans les diverses maisons de Poudlard, respectivement Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Tout le monde parlait des exploits de la maison Gryffondor et de ses élèves brillants qui y sont allés par le passé. Mais la maison qu'il redoutait le plus était Serdaigle pour une raison très simple: il déteste les aigles. Cet animal lui a toujours donné une impression de supériorité par rapport au reste des animaux moldus, ce qu'il n'aimait guère et cherchait à éviter. Pour lui, la maison idéale, et ce malgré les récits sur la maison d'or et de rouge, était Serpentard. Le serpent. Animal discret qui attaque quand on s'y attend le moins, et souvent par surprise, et pour lui, cette phrase était écrite à côté du mot "Theodus Gilbert" dans le dictionnaire.
C'est enfin que la directrice de Poudlard se présenta devant les élèves. Elle était charismatique, voilà ce qu'à ressenti le jeune garçon lorsqu'il l'aperçut pour la première fois. Elle posa un chapeau étrange sur un tabouret: le Choixpeau faisait enfin son entrée en scène et lança d'un air chantonnant:


Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.



La directrice appela élève après élève les enfants qui allaient être victime de cet objet vieux comme le monde. Lorsque son nom retenti.

"Theodus Gilbert !"

C'est alors qu'il s'approcha du tabouret et s'installa dessus, assez gêné du silence qui régnait face à l'ensemble des élèves de Poudlard. La directrice posa finalement le Choixpeau sur la tête du garçon pour briser le silence qui était assez pesant pour Theodus. Le vieil objet délabré se mis alors à parler:

"Je vois... Tu sembles être une personne discrète, timide qui cherche à s'affirmer, mais tu caches au fond de toi une très grande force. Je n'ai pas l'ombre d'un doute...
SERPENTARD !"

Heureux de rejoindre la maison qu'il souhaitait, il s'approcha de la table de ses nouveaux camarades avec un grand sourire, sous les applaudissement et les cris de ces derniers. Il se sentait déjà un petit peu plus à l'aise et entama quelques semblant de dialogues avec certaines personnes assises à sa table. Cette nouvelle aventure allait être particulièrement croustillante pour lui, et il le sentait déjà.

La rentrée des élèves de première année

1e Septembre - jour de rentrée.

Après un voyage qui sembla une éternité, le Poudlard Express recracha sa vague d'étudiant. Oksana traînait derrière elle sa lourde valise à distance raisonnable des élèves près d'elle. Un temps d'orage accueillait les élèves aujourd'hui et la gamine russe n'en avait jamais vue de semblable avant. Après tout, avait elle déjà vu un si beau château, un lac si gigantesque ? Et qu'en était-il de l'homme tout aussi monumental qui vint à leur rencontre ? On chuchotait ici et là que c'était Hagrid. Peut-être bien. Celui-ci fit grimper les enfants dans divers barque et jamais Oksana n'avait été aussi excité. Tout semblait immense : immense porte, immenses murs, immenses tours et immense hall où trônait des escaliers gigantesque. C'était par là qu'ils allaient tous rejoindre la Grande Salle.
Depuis toujours, Oksana s'était demandé à quoi pouvait ressembler la Grande Salle de Poudlard. Personne ne lui avait jamais raconté. Après tout, ses deux parents étaient tout deux allé à Durmstrang et après leur mort, elle n'avait jamais osé demander quoique ce soit en rapport au passé à son beau père. Pourquoi le ferait-elle après tout ? Elle n'était pas sa fille. Aujourd'hui pourtant, la petite brune se tenait là, droite comme un piquet, entourée d'élèves venus du pays entier, sous un immense ciel magique qui semblait presque réel. Elle se tenait dans l'enceinte même de Poudlard et son expression bien que figée et froide ne pouvait atteindre son unique œil d'un bleu brillant d'excitation. Ses deux petites mains d'enfant de onze ans se serraient sur le pan de sa robe de sorcière et témoignait une fois de plus de son impatience et de sa soif d'apprendre. Où allait-elle être répartie ?

Oksana releva la tête et pu distinguer une femme, probablement la sous-directrice, parler de quelque chose. La fillette ne l'écouta qu'à moitié mais entendit distinctement les paroles du chapeau jusque là immobile sur le tabouret face à la petite foule d'élève.



Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


« Le Choixpeau Magique se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal. Pensa probablement bon d'ajouter la femme aux cheveux bruns. »

Et puis Oksana fut appelée et tout son corps trembla dans un premier temps avant qu'elle ne se mette en marche, passant ses cheveux du côté gauche derrière son oreille. La sous-directrice approcha le chapeau de la tête de la nouvelle élève et celle-ci s'attendit presque à sentir une odeur pestilentielle émaner de la relique. Il n'en fut rien mais elle put en revanche entendre la voix rauque du chapeau dans ses oreilles.

«Voyons voir... Hum... fit la voix du Choixpeau, signe de sa réflexion. Une curiosité maladive qui t'a coûté cher... Une soif de connaissance... »

«Chapeau, tu décrit là une maison que je ne souhaite pas rejoindre... Fait attention où je te brûle. se sentit obligé d'intervenir Oksana. »

«Serdaigle te correspond, où d'autre pourrais-tu exprimer cette curiosité débordante sans risquer pour ta vie ? ajouta la relique. Serpentard, si c'est à quoi tu penses, n'est pas pour toi c'est pourquoi je préconise... »

«Serdaigle»

*Bon et bien... Va pour la maison bleue et bronze.* pensa immédiatement Oksana et descendant du tabouret, réprimant un soupire.

- Libérés de leurs chaines, les faucons se déchaînent ! - Allez les Éclairs de Serdaigle !

Дела говорят громче слов.

La rentrée des élèves de première année

Sam se réveilla en sursaut lorsque le Poudlard Express arriva à destination. Elle jeta un coup d’œil dehors. De la fenêtre du wagon, elle put apercevoir le majestueux châteaux de Poudlard, et en eût le souffle coupé. Il était au delà de ses espérances. Les élèves commencèrent à sortir Elle s'étira, bailla, recoiffa ses cheveux bleu éléctrique, et épousseta sa longue robe noire. Logan et Cole, ses deux frères aînés, étaient descendus sans l'attendre. Evidemment. Dans la famille Brown, la patience n'est pas une habitude. Sam balaya le wagon du regard, vérifiant qu'elle n'y avait rien oublié, et sortit du train.

Dehors, il pleuvait des cordes. Elle haussa les épaules, habituée à la pluie, avant de se frayer un chemin dans la foule jusqu'à un gigantesque homme dénommé Hagrid. Elle en avait vaguement entendu parlé auparavant, sûrement évoqué par ses frères pendant les dernières vacances d'été. Hagrid commença à faire l'appel. Sam resta silencieuse, jusqu'à ce que son nom parvienne jusqu'à ses oreilles.

- Sam Brown !

L'intéressée leva la main le plus haut possible, espérant que le géant la verrait au milieu de la foule. Il l'aperçut et continua l'appel.
A la fin de la liste, les élèves furent invités à prendre places dans les barques, comme le voulait la tradition. Sam, elle, était tout sauf rassurée à l'idée de traverser le lac sur une simple coque en bois. Elle aurait largement préféré traverser à pieds ou en balai, elle aurait été bien plus à l'aise. Elle mit de côté ses craintes et s'assit dans une des barques. La traversée fût détestable. La barque tanguait, et un élève vomit. Sam s'empressa de quitter la vieille carcasse en bois dans laquelle elle avait fait le voyage lorsque celle-ci arriva de l'autre côté du lac. La marche jusqu'au château fût longue, mais Sam s'en fichait, du moment qu'elle s'en allait loin de l'eau noire du lac.

A l'intérieur, les élèves furent accueillis par la Sous-Directrice de l'école, Mrs Almeida et son grand sourire chaleureux.Elle congédia Hagrid en le remerciant, et prononça quelques mots. Sam se sentit apaisée. La Sous-Directrice lui rappelait sa mère et ses paroles rassurantes qui lui manquaient tant.

Mrs Almeida sécha les longues robes des premières années trempés par par la pluie, avant de tous les faire entrer dans la Grande Salle. Sam en eut le souffle coupé. La salle était décorée aux couleurs de l'école, les élèves discutaient à leurs tables respectives, et le ciel magique de la salle semblait gronder comme la tempête qui battait dehors.
Les professeurs dominaient la salle de leur longue table. Le directeur se leva et prononça son discours de bienvenue. Sam reste silencieuse, tandis que les autres première année discutaient joyeusement. A la fin du discours, la jeune fille déglutit en apercevant le légendaire Choixpeau Magique au fond de la salle.
Mrs Almeida se plaça aux côtés de la relique, et le silence se fit.

Tout le monde fixa le Choixpeau, et celui-ci se mit à chanter. Sam se laissa emporter par cet air que ses frères avaient si souvent chantonné à l'orphelinat.

A la fin, la Sous-Directrice prit parole et commença à appeler les premières années un par un. La jeune fille resta immobile, la boule au ventre. Elle priait intérieurement pour atterrir dans la maison du grand Salazar, comme le reste de la famille Brown. Elle repéra ses frères assis à la table des Serpentards qui lui souriaient et l'encourageaient. Elle voulut leur rendre la pareille mais Sam sentait le stress monter en elle. Lorsqu'elle entendit enfin son nom, Sam reste immobile un instant, avant de s'avancer vers Mrs Almeida. Elle s'assit sur le vieux tabouret en bois, et écouta la voix du Choixpeau.

- Tien tiens, encore une Brown ! Hum... tu as la malice, l'audace, et l'intelligence. Comme tes parents. Tu leur ressemble énormément. Mais tu as quelque chose... de plus.

Sam déglutit.

- ... SERDAIGLE ! cria le Choixpeau.

Elle se leva brusquement, et enfouit son visage entre ses mains, avant de rejoindre la table des Serdaigle. Elle essuya des larmes, et jeta un regard à Cole et Logan. Ils essayaient de rester souriants, mais Sam voyait la déception sur leurs visages. Elle baissa les yeux et se tut.

Concerto pour Sam-Sam en Fa majeur
#2F4F4F

La rentrée des élèves de première année

Luce regardait par la fenêtre du wagon, en compagnie de ses frère et sœurs qui rigolaient et se chamaillaient, comme toujours. Elle sourit en les regardant: Elle les adorait. La bonté de Marie, le franc parler de Gaël, la discrétion de Geoffrey, le rire de Nicolas. En soit, la famille McLaggen ne se ressemblait en aucun point caractériellement parlant. Ce qui leur faisait se ressembler, c'était leurs cheveux et leurs yeux. Leurs cheveux, brun-noir ébène était caractéristique de la famille McLaggen. Et leurs yeux, d'un bleu-vert frappant les ténèbres, qui sondait votre âme et votre esprit jusqu'à plus soif. Il est aussi connu que la famille McLaggen soient d'excellent Occlumens, mais Luce ne s'intéressait pas à ça. Non, elle sa voie, son ambition, sa vie pour tout vous dire, est la noble matière qu'est la potion. Depuis son plus jeune âge, Luce ne vivait que par ce mot: potion. De part son ambition, et sa famille, elle espérait fortement atterrir à Serpentard. Mais en soit, du moment qu'elle parvenait à ses fins, c'est tout ce qui lui importait. Après tout, Yannick était bien aller à Poufsouffle. Puis il y a eu Aude aussi, qui était à Serdaigle. Sinon, tout les autres avaient atterrit à Serpentard.

"La nuit tombe, nous devrions mettre nos robes." Dit Geoffrey en refermant son livre, prenant soin de mettre un marque page à la page ou il s'était arrêter.

"Les garçons, dehors!" S'écria Marie, prenant soin de mettre les garçons dehors, afin que nous puissions nous changer elle et moi, sous les cris et exclamations indignés de mes frère, et les rires de Marie.

Je souris devant leur mines renfrognés, et sortit ma robe de mon sac à dos.

"Tu es stressée, Luce?" Demanda Marie en fermant les store du compartiment, nous permettant toute intimité.

Je pris mon temps pour répondre à la question, choisissant de répondre le plus franchement possible:

"À vrai dire... Stressée non... Je suis terrifiée. J'ai peur d'atterrir dans une maison qui ne plait pas à papa et maman. Qui ne suit aucun d'entre vous."Finis-je avec la voix pleine de trémolos, signe de mon angoisse actuelle.

Marie me regarda avec un franc sourire. Elle n'avait pas l'air aussi soucieuse que moi.

"Tu n'as pas à t'en faire. Yannick est allé à Poufsouffle et pourtant les parents étaient très heureux. Pareil pour Aude. Si tu atterrit dans un autre maison, tu seras toujours ma soeur, et tu seras toujours la fille de maman et papa."

Sa déclaration me soulagea grandement, tellement d'ailleurs qu'il y eut quelques petites larmes qui s'échappèrent de mes yeux...

"Allez, arrête de pleurer et change toi, les garçons vont commencer à s'impatienter et je crains le pire.." Dit-elle en grimaçant, commençant à enfiler son uniforme.

Cela eut le mérite de me faire rire, tandis que je l'imitait pour me changer également.

Un fois tous changés, nous nous ressayâmes, continuant nos agitations habituels, quand le train rentra en gare de Pré-au-Lard, signalant la fin du voyage et l'arrivée à Poudlard. Mon stress resurgit quand je vis l'immense château se dressant devant nous. Il était beaucoup plus impressionnant vu de près.

"On te laisse la, on se revoit tout à l'heure à la répartition!" Dis Marie, me faisant un signe d'au revoir avec Gaël, Geoffrey et Nicolas.

"Les premières année, par ici!" Cria une voix bourrue, venant du géant qui levait le bras pour nous réunir. Mes frères m'en avaient parler, mais je ne me souviens plus de son prénom.

"Je suis Hagrid..

Hagrid. Voilà.

... et je suis en charge de vous amener jusqu'au châteaux. Montez dans ces barques. Pas plus de quatre par barques!"

Je montais dans la barque, une fille et deux garçons me rejoignant. Le voyage ce fit sans encombre, hormis le fait qu'un de mes camarades de barque tomba à l'eau à force de trop se pencher, tandis qu'une queue visqueuse le ramena sur la barque, trempé mouillé. Ce devait sûrement être le calmar géant.

Un fois sur terre, tous trempés par la pluie, nous nous dirigeâmes à l'entrée du château, où on se fit accueillir par une dame assez jeune, qui devait faire partie du corps professoral. Elle nous sécha, et des soupirs ainsi que des rires de soulagement se firent entendre. C'est vrai que c'est mieux comme ça.

"Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi !"

Nous la suivirent, intrigués, nerveux et pressés dans la petite pièce ou elle nous conduisit.

" Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement- son ton se fit plus dur - À la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle."

J'hochais la tête pour signifier que j'avais compris, et continuais de la fixer jusqu'à ce qu'elle dise:

"La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et suivez-moi !"

Nous mîmes en rang et la suivîmes comme ordonné précédemment, tandis qu'elle nous faisait entrer dans la grande salle ou un brouhaha nous assaillit, nous mettant tout de suite à l'aise. Je vis mes frère et ma soeur à la table des Serpentard, me faisant coucou de la main, auxquelles je répondit par un sourire confiant, signe de ma détermination. Nous nous arrêtâmes devant un tabouret ou était posé un vieux chapeau racornit, semblant dater de plusieurs siècles, voir millénaires tant il avait l'air abîmé. Il s'agita soudainement, semblant me fixer. M'avait-il entendu?

"La Cérémonie de la Répartition va commencer."

La chapeau se remit à bouger, tandis que le silence se faisait petit à petit dans la salle et commença sa chanson.


Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.


Nous applaudîmes tous autant que nous étions, tandis que le silence revenait sur la salle.

"Le Choixpeau Magique se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal" Précisa-t-elle en voyant nos regards inquiets et nerveux.

Plusieurs noms. Beaucoup en faite. J'attendis une bonne dizaine de minutes avant que mon nom soit prononcé.

"Luce McLaggen."

Mon nom sonna comme un gong à mes oreilles. Je sursautai, avant de m'avancer maladroitement vers le siège ou je m'assis, tandis que la sous directrice posait le choixpeau sur ma tête.

Encore une McLaggen..?

Je déglutis en entendant cela. C'est pas de ma faute!

"Et bien, je vois que tu es ambitieuse.. Oui, tu as un vrai talent... Mais aussi beaucoup de courage.. Énormément de courage.. Ton cœur est dévoué à tes ambitions et à ta famille, fort honorable aussi.. Mmh.. Un choix très difficile car pleine de qualités.. Mais de défaut également... Tu es la première McLaggen à me causer autant de soucis, tu le sais ça?"

Je ris, mes camarades me regardant étrangement.

Le choixpeau resta plusieurs minutes silencieux, semblant peser le pour et le contre. Des murmures s'élevèrent dans la salle. Et si je n'avais ma place dans aucune des maisons?

"Mhh.. Oui.. J'ai trouvé... GRYFFONDOR!!"

Des cris et applaudissement retentirent de la part de ces derniers, et aussi de mes frères et sœurs, souriants et heureux. Je souris de toute mes dents, me dirigeant vers ma table en trottinant, manquant de tomber. Cette années risquait d'être palpitante.

Donnés mystiques, losers au grands cœurs, ils faut qu'on sonne l'alarme, qu'on s'retrouve, qu'on s'rejoigne et qu'on soit des milliards de mains sur des milliards d'épaules.
J'écris en gras italique!

La rentrée des élèves de première année

Cela faisait maintenant 30min qu'Ecilwën était sortie du Poudlard Express. Toutes les personnes de son compartiment étaient sorties la laissant seule, elle avait donc suivi le groupe jusqu'au lac noir sans rien dire. La barque où elle se trouvait maintenant, tanguait celons les mouvements du Lac noir. Au loin, elle commençait à apercevoir le collège Poudlard, elle savait qu'il était grand, mais elle ne pensait pas qu'il était immense. *Comment allait elle s'y retrouver là dedans* pensa t'elle. Elle était sûre qu'elle allait s'y perdre, qu'elle allait souvent arriver en retard. Elle espérait pouvoir vite se faire des amis qui pourrait l'aider à s'intégrer et surtout à retrouver son chemin. Perdue dans ses pensées, elle ne vit pas que le château était maintenant très proche d'elle et sursauta lorsque les barques heurtèrent le ponton. Ils étaient enfin arrivés. Maintenant autre chose la préoccupa dans quelle maison sera-t-elle, elle ne voulait pas se retrouver chez Serpentard, et souhaitait au fond d'elle aller chez Poufsouffle même si elle savait qu'elle n'avait aucune chance, elle n'était pas patiente.
En arrivant dans le Hall elle fût époustoufler et laissa échapper un "-Whoua" comme pratiquement tous les élèves de première année. Puis elle suivie les autres dans la Grande Salle mal à l'aise de sentir tous les regards se poser sur elle et sur les autres élèves de première année. La Sous-directrice prit la parole, et fit un long discours sur l'école et les professeurs qu'Ecilwën écouta attentivement jusqu'à sa fin. Et la Cérémonie de la Répartition commença.
Puis une autre voix retenti, elle venait d'un large chapeau pointu rapiécé qu'Ecilwën venait tout juste de remarquer. Il prit un air chantant et dis :

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.




Lorsqu'il se tut, des applaudissements se firent entendre dans la salle. Ecilwën les imita en souriant. Puis la jeune femme commença à lire un long parchemin qu'elle avait prit quelques seconde avant. Et appela ensuite à tour de rôle les élèves de première année dans l'ordre alphabétique de leur prénom. Elle appela différents élèves et leur posa le chapeau sur la tête, le chapeau disait ensuite la maison où se trouvait l'élève et celui-ci allait à la table de sa maison. Après le tour de la lettre se fût le tour de la lettre G et Ecilwën entendit son prénom et son nom. À cette annonce elle s'avança en souriant et s'assit sur le tabouret, elle était un peu stressée, on posa sur sa tête le chapeau. Et une voix retentissait dans sa tête. Après quelques secondes, le chapeau s'écria :
"-Gryffondor !"
Elle était un peu déçue de ne pas être chez Poufsouffle, mais elle était contente de ne pas être chez Serpentard elle s'avança vers sa table où tout le monde applaudissait et lui souriait. *Finalement, peut-être que je vais pouvoir bien m'intégrer dans cette maison* Pensa t'elle.

#8A0808: l'orale #FCDC5F: les pensées.
Bravo à Jo' et Juliette les meilleurs parieur ! Et surtout bravo à Eli le meilleur farceur et ébouriffeur de
cheveux! (et préfet entre autre :) )
Gryff et croc, Gryff et coeur, Gryff vainqueur !!!

La rentrée des élèves de première année



Elle avait passé le trajet en musique.
C'était endormie avec ses écouteurs coincés dans ses oreilles. Sur un vieil album de Glass animals qui était enregistré sur un mp3. C’était sa tante qui lui avait offert, il y a peu, après l’accident. Rempli de musique complètement inconnue pour la gamine de 11 ans, mais à la mode pour les jeunes de l’âge de sa tantine. Maja avait dû le parcourir en entier pendant le voyage à son grand plaisir.
Le train commença à ralentir, tout doucement les élèves commencèrent à ranger leurs affaires. Elle avait enfilé sa robe à toute vitesse, prit son sac, coupa l’mp3 et le glissa dans une petite poche de sa besace. Le train donna un dernier coup de sifflet et fit un arrêt net. Maja se dirigea vers la sortie, entouré de toute ces nouvelles têtes qui allaient bientôt être ses camarades.




Maja était admirative devant tant d’élégance. Cette salle majestueuse, avec ce plafond où mille et une bougies flottaient au-dessus des minois des jeunes arrivants. Les tables remplies de mets aussi succulent les uns des autres. Elle allait bientôt passer sous le choix fatidique, enfin pas tant que ça pour Maja, mais plus pour certains élèves vu l’angoisse et le stress qui se faisait paraître sur leurs visages. Ils s'arrêtèrent doucement et la sous-directrice qui peu de temps auparavant les avaient briefer sur le déroulement de la soirée. Elle se racla la gorge.

“La cérémonie de la répartition va commencer.”


Le choixpeau entonna d’un air musical.



"Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament."


Le silence qui régnait se transforma en tonnerre d’applaudissement. La jeune femme qui était très charismatique expliqua aux enfants comment aller se dérouler le procédé. Les gamins un à un passèrent sous le chapeau et furent répartis dans leurs maisons respectives. Vient au tour de Maja, elle s'avança doucement et prit place sur la chaise.
Le choixpeau se mit à bouger, il murmura:
huuumm.. tu es particulière, un passé assez lourd, un peu perdu, mais vraiment très débrouillarde malgré ton âge. Curieuse comme ça, ta sagesse t’enverra à

POUFSSOUFLE !!!


Maja descendit du tabouret, un fin sourire sur les lèvres et se dirigea vers la table d’où les acclamations se faisaient entendre. Elle s’assit entre une jeune fille et un garçon qui n’avait pas l’air de se connaître. La jeune fille fit confiance au choixpeau car elle était persuadée d’être dans la maison qui lui correspondait le plus.

[/i]

La rentrée des élèves de première année

Alexander n'avait pas vu le temps passer dans le train, il était trop occuper a essayer de se décontracter avec de la musique ce qui marchait moyennement,il étais tellement plonger dans ses penser qu'il n'entendit pas le train s’arrêter mais le bruit des autres élèves le quittant l'arracha de son monologue interne
"Nous y voila" pensa t-il
on voyait tous l'immense château où nous allions devenir des sorciers .Arriver a un ponton nous montions tous dans des barques,
Alexander pensa au différente maison et laquelle lui correspondrait le mieux,il n'eu pas le temps de trouver la réponse à cette question
les bateaux allaient accoster,Alexander remarqua a cette instant une fille sursauté ce qui le fit sourire
"je ne suis pas le seul a appréhender la répartition" commenta t-il
Après quelques minutes de marche nous étions tous dans la grande salle
La directrice commença un discourt lorsqu'elle eu fini, une autre voix retenti, elle venait d'un large chapeau pointu rapiécé qu'Alexander avait remarquer en arrivant . il chanta un poème sur les 4 fondateurs et la naissance de poudlard
Lorsqu'il se tut, des applaudissements se firent entendre dans la salle. Alexander les imita. Puis la jeune femme commença à lire un long parchemin qu'elle avait prit quelques seconde avant. Et appela ensuite à tour de rôle les élèves de première année dans l'ordre alphabétique de leur prénom,c'était comme un long compte a rebours qui pourrais passer a zéro à n'importe quel moment . Elle appela différents élèves et leur posa le chapeau sur la tête, le chapeau disait ensuite la maison où se trouvait l'élève et celui-ci allait à la table de sa maison.A la lettre G, Alexander reconnu la fille sur la barque "Ecilwën Greenwood" elle alla a Gryffondor et il pensa qu'il ne sera pas avec elle,selon la description du choixpeau Alexander pensa à la maison Serdaigle.
se fût le tour de la lettre W et Alexander entendit son prénom et son nom. À cette annonce il s'avança et s'assit sur le tabouret, il détester être au centre de l'attention mais il n'avait pas le choix, on posa sur sa tête le chapeau. Et une voix retentissait dans sa tête. Après quelques secondes, le chapeau s'écria :
"-Serdaigle !"
Il était un peu déçue de ne pas être avec Ecilwën, mais il le savait mais surtout il était content de ne pas être chez Serpentard il s'avança vers sa table où tout le monde applaudissait et lui souriait. *Bienvenue à la maison des intellos* Pensa t'il.

les mots sont à mon avis notre plus inépuisable source de magie. Ils peuvent à la fois infliger des blessures et y porter remède.
Albus Dumbledore

La rentrée des élèves de première année

Hortense descendit sur le quai à son tour, le train était arrivé. Dehors il pleuvait tellement que la jeune fille avait du mal à voir devant elle sans plissés légèrement les yeux. Elle réussit néanmoins à suivre ses camarades de première année jusqu'à un grand lac. Au bord de celui-ci les attendaient des barques ainsi que le plus grand homme qu'ils n'avaient jamais vu. Hortense regretta de ne pas avoir discuté davantage avec les personnes dans son compartiment car la voilà maintenant seul alors que la plupart des élèves discutait ensemble comme si ils étaient amis de longue date. Elle poussa un soupir qui produit de la buée à cause du froid et pris place dans une barque. La traversée fut longue et pénible. Lorsqu'ils furent enfin arrivés de l'autre côté, il regardèrent en silence l'imposante école dans laquelle il passeront à présent leur scolarité. Ils s'avancèrent à présent jusqu'à l'immense porte d'entrée qui s'ouvrit devant eux. De l'autre côté de trouvait une femme qui se présenta comme la sous-directrice. Ils la suivirent jusqu'à une salle où se trouvait quatre rangée de table: une pour chaque maison. En chemin elle leur explique plusieurs chose, principalement le fait qu'ils allaient être affectée à une maison des ce soir. Hortense se demanda dans quelle maison elle voulait être et se promit que peut importait : elle ferait de son mieux dans celle où elle serait affecté. Le groupe s'approchait a présent d'un petit tabouret et d'un large et vieux chapeau.
« La Cérémonie de la Répartition va commencer. » annonça la sous- directrice.
Le silence se fit et le chapeau clama d'une voix forte et clair la chanson suivante :

Si vous m’trouvez un peu vieilli,
Si vous m’trouvez détérioré,
Sachez que mon ancienneté
Est redevable à la magie.

Ma naissance eut lieu ici-même,
Il y a de cela fort bien longtemps,
Par quatre sorciers très puissants
Dont l’histoire suit dans ce poème.

Il fut un temps où la magie
Ne pouvait pas se pratiquer
Sans se faire mener au bûcher
Et condamner pour hérésie.

Mais c’est alors que quatre héros
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs
Ont choisi de prendre pour repère
Les murs de cet antique château.

Avec nombre de sortilèges,
Ils ont pu faire de ce haut lieu
Une école où le plus dangereux
Serait de glisser sur la neige.

Bien sûr vous connaissez leur noms :
Godric, Salazar et Helga,
Et n’oublions pas Rowena.
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons !

Gryffondor accueille les vaillants
Dont le courage est sans mesure.
Tous ceux qui ont soif d’aventures
Rejoindront le Lion flamboyant.

Ceux pour qui le savoir importe
A Serdaigle seront bien lotis,
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit,
L’Aigle vous ouvrira sa porte.

Les dévoués et les tolérants
Chez Poufsouffle se rendront sans doute
Car ce que le Blaireau redoute
C’est de perdre amis et parents.

Chez Serpentard pourront rentrer
Les malins et les ambitieux.
Si vous n’avez pas froid aux yeux,
Le Serpent vert sera parfait.

N’ayez pas peur mes chers enfants
Je ne vous ferai aucun mal.
Je vais juste devant toute la salle
Lire votre tempérament.

À la fin de la chanson, des applaudissements se firent entendre de toute part, puis le silence revint encore une fois. La sous directrice déclara que la répartition allait débuter puis elle sortit un long parchemin et commença à prononcé les noms des premières années. Les uns après les autres , ils mirent le chapeau sur leur tête et celui-ci annonça dans quel maison ils se trouvaient. Plus son nom approchait, plus Hortense sentit une énorme excitation mêlé à un grand stresse.

"NARILYA Hortense" clama le chapeau

Elle s'approcha du chapeau en tremblant légèrement et le posa délicatement sur sa petite tête. Au bout des 4 plus longues minutes de sa vie, Hortense entendit dans son esprit un débat enflammé. Puis le chapeau annonça d'une voix forte qui résonna dans toute la salle et jusqu'au plus profond de l'âme de la jeune fille:

"Gryffondor"

Hortense se leva et s'approcha d'un pas incertain vers la table. Tout les Gryffondor l'applaudir et lui crièrent des félicitations. Elle s'assit sur le banc au bout de la rangée et sourit : son aventure à Poudlard aux côtés de ses nouveaux camarades pouvait à présent commencer.

Griffes et crocs, Griffes et cœur, Gryff' vainqueurs !
1ere année RP

La rentrée des élèves de première année


Sans-titre-1.png
Sans-titre-1.png (6.58 Kio) Consulté 128 fois
Dernière modification par Cléo Morel le 11 février 2018, 22 h 27, modifié 1 fois.

my color is #d45c65

La rentrée des élèves de première année

"Ah ça pue le poulet ici !"

Voilà donc les premiers mots prononcés par le jeune gamin qui venait tout juste de passer les portes de du Hall. Et oui, après avoir shooté dans des cailloux tout le long du chemin pour arriver jusqu'à King Cross, après avoir quitté sa mère et ses deux frères devant le Poudlard Express, après avoir fait ses courses, renversé le caddie d'une vieille dame, il était donc temps de poser le pied dans l'illustre château dont lui avait tant parlé Mircella. Mircella étant sa grande soeur, fraîchement partie de Poudlard l'année précédente. Alors donc il grimaça, en premier lieu, à la vue des personnes déjà sur place et de l'odeur de bouffe. Il n'avait pas faim, étrange vous me direz, lorsque l'on savait qu'il avait bouffé quatre chocogrenouilles dans le train. Ben oui, c'était ça les traces marrons sur ses petites joues. 
Regardant donc autour de lui, Loup avait les mains dans les poches de sa robe de sorcier, puis alla d'un pas assuré jusqu'à la porte de la Grande Salle... ah non, c'était pas tout de suite. Avant ça, il fallait écouter le discours d'une prof. Il souffla un coup, soupira longuement, avant de poser ses fesses sur le mur en bousculant l'un des élèves déjà posé. Il n'en avait rien à faire, visiblement. Et donc une dame parlait là, celle qui semblait être la sous directrice. Qu'est-ce que c'était chiant les discours. Il préféra finalement donner un léger coup de coude à son voisin.

"T'as envie d'écouter toi ?"

Peut être oui Loup, peut être...
C'est ensuite qu'il dut faire un effort de concentration pour éviter de trop regarder ses chaussures et plutôt écouter la professeure qui parlait là.

"Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi !"


Il avait tout de même la décence de ne rien dire ni rien commenter. Tout simplement car il savait pertinemment qu'il ne faisait pas le poids. Et puis la prof s'occupait des animaux, donc elle devait aimer les serpents, les araignées, les insectes en tout genre. Et ça, c'était un bon point pour elle. 

Croyant donc que c'était terminé, il se redressa, puis souriait, prêt à se faire appeler pour la répartition. Et bien non, il fut rapidement déçu le pauvre. Croisant les bras, on entendit un gamin souffler fortement, comme trop pressé. Elle continua alors son discours, et cette fois, pour éviter l'ennui, il décida d'écouter d'une oreille.

"Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la porter au plus haut ! Pendant votre année, il vous sera possible de faire gagner des points à votre maison, en rendant par exemple de bons devoirs, ou avec une attitude exemplaire. Mais ces points peuvent aussi être perdus si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année, la maison qui aura cumulé le plus de points remportera la Coupe des Quatre Maisons, ce qui constitue un très grand honneur ! Quelle que soit la maison dans laquelle vous serez, j'espère que chacun d'entre-vous se donnera corps et âme pour elle. La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et suivez-moi !"

Il tapa du pied et marmonna.

"Non mais je sais DEJA tout ça."

Quel amour cet enfant. Cependant, la dernière phrase avait cultivé une certaine excitation au sein du corps du gamin. Il avait donc suivi la dame... mais pas en rang, évidemment. Il restait un peu à l'écart sur le côté, légèrement en avant, comme pour passer le premier. C'est donc ensuite qu'ils passèrent les portes de la Grande Salle. Là, on pouvait voir de magnifiques petites étoiles sur les yeux du petit espagnol qui découvrait l'endroit dont il rêvait depuis des années. Il se fichait royalement de marcher sur les pieds de ses voisins pour passer avant tout le monde et tout découvrir. Et bien oui, il n'allait sûrement pas leur laisser l'opportunité de poser leurs yeux sur la meilleure table de l'école AVANT lui. Il ne fallait pas déconner. Le gamin regarda alors fasciné la table des Serpentards. Fasciné par les grands, fasciné par ce qu'il imaginait d'eux. Et puis donc il s'avança alors, s'asseyant sur le bout du banc des Serdaigles en en bousculant un, évidemment, avant de piquer une cuisse de poulet qui passait par là. Il la dévora donc, miroitant sur le choipeaux magique. 

"La Cérémonie de la Répartition va commencer."

AH ! Ayant terminé sa cuisse, il la déposa sur l'assiette du pauvre Serdaigle qu'il venait de pousser, puis se releva d'un coup, époussetant sa robe de sorcier avant de s'avancer encore juste devant l'estrade. Pourvu qu'on l'appelle lui en premier. Pourvu qu'il soit à Serpentard. Pourvu que... Ah, et bien non. Il ne fut pas appelé le premier, ni le deuxième, ni le troisième. Avant ça, le Choipeaux leur fit une petite chanson qui lui fit lever le sourcil. Il donna encore un coup de coude à son voisin.

"C'est ce truc qui va nous répartir ? Il est trop relou !"

Sale gosse. Et voilà donc la... chanson.

Si vous m’trouvez un peu vieilli, 
Si vous m’trouvez détérioré, 
Sachez que mon ancienneté 
Est redevable à la magie. 

Ma naissance eut lieu ici-même, 
Il y a de cela fort bien longtemps, 
Par quatre sorciers très puissants 
Dont l’histoire suit dans ce poème. 

Il fut un temps où la magie 
Ne pouvait pas se pratiquer 
Sans se faire mener au bûcher 
Et condamner pour hérésie. 

Mais c’est alors que quatre héros 
Souhaitant mettre à l’abri leurs pairs 
Ont choisi de prendre pour repère 
Les murs de cet antique château. 

Avec nombre de sortilèges, 
Ils ont pu faire de ce haut lieu 
Une école où le plus dangereux 
Serait de glisser sur la neige. 

Bien sûr vous connaissez leur noms : 
Godric, Salazar et Helga, 
Et n’oublions pas Rowena. 
Ce soir vous s’rez dans leurs maisons ! 

Gryffondor accueille les vaillants 
Dont le courage est sans mesure. 
Tous ceux qui ont soif d’aventures 
Rejoindront le Lion flamboyant. 

Ceux pour qui le savoir importe 
A Serdaigle seront bien lotis, 
Car si vous êtes quelqu’un d’esprit, 
L’Aigle vous ouvrira sa porte. 

Les dévoués et les tolérants 
Chez Poufsouffle se rendront sans doute 
Car ce que le Blaireau redoute 
C’est de perdre amis et parents. 

Chez Serpentard pourront rentrer 
Les malins et les ambitieux. 
Si vous n’avez pas froid aux yeux, 
Le Serpent vert sera parfait. 

N’ayez pas peur mes chers enfants 
Je ne vous ferai aucun mal. 
Je vais juste devant toute la salle 
Lire votre tempérament. 

Le gamin n'applaudit pas, non. Au contraire, il soupira, tapant encore du pied. Son genou tremblait à l'idée de se faire appeler. Il était temps là, le gamin risquait de faire une syncope à force. Tout était bien trop long, il rêvait d'aller se poser à la table de sa maison, il était temps, temps pour lui de rejoindre les Serpents. Le Choipeaux n'aurait pas le choix de toute façon. Et voilà que la prof parla encore, il leva les yeux au ciel. Mais cette fois, c'était plutôt une belle avancée.

"Le Choixpeau Magique se chargera de vous répartir dans votre future maison. Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur le tabouret et je mettrai le Choixpeau sur votre tête. Ne vous inquiétez pas, il ne vous fera aucun mal."

Il entendit des noms. Mais pas le sien. Il attendait, voyant que chacun allait se faire répartir à droite, à gauche, chez les lions, chez les aigles. Il grimaçait à chaque fois que le Choipeaux prononçait le nom Serdaigle, ou Poufsouffle. Et puis alors qu'il perdait espoir...

"Loup Deligrosso."

Le gamin se raidit. Il déglutit un petit moment, avant de monter la tête haute sur l'estrade ainsi que le tabouret, et ferma les yeux. On l'entendait répéter... Pas les Aigles, surtout pas. Ils sont nazes et servent à rien. Pas les blaireaux. Pas les lions. Ils sont ringards.
Mais le Choipeaux n'était visiblement pas de cet avis. L'artefact des répartitions lui bougeait la tête dans tous les sens, lisant dans sa tête, hésitant entre Gryffondor, visiblement, et Serpentard. Et au bout d'une longue minute, le Choipeaux soupira et...

"SERPENTARD !"

Loup se releva d'un coup sec, et se mit à crier...

"YES YES YES YES YES !"

Trop heureux le bonhomme. 

Il alla donc rejoindre sa table, visiblement plus qu'heureux du résultat. S'asseyant alors, il avait un sourire des plus marqués sur son visage. Son aventure venait de commencer. On ne pouvait pas le rendre plus heureux.

Les fourberies de Loup, à l'inverse de Scapin, sont plus fines que n'importe quel fil de couture.

La rentrée des élèves de première année

Un jour de pluie, mais un jour de joie aussi. Ce premier septembre
marquait non seulement les onze ans de Eva, mais de la même manière
son entrée à Poudlard. Elle leva un sourcil en descendant les
marches du train qui l'avait menée jusqu'ici. Il pleuvait. D'un
geste teinté de lassitude, elle glissa sa cape noire sur ses
cheveux, châtains à cette heure. Abritée par le tissu noir, son
visage était dissimulé de tous. La plupart du temps impassible,
elle était si nerveuse en cette heure qu'elle préférait ne pas
prendre le risque de montrer son trouble intérieur.

Eva Saez,
jusqu'alors vivant dans le monde des Moldus, se retrouvait contre
toute attente parmi les siens, les sorciers, dont elle ignorait
jusqu'à il y a quelques semaines l'existence. Des têtes tournées
vers un lieu loin du quai où elle se trouvait attira son attention.
Elle jeta un regard vers la place des curiosités. Son souffle
suspendu, elle détailla chaque pan du château qui se trouvait face
à elle, séparé d'elle d'une distance d'un lac. Poudlard. Elle
avait dévoré dès son achat L'Histoire de Poudlard de Garius Tomkink. Les images étaient devenues réalité. Suivant la foule de
loin – le surplus de population l'irritait profondément -, elle
s'installa dans la dernière des barques qui ne tarda pas à glisser
sur les eaux noires du lac.

Un très grand monsieur les avait guidés
jusque là. Un demi-géant, avait-elle entendu. Toujours dans l'ombre
de sa cape, elle guettait les profondeurs à la recherche d'une
fameuse créature. N'était-ce pas une tentacule qu'elle venait
d'apercevoir ? Ils ne tardèrent pas à atteindre l'autre rive.
Le château paraissait bien plus grand encore, à présent. Toujours
à l'écart, elle fit son entrée dans l'école. Ça y était. Eva
était arrivée à Poudlard. Une grande dame, enveloppée dans une
somptueuse robe pourpre les attendait sur les marches de l'escalier.
D'un mouvement de la baguette et sous la stupéfaction de Eva,
l'humidité de ses vêtements disparu. La jeune fille baissa sa
capuche qu'elle avait oublié de retirer et se glissa à contrecœur
dans la foule d'élèves - là où il n'y avait pas trop de monde non
plus, elle n'était pas folle – en prenant soin de choisir ses
voisins : un gosse à l'air un peu idiot les mains dans les
poches et un autre suspendu aux lèvres de la sorcière.



« T'as envie d'écouter toi ? » Chuchotait de manière peu discrète
le gosse idiot à son voisin.



Eva lui lança un regard en coin. Mauvaise pioche pensa-t-elle, voilà
quelqu'un qui aime trop parler.



« Je suis le professeur Almeida, Sous-Directrice de l'école, et
professeur de Soins aux Créatures Magiques. Avant de pouvoir
rejoindre le reste des élèves et de partager enfin votre premier
festin à Poudlard, je dois vous faire part de quelques détails
concernant vos années à venir en ces lieux. Suivez-moi !
 » 
s’introduisit la grande dame avant de se déplacer, suivie de tous
vers une porte non loin de là.


Toute petite, Eva n’eut d'autre choix que se coller aux autres, faute
d'espace.



« Bien. Comme certains le savent sûrement, votre première soirée à
Poudlard sera décisive pour le reste de votre scolarité. Avant de
prendre place dans la Grande Salle, chacun de vous sera réparti dans
l'une des quatre maisons de l'école : Gryffondor, Poufsouffle,
Serdaigle et Serpentard. Chacune d'elle possède ses propres
caractéristiques, ses propres valeurs, et a su montrer au fil des
siècles la noblesse dont elle faisait preuve. Votre future maison
sera pour vous une seconde famille qui comptera sur vous pour la
porter au plus haut !
 » poursuivit la sorcière.


S'en suivit quelques paroles sur le règlement et un système de points.
La Première Année avait décroché à l'expression « seconde
famille ». Elle n'allait pas y échapper, il allait falloir
qu'elle s'intègre. Ce verbe, elle l'avait oublié il y a bien des
années. Au troisième ou quatrième déménagement, elle ne se
rappelait plus trop. Mais cette année allait être différente,
non ? Elle n'allait plus être la fille bizarre ou effrayante
qui fait exploser les vitres quand on l'embête. Non, cette année
elle découvrait qu'elle n'était pas seule. Elle n'était plus
seule. Elle fut interrompue dans ses pensées par ces dernières
paroles :



« La Cérémonie de la Répartition va débuter dans quelques minutes
dans la Grande Salle. Faites-vous beaux, mettez-vous en rang et
suivez-moi ! 
»


Ces mots eurent pour effet une décharge dans le corps de Eva. Comme si
chaque fibre de son être n'attendait que ça. Ce moment précis où,
pour la première fois de sa vie, la jeune fille allait faire partie
d'un groupe. D'une maison. D'une famille. La suite se passa très
vite. Du moins, la tension occupa si bien son esprit que cette étape n
e sembla durer qu'une dizaine de minutes. Son nom fut appelé par le
professeur Almeida.


« Eva Saez ! »


Était-ce elle ou un silence venait de se faire ? Tout les regards étaient
tournés vers elle, non ? Elle s'avança avec confiance (du
moins, extérieurement) vers le Choixpeau magique, relique
mystérieuse qui avait pour don de lire les pensées. Assise sur un
tabouret, elle n'eut pas à attendre, que le verdict tomba,
irrévocable.



« Serpentard ! »


Des cris de joie et de bienvenue lui parvinrent de la table vert et
argent, ainsi que des applaudissements des autres maisons.



C'était scellé. 

'Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.'

La rentrée des élèves de première année

On approchait du point culminant de cette journée de rentrée. Après avoir fait ses « au revoir » à ses parents, après être monté dans le Poudlard Express, après avoir été guidé par un demi-géant jusqu'à des barques et après avoir, enfin, traverser un lac d'une noirceur incroyable sur lequel on pouvait voir le reflet d'un gigantesque château illuminé, le jeune Valentin et tous ses camarades intégrant l'école arrivèrent dans le château. Le jeune garçon commença à râler. La pluie diluvienne qui s’abattait sur le château était loin de plaire à Valentin, lui qui fait toujours attention à être présentable. D'autant plus qu'apparemment il allait se dérouler une cérémonie devant toute l'école réunie et à l'instant, il était loin d'être présentable.

*Jamais ça ne se serait produit à Beaubâtons...* pensa-t-il tout en constant, démuni, les dégâts qu'avaient occasionnés la pluie sur sa robe. Alors qu'il s'apprêtait à agiter sa robe dans tous les sens, dans le vain espoir de la sécher, il subit une étrange sensation. Une sensation agréable. Il regarda de nouveau sa robe et eu un petit instant de réflexion. Elle était toute sèche. Comment était-ce possible ? Avait-il imaginé tout ça ? Était-il toujours en train de rêver ? Une voix de femme le sortit de sa léthargie, le garçon dirigea son regard sur cette femme. C'était donc grâce à elle qu'il était sec. Rassuré de ne pas être devenu fou, il écouta attentivement celle qui se présentait comme la sous-directrice de l'école.

Sur le commandement de celle-ci, le petit groupe d'élèves dont faisait partie Valentin avancèrent dans le château. Ils découvrirent une petite pièce.

*Impossible que tout le monte rentre dans ce placard à balai...* pensa-t-il toujours, les sourcils froncés. Il détestait plus que tout être dans un petit espace avec autant de personnes autour de lui. Il aimait l'espace et en profitait. D'ordinaire, il faisait toujours en sorte de garder une bonne distance entre lui et toute personne aux alentours.

Impatient de sortir de cette pièce, le garçon écouta néanmoins attentivement la sorcière qui leur servait de guide. Il découvrit alors ce qu'ils appelaient les maisons de Poudlard. D'un naturel solitaire, le garçon n'est pas très convaincu par le discours de leur professeur. D'après elle, cette « maison » deviendrait sa seconde famille, chose que ne croyait absolument pas l'enfant. Au mieux, ils lui permettront de passer le temps plus vite, au pire, il les ignora tout bonnement.

Enfin, vint le temps de quitter cette effroyable pièce au sein de laquelle Valentin commença à manquer d'air.
*« Faites-vous beaux » qu'elle dit... comment peut-on se faire beau dans un espace aussi exigu et avec autant de monde autour de soi ?* songea-t-il en soupirant et en se rangeant tel que demandé par l'enseignante. Puis le rang avança d'un même mouvement, comme s'ils ne formaient qu'un être. L'étranger découvrit une immense salle, au plafond orageux et illuminé de milliers de bougies. Au sol, quatre longues tables étaient dressées, probablement une par maison se dit-il. Ceux déjà installés les observaient, les scrutaient, les épiaient, comme s'il s'agissait de bête de foire. Il se souvint alors de ce que lui disait son père : « Tu n'auras jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression ». C'est donc sous une apparence déterminée que le garçon avança dans la pièce, tout en observant également ceux qui l'observait.

Après avoir traversé presque de bout en bout la salle, le groupe commença à ralentir puis à former une sorte de masse difforme. Face à eux, une dernière longue table à laquelle siégeaient des adultes, leurs futurs professeurs sans doute. Tout comme pour les élèves, Valentin les observa chacun attentivement et eut immédiatement sur eux un avis, tantôt positif, tantôt négatif. Pendant qu'il repérait et catégorisait ses professeurs, le silence se fût. Ce silence fût alors brisé par une voix étrange. Le garçon eut du mal à identifier sa provenance. Aucun adulte ne bougeait ses lèvres, et pourtant une voix était présente. En se décalant légèrement à gauche, il vit l'origine du chant qui était en train de se dérouler. Un chapeau. Un chapeau miteux, horrible, rapiécé de partout. Un chapeau qui chante. C'était ça la cérémonie dont il avait tant entendu parler pendant le trajet dans le train. Tout le monde écoutait un chapeau chanter. Une nouvelle fois, Valentin leva les yeux aux ciels en signe de mépris. Il s'imagina alors la vie qu'il aurait pu avoir s'il était resté en France et s'il avait intégré, comme il aurait dû le faire, l'académie de magie Beauxbâtons. Son rêve se stoppa lorsque le bruit des applaudissements retentit dans toute la salle.


*Ils applaudissent vraiment un chapeau qui chante ? Où suis-je tombé...* lâcha-t-il dans son esprit. Apparemment, ce vieux chapeau était celui qui répartissait les élèves dans les quatre maisons. Lorsque la seule professeure dont il connaissait les fonctions commença à appeler les élèves un à un, Valentin l'écouta attentivement. Il n'était pas question pour lui d'être la risée de l'école en faisant répéter son nom. Plus de la moitié des élèves furent réparti, puis vint le tour du petit français.

« Valentin Rocheau ! » prononça la sorcière de manière suffisamment intelligible.

Le garçon souffla directement, comme pour se donner du courage, puis s'avança. Il gravit la petite estrade, observa les traits de visage de celle qui tenait le chapeau et s'assit fin à la foule. Il sentit le chapeau posé sur sa tête et attendit.

Le nouveau venu eut une étrange sensation, comme s'il y avait une présence dans sa tête. Quelqu'un qui lui parlait, qui lui murmurait. Il décida de ne pas y prêter attention. C'était sans doute la fatigue qui le poussait à penser cela. Il n'avait qu'une envie : que ça se termine au plus vite. C'est alors que le chapeau se mit à crier dans toute la salle :
« SERPENTARD ! ».

Des cris et des applaudissements se firent entendre de l'une des longues tables. Une fois le chapeau retiré de sa tête, il s'avança vers celle-ci, fit mine de sourire et s'installa. Il observa alors la Cérémonie se poursuivre et se terminer.
  Retour   Répondre