Grande salle

Inscription
Connexion

Le choix du hasard  PV>Ashley 

La première chose que fit Audric en entrant dans la grande salle ce jour-là fût de regarder par les fenêtres. Le froid commençait à s'installer doucement mais surement en Ecosse, et si la neige se faisait attendre au goût du garçon (mais où était toute la neige qu'on lui avait promis?) le givre lui était bien présent et blanchissait tout sur son passage. Il leva ensuite les yeux pour regarder le plafond : lui annonçait déjà de la neige. Le brun soupira, impatient de voir le parc sous une bonne couche de poudreuse blanche, de pouvoir marcher et s'amuser dedans.
Il avança un peu au centre de la grande salle, et décida de s'assoir le plus proche possible des tables des professeurs, là où en ce début d'après-midi il y avait peu de monde. Il surprit au passage quelques conversations ici et là, d'élèves de tout âge qui parlaient du bal de Noël qui approchait. En s'asseyant sur le banc, Audric songea un moment à Eleïs qui était la première à lui avoir demandé s'il avait quelqu'un avec qui y aller. Lui qui voulait y aller avec ses amis avait rapidement compris que ce ne serait pas possible, et avait finalement décidé de rester au dortoir ce soir-là, à moins que la curiosité soit trop forte et qu'il se décide à faire un tour seul.

En songeant à son amie d'enfance, le brun la chercha du regard dans la salle mais ne la vit pas. Il se moqua de lui intérieurement en songeant que le hasard ne se produisait jamais plusieurs fois pour la même chose.
*Ce n'est pas comme si elle passait tout son temps ici. Elle a d'autres choses à faire*
En parlant d'autres choses à faire, le brun en avait également au lieu de rêver en regardant le parc. Il sortit donc ses affaires de son sac, afin de commencer un devoirs de potions. Parchemins, livres, plume et encrier acceptèrent facilement de sortir dudit sac, mais son dictionnaire anglais-français qu'il n'utilisait que pour les devoirs les plus récalcitrants semblait être coincé dans une partie de la fermeture éclair.
Ne comprenant pas comment une telle chose avait pu être possible, et n'ayant pas la patience de regarder de plus prêt d'où venait le problème, le Gryffon tira d'un coup sec afin de décoincer son bien du sac. Mal lui en prit car le dictionnaire lui échappa des mains, effectuant un vol spectaculaire composé de vrilles partiellement ralenties par l'ouverture des pages qui ressemblaient à des ailes qui n'arrivaient pas à battre dans les airs. L'épais volume évita de peu quelques personnes avant d'échouer un peu plus loin.
Honteux, les joues rouges et fuyant les regards des personnes qui le dévisageaient, Audric se leva lentement et partit ramasser son dictionnaire.

Mais une personne qu'il ne regarda pas immédiatement venait tout juste de ramasser l'objet lorsqu'il arriva à sa hauteur.


"Ah, pardon... C'est à moi." marmonna-t-il avec son habituel accent en fuyant l'inconnu(e) du regard.

Lire c'est rêver les yeux ouverts.
La où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Le choix du hasard  PV>Ashley 

Le déjeuner s'était terminé depuis quelques temps maintenant pourtant Ashley avait décidé de revenir dans la Grande Salle pour trouver un peu de calme. Au vu de l'approche des fêtes, la Salle Commune de Serdaigle était devenue un véritable marché de Noël composé de plusieurs stands, et l'approche du Bal n'entraînait avec lui que la multiplication des ragots. En entrant dans la pièce, Ashley fut heureuse de constater qu'il n'y avait pas grand monde et que les quelques élèves présents étaient répartis à leur table, travaillant ou discutant à voix basse. Sacoche sur l'épaule, la petite française avança tranquillement vers la table des bleus. Là, elle s'assit en bout de table et sortit son carnet, plume et encrier. La jeune fille était fin prête à observer et détailler son entourage. Son regard se dirigea sur un garçon blond qui discutait avec une personne du sexe opposé à propos du bal.
*Ah, je commençais à oublier cet événement malheureusement.* pensa-t-elle.

En effet, du haut de ses onze ans, la Serdaigle n'avait jamais été à un bal de sa vie. Ce n'était pas quelque chose qu'elle attendait tout particulièrement, sans compter qu'elle n'avait pas de cavalier et qu'elle ne souhaitait pas y aller seule. Bon nombre de ses camarades de maison avait trouvé quelqu'un pour s'y rendre et la jeune fille se voyait mal leur demander si elle pouvait y aller avec eux.

*Il est néanmoins hors de question que je le rate, ça serait dommage de ne pas profiter du repas.* se dit-elle tout en griffonnant dans son carnet.

Lorsqu'elle releva la tête de ses écrits, Ashley aperçut un jeune garçon qui se dirigeait vers la table des Gryffondors. Malgré les mèches de cheveux qui lui tombaient devant les yeux, elle parvint à distinguer qu'il avait des yeux vairons absolument magnifiques. Il s'assit à quelques mètres, dos à elle. La jeune Serdaigle regretta immédiatement cette décision : elle ne serait plus à même d'observer son visage. Elle décida donc de se replonger dans son carnet afin de décrire au mieux qu'elle le pourrait les traits de ce garçon.

Soudain, les bruits des conversations de la Grande Salle cessèrent. Toujours concentrée sur ce qu'elle faisait, Ashley ne prêta pas immédiatement attention à ce changement d'atmosphère. Elle eu juste le temps d'apercevoir, ce qui semblait être un livre, atterrir non loin d'elle. La petite fille se pencha sur le côté droit, sa tête pendant et faisant traîner ses longs cheveux bruns au sol. Sans même prendre le temps de se demander comment cet objet était arrivé ici, elle se redressa, se leva du banc et contourna le bout de sa table pour ramasser ce qu'elle avait conclut être un dictionnaire anglais-français. La Serdaigle se baissa et le prit dans ses mains. Au moment de se relever, une silhouette se tenait devant elle.

* Oh le garçon de tout à l'heure…* souligna-t-elle, heureuse de pouvoir l'observer de nouveau.

Il avait les joues rosies par la gêne et semblait extrêmement mal à l'aise. Malgré le fait qu'il se tenait devant elle, le jeune Gryffon fuyait le regard d'Ashley et ne pu que marmonner quelques paroles.
"Ah, pardon... C'est à moi."

La jeune fille n'eut aucun problème à reconnaître l'accent que possédait le garçon ; il correspondait en tout point à celui qu'elle même avait.

"Ne t'en fais pas, il ne m'a pas touchée, je ne faisais que le ramasser" lâcha-t-elle en lui offrant un sourire sincère.

"Je m'appelle Ashley Bones. Tu es arrivé récemment en Angleterre ?"
lui demanda-t-elle tout en lui montrant le dictionnaire qu'elle venait de lui remettre.

Elle se rassit à sa table et indiqua au Gryffon qu'il pouvait prendre place en face d'elle s'il le souhaitait.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
"Les brefs étés ont souvent des printemps précoces"-Shakespeare
Les Eclairs, une équipe du tonnerre ! -Lexie
**Journaliste à l'Espi'Aigle**
**Responsable du Dortoir des Filles de Serdaigle**

Le choix du hasard  PV>Ashley 

La personne qui tenait son bien était une fille. Audric ne l'avait toujours pas regardée en face, même il voyait les longs cheveux bruns qui pendaient sur ses épaules. Elle était légèrement plus petite que lui, et il avait du mal à fuir son regard. Il se demanda un instant si elle avait été blessée par l'objet, ne comprenant toujours pas d'ailleurs comment une telle chose avait pu se produire.

"Ne t'en fais pas, il ne m'a pas touchée, je ne faisais que le ramasser" répondit-elle comme si elle avait lu dans ses pensées.

Le brun leva alors les yeux un bref instant, plongeant son regard bicolore dans les yeux clairs de la fillette. Elle lui offrait un sourire qui semblait totalement sincère. Il remarqua rapidement les tâches de rousseur sur son nez et ses joues avant de détourner le regard à nouveau. Il ne pût tout de même pas s'empêcher de l'observer plus attentivement en vérifiant qu'elle ne présentait aucune trace d'une quelconque blessure causée par sa maladresse.


"Je m'appelle Ashley Bones. Tu es arrivé récemment en Angleterre ?" fit-elle en lui montrant l'objet du délit après le lui avoir glissé entre les mains. *Environ 16 mois et 12 jours* songea-t-il sans oser le dire. Cela lui paraissait beaucoup il y a encore quelques semaines, mais à présent il ne continuait de compter que pour le signer dans les lettres qu'il envoyait à ses amis restés à Paris.

"Il y a un peu plus d'un an, oui" murmura-t-il après avoir marmonné un rapide "Merci... et désolé"

La dénommée Ashley s'assit à la table opposée à celle où lui-même s'était installé, et lui fit signe de s'assoir en face d'elle mais sans avoir l'air de vouloir le forcer à quoi que ce soit. Le brun hésita longuement, regardant tour-à-tour ses affaires, puis la fillette, puis de nouveau ses affaires... Ce manège aurait pu durer indéfiniment, si une élève plus âgée que lui n'était pas passée en le bousculant.

"Eh ne restes pas là!" Grommela-t-elle.

Le brun s'écarta vivement et après avoir fait un vague signe à la première inconnue qui lui avait adressé la parole, il partit prendre ses affaires puis fit le tour pour s'assoir en face d'Ashley. En posant son postérieur sur le banc, il réalisa soudainement qu'il s'était mis en position idéale pour discuter à une parfaite inconnue dont il ne connaissait que le nom (et la maison, grâce à l'écusson sur sa robe de sorcière), et qu'il n'avait aucune idée de quoi il pouvait bien lui parler. Sans compter qu'à être ainsi face à elle, il ne pourrait pas la fuir du regard éternellement. *Et si au lieu de te prendre la tête là-dessus comme un idiot tu te présentait?* souffla une petite voix dans sa tête. Bonne idée, depuis le temps qu'elle attendait!

"Pardon, je ne me suis pas présenté je suis Aud-" commença-t-il avant d'être pris par une quinte de toux soudaine. Il se reprit rapidement et termina rapidement avec les joues rouges jusqu'aux oreilles : "Audric! Audric Hitward"

Décidément, on faisait mieux comme première approche! Pour masquer sa nervosité, le Gryffon tira des mèches brunes de ses cheveux devant ses yeux. A cet instant il n'avait qu'une envie : prendre ses affaires et aller s'enfermer dans le dortoir. Plonger sous sa couette et oublier l'enchainement de gaffes qu'il produisait depuis quelques minutes lui semblait la meilleure chose à faire. Mais il ne pouvait pas partir ainsi, sans peine de passer pour un gros malpoli (ce qu'il n'était pas). A la place il désigna le dictionnaire qu'Ashley avait ramassé pour lui (et qu'il avait posé sur la table avec le reste de ses affaires).

"Encore désolé pour ça. Il était coincé dans mon sac et j'ai tiré un peu fort... " dit-il en baissant la voix au fur et à mesure qu'il parlait. "Je ne m'en sers que pour les devoirs, certains mots sont encore un peu compliqués pour moi" *Tu es sérieux?* souffla la voix de nouveau dans sa tête, *Tu n'avais vraiment rien de plus intéressant à dire?* Non justement, mais il n'avait rien d'intéressant à raconter, et ne voyait pas ce qu'il pouvait bien lui dire d'autre.

Lire c'est rêver les yeux ouverts.
La où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Le choix du hasard  PV>Ashley 

Ashley ne pouvait s'empêcher de penser que le jeune garçon avait des yeux absolument spectaculaires ; ils étaient tellement envoûtants. Elle aurait pu passer des heures à les contempler. Cependant, la petite Serdaigle n'osait lui faire de remarques quant à la différence de leur couleur. Ça ne devait pas être facile tous les jours d'être un sorcier et d'avoir en plus cette particularité. A la première rencontre, tout le monde devait lui dire « Oh c'est trop drôle tes yeux n'ont pas la même couleur ! », comme s'il ne le savait pas déjà… La rêverie de la fillette s'arrêta bien assez tôt : le jeune Gryffon venait de détourner son regard. Après s'être plongé dans ses pensées il l'informa qu'il n'était en Angleterre que depuis un an environ.

Assise à la table, Ashley observait le jeune garçon qui hésitait ; son regard allant de ses affaires à la place vide en face d'elle. Sa réflexion fut néanmoins de courte durée dans la mesure où une élève plus âgée le bouscula pour passer.

"Eh ne restes pas là!" Grommela-t-elle.

La jeune Serdaigle n'en revenait pas. Elle se prenait pour qui cette fille ?! Ce n'est pas parce qu'elle avait quelques années de plus qu'elle devait se croire tout permis. L'espace entre les tables était bien assez grand pour deux personnes ! Ashley était révoltée, elle détestait les gens qui se pensaient supérieur aux autres. Sur le point de lui rétorquer quelque chose, elle décida de se raviser. En effet, après s'être écarté, le jeune garçon partit vers ses affaires et revint vers la fillette pour finalement s'asseoir en face d'elle.

"Pardon, je ne me suis pas présenté je suis Aud-"
ses mots furent soudainement coupés par une quinte de toux. Ses joues prirent feu et il termina précipitamment sa phrase : "Audric! Audric Hitward".

Audric ? Ashley n'était pas sûre d'avoir très bien entendu étant donnée que ce n'était pas un prénom très courant. Elle se creusa les méninges afin de trouver une sonorité qui pourrait ressembler à ce qu'elle avait cru distinguer. Mais rien n'y faisait, elle ne mit la main sur aucun autre prénom. La tête posée sur sa main gauche, Ashley ne s'aperçut pas immédiatement qu'Audric semblait gêné face à la situation. Il tirait désespérément sur ses cheveux dans le but de cacher au maximum ses yeux à la jeune fille. Toutefois, il se décida finalement à lui adresser la parole.

"Encore désolé pour ça. Il était coincé dans mon sac et j'ai tiré un peu fort... " dit-il en lui désignant le dictionnaire qu'elle avait ramassé quelques instants plus tôt. "Je ne m'en sers que pour les devoirs, certains mots sont encore un peu compliqués pour moi" La fillette dut se concentrer jusqu'à la toute fin des paroles d'Audric pour ne pas en perdre une miette en raison du volume sonore qui diminuait petit à petit.

Elle le trouvait mignon à force de se comporter de cette façon-là. Pourtant elle ne savait pas de quelle manière elle devait prendre ses réactions… Avait-elle quelque chose de ridicule sur le visage ou bien faisait-elle tout simplement peur à voir ? Elle n'en savait rien et cela la frustrait.


"Ce n'est rien, je suis moi-même très maladroite donc je comprends."
lui dit-elle en posant ses deux mains sur la table et en le gratifiant d'un clin d’œil. Elle voulait mettre le brun à l'aise mais ne savait pas trop comment s'y prendre ; il semblait extrêmement timide.
"Si tu as besoin d'aide n'hésite pas à me demander. J'ai aussi eu du mal à apprendre la langue. J'ai vécu quelques années en France quand j'étais petite. Je passais le plus clair de mon temps à lire ou à écrire dans le jardin de mes grands-parents, les près ou la forêt voisine. Je revenais tout le temps pleine de boue sur mes vêtements et les cheveux tout emmêlés." termina-t-elle avec un léger ricanement. Cette vie paisible, sans aucune forme de magie, lui manquait quelques fois et c'était ce qui se passait en ce moment. Ashley avait les yeux dans le vague et ne faisait plus attention à ce qui se passait autour d'elle jusqu'à ce qu'elle rencontre ces yeux. Ces deux mêmes prunelles qui envoûtaient tellement la jeune fille. Elle secoua la tête, replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et lui fit un magnifique sourire.

"Mes journées se terminaient toujours par une séance de jeu avec les animaux que je croisais… J'adorais cette sensation d'être en phase avec la Nature, c'était tellement enrichissant. Tu vas me prendre pour une folle mais j'avais l'impression qu'ils me comprenaient, et vise versa." lâcha-t-elle, un petit petit air de nostalgie sur son visage.

Ashley était bien trop absorbée dans ses souvenirs pour se rendre compte de ce qu'elle venait de faire. Elle parlait à cœur ouvert à un parfait inconnu et ne semblait pas le moins du monde gênée par cette confession. Elle se sentait étrangement bien avec lui.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
"Les brefs étés ont souvent des printemps précoces"-Shakespeare
Les Eclairs, une équipe du tonnerre ! -Lexie
**Journaliste à l'Espi'Aigle**
**Responsable du Dortoir des Filles de Serdaigle**

Le choix du hasard  PV>Ashley 

Audric ne savait pas où poser les yeux. En général il s'arrangeait pour s'asseoir à côté de la personne à qui il parlait, ainsi il pouvait regarder dans le vague naturellement sans que son interlocuteur le cherche du regard. Il se sentait extrêmement mal-à-l'aise, et trouvait le fait de ne rien avoir à dire plus difficile à supporter que de vraiment se trouver en présence d'une inconnue, qui ne le serait plus... s'il trouvait un sujet de conversation digne de ce nom. *Aller prends un peu sur toi* se sermonna-t-il intérieurement. * De toute façon elle ne va pas te manger. Alors lève la tête! Dans tous les cas si quoi que ce soit ne te plait pas tu pourra toujours partir*. Fuir n'était pas son genre, il savait qu'il ne le ferait pas, mais autant avouer que la solution était tentante...
Il leva donc les yeux, juste au moment ou Ashley offrait un clin d’œil rassurant.


"Ce n'est rien, je suis moi-même très maladroite donc je comprends."

Le brun n'avait pas vraiment écouter, bien qu'il ai parfaitement entendu sa phrase. Perdu dans les yeux clairs de sa camarade, il se surprit pour la première fois depuis longtemps à ne pas jalouser ses yeux d'une couleur si unie. Au contraire, il ne pensait même plus à cela. En cet instant il se noyait complètement, son cerveau soudainement embrumé et incapable comme à son habitude d'en savoir plus sur cette fille à travers son regard.
Il baissa légèrement la tête alors que la Serdaigle s'était remise à parler. Audric fit comme s'il écoutait depuis le début, même s'il ne savait pas depuis combien de temps elle parlait ainsi dans le vide.


"....n'hésite pas à me demander. J'ai aussi eu du mal à apprendre la langue. J'ai vécu quelques années en France quand j'étais petite. Je passais le plus clair de mon temps à lire ou à écrire dans le jardin de mes grands-parents, les près ou la forêt voisine. Je revenais tout le temps pleine de boue sur mes vêtements et les cheveux tout emmêlés."


Il fallut encore quelques secondes pour que tout ce reconnecte dans la tête du garçon. A l'évocation de la France, il releva un peu la tête. Il observa rapidement sa camarade et essaya de l'imaginer avec des vêtements boueux, les cheveux en pétards emmêlés sur un côté avec quelques brins d'herbes parmi les mèches brunes. Il esquissa un sourire en voyant parfaitement cette image. La fillette replaça derrière son oreille une mèche de cheveux avant de lui offrir un sourire magnifique. Il lutta pour ne pas se mettre à rêver de nouveau, tandis qu'elle repris doucement :


"Mes journées se terminaient toujours par une séance de jeu avec les animaux que je croisais… J'adorais cette sensation d'être en phase avec la Nature, c'était tellement enrichissant. Tu vas me prendre pour une folle mais j'avais l'impression qu'ils me comprenaient, et vise versa."

"Ce n'est pas qu'une impression, je suis sûr qu'ils te comprenaient" répondit-il du tac-au-tac sans réfléchir. Lui-même adorait les animaux et et avait toujours pensé que, bien qu'on les nommes "bêtes", ils étaient bien plus intelligents que les humains sur certains points. Et puis il était impossible de leur échapper lorsque notre moral est au plus bas : il l'avait bien vu avec le chien de son grand-père. Il accourait vers Audric en premier chaque fois qu'il arrivait, et le câlinait lorsqu'il sentait que le garçon se sentait triste. Il le grondait également lorsqu'il sentait que l'enfant s’apprêtait à partir, rendant la séparation encore plus difficile pour le garçon qui n'avait jamais envie de repartir, bien qu'il adorait Paris, sa maison et ses amis qui vivaient là-bas.

"Tu as eu de la chance d'habiter à la campagne. Moi je vivais en ville, et il n'y avait que lorsque je rendais visite à mon grand-père qui habite en province que je pouvais me promener dans la forêt ou vers les prés."
Il réfléchit un instant à ce qu'elle venait de dire, puis reprit : "Mais alors, depuis combien de temps tu ne vis plus là-bas? Enfin je veux dire... tu n'as aucun accent, enfin je ne trouves pas. Enfin... tu vois..."

Enfin, enfin, enfin... que d'éloquence! Il est certain que même s'il finissait par perdre son accent, il n'en parlerait pas mieux pour autant. Il préféra changer totalement de sujet, ou presque :
"Dis-moi plutôt, quel est ton animal préféré? En as-tu déjà vu un en vrai? Je te dis ça parce que moi j'adore les mangoustes, mais je n'en ai encore jamais vu. "

Et pourtant, ce n'était pas faute de réclamer à ses parents de l'emmener au zoo, où il en était sûr (parce que ses amis le lui avaient dit) il y avait toute une tribu de mangoustes. Mais son père n'était pas souvent là, et sa mère était constamment plongée dans ses papiers à gratter une nouvelle histoire toute droit sortie de son imagination. Il aurait même donné très cher pour pouvoir en approcher une et la toucher, bien qu'il sache que ce n'était pas possible. Les yeux dans le vague pendant un moment, il se tourna de nouveau vers Ashley, attendant sa réponse. C'est lui qui allait passer pour un fou au final, il en était sûr.

Lire c'est rêver les yeux ouverts.
La où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Le choix du hasard  PV>Ashley 

Reducio
Je m'excuse encore une fois pour ce retard Audric, je suis impardonnable :wise: (A la lecture, il faut donc penser que le Bal n'a pas encore eu lieu)

Ashley espérait sincèrement que les animaux la comprenaient. Durant son enfance ils étaient les seuls amis qu'elle avait. Il était de loin plus facile de se lier avec eux qu'avec des enfants de son âge. Déjà à cette époque elle se sentait différente mais sans en connaître la raison. Les jours s'enchaînaient et la petite fille préférait rester dans son coin à faire on ne sait quoi plutôt que d'aller vers les autres. C'était dans cette solitude qu'elle s'était construite ; toujours entourée par la Nature et ce qu'elle abritait.

"A vrai dire, je ne sais pas si j'aurais réussi à rester en ville, j'avais besoin de cet apaisement… Enfin si ça se trouve, je n'aurai eu aucun problème à y vivre ! Mais ce qui est certain, c'est que maintenant, comme j'ai connu la campagne, je ne peux plus me passer de toute cette nature haha." En effet, la jeune Serdaigle, ne pouvait s'imaginer une journée sans sentir le vent frais sur son visage, l'herbe sous ses pieds, l'entente du bruissement du feuillage et du craquement des branches. "Hum et bien je dirai que ça doit maintenant faire six ans que je suis arrivée en Angleterre. C'est vrai que j'ai perdu mon accent rapidement comme j'étais petite, mais ça ne m'empêche pas de parler français ou de le comprendre." dit-elle dans un sourire.
Ashley s'amusait de voir Audric réagir de cette façon. Il paraissait tellement intimidé alors qu'elle même, de son côté, n'était pas si à l'aise que ça. Contrairement à lui, elle savait le dissimuler. Une sorte de carapace qu'elle était parvenue à construire au fil des années pour éviter que les gens ne s'inquiètent à son propos. Quoi qu'il arrive, elle avait décidé de toujours afficher un sourire sur son visage ; quelle que soit la situation qu'elle rencontrerait.

"Dis-moi plutôt, quel est ton animal préféré? En as-tu déjà vu un en vrai? Je te dis ça parce que moi j'adore les mangoustes, mais je n'en ai encore jamais vu. " Ouh, question difficile pour la fillette. Elle se laissa quelques instants pour réfléchir. Allait-elle répondre la tortue, un félin en particulier ou encore le daman ? Il y en avait tellement qu'elle aimait. Si Audric lui reposait cette question le lendemain, son choix serait très certainement différent de celui qu'elle s'apprêtait à annoncer. "Peut-être bien le panda, j'adore cette grosse boule de poils, mais je n'en ai jamais vu non plus. Ou alors le manchot, c'est mignon comme tout je trouve. D'ailleurs j'en ai vu en même temps que les mangoustes." termina-t-elle, fière de ce qu'elle allait lui dire. "Lors d'un voyage à l'étranger, en Afrique du Sud plus précisément, une horde de mangoustes rayées a attaqué la poubelle en face de notre bungalow. Un véritable carnage, haha !" La petite brune s'en souvenait comme si c'était hier. Le nez collé à la fenêtre elle observait le spectacle qui se déroulait à quelques mètres d'elle même pas. Des dizaines et des dizaines de mangoustes s'engouffraient dans la poubelle pour récupérer les restes qui n'avaient pas été vidés. Toutes plus féroces les unes que les autres, elles se bousculaient pour entrer et des cris perçants s'en échappaient. Un événement inoubliable. "J'ai tenté de prendre des vidéos et des photos, si j'arrive à en retrouver une potable, je te la donnerai." finit-elle avec un sourire chaleureux à l'attention du Gryffondor.

Les parents de la jeune fille avaient toujours énormément voyagé en raison de leur travail et lorsqu'elle retourna habiter avec eux, ils décidèrent de l'emmener. C'était de cette façon que son attrait pour la nature et les animaux s'était développé davantage. Lors de ces expéditions, elle découvrait toujours plus de nouvelles choses. Mais à son grand regret, elle n'était encore jamais été en Chine : le pays du panda. Elle rêvait de voir ce mammifère dans des forêts de bambous. C'était sans aucun doute très naïve de sa part, mais il était à ses yeux, une sorte de grosse peluche géante.

Ashley eut une soudaine envie d'écrire un petit quelques chose mais elle avait peur. Ne serait-ce pas déplacé de le faire devant quelqu'un sans lui dire quoi que ce soit ? Elle n'en savait rien. Elle avait toujours fait cela de manière naturelle mais jamais quand une personne était face à elle, susceptible d'apercevoir ce qu'elle faisait. Cependant elle ne pouvait se permettre de l'oublier. La petite Serdaigle se pencha sur le côté et décrocha un post-it du paquet qu'elle avait dans son sac. Elle se releva, remit quelques mèches de ses cheveux en place et colla le petit carré jaune dans son carnet. Elle y griffonna rapidement quelques petites notes et s'empressa de le refermer. Une fois fait elle releva les yeux et vit un Audric qui l'observait.
*Pourvu qu'il ne me pose pas de questions, s'il-vous-plaît…* Elle décida de passer l'instant sous silence et enchaîna rapidement : "Tu aimerais voyager plus tard ?"

En attendant sa réponse, elle reporta une nouvelle fois son attention sur le petit blond, non loin d'eux. Il s'apprêtait, à ce qu'elle pouvait en déduire, à faire sa demande pour le bal de Noël a la fille en face de lui. Cette dernière lui sauta dans les bras et lui colla un bisous sur la joue. Et bien à première vue, ce devait être un oui qu'il venait de recevoir. Ashley se devait elle aussi de trouver un cavalier pour l'événement. Mais elle ne connaissait pas grand monde dans le château alors elle devrait attendre un long moment avant que quelqu'un daigne lui faire une proposition. Tant pis, elle prendrait les devants et ferait sa demande à un garçon.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
"Les brefs étés ont souvent des printemps précoces"-Shakespeare
Les Eclairs, une équipe du tonnerre ! -Lexie
**Journaliste à l'Espi'Aigle**
**Responsable du Dortoir des Filles de Serdaigle**