Grande salle

Inscription
Connexion

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Les vacances de Noël avaient commencé depuis quatre jours. Les élèves qui rentraient chez eux pour les fêtes avaient déjà quitté l'école, qui paraissait assez vide. Certes, il y avait un certain nombre d'élèves qui avaient voulu rester pour passer Noël à Poudlard, et surtout pour pouvoir assister au fameux bal de Noël qui avait été organisé par les professeurs, mais les couloirs n'étaient plus débordants de monde.

Il faisait froid dans tout le château. Dans certains couloirs, on ressentait de violents courants d'air qui auraient pu faire frémir un fantôme. Kristen descendait l'un des nombreux escaliers en marbre qui se croisait avec d'autres en faisant glisser sa main sur la rampe. Elle salua au passage quelques tableaux et conseilla à une armure qui se promenait de regagner sa place avant de s'effrondrer dans les escaliers. Elle avait une démarche rapide et ses chaussures n'avaient pas le temps de faire du bruit sur le sol. Elle descendait les marches sans que ses talons ne touchent par terre, presque sur la pointe des pieds. Elle portait un col roulé noir sous une grande cape noire, un pantalon noir qui laissait apparaître ses chevilles, et des richelieus.

En arrivant dans le hall d'entrée, elle entendit, de l'autre côté d'une porte, les chants de Noël de la chorale de Madame Beauchamp. Ils répétaient. Kristen se souvenait que les chants de Noël avaient toujours été une grande coutume à Rye, le village de son enfance, qui était typiquement anglais. À cette pensée, elle s'autorisa un petit sourire ironique, un haussement de sourcil, et elle s'éloigna finalement. Elle ouvrit une petite porte dérobée à la droite du grand escalier, à peine visible entre une armure et une bannière sur laquelle étaient cousus l'emblème et la devise de Poudlard.

Elle agita sa baguette vers l'intérieur de la pièce - qui était en réalité un placard - et aussitôt, plusieurs cartons en sortirent en voletant. Kristen referma la porte et se dirigeait maintenant vers la Grande Salle, tandis que les cartons la suivaient en se dandinant dans les airs.

La Grande Salle était presque vide. Il était dix heures du matin, et comme c'était les vacances, beaucoup des élèves qui étaient encore là n'étaient pas encore levés. Il y avait tout de même quelques jeunes qui prenaient leur petit-déjeuner, d'autres qui lisaient, d'autres encore qui faisaient une partie d'échecs version sorciers. Des elfes apparaissaient de temps en temps dans un pop sonore, prenaient une pile d'assiettes et de couverts sales des élèves les plus matinaux ayant déjà fini de manger entre leurs petits bras gris, et disparaissaient.

L'immense sapin de Noël avait déjà été installé et était posé au fond à gauche de la salle, non loin de la table des professeurs et de celle des Serpentard, mais il était complètement nu.

Kristen s'arrêta pour observer tout cela, et finalement, sourit très légèrement, posant ses mains sur ses hanches, dont l'une - la droite - tenait sa baguette. Certains élèves étaient étonnés de la voir hors de son bureau, suivie par une horde de cartons volants, mais elle n'y accorda pas vraiment d'attention.

Elle reprit sa marche et les cartons, qui s'étaient arrêtés aussi, la suivirent. Arrivée à peu près au milieu de la salle, elle s'arrêta à nouveau et les cartons se posèrent autour d'elle. Elle pointa sa baguette sur chacun d'entre eux, et aussitôt, toutes les décorations qu'ils contenaient s'envolèrent pour aller se placer d'elles-mêmes là où elles devaient aller. Les cartons s'empilèrent ensuite les uns sur les autres et s'assirent sur un banc, attendant d'être congédiés.

Kristen ne faisait toujours pas attention aux regards qui suivaient la manœuvre, et ne remarqua donc pas cet élève de Gryffondor qui se fit un torticolis en regardant une guirlande qui volait dans les airs en sinuant comme un serpent ou un dragon chinois. Elle s'approcha du sapin, et donc de la table des Vert et Argent.

Elle n'était pas plus remplie que les autres, mais certains élèves étaient en bout de table et donc, très près du sapin, qui aurait d'ailleurs presque pu laisser tomber quelques aiguilles dans le jus de citrouille des élèves qui ne feraient pas suffisamment attention. Elle appuya le bout de sa baguette sur le rebord de la table et quatre secondes plus tard, celle-ci fut repoussée d'un coup sec, sur toute sa longueur, d'un bon mètre. Les élèves assis sur les bancs ne se trouvaient plus en face de leur assiette ou de leur livre, et après avoir cherché à droite et à gauche ce qui avait pu provoquer cet étrange glissement de terrain, ils durent se décaler. Les bancs étaient encore assez proches du sapin, mais puisque la table avait été décalée, Kristen pouvait passer.

Elle sourit en coin et dit avec air faussement désolé qu'elle était navrée pour le dérangement. Elle intercepta le regard d'une élève de Serpentard qu'elle croyait avoir eue lorsque celle-ci était en première année d'études et plissa les yeux en inclinant légèrement la tête pour la saluer.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Bien que les vacances avaient été entamées depuis trois jours, le quatrième était en vérité le vrai début de ses vacances. Son excursion à Sainte Mangouste pour visiter sa tante, victime de faux facétieux avait amené Mary à retourner à Londres rejoindre sa mère avant de retourner à l'école pour le reste de cette pause scolaire. L'enchainement d'événements pour ainsi dire drainants cumulé avec la pression de garder son excellence scolaire (omettant toutes ses rencontres avec ses camarades d'école, pour certaines dérangeantes pour la verte) avaient, au fil des mois atteint la Serpentard dans ses ressources d'énergie mais aussi dans son humeur générale déjà réputée médiocre. Allongée dans son lit, entourée par sa couette douillette et chaude, elle garda longuement ses yeux fermés. Avoir dormis dix heures avait enlevé un poids de ses épaules. Un calme qu'elle ne souvenait pas avoir ressenti depuis l'été était de retour. Elle resta encore un long moment sous la couette bien que réveillée, jusqu'au moment où elle n'en put plus et jugeant le moment venu, se glissa hors de son lit, grimaçant face à la différence de température. Elle se dépêcha de récupérer ses affaire pour se rendre aux douches, en ressortant propre comme un sou neuf. Attachant ses cheveux en un chignon négligé, elle enfila sa veste en cuir noir pour laquelle son affection n'avait plus de limite puis quitta les cachots, direction la Grande Salle.

En entrant dans la Grande Salle, elle fut satisfaite de constater que celle ci était quasiment vide. Si peu d'élèves présents rendaient la pièce plus gigantesque encore, si cela pouvait être possible mais ne la rendait pas moins accueillante. Au contraire, c'était bien plus reposant et confortable. Elle avançait avec paresse vers la table des Serpentard, remonta la tablée pour s'approcher du grand sapin vert qui encombrait une de ses extrémités. Aussi peu pratique cet emplacement choisi fut-il, il annonçait Noël et Mary n'en était pas totalement insensible. Elle s'assit à côté d'une compère de troisième année, écoutant distraitement les nouvelles du jour : apparemment, certains Serpentard se réunissaient secrètement dans leur Salle Commune à de rares occasions. Parce que ces rendez-vous se déroulaient en plein cœur de la nuit, l'objet de leurs rencontres étaient inconnu. Ces idiots avaient même été grillés la nuit dernière par un première année prit pas une crise de somnambulisme. Ne sachant pas vraiment si l'énigme réveillait suffisamment sa curiosité, elle se servit du jus de pomme et observa la Directrice entrer dans la salle, une nuée de cartons flottant à sa suite comme des canetons suivaient sans réfléchir leur mère.

Son regard ne quitta pas Mrs.Loewy alors qu'elle retirait les décorations hors des cartons pour les arranger à son goût dans tous les recoins de la Grande Salle. Un mystère, voilà comment l'ensemble des élèves la percevait. Elle l'était déjà quand elle avait été son enseignante alors qu'elle était en Première Année. Mary s'était toujours habituée à la distance professionnelle que les professeurs entretenaient envers leurs élèves (à l'exception des chouchous). Néanmoins, pour ce qui était de la Directrice, il ne s'agissait pas d'une distance mais d'un gouffre absolu entre elle et les nouvelles générations. Toutes ces rumeurs de combats, de force de direction mais aussi les faits d'actions héroïques amplifiaient ce gouffre sans fond. Une partie d'elle, fidèle aux valeurs de Serpentard observait cette puissance et charisme avec envie. Une autre néanmoins se doutait qu'une telle position devait sûrement imposer une solitude handicapante. Après tout, la Serpentard en connaissait assez sur la solitude pour déceler des ressemblances chez les autres. Elle finit son verre.

La dame se dirigeait vers la table des verts, toujours avec une cadence transpirant l'autorité. Le sapin était la prochaine victime des guirlandes suspendues, voyageant tels des serpents. Intriguée par les grosses boules rouges, argentés et autres, elle fut prise au dépourvu alors que la table fut brusquement poussée vers la porte d'entrée. Mary, verre en main, cligna des yeux. Quelques rires moqueurs furent adressés à l'attention des Serpentard. La jeune fille n'hésita pas à envoyer des regards meurtriers à ceux qui encore ricanaient sous cape. Qui étaient-ils ? De satanés Gryffondor, bien sûr. Ravalant sa fierté, elle se tourna vers la source de ce déplacement et ainsi, ne manqua pas le sourire en coin de Mrs. Loewy. D'ailleurs son regard s'était probablement trop attardé car les yeux de l'adulte la fixait, les sourcils froncés. Un salut fut envoyé en direction de Mary qui le retourna automatiquement avant de détourner les yeux. La situation était presque délicate. Elle glissa le long du banc pour rejoindre les autres, gardant du coin de l'oeil cette femme intimidante dans son champ de vision. Après tout, il restait qu'elle était curieuse de voir ce qu'elle comptait faire à ce sapin.

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Décorer un sapin de Noël n’avait jamais été une expérience particulièrement fascinante pour Kristen Loewy. Il y avait bien eu cette fois, dans la maison au bord de la falaise, alors qu’Owen commençait tout juste à pouvoir marcher tout seul. Il se déplaçait difficilement sur ses deux jambes minuscules, dans sa grenouillère hippogriffe. En fait, il tanguait plus qu’il ne marchait. Il avait attrapé une énorme décoration en forme de chapeau pointu et en avait si bien mordillé le bout que le chapeau n’était plus pointu du tout. Kristen l’avait alors pris dans ses bras et levé jusqu’en haut du sapin, et il avait posé la décoration sur la pointe du sapin. Ainsi, le sapin semblait porter un chapeau de sorcier. Du reste, il était plein de décorations typiquement sorcières : boules qui montraient dans leur reflet d’extraordinaires paysages, un traîneau de Père-Noël qui faisait inlassablement le tour du sapin en volant et en criant de temps en temps « oh, oh, oh ! », guirlandes qui avaient l’air de véritables boas s’endormant sur les branches, puis changeant de place, s’enroulant autour d'autres branches… Il y avait également des espèces de petites étoiles à certains endroits, comme des Lumos qui auraient été fixés au sapin. De temps en temps, le sapin se secouait comme un chien mouillé et faisait tomber toutes les décorations, qui venaient se replacer d’elles-même sur lui. C’était un très beau sapin, même s’il avait mauvais caractère, et un très beau Noël ; puisque c’était une belle époque. C’était quand tout allait encore bien.

Aujourd’hui, ce lien qui devait exister entre Kristen et son fils n’était plus, mais il y avait toujours une histoire de sapin. Le sapin qui habillait la Grande Salle de Poudlard était anormalement grand. La directrice levait la tête vers le haut de l’arbre quand elle sentit qu’on lui tirait le pantalon. Elle regarda au sol et vit Pez, un elfe de maison qui devait avoir quelque chose avec elle, car il se débrouillait du mieux qu’il pouvait pour être là où elle était, dès qu’il avait les moyens d’être au courant de là où elle était – ce qui restait tout de même assez rare.

« Oui, Pez ? »

L’elfe de maison se frotta les mains et dit d’une voix tremblante :

« Pez a entendu par Mimsy que Madame Loewy était ici, alors Pez est venu pour savoir si Madame Loewy avait besoin de Pez pour faire quelque chose. »

Kristen sourit vaguement. Elle n’avait aucune mission à confier à Pez, mais elle savait qu’il n’attendait que cela, et que lui trouver quelque chose à faire serait comme lui donner un très beau cadeau de Noël. Elle lui fit signe d’approcher, et l’elfe s’exécuta, manquant de trébucher en faisant un pas en avant. Elle s’accroupit pour être à sa hauteur et chuchota quelque chose à l’une de ses oreilles immenses. Lorsque Kristen eut fini de lui confier ce qu’elle avait à lui confier, les oreilles de Pez se dressèrent et ses yeux pétillèrent d’impatience.

« C’est d’accord ? »

Pez hocha rapidement la tête, claqua des doigts et disparut.

Elle put ensuite commencer la décoration du sapin. Alors qu’elle levait sa baguette de houx et de chêne blanc en l’air, un fin ruban argenté s’en dégagea et ondula dans les airs. Il avait l’air fin et souple comme un filet d’eau. Il s’enroula autour du sapin et semblait n’avoir pas de fin dans la baguette de Kristen. Finalement, elle donna un petit coup de baguette et l’espèce de ruban arrêta d’en sortir, finissant tout juste de voler sur le sapin.

Un autre regard de l’élève de Serpentard qui était non loin fut intercepté, et l’élève, comme elle l’avait fait la première fois, fit mine de ne pas trop s’intéresser à ce que la directrice faisait. Cette fois, Kristen expira un tout petit rire par ses narines et dit :

« Mademoiselle Grey... Que diriez-vous de m'aider à gagner du temps ? »

Étrangement, décorer un sapin n'était pas la mission la plus importante que s'était confiée Kristen en ce jour.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

S'il y avait bien un métier que Mary commençait à savoir lui être impossible d'accomplir, c'était bien être espionne pour le compte de qui que ce soit. Aussi discrète avait-elle tenté d'être, il semblait que la directrice avait des yeux derrière la tête et l'avait une nouvelle fois grillé dans ses "observations". Peut-être que l'apparition soudaine d'un elfe de maison aux côtés de l'adulte avait brisé sa couverte car la verte n'avait pas manqué les chuchotements étranges que la créatures avait insufflé à l'oreille de Mrs.Loewy. Quelle raison plausible pouvait pousser des cachoteries comme celles ci ? Le menu du soir était-il si digne d'intérêt que cela ? En tout cas, la curiosité maladive de la blonde l'avait une nouvelle fois trahie et elle se retrouvait dans une position dans laquelle elle ne s'attendait pas être. Mrs Loewy venait de l'inviter à la rejoindre, probablement pour l'aider à décorer le fameux sapin. Elle eut l'impression de tomber dans une dimension parallèle. Y avait-il quelque chose dans son jus de pomme pouvant expliquer cette hallucination auditive ? Perplexe, elle regarda ses camarades qui la fixaient, eux-aussi étonnés. Pas une hallucination, donc.

Elle se leva de son banc et rejoignit avec dignité la dame, faisant attention à ne pas faire transparaître ses interrogations mentales. Poussant le bouchon, elle n'hésita pas tout de même à saisir l'occasion de lancer un regard glorieusement narquois aux élèves des autres maisons, en particulier vers ceux qui avait osé s'esclaffer comme des dindes peu de temps avant. Les sourcils froncés, ces contadins ne faisaient plus les malins et cela procurait un immense sentiment de satisfaction dans le coeur tendre de la verte. Tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Aux côtés de la directrice, elle la salua une nouvelle fois en hochant poliment la tête, redressa son dos pour se tenir bien droite et répondit avec courtoisie :

« Madame. »

Son regard se porta sur le sapin à côté duquel elle se tenait. Si elle le savait gigantesque, cela était un fait d'autant plus marqué maintenant qu'elle se tenait juste à ses pieds. Tenter de distinguer la pointe lui donnerait un torticolis à coup sûr. Observant son apparence très encombrante, elle ne put s'empêcher de l'imaginer entièrement décoré. Plusieurs combinaisons défilaient dans son esprit et les guirlandes et autres ornements entourant la directrice réveillaient maintenant en elle un petit sentiment d'anticipation et d'impatience.

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Avec toute la fierté dont une élève de Serpentard était capable, Mary Grey rejoignit la directrice au pied du sapin. Kristen fit un petit sourire satisfait et, relevant sa baguette, créa une nouvelle guirlande. Jetant un petit regard à l’élève par-dessus son bras levé, elle lui demanda :

« Pouvez-vous faire apparaître des petites décorations à accrocher ? »

Ce n’était pas très compliqué pour elle, évidemment, mais Kristen ne savait pas si l’élève avait appris à faire apparaître de petits objets, si elle avait déjà eu l’occasion de le faire un jour… Elle ne savait pas non plus si elle aurait suffisamment l'âme d'une décoratrice de sapin pour y parvenir.

Dans ses souvenirs, la jeune fille n’était pas une mauvaise élève. Au contraire, elle avait même eu de bons résultats lors de sa première année en Défense contre les Forces du Mal – ce qui n’était vraiment pas donné à tout le monde, voire même à personne. Sur les deux années où Kristen avait enseigné à Poudlard – c’est-à-dire avant qu’elle ne devienne directrice -, rares étaient les élèves à pouvoir se vanter d’obtenir un bulletin affichant une moyenne égale à « Optimal » en face de la case « Défense contre les Forces du Mal », et cela, qu’il s’agisse d’élèves de Première année ou de Septième année – elle n’était pas plus indulgente avec les premiers qu’avec les autres.

Elle avait cru entendre des plaintes, un jour, au détour d’un couloir, lorsqu’un élève, l’apercevant, se souvenait de son commentaire sur son bulletin. Celui-ci devait avoir une moyenne égale au mieux à « Désolant » dans sa matière, car il disait à un camarade, en croyant être assez discret : « J’la déteste, cette vieille limace desséchée. Et puis franchement : « S’intéresse davantage à sa voisine de droite qu’au cours. »… Marquer ça sur mon carnet ! Si mes parents voient ça, j’suis mort… » La légende raconte qu’il essayât de jeter un sort à son carnet et qu’aussitôt, de grosses pustules vertes lui poussèrent sur le nez. Kristen, elle, n’y porta de toute façon aucun intérêt, puisqu’elle estimait n’avoir rien d’une vieille limace desséchée.

« Comment se passent vos études ? demanda-t-elle dans l’idée d’être aimable, mais regardant toujours la guirlande qui jaillissait de sa baguette. »

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

A la demande de la directrice, Mary plongea son attention dans ses pensées. Une myriade d'idées défilaient devant ses yeux mais suivant la liste complète des cours qu'elle avait eu autant en Sortilège qu'en Métamorphose, aucun chapitre spécifique à l'invocation de décorations ne vint à son esprit. Rien de surprenant là dedans. Ce genre d'enchantement était mineur et n'avait pas de réel intérêt. Il s'agissait donc pour éviter l'étalage de son ignorance de trouver une stratégie de contournement lui permettant d'obtenir cette décoration, avec les moyens du bord. Elle hocha positivement la tête envers l'adulte et se détourna d'elle pour récupérer une fourchette non utilisée qui siégeait à l'extrémité de la table. Elle posa la fourchette dans la paume de sa main gauche puis, arborant un air absent sur son visage, visualisa très précisément la métamorphose qu'elle souhaitait réaliser. Relevant sa baguette, elle en dirigea sa pointe vers l'objet et laissa échapper un fil argenté qui engloba délicatement la fourchette. La mutation s’enclencha. Après tous les entraînements des années passées, ce type de tâche n'exigeait plus d'effort particulier. La métamorphose fut rapide et à la place de la fourchette se trouva un ornement représentant un petit serpent argent où la queue laissait pendre une petite boule, elle même argentée, décorée par des étoiles dorées. Mary observa le résultat obtenu avec son habituel oeil critique et une fois le jugement fait, tendit sa main vers Mrs.Loewy.

« Voilà ce que je peux faire. Je pense néanmoins que l'utilisation de la vaisselle de l'école pourrait être vu comme exagérée. »

Elle accrocha son ornement au sapin, ne voulant pas le donner impunément à la directrice. Aussi, s'attendant à le voir disparaître pour retrouver sa forme originelle, autant voir ce qu'il pouvait donner sur le sapin et la Serpentard était assez satisfaite du résultat. Entendant une nouvelle question à propos de ses études cette fois ci, elle observa le visage de l'adulte avec intérêt avant de répondre :

« Pour mes notes, elles sont acceptables. Je n'ai pas à m'en plaindre selon mes camarades. », répondit-il avec un sourire crispé.

En début d'année, elle les aurait jugés excellentes mais arrivée à Décembre, de rares faux-pas avaient endurcis son auto-critique. Pour Mary, elle pouvait, non, devait être bien meilleure. L'excellence, la perfection ouvraient toutes les portes que l'on pourrait espérer ouvrir. Les premières années sous la tutelle de Professeur Loewy semblaient relever d'un temps ancien, un temps où la marge de tolérance vis à vis des notes existait encore. En cette troisième année, cette marge n'avait pas de raison d'être.

« J'ai entendu le Professeur Flynch parler de réouvrir la formation d'Animagus. Peu d'élèves parviennent à réussir la totalité des épreuves. Enfin... savoir comment invoquer toutes ces décorations m'intéresse plus, là tout de suite » finit-elle par dire avec un pétillement dans les yeux.

Mary retourna son regard vers le sapin.

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Kristen observa la métamorphose de la fourchette en décoration de Noël avec un intérêt bien réel. La main se tenant le menton, les yeux plissés, elle observa très attentivement les effets de la magie de Mary Grey. A la fin de la manœuvre, elle hocha la tête et sourit.

« C’est bien, c’est bien, commenta-t-elle à voix basse, autant pour la métamorphose réussie que pour les notes de l’élève. »

Cette élève devait pourtant ne pas être très satisfaite de ses résultats, à en juger par le ton qu’elle avait employé et les mots qu’elle avait choisis. Il n’était que très peu intéressant de savoir que ses camarades jugeaient ses résultats suffisamment corrects pour ne pas avoir à s’en plaindre si elle-même n’en était pas pleine satisfaite. Kristen expira un petit rire discret par les narines. Elle avait tendance à apprécier le caractère des personnes très exigeantes dans leur travail.

« Nous allons éviter, en effet. Laissons à vos camarades leurs catapultes à pommes de terre. »

Elle eut une pensée pour ses années de calvaire à la table des Gryffondor, et au bout d’un certain temps, sa migration définitive pour la table des Serdaigle, lorsqu’elle était étudiante à Poudlard. Elle n’y était pas forcément la bienvenue, mais elle préférait de loin recevoir des « Gryffondor, dégage » dans la figure plutôt que des petits pois ou de la purée dans les cheveux. Et puis, certains Serdaigle ne lui étaient pas hostiles et avaient essayé de la faire accepter, ou du moins, de faire en sorte qu’elle puisse manger tranquillement.

Kristen reprit :

« Faire apparaître ces décorations est assez simple, en vérité. Je suis sûre que vous pourrez y arriver sans problème. »

Elle leva sa baguette et la montra à la Serpentard. Elle la tenait délicatement, du bout des doigts, et son petit doigt était relevé. On aurait dit qu'elle s'apprêtait à servir le thé.

« Il suffit de produire quelques filets de magie sans effets, comme ceci… »

La baguette de Kristen se mit à cracher quelques petites étincelles grisâtres, comme si elle postillonnait. Elle maintint cet effet quelques secondes, et le robinet sembla bien s’enclencher, car c’était désormais un filet mêlant le blanc, le gris et le noir comme dans une tresse qui sortait de sa baguette.

« Ensuite, c’est une sorte d’exercice de métamorphose. Vous transformez ceci en décorations… »

Les filets qui sortaient de la baguette de Kristen se mirent à prendre l’apparence de rubans étoilés. Elle donna alors quelques petits coups de baguette, et ce furent des boules bleues et argentées qui sortirent. Elle les rattrapa de justesse avec son autre main, et en tenait désormais trois dans sa main gauche, ainsi que le ruban étoilé. Elle fit voler tout cela vers le sapin et toutes les décorations s’y installèrent d’elles-mêmes.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Mary observa avec une grande attention la manière dont la Directrice effectuait son enchantement. Il était particulièrement rare de voir Mrs.Loewy faire usage de sa baguette. Certes, ce n'était pas pour se lancer dans un duel contre un autre sorcier mais aussi insignifiant cette création fut-elle, il n'en restait pas moins que la rareré encourageait l'attention de la Serpentard. Les sourcils froncés, elle observa les jets s'entremêler puis résulter en un ornement qu'elle jugea de bon goût. Lorsque l'adulte finit sa tâche, Mary lista tout le protocole dans sa tête avant de s'y essayer. Elle leva une nouvelle fois sa baguette et par la volonté en fit ressortir quelques jets magiques argentés et opales qu'elle tenta de tisser et racommoder alors qu'il restaient suspendus dans les airs. Elle eut l'impression de faire plusieurs choses en même temps, ce qui n'était jamais aisé mais ses anciennes pratiques facilitaient la démarche. Le regard absent, elle continua sa tâche jusqu'à obtenir une guirlande argentée à pois de couleur opale. Ce n'était pas du grand raffinement, à son grand regret mais ce n'était pas non plus pathétique.

Elle fit léviter la décoration et recula d'un pas. Il ne fallait pas briser l'harmonie des précédentes décorations sinon ce serait une véritable gêne visuelle. Penchant la tête légèrement sur le côté, elle fit une moue réflexive avant d'aller accrocher sa réalisation à l'opposé de l'endroit où Mrs.Loewy avait mis la sienne. Chose faite, elle observa le résultat. Oui, c'était une place convenable. Elle tourna son attention vers l'adulte, abaissant par conséquent sa baguette :

« Voulez-vous que je continue ? Je crains que mes décorations aient besoin de plus de raffinement. »

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Kristen faisait apparaître diverses décorations et observait l’élève en faire de même. Elle avait réussi à faire apparaître une jolie guirlande. Kristen hocha la tête pour elle-même, approuvant ce premier essai de l'élève de Serpentard.

« Mais c’est bien, cette guirlande était de bon goût, commenta-t-elle. »

Elle fit apparaître quelques décorations argentées et les fit léviter jusqu’à certaines branches du sapin. Ensuite elle leva sa baguette vers le haut du sapin et une forme lumineuse en fusa, pour s’arrêter sur la branche la plus haute, qui pointait vers le plafond magique de la Grande Salle. C’était une étoile, mais qui semblait être de la forme d’une vraie étoile, que l’on trouverait dans le ciel : ses contours étaient indistincts, et elle dégageait une lumière entre le blanc et l’argenté assez agréable. Elle semblait battre comme un cœur, également, se rétrécissant et se dilatant à un rythme presque régulier.

Reportant son attention sur la jeune fille, elle dit :

« Vous avez donc pour ambition de devenir Animagus ? »

Une formation était en effet proposée à Poudlard, le professeur de métamorphose et le professeur de soins aux créatures magiques s’étant associés pour ce projet. C’était une formation sélective, difficile, qui demandait beaucoup de volonté et de travail. Ce n’était certainement pas à la portée de tout le monde. Néanmoins, Mary Grey, dans les souvenirs de Kristen, pouvait avoir le profil. Après tout, elle était une Serpentard, pleine d’ambition, en théorie… Il en fallait aussi, pour oser se lancer dans cette aventure de haut niveau.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Le sapin revêtaient au fil des enchantements un habit pour le moins somptueux. La Serpentard s'était assidument appliquée à créer divers ornements qui s'harmonisaient au mieux avec ceux de la directrice. A quelques occasions il lui arrivait de corriger quelques arrangements, de sorte à ce que les symétries soient parfaitement respectée. Mine de rien, si elle se détendait au cours de cette tâche, elle n'aurait jamais imaginé trente minutes plus tôt avoir l'occasion de participer à une telle opération. La vie avait le don d'étonner et cette matinée était probablement dans la liste des choses imprévisibles qui avaient eu lieu dans la vie de la Serpentard, à la nuance près que pour une fois ce n'était pas teint par l'anxiété, ce dont elle était reconnaissante. On aurait pu croire que pendant ces maigres minutes, les autres élèves, enseignants et problèmes n'existaient plus. Seul l'envie de s'amuser à décorer un sapin comptait. La réalité reviendrait faire surface très bientôt alors autant en profiter pour le moment.

« Merci. »

Suite à la question de la directrice, l'image mentale du hibou qu'elle avait reçu peu de temps avant refaisait surface dans sa mémoire. Il disait que la candidature qu'elle avait envoyé en début d'année était en cours d'étude et qu'elle recevrait très prochainement la réponse -positive ou négative- quant à son admission. Il n'y aurait pas mort d'homme si elle n'était pas acceptée bien sûr mais ce serait une faculté très intéressante qu'il lui faudrait apprendre plus tard quand elle sera adulte or, le monde des adultes semblait très incertain et elle n'était pas sûr que cette prochaine occasion se présenterait. Celle de Poudlard pouvait bien être la seule et l'unique.

« Oui. J'ai envoyé ma candidature en début d'année. J'ai rempli toutes les conditions mais je suis en attente d'une réponse. Je m'excuse d'être indélicate mais... êtes-vous vous même une animagus ?»

Mary n'avait rien à gagner de la part de cette sorte d'information mais il lui paraissait intéressant de dialoguer avec quelqu'un qui avait lui-même traversé ce chemin, histoire d'avoir une idée plus nette de ce qui pouvait l'attendre.

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Kristen cessa ses activités décoratives, car au fil de la conversation, le sapin commençait à être suffisamment orné. Il ne fallait pas qu’il soit trop chargé, car cela n’aurait plus eu grande valeur esthétique… Le mieux est l’ennemi du bien, et une guirlande de trop, l’ennemi du bon goût. Elle baissa les yeux sur l’élève en rangeant sa baguette. Elle lui fit un mince sourire.

« Non. »

En vérité, elle n’avait pas de raisons de sourire de cet échec ; car oui, elle avait essayé de devenir Animagus, mais le fiasco avait été tel que l’expérience avait abouti à un abandon pur et simple, largement humiliant. Ce n’était pas un échec de type : rien ne vient, l'échec est cuisant ; mais plutôt un échec de type : j’ai fait de mon mieux, mais je n’ai pas réussi tout de même. Elle s’était retrouvée avec des bouts de différents animaux sur la peau : de la peau de serpent çà et là, mais des griffes à la place des ongles, et quelques autres abominations du genre. Le tout avait été loin de l’esthétisme actuel du sapin de la Grande Salle. Cela venait du fait qu’elle n’avait pas été capable de se fixer, de trouver ce qui lui correspondait. Sa tête pouvait parfois être si mal rangée qui cela en devenait handicapant.

Kristen préféra ne pas évoquer son échec auprès de l'élève qui ambitionnait de devenir Animagus : déjà, parce que ce n'était pas particulièrement flatteur pour elle-même, mais aussi parce qu'elle avait le sentiment que cela pourrait ne pas être très rassurant pour la jeune fille.

« Mais je vous souhaite beaucoup de réussite dans votre projet. »

Puis, inclinant légèrement la tête pour saluer la Serpentard, elle dit :

« Mademoiselle, vous m’avez fait gagner un temps précieux. Merci à vous. »

Elle commença à s’en retourner en direction de l’allée centrale de la Grande Salle. Cette tâche accomplie, il lui en restait encore bien d'autres à exécuter.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Serpentes dansantes et étoile d'argent  PV 

Face à la négation de la directrice, Mary ne répondit qu'avec un hochement de tête léger. Il lui paraissait étonnant de savoir que Mrs.Loewy ne s'était pas intéressée à ce type de pratique. Après tout, être un animagus assurait des avantages non négligeables. Peut-être que les contre-temps avaient fait que cet apprentissage n'avait pas été possible, enfin, c'est du moins ce qu'elle supposait. Tant pis, la jeune Serpentard ne trouverait pas réponse à ces questions ce matin là. Elle doutait même en avoir d'ici la fin de la formation. Mary se devait donc d'avancer à l'aveuglette, qu'importe là où cela la mènera. Remerciant la directrice pour son mot d'encouragement, elle rangea sa baguette maintenant qu'elle se retrouvait congédiée et elle observa la femme la quitter pour d'autres affaires. Mary resta un petit moment auprès du sapin, songeuse de cette rencontre rapide mais tout de même digne d'être souvenue comme un privilège. Qui sait ce que l'avenir pouvait réserver. Lorsque la Directrice fut hors de sa vue, la jeune fille alla rejoindre les autres qui la félicitèrent de ce qu'elle venait d'accomplir. Certes, ce n'était pas en remportant un trophée de quoi que ce soit, mais avoir l'attention de la Direction portée sur les Serpentard était toujours quelque chose que les verts tendaient à apprécier, sûrement pour leur goût de pouvoir.

Mary ne fit qu'hocher la tête. Ses pensées retrouvaient le plancher des hypogriffes, soit, la réalité. Les préoccupations qui pouvaient accaparer son esprit revenaient doucement dans sa conscience et le fil de ses pensées s'activa de nouveau. Retenant un soupire, elle finit de prendre son petit déjeuner. Il lui fallait faire un tour à la Bibliothèque. Il était probable que cette journée sensée être de détente tourne en étude. Saluant ses camarades, elle finit par prendre congé. Mieux valait s'y rendre le plus tôt possible pour assurer une tranquillité méritée.

Fin