Grande salle

Inscription
Connexion

Préparations...  PV 

25 octobre 2042

Alice soupira... Halloween approchait et elle n'avait toujours pas d'idée quant à son déguisement... Elle regarda par la fenêtre, la pluie tombait à flot, ne donnant pas envie à la fillette de mettre, ne serait-ce qu'un pied, dans le parc. Elle soupira une nouvelle fois, que pouvait-elle bien faire par ce temps morne et gris ? Les yeux rivés sur son livre de métamorphose, elle réfléchit à la question... Puis, ne voulant pas rester assise là à ne rien faire, elle sortit de la salle d'étude, son livre sous le bras. Elle se dirigeait vers la bibliothèque, dans le but de reposer quelques autres ouvrages empruntés quand elle se prit le pied dans l'un des escaliers. Alice pesta et donna un léger coup de pied contre le marbre dur et luisant. C’était quelque chose qu'elle ne comprenait pas, même après une année passée à Poudlard : pourquoi les escaliers bougeaient-ils ? Et cela faisait donc une deuxième question dans sa tête. Enfin arrivée à la bibliothèque, elle salua d'un signe de tête la responsable de ce lieu, remit les livres à leurs places et sortit à pas de loup pour ne pas déranger les autres élèves qui lisaient. Habituellement, Alice serait restée, la fillette avait toujours adoré ce lieu serein et tranquille qui semblait tout droit sortit d'un autre monde. Mais pas ce jour là, aujourd'hui, elle n'avait qu'une préoccupation en tête : que faire pour Halloween ? La question était simple, certes, la réponse l'était un peu moins. Et comme la réponse n'arrivait toujours pas, Alice se décida à explorer les alentours... Après plusieurs longues minutes à vagabonder dans les couloirs, Alice dû se rendre à l'évidence, cela ne servait à rien de regarder à sa gauche ou à sa droite : Personne dans Poudlard n'avait pas commencer la préparation d'Halloween ! Alors, la fillette rejoignit les dortoirs de sa salle commune et s'allongea sur son lit, les mains derrière la tête. Il lui sembla s'assoupir un moment mais, très vite, elle fut réveiller par des éclats de voix qui provenait du petit salon. En s'approchant un peu plus, elle découvrit deux premières années, en admiration devant un Boursouflet ! La jeune fille esquissa un sourire et son ventre lui répondit en gargouillant. Son sourire s'élargit et elle se dirigea vers la cuisine dans le but d'aller demander quelques friandises aux elfes de maisons. Sauf qu'en passant devant la cuisine, son regard fut attiré par la grande salle : plusieurs cartons remplis d'une multitude de décorations d'Halloween y avaient été entassé au grand bonheur de la fillette. Elle s’en approcha doucement et ses yeux s’agrandirent quand elle aperçut l'une de ses plus chères amies : Mad. Elle lui fit un signe de main et prit la parole :
" Salut Mad, comment vas-tu ? Tu fais quoi ? Je peux t'aider ? "
Aux yeux d'Alice, la réponse au " Tu fais quoi ? " paraissait évidente mais elle préférait être sûr de ne pas se faire des idées, cela lui éviterait certainement de passer pour une cruche... Puis, son attention fut focalisée par l'insigne que Mad portait sur ses vêtements. Elle lui sourit et reprit la parole :
" Alors c'est donc vrai ! Tu es préfète cette année ! C'est un peu tard mais : félicitations ! "

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
Nous créons nous-même nos propres limites puis nous nous étonnons de ne pas nous sentir libre.

Préparations...  PV 

Mad cherchait et fouillait dans ses pensées depuis quelques minutes ce qu'elle pouvait bien faire pour Halloween. Elle n'était pas vraiment attachée à cette fête mais ne pas la fêter dans une école de magie comme Poudlard lui paraissait tout bonnement absurde, ce n'était pas une question de volonté ou d'envie. Elle réfléchit et s'aperçut que restée enfermée ne l'aiderait pas vraiment à trouver des idées et à l'inspirer. Elle prit donc la décision de sortir prendre l'air et passa donc le portrait de la Grosse Dame. Elle se dirigea vers le Rez de Chaussée, sans aucun doute l'étage le plus fréquenté et donc probablement, le plus décoré. Elle descendit donc et vit que la Grande Salle était remplie de cartons halloweenesques. Elle commença son inspection lorsqu'elle entendit crier :

- Waouh ! Trop génial !

C'était un Première Année qui avait probablement trouvé son bonheur pour le déguisement de ses rêves. Il avait trouvé un cache oeil de pirate et la jeune fille eut une pensée pour Tyr qui ne devait pas trouvé drôle que les gens prennent cet accessoire comme déguisement, quoi que. Elle changea de carton et se dirigea vers le carton gagnant dans lequel le jeune homme avait trouvé son bonheur. Il était vide mais on aurait dit qu'il n'avait pas de fond. Il était posé à même le sol et il semblait pourtant stable sans fond. La Deuxième Année plongea donc sa main à l'intérieur afin de vérifier ce que son esprit lui insufflait depuis le début : l'idée que ce carton ait un fond. Elle tâta donc de ses doigts le prétendu fond mais ne toucha qu'un sachet de plastique étrange. Elle le sortit et découvrit du faux sang à l'intérieur. Un éclair de joie traversa le corps de la Gryffonne qui fut heureuse de trouver ce qu'elle cherchait secrètement. Elle se pencha au dessus du carton une nouvelle fois et ne vit toujour rien. C'est à ce moment qu'une jeune Poufsouffle bien connue lui cria :

- Salut Mad, comment vas-tu ? Tu fais quoi ? Je peux t'aider ?

Elle lui répondit simplement :

- Ca va bien et toi ? Je cherche des accessoires pour Halloween mais j'ai trouvé ce qu'il me faut je crois.


La jeune fille dégaina sa poche de sang et Alice enchaina :

- Alors c'est donc vrai ! Tu es préfète cette année ! C'est un peu tard mais : félicitations !

Depuis sa nomination, les "Félicitations" "Bravo" et autres exclamations sur son récent poste fusait, que les personnes soient des amis à elle ou de parfaits inconnus. Cela lui faisait plaisir, évidemment, mais elle s'en était vite lassée. Venant d'Alice, cela n'en était qu'une de plus et elle répondit le inlassable, avec un petit sourire, espérant qu'Alice ne se rende pas compte de la façade :

- Merci, c'est gentil.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Préparations...  PV 

Lorsque Mad prononça le mot "Halloween", le cœur d'Alice fit un bond. Alors elle n'était pas la seule qui réfléchissait à l'approche de cette fameuse fête ? La jeune Poufsouffle ne put s'empêcher de l'écouter attentivement. Lors de sa première année, celle-ci avait passé les vacances de la Toussaint dans sa famille. Mais pas cette année. Cette fois-ci, elle avait demandé à ses parents de pouvoir rester, afin de passer Halloween et les vacances avec ses amis, à Poudlard. Elle regarda sa camarade qui brandissait une poche de sang qu'elle venait d'extirper d'un carton avant de la remercier pour l'avoir félicitée.

" Ca va super bien merci ! Alors c'est bientôt Halloween ? J'ai hâte de voir à quoi ça ressemble un Halloween sorcier à Poudlard ! "

La fillette se mit alors à rêver d'élèves revêtus de multiples déguisements, de plats composés entièrement de citrouille, des vrais chats noirs qu’on ramènerait spécialement pour la fête. Elle en vint à s’interroger sur les moyens de se déguiser chez les Sorcier : le Polynectar était-il autorisé pour l'occasion ? Et bien sûr, ça allait de soi, une décoration avec de fausses tâches de sang et des toiles d'araignée géantes. Elle espérait aussi que les fantômes participeraient à la fête... Enfin, sauf celui de Serpentard parce qu'il lui faisait froid dans le dos ! Mais tout cela n'éclairait pas sa question principal qu'était son futur déguisement. Elle enchaîna alors :

" Génial ta pochette de sang ! Tu compte te déguiser en quoi ? "

Son but n'était pas de copier son amie, loin de là, mais peut-être qu'elle lui permettrait de trouver des idées. Elle se permit de jeter un coup d’œil aux cartons, leur contenu la fascinait.

Sincèrement navrée pour le retard

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
Nous créons nous-même nos propres limites puis nous nous étonnons de ne pas nous sentir libre.