Grande salle

Inscription
Connexion

Un nouveau confident  Solo 

Image

I
__


1er septembre 2025, 10h59


Le petit garçon embrassa sa maman, puis son papa, et fit un bisou sur le front de sa petite sœur. D’un côté il frémissait d’excitation à l’idée de se rendre à Poudlard, et de l’autre il stressait un peu de ne pas voir ses parents jusqu’à la période de Noël, où il retournerait à Londres. C’était la première fois qu’il avait passé le pilier entre les voies neuf et dix pour parvenir sur la voie neuf trois-quarts, et qu’il montait dans ce fameux Poudlard Express dont il avait tant entendu parler. Il se posait de nombreuses questions, est-ce qu’il allait vite se faire des amis ? et des ennemis ? Dans quelle maison allait-il être envoyé ? Allait-il avoir de bonnes notes ? En y pensant, il avait tout le voyage pour se rassurer et éviter de s’inquiéter.
Au moment de monter dans le train, il laissa échapper une petite larme qu’il essuya bien vite de sa main droite. Il ne voulait pas passer pour le garçon ridicule qui pleurait parce qu’il quittait ses parents. La porte passée, le contrôleur sur le quai siffla et le train se mit en marche assez rapidement. Le blondinet chercha un compartiment vide, mais se rendit compte bien vite qu’il devrait partager sa journée avec une autre personne au minimum, faute d’être monté à dix heures cinquante-neuf.

« Je peux m’asseoir ?

- Non »

Mais Oliver n’écouta pas sa réponse et pénétra à l’intérieur du compartiment. La jeune fille qui avait parlé dans le vide prit un air renfrogné, mais le garçon l’ignora.
L’heure du déjeuner arriva rapidement, et les deux enfants n’avaient rien échangé depuis leur semblant de discussion. Oliver sortit le sandwich que sa maman lui avait préparé le matin même et le dévora en moins de deux. Une vieille dame avec une charrette défila ensuite dans le wagon, et s’arrêta devant le compartiment de la fille et du garçon pour demander s’ils voulaient des friandises. Le jeune blond fit non de la tête, et la fille sortit quelques noises pour payer ce dont elle voulait. Des chocogrenouilles, des dragées surprises de Bertie Crochue et des baguettes à la réglisse. Tout ce qu’il y avait de plus sucré. L’odeur alléchante fit bientôt regretter Oliver de ne pas en avoir acheté et il se risqua à demander à sa voisine une dragée. Même s’il n’avait pas écouté sa réponse au début du voyage, et qu’il n’avait pas remarqué sa réaction, il fut bien obligé de la regarder dans les yeux, et il y découvrit par grand-chose d’aimable.

« Tu peux me passer une dragée ?

- Tu te prends pour qui ? T’avais qu’à t’en acheter toi-même. »

Oliver déglutit. Il n’avait pas l’habitude d’avoir affaire à ce genre de comportement.

Les heures passèrent, et bientôt le jour fit place à la nuit. Le jeune garçon ne s’était plus du tout tracassé avec les questions de la matinée, et il n’y pensait pas non plus maintenant. Il décida de revêtir sa robe de sorcier qu’il avait essayée une seule fois au moment de l’achat. *Poudlard, me-voilà…*

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Un nouveau confident  Solo 

Image

II
__


Dans le train, 12h00


Clémentin était assis dans un compartiment du Poudlard Express, en direction de Poudlard, donc. Il était surexcité à l’idée de se rendre dans la grande Ecole de Sorcellerie d’Ecosse. Il ne ressentait aucun stress, aucune appréhension, et était assez confiant. Son grand-frère Raphaël lui avait tout expliqué : comment se déroulerait la répartition, que devrait-il faire en arrivant dans la salle commune de sa maison, les cours qu’il suivrait cette année, bref, il était en parfaite connaissance de ce qui l’attendait. De nature un peu surexcitée, il trépignait littéralement d’impatience. Il voulait voir de ses propres yeux à quoi ressemblait ce fameux château, ce pensionnat si reconnu à travers le monde.
Dans le compartiment se trouvait un autre garçon, mais il avait l’air assez timide. Il était un peu crispé et frêle, et n’avait pas l’air rassuré du tout. Il semblait proche d’éclater en sanglots. Clémentin lui adressa la parole de façon un peu brusque, mais on n’y pouvait rien, il était en général assez franc.

« Bah, pourquoi t’as peur ? »

Le garçon ne répondit pas, et se tourna même vers la fenêtre, auparavant face au jeune garçon pour le moins cru.

« Eh oh ! »

Le camarade se leva et sortit furtivement du compartiment. Clémentin se rendit compte de sa maladresse. Il savait qu’il aurait du mal à surpasser ce défaut à Poudlard, et c’était un peu sa peur ultime, qui pourrait faire de lui un exilé sans ami. Il souffla, et attendit patiemment que le voyage se termine. Il restait au moins bien plus de quatre heures, et il savait qu’il ferait nuit lorsqu’ils arriveraient.

***


Ça y est. Clémentin apercevait enfin le château. En sortant sur le quai, il aperçut un grand homme – plus grand qu’un homme en fait –, et se rappela ce que Raphaël lui avait expliqué : un demi-géant du nom de Hagrid viendrait chercher les première année pour les emmener en barque à la porte d’entrée, avant de les laisser aux bons soins la sous-directrice, miss Rosebury.
Tout se déroula comme prévu, et ils se retrouvèrent tous dans une salle plutôt exigüe. Puis quelqu’un bouscula un élève, qui en fit tomber un autre sur le petit brun.

« Aïe, mon pied !

- Désolé, on m’a bousculé et j’ai pas fait exprès, répondit celui qui avait trébuché. C’est quoi, ton nom ? »

Étonné de la réactivité du garçon dont il ne connaissait pas non plus le nom, Clémentin fut pris de court, il ne s’attendait pas à ce qu’on lui demande le sien.

« Clémentin, et toi ?

- Oliver. »

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Un nouveau confident  Solo 

Image

III
__


Clémentin. Oliver trouvait que ce prénom était drôle. Il devait être d’origine française, à coup sûr. Dans tous les cas, il avait l’air bien plus gentil que la fille du compartiment, et il ne lui en voulait pas d’avoir marché sur son pied. Peut-être qu’ils iraient dans la même Maison ? En repensant à la répartition, le blondinet eut un peu peur, pour ne pas dire beaucoup. Il ne savait pas comment ça allait se passer, si les élèves de la Maison dans laquelle il irait seraient accueillants, si on allait se moquer de lui lorsqu’il mettrait le Choixpeau, ou encore pire, si le Choixpeau ne savait pas où le mettre, et qu’il serait obligé de retourner chez lui, à Londres. Tant de questions tourbillonnaient sans cesser dans sa petite tête d’enfant de onze ans.

« La cérémonie de la répartition va commencer ! déclara la sous-directrice à l’attention des première année avant de leur faire signe de la suivre. »

Madame Rosebury marcha d’un pas rapide vers les portes de la Grande Salle, scrupuleusement suivie des élèves. En rang par deux, Oliver s’était rangé à côté de Clémentin, et avançait juste derrière la fille du train. Sa frousse de la répartition devait se voir de l’extérieur, car il se mordillait la lèvre inférieure, et son camarade à côté lui souffla deux mots.

« T’inquiète pas. »

Tous les regards de la salle étaient portés sur eux, et la table des professeurs devant était intimidante. Le silence était absolu, et même pesant selon Oliver. Le moment fatidique arrivait. Il allait être réparti. Il y avait des chances qu’il atterrisse dans une Maison qu’il ne portait pas forcément dans son cœur.
Son nom de famille commençant par un « B », il était un des premiers de la liste. Trois élèves furent appelés, un rejoignait les rangs de Serpentard, un autre Gryffondor, et le troisième à Serdaigle.

« Oliver Briggs ! »

Sur le coup, l’appelé mit du temps à réagir et à comprendre que c’était lui. Est-ce que le Choixpeau serait gentil avec lui ? Il s’avança alors vers le tabouret, sur lequel il s’assit.

« Intéressant, tu as beaucoup de qualités… Intelligent… Ne serais-tu pas un peu trouillard ? »

Oliver écarquilla les yeux. Avait-il dit ça tout haut, devant tout le monde ? Personne n’avait l’air de réagir en face.

« Serdaigle ! hurla l’entaille qui lui servait de bouche. »

Des applaudissements explosèrent à la table des bleus et bronze, et le nouveau Serdaigle rejoignit sa Maison avec un petit sourire dessiné sur sa bouche. Il jeta un œil à Clémentin, celui-ci applaudissait aussi avec le reste de l’école. Il ne retournerait donc pas à Londres ce soir.

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Un nouveau confident  Solo 

Image
IV
__


Clémentin fut l’avant-dernière personne à être appelée par la sous-directrice pour être affecté dans sa Maison les sept prochaines années. Oliver avait été envoyé chez les Serdaigle, et il avait été bien applaudi. Comment sa table réagirait en voyant Clémentin arriver ? Aurait-il toutes ces acclamations ? Le seul moyen de le savoir à présent était de s’avancer près du tabouret et d’enfiler le Choixpeau sur sa tête. C’était un si grand pouvoir que de répartir un enfant de onze ans dans une Maison à laquelle il appartiendrait durant plusieurs années et dont il n’oublierait sûrement pas tous les moments vécus. Une seconde famille, après tout.

« Loyal, mais désinvolte, Poufsouffle ou Serpentard ? La difficulté est très grande… »

Et si le Choixpeau ne pouvait pas se décider ? Qu’il le renvoyait à Londres parce qu’il ne pouvait appartenir à aucune Maison ? Clémentin ne voulait absolument pas y penser. Il avait tellement hâte d’étudier à Poudlard ! Le Choixpeau ne pouvait pas, juste comme ça, décider s’il serait accepté dans une Maison ou dans une autre, si ? La directrice Derwent ne laisserait pas un de ses nouveaux élèves sans Maison, elle avait forcément son mot à dire, n’est-ce pas ?

« As-tu réfléchi à la Maison qui te plairait ? »

La Maison dans laquelle il voulait aller ? Et maintenant il avait le choix ? Le garçon trouva étrange de ressentir de la panique une seconde, puis un soulagement à la suivante. Son passage sous le Choixpeau lui serait mémorable. Cependant, il n’avait vraiment aucune préférence.

« Je crois bien que… tu seras à Poufsouffle ! »

Ça y est ? Il était réparti ? Sur le coup, il n’avait pas entendu le nom de sa nouvelle famille, mais il s’aperçut bien vite que c’était les élèves de la table jaune et noire qui exprimaient leur enthousiasme à leur nouvelle recrue. Mais il n’avait pas oublié Oliver. Il regarda dans sa direction et croisa dans son regard vert une petite lueur de déception. La cérémonie de la répartition s’acheva par une certaine Octavia Peters qui fut envoyée à Serpentard, puis le copieux banquet débuta.

FIN

I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight.

Qui a appris à mourir, il a désappris à servir.

Co-fondateur du club "Notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"