Grande salle

Inscription
Connexion

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Visiblement ignorée par le Gryffondor, Ellana commença à baisser les bras.
Cependant, le garçon s'expliqua et approuva qu'ils étaient frère et sœur, Ellana ne voulut perdre son temps à s'occuper d'histoires de famille qui ne l'intéressait aucunement, et qui ne ferait qu'envenimer les choses. Mais le fait que le jeune homme se donne en publique sans aucunes gênes avait une tendance à irriter l'entourage notamment la jeune Gryffondor qui entendait des moqueries depuis le début de son repas.

Elle le regarda et s'adressa d'un ton calme et neutre, malgré qu'à l'intérieur cela la rongeait d'entendre quelqu'un parler d'une telle façon.

''Si tu veux régler des soucis de famille, Arthur, je te conseille d'aller t'isoler avec elle et éviter de divulguer tes problèmes personnels à tout le monde la prochaine fois''

Elle  jongla du regard entre Cassiopée et son frère (qui avait là un stupide assez idiot aux lèvres), - décidément les grand frères et grandes sœurs étaient tous à Gryffondor - puis se leva pour quitter la salle en lançant un vague sourire au trio de premières années : Nabil, Lile et Cassiopée. Peut être se rencontreront ils un autre jour, mais pour l'instant elle ne pensa qu'à rejoindre sa salle commune pour profiter un peu d'un silence rare afin de se remettre de toutes les sottises qu'elle put entendre aujourd'hui.

Elle passa par la grande porte de la salle sans se retourner, il n'y avait plus personne à regarder.


Avec un peu d'accès internet, je fais le dernier RP que je ferais ici, cela vous évitera d'attendre.

Le bonheur est comme l'oiseau, il se pose où il veut.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Ainsi donc, ce gars est le frère de Cassiopée. De toute façon, frère ou pas, Nabil se disait que ce n'était pas une raison pour humilier sa frangine de la sorte, en public, c'est pas une façon de parler à sa petite sœur comme ça.
Il se mit à penser à son frère à lui, Tarik lui manquait tellement. Ici, il se trouvait un peu sans repères finalement, son grand frère est tout pour lui, il était toujours avec lui, tout le temps accroché derrière lui, partout. Il en était conscient d’être le petit frère pot de colle, d’ailleurs Tarik lui disait bien souvent, de lui lâcher un peu les baskets de temps en temps et de le laisser tranquille avec ses potes à faire ses affaires de "grands". Mais de toute façon, dès que Nabil prenait tout son courage à deux mains et restait de son coté, c'est Tarik qui venait voir son petit frère. 
Il voudrait tellement le revoir. Faut avouer que pour le coup, Il était un peu jaloux de Cassiopée, elle à son frère ici et peut le voir tout les jours, elle. Mais d’après ce qu'il voyait, la relation entre le frère et la sœur n'était pas du tout la même que celle des frères Corleone.

"Et ben tu devrais être plus gentille avec ta sœur, tu as la chance de l'avoir ici avec toi, profite en. On a pas tous la chance d'avoir de la famille ici."

Nabil lui, était le seul sorcier de sa famille, il était complètement seul ici et abandonné. Il fit un petit sourire aux filles, la tension et l’embrouille avait de toute évidence été réglé et retourna a sa place à la table de serdaigle , pour finir son repas, après avoir dit :

"Bon appétit les filles et peut être à bientôt."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

"Merci, Nabil ! Bon appétit à toi aussi," répondit Líle avec un petit geste de la main, sans sourire, mais le coeur devait probablement y être. En tout cas, la politesse et la reconnaissance, oui.
Elle n'oublierai pas le jeune Serdaigle, pour sûr. Les filles fières comme Líle ont bonne mémoire quand elles ont des dettes morales envers quelqu'un.
Elle se tourna ensuite vers Cassiopée cependant qu'Ellana avait fini son dîner et quittait la grand-salle. Líle s'assit sur sa propre chaise et tira sa camarade par la manche pour qu'elle en fasse autant.

"L'écoute pas. Et me regarde pas comme si j'allais te manger. Occupe-toi plutôt de ton dîner, maintenant."

Oui, non, c'est pas... On a vu plus... Orla aurait été meilleure à cet exercice-là, c'est sûr.
Líle réalisa heureusement sa brutalité verbale et eut la gentillesse d'en rougir un peu.
Vite-euh, un sujet de conversation ! Diversion, diversion !

"Tu devrais t'excuser à notre camarade Serpentard pour le jus de citrouille quand on sera en salle commune, ou Orla va gagner un nouveau fan," lâcha-t-elle en coupant sa viande.

BLAM !

Euh... Líle se pétrifia ? Son sens de la justice arrivait comme un cheveu sur la soupe. Et puis pourquoi parler d'Orla ? Parce qu'elles avaient comme point commun des aînés imbuvables ? Remarque, vu le comportement du frère de Cassiopée, Líle préférait les Bisounours en sucre d'orge et arc-en-ciel sortis de la baguette magique d'Orla : c'était juste agaçant au pire des cas.

"Enfin... je... je veux dire... On... on est de la même maison... tout ça... "Augurey déplumé", c'est original comme surnom, tu trouves pas ?" bredouilla-t-elle.
Avant d'échapper un rire nerveux et d'afficher un sourire encore plus crispé d'un air suppliant à Cassiopée, l'air de dire : "S'te plaît, te vexe pas... J'improvise si fort que je dois avoir mis le feu au théâtre par accident..."

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Cassiopée ria devant l'air totalement perdu de sa camarade. D'un côté les autres avaient raison, il ne fallait pas que les piques de son frère l'atteigne ou il recommencerait à lui envoyer des commentaires blessants dans la tête.  

"Hum... Bof, tu sais j'ai vu mieux en matière de surnom... Comme, par exemple, Cassiopet. C'était ho-ri-ble."

La Grande Salle se vidait de plus en plus et les desserts allaient bientôt disparaître. Il serait aussi temps de rentrer dans leurs dortoirs. Cassiopée se demanda soudainement où était Aldrienne, sa deuxième camarade de dortoirs, elle ne l'avait pas vu de la journée. Toujours plongée dans ses pensées elle attrapa une part de tarte à la mélasse qu'elle se fourra en entière dans la bouche, ses joues gonflants comme celles d'un lapin, ou d'un hamster. Si elle se souvenait bien, sa nouvelle amie était elle aussi dans son dortoir.  Elle avala sa part difficilement pour pouvoir parler sans postillonner partout.

"Tu ferais mieux de manger rapidement ton dessert, le repas se finit bientôt."

Après tout, peut-être qu'elle n'aimait pas le sucré... Oh doux Merlin, comment pourrait elle se priver de choses sucrées ! Cassiopée en mourrait de chagrin ! 

Il fallait aussi, quand elle y pensait, qu'elle redonne le pull à la Gryffondor qui, malheureusement était déjà sortie et aussi qu'elle fasse ses excuses aux Serpentard de deuxième année qui avait aussi quitté la table. Pfiou... Que de choses à faire dans sa petite vie de première année ! Bon c'est vrai, à part ses devoirs elle n'avait pas grand chose à faire... Mais ce n'est pas une raison !

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Líle ceci dit n'aimait pas manger vite : elle avait lu que c'était mauvais pour l'estomac et, suite à sa lecture, elle avait même fait un jour un cauchemar où elle explosait après s'être empiffrée de cupcakes façon dessin animé. Sauf qu'elle n'était pas un Toon, alors elle avait fait "BOUM !" et s'était réveillée en sueurs dans son lit. Depuis, elle faisait bien attention de mâcher consciencieusement de petites bouchées, de ne pas parler en mangeant et de prendre le temps qu'il fallait.
Autant vous dire qu'elle était d'une lenteur ABOMINAAAAABLE pour une gamine de onze ans !

C'était pas entièrement sa faute non plus puisqu'ils avaient perdu un temps précieux avec des bêtises.

Mais bon, elle finit par arriver au dessert en écoutant Cassiopée. Elle prit un cupcake sorcier. Líle adorait les cupcakes. Surtout les siens. Parce qu'elle aimait bien faire des gâteaux. Sauf que le cupcake sorcier était spécial : sa crème fouettée sentait la rose, mais il avait un goût de menthe. Et sa décoration était une minuscule fée en sucre qui battait des ailes.
Líle ne raffolait pas des chocogrenouilles - et s'efforçait de le cacher parce qu'il semblait qu'une loi tacite signifiait qu'un sorcier devait aimer les chocogrenouilles - parce qu'elle s'imaginait manger une vraie grenouille vivante. Ben, la petite fée en sucre un poil trop réaliste du cupcake lui fit le même effet. Elle la retira très délicatement de son cupcake et la posa dans un coin propre de son assiette avant de fermer les yeux et...

"Hum ! Y'a juste ce qu'il faut de sucre !" s'extasia-t-elle.

Et si elle faisait un tour jusqu'aux cuisines ? Ce serait un crime d'être à Poudlard et de ne rien apprendre des recettes légendaires de Helga Poufsouffle !

Après avoir savouré son cupcake jusqu'à la dernière miette, elle fit de son mieux pour faciliter le travail des elfes de maison qui entretenaient Poudlard. Si elle pouvait ramener elle-même ses couverts, elle le fait.

Elle se rappela à son tour, enfin, de la répartition du dortoir des filles et se leva, prête à partir pour un repos bien mérité avant d'entamer les devoirs. La nourriture pour le cerveau.

"Tu as une idée du nom qu'on pourrait donner à notre chambre ?" interrogea-t-elle sa camarade.

Elle n'en avait aucune. Elle n'avait pas eu le temps de chercher.

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Un surnom pour la chambre ? À vrai dire, elle n'y avait pas pensé... Mais bon, c'était facile à trouver ! Aldrienne était la deuxième personne qu'elle connaissait dans la chambre et, comme elle et Líle, Cassiopée adorait lire. Bien sûr, il fallait aussi faire attention aux deux autres personnes présentes dans la chambre mais Cassiopée se dit qu'un surnom en rapport avec leur amour pour les livres serait surement le bienvenu.

"Nous ne sommes pas les seules dans la chambre, il faudrait se mettre toutes d'accord."

Elle prit une deuxième part de tarte, ayant fini la première en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Quidditch".

"Tu connais Aldrienne ? Elle est dans notre chambre aussi."

Cassiopée et la blonde s'était rencontrée lors du premier repas de l'année et n'avaient pas eue l'occasion de se revoir après alors le fait qu'elles soient dans la même chambre était un petit miracle. Certains auraient dit que c'était le destin, Cassiopée, elle, estimait juste avoir de la chance. Par ailleurs elle n'avait aucuns doutes sur le fait qu'Aldrienne et Líle s'entendraient bien. 

Peut-être qu'elles pourraient, toutes les trois, créer un club de lecture ? Ce serait amusant de partager ses lectures du moment avec d'autres passionnés. Et puis, c'est toujours agréable de lire un livre avec une bonne tasse de chocolat chaud ! En tout cas, elle avait hâte de finir cette journée qui n'avait pas été de tout repos. Sa seule envie était de se mettre en pyjama et de s'écraser sur son lit. 

Elle laissa échapper un petit rire quand Líle eue une expression de pur bonheur en mangeant un gâteau.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Líle secoua la tête avant de se lever, prête à partir pour leur Salle Commune.

"Nop, connais pas. Pas croisée encore."

Elle brossa sa cape et son pull où quelques petites miettes de cupcake s'étaient accrochées. Puis, elle vérifia la tresse de sa frange en attendant, peut-être, que sa camarade l'accompagne.

"Elle est comment, comme fille ?" l'interrogea-t-elle, les yeux levés sur sa tresse et occupée à tenter de remettre quelques cheveux dans les brins.

Líle n'avait encore jamais partagé d'espace. Chez elle, sa sœur et elle avait chacune leur propre chambre. Elle s'inquiétait un peu de savoir comment ça allait se passer. D'après ce qu'elle avait cru comprendre, elles seraient au moins quatre dans la même pièce. La fillette n'était pas rassurée. Elle paraissait, pour le moment, bien s'entendre avec Cassiopée, mais elle ignorait si ça allait durer.
Et si elle ne s'entendait pas avec les autres filles de leur chambre ? Et si elles étaient bruyantes ? Ou méchantes ? Rien que ce soir, après son désastreux cours de vol, elle était franchement pas rassurée. Elle était dans la Maison de Salazar Serpentard et de Celui-qu'on-évite-d'invoquer-même-mort, des Sangs-pur trop imbus d'eux-mêmes et de leur lignée pleine de poussière, après tout. Pas franchement la maison des Bisounours à paillettes.
Líle elle-même n'était pas un vrai Bisounours à paillettes, mais elle détestait l'idée de faire du mal aux gens. Surtout parce qu'elle avait une baguette magique.

Enfin, tous ses cheveux rentrèrent dans les rangs de sa tresse et elle baissa ses grands yeux gris sur Cassiopée d'un air un peu inquiet.

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Sa camarade avait l'air vraiment inquiète et Cassiopée trouva que c'était vraiment mignon, enfin... Pour elle !

"Aldrienne est comme moi, timide et discrète et qui adore les livres. Vous vous entendrez bien, je n'en n'ai aucun doute. Bien évidement je ne connais pas les deux autres filles qui partagerons notre dortoir pour l'année, je ne les ai pas vu, mais elles ne devraient pas être bien méchante."

Elle prit la main de son amie dans la sienne en signe de réconfort tandis qu'elles se levaient, prêtent à suivre le groupe bruyant de première années qui se tassait devant les préfet, ne connaissant, pour la plupart, le chemin de la salle commune, ou ne s'en souvenant plus. Après le fiasco du début de repas, Cassiopée espérait vraiment que ses deux autres camarades de chambre ne soient pas odieuse comme le deuxième année qui avait encouragé les autres à scander ce surnom idiot.

Tout en avançant elle détaillait sa nouvelle amie, n'ayant pas eut le temps de le faire pendant le repas. Líle était belle, et tant pis pour ceux qui diraient le contraire, même magnifique du point de vue de Cassiopée. À sa beauté extérieure venait s'ajouter celle intérieur et, pour elle, Líle n'avait rien à envier à sa sœur. Ses grands yeux gris brillaient intelligence et de curiosité et ses joues blanche se tintaient doucement de rouge au fur et à mesure que Cassiopée s'éternisait à la détailler.  

"Dis moi... Même si c'est une demande étrange.... Me laisserais-tu te dessiner ? Tu es..... Magnifique."

Cassiopée rougit comme un coquelicot en se rendant compte de ce qu'elle avait dit. C'était sortit tout seul.... Elle bégayant qu'elle que chose d'incompréhensible avant de baisser la tête. De toute manière ce n'était pas si grave si elles loupaient le groupe pour aller en salle commune, Cassiopée connaissait le chemin. Elle l'avait tellement fait en aller-retour pour ne pas l'oublier qu'elle pouvait dire combien, et quels, tableaux ornaient les murs.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Peu de gens pouvaient se vanter d'avoir fait rougir le petit caneton gris jusqu'aux oreilles.
Et pourtant, Cassiopée y parvint haut la main. Déjà que Líle arrondit les yeux lorsque sa camarade lui prit la main et la dévisagea. Elle se demanda si elle avait de la crème sur les lèvres et s'essuya rapidement du bout des doigts. Mais voilà qu'en plus, Cassiopée lui disait qu'elle voulait la dessiner et qu'elle était... quoi ? Magnifique ?

Le monde tomba sur Líle qui se demanda sincèrement si elle n'était pas en train de rêver, ou d'halluciner. Elle avait peut-être respiré trop fort quelque chose et elle entendait ce compliment sorti de nulle part ou bien, plus sûrement, adressé à la mauvaise personne.
Mais comme il n'y avait qu'elle et Cassiopée, cette échappatoire tombait à l'eau.
Jusqu'à maintenant, seul son ami Brian lui avait fait quelques compliments. Mais elle savait que Brian était un Merrow, alors bon.
En général, on reprochait à Líle de jamais sourire, d'avoir toujours l'air sévère, intimidante, et trop intello. Bref, pas l'image idéale ou orla-esque de la jolie fille.
Et puis, Líle était trop jeune pour s'en préoccuper vraiment. Non, ce qui l'estomaquait, c'était qu'on lui disait ça et parce qu'on voulait la dessiner !
C'était être un modèle qui la tarabustait, parce que, dans les contes, on ne faisait de portraits qu'aux belles princesses.
Genre, Orla. Orla, c'était la princesse du lac des cygnes.

"Heu..."

Magnifique ! Elle ne sait même plus quoi dire ! Elle ! La bavarde devant l’Éternel qui avait le plus souvent réponse à tout !
Elle était à deux doigts de se perdre en conceptions philosophiques pour peser le pour et le contre de sa réponse. Mais là, elle ne savait vraiment pas quoi dire, hormis un grand et sincère dans sa perplexité :

"Ah... ?" lâcha-t-elle en dévisageant Cassiopée du regard, mais afin de trouver une explication à cette opinion.

Et puis, elle rétropédala en changeant de sujet :

"Tu dessines si bien que ça ?" s'intéressa-t-elle sans sourire (la fonction est cassée, revenez plus tard).

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Cassiopée rougit encore plus (Si, si ! Je vous jure c'est possible !) et fouilla en vitesse dans son sac pour en sortir un portrait de sa mère qu'elle avait fait avant de partir. C'était le seul dessin qui restait 24h sur 24 dans son sac, elle avait trop peur que quelqu'un l'abîme s'il restait dans son dortoir. Elle sortit la feuille avec le plus de précautions possible et le tendis vers son amie en faisant attention au trésor qu'il représentait.

"J'aimerai beaucoup te dessiner toi et Aldrienne aussi, mais pour l'instant je ne l'ai pas revu depuis la dernière fois alors je te demande à toi en première. Je comprendrais très bien si tu ne voulait pas..."

Elle ne l'aurait jamais dit clairement mais elle était très fière de ses dessins, même s'il fallait tout le temps qu'elle change un détail pour être sûr qu'il soit parfait. Líle regarda la feuille fixement. Le dessin représentait une femme aux grands yeux verts et au visage anguleux. Si on ne la connaissait pas, on pourrait jurer qu'elle n'avait aucuns liens avec Cassiopée, cette dernière rassemblant beaucoup plus à son père.

Cassiopée fut soudain prit d'une peur incontrôlable. C'est vrai, si Líle la trouvait bizarre ? Que ferait-elle ? Elle n'aimait pas particulièrement partager ses dessins et craignait que cette dernière n'en fasse profiter tout Poudlard. Bien sûr, Cassiopée était certaine que ce n'était pas son genre mais elle était prête à toutes les éventualités, même les plus horribles. 

Cassiopée regardait son amie, impatiente de savoir sa réponse.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

"Woh !" s'exclama Líle à la vue du croquis.
Ce n'était pas parfait, mais c'était tout de même balèze pour une fille de son âge.
"Tu dois vraiment dessiner tout le temps ! C'est super bien fait ! C'est qui ? Vous avez les mêmes yeux."
Elle prit la direction de leur dortoir tout en examinant en détail le coup de crayon de sa camarade. Elle s'imaginait faire un cadre qui irait bien avec le dessin.
"Pourquoi tu le mets pas en cadre ?" s'étonna-t-elle en rendant le portrait à sa camarade.
Cependant, mine de rien, savoir que Cassiopée avait un autre modèle en tête rassura Líle : ainsi la demande de sa camarade et son compliment était purement... comment dire ? D'un point de vue d'artiste ? Elle pouvait comprendre ce point de vue. Les artistes voyaient la beauté pas aux mêmes endroits que tout le monde.
Elle par exemple, elle trouvait Brian beau, alors qu'on disait les Merrows garçons laids à faire peur.
Mais enfin pour l'heure, il était question de répondre à la demande de Cassiopée. Ce ne serait pas poli de la laisser sans réponse ni très gentil.
"Ah ben, si c'est pour t'entraîner, je veux bien. Et si tu le signes, je pourrais le garder après ?"
Du coup, elle était curieuse de rencontrer leur colocataire de chambre. Aldrienne.
Mine de rien, c'était la première fois qu'on lui demandait ce genre de chose, et un petit sourire fleurit sur les lèvres minces de Líle. Qui avait laissé sa main dans celle de Cassiopée sans trop y réfléchir.

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Cassiopée fit un sourire timide.

"Merci...C'est ma mère... Tu pourras garder le tien.... "

Elle fit une petite pression sur la main de sa camarade pour attirer pleinement son attention sur ce qu'elle allait dire. Elle souffla pour se donner du courage et se lança, rougissante.

"Je suis heureuse de t'avoir rencontré..."

Malgré tout ce qu'elle pouvait dire, elle n'avait jamais été aussi heureuse que depuis qu'elle était à Poudlard. La présence d'amies qui se fichaient de se que racontait son frère lui faisait chaud au cœur et un poix immense sur ses épaules s'était envolé. Le jour de la réception de sa lettre elle était terrifiée de quitter les seuls repères qu'elle avait : ses parents, et le fait de ne pas se faire d'amis et de commencer et finir sa scolarité, aussi bien moldue que sorcière, seule lui faisait atrocement peur. Heureusement pour elle, dès son arrivée dans le Poudlard Express ses doutes s'étaient envolés quand des personnes qu'elle ne connaissait pas étaient venues se présenter de leurs pleins gré. 

Cette sensation d'être enfin "normale" au milieu d'autres personnes comme elle lui apportait une immense joie. Et même si ces amitiés étaient encore nouvelles et peut profondes, pour le moment, elle ferait tout pour les garder le plus longtemps possible. Elle tira son amie vers les portes de la Grande Salle, bien décidée à rentrer au dortoir après cette journée riche en rebondissement.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Et on l'appela "Augurey Déplumé"

Je suis heureuse de t'avoir rencontrée.

Comment vous décrire la réaction et le ressenti de Líle, mademoiselle "Jevistrèsbientouteseulemerciaurevoirsalut" à cette déclaration ?
D'habitude, enfin, à l'école, on lui disait assez vite : "Non mais, tais-toi, quoi !" Du coup, Líle avait assez vite appris à se taire et à éviter les autres. De peur de ne pas se taire et d'entendre ça.
Pour les autres enfants moldus, elle était bizarre. Elle parlait de choses bizarres, elle disait des choses bizarres qu'ils ne comprenaient pas, elle faisait aussi des choses bizarres et elle était bizarrement trop douée à l'école et d'autant plus bizarrement, les profs ne l'aimaient pas plus pour autant.
Le seul qui ne la trouvait pas bizarre, c'était son ami Brian, parce qu'il était bizarre aussi. Deux créatures bizarres pouvaient s'entendre, en avait-elle conclu.

Et, de toute évidence, cette règle quasi mathématique de la bizarrerie s'appliquait à Poudlard aussi.
Poudlard était-il rempli à ras bord d'autres enfants bizarres ?

Ben, vu la déclaration d'amitié de Cassiopée... Líle était tentée de répondre oui.

Mais Líle, les yeux ronds sur Cassiopée, en resta sans voix et se laissa tracter en direction de leur dortoir sans protester.
Les Capricornes, ça mettait son temps, celui d'y réfléchir. Beaucoup y réfléchir. Un peu trop y réfléchir.
Líle avait appris à se taire et à faire sa petite sauce dans son coin sans déranger. Que ce soit dans sa famille qu'à l'école. Alors elle avait appris à ne jamais dire quoi que ce soit à la légère. Même dans ses devoirs. Quand elle disait un truc, elle le pensait parce qu'elle y avait réfléchi.
Là, il fallait lui laisser le temps d'y réfléchir.
Elle pouvait au moins dire un truc :
"Merci d'avance pour le dessin..." souffla-t-elle à mi-voix, d'un ton neutre, comme un automate, encore sous le choc.

Ainsi les deux Serpentardes s'en allèrent donc pour leur dortoir et un repos bien mérité.

"Je t'ai déjà parlé du chaudron de Dagda ? Non ? T'es sûre ? Eh bien, voilà, un jour, y'a très longtemps..."