Grande salle

Inscription
Connexion

 RPG+  Besoin d'une oreille compréhensive ?  Mad 

      L'hiver touchait à sa fin. L'épais manteau de neige qui avait recouvert Poudlard pendant plusieurs mois avait fondu, lançant place à une herbe toute fraîche où déjà commençaient à pousser quelques fleurs. Diana attendait ce moment avec beaucoup d'impatience, elle en avait mare du froid qui passait sous sa cape, du vent qui faisait fouetter ses cheveux dans ses yeux et de l'humidité qui rentrait dans ses chaussures. Le plus désagréable était sûrement les cours de vol. Dans les températures avoisinant les moins moins cinq - nous sommes tout de même en Ecosse -, les cours de vol étaient devenus intenables en raison du froid et de la neige qui vous gelait les doigts et givrait le bout du nez. Passée l'euphorie des premiers jours de froid, Diana s'était vite lassée et n'attendait plus que le retour des beaux jours, qui avait fini par arriver à la mi-mars.

     Il était midi trente lorsque la jeune Anderson arriva dans la grande salle. Elle venait d'avoir eu un cours de vol plutôt intensif et bien plus agréable que les précédentes semaines. M. Sabdeja avait entraîné les deuxièmes années à la vitesse sur balai en réalisant des courses en binôme. Le professeur avait réalisé les groupes et Diana s'était retrouvée avec une Gryffondor du nom de Mad Mal. Elle avait traversé plusieurs fois le terrain d'entraînement à pleine vitesse mais son adversaire vainquait toujours Diana, quoi qu'elle fasse. La jeune fille tentait de mettre cela sur le compte de son vertige, bien qu'il se soit amélioré depuis son année précédente. Une fois le cours fini, elle avait regagné le château, complètement lessivée afin d'aller manger son déjeuner. 

     Elle entra dans la grande salle et s'apprêtait à manger seule comme à son habitude lorsqu'elle s'aperçut que son ancienne coéquipière avait une place libre à ses côtés. Elle hésita quelques instants avant de finir par se décider à s'asseoir à côté. Diana ne l'avait pas trouvé désagréable. Elle lui adressa un sourire timide et commença à se servir. Les Gryffondor l'impressionnaient. Elle n'osa pas dire un mot pendant plusieurs minutes. Au bout d'un moment, elle se décida à rompre la glace. Elle se tourna vers elle et lui dit : 

     " Salut ! Ça ne te déranges pas que je mettes ici ?

     Elle lui adressa un regard gêné et replongea en contemplation devant sa nourriture. La jeune fille lui paraissait sympathique mais plus les minutes passaient, plus Diana se demandait si elle ne ferait pas de revenir sur sa table. Elle se mordilla la lèvre, toute gênée. Elle ne savait pas réellement quoi faire. Elle joua un peu avec sa nourriture, confectionna des boulettes de pain de mie. Alors, elle pensa à sa sœur, ancienne Gryffondor et cela lui redonna du courage. Elle voulait être digne.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG

 RPG+  Besoin d'une oreille compréhensive ?  Mad 

Mad n'avait pas fait de la vitesse depuis plusieurs mois à cause du froid qui avait, de sa coupole, emprisonné tout Poudlard. Autant elle avait tout de même parfois réussi à s'extirper de son confort et de sa chaleur pour aller se saisir de son balai et ainsi ne pas perdre le coup de main, autant faire de la vitesse aurait été plus dangereux qu'amusant. Sur ce coup, elle avait donc été responsable et n'avait pas tenté le diable : elle avait choisi des balais prévus pour la détente plutôt que ceux pour la vitesse et n'avait jamais -ou presque- pris de risques. Cependant, l'arrivée récente du printemps lui permettait de pouvoir amplement reprendre des balais furtifs et regagner ses bonnes vieilles habitudes de rapidité. Le vent qui s'engouffrait dans ses cheveux, l'air qui la poussait vers l'arrière, prêt à la faire chuter, ses mêches qui s'emmêlaient dans un brouhaha sans pareil ; voilà les sensations qui avaient manquées à la Deuxième Année.

Ce matin là marquerait donc son retour à la célérité et aux grands espaces, puisque le cours de vol allait porter exclusivement dessus. Ainsi, la Gryffonne se rendait avec hâte et grande joie voir le professeur Sabedja pour en savoir plus. Elle souhaitait vraiment découvrir ce qu'il leur avait prévu pour cette leçon où elle était sure de s'amuser -comme à chaque fois, disons le. En arrivant, elle put alors voir que de longues lignes blanches, comme tracées à la craie, flottaient dans les airs à environ un mètre du sol, formant de multiples rectangles qui s'ensuivaient. Devant chaque largeur se tenaient à chaque fois deux balais. Il n'y avait donc aucun doute sur le fait que des courses se préparaient. L'euphorie prit alors possession de l'Âme et du Corps de la préfète qui ne fut que ravie de ce qui allait se dérouler au cours de la prochaine heure.

Image


Lessivée, une goutte de sueur dévalant son front, Mad pénétra dans la Grande Salle bruyante en cette heure de déjeuner. Elle n'était pas comme habituellement accompagnée de Duncan, Audric, Marion ou qui elle savait, mais bien seule. En effet, les âmes fragiles qu'ils étaient tous avaient d'abord préféré rejoindre leurs dortoirs respectifs pour prendre une douche plutôt que d'aller d'abord manger. La blondinette n'avait pas souhaité les suivre, préférant largement étancher sa faim que d'aller courir sous de l'eau qui lui brûlerait la peau. 

Elle prit donc la direction de la large et longue table animée des Gryffondor, et prit place un peu n'importe où, sans vraiment faire attention à ses voisins. Elle n'était pas là pour se sociabiliser mais bien pour ne pas mourir de faim avant la fin de la journée. La jeune fille se saisit donc d'un plat encore bien rempli de pommes de terre rissolées pour en verser abondamment dans son assiette encore vide, et le reposa à sa place. C'est alors qu'à sa droite fit irruption une drôle de slhouette : longs cheveux bruns, écusson verdoyant. Pas vraiment le genre de personne qui venaient s'installer à une table complète de rouge et or pendant un déjeuner.

Après plusieurs coups d'œil peu discrets, cependant, la Gryffonne put reconnaître Diana Anderson. Elle ne savait pas vraiment que penser de la Deuxième Année qui se tenait à ses côtés pour de multiples raisons qui valdinguaient dans sa tête. Pour autant, elle décida d'en faire simplement abstraction, à l'entente de ses paroles, au moins le temps de savoir ce qu'elle voulait :

- Salut ! Ça ne te déranges pas que je mettes ici ?

Bon, en soi, l'approche n'était pas mauvaise et cela changeait du traditionnel "ça va", mais ce n'était pas pour autant fameux. Mad prit alors sur elle pour lui répondre, d'une façon neutre, presque avenante :

- On dira que non.

Elle voulait la voir patauger, malgré le fait qu'elle avait pu l'apprécier.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 RPG+  Besoin d'une oreille compréhensive ?  Mad 

     Elle était entourée de Gryffondor. En soi, ils ne la dérangeaient pas. Mais elle connaissait la profonde rivalité qui opposait les deux maisons. Dommage, la fillette était persuadée qu'ils pourraient être complémentaires. L'une des maisons était courageuse, l'autre trouillarde. Elle pensa alors à la première épreuve qui l'attendait le soir même et une boule se forma dans son ventre. Si les Gryffondor pouvaient lui prêter ne serait-ce qu'une infime partie de leur courage, Diana pourrait leur en être hautement reconnaissante... 

     A vrai dire, elle ne savait pas réellement si elle pouvait se classer dans la catégorie des gens courageux. On lui avait dit qu'elle avait beaucoup de courage lorsqu'elle avait perdu sa sœur.  Mais Diana n'avait pas eu le choix. Si elle avait pas s'en passer, elle l'aurait fait volontiers. Elle se qualifiait comme peureuse en raison de son appartenance à Serpentard. Elle savait que c'était l'une de leur principale caractéristique et pensait donc naturellement qu'elle même la possédait. Mais au fur et à mesure que le soir de l'épreuve tant attendue arrivait, elle voulait espérer qu'il puisse y avoir un semblant de bravoure en elle, du moins juste assez pour remporter l'épreuve. C'était son unique but. Gagner l'épreuve. Au moins, elle savait qu'elle possédait l'ambition des Serpentard. Diana voulait être fière d'elle, pouvoir dire à sa mère que, elle aussi elle était capable de réussir des choses ! Lucy avait été la fille parfaite. Diana voulait l'être à son tour, la remplacer pour aider ses parents à aller mieux. Quoi de mieux que de gagner donc ? C'était son but cette année. 

*    *    *

     - On dira que non.

     Réponse très crûe. Un peu trop aux yeux de Diana. Elle regarda autour d'elle et ses yeux se posèrent sur certains Gryffondor, qui semblaient la regarder avec étonnement. Pour sûr qu'elle devait détonner dans cet univers empreint de rouge ! Diana hésita à rester et sentit ses joues se colorèrent d'une teinte rose. Elle pesa le pour et le contre, intérieurement. C'était vrai que Mad lui semblait sympathique mais la jeune fille trouvait sa réponse un peu trop froide. Et puis, il y avait tout ces élèves qu'elle ne connaissait, contrairement aux Serpentard, à défaut d'avoir des amis là-bas. Mais si Mad avait quelques conseils pour l'aider à avoir plus de courage, Diana était partante. Elle se tourna à son tour vers elle, son visage impassible, comme à son habitude. Elle ouvrit la bouche, avant de se rendre compte qu'elle n'avait rien à dire. Elle la referma précipitamment, et chercha quelque chose à dire, un tant soit peu intéressant. Elle se remémora le cours qu'elles avaient passé ensembles, et s'exclama, entre deux bouchées de pain tout juste pris dans le panier :

     - Tu es vachement forte en vol dis donc !

     Elle détourna son regard d'elle et se servit généreusement en pomme de terre et en viande. Elle avait beau ne pas être à sa table habituelle, ce n'était pas une raison pour se priver de nourriture !

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG