Grande salle

Inscription
Connexion

Effet Miroir  PV 

Septembre 2043 : Deuxième année de Cassiopée Malory.
ImageImage
Orion et Sirius Kreyis.
11 ans.

La répartition était déjà bien entamée mais elle n'y prêtait pas attention, son regard seulement porté vers deux jumeaux perdus dans la masse grouillante de premières années qui attendaient seulement de se faire répartir comme si cela allait déterminer leur destin. Comme si les faire atterrir quelque part allait les faire changer du tout au tout. Les gens étaient tellement hypocrite, elle en vomirait volontiers si seulement elle avait quelque chose dans le ventre. C'était une mauvais habitude chez elle qui n'avait pas changé durant l'été. Elle détestait manger, rien que l'idée de le faire la rebutait et pourtant, elle était là, bientôt entourée de nourriture alors qu'elle aurait très bien pu se cacher seule quelque part pour ne plus voir tout ces gens manger comme si c'était utile, comme s'il serait normal qu'elle le fasse alors qu'elle hait ça de tout son cœur brisé et piétiné par la vie. Non, si elle est là ce n'est pas pour les plats qui vont bien vite apparaître, ce n'est pas pour rester avec ses connaissances, elles savent bien qu'elle n'assiste à presque aucun repas, elles sont habituées. Si elle est là, ce n'est même pas pour voir les nouvelle recrue dans sa maison, elle s'en fout, elle les verra en salle commune. Tout ce pourquoi elle est là, ce sont ces jumeaux qui se regardent terrifiés par la décision de ce bout de cuir. Elle a l'impression de devoir les aider, ils sont de sa famille maintenant. Certes, elle ne les a vu que trois ou quatre fois durant l'été mais ils se sont accrochés à elle comme des chiots à leur mère et elle ne peut pas les laisser tomber, elle ne peut pas les abandonner comme on la fait avec elle parce qu'elle ne veut pas qu'ils finissent comme ce qu'elle voit dans le miroir. Ils doivent vivre heureux, être souriants et gentils avec les autres, comme de bons petits garçons que tout le monde aime et apprécie.

Orion est appelé le premier, Sirius juste après. Le verdict est tombé. Serpentard et Gryffondor.

Elle voit clairement Orion perdre toutes couleurs, il est assit à côté d'elle donc elle est la première personne vers qui il se tourne. Ses yeux sont remplis de larmes qui commencent bientôt à couler sur ses jolies joues rondes. Sa jolie petite tête est ravagée par les pleurs, sont nez coule alors il renifle mais, au fond de tout ça, il est toujours aussi mignon dans son regard. Il n'a pas changé. Autour d'eux, les gens les regardent avec un mélange de pitié et de dégoût en voyant le plus jeune s’essuyer le nez et la face avec sa manche dans de gros sanglots. Il entoure son torse de ses bras en collant son front contre sa poitrine dans l'espoir vain d'entendre son cœur battre. Il devrait pourtant savoir qu'elle n'en a pas. Elle peut voir qu'à la table des Gryffondor, Sirius n'est pas mieux même s'il tente de retenir ses larmes, elle le voit trembler, le bois de la table serré bien fort entre ses petites mains. Il est assit entre deux personnes qu'elle ne connaît pas mais il se lève vite avant de courir vers elle. La répartition continue autour deux et elle les guide tranquillement hors de la salle, refermant soigneusement les portes qui claquent malgré tout derrière elle.

Elle a presque l'impression d'être plus qu'une cousine par alliance ou un truc du genre, les deux petits collés bien près d'elle, elle a l'impression d'être une grande sœur, d'avoir quelqu'un à protéger de sa vie s'il le fallait. Un quelqu'un qui n'est pas Solenn, même si elle ne peut pas l'oublier. Sa chemise est tachée de larmes, elle a froid tout d'un coup. Parce que ce chapeau a peut-être brisé quelque chose de trop beau, trop innocent pour être jeté dans un monde comme ça. Il a peut-être brisé une amitié bien plus forte que tout, il a peut-être cassé la bulle de deux enfants heureux comme ça. Et elle n'est que trop bien placée pour savoir que briser quelque chose comme ça entraîne une réaction en chaîne trop puissante pour être arrêtée. Elle n'a pas envie de les voir s'éloigner loin de l'autre, elle en a assez vu pour savoir que cela briserait leur esprit pas encore bien formé, curieux de toutes les choses nouvelles. Elle ne veut pas qu'ils finissent comme elle alors elle les serre dans ses bras, elle qui déteste les contacts physique, elle les prend dans ses bras parce qu'elle sait que c'est la meilleure chose qu'elle puisse faire pour eux. Elle les serre bien fort même si ça veut dire que ses bras sont touchés par leur dos. Elle n'a pas peur, pour une fois, de refiler sa monstruosité. Ils ne peuvent pas devenir malades d'elle, ils sont immunisés contre ça. Ils le seront tant qu'ils resteront ensemble. Si elle avait un cœur, il se serrait sûrement brisé face à leur visage terrifiés et à leur mains tremblantes. 

« -J'veux pas, j'veux pas, j'veux pas ! 
-Et... Ma..Man elle avait dit.. Dit qu'on s'rait pas séparés. Elle a mentit !

Elle les entraîne par terre, elle sait qu'elle ne pourra plus tenir debout très longtemps. Elle n'offre même pas une pensée au fait qu'ils doivent être bizarres à être assis par terre à se câliner comme ça.

-Nan, vous ne l'êtes pas.

Leurs petits bras la frappent de toute leur maigre force.

-SI ! Mis toi tu comprends pas, t'es nulle de toute façon ! 
-J'te déteste, si ça s'trouve c'est à cause de toi que je suis pas allé avec Sirius !

Ça fait mal, mais elle ne dit rien. Elle a vécu bien pire et, d'un côté, elle les comprend alors elle ne fait que les serrer plus fort encore qu'avant.
Dernière modification par Cassiopée Malory le 25 novembre 2018, 12 h 46, modifié 1 fois.

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Effet Miroir  PV 

La répartition l'ennuyait. C'était sans doute bizarre de dire ça, mais elle ennuyait Nathan Brior. Qui s'ennuyait pendant une répartition? Bah lui, apparemment. Il avait presque envie d'en rire. Son regard dévia vers les autres Tables, où tout le monde semblait excité et content. Lui aussi était content d'être de retour à Poudlard, mais cette rentrée, comme celle de l'année dernière, lui rappelait trop Liam et Théo. Alors il ne risquait pas de s'égosiller comme les autres élèves. Sa main droite soutenant sa tête, il observa les Premières années d'un oeil morne. La plupart d'entre eux étaient stressés et ne disaient pas un mot. Si seulement le reste de la salle pouvait être aussi silencieux... Il y avait trop de bruit.

Il soupira de soulagement en applaudissant un nouveau Serpentard - devoir de Responsable de dortoir oblige - qui mit enfin fin à la Répartition. Il allait enfin pouvoir partir sans être impoli. Prenant un air maladif, il se leva du banc, s'excusa auprès de ses voisins en retenant un sourire et passa les portes avec soulagement. Caché de la vue de tous, il s'arrêta un instant. Le blondinet avait bien envie d'aller à la Tour d'Astronomie, mais ses devoirs de Responsable de dortoir l'obligeaient à rentrer à la salle commune pour accueillir les nouveaux garçons. Soupirant pour ce qui lui semblait être la centième fois, il marcha vers la cachot et tripotant sa baguette pour s'occuper. Que faisait Liam en se moment? Et Théo? Si ils avaient été là, il serait sans doute resté à la Répartition, riant des blagues de Liam avec Théo. Puis ils seraient allés nager dans le lac de Poudlard, au diable le règlement et la fraicheur de ce mois de Septembre. Oui, se dit-il avec un maigre sourire. Ça aurait été formidable. Mais ils n'étaient pas là, et le seraient sans doute jamais. Plongé dans ses mornes pensées, il remarqua après quelques instants que deux jeunes garçons et une fille plus âgée lui tournaient le dos, occupés à il ne savait quoi. Ils semblaient être de Serpentard, et vu les braillements que les premières années poussaient il y avait un problème. Il pensa en soupirant à son devoir de guider les nouveaux garçons, et puisque comme la fille semblait avoir du mal il allait l'aider. Qu'est-ce qui lui avait pris d'accepter un poste pareil... Il aurait tellement aimé pouvoir continuer son chemin en laissant le boulot à la deuxième année. Quelle triste vie.

Nathan s'avança pour se faire entendre sous ces cris et parla d'une voie neutre à la fille.

-Est-ce que t'as besoin d'aide? Je peux les amener aux dortoirs si tu veux, je dois y aller de toute manière.

Puis il remarqua que l'un des garçons avait une cape rouge, et fronça les sourcils. Son regard se dirigea vers le fille pour qu'elle l'éclaire, et il vit enfin son visage.

"Merde"

Depuis quand Cassiopée Malory essayait de réconforter les autres? C'était nouveau ça. Que s'était-il passé durant les vacances? Dans tous les cas, il l'avait croisé durant un moment plus que personnel. Il était mort. Le jeune Brior ordonna à son visage de faire disparaître cet air embêté et la grimace qui allait avec, puis recula de quelques pas.

-Hum... Désolé, je ne voulais pas...

Quel imbécile. Voila qu'il agissait comme un Poufsouffle. Il inspira profondément et tenta de se détendre.

-Bon. Excuse moi de vous avoir dérangé. Il hésita un instant, évitant le regard des deux garçons. Il détestait voir les gens pleurer. Mais je maintiens ma proposition. Veux-tu que je guide... Orion c'est ça? Vers le dortoir pendant que tu aides son frère?


C'était bancal et maladroit. Puis il se dit que c'était impoli de ne pas parler aux deux garçons et il plongea son regard vert/bleu dans les yeux humides du jeune Serpentard.

-Je suis Nathan Brior, c'est moi qui doit aider les nouveaux garçons de Serpentard à découvrir le dortoir et à t'intégrer avec les autres garçons. Je peux t'accompagner là-bas, tu pourras t'installer tranquillement, tout le monde est encore au banquet à cet heure-ci. Mais tu peux rester avec ton frère encore quelques instants, si tu veux, proposa-t'il en regardant le Gryffondor.

Il compris enfin ce qui se passait: Les deux garçons devaient être tristes d'avoir été séparés, et Cassiopée qui devait les connaître était devenu leur seul repère ici. Il lança un regard hésitant à la jeune fille, espérait qu'elle accepterait au moins le fait qu'il veuille l'aider. D'après lui, c'était mal parti. Mais les deux garçons lui rappelait lui-même lorsqu'il avait compris que Liam et Théo étaient partis, peut-être qu'il pourrait aider au moins le Serpentard.

♫Jingle Bells♫
3ème année RP Parrainage

Effet Miroir  PV 

Juliette entrait dans la Grande Salle, avec les autres élèves, des secondes années jusqu’aux grands septièmes années. Elle s’assit à sa table, et regarda avec émotion les petits élèves monter sur l’estrade des professeurs, le cœur battant à la chamade, et attendant les plus ou moins longues secondes avant que le Choixpeu ne donne son verdict. 

La jeune fille regarda passer les petites bouilles, certaines confiantes, d’autres apeurées ou bien anxieuses, mais toutes plus mignonnes les unes que les autres. Passant devant sa table, elle remarqua deux petits jumeaux, serrés l’un à l’autre. Ils avaient l’air identiques, avec les même traits de visages, le même regard, et la même peur. Ils se ressemblaient énormément. 

La répartition commença, et les élèves des maisons scandées par le chapeau magique applaudissaient, poussaient des cris de joie au vue d’un nouvel arrivant et leur souriait. C’est ce qui se passa avec le premier jumeau. Juliette le scanda : il était à Gryffondor. Mais, lorsque la maison du second fut donné, elle blêmit, et s’arrêta dans son applaudissement. Comme ses deux jeunes garçons devaient être défaits, et tristes ! La seconde année n’eut qu’à tourner la tête vers sa gauche pour le remarquer : le Gryffondor avait des larmes qui montaient à ses yeux, puis qui coulèrent sur ses joues.

Dans un élan de bonté, elle voulut rassurer son petit camarade, mais une personne séparait les deux enfants. Ils se leva en hâte et se dirigea vers son frère, assis près de... Cassiopée. Il court, parle, et Cassiopée les fait s’asseoir par terre, et elle les enlace. Puis, ils la frappe. Ils frappent Cassiopée. 

Avant que le sang de la Gryffondor ne fasse un tour dans ses veines, un Serpentard aux cheveux blonds, avec qui elle avait déjà fait quelques cours, proposa d’aider sa meilleure amie. Elle n’entendit pas ce qu'il dit, dans le brouhaha ambiant, mais elle comprit qu’il navait pas vu que l’un deux était Gryffondor. A ce moment là, la fillette aux cheveux roses s’avança vers les quatre élèves et leur dit :

« Cassiopée, salut. Et... Nathan c’est ça ? Tu veux que je me charge du lion ? », demanda Juliette à son amie. 

Mais Cassiopée avait l’air bizarre. Jamais elle ne l’avait vu comme ça. Que se passait-il ? Pourquoi était-elle gentille avec ses garçons, alors qu’ils avaient l’air méchants ? La Serpentard n’avait jamais été comme ça, alors pourquoi maintenant, si ?

« C’est tes frères ? ».

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

Effet Miroir  PV 

Elle se crispa violemment, arrachant un gémissement de douleur aux jumeaux collés contre elle. Avec un regard d'excuse pour leur avoir fait mal, elle se releva, le menton relevé comme l’arrogante et froide fille qu'elle avait l'habitude d'être. Elle n'aimait pas montrer ses sentiments, elle aimait encore moins quand quelqu'un la voyait durant un de ses moments de faiblesse absolue. Et là, il n'y avait pas qu'une personne qui l'avait vu, il y en avait deux dont une à qui elle n'avait jamais parlé. Le fait que Juliette soit une des deux personnes enlevait un peu de l'horreur de la scène aux yeux de la jeune Serpentard. Bien sûr, elle savait que l'autre s'appelait Nathan Brior, elle avait une bonne mémoire et avait, en plus de ça, passé une année avec lui dans la même salle commune. Vu comment il la regarda avant de bégayer comme si une deuxième tête lui était apparue sur l'épaule, elle en détermina qu'il devait avoir un peu peur d'elle. Ce qui, ne le cachons pas, était stupide puisqu'elle n'avait clairement pas assez de force pour lui faire du mal. Chez les Serpentard, il était presque de notoriété publique chez les anciens premières années que Cassiopée Malory n'était pas le genre de fille à approcher. On l'avait même surnommé l’armoire à glace, une ou deux fois. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle ne semblait jamais intéressée par personne à par Solenn ? Les gens devait la plaindre, Soleil, on devait se dire qu'elle n'avait pas de chance à devoir rester avec un bloc de glace comme elle. Pourtant ça ne les dérangeait pas, Solenn savait qu'elle pouvait ressentir des choses et Cassiopée savait que Solenn savait. Rien d'autre n'avait d'importance entre les deux. Quoi qu'il en soit, Juliette Johnson et Nathan Brior. Une Gryffondor et le stéréotype du Serpentard fier et sang-pur. "Pas si fier que ça..."

Elle devait les regarder bizarrement parce que Sirius, encore assit par terre, tira légèrement sur sa robe. Elle jeta un dernier regard froid aux deux autres avant d'aider les jumeaux à se relever sans se faire mal. Elle semblait avoir perdu sa langue. "Pas la peine de garder le masque, ils ont vu dessous." 

Orion essuya ses larmes d'un geste maladroit et elle loucha sur la manche qui avait servie à essuyer son nez coulant. On l'avait habitué depuis toute petite à ne pas faire ça, elle. Mais bon... Peut-être qu'elle pouvait leur laisser leurs gestes de gosses encore un peu. Ça ne la tuerais pas. Il s'appuyant sur le bras de son frère pour se mettre debout avant de regarder curieusement les deux nouveaux arrivants. 

-Jm'appelle Orion.
-Ho ! Et moi c'est Sirius ! 

Ils avaient l'air tout excités, comme si leur peine avait été oubliée mais elle savait que ce n'était pas le cas. Il y avait tout un tas de petits signes qui disaient le contraire. Comme leur main scellées ou le fait qu'ils reniflaient encore. Elle avait été silencieuse depuis que les deux autres étaient arrivés, les petits n'étaient pas habitués à ça, elle voyait à leur tête qu'ils ne comprenaient pas ce qui se passait. Pourquoi est-ce que Cassy' elle s'est transformée en glaçon ? Elle les comprenait un peu. La Cassiopée de Poudlard n'était pas la Cassiopée qu'ils connaissaient depuis l'été. La Cassiopée de l'été s'autorisait à rire, leur jouait des morceaux de musiques à couper le souffle et leur faisait des grimaces pour pouvoir les dessiner pendant qu'ils riaient alors que la Cassiopée qu'ils avaient devant les yeux se tenait droite et fière, le menton haut et le visage indéchiffrable. Ils s'échangèrent un regard perdu avant de se tourner vers les deux grands.

-Et toi, tu es qui ? Pointer du doigts Juliette aurait eu le même résultat, ce n'était pas très poli. 

Si Cassiopée avait dit ça en présence de son frère, elle aurait pu être sûre qu'elle se ferait passer un savon en rentrant à la maison. Ses parents ne supportaient pas l'impolitesse. Ils ne la supportaient quand quand elle venait de leur garçon chéri, j'ai nommé, Arthur Malory.

-Vous connaissez Cassy' ? Il dû la voir frémir parce qu'il ajouta à la hâte ..Opée ?
-On est pas ses frères mais on aurait drôlement voulu !

Ils ne comprenaient rien à la situation.

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Effet Miroir  PV 

C'est au moment où les présentations commençaient que Cyanna arriva. Comme d'habitude, la petite était un peu perdue. Elle ne se serait, en temps normal, jamais approchée du petit groupe seulement, la nouvelle Poufsouffle, surprise d'être envoyée dans cette maison et désorientée, avait cherché un moyen de s'échapper un instant de sa nouvelle famille. En tournant le regard vers la table où la répartition avait toujours lieu, deux garçons de son âge étaient montés sur l'estrade. Deux garçons se ressemblant étrangement. Deux garçons avec les mêmes tics nerveux, les mêmes cheveux, les mêmes yeux... Deux jumeaux ! La petite enviait les jeunes enfants qui, pensait-elle ne seraient jamais séparés, au contraire de ce qui avait pu lui arriver. Les larmes lui montrèrent aux yeux. Elle les refoula d'un soupir rageur, en colère contre elle même.

Elle entendit le choixpeaux annoncer une maison pour l'un des jumeaux mais au contraire de ce qu'elle pensait, l'entité magique ne prononça pas le même verdict pour le deuxième enfant. Cyanna frissonna pour eux. Elle était figée et imaginait la terreur et le désarroi que les petits devaient éprouver. En effet, ils étaient en larmes. Les deux enfants couvrent se jeter dans les bars d'une fille qui, visiblement n'était pas en première année.

Cyanna pensa à aller les voir. *NON!* La petite voix de la peur lui murmurait qu'elle devait rester là. La petite voix de la timidité. La petite voix qui l'empêchait de faire ce qu'elle voulait. La petite voix qui la consolait lorsqu'elle était triste. La petite voix de la raison. On a tous une petite voix non ? *Dites moi que je ne suis pas folle !* pensait l'enfant. Mais c'est cette petite voix qui lui pourrissait parfois la vie. Et les jumeaux... ils étaient si tristes... Cyanna pouvait aller les voir. Les aider. Elle pouvait... *Quoi ?* Voilà ce que lui disait la voix : * Tu iras et tu feras quoi ? Tu leur diras quoi ?* La jeune Poufsouffle hésitait. Aider ? Laisser ? L'élève de Serpentard aurait du mal non ? Seule pour deux jumeaux...

Elle se leva. Pour aider ? Pour contredire la voix ? Personne ne saura. Mais elle alla voir les jumeaux et une fois devant eux elle s'accroupit. Entre temps, deux autres élèves étaient arrivés. Ils étaient grands. Cyanna avait peur d'eux. Ils était "Trop" grands. Elle choisit donc de se concentrer sur les petits.

- O... Orion ? Sirius ? Je... Je m'appelle Cyanna je suis en première année moi aussi. Je sais... Enfin... Être séparé c'est dur et... Je comprends.

* Pathétique. Minable.* Que pouvait elle faire d'autre ?

Être ou ne paraître.
Gérante du Club de poésie avec Harriet Greenwood - 6ème session en cours !

Effet Miroir  PV 

Juliette regarda les garçons, ses deux petits êtres à l’air si pur et innocent. Leurs cheveux étaient courts, leurs yeux imbibés de larmes et leurs joues rouges. Ils étaient adorables. Cassiopée,au bout de quelques sevondes de silence, fit lever les deux jeunes garçons, avec douceur. 

« Cassiopée, que t’est-il arrivé ? », se demanda silencieusement la Gryffondor, penseuse.

La Cassiopée qu’elle connaissait faisait petit à petit son apparition. Étonnait-elle ? Possiblement. Certains trouveront la Serpentard fermé et triste, ennuyante, mais Juliette, elle, la trouvait tout à fait charmante et gentille. Oh, bien sûr, elle était spéciale, mais, en un sens, tout le monde l’est. Cassiopée était juste différente du commun des mortels.

Laissant cette pensée de côté, elle écouta, tout en souriant, les deux jeunes garçons se présenter. L’un, Orion, à Serpentard. L’autre, Sirius, le Gryffondor. Tiens, un deuxième Sirius, à Gryffondor. Quel coïncidence. Et, une autre coïncidence, si les trois enfants avaient des noms d’étoiles ? S’ils avaient la même mère, c’était probable. Sinon, c’était étonnant. Mais ils se ressemblaient tellement, et puis... Cassiopée était différente avec eux. Pourquoi elle le serait avec de parfaits inconnus ?

Trop de questions se bousculaient dans la tête de l’enfant aux cheveux roses et aux yeux bleus. Étant petite, elle aurait rit, laissant de côté les problèmes et le malheur. Il y a moins d’un an, elle aurait pleuré. Car sa mère était morte. Mais, grâce à Cassiopée, justement, et Lahira, ses deux meilleures amies, elle s’en était sorti. Et, lors de c premier jour de seconde année, lorsqu’une question survenait, elle repensait à tout ça. Sans raison. 

La sortant de sa transe, le Serpentard demanda, de sa petite voix, son nom. Vu son ton, en temps normal, Juliette se serait énerver. Elle faillit le faire, mais serra les points et essaya d’oublier le ton du jeune garçon. Un furtif regard à Cassiopée, et elle répondit, du ton le plus calme qu’elle le pouvait :

« Je suis Juliette. Johnson. Une amie de Cassiopée. Une très bonne amie, même. », dit-elle en souriant.

Son frère posa une question presque au même moment que la réponse qu’elle donna, et ne se sentit donc pas obliger de répondre au garçon. Puis, son frère parla, presque en même temps, et fit s’échapper un rire de la gorge de Juliette. Pas qu’elle se moquait, loin d’elle cette idée, mais ses deux garçons paraissait pleins de surprises diverses, et mignons. 

Quelques secondes plus tard, une Poufsouffle, vu son insigne, arriva entre les personnes, plantées là près de la table de Serpentard, et essaya de les réconforter. Elle avait l’air elle-même assez triste, mais moins que les deux autres enfants, quoi qu’un peu calmés.

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

Effet Miroir  PV 

J'avais eu envie d'aller dans ma salle commune, histoire de voir mon dortoir. J'étais si impatiente !
Je me suis levée en douce de la table de Serdaigle, puis me suis eclipsée. Je sais que la salle commune se trouve en haut de la tour Ouest, je saurai la trouver. Non, le problème risque d'être l'énigme du heurtoir. Bon. En temps voulu, je verrai bien.
Je sors donc de la bryuante et chaleureuse salle, lorsque je tombe sur un groupe. Dans ces élèves de première à deuxième ou troisième année (si je ne me trompe pas dans mes estimations), je reconnais une fillette de Poufsouffle de premuère année, Cyanna quelque chose, si ma méroire est bonne, et les deux jumeaux aux noms d'étoiles, Sirius et Orion. Ils ont ete séparés, je suppose que c'est la raison de leurs pleurs. Cela doit être dur.
Je me dirige vers eux, puis je redresse encore un peu mes épaules, un peu courbées à cause de la fatigue, en voyant leur grande soeur, je suppose. Je ne saurais dire pourquoi, mais j'ai l'impression qu'il y a des mesebtentes entre les plus grands, du moins entre le plus grand et la fille à l'air hautain, maus triste, il me semble. Ou peut être qu'ils se connaissent peu ? Peu importe.
Je m'avance vers ce groupe, puis, dans une reverence qui m'a échappée à cause de la fatigue et de l'excitation, me présente
-Je suis Celia-Awena Fournier. Je suis aussi en première année. Je peux être votre amie, si vous voulez, et si ça peut vous consoler. Comme ça, cela fera une chose d'agréable de faite aujourd'hui. je leur propose d'une voix assurée et en souriant. On fera le club des noms peu communs, ou bien le club tout-poudlard, puisque je suis une Serdaigle, je plaisante. Oh, et si vous voulez, prenez, j'offre en ouvrant et tendant la boite de douceurs moldues que je gardais dans mon sac bleu. Cela vous aidera à vous calmer et a vous remttre de vos émotions

Créativité, Curiosité, Réflexion, Patience, Tolérance, Imagination. Telles sont nos valeurs.
2ème année Rp. Et au passage, c'est Celia pas Célia, merci.
Fehu


Petite rune perdue au milieux d'Enfants Resistants et Libres.

Effet Miroir  PV 

Une autre fille était arrivée, dont il ne se souvenait plus de son nom. Mais il fut si soulagé de savoir qu'il ne resterai pas seul pour affronter la colère froide de Cassiopée Malory qu'il eut un mini-soupir de soulagement. Soupir qui s'accentua lorsqu'il se rendit compte que la Gryffondor avait l'air de bien s'entendre avec Cassiopée. Merlin était clément avec lui, finalement.

Il hocha la tête lorsque la fille hésita sur son nom et observa avec un mélange d'appréhension et de crainte la réaction de Cassiopée. Celle-ci s'était crispée, et leur avait envoyé un regard froid. Le préjugé illustré de Cassiopée Malory quoi. Dommage que le blondinet venait de voir une toute autre partie d'elle, sinon il aurait passé son chemin en laissant le trio aux bons soins de la Gryffondor. Les jumeaux semblaient s'être calmés, et Nathan appréciait de pouvoir les regarder sans être gêné par leurs larmes. Elles lui rappelaient tellement toutes celles qu'il avait laissé échapper par faiblesse, cet été... Secouant à moitié la tête, il grimaça en voyant les manières d'Orion. Dans tous les cas, il n'était pas plus avancé sur pourquoi Cassiopée était aussi gentille avec ces premières années.

Mais pourquoi Cassiopée? Pourquoi lui, Nathan, restait-il comme un imbécile dans le couloir, à tenter d'aider des gens qu'il ne connaissait pas? Bien sûr, il y avait son poste de Responsable de Dortoir pour Orion, mais il avait bien vu que la Gryffondor semblait pouvoir gérer la situation, et que les jumeaux semblaient s'être calmés. Il n'avait qu'à laisser le boulot aux deux deuxièmes années et à commencer les préparatifs dans le dortoir, comme il le voulait avant de tomber sur le trio. Pourtant, une petite voix lui disait qu'il devait comprendre le mystère qui entourait la Serpentard. Pour lui, elle avait toujours été un mystère en première année. Il ne la percevait que comme l'on parlait d'elle: Froide, refermée, désagréable... Que des préjugés, qu'il croyait comme un imbécile. Mais il n'avait jamais, au grand jamais entendu parler d'une Cassiopée aimante. Il avait dû rater quelque chose.

Plongé dans ses pensées, il mit quelques temps à se rendre compte de l'arrivée de deux premières années, venue pour réconforter les deux jumeaux, comme lui et la fille (dont il connaissait maintenant le prénom). Le jeune Brior se crispa violemment tandis que la nouvelle Serdaigle parlait avec les jumeaux.

Il y avait trop de monde.

Les nouvelles ne connaissaient pas Cassiopée Malory. Lui non plus, certes, mais il savait au moins qu'elle était entourée d'une sorte de voile sombre, un voile ténébreux et terrifiant. Et ce voile le terrifiait. En fait, il assimilait ce qu'il connaissait de Cassiopée à un Détraqueur. C'était sans doute ridicule et méchant, mais son esprit l'avait décidé ainsi. Et en attendant, il peinait toujours à rester calme dans cette situation. D'après lui, Cassiopée Malory blessée dans sa fierté+deux premières années innocentes+lui=catastrophe imminente. Il hésitait à s'enfuir à toutes jambes. Se pinçant les lèvres, il se dit que ce n'était pas très un Serpentard. Un Serpentard trouverait une bonne excuse pour partir. Mais lui n'en avait pas, c'était ça le problème. À la limite, autant faire le Poufsouffle le dérangeait pas tant que ça, si ça lui permettait d'échapper à Cassiopée.

Il réfléchit quelques instants de plus, se disant qu'il y avait trop de témoins pour voir sa fuite. Et mince... Son plan tombait à l'eau. Décidant qu'il n'allait pas rester comme ça à rien faire, il s'avança vers Cassiopée en prenant son courage à deux mains. Peut-être qu'en y allant cash il réussirait à vaincre sa peur? Malheureusement, il se refoula au dernier moment et décida de répondre à Sirius.

-Pas vraiment, déclara-t'il en coulant un regard vers la concernée.

Ne sachant pas vraiment quoi dire d'autre, il se tourna finalement vers Cassiopée.

-Veux-tu que je reste ou pas? Sa voix tremblotait un peu trop pour lui. Il tenta de se calmer, et faire calmement face à ce Détraqueur mystérieux. Je pourrais veiller sur Orion lorsqu'il entrera dans le dortoir pour la première fois.

Désolé pour cet affreux retard!

♫Jingle Bells♫
3ème année RP Parrainage

Effet Miroir  PV 

Cassiopée était tellement étrange. Ils ne l'avaient jamais vu comme ça, pour eux, elle avait toujours était silencieuse, certes, mais n'avait jamais dégagé cette aura de froideur absolue, comme si elle ne ressentait rien de plus que du mépris profond pour tout les autres, qu'elle ne ressentait pour eux que l'envie de les voir six pieds sous terre. Elle semblait avoir changé du tout au tout en seulement quelques secondes. Comme Maman, elle semblait s'être cachée derrière un mur épais de glace et de porcelaine. Comme une jolie poupée sans expression exposée dans une vitrine. La seule chose qu'il pouvait voir et qui leur montrait qu'elle était vivante était sa poitrine qui se soulevait légèrement et ses joues rougies par la vie.

D'un commun accord, les deux jumeaux entraînèrent les deux autres premières années à quelques pas de là, répondant à leur question d'une voix excitée comme si rien ne c'était passé et comme s'ils n'étaient pas totalement perdus dans cette situation nouvelle pour eux. En l'espace de quelques heures, ils avaient quitté Londres, leur Maison et leur rêve de trouver un trésor dans leur jardin pour perdre ensuite leur jumeau et leur repère encré en la personne de Cassiopée Malory qui, décidément, ne leur avait pas tout dit. Ils ne l'avaient jamais vraiment vu. Elle semblait toujours se cacher sous des couches et des couches de vêtements trop larges autour de sa trop frêle silhouette mais pourtant, ils avaient vraiment cru apprendre à la connaitre. Cela leur avait fait plaisir de connaitre ce qu'elle ne montrait à personne mais ils auraient tout aussi bien aimé qu'elle leur montre ce qu'elle montrait aux autres au moins une fois, pour qu'ils sachent au moins à quoi s'attendre à Poudlard. A quoi ils auraient à faire face une fois la bulle créée autour de la maison familiale brisée. On ne les avait pas prévenu, on ne leur avait pas apprit à comprendre tout ça et ce n'est qu'en voyant de leur propres yeux cette poupée froide qu'ils comprirent vraiment ce que Cassiopée Malory pouvait bien cacher de si vital à sa survie.
Elle cachait tout. Pour que personne ne puisse rien viser, pour que personne ne puisse la toucher. A trop avoir peur de souffrir, elle en oubliait de ressentir. A trop se perdre dans son dédale de cauchemars, elle en oubliait de lever les yeux vers le ciel pour essayer de rêver. 
Elle se perdait elle-même et c'était pas beau à voir.

Cassiopée, on pouvait presque la trouver magnifique quand elle souriait. Elle avait des fossettes très hautes et, quand elle riait, elles faisaient de petits trou sur son visage. Quand elle riait, elle découvrait ses jolies dents blanches et bien alignées. Là, elle avait juste l'air d'un cadavre avec sa peau trop blanche, ses cheveux trop noirs, ses joues trop creuses -tellement, qu'on croirait ne pas en percevoir, que des os- et ses yeux trop verts, trop foncés. Trop vides. Un squelette déguisé en vivant. Un mort faisant semblant d'être vivant pour aspirer la vie des autres. Cassiopée, elle était comme les méchants dans les films. Ceux qui, jusqu'à la fin, laissent le spectateur étranger de tout sur eux. Ceux pour qui on ne connait pas leur camps. Moutons noirs.

~°~

Pourquoi elle est encore là ? Pourquoi lui est encore là ? Il veut jouer à la poupée ? Elle brise toujours tous ses jouets, même s'en faire exprès. Elle brise toujours tout ce qu'elle touche, comme si ses mains n'étaient qu'un sortilège de mort ambulant. Un petit monstre tout dégueulasse. Pourquoi elle ne peut pas rester cachée ? Pourquoi a-t-elle eut l'irrépressible envie de se montrer à ces deux enfants alors qu'elle savait très bien que cela la perdrait, qu'ils finiraient par la voir comme elle se montrait aux autres et que cela les déchireraient, petits êtres perdus qu'ils étaient ? 

Elle prend une respiration tremblante et amène ses mains à ses bras, se grattant avec ferveur.
Mon dieu, merlin, qui que ce soit, fait qu'elle oublie tout ça au matin, quand le cauchemar sera fini, qu'elle se sera réveillée pour ensuite se rendre compte qu'elle n'est encore qu'un gosse de 5 ans, qu'elle n'a fait qu'imaginer ça. Non. Elle n'a pas pu imaginer Solenn ou Ambroise. Et ça la tue parce qu'elle aurait tellement voulu pouvoir le faire.

-Nan..... Reste. Il aura besoin de toi. Elle pointe du doigts les deux gamins qui parlent aux autres. Tu prendras soin de lui pour moi quand je ne pourrais pas ? 

Faible, faible, faible !

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Effet Miroir  PV 

Ils parlent tous. Ils ont tous l'air de se connaître. Ils sont à l'aise. Ils semblent décontractés. Ils ne se soucient pas vraiment d'elle. Ils sont là, beaucoup, nombreux... Ils font du bruit en parlant. Elle n'aime pas. Elle se sent seule bien qu'elle soit entourée, elle a peur, peur parce que cette solitude s'étend au plus profond de son coeur et lui ronge l'âme :
*Seule seule seule... Tu es seule seule seule...*
La voix se moque. Elle chante et rit, elle se moque. Cyanna n'aime pas les moqueries. Et le grouffre se rapproche, il est immense, sans fin, sans personne...
*Seule seule seule... Tu es seule seule seule...*
Et si... Le gouffre... Il n'y a que le gouffre... Rien d'autre, omniprésent et omnipotent, seul lui : le gouffre. Sombre et sans lueur, lueur d'espoir, lueur d'avenir. Sombre et froid, de marbre, glacial, elle sent son souffle, profond, la geler jusqu'aux os. Elle tremble elle a les larmes aux yeux parce qu'elle est *seule seule seule... tu es seule seule seule... Pourquoi? Pourquoi il n'y a personne et tant de monde ? Paradoxe... Elle regarde devant elle, mais... le gouffre, il n'y a que lui, noir d'encre, infini... Elle ne voit plus et finalement, le monde tourne. Elle le sent mais elle ne le voit pas. Et pourtant... Elle entend, elle entend une voix qui lui paraît si lointaine et si déchirante. Une voix qui lui rappelle qu'elle n'est pas là pour elle, mais pour "eux". Oui, pour eux, si frêles. C'est ça, elle est là pour d'autres, pour les autres. Elle n'est pas là pour elle mais pour les autres, oui. Le gouffre s'estompe et bientôt elle la voit, la fille au cri de désespoir. Elle pose des yeux doux sur elle, comme si elle pouvait la comprendre, comme si elle pouvait imaginer ce que cachent ses longs cheveux. Bien sûr, elle ne sait pas, elle est ignorante et elle ne le nie pas. Mais... Elle aimerait l'aider. C'est un objectif, pour elle, pour l'autre, pour elles deux. La première année l'aiderait et s'oublierait, mais non... Elle ne peux pas... Sa bouche est cousue. Est-elle utile ? Elle veut l'être ! De tout son coeur. Mais... Elle est là, l'air hagard et elle ne fait rien. Elle répond à la place du garçon, parce que si lui voler son rôle ne lui fera pas du bien à lui, mais la petite pourra peut être être utile :

- Moi... Je serais là, pour eux, quand nous aurons cours ensemble, quand ils... auront besoin, je serais là. Pour... Pour toi aussi...

Sa voix se meurt et elle n'est plus qu'un souffle, la petite sait qu'elle n'aurait pas dû dire ça. C'est mal, elle n'est que purement intéressée après tout. Les autres n'ont pas dû entendre, mais elle n'en est pas sûre.

Être ou ne paraître.
Gérante du Club de poésie avec Harriet Greenwood - 6ème session en cours !

Effet Miroir  PV 

Les jumeaux étaient partis vers les premières années, Juliette il ne savait où, et Nathan se retrouvait a présent seul avec Cassiopée Malory. Il se rappela avec amertume au moment où il était dérangé par le surplus de personnes autour d'eux. Mais en même temps, rester avec Malory sans gène extérieur lui permettrait de plus la comprendre. Il fallait dire qu'il ne savait pas si il voulait vraiment la comprendre. Enfin, il avait choisi de rester, à lui d'assumer ses actes.

Son regard coula vers la jeune fille en face de lui. Le mystère de son année. Le mystère de Serpentard. Elle dégageait une aura de froideur qui la séparait de tout contact avec le monde extérieur. Cette aura, il semblait au jeune blond qu'il n'avait jamais été aussi près d'elle. Il ne l'avait jamais aussi bien vu, sentit. Il frissonna.

Puis Cassiopée se gratta le bras.

C'était assez drôle comme paradoxe. Cassiopée Malory, la grande terreur de Serpentard, le Détraqueur, le froid incarné se grattait. Elle se grattait. Elle semblait tellement éloignée du commun des mortels, tellement à part que la voir faire un geste aussi simple et banal, ce que faisait tout homme, choquait Nathan. C'était puéril, ridicule, mais ça heurtait le jeune Brior comme jamais. Il prenait petit à petit conscience que Cassiopée était un être humain, comme lui, un Serpentard, comme lui, un enfant, comme lui. C'est fou, la vie. Malgré le fait qu'il soit plongé dans ses pensées, la voix de Cassiopée le tira de ses pensées.

-Nan..... Reste. Il aura besoin de toi. Elle pointe du doigts les deux gamins qui parlaient aux autres. Tu prendras soin de lui pour moi quand je ne pourrais pas ?

Nathan la regarda avec un mélange d'émerveillement, de surprise et d'honneur. Elle venait de parler! C'était la première phrase qu'elle lui accordait en un an! Sa voix, faible, cassée résonnait encore dans sa tête. Il ne l'entendait que rarement, cette fois. En y réfléchissant, il n'avait du l'entendre qu'une dizaine de fois en un an, pas plus. Là, il l'entendait, et la phrase était pour lui. Il se sentait tellement honoré.

Se rendant compte qu'il devait avoir l'air d'un imbécile, un air neutre prit rapidement place sur son visage. Il prit enfin le temps d'analyser ses paroles. "Quand je ne pourrais pas"? Comment ça, "quand je ne pourrais pas"? Il lui jeta un regard intrigué, puis se détourna précipitamment en se rendant compte de ce qu'il faisait, et passa la main dans ses cheveux. Cela voulait dire qu'elle allait partir? Ou alors, c'était juste lorsqu'Orion sera dans le dortoir des garçons, ou en classe. Voila. Ça devait être ça. Encore un peu dubitatif, il tacha de ne pas le montrer et s'apprêtât à répondre quand une première qui parlait avec les jumeaux arriva entre eux, tel un fantôme, et répondit à sa place.

- Moi... Je serais là, pour eux, quand nous aurons cours ensemble, quand ils... auront besoin, je serais là. Pour... Pour toi aussi...

Nathan, choqué d'être aussi violemment coupé, sentit son regard se tourner lentement vers la fille. Il savait qu'un air froid, presque noir venait de prendre place sur son visage. Il planta ses yeux dans ceux de la fille, peut importe le fait qu'elle soit en première année.

On ne lui coupait jamais la parole. Jamais.

Il s'apprêtait à donner le sermon du siècle à cette petite ignorante lorsqu'il se souvenu où est-ce qu'il était, et avec qui. Cassiopée Malory, blessée dans sa fierté, commençait à s'ouvrir à lui, et il allait totalement se détourner d'elle. Ce serait une grave erreur, sans doute fatale. Serrant la mâchoire avec rage, il tenta de passer toute sa colère froide à travers ses yeux et ôta son regard de celle de la fille. Soupirant une fois, à la fois pour se reconcentrer et passer le fait que Cassiopée faisait peur, il prit enfin la parole, lui répondant comme si la fille n'existait pas.

-Si tu le souhaites. Je ferai attention à lui, je te le promets. Sa voix ne tremblait pas. Il marqua cependant un temps d'hésitation, ne sachant que dire d'autre. Tu penses qu'ils arriveront à surmonter leur tristesse? demanda-il avec une pointe d'anxiété concernant la réaction de Cassiopée.

Il ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec elle. Il se doutait que ce n'était pas vraiment une fille qui désirait discuter, mais que pouvait-il faire alors, si il ne parlait pas? Partir? Il venait pourtant de promettre qu'il veillerai sur Orion.

Dans quelle galère s'était-il mit encore?

♫Jingle Bells♫
3ème année RP Parrainage

Effet Miroir  PV 

Pour qui elle se prend ? Elle n'a besoin de personne, merde ! Elle est très bien toute seule, pourquoi les autres le comprennent pas ? Personne ne doit jamais s'occuper d'elle. C'est mal, ça n'attire rien de bien. Ca ne l'a jamais fait et ça ne le fera jamais. Elle n'a besoin que d'elle-même, ce n'est pas une étrangère qui ba briser sa coquille. Elle n'en veut pas, elle veut rester comme elle est, pas besoin des autres. Rentrez-vous ça dans le crâne, Cassiopée Malory n'a besoin de personne. Personne à part Solenn mais Solenn n'entre pas dans la même catégorie que les gens lambda. Ce serait l'insulter que de seulement l'insinuer. On ne s'est jamais occupé d'elle et pourtant, elle a vécu quand même, preuve qu'elle n'a pas besoin de ça alors pourquoi elle, c'te fille qu'elle connait même pas, pense le contraire ? Elle ne la connait, elle ne sait rien sur elle et pourtant, elle propose son aide. Nauséabonde. L'air lui brûle la gorge. Dégage d'ici, j'ai pas b'soin de toi ! Elle se redresse, lâche ses bras et lisse sa robe comme elle sait si bien le faire. Elle est froide, elle est forte. Elle le paraît, en tout cas. 

-Je n'ai besoin de personne.

Elle détourne la tête vers l'autre Serpentard, le menton droit, les yeux durs mais elle a l'impression que le garçon voit à travers sa face alors elle cache ses bras derrière son dos, jamais trop prudente. Ne regarde pas ça ! Baissant les yeux quelques secondes, elle profita du silence qui régna durant un petit instant pour ramener ses cheveux en un chignon sophistiqué, dévoilant parfaitement ses os saillants caché en dessous. 
Elle souffla encore une fois. 

Mais qu'est-ce qu'elle fout ? Les gens n'ont rien d'intéressant. A part peut être la façon dont le garçon a de vider son visage de toutes émotions. Son masque n'est pas parfait mais il y a des efforts derrière et c'est déjà un bon début. Qu'est-ce que tu racontes ? C'est pas une bonne chose, stupide !

-Je recollerais les morceaux s'ils se cassent.  N'oublies pas ta promesse.

Ils y a tellement de risques qu'ils le fassent. A croire que le destin est aussi pourri qu'elle le pensait. Il ne fera jamais rien de bien, rien de bon dans ce monde dégueulasse. Elle lança un regard de pur dédain au Château qui les enfermait dans ses couloirs. La meilleure école... Mais à quel prix ? Elle se fout pas mal d'apprendre à devenir une sorcière puissante. Tout ce qu'elle sait, c'est que cette école lui a prit sa vie, l'a arraché devant ses yeux de gosses pour ensuite lui redonner en cadeau d'anniversaire. Elle remue le couteau dans la plaie en brisant la seule chose assez belle pour être préservée. Les jumeaux. S'ils se brisent, elle promet de recoller les morceaux à la force de son âme et de faire brûler ce stupide Château pour avoir encore brisé quelque chose. Encore une fois. De toute façon, c'est la seule chose qu'il sache faire.  
Un peu comme elle, il brise tous ses jouets. 

-Cassiopée Malory.

Elle regarde dans les yeux ce Nathan Brior, lui tend sa main, le regard indéchiffrable et espère que l'autre comprendra ce que cette poignée de main signifie.  
Peut-être que l'autre peut comprendre quelques trucs en plus que les autres moutons ne font pas. 
Louchant un instant sur les cicatrices dans sa paume, elle songea un instant à changer de main mais ne le fit pas, reportant son regard sur le visage de l'autre. 
Je peux te voir changer de sentiments, je peux te voir réfléchir dans ta petite tête. Elle ne lui dit pas, mais elle en a très envie.
Compter que Cassiopée a quitté le couloir sans répondre à personne après le dépars de Nathan, Sirius est partit avec ses préfets.
Dernière modification par Cassiopée Malory le 2 février 2019, 15 h 25, modifié 1 fois.

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Effet Miroir  PV 

Elle ne comprit pas. *Pourquoi ? Pourquoi ?* Elle n'avait fait que parler. Il allait répondre mais... Elle était impolie ! Mal élevée ! A peine arrivée à Poudlard elle faisait honte à toute sa famille. Elle faisait tout ce qu'on lui avait appris à na pas faire. *Insolente ! Peste !* Qui ? Pour qui se prenait-elle ? S'était mal. Elle avait peur. Peur d'elle, de lui, de ne pas être à la hauteur. *A la hauteur pour qui ? Personne.* Il n'y avait plus personne pour qui elle devait être l'exemple, ses frères et soeurs n'étaient plus là... Elles les avait quittés. *A la hauteur de quoi ? De rien, de tout.* Elle ne savait pas.

Il semblait comme avoir le don de la mettre sans dessus dessous mais rien n'y paraissait. L'enfant était figée. On lui avait fait mal, on l'avait blessée. Elle n'était plus que roc, dure, impassible. Les reproches de son regard, glissaient sur elle comme l'eau sur les pierres d'une rivière. Les impacts des mots silencieux ne faisaient que rebondir sur elle. L'enfant ne voyait rien, ne sentait rien. Il n'y a pas plus grand aveugle que celui qui refuse de voir après tout. Mais Cyanna n'était pas aveugle. Elle était dans un autre monde. Un monde sans lois et sans limites, emprunt de réalité et à la fois fondamentalement merveilleux, sans mal et sans bien, sans douleur et sans bonheur, un monde de vide, de néant, son monde. Elle releva les yeux vers le garçon et le scruta au fond de ses pupilles ravagées par la colère, il devait la haïr mais elle n'éprouvait, en cet instant, rien. Elle lui rendit son regard assassin et ses yeux bleus comble ciel d'été et grisonnant telle la pierre froide de la montagne lancèrent non pas des éclairs, mais de la glace. Ils étaient froids, gelés et désertés d'émotions. Elle n'était plus "humaine" comme le voulait le genre humain.

Le garçon parla, après elle, mais il pu parler. Et la fille elle aussi prononça des paroles : "besoin";"personne". Elle le savait ça, qu'elle n'avait "besoin"de personne.
Elle répondit d'une vois morne :

- Ouais. Je sais. T'as besoin de personne. Mais c'est pas ce que je pensais. J'ai mal choisi mes mots. Je sais qu't'as pas besoin de moi. T'as vécu sans moi jusque là. Mais si tu veux de moi. Si tu veux me parler bah tu peux, comme eux. C'est toi qui choisi. Je fais que t'offrir une proposition. Ne le prend pas mal. Mais j'ai compris ça veut dire "non". Je vais pas insister.

Elle était perdue... Dans ses pensées, ses paroles, son monde...
*Incapable ! Tu sais pas parler correctement ! c'est pas ça que tu devais dire ! pars !*
Elle haïssait la voix et rien que pour la faire taire, elle décida tout de même de l'écouter. Et, après quelques instants, tourna les talons au groupe en tentant de retrouver ses dortoirs.

Edit: Changement de décision de Cyanna suite au départ (du site) de Cassiopée. Cette action clôture donc ma partie du RP. Merci à tous.
Dernière modification par Cyanna Hillways le 14 mai 2019, 13 h 31, modifié 1 fois.

Être ou ne paraître.
Gérante du Club de poésie avec Harriet Greenwood - 6ème session en cours !

Effet Miroir  PV 

Nathan ne lâchait plus Cassiopée Malory du regard. Malgré son air sûr, il craignait la réaction de la deuxième année car il avait l'impression d'avoir trop pris la confiance avec elle. Mais heureusement pour lui, son regard se dirigea vers la jeune fille qui venait de les interrompre. Si elle ne venait pas de l'insulter, il aurait eu pitié d'elle. Cassiopée parla de sa voix basse et sifflante.

-Je n'ai besoin de personne.

Le jeune Brior trembla à l'idée que cette phrase aurait pu être pour lui.
Puis il se demanda pourquoi Cassiopée l'avait accepté, lui. Comme si elle savait ce qu'il pensait, la deuxième année tourna la tête pour l'observer froidement. Nathan essaya de garder son calme, et se dit intérieurement qu'il devait ressembler à un soldat au garde-à-vous devant son chef. La jeune fille le fixa, regarda le sol puis dressa ses cheveux en un chignon, dévoilant sous cette cascade de cheveux noirs sa nuque blanche.

Nathan frissonna.

Elle soupira, et le silence s'installa de nouveau. C'était un de ces silences lourds d'attente, d'angoisse et de regards fuyants. Ils attendaient la décision du chef. Le jeune Serpentard remarqua avec un mélange de fascination et d'étonnement que le monde tournait autour de Cassiopée. Elle était le centre de l'univers, et pouvait leur faire faire n'importe quoi. C'était drôle d'avoir un soleil comme ça. Le caractère de Cassiopée ne correspondait pas à un soleil. Pourtant, elle était le centre de l'attention de tout le monde. Il se demanda si c'était également le cas lorsqu'elle était avec ses amis. Mais avait-elle des amis, à Poudlard? Il savait, comme tout le monde, qu'une certaine Solenn Cooper était son.. Son quoi au fait? Quelle était leur relation? Si il suivait le cours de ses pensées, Solenn serait la Lune de Cassiopée, et elle son Soleil. Mais est-ce qu'il y avait des étoiles dans ce système solaire? Il avait entendu dire qu'elle entretenait une relation spéciale avec leur ancienne directrice de maison, Ambroise Sejersted. Mais ce n'était que des rumeurs, il ne savait rien d'autre.

Il redressa la tête et vit que Cassiopée le refixait.

-Je recollerais les morceaux s'ils se cassent.  N'oublies pas ta promesse.

Le jeune aristocrate ne s'était jamais sentit aussi responsable de toute sa vie. Il ne voulait vraiment pas rompre sa promesse, déjà par peur des représailles de Cassiopée, mais aussi parce qu'il voulait vraiment aidé le petit première année qui lui faisait penser à lui lorsque Liam et Théo étaient partis. Alors Nathan hocha la tête sans bruit, juste pour signifier qu'il avait entendu, qu'il avait compris. Et la deuxième année reparla lentement.

-Cassiopée Malory.

Elle tendit sa main devant elle, lourde de sens. Il comprit, et cru rêver tellement cela lui semblait impossible. Le jeune garçon fixa la main comme si elle ne possédait que deux doigts, et vit directement les cicatrices qui y étaient marquées à vie. Abasourdi, il leva la tête, et sut qu'elle l'avait vu aussi. Mais elle ne changea pas de main et continua de le regarder fixement. Nathan avança sa main avec lenteur et serra celle de Cassiopée Malory. Elle lui sembla glaciale. Il avait à la fois l'impression qu'il allait lui briser les os et qu'elle allait lui briser les os.

-Nathan Brior.

Merlin. Il enleva sa main rapidement.
La première année, qu'il avait oublié, reprit la parole pour s'adresser à Cassiopée, comme si il n'existait pas. Mais, après tout, Cassiopée était le Soleil. Lui n'existait même pas dans ce monde.

- Ouais. Je sais. T'as besoin de personne. Mais c'est pas ce que je pensais. J'ai mal choisi mes mots. Je sais qu't'as pas besoin de moi. T'as vécu sans moi jusque là. Mais si tu veux de moi. Si tu veux me parler bah tu peux, comme eux. C'est toi qui choisi. Je fais que t'offrir une proposition. Ne le prend pas mal. Mais j'ai compris ça veut dire "non". Je vais pas insister.

Au moins, elle avait l'intelligence d'arrêter le débat. Elle ne pouvait pas rivaliser contre Cassiopée Malory. Si elle ne l'avait pas insulter, il aurait peut-être pu l'apprécier. Mais pour l'instant, il était bien trop occuper à la fusiller du regard pour tenter une quelconque approche pacifique.

Puis il se rendit compte que le grondement de la Grande Salle enflait. Les élèves commençaient à se préparer pour rejoindre leur salle commune! Le blondinet lança un dernier regard noir à la première année, n'osa pas croiser le regard de la Serpentard et se tourna vers Sirius et Orion. Il leur sourit et s'adressa à Orion.

-Tu viens? On va découvrir la salle commune avec les autres.

Il se retourna, avança de quelques pas et attendit qu'Orion le rejoigne. Il croisa le regard de Cassiopée et son sourire vacilla. Vivement qu'il puisse se coucher dans son lit.

Fin du RP pour moi, merci beaucoup Cassiopée et Cyanna! Ce fut un plaisir :)

♫Jingle Bells♫
3ème année RP Parrainage