Grande salle

Inscription
Connexion

L'ère des Blaireaux  réservé aux Poufsouffle 

Le mois de mars s’annonçait comme un des mois les plus beaux que les Poufsouffle allaient vivre depuis quelques mois déjà. Pour être plus précis, cela faisait depuis août que la maison jaune n’avait pas remporté la coupe des quatre maisons. Depuis ce mois, la maison Jaune et Noire était restée dans l’ombre, en petit comité. Car oui, il fût un temps où la maison d’Helga Poufsouffle était quasiment vide, comme si un méchant sorcier lui avait jeté un sort et que ses petits occupants disparaissaient un à un, sans laisser de traces. Une sorte de malédiction. Qui prenait fin maintenant. En ce début de mois de mars. En y réfléchissant à deux fois, on pourrait dire que cette malédiction s’estompait déjà depuis un bon mois. Depuis début février pratiquement, lorsqu’une vague de nouveaux avaient prit possession des fauteuils et des canapés du petit salon de Poufsouffle. Oui… Poufsouffle avait reprit du poil de la bête. Poufsouffle était de nouveau rempli… Poufsouffle avait vécu de nombreux changements… Poufsouffle avait gagnait la coupe des quatre maisons… Poufsouffle s’était dévoilé au grand jour, aux trois autres maisons… La maison des Poufsouffle avait un nouveau souffle. Et c‘était le cas de le dire. Ils avaient une nouvelle devise. Vous savez, ce truc qui en jette. Ce truc qui montre qu’on en veut, qu’on a la niaque. Ce truc si spécial. « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe », telle était la nouvelle devise des Blaireaux. Ah ils étaient fiers les occupants de cette maison. Fiers d’en faire parti. Fiers d’être des Blaireaux. Fiers à tel point qu’ils avaient mit au point une sorte d’opération spéciale. Cela faisait déjà quelques jours qu’ils en parlaient. Quelques jours qu’ils préparaient cela. Quelques jours qu’ils attendaient avec impatience ce moment-là. Ils allaient montrer aux autres maisons de quoi Poufsouffle étaient capable. Et pour cela, rien de plus simple que de parader dans Poudlard.

En ce matin du 1er mars, les Blaireaux s’étaient levés en pleine forme. Ils avaient tout préparé. Eux-mêmes étaient prêts. Ils s’étaient tous réunis dans le Petit Salon. Ambre attendit que tout le monde soit arrivé, emportant des banderoles que l’on voit généralement dans les tribunes au stade de Quidditch, et portant fièrement leurs écharpes aux couleurs de leur maison, avant de leur dire :


« Mes Pouffy’s, en ce jour si spécial, mettons en avant les couleurs des Blaireaux, faisons savoir aux autres maisons que nous existons, et que nous sommes des adversaires redoutables ! Faites honneur à Helga Poufsouffle ! C’est parti !! »

Une fois son petit discours terminé, chaque Blaireau rejoignait son groupe en prenant au passage une banderole et, une fois que tout était en ordre, ils s’engouffrèrent dans le château. La deuxième année était dans le groupe qui devait aller dans la Grande Salle, tandis que le deuxième allait fièrement dans le bureau de leur directeur de Maison, Mr Blackstorm, professeur de Sortilège. Le groupe deux, car tel était son nom, était composé de cinq personnes. Ils étaient tout prêt de la Grande Salle, quand Ambre s’arrêta, se retourne vers ses compagnons et leur dit doucement :

« Êtes-vous prêts les amis ? Allez, à la une, à la deux, à la trois ! »

Brandissant fièrement sa banderole, elle entra dans la Grande Salle en criant :

« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe ! Retenez cette phrase bande de sorciers car vous allez l’entendre souveeeeeent ! Poufsouffle est dans la plaaaaaace ! »

C’était vraiment du grand n’importe quoi comme phrase, mais bon, ils s’amusaient, c’était la fête pour les Blaireaux, enfin ils avaient la coupe !

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

L'ère des Blaireaux  réservé aux Poufsouffle 

Poudlard … Une première année pleine de découverte et de rencontres, à faire. Une première année studieuse, dans une maison qu’il avait ardemment souhaité rejoindre. Que pouvait-on souhaiter de plus au jeune Lou Peters ? Une Coupe des Quatre Maisons !

A force de travail, de sérieux et d’abnégation, en somme les qualités fréquemment rencontrées chez les Blaireaux, les élèves de Poufsouffle sont parvenus à ramener la prestigieuse Coupe à la maison. Quel pied de commencer le long apprentissage à Poudlard de la sorte … !

Surtout que pour fêter ce sacre (qui ne souffre, qui plus est, d’aucune contestation possible !), il avait été décidé d’organiser dans plusieurs endroits du Château, choisis avec soin, des manifestations de joie. Il s’agissait, selon les propos de la Préfète, Ambre, d’étaler la puissance de la maison devant les autres élèves. Un procédé qui mettait mal à l’aise le jeune Peters. Se pavaner, s’afficher … autant de choses qui le gênaient, qui l’incommodaient. Mais il s’agissait pour lui de faire des rencontres, de continuer à s’intégrer et de ne pas rester isolé, comme cela avait été trop souvent le cas ces derniers temps. Tels étaient en tout cas les – précieux – conseils prodigués par son père les derniers instants avant le départ. Mais pour l’instant … tout restait encore à faire.

Après le discours, revigorant, de Miss Baxrendhel, Lou attrapa une banderole spécialement préparée pour l’occasion et rejoignit le groupe qui était, d’après les consignes de la Miss, Tremblant, suant … Tout ceci n’était pas naturel pour le jeune Poufsouffle, loin de là. Tout est calculé, pensé, réfléchi. Tout est sujet à stress, à préoccupations. Chaque mouvement, chaque parole est pensé à l’avance par Lou, fatigué nerveusement de s’afficher de la sorte … mais à la fois terriblement excité à l’idée de faire quelque chose de différent, sortant – pour une fois – des clous.


« A la une, à la deux, à la trois ! »

Le moment était donc enfin venu de rentrer dans la Grande Salle, de crier et chanter. Le moment était venu d’afficher sa joie, de porter haut les couleurs de sa maison. C’était surtout le moment de montrer aux autres, à l’école tout entière (tout du moins à tous les élèves qui seront présents dans la Grande Salle) que Lou, l’élève timide et discret, pouvait aussi chasser le naturel et se révéler audacieux. Enfin, c’était également le moment de montrer aux propres élèves de sa maison qu’il pouvait être non seulement un camarade d’école mais également un ami, un partenaire de jeu ou de délire. Lou avait, d’une certaine façon, l’impression de jouer son avenir au sein de l’école. Il sentait qu’un déclic pouvait se passer et qu’il ne fallait pas le rater.

La porte de la Grande Salle s’ouvrit, quelques brèves secondes qui sonnèrent comme de longues minutes, Ambre en tête de cortège. A leurs côtés, d’autres élèves que Lou connaissait de près ou de loin, surtout de loin. Sans trop savoir pourquoi Lou se situait juste derrière Ambre, sans doute pour avoir l’impression d’être protégé par l’aura de sa préfète, il lui revenait de se lancer immédiatement dans le grand bain. La jeune élève se mit à entonner le nouveau slogan de la maison, tout juste changé. Tout en se demandant s’il ne faisait pas là une bêtise, Lou décida finalement de le clamer à son tour … tout en se l’appropriant, par erreur …


« Le souffle des Poufsouffle toujours m’étouffe ! »

Dans l'agitation et sous le vacarme ambiant, Lou ne pouvait qu'espérer que sa bourde était passée inaperçue … En tout cas, il rayonnait au milieu de la Grande Salle, sentant qu'il vivait un moment différent de tout ce qu'il avait toujours vécu. Comme si une barrière venait de tomber.

L'ère des Blaireaux  réservé aux Poufsouffle 

Le mois de mars était un bon mois. La sonorité du mot était déjà agréable en soi. Ce mois était le mois ou il faisait encore un peu froid, mais où le temps s'éclaircissait, laissant la place au soleil, qui apportait un peu de chaleur pour arrêter l'hiver. Et puis, Alyse aimait bien ce jour du mois de Mars, car cela faisait un mois qu'elle était arrivée. Ca passait vite, n'empêche. Les cours lui prenaient pas mal de son temps libre, et elle n'en avait plus beaucoup à la fin de la journée.

Maaaais, car oui, il y a un mais, il n'était pas question de parler d'Alyse aujourd'hui. Après un combat acharné avec les Serpentard, les Poufsouffles avaient raflé la coupe. Traduction des pensées d'Alyse : ON A LA COUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUPE. Voilà. L'excitation était palpable dans tous les endroits ou des Poufsouffles se trouvaient, et plus particulièrement dans leur Salle Commune. C'est ainsi qu'après une mini-réunion, la veille au soir, tous les jaunes avaient décidé d'exprimer leur joie a tout Poudlard, en allant crier dans la Grande Salle et dans le bureau du professeur de Sortilèges.

Tout le monde était réuni dans le Petit Salon, écharpes autour du cou, banderoles dans les mains, prêts a se ruer dans les endroits décrits plus tôt. Après un petit discours d'Ambre, leur Préfète, les Poufsouffles présents dans le petit salon se séparèrent en deux, puis prirent une direction différente. Alyse, elle, était dans le groupe de sa Préfète. Cette dernière s'arrêta juste avant d'entrer dans la Grande Salle, et leur dit doucement :


« Êtes-vous prêts les amis ? Allez, à la une, à la deux, à la trois ! » 

Et elle s'engouffra dans la Grande Salle avec autant de discrétion qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. De toute façon, c'était le but. Faire un maximum de bruit possible pour que tout le monde remarque la supériorité des Blaireaux ce mois-ci. Le petit groupe la suivit, et l'entendit hurler le nouveau slogan de la Maison Jaune. Alyse s'amusait bien. C'était rare, mais elle s'amusait. La jeune fille n'avait pas réussi a garder un masque froid et impassible, car la joie de tous les Poufsouffles était grande, et même elle était heureuse que les Jaunes aient gagné cette coupe. Elle ricana en entendant son voisin se tromper dans le slogan, et cria ce dernier également.

« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »

Et ajouta, à voix plus basse :

« Trop de F dans cette phrase ».

Les Jaunes étaient vraiment heureux, et cela faisait plaisir à voir. D'après ce qui s'était dit en Salle Commune peu de temps avant la victoire, Poufsouffle était presque vide quelques mois auparavant, puis d'un coup, plein de gens étaient arrivés, et avaient fait gagner des points, ce qui avait ravi le directeur de la maison, Monsieur Blackstorm. Alyse ne s'entendait plus penser, et elle attendait maintenant un autre geste d'Ambre, pour une autre action montrant la gloire des jaunes.

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

L'ère des Blaireaux  réservé aux Poufsouffle 

Bien que le temps efface goutte après goutte les bribes de souvenirs que les enfants gardent des moments forts de leur vie, comme leurs anniversaires, leur fin d'école, l'accès à Poudlard et ainsi de suite, il était fort improbable que le petit Poufsouffle en oublie ce moment. Ce moment n'avait rien de bien exceptionnel pour un élève de septième année puis ces sept années passées dans l'enceinte de Poudlard étaient autant d'occasion de gagner la coupe. Néanmoins, cette année qui venait de se terminer, se concluait sur une touche agréable et gratifiante : l'obtention de la coupe des quatre maisons, sésame suprême d'un travail commun de longue haleine, face aux trois autres maisons tout aussi redoutables que composait l'école de sorcellerie britannique. Se remémorant chaque moment qui avait ponctué cette année, Enaël sourit à ces débuts quelque peu difficiles mais vite palliés par l'arrivée dans sa vie de futures connaissances qui étaient désormais devenues de bons amis. Aussi ne fut il pas étonné de bientôt se voir occuper les rangs de la petite troupe des Poufsouffle souhaitant profiter au mieux de leur petite "prise de pouvoir". Rien de bien méchant dans cette idée, si ce n'est marquer les esprits pour que personne n'oublie que la maison Jaune et Noire pouvait très bien se réveiller d'une longue hibernation sans en avoir perdu ses capacités.

Bien loin de considérer que les blaireaux étaient des animaux de rang inférieur aux trois autres animaux effigies des maisons, Enaël s'était facilement acclimaté et raillait plutôt l'appartenance des élèves aux maisons. N'avait on jamais dit que l'haleine des Lions laissait à désirer ou que le venin des Serpents s'immisçait en leur propre sein, sans envisager l'envol faiblard des Aigles dans la dernière course aux points ? Aucune provocation en soi, de la part du petit garçon. Simplement, si on venait à l'attaquer sur ce terrain, il savait tout aussi bien riposter malgré son "petit souci". Nous nous écartons du sujet, donc oui la victoire des Blaireaux à la coupe des maisons. Ambre, la préfète en chef de Poudlard et accessoirement préfète de Poufsouffle avait tout préparé pour que l'évènement soit à la hauteur de la joie des petites têtes blondes. Scandant à tue-tête, que ce soit de leur salle commune, aux couloirs menant à la Grande Salle ou encore au Bureau de leur directeur, la foule de Poufsouffle électrisait les lieux de cette énergie si particulière : la fierté. Bien qu'il ne prononce aucun mot pour le moment, Enaël n'en montrait pas moins une farouche volonté de montrer son contentement. Faisant virevolter un drapeau aux couleurs de Poudlard, il n'hésitait pas à se trémousser tel un enfant excité. De peu et vous l'auriez vu danser le boogie-boogie sur un air parfaitement inaudible mais presque perceptible vu les saccades de son corps. Bientôt, la petite horde de Poufsouffle se divisa en deux et l'enfant androgyne suivit sa préfète. Ralliant presque automatiquement les devants de la troupe, il se joignit aux côtés d'un autre garçon du nom de Lou Peters. Ce dernier était rapidement devenu un bon ami et il ne passait pas une nuit sans qu'ils "discutent" d'un évènement passé dans le château. Enaël espérait secrètement qu'ils se suivraient jusqu'à la fin de leur scolarité à Poudlard. Un petit sourire en coin fut alors adressé à son comparse puis le petit garçon aux longs cheveux bruns attachés à l'aide d'un élastique embrassa du regard la Grande Salle qui semblait s'offrir à eux. Un coup d'œil en arrière fut jeté : aucune trace des jumeaux Blackwood. Mais par contre, il croisa le regard d'une autre jeune fille qu'il n'avait pas pas encore eu la chance de rencontrer.

Ce qui fit sourire d'autant plus le petit Dewberthon fut les remarques de la demoiselle après la bourde volontaire ou non -telle était la question - de son camarade. C'est vrai qu'il y avait beaucoup trop de F dans cette devise. Heureusement à cause de son mutisme, il ne s'était jamais essayé à la scander. Mais il osait bien s'imaginer la difficulté et encore imaginez une pauvre âme avec un cheveu sur la langue. C'en était clairement fini de cette âme. Ayant appris quelques sortilèges de "décoration" pendant le cours de Métamorphose, il ne se pria pas de redécorer à l'effigie de Poufsouffle les quelques écriteaux indiquant les mets postés sur les tables. Au lieu de riz au sirop d'érable fut inscrit : "Les Poufsouffle vous étouffent", à la place de brochettes yakitori fut inscrit "Une fois réveillés, plus rien ne peut les arrêter" et j'en passe... Enaël bien que muet ne s'en révélerait que très peu discret !
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

L'ère des Blaireaux  réservé aux Poufsouffle 

Ambre et moi remercions les participants aussi bien pour la victoire de Poufsouffle à la coupe des maisons que pour leur investissement dans ce RPG.