Grande salle

Inscription
Connexion

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Enlever contre son gré à Poudlard...Un bon titre pour sa lettre lorsqu'il relaterait sa semaine à ses parents ? Peut être, ça en jetait! Un titre qui racontait bien ce que le vert vivait : être embrigadé pour faire des nœuds. Des simples nœuds, tout ça parce Clément avait eut le malheur de se trouver sur le chemin d'un de ses professeurs qui cherchait des « volontaires » afin de « mettre de jolis rubans sur les petits paniers destinés aux élèves pour la chasse aux œufs.. Mais chut, ça doit rester secret ! » . Évidemment, il n'avait pas pu refusé, il avait même pas tenté tellement il avait été abasourdis par cette demande ; d'autant plus que cela ne faisait pas partis de ses spécialités et puis, il était quand même poli! Il s'était donc dirigé vers la grande salle car c'est là bas que les paniers l'attendaient... En traversant le château, le vert avait même eut la sensation que certains des tableaux se moquaient de lui. Encore plus lorsqu'il avait atteint la grande salle et vu la montagne de paniers qui restaient à décorer. Un pour chaque élève. Un travail de Titan pour une seule personne.Une nouvelle folie que les sorciers avaient inventés comme si il y en avait déjà pas assez avec les escaliers, les fantômes dans tous les coins, leurs hiboux qui transportent les lettres...  Ils n'étaient que des fous, des malades qui avaient besoin d'être suivis ! Mais, à l'âge de 11 ans , il doutait qu'on s'intéresse à lui ou qu'on veuille le croire et de toute façon, les sorciers avaient été très claire: on ne doit pas parler de magie aux "moldus" comme ils appelaient les gens normaux.. Et le pire restait à venir... Clément devait accomplir tout cela sans baguette et magie ! Naturellement, il existait des sortilèges pour ouvrir les serrures mais aucun pour nouer des nœuds .On retrouvait bien leur logique sans queue ni tête mais bon, il ne devait pas perdre courage, il en viendrait à bout..un jour ! Et puis, pour ce qu'il lui avait fait , Clément méritait bien cela comme punition, cela n'arriverait même pas à compenser ses actes . A chacun son tour de « souffrir » !

Le jeune de première année choisit donc une table au hasard, suffisamment éloigné de l'entrée pour ne pas être dérangé par les autres : heureusement, par ce beau temps, peu d'élèves étaient restés au château et Clément n'en vit aucun dans la grande salle. Il s'installa donc à la table la plus à droite d'où s'échappaient des rubans de toutes les couleurs  (jaune, rouge,bleu,vert,violet,rose...) avec toutes leurs nuances  ! Si Clément n'était pas venu pour en faire des nœuds, il aurait trouvé ça magnifique et aurait pris une photot ! Mais il n'était pas là pour cela..Il était là pour autre chose... Il en choisit donc instinctivement un de couleur vert pomme pour commencer à se mettre au travail : cela lui rappelait les belles pommes qui apparaissaient au Printemps dans le pré qui entourait sa maison. Le jeune sorcier se revit avec ses parents rigolant aux éclats en cueillant les jolis fruits. Innocent, moldus. Puis, il la revit, elle.A cette pensée, Clément se crispa et attacha subitement le ruban presque avec rage  : hors de question d'y penser, si il était venue, c'était pour l'oublier et repartir à zéro. Cela commençait donc plutôt mal mais le vert devait gardé un contrôle de soi permanent. Calme. Comme pour se rattraper, un ruban rouge disparut du tas, puis réapparut sur un nouveau panier . Le vert commençait à prendre le « truc » mais son "œuvre" était loin d'être parfaite...Clément s'en fichait un peu et accéléra sa cadence : il ne souhaitait pas s’éterniser ici mais avait plutôt envie de passer le reste de sa journée dehors afin de prendre en photo les fleurs qui commençaient à apparaître. Oui, Clément aurait tout intérêt à finir le plus rapidement possible et vu les paniers qui attendait leur décoration , il en avait encore pour un petit moment. Clément espéra donc qu'un autre volontaire ( ou victime) vienne lui donner un coup de main...

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Melpomène n’avait vraiment pas de chance. Pour une fois que son après-midi était libre et qu’elle essayait de le passer à Pré-Au-Lard, elle s’était faite attraper par un professeur. Evidemment, tout le monde connaissait le passage secret de la sorcière borgne, alors quand le professeur l’avait vu tourner autour, un parchemin à la main, il avait tout de suite compris les intentions de la jeune fille. Heureusement, il ne lui avait pas pris sa carte maraudesque ! Mais elle avait été envoyé dans la grande salle, pour passer son après-midi de liberté à « aider Poudlard plutôt qu’à traîner dans des endroits réservés aux élèves plus âgés ».

C’est donc en traînant les pieds que Melpomène se rendit à la Grande Salle, escortée par un fantôme qui passait par là. En arrivant devant les grandes portes, elle soupira. Qui sait ce qui l’attendait derrière ? Le professeur lui avait seulement dit que quelqu’un serait présent pour lui expliquer. Elle s’attendait alors à trouver un autre professeur, un préfet, ou même Rusard ! Mais en ouvrant la porte, la seule personne qu’elle vit était un garçon qui n’avait pas l’air plus âgé qu’elle. Il lui tournait le dos. Devant lui étaient étalés des rubans de toutes les couleurs, et surtout des paniers. Cela ressemblait beaucoup à une animation comme Melpomène les aimait… Surtout que c’était la période de Pâques ! Ça voulait dire que des chocolats devaient ne pas être loin, après tout, peut-être que c’était son jour de chance. Mais en s’approchant d’un panier, prête à dévorer tout ce qui semblerait comestible, elle dut se rendre à l’évidence : pas de chocolats en vue. Ils devaient déjà être cachés dans le parc.

Melpomène regarda de nouveau le garçon : celui-ci avait l’air de s’ennuyer à mourir. Il répétait de manière mécanique la même action : prendre un panier et y ajouter un ruban. Super, elle allait s’éclater. Elle hésita un instant, puis elle prit sa décision. Comme il ne l’avait toujours pas vue, elle n’avait qu’à repartir ! Après tout, si elle faisait attention dans les couloirs à ne pas recroiser le même professeur, elle pouvait toujours aller à Pré-Au-Lard ! Bien sûr, son escapade risquerait d’être découverte par la suite, mais enfin… Cela valait le coup. Et puis, elle n’avait vraiment pas envie de décorer des paniers. Elle se retourna et se dirigea vers la porte en essayant de faire le moins de bruit possible. Il était évident que si le garçon se rendait compte qu’on lui envoyait une aide, il ne la laisserait pas repartir. Elle allait arriver à la porte (et donc à la partie la plus compliquée : l’ouvrir sans bruit), quand elle se figea. Pour le coup, du bruit, il y en avait eu. Une jeune fille se trouvait face à Melpomène, dans l’entrebâillement des grandes portes, et l’après-midi de celle-ci était définitivement gâchée. Elle la connaissait de vue, elle était aussi en première année à Serdaigle. Abandonnant tout espoir, elle soupira :


« Toi aussi de corvée tu es ? »

Oulah, elle ne savait pas trop ce qui lui avait pris de parler de cette façon... Visiblement, le désespoir avait d'étranges effets sur elle. Pour se redonner une constance, elle se tourna vers le garçon qui, pour le coup, les avait vues :

« Ne t’inquiètes pas, tu as quatre mains en plus pour t’aider ! »

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Pour tout le monde, il y a des jours avec et des jours sans. Ce jour-là, c'était un jour sans pour Elena. La journée avait pourtant bien commencer. Le soleil avait décider de s'installer depuis quelques jours au-dessus du château, et la fillette avait dès le matin remplit son sac de choses divertissantes (livres de cours et devoirs), décidant de passer l'après-midi tout entier dehors à bronzer, les doigts de pieds en éventail. Enfin, ceci est une image bien sûr, car la frileuse Elena ne quitterait pas ses chaussures pour si peu (n'en déplaise au soleil).
Donc, la petite fille aux longs cheveux noirs avait commencer à descendre les marches menant de la salle commune des Serdaigle jusqu'au hall d'entrée. Vêtue d'un pantalon et d'un gros pull à coll roulé gris, elle n'avait aucun signe distinctif qui aurait pu indiquer aux autres à quelle maison elle appartenait.


Grosse erreur de sa part. Un professeur qu'elle ne connaissait que de vue montait justement au même moment. Il sembla la reconnaitre un instant, puisqu'il la dévisagea comme si elle était au mauvais endroit.
"Mademoiselle Bonsorm" lui dit-il en l’arrêtant d'un geste de la main. "Vous devriez être dans la grande salle en ce moment. Auriez-vous oublier que c'est aujourd'hui que vous devez préparer les paniers de Pâques?"

"Je vous demandes pardon?" Mais de quoi parlais donc ce professeur? Ce dernier la regarda d'un air sévère et pointa un doigt vers elle. "Votre retenue Miss Bonsorm, et ne faites pas semblant d'avoir oublier de quoi il s'agit. Vous saviez pertinemment qu'il est interdit de se promener la nuit dans les couloirs. Et malgré l'interdiction vous vous baladiez tranquillement cette nuit, alors je vous ai donner une retenue. Je vous préviens, si vous n'y aller pas, votre punition sera bien plus terrible que de faire des nœuds sur des paniers!"
Le bouche ouverte et yeux écarquillés, Elie regarda le professeur gravir les marches restantes sans ce retourner. Bien sûr, elle aurait pu le rattraper et lui expliquer qu'il se trompait de fillette, mais la petite était trop abasourdi pour faire quoi que ce soit. Quand elle réalisa enfin qu'elle venait d'être punie pour une bêtise qu'elle n'avait pas commise, il était trop tard. Elle descendit les arches avec rage, les larmes aux yeux. Si elle trouvait Tessa, elle allait passer un sale quart d'heure...


Elena se retrouva rapidement fasse aux portes de la grande salle, avec un gros dilemme. Soit elle entrait et purgeait la peine de sa sœur, soit elle repartait et sortait dans le parc, laissant son abrutie de jumelle se débrouiller avec les professeurs. Mais en faisant cela, la punition pourrait très bien se retourner contre elle de nouveau. Que faire?
*Si je lui mets la main dessus... Il y aura un serpent de moins à Poudlard*.

Alors qu'elle était là, bêtement debout à regarder les gravures sur les immenses portes en bois, les portes en question s'ouvrirent (d'elles même apparemment) dans un bruit infernal. Elie eût un mouvement de recul en voyant l'action, puis leva les yeux sur une jeune fille qui se tenait en face d'elle. Elena la dévisagea vaguement de ses yeux gris : elle la reconnaissait. Elles étaient dans la même maison, et allaient en cours ensemble, mais elle ne lui avait jamais vraiment parler.

« Toi aussi de corvée tu es ? »

Elena leva un sourcil. Bien sûr elle ne lui avait jamais parler, mais elle l'avait déjà entendue discuter, et jamais elle ne s'était exprimée de façon si... étrange. La serdaigle se retourna et parla à quelqu'un qu'Elena ne pouvait pas voir d'où elle était.


« Ne t’inquiètes pas, tu as quatre mains en plus pour t’aider ! »


Elie se pencha un peu et vit, à l'autre bout de la salle sur la droite, un garçon en train de faire des nœuds sur des paniers. Abandonnant tout espoir de fuite, la fillette aux longs cheveux noirs s'avança sans grande envie néanmoins. Elle rejoignit le garçon qui ne semblait pas plus ravie qu'elle d'être là. D'un autre côté, elle était soulagée de ne pas être seule, et même si elle n'avait fait que la croiser en cours ou dans la salle commune, elle était ravie de voir un visage familier en sa camarade Serdaigle.

Elle toucha du bout des doigts les rubans de toutes les couleurs posés sur la table, à côté des paniers. Elena posa son sac sous le banc afin de ne pas être gênée et regarda le garçon droit dans les yeux.


"Tu es là depuis longtemps? Combien de nœuds il faut faire au juste" Puis elle se tourna vers l'autre jeune fille, l'air interrogateur. Était-elle arrivée là par hasard, ou bien avait-elle enfreint le règlement? Et ce garçon alors?

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Poser un panier sur la table, prendre un ruban, l'enrouler autours du panier puis faire deux boucles. Reprendre un panier et recommencer à accomplir les actions précédentes. Existait-il au monde quelque chose de plus ennuyeux? Cela étonnerait beaucoup Clément, 10 paniers à décorer, ça peut aller ...Mais quand il voyait le monticule qui lui restait à orner, cela avait tendance à le décourager! A quoi songer les professeurs en organisant une pareille partie de chasse aux œufs? Surement à les amuser , remarque pour toutes les personnes ayant éviter leurs enseignants, cela pouvait être une vraie partie de plaisir. Ce qui n'était pas le cas du vert. Ce n'était même pas un atelier de décoration puisqu'il n'y avait personne, cela ressemblait plus à une punition. Oui mais pour quoi? Dans ses souvenirs, Clément n'avait pas l'impression d'avoir enfreint le règlement en commettant un geste déplacé... Il ne l'avait pas lu, oui, mais il devait avoir les même règles barbantes que pour un moldu. Enfin, ce serait logique. Le vert devait sans doute s'habituer à ne plus penser logiquement pour survivre ici! Enfin, comme le dise les moldus " un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté", l'avantage dans son "travail" c'est qu'il était seul (ce serait pire si il aurait eu à supporter des autres sorciers comme leur concierge ), qu'il apprenait à réaliser de magnifiques nœuds (tout peut servir dans la vie!) et qu'il..Et voilà ! La liste n'était pas grande mais elle valait mieux que rien... Et au pire, il pourrait toujours s'éclipser lorsque le temps deviendrait trop long car sa professeur avait omis de lui demander son nom ...

Un bruit de pas le tira de ses pensées, quelqu'un arrivait.
*Pitié qu'il ne vienne pas juste qu'ici!* Le vert n'avait pas envie que quelqu'un le rejoigne ou qu'il puisse, pire se moquer de lui. Il avait tout intérêt à faire profil bas en espérant que l'autre reparte. Il continue donc , inlassablement de répéter le même geste mécanique. Le bruit stoppa, Clément s'obligea à ne pas se retourner : si il le faisait, c'était fichu pour lui! L'autre allait venir et pire : lui parlait, hors Clément n'avait pas du tout envie de faire la conversation. Il préférait encore décorer tous les paniers . Manifestement, l'autre ne paru pas vouloir partir car il l'entendit parler distinctement à une autre personne. Si ils étaient deux, cela serait encore pire! Deux maniaques de magie à supporter, cela devait être deux professeurs discutant de qui le surveillerait...De plus, tous ses espoirs de fuite s'évanouissaient si un deux restait. Peut être quand voyant son air sage,ils partiraient? Clément se reposait sur des faibles espoirs, il le savait. Espoir qui n'avait pas fonctionné car il entendit une voix s'adresser à lui:

« Ne t’inquiètes pas, tu as quatre mains en plus pour t’aider ! »

Comme si il risquait de s'inquiéter sans elles. Car pour cette fois, c'était bien deux filles de son âge qui lui faisait face. Au moins, il pourra toujours leur refiler le travail et il n'y aura personne pour le surveiller. De plus, c'était peut être deux jeunes sorcières d'origine moldus qui étaient, comme lui marqué par le diable. Il se devait au moins de les soutenir pour cela. D'autant plus qu'elles contaient apparemment lui donner un coup de main, ils iraient toujours plus vite à trois! Clément ne broncha donc pas quand elles se dirigèrent vers les tables, il les regarda simplement s'affairer. La deuxième, de Serdaigle aussi, s'adressa à lui doit dans les yeux:


"Tu es là depuis longtemps? Combien de nœuds il faut faire au juste"

*Aller, tu n'as aucune raison de leur en vouloir et c'est l'occasion rêver pour connaître des gens! Ne te dérobe pas!* Clément savait que c'était à son tour de parler, vu qu'elle le regardait curieusement et que la question s'adressait à lui. Il se contenta d'hausser les épaules et de leur répondre , d'un ton neutre car il l'en savait pas plus qu'elles:

Je suis là depuis dix minutes, pas plus.Quant aux nœuds, je n'en ai aucune idées... J'ai pris un ruban par panier mais vous pouvez en faire plus si ça vous amuse. En fait, je n'ai pas vraiment reçu de consigne : on m'a juste dit de mettre les rubans sur les paniers... Il imita la voix aigue d'une de ses enseignantes avant de poursuivre en exécutant une moue ridicule. Mais chut, ça doit rester secret!.

Il fit une pause avant de continuer , et en profita pour finir une boucle. Il releva sa tête d'un ton plus joyeux,espiègle : le vert risquait de les faire fuir à parler comme il le faisait, et ce n'était plus tellement ce qu'il voulait. Autant profiter des occasions que la vie nous offre! Après tout, quelle est la chance que cette situation se reproduise?

"Enfin, je serai ravis de vois voir en de si bonnes dispositions pour m'aider!
Il désigna du doigt les paniers qui restaient. Surtout qu'avec tout ça , on en a encore pour un p'tit moment! Je vous conseille de vous asseoir!

Oui, Clément était un flemmard , lorsqu'il avait le choix, il préférait une chaise. En attendant, il se tourna vers elles pour les écouter et savoir ce qu'ils les avaient poussés à le rejoindre... Toute personne saine d'esprit éviterait de venir ici donc elles devaient forcément être soir coupable d'un quelconque méfait ou soit "volontaire" ce qui l'étonnerait beaucoup. Elles n'avait pas l'air d'être réjouis par la perspective de ce qui les attendaient pourtant, elles étaient là...

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Elena ! Le prénom de sa camarade de maison venait de lui revenir. Elle s'en était souvenue parce qu'à la répartition, elle avait été surprise de voir qu'elle et sa jumelle n'avait pas été répartie dans la même maison. Apparemment, c'était plus courant qu'on ne pouvait le penser, mais Melpomène ne pouvait s'empêcher de trouver cela étrange.
Elena avait d'ailleurs rejoint le garçon près des paniers et de la table couverte de rubans. Melpomène soupira : elle allait devoir s'y coller elle aussi. Elle s'approcha à son tour et, alors qu'elle aussi commençait à regarder les rubans multicolores (et étrangement fascinants), elle entendit Elena :


" Tu es là depuis longtemps? Combien de nœuds il faut faire au juste ? "

Effectivement, c'était une bonne question. Vu le nombre de panier, Melpomène se doutait que cela leur prendrait toute l'après-midi... A moins que d'autres élèves les rejoignent ? Ce serait vraiment une bonne chose pour eux !

" Je suis là depuis dix minutes, pas plus.Quant aux nœuds, je n'en ai aucune idées... J'ai pris un ruban par panier mais vous pouvez en faire plus si ça vous amuse. En fait, je n'ai pas vraiment reçu de consigne : on m'a juste dit de mettre les rubans sur les paniers... Mais chut, ça doit rester secret!. "

Il avait dit cette dernière phrase avec une voix aigüe que la fillette reconnut immédiatement. Visiblement, ils avaient été envoyés par le même professeur... C'était vraiment injuste ! Pourquoi les avait-on obligés à faire ce travail de forçat ? Il n'y avait donc personne d'autre dans cette école qui pouvait s'en occuper, comme les elfes de maison, ou même le concierge ? Et puis, il ne fallait pas non plus que les professeurs de Poudlard oublient la spécificité de leur école : la magie ! Miss Grayce était visiblement capable de transformer quelqu'un en chaudron, mais pas de faire des noeuds ?
Melpomène était encore en train de maudire tout le personnel du château quand le garçon eut à son tour une excellente idée :


"Enfin, je serai ravis de vois voir en de si bonnes dispositions pour m'aider! Surtout qu'avec tout ça , on en a encore pour un p'tit moment! Je vous conseille de vous asseoir! "

Sans attendre, la jeune fille s'affala sur la première chaise qui se présentait. Tout ce travail l'épuisait d'avance. Elle espérait que les deux autres la laisseraient tranquille et ne l'obligeraient pas à travailler, parce qu'elle n'avait vraiment pas la tête à ça. Elle pensait encore à ce qu'elle avait prévu de faire à Pré-Au-Lard : visiter Zonko, aller évidemment faire le plein de sucreries à Honeydukes, boire une biéraubeurre aux Trois Balais, puis aller faire un tour à la Gazette du sorcier. Cela allait devoir attendre, mais elle comptait bien au moins y rêver car elle se doutait que l'occasion de s'échapper du château ne se représenterait pas de si tôt.
Mais visiblement, elle n'était pas la seule à ne pas vouloir faire des noeuds : le garçon s'était arrêté et, tourné vers ses camarades, il semblait attendre quelque chose. Peut-être espérait-il que Melpomène se relèverait ? Eh bien dans ce cas, il allait attendre. Non pas qu'elle soit fatiguée, elle n'aimait simplement pas faire ce que l'on attendait d'elle. Mais il avait plutôt l'air de vouloir engager la conversation sans toutefois y parvenir. Alors Melpomène se dévoua :


" Vous pensez que les oeufs sont déjà cachés, ou bien sont-ils stockés dans la salle ? Parce que je ne sais pas vous, mais moi, toutes ces corvées, ça me donne plutôt faim... "

Elle leur sourit malicieusement, espérant trouver de nouveaux compagnons pour l'accompagner dans ses diverses frasques.

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

"Je suis là depuis dix minutes, pas plus.Quant aux nœuds, je n'en ai aucune idées... J'ai pris un ruban par panier mais vous pouvez en faire plus si ça vous amuse. En fait, je n'ai pas vraiment reçu de consigne : on m'a juste dit de mettre les rubans sur les paniers..."
Puis il fit une espèce de grimace un peu ridicule et en prenant une voix aigüe (tout aussi ridicule) il ajouta : "Mais chut, ça doit rester secret!"

Elena ne savait pas si ce garçon était un bon imitateur, mais au son de la voix elle crut reconnaitre le professeur qu'elle avait croisé dans les couloirs. Celui-là décidément devait aimé punir les élèves à coup de travaux manuels. La petite fille observa un instant le garçon devant elle avant de poser ses fesses sur le banc.
Elle l'avait déjà vu, mais elle ne savait plus où. Dans les couloirs très certainement. Elle jeta rapidement un œil sur l'autre jeune fille, essayant de se remémorer son prénom. Il était si peu commun et tellement original, qu'elle n'arrivait pas à s'en souvenir. Tout ce qu'elle savait, c'était que ses initiales étaient M. M. Autant dire que cela ne l'avançait pas beaucoup.


"Enfin, je serai ravis de vois voir en de si bonnes dispositions pour m'aider! Surtout qu'avec tout ça , on en a encore pour un p'tit moment! Je vous conseille de vous asseoir! "

Elie suivit la direction que pointait le garçon avec son doigt. D'un coup, le désespoir envahit la fillette aux longs cheveux noirs. Même à trois, ils n'auraient jamais finis avant la fin de la journée. Elle pouvait dire adieu à ses projets : adieu lecture, adieu avance sur les devoirs, adieu bronzage, adieu soleil! Et bonjour l'ennui. Comment le garçon en face d'elle avait fait pour ne pas céder au désespoir pendant ces dix minutes ou il était seul face à cette mer (que dit-je? Cet océan!) de panier?
En soupirant déjà de découragement, la fillette attrapa son sac sous le banc et en sortit un élastique gris. Elle attacha grossièrement ses cheveux en une espèce de queue de cheval/chignon pour ne pas être embêtée. Elle prit ensuite un panier et trois ruban de couleur aléatoire, posa le-dit panier sur ses genoux et commença à faire les nœuds. Autant commencer tout de suite, histoire de ne pas être tentée de fuir en courant.
C'est quand elle eût finit les trois nœuds et qu'elle admira avec fierté et découragement son "œuvre" qu'elle leva la tête pour regarder les deux autres. Sa camarade Serdaigle s'était assise et ne semblait pas vraiment pressée de commencer la corvée, et le jeune homme en face s'était arrêté et semblait attendre quelque chose.


" Vous pensez que les œufs sont déjà cachés, ou bien sont-ils stockés dans la salle ? Parce que je ne sais pas vous, mais moi, toutes ces corvées, ça me donne plutôt faim... "

Tout en parlant, la fillette regarda les deux autres en souriant malicieusement. Elena ne répondit pas tout de suite, surprise par les sous-entendus de sa camarade. Ne venait-elle pas de leur proposer d’abandonner la réalisation des nœuds sur les paniers de Pâques pour se jeter dans un chasse à l’œuf post-Pâques? Autant aller directement voir les professeur et leur demander d'autres heures de colles! Elie craignait trop de s'attirer les foudres des adultes et d'enlever des points à sa maison.
Et puis elle se rappela soudain pourquoi elle était ici. Au final, tout cela n'avait pas vraiment d'importance, du moins à cet instant. Tessa avait peut-être raison au final, c'était chouette d'avoir une jumelle : on pouvait partager les punitions...


"Je ne suis pas une grande fan de chocolat" avoua Elie "Mais ce sera toujours plus drôle de les chercher maintenant, à la place de tout ces nœuds et ces paniers. C'est d'accord je te suis."

Elle repoussa le panier qu'elle venait de faire ainsi que les autres devant elle, et commença à se lever sans attendre la réponse du garçon. Elle ne savait pas si lui aussi allait suivre l'autre fillette, mais elle était presque certaine qu'il ne continuerait pas d'embellir les paniers.


Reducio

Toutes mes excuses pour le retard :/

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Un passage secret. Voilà que ce qui manquait à cette salle! Poudlard était un château ... dans un château, il est sensé avec des passages secrets non? Un bon passage secret, capable de l'emmener où il voulait, sans que personne ne s'en aperçoive... Clément scruta à nouveau les murs qui l'entouraient : visiblement, ce n'est pas aujourd'hui qui fera son petit tour de magicien avec disparition, en ignorant les bougies flottantes et les paniers, la salle était tout ce qu'il y a de plus normal. Dommage . Enfin, il pouvait s'estimer heureux de ne pas encore avoir croisé la route d'un fantôme ce qui l'aurait gêner au plus au point.

" Vous pensez que les oeufs sont déjà cachés, ou bien sont-ils stockés dans la salle ? Parce que je ne sais pas vous, mais moi, toutes ces corvées, ça me donne plutôt faim... "

La voix de sa camarade le tira de ses pensées pour le ramener au moment présent. Moment qui s'annonçait plutôt bien vu le sourire qu'elle affichait. *Enfin une bonne idée! * Les sous-entendus accompagnés de la proposition plaisaient au jeune Serpentard. Il ne souhaitait pas croupir ici toute sa vie, surtout pour effectuer quelque chose d'aussi idiot qu'il pouvait bien s'en passer! Ramasser des œufs et surtout les déguster, c'était beaucoup plus attrayant que la corvée qui l'attendait. De plus, la jeune Serdaigle avait parlé d'œufs, non de chocogrenouilles. Avec de la chance, les sorciers avaient respecté la tradition moldue... Clément pourrait donc en manger sans craindre un tour d' "eux". Le vert se mit à rêver aux sortes de chocolats qui l'attendaient surement dehors... Peut être trouvera-t-il une poule au chocolat à l'orange? Son favoris, celui que ses parents lui offraient chaque années pour Pâques. Souvent, la poule couvait même de petits œufs au chocolat au lait et praline. Son deuxième gouts dans la liste de ses préférences. Comparé aux dragées surprise de bertie crochue, il n'y avait pas photo : qui préférerait un bonbon aromatisé poubelle comparé à du bon chocolat? Peu de personnes. Clément salivait d'avance, oui, il avait tout à gagner en sortant d'ici! Si les trois compares parvenaient à ne pas se faire repérer bien sûr! Il subsistait toujours un risque, mais cela ne faisait pas partie du plaisir? Si on avait tout maintenant, serons nous vraiment plus heureux? La décision de Clément était prise, irrévocable. Aujourd'hui, il allait désobéir. L'autre Serdaigle le devança de quelques secondes :

"Je ne suis pas une grande fan de chocolat"

Clément la regardait avec curiosité... Avait-elle peur, comme lui, des sucreries que les sorciers fabriquaient? Une victime en bref.Ou insinuerait-elle qu'elle ne voulait pas les suivre dans cette aventure, préférant rester sagement ici? Si c'était le deuxième cas, le vert ne la comprendrait pas. Il tenta de deviner ses pensées et de tirer des conclusions de son allure. Un jeu auquel il jouait beaucoup , même si quasiment à chaque fois, il se trompait. La fille était à Serdaigle donc avec des tendances calmes, réfléchis. Dès le départ, elle avait posé des questions sur les côtés pratiques de la situation. Non, elle n'avait pas l'air de quelqu'un souhaitant désobéir. Elle même s'était peut être proposé pour aider. Le vert commençait à cerner son caractère, enfin celui qui reposait sur ses suppositions! La jeune Serdiagle poursuivit :

" Mais ce sera toujours plus drôle de les chercher maintenant, à la place de tout ces nœuds et ces paniers. C'est d'accord je te suis."

Sur ces derniers mots, elle se leva, mettant fin au suspens et fin au talent de Clément. Contre toute attente , celle-ci avait acceptée, prouvant au jeune Serpentard qu'il ne faut jamais juger les gens à leur apparence! Elle était d'accord pour les suivre, ce qui n'était pas plus mal : il n'y aurait aucun témoin . Maintenant, Cément devait exprimé son avis... Il souhaitait les suivre, mais...Il aurait bien aimé laisser une trace de sa venue , histoire que ce temps perdue n'est pas servi à rien. Oui, il avait une dernière chose à accomplir avant de suivre les deux filles. Clément décida de leur soumettre son idée tout en donnant son accord :

"Je suis partant moi aussi! On pourrait chercher dans le parc non?Par contre, je trouverais ça dommage de partir sans laisser de trace de notre venue... Histoire qu'on se souvienne de nous! Que pensez-vous de par exemple, laisser quelques objets dans les paniers...Du genre Weasley...

Clément prononça la dernière phrase avec un air angélique...Il voulait s'amuser...Se venger d'eux...Ils lui avaient bien pourris sa vie donc le vert ne comptait pas se gêner! Et puis, un peu d'animation n'avait jamais fait de mal! Maintenant, ils attendaient juste la réponse des deux autres filles... S'était-il trouvait de nouvelles compagnes pour faire des farces? Le vert l'espérait.

🐍Victory or Nothing🐍
🐍Responsable du dortoir des garçons.
🐍Même le plus petit serpent à du venin...
🐍Dresseur de Poudlariens sauvages.
🐍Si tu veux frôler la perfection, frôle un Serpentard

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

La proposition de Melpomène ne souleva pas l'enthousiasme qu'elle avait espéré. Elena la regarda d'un air surpris, comme si elle n'en revenait pas qu'on lui propose de faire quelque chose d'interdit... Quand au garçon, il avait surtout l'air perdu dans ses pensées. Mais elle ne se laisserait pas décourager aussi facilement, et s'ils ne voulaient pas la suivre., et bien... Il viendrait tout de même. Voilà. Car Melpomène n'était pas toujours une gentille première année ; elle était aussi une fille unique capricieuse qui n'aimait pas qu'on lui dise non. C'est pour cela que, lorsque sa camarde de maison lui répondit :

« Je ne suis pas une grande fan de chocolat »,

Melpomène crut avoir un arrêt cardiaque. Elle-même aimait tellement le chocolat qu’elle rêvait depuis qu’elle avait lu le livre de visiter la chocolaterie de Willy Wonka et de boire une louche de sa cascade. Mais heureusement, la jeune Serdaigle ajouta :

« Mais ce sera toujours plus drôle de les chercher maintenant, à la place de tout ces nœuds et ces paniers. C'est d'accord je te suis. »

Melpomène lui sourit, ravie. Ils allaient pouvoir s’amuser, et se goinfrer à la barbe de leurs professeurs ! Elle se tourna vers le garçon pour connaître son avis :

« Je suis partant moi aussi! On pourrait chercher dans le parc non? Par contre, je trouverais ça dommage de partir sans laisser de trace de notre venue... Histoire qu'on se souvienne de nous! Que pensez-vous de par exemple, laisser quelques objets dans les paniers...Du genre Weasley... »

Apparemment, Melpomène avait trouvé le partenaire idéal. Son idée était aussi brillante que l’avait été celle de la fillette, et à eux deux, il était sûr qu’ils trouveraient toujours de quoi s’amuser !
Bien évidemment, les chocolats devaient déjà être dans le parc, protégés par un sortilège pour les empêcher de fondre sous la chaleur du soleil. Mais avant de quitter la Grande Salle, les trois enfants allaient couvrir leurs arrières, ce qui ne les empêchait pas de laisser leur trace, comme le disait si bien le garçon. Melpomène se releva et se dirigea vers les paniers et les rubans. Elle avait lu dans un roman sorcier un sortilège permettant de nouer rattacher entre elles des cordes, pour qu’elles n’en forment plus qu’une seule. Le sorcier de l’histoire en profitait pour faire des tours de magie aux moldus qui croyaient alors qu’il y avait un système, alors que seule la magie pouvait réussir ce genre de tours. Elle se demanda alors si cela pouvait marcher avec des rubans… Elle sortit sa baguette, la pointa sur deux rubans séparés, et dit :


« Coniungo ! »

Cela marcha à la perfection ! Les deux morceaus de rubans se recollèrent et finalement, Melpomène n’en tenait plus qu’un dans sa main ! Bon, malheureusement, il avait toujours un côté jaune et un côté violet, mais qu’importe ! Ils allaient mettre ces fichus rubans sur les paniers, puis ils les lieraient tous ensemble. Les professeurs n’y verraient tout d’abord que du feu, et ils auraient ensuite bien du mal à défaire tout cela… Cela leur apprendait à faire travailler d’innocents élèves ! Elle se tourna vers ses camarades pour leur exposer son plan :

« Laisser notre trace, oui, mais il ne faut pas que, si un professeur décidait de venir vérifier notre travail, il remarque notre désertion ! Alors je vous propose de mettre quelques rubans, puis de les lier ensemble comme je viens de le faire. Cela leur fera une jolie surprise, et nous laissera le temps de chercher notre chocolat. »

Elle montra fièrement son travail avant d’ajouter, en se tournant vers le garçon :

« D’ailleurs, je pense que si l’on ajoutait comme tu le proposait des surprises de chez Weasley, ce pourrait être encore mieux ! Mais je n’en ai pas sur moi, j’économise pour m’acheter un hibou, alors… »

Elle espérait qu’il en sortirait tout un tas de ses poches ; elle imaginait déjà la tête de Miss Grayce, lorsqu’elle plongerait sa main dans un panier plein de chocolat et qu’en dégustant la première chose venue, elle se rendrait compte qu’elle avait eu affaire à un Pousse-Rikiki…

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Mission n°7 : Les paniers de Pâques  PV 

Elena avait l'habitude de la réaction des gens : un enfant qui n'aime pas le chocolat, voilà une chose étrange! En vérité, il lui arrivait d'en manger, mais plutôt dans les pains aux chocolats ou dans les cookies. Le reste, sa sœur, ses amis et ses propres parents s'en chargeaient pour elle. La fillette eût beaucoup de mal à ne pas rire en voyant la tête que faisaient ses deux camarades. De quoi se plaignaient-ils? Ils allaient avoir plus de chocolats qu'ils ne le pensaient, enfin si le trio parvenait à mettre la main sur les œufs en question. Elie pour sa part se contenterait de la chasse, qu'elle trouvait plus intéressante.
Puis, comme elle le pensait, le garçon accepta de partir chercher les œufs.


"Je suis partant moi aussi! On pourrait chercher dans le parc non?Par contre, je trouverais ça dommage de partir sans laisser de trace de notre venue... Histoire qu'on se souvienne de nous! Que pensez-vous de par exemple, laisser quelques objets dans les paniers...Du genre Weasley... "

Un démon. Un démon avec une tête d'ange. Voilà à quoi lui faisait penser ce garçon à ce moment. Elle commençait à se demander si elle n'allait pas regretter d'avoir accepter de suivre ces deux-là. Elie entortilla une mèche de ses cheveux qui s'était échappée de l'élastique en soupirant, résignée. Elle pouvait plus reculer maintenant, puisqu'elle avait acceptée, elle ne voulait pas passer pour une lâcheuse.
Toute à ses réflexions, elle ne fit pas attention à sa camarade Serdaigle qui sortit sa baguette magique et la pointa sur des rubans qu'elle tenait. C'est seulement lorsqu'elle entendit
« Coniungo ! » qu'elle se retourna pour voir ce qu'il se passait. Les deux rubans que tenait la jeune fille se réunirent pour n'en former plus qu'un seul. Elle se tourna ensuite vers Elie et le garçon pour exposer son plan.

« Laisser notre trace, oui, mais il ne faut pas que, si un professeur décidait de venir vérifier notre travail, il remarque notre désertion ! Alors je vous propose de mettre quelques rubans, puis de les lier ensemble comme je viens de le faire. Cela leur fera une jolie surprise, et nous laissera le temps de chercher notre chocolat. » Puis, en s'adressant plus particulièrement au garçon, elle ajouta : « D’ailleurs, je pense que si l’on ajoutait comme tu le proposait des surprises de chez Weasley, ce pourrait être encore mieux ! Mais je n’en ai pas sur moi, j’économise pour m’acheter un hibou, alors… »

Elena tourna la tête dans la direction du garçon, attendant de voir ce qu'il allait faire. Elle venait de comprendre qu'elle était entourée de farceurs, à croire que c'était normal finalement d'enfreindre les règles et de rire au détriment des autres... En tout cas ces deux là s'étaient bien trouvés, pas de doute là-dessus. Mel (Elena venait de se souvenir que le prénom de la brunette commençait ainsi) n'avait pas encore de fournitures de chez Weasley, mais la petite fille aux cheveux noirs s'attendait en revanche à ce que le garçon en sorte des montagnes de ses poches ou de son sac. Ou même de nulle part (c'était un sorcier après tout, tout était possible non?). Pour sa part, elle n'avait rien de ce genre, mais elle avait déjà goutté une pastille de gerbe une fois par mégarde. Autant dire que ce n'était pas une expérience des plus plaisante.

" Très bien, alors c'est partit pour faire des nœuds alors"

Finalement, cela revenait au même, ils allaient tout de même faire deux nœuds sur des paniers avant de sortir. Bon, le résultat sera différent de ce qu'ils pensaient en entrant dans la salle, et de ce que leur avaient dit les (ou le?) professeurs, et cette fois ils étaient motivés pour le faire, puisque après ils pourraient sortir chercher les œufs en chocolat. Si Elena n'était pas pour pousser la blague jusqu'à mettre des choses dans les paniers, elle aimait beaucoup le sort que Mel venait de lui apprendre.
La fillette se rassit sur le banc et recommença à faire des nœuds sans attendre les deux autres. Plus vite ils auraient noués les ruban, plus vite ils lanceraient le sortilège donner par sa camarade, et plus vite ils s'éclipseraient dehors.


RPG fermé car n'ayant pas reçu de réponses depuis plus de six mois, pour demander sa réouverture s'adresser aux préfets

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller