Grande salle

Inscription
Connexion

Une bien triste nouvelle  Libre 

C’était un matin de septembre. Bulle Stevens déjeunait, comme à son habitude, à la table des Pousouffles. Ses camarades, comme toujours, rigolaient de bon coeur et la jeune fille adorait prendre part aux discussions plus ou moins animées.
Elle trempa une tartine de confiture dans son jus de citrouille avant d’entamer son premier bonbon du matin.

Bien que l’ambiance fut plutôt matinale, il y avait beaucoup de bruit et Bulle pesta silencieusement contre les quelques Gryffondors qui hurlaient à l’autre bout de la salle. La jeune fille sortit un livre et se prépara à entamer un nouveau chapitre lorsqu’une centaine d’oiseaux firent irruption dans la grande salle.

Bulle regarda cette scène avec émerveillement, tout comme les 1ère année, peu d’entre eux s’étant habitués à ce genre de spectacle. Les élèves plus âgés regardaient avec amusement leurs camarades tout excités par cette scène.

Bulle se prépara à replonger dans sa lecture quand un immense oiseau vint se poser près d’elle. La jeune fille reconnut immédiatement ce volatile : C’était le hibou Petit Duc de son père, un imposant animal répondant au doux nom de Rodulphus. Intriguée, Bulle s’empara de la lettre que lui tendit l’oiseau et commença sa lecture.


" Ma bien chère fille,
J’espère que tu vas bien. J’ai bien reçu le courrier que tu m’as envoyé, et je suis très fier d’apprendre que tu as été réparti à Poufsouffle.
J’espère que tes cours se passent bien et que tu te fais des amis.
Mes années à Poudlard font partis des plus belles de ma vie et j’espère que tu passeras autant de bons moments que moi là bas.
Néanmoins, ce n’est pas pour cela que je t’écris. J’ai une bien triste nouvelle à t’annoncer. Comme tu le sais, ta mère a passé des examens médicaux quelques mois avant ton entrée à Poudlard. Il y a quelques jours, nous avons eu les résultats. Ta mère est atteinte d’un cancer du foie. Mais ne t’inquiète pas, en général les gens guérissent des cancers, et même si le cancer de ta mère a été détecté un an après seulement, les médecins affirment qu’elle va s’en sortir.
Je vais bien entendu faire tout mon possible pour qu’elle guérisse. J’ai un ami Medicommage qui pourra peut-être m’aider, car les techniques mises en place par les moldus pour soigner les cancers sont moins efficaces que les nôtres.
Ma chérie, je suis vraiment désolée de t’informer de ça par lettre, mais ta mère a insisté pour que je t’en parle. Si tu éprouves une quelconque envie de me parler, envoie moi un hibou. Je te répondrais le plus vite possible.
Il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Ta mère est soignée par des médecins compétants dans une clinique spécialisée.
Nous avons hâte de te revoir, Charlotte et moi, et ta mère j’en suis sûre, aux prochaines vacances. Écris nous en attendant.
Je t’embrasse,
Ton père. "

Bulle sentit beaucoup de sentiments l’envahir. De la peur, de la détresse, du soulagement aussi, (on connaissait enfin la cause de la maladie de sa mère ), de la tristesse, de la colère et de l’angoisse.
Ce fut finalement la tristesse qui l’emporta. La jeune fille s’écroula en larmes sur la table. Elle savait ce qu’étaient les cancers. 200000 personnes en mouraient chaque jour et ce n’était pas un hasard.

Or, elle ne voulait pas que sa mère meurt. On l’avait déjà privé de sa mère durant un an. Elle ne supporterait pas sa mort. Elle essaya de se raisonner, en vain.
Elle visualisa plusieurs plans. Se jeter du haut de la tour d’astronomie, ne pas assisté aux cours de la journée, quittait Poudlard pour rejoindre sa mère ou rester là jusqu’à la sonnerie.
Elle élimina la première hypothèse, rejeta la 2 ème et la 3 ème ( elle ne voulait pas quitter Poudlard !)et se résolut à adopter la 4 ème . Finalement, elle resta là, à la table des Poufsouffle, pleurant à chaud de larmes.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned s'avançait d'un pas fatigué vers la grande salle, tout échevelé, son sac sur le dos. Le réveil avait été difficile, le jeune Poufsouffle avait passé sa soirée et une partie de sa nuit à finir de rédiger un devoir de potions dans la salle commune. Foutue matière, décidément elle ne lui plaisait vraiment pas. Enfin, il était tout de même content de pouvoir se consoler de cette nuit gâchée en dégustant un savoureux petit déjeuner. Sur le chemin, il croisa quelques Serpentards à la mine renfrognée et au regard hautain le dévisager. Pas étonnant, leur salle commune est située non loin de celle des Poufsouffles. Mais il pensait qu'il valait mieux se méfier d'eux, bon nombre de Serpentards avaient mal tourné selon ce qu'on lui avait dit.

Mais l'heure n'était pas à la diplomatie mais à la dégustation ! Le petit Ned passa les portes de la grande salle et s'arrêta un moment sur le seuil pour observer les élèves présents au milieu du brouhaha général et regarder le plafond qui était ce matin triste et nuageux. Ned n'était à Poudlard que depuis quelques jours, et la magie du lieu si belle et si mystérieuse le fascinait tant...
La table des Poufsouffles était à demie remplie, tout les élèves ne s'étaient pas encore levés semblait-il. Le regard du jeune garçon se posa alors sur une petite crinière rousse enveloppée dans une paire de bras tremblotants, posés sur la table. Une jeune fille qui ne continuait pas sa nuit, mais qui pleurait à en juger les petits soupirs de chagrin qui provenait d'elle et que Ned discernait à mesure qu'il se rapprochait de la Poufsouffle.

La jeune fille devait être en première année, ou pas loin, mais Ned ne pouvait pas en être sûr car son visage était caché. Il était à présent debout derrière elle, quand son regard se posa sur une lettre posée à coté de la rouquine. Peut être était - ce la raison de son chagrin ? Le Poufsouffle hésita un instant à lui parler, n'osant trop pas la déranger, mais il se ravisa. Lui même aimait que l'on lui remonte le moral quand ça n'allait pas.
S'asseyant à côté d'elle, il prit une assiette de haricots rouges et, tout en avalant quelques bouchées dit à l'attention de sa camarade sanglotante:

"La nourriture n'est pourtant pas si mauvaise à Poudlard, si ?"

En général, l'humour est un bon médicaments contre les chagrins pensait t'il. Il espérait juste que la jeune fille ne trouve pas sa réflexion trop décalée, Ned n'avait aucune idée de la gravité de la situation.

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Bulle pleurait encore, malgré les élèves arrivant de plus en plus nombreux dans la Grande Salle. Fatiguée, elle se demanda ce qu’elle allait faire quand elle entendit une voie.
" La nourriture n’est pas si mauvaise que ça à Poudlard, si? "

La jeune fille leva les yeux vers le propriétaire de la voie. C’était un petit garçon à l’allure fatigué et portant l’uniforme des Poufsouffle. Il était jeune, certainement en première année, et s’était assis à côté d’elle.
Là encore, Bulle vit une multitude d’options s’offrir à elle. De Un, elle répondait gentiment à son sourire et lui expliquer la situation. De 2, elle partait en courant. De 3, elle ne répondait pas. De 4, elle le giflait. Ce fut la 4 ème option qui trouva grâce à ses yeux. La jeune fille avait besoin d’expulser sa colère et sa tristesse, et elle n’avait pas aimé le ton moqueur du jeune Poufsouffle. Elle se tourna donc vers lui et le gifla si fort que l’assiette d’haricots rouges que tenait le jeune homme voltigea dans les airs et s’écrasa sur le sol. La jeune fille regarda autour d’elle. Malgré le nombre de personnes réunis dans la Grande Salle, personne ne semblait avoir remarqué ce qu’il venait de se passer.
Bulle observa le garçon. Il semblait avoir très mal à la joue et cherchait son assiette du regard. Paniquée, la jeune fille ramassa l’assiette qui gisait à ses pieds et entreprit de s’excuser.


- Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas te gifler, je ne suis pas comme ça, d’habitude. C’est juste que ...
Elle s’arrêta. Elle ne voulait pas lui révéler ce qui l’avait mis dans un tel état, elle passerait pour une pleurnicharde, et elle ne voulait surtout pas ça. D’un autre côté, si elle ne lui disait rien, elle passerait pour une hystérique. Bulle reregarda le garçon. Il avait l’air plutôt sympathique, et pas vraiment méchant. Il avait certainement voulu d’etendre l’atmosphère en faisant une petite blague. " Génial, décidément tu as un don pour te faire des amis! Ce garçon vient te voir parce que tu as l’air mal et tout ce que tu trouves à faire, c’est de le gifler! "

-C’est juste que je viens d’apprendre qu’un membre de ma famille a des problème de santé, conclut Bulle en rangeant la lettre dans sa poche. Désolé d’avoir mal réagi.

La jeune fille espéra en son fort intérieur que le garçon ne réagirait pas trop mal. Elle s’en voulait énormément et ne souhaitait pas se faire des ennemis à peine arrivée à Poudlard.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Le sourire bête de Ned s'effaça aussitôt qu'il croisa le regard noir de la jeune Poufsouffle, qui venait juste de se redresser. Avait-il été trop direct, trop intrusif ? Certainement, à en juger la jolie gifle qu'il reçu, presque instantanément en guise de réponse de la part de la jeune fille, faisant par la même occasion voltiger son assiette de haricots à ses pieds. A ce moment là, Ned voulu se lever rapidement, récupérer son assiette et aller rejoindre les autres Poufsouffles plus âgés qui étaient en train de rire à l'autre bout de la table en se donnant de grandes tapes sur les épaules. Tout en frottant sa joue rougie par la main de sa camarade hystérique, il cherchait du regard son assiette dans l'espoir de sauver ce qu'il en restait, et ainsi partir le plus vite possible de ce lieu ou le malaise régnait. Cependant, la jeune fille qui avait les yeux rougit par les larmes semblait elle aussi tout aussi gênée que Ned de l'avoir accueilli à coup de baffes. Elle articula rapidement, tout en se penchant pour ramasser l'assiette qui gisait entre leurs pieds :

- Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas te gifler, je ne suis pas comme ça, d’habitude. C’est juste que ...

Le jeune garçon grogna légèrement tout en esquissant un petit sourire. Bon, la jeune Poufsouffle avait juste été un peu impulsive, sans doute à cause de la surprise qu'avait causé l'arrivée de Ned et de sa réplique un poil décalée par rapport à la situation.
-C’est juste que je viens d’apprendre qu’un membre de ma famille a des problème de santé, conclut Bulle en rangeant la lettre dans sa poche. Désolé d’avoir mal réagi.

La jeune fille avait vraiment l'air désolée de son geste, à quoi bon lui en vouloir, d'autant plus qu'elle venait d'apprendre une mauvaise nouvelle ? Le jaune et noir décida donc que la Poufsouffle pouvait garder son attention. Heureusement, Ned n'était pas rancunier. Il avala quelques bouchée de ce qu'il restait de son assiette de haricots alors que la jeune fille lui expliquait ce qui l'avait mise dans ce état. Ned avait été son défouloir, ce n'était pas vraiment contre lui pensa t'il. Il s'empressa de lui répondre, la bouche à moitié pleine:

"Ah, désolé d'avoir été aussi direct..."

A vrai dire, le jeune garçon ne savait pas trop quoi dire face à ça. Il ne savait pas non plus comment réagir pour réconforter quelqu'un qui venait d'apprendre une si triste nouvelle, un grand silence très pesant s'en suivit...

"Du coup, la nourriture est nettement moins bonne maintenant..."

Mais quel imbécile pensa t'il ! Pourquoi son estomac devait t'il lui dicter sans cesse ses paroles ? Il n'avait rien trouvé de mieux que ça, une pitoyable réplique qui n'avait pas grand chose à voir avec la situation. Il essaya de se rattraper comme il pu:

"Enfin, je suis désolé de te parler de bouffe alors que tu viens d'apprendre ça, c'est vraiment triste. A ta place j'essaierais d'oublier même si c'est dur, ce qui est arrivé à ton proche est arrivé, on ne peut rien y faire. La vie continue !"

Ned se gratta la nuque en regardant sa jeune camarade. Elle avait vraiment l'air dévasté, et une blague supplémentaire à ce moment-là serait mal venu pensa t'il. Il enchaîna:

"Comment tu t'appelles ? Moi c'est Ned."

Il espérait mettre en confiance la jeune Poufsouffle, même si leur rencontre n'avait pas bien démarrée, de plus sur un triste événement, il voulait néanmoins essayer de s'en faire une amie, du moins une bonne connaissance.

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Bulle regardait ses genoux, honteuse. Non, mais qu'est-ce qui lui était passé par la tête à ce moment-là ? Elle avait beau essayer de se dire qu'elle avait réagi sur le coup de la colère, elle était très gênée face à son camarade. Celui-ci ne semblait cependant pas trop lui en vouloir, car il se pressa de finir son assiette avant de répondre, la bouche pleine :

"Ah, désolé d'avoir été aussi direct..."

La jeune fille sourit. Son camarade ressemblait à un petit garçon qui se faisait gronder par sa maman. Amusée par cette pensée, elle ne remarqua même pas le silence qui s'était installé. Silence qui semblait gêné le jeune garçon.

"Du coup, la nourriture est nettement moins bonne maintenant..."

Bulle sortit d'un coup de ses pensées et le regarda, interloqué. De toute évidence, il ne savait pas comment réagir et essayait tant bien que mal de détendre l'ambiance. Néanmoins, il devait s'être rendu compte de sa boulette car il enchaîna :

"Enfin, je suis désolé de te parler de bouffe alors que tu viens d'apprendre ça, c'est vraiment triste. A ta place j'essaierais d'oublier même si c'est dur, ce qui est arrivé à ton proche est arrivé, on ne peut rien y faire. La vie continue !"

La jeune fille réfléchit. D'un côté, le jeune garçon avait raison. De toute évidence, on ne pouvait rien faire, sauf soutenir la personne. Et en même temps, elle savait qu'il serait très difficile d’oublier.
Ces paroles calmèrent un peu Bulle. De toute évidence, elle devait absolument être là pour sa mère. Elle se souvint des dernières phrases de son père dans la lettre. "Il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Ta mère est soignée par des médecins compétents dans une clinique spécialisée. "Elle avait juste mal réagi sur le coup, en apprenant la nouvelle.
La Poufsouffle se sentit un petit peu mieux. Son camarade avait raison, cela ne servait à rien de s'énerver, il valait mieux prendre la situation avec calme.


"Comment tu t'appelles ? Moi c'est Ned."

Bulle regarda son camarade avec un sourire.

" Enchanté. Je m'appelle Bulle Stevens. Désolé d'avoir mal réagi."

Devant le regard interloqué de Ned, Bulle s'empressa d'ajouter :

"Oui, je sais, Bulle c'est pas très courant comme nom, dit-elle avec un sourire forcé. Mes parents ont voulus faire dans l'original !"

Elle s’arrêta. Elle voulait à tout prix remercier le jeune garçon.

" Au fait, c'est vrai, tu as raison. On ne peut rien y faire."

Elle sortit un paquet de bonbons de sa poche et le lui tendit.

"Tiens, pour me faire pardonner. T'as raison, la vie continue !" conclut la jeune fille en tachant de sourire.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned hocha la tête lorsque la jeune fille se présenta à son tour à lui, tout en essayant de cacher la surprise qui fit hausser ses sourcils sans son accord. Bulle ? Comme le savon ? C'est particulier pensa t'il. Le regard interloqué de Ned du se remarquer car la jeune Poufsouffle s'empressa aussitôt de justifier le choix de ses parents, qui d'après le garçon, avaient un bon sens de l'humour. Sans doute des gens biens songea t'il, qui voulaient faire parler leur originalité au détriment de leur fille. Sûrement qu'ils devaient avoir une autre façon de voir les choses, une certaine vision plus ou moins poétique de la vie. Bulle était sans aucun doute le fruit de cette poésie. En tout cas c'est ce que se disait Ned en regardant le visage désormais nettement moins triste de sa camarade qu'il y avait quelques instants. Le jeune garçon acquiesça en hochant la tête.

" Au fait, c'est vrai, tu as raison. On ne peut rien y faire."

Il rendit son sourire à Bulle, ne trouvant rien de mieux à faire. Il regarda rapidement par dessus son épaule, la salle était à présent pleine. A leur table seules quelques rares places étaient inoccupées, et l'ambiance sonore était amplifié par quelques Gryffondors qui hurlaient depuis leur table, à l'autre bout de la salle. Un climat de bonne humeur générale régnait dans la Grande Salle, Ned avait chaud au coeur à l'idée d'avoir réussi à amener Bulle dans cette ambiance plus conviviale. En reportant son attention sur la jeune fille, il vu que cette dernière lui tendait un paquet de bonbons, tout en prononçant cette phrase:

"Tiens, pour me faire pardonner. T'as raison, la vie continue !"

Visiblement, Bulle s'en voulait encore beaucoup. Ned ne pouvait pas refuser un paquet de bonbons, qui de plus lui était offert par une de ses camarades soucieuse de se faire pardonner. Mais au fond, Ned l'avait déjà pardonnée depuis longtemps. Il ne sentait presque plus la marque cuisante de la main de Bulle d'ailleurs. En prenant le paquet, il l'examina rapidement lorsque son regard s'illumina.

"Des dragées surprises de Bertie Crochue !"
Ned n'en avait jamais mangé, mais il en avait entendu parler. Ces sucreries attiraient tant son attention !

"Merci, tu es toute pardonnée ! Depuis le temps que j'en voulais.. Il en existe vraiment à tout les goûts ?"

Sans plus attendre la réponse de sa camarade, il ouvrit rapidement le paquet et en avala une, la première qu'il attrapa. Aussitôt, son visage se décomposa en un horrible rictus. Il se tourna lentement face à Bulle, le visage tout crispé, la politesse le faisant hésiter à recracher dans son assiette.

"... Tu me chiffle pas si che te dis que chaime pas trop ?"


Aussitôt, Ned avala le goût de vomi avant de se servir un grand verre de jus de citrouille et de le vider d'une traite. Ensuite, il posa le paquet de dragées surprises entre lui et Bulle, avant de dire:
"Tu peux en prendre tant que tu veux, je garderai quand même le paquet car c'est un cadeau. Mais je préfère les chocogrenouilles."
Il esquissa un léger sourire en se remémorant la fois ou il en avait mangé une dans le train en arrivant. Jolies cartes d'ailleurs.

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Le regard de Ned s'illumina dès lors qu'il vit les bonbon que lui tendait Bulle.
"Des dragées surprises de Bertie Crochue !"

La jeune fille sourit. Le garçon ressemblait à un gamin à Noël, tout excité et impatient de découvrir ces jouets. Il semblait tout content, et très intéressé par le cadeau de Bulle.

"Merci, tu es toute pardonnée ! Depuis le temps que j'en voulais.. Il en existe vraiment à tout les goûts ?"
* Oui, hélas,* songea Bulle. Depuis qu'elle avait mangé dans le train un bonbon goût " Ver de terre", elle n'avait pas hâte de recommencer. Dans un premier temps, elle avait cru à un gout Piment ou Cerise, mais apparemment c'était une nouveauté.
Ned, quand à lui, n'avait pas attendu une seule seconde et avait déjà choisi son premier bonbon. Rien qu'au premier coup d'oeil, Bulle le reconnut tout de suite. Elle même en avait mangé un lorsqu'elle avait 5 ans et s'en souvenait parfaitement. Bien que le goût était infâme, elle s'était forcé à le finir, afin de tenir tête à ses parents, qui riaient aux éclats. Elle voulut avertir son camarade, mais trop tard, celui-ci l'avait déjà avaler.
La jeune fille manqua d'exploser de rire quand elle vit le visage de Ned. Il avait l'air d'avoir envie de tout recracher, mais une certaine fierté semblait l'en empêcher. * La fierté masculine*, pensa Bulle avec un sourire.

"... Tu me chiffle pas si che te dis que chaime pas trop ?" demanda son camarade.
Et aussitôt, il avala le goût vomi et se servit à boire. Bulle n'en pouvait plus, elle était explosée de rire devant la tête de Ned. C'était si drôle !

Quand Bulle se fut calmée et Ned remit de ses émotions, il posa le paquet entre Bulle et lui, et dit :


"Tu peux en prendre tant que tu veux, je garderai quand même le paquet car c'est un cadeau. Mais je préfère les chocogrenouilles."

* Les chocogrenouilles. J'enregistre. Je dois en avoir combien dans ma valise ? 4 paquets ?*

Bulle sourit à son camarade.
"Ok, je te propose un jeu. On en prend un chacun notre tour. Si on arrive pas à l'avaler, on a un gage".

Et sans attendre la réponse de son camarade, elle plongea la main dans le sachet de bonbons, en saisi un de couleur blanche et l'avala tout rond. Aussitôt, elle grimaça. Elle détestait par dessus tout le bonbon goût Cire d'oreilles. Néanmoins, elle se força à le finir.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Bulle, qui riait aux éclats proposa alors un petit jeu qui, Ned s'en doutait, leur assurerai un mal de ventre pour le reste de la journée. Mais il s'en fichait, il voulait absolument voir de quoi Bulle était capable, et c'était un bon moyen pour les deux jeunes Poufsouffles de rire un bon coup avant le début des cours. Ils avaient encore pas mal de temps ! De plus ce n'était pas un paquet de bonbons qui allait décourager Ned, loin de là. Il lança un regard malicieux à Bulle, approcha sa main du haut du paquet, et piocha au bout de quelques secondes une dragée couleur jaune, aux couleurs de Poufsouffle pensa t'il en espérant que ça lui porterait chance. Aussitôt il le mit dans sa bouche et aussitôt, il le recracha dans son assiette en criant de dégout :

"Crotte de nez !"

Les élèves assis autour d'eux cessèrent aussitôt de parler, et Ned regarda Bulle, tout gêné. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes qui parurent être à Ned une éternité que les discutions reprirent d'emblée. Le jeune garçon ricana en se resservant à boire,ce n'était que le début du paquet pensait t'il. Dans quel état sera son estomac une fois le paquet terminé ? En réalité, ce serait sous estimer un Poufsouffle de penser qu'il ne puisse pas arriver à finir un paquet de simples bonbons, même aussi originaux et imprévisibles que les dragées surprises.

"Les moins bonnes doivent être en haut du paquet.. Comme promis je te dois un gage maintenant."

Bulle allait devoir faire preuve d'imagination, à vue d'oeil, Ned avait remarqué un certain nombre de moyens utilisables dans la Grande salle pour plaisanter un bon coup. Le jeune garçon n'était pas du genre à avoir peur de faire le clown ou bien de se donner en spectacle quand il s'agissait de faire rire le monde. Et qui n'aimait pas commencer la journée avec une bonne occasion de rire pour accompagner son petit déjeuner ? De plus c'était sans doute une occasion de se montrer sympathique, enfin même si tout dépendait de la nature du défit qu'allait devoir accomplir le petit Poufsouffle. D'un autre côté, la Grande salle était très bruyante et le gage qu'allait devoir accomplir Ned passerait peut être inaperçu.

"Je suis à tes ordres Bulle, fais nous rire !"

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned lança un regard malicieux à Bulle. Il n'avait pas l'air découragé, bien au contraire. Il piocha un bonbon du paquet et le regarda attentivement. Il était jaune. * Gout Banane*, pensa aussitôt Bulle. * Il va s'en sortir*.
Elle même avait peur de ne pas réussir à en avaler un. Elle ne voulait pas paraître ridicule aux yeux de ses camarades, ni aux yeux de Ned. De plus, elle connaissait très bien la nature de ces bonbons. Tout aussi imprévisibles, certains n'en restaient pas tout au moins dégoûtant.

Ned avala le bonbon. Aussitôt, il le recracha, et lança :
"Crotte de nez !"
* Berk, pensa la jeune fille. Ca existe vraiment, comme goût ? J'espère que je ne vais pas tomber là dessus ! * Les élèves autours d'eux arrêtèrent de discuter et regardèrent étrangement le jeune garçon, qui pendant ce temps, se servait à boire en grimaçant.
Bulle, quant à elle, se retint d'effectuer une danse de la joie. Il avait perdu, il allait effectuer un gage !


"Les moins bonnes doivent être en haut du paquet.. Comme promis je te dois un gage maintenant." , se justifia Ned avec une grimace.

La jeune fille réfléchit. Ned avait l'air très motivé et impatient de recevoir son gage. Elle avait très envie de lui faire faire un tas de choses, mais elle ne voulait pas trop corsée l'affaire, surtout au début. Elle hésitait tout de même. Entre allait proposer un bonbon goût vomi à la directrice et marcher en faisant le poirier sur toute la longueur de la salle ...

"Je suis à tes ordres Bulle, fais nous rire !"

La Poufsouffle lança un regard malicieux à son camarade. Vu l'ambiance dissipée qui régnait dans la salle, Bulle aurait pu accrocher Ned au plafond que personne n'aurait rien remarquer.

" Tu vas faire le poirier sur toute la longueur de la salle, annonça Bulle. Tu as interdiction de tomber par terre !"
Le jeune Poufsouffle la regarda avec un air de défi. Avait-il déjà fait de la gymnastique ? Finalement, il se résigna à se lever.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned attendait patiemment le défit qu'allait lui donner Bulle, avec tout de même une pointe d'impatience. Il n'avait jamais eu peur de se tourner en ridicule si c'était dans le but de faire rire les autres. Après tout, il avait toujours pensé que savoir faire preuve d'humour était un signe de sagesse, d'intelligence et de bonne santé. Le gage de Bulle ne tarda pas à sortir de sa bouche:

" Tu vas faire le poirier sur toute la longueur de la salle. Tu as interdiction de tomber par terre !"

Ned sourit. Par chance, le jeune garçon avait déjà fait le poirier quand il était encore chez ses parents en Irlande, il espérait seulement qu'il n'avait pas perdu l'habitude, aurisque de décevoir Bulle. De plus, les deux gamins étaient assis dos à la table des Serdaigles, et non à celle des Serpentards. La plupart de ces derniers n'auraient sûrement pas hésités à le railler ou pire, gâcher leur nourriture en lui en lançant dessus pour le faire tomber. Aussitôt, le jeune Poufsouffle se leva en prenant une grande inspiration. Il regarda l'allée déserte en face de lui, posa son regard sur ses mains et sur ses pieds, et se lança en avant.
Une fois la tête à la place des pieds, Ned poussa un grand soupire de soulagement en voyant qu'il n'avait pas l'air d'avoir perdu le coup de main. Dans son dos, il cru entendre Bulle ricaner ce qui l'encouragea à avancer d'entrain.

"Allez... Une, deux, trois, quatre,..."

Ned avait déjà parcouru un certain nombre de mètres qu'il commença à entendre des chuchotements d'incompréhension venant de sa gauche à la table des Serdaigles et à sa droite, quelques encouragements plus ou moins enthousiastes venants de sa propre maison qui s'intensifiaient à mesure que Ned avançait sur ses mains.

" Vas - y ! Tu peux y arriver !" Lancèrent certains. "Une Chocogrenouille qu'il arrive jusqu'aux portes !" Cria un troisième année.
Ned avait pour ce moment réussi à concentrer l'attention de ses camarades de Poufsouffle sur lui, et il en était fier. Cette idée le poussa à avancer plus vite, de manière plus agile. Il estimait qu'au bout de quelques instants, il ne lui restait plus qu'un dernier quart de la longueur de la salle à traverser... Il commençait à sentir un courant d'air qui lui annonçait que son périple était bientôt achevé, mais il sentait aussi que ses bras commençaient à trembler sous son poid.

Des gouttes de sueur liées aussi bien à la pression du poid de son corp sur ses épaules qu'à celle de ses camarades qui comptaient sur lui pour qu'il aille jusqu'au bout de sa marche farfelue coulaient sur son front... Ça y est, il y était. Ned pouvait enfin s'écrouler par terre, ce qu'il fit majestueusement bien. En se relevant pour aller rejoindre sa place à côté de Bulle, le jeune garçon se faisait applaudir aussi bien par les Poufsouffles que par les Serdaigles, qui avaient abandonnés leurs livres de cours le temps de regarder Ned. Les autres maisons avaient elles aussi arrêté leurs activités pour essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer. Ned, tout joyeux et essoufflé venait de se rasseoir aux côtés de Bulle.


"J'espère que ça t'as plu... A toi maintenant !"
Lui lança t'il dans un large sourire tout en lui tendant le paquet de Dragées Surprises.

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned semblait déterminer à y arriver. Il mit ses mains à terre, sous les regards étonnés de certains Poufsouffle, et poussa sur ses jambes. Il se retrouva alors sur ses deux mains.
* Wahou, se dit Bulle, il a l'air d'avoir un bon équilibre !*
Autours d'elle, elle entendit quelques ricanements de certains premières années. Au fur et à mesure que le garçon avançait, de plus en plus de monde se tournait vers lui. De nombreux chochotements se firent, et même les élèves les plus studieux de Serdaigle avaient délaissés leur livre pour observer le spectacle.

" Vas - y ! Tu peux y arriver !" lança un élève de Poufsouffle, que Bulle identifia comme élève de 5ème année.
"Une Chocogrenouille qu'il arrive jusqu'aux portes !" lança un autre élève, de Serdaigle cette fois.

Bulle, elle, se mit à encourager son camarade. Malgré la volonté que mettait Ned à traversait la salle, il semblait peiner de plus en plus à la tâche. *Allez, vas-y !*
Finalement, Ned arriva tant bien que mal près des portes, et s'écroula près des portes. Ce fut un tonnerre d'applaudissements qui récompensa le jeune Poufsouffle. Essoufflé, rouge de sueur, Ned revint s’asseoir à côté de Bulle. La jeune fille l'accueillit avec un grand sourire.

"J'espère que ça t'as plu... A toi maintenant !"

" C'était très bien, répondit sa camarade. Tu as un sacré équilibre !"
Le garçon rougit. Pendant ce temps, la Poufsouffle piocha dans le paquet et sortit un bonbon blanc. Sans préavis, elle l'avala. Elle ne savait absolument pas quel goût cela pouvait bien être. Tout de suite, un goût de pourriture et de plastique se fit sentir. Elle voulut l'avaler, mais elle ne pouvait pas. Elle le recracha, avec une forte envie de vomir. Au final, elle préférait se taper la honte de sa vie plutôt que de manger un truc aussi infâme.

" C'est couche de bébé !" dit-elle à Ned.

Aussitôt, le jeune garçon explosa de rire. Pendant ce temps, Bulle s'empressa de vider le pichet de jus de citrouille. Quand elle fut remise de ses émotions, elle se tourna vers Ned.

" A toi de me trouver un gage !", lança la jeune fille.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

" C'était très bien. Tu as un sacré équilibre !"
Aussitôt qu'il reçu ce compliment, Ned se gratta la nuque et afficha un sourire bête comme tout, pendant que ses joues prirent la couleur des cheveux de Bulle. Que lui arrivait t'il ? Jamais il n'avait auparavant éprouvé ce sentiment de gêne, encore moins devant une fille, même aussi jolie que Bulle. Ned regardait dans le vide, comme si son cerveau s'était complètement arrêté, alors que le coin de ses lèvres restaient figés vers le haut. Pendant ce temps, la petite Poufsouffle se servit une Dragée Surprise dans le paquet pour la mettre dans sa bouche avant de la recracher très rapidement. Ned lui, il était toujours perdu.

" C'est couche de bébé !"

Ned atterri d'un coup sur Terre. Quoi, un bébé ? Pensa t'il avant de poser son regard sur Bulle et de constater qu'elle avait malencontreusement avalé un mauvais bonbon. Aussitôt Ned éclata de rire. Ils seraient enfin quittes ! Le jeune garçon était tout content, il allait pouvoir faire faire tout ce qu'il voulait à Bulle. Toutefois il fallait veiller à ne pas l'humilier, elle lui en voudrait. Et Ned n'avait pas envie que Bulle lui en veuille. Le jeune garçon regarda la salle:

"Il y a pleins de trucs marrants à faire ici. J'hésite, on pourrait continuer de faire passer les Poufsouffles pour des fous, ce qui serait justifiable et tu pourrais avoir ton moment de gloire toi aussi..."

Il parlait le temps que son cerveau trouve une idée à la hauteur du premier défit que Bulle lui avait donné. Peut être pas quelque chose d'aussi sportif, mais quelque chose de plus fin. Ned s'était arrêté de parler et reprit presque aussi rapidement:

"Je sais ! Tu vas aller récupérer au moins une sucrerie sur la table de chaque maison, et tu les ramènera ici. Si t'as un problème avec quelqu'un t'auras juste à dire que c'est un défit, où que t'es en manque de ta dose de bonbons !"

Ned ne savait pas s'il en avait pas trop demandé à Bulle. Il verrai bien, et puis de toute façon, qui s'interposerai à une jolie petite Poufsouffle de 1ere année en quête de bonbons ?

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned regarda la salle, l'air songeur. Bulle se demanda avec inquiétude ce que pourrait bien lui faire faire le jeune garçon. Elle n'avait pas peur de réaliser un défi sportif : La jeune fille avait fait de la danse classique pendant 5 ans et était très souple. Ce qu'elle redoutait, c'était des défis où elle pourrait se rendre ridicule, ou s'attirer des ennuies...

"Il y a pleins de trucs marrants à faire ici. J'hésite, on pourrait continuer de faire passer les Poufsouffles pour des fous, ce qui serait justifiable et tu pourrais avoir ton moment de gloire toi aussi..."

* Pitié, je ne veux PAS passer pour une folle !* songea Bulle, de plus en plus inquiète.
Le jeune Poufsouffle, quand à lui, s'était arrêté de parler et affichait un grand sourire. La jeune fille voulut se ratatiner par terre. Non, mais qu'est ce qui lui avait pris de lancer ce jeu ?


"Je sais ! Tu vas aller récupérer au moins une sucrerie sur la table de chaque maison, et tu les ramènera ici. Si t'as un problème avec quelqu'un t'auras juste à dire que c'est un défit, où que t'es en manque de ta dose de bonbons !"

Bulle souffla, soulagée. Le défi, bien que complexe, n'était pas aussi affreux que ceux qu'elle s'était imaginée. Elle lança à Ned un regard reconnaissant, et se leva. Tout ce qu'elle avait à faire, c'était de se montrer culottée.

Elle s'avança donc vers la table des Gryffondors. Elle chercha des yeux une friandise quelconque. Bulle finit par entrevoir un paquet de Chocogrenouilles près d'une élève de 2ème année.

* Allez. Tu y vas au culot.*

- Bonjour ! lança-t-elle à la Gryffondor.

Celle-ci la regarda avec un regard soupçonneux. * Ca commence bien*
- Je m'appelle Bulle. Je suis à Poufsouffle, et je me demandais si tu étais en manque de bonbons ... Car j'en possède énormément ! Fizwizbiz, Dragées Surprises, Plumes en Sucre ...

La Gryffondor la regarda avec un regard intéressé.

- En fait, il me faudrait ton paquet de Chocogrenouilles en échange de ce que tu veux ...

Elle repartit quelques minutes après. La Gryffondor avait accepté de lui échanger son paquet de Chocogrenouilles contre une boîte de Fizwizbiz.

Ce fut sans hésitation qu'elle aborda une élève de 1ère année de Serdaigle. La jeune fille regarda avec dégoût un paquet de Souris glacées.

- Tu n'en veux pas ? Je peux le prendre si tu veux.
s'enquit Bulle

- Oui, répondit la jeune élève en lui tendant le paquet. Je déteste les souris.

La jeune fille compta le nombre de friandises qu'elle avait. Cela faisait 2 tables sur 3. Et la dernière n'était pas des moindres, puisqu'il s'agissait de la table des Serpentards.
La jeune fille s'approcha prudemment. Elle détailla la table avec attention, et se rendit compte qu'un élève avait fait tomber un paquet crapauds à la menthe. Les crapauds en question sautaient un peu partout, ce qui avait le don d'agacer tous les Verts et Argents. Ravie, Bulle attrapa, non sans mal, un crapaud qui passait par là, et qui ne cessait de bondir toutes les 6 secondes dans sa main.


" Hé, lança une voix derrière l'épaule de Bulle. C'est mon crapaud !"

La jeune fille se retourna, surprise. Un élève de 3 ème année lui faisait face, l'air mécontent.

" Désolé. Je suis en manque de bonbons en ce moment. Et ce serait bête de faire une crise d’hypoglycémie."

Et sans attendre la réponse du garçon, elle se dirigea, triomphante, vers la table des Poufsouffles, où l'attendait Ned.
La jeune Poufsouffle lui lança un grand sourire. Elle avait réussi son défi !

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Une bien triste nouvelle  Libre 

Ned regardait Bulle faire la tournée des tables sans trop de difficultés. Après tout, quand il s'agissait de sucreries, rien ne pouvait arrêter un Poufsouffle. D'autant plus que Bulle semblait en avoir constamment sur elle. La jeune fille avait commencé par la table la plus simple: celle des Gryffondors. Les deux maisons s'entendaient plutôt bien et Bulle n'eu aucun mal à échanger une de ses boites de bonbons contre des chocogrenouilles à une petite Gryffondor. La table des Serdaigles présentait encore moins de difficultés pour Bulle, qui réussit à s'emparer d'une boite de souries glacée à une de leur camarade à l'air perdue. Vint ensuite la table des Serpentards ou Bulle ramassa par terre un crapaud à la mente. Cependant un Serpentard de troisième année l'avait remarquée, mais Bulle, plus petite et plus agile que ce dernier n'eu pas trop de mal à le semer en revenant à la table des Poufsouffles, les bras chargés de friandises. La jeune fille était toute souriante, et Ned la félicita:

"Bravo, on a de quoi manger pour la journée maintenant ! Tu t'es bien débrouillée."

Ned regardait le paquet de Dragées Surprises sur la table, il ne lui faisait plus trop envie. A vrai dire, ça écœurait vite ces choses-là. Néanmoins, il en prit une quand même, une bleue, puis regarda l'heure à sa montre.

"Ce sera ma dernière je pense. Le cours va pas tarder à commencer et je veux pas être encore en retard.

Enfin, il mit la dragée surprise dans sa bouche, goût menthe cette fois ! Ned n'eût évidemment aucun problème pour l'avaler, même si la menthe n'était pas son parfum préféré. Mais c'était quand même mieux que crotte de nez.

"A la menthe cette fois, la chance devait bien tourner. En tout cas, c'était un très bon petit déjeuner... j'ai bien ris, mais malheureusement la métamorphose n'attend pas."

Ned fit un grand sourire à Bulle. Ils avaient cours ensemble normalement et le premier cours avait lieu dans à peine dix minutes. Le jeune garçon espérait qu'ils ne mettraient pas trop de temps à trouver la salle. Enfin, tout dépendait des escaliers en fait. Quoi qu'il en soit, Ned prit le paquet de dragées surprises et le mit dans sa poche, en lançant un timide regard de remerciement à Bulle. Le jeune garçon se leva ensuite et attendit sa camarade. Au fond de lui, Ned espérait qu'ils se reparleraient et rigoleraient bientôt ensembles.

Reducio
Je m'arrête ici perso ! Merci pour ce Rp tout cas, j'ai bien rigolé :lol: Je te laisse conclure si t'en a envie.

Le souffle des Poufsouffles jamais ne s'étouffe !

Une bien triste nouvelle  Libre 

Bulle revint vers la Table des Poufsouffle, les bras chargés de friandises. Elle adressa un sourire vainqueur à Ned, bien contente d'avoir réussi son défi. Elle avait cru pendant un instant que le Serpentard de 3ème année lui aurait donner du fil à retordre, mais finalement il lui avait juste lancé un regard mauvais.

Ned la félicita :
"Bravo, on a de quoi manger pour la journée maintenant ! Tu t'es bien débrouillée."

Bulle sourit de nouveau. Toutes ces friandises allaient pouvoir alimenter sa réserve personnelle ! La jeune fille s'empressa de les ranger dans son sac, avant que quelqu'un ne les lui pique.
Le jeune garçon, quant à lui, regardait le paquet de Dragées Surprises. Finalement, il en prit une, et entreprit de regarder sa montre avec intérêt .


"Ce sera ma dernière je pense. Le cours va pas tarder à commencer et je veux pas être encore en retard.

*Dommage, pensa Bulle. J'avais encore beaucoup d'autres idées de gage.* D'un autre côté, le Poufsouffle avait raison. Il ne leur restait que 10 minutes pour rejoindre leur salle de classe.
Habituellement, Bulle aimait bien le cours de Métamorphose, mais ce jour-là elle aurait aimé passer encore un peu de temps à rigoler avec Ned dans la Grande Salle.


"A la menthe cette fois, la chance devait bien tourner. En tout cas, c'était un très bon petit déjeuner... j'ai bien ris, mais malheureusement la métamorphose n'attend pas."

Bulle soupira. Cette matinée avait été riche en émotion pour la jeune fille, et elle était très reconnaissante envers Ned d'avoir bien voulu lui changer les esprits.

Celui-ci rangea le paquet de Dragées de sa poche et attendit Bulle avec un petit sourire.

" Allez, dit la jeune fille. La métamorphose n'attend pas !"

Et les deux jeunes gens se dépêchèrent de quitter la Grande Salle.

Reducio
Voilà ! Le Rp est officiellement fini, c'était sympa de l'écrire. A la prochaine dans la salle commune, Ned!

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -