Grande salle

Inscription
Connexion

Poème maladroit.  PV. 

Noah tenait un parchemin entre ses mains. Celles-ci étaient moites et plus il avançait, plus il stressait. Vous vous demandez pourquoi, je suppose ? Eh bien la réponse était simple : il avait écrit un poème pour une fille. Ne vous emballez pas, je vous vois déjà venir, non il ne va pas déclarer son amour à quelqu'un. Enfin si, mais pas vraiment. Enfin, c'est compliqué ! Vous voulez des explications ? Non ? Bah je vous les donne quand même. Depuis qu'il était à Poudlard, Noah se faisait aider. Non, il n'était pas fou, il était complètement normal, juste qu'une gentille personne l'avait pris sous son aile pour ne pas qu'il se perde et qu'il fasse n'importe quoi dans le château, voilà tout ! En somme, et pour faire plus simple, plus clair, plus net et plus précis, Meilla Primard était sa marraine ! De ce fait, le petit garçon lui avait concocté une petite surprise pour la remercier. En quelques sortes.

Ne sachant où trouver sa marraine -il ne l'avait pas vu en salle commune, peut-être que cette dernière dormait encore, après tout il n'était que 6h45. Sacrilège, qui oserait se lever à une heure pareille ?-, Noah se dirigea vers la grande salle où il prendrait un petit déjeuner avant de se lancer à la recherche de la personne qu'il voulait voir. Peu de personnes se trouvaient dans la grande salle ce matin-là -en même temps, vu l'heure, pour un... Dimanche... HUM, HUM-, Noah en profita pour s'installer à la place la plus proche de la sortie et commença à manger, tout en relisant ce qu'il avait écrit et en faisant bien attention à ne pas renverser du jus de citrouille sur son parchemin tout beau tout propre. En relisant la chose qui lui servait de poème, Noah trouvait que c'était très... Maladroit. Mais bon, ça venait du coeur, c'était le principal, non ? Et puis de toute façon, il n'avait jamais été très doué pour ce genre de choses. C'était d'ailleurs la première fois qu'il parvenait à écrire quelque chose de... « satisfaisant ». Disons ça comme ça.


⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘.⌘

Noah se réveilla en sursaut, un claquement de porte assez brutal l'extirpant de son sommeil. Le rêve qu'il venait de faire avait été h-o-r-r-i-b-l-e. Il avait rêvé qu'il se levait à 6h45... Ah... Bah en fait ce n'était pas un rêve. En fait, le jeune garçon c'était endormi sur la table de la grande salle, et ce qui l'avait réveillé n'était autre qu'un élève qu'il ne connaissait pas qui avait trouvé utile et vraiment malin de faire claquer un gros livre sur la table où il était, qui plus est à côté de sa tête. Niveau mentalité, on pouvait trouver mieux à Poudlard. Et heureusement d'ailleurs.

Complètement dans les vapes, Noah observa les alentours et remarqua que beaucoup plus de monde était présent, la table des Serdaigle était presque pleine et après avoir fait le tour de cette dernière, il constata que Meilla était là. Génial. Il allait pouvoir donner son parchem... Son torchon. Pourquoi s'était-il endormi ? Comment avait-il fait pour renverser son bol de céréales complet sur son poème ? Noah n'en savait rien, et franchement, à cet instant précis il s'en fichait royalement. Il était dégoûté, non mais vraiment.

Les phrases étaient lisibles, mais l'encre bavait, ce qui rendait carrément moins élégant. M'enfin, tant pis. De toute façon Meilla n'allait pas le garder, c'était quelque chose qui n'allait pas vraiment lui servir et elle allait probablement alimenter le feu de la cheminée qui se trouvait dans la salle commune de Serdaigle avec ce fichu parchemin plutôt que de s'en encombrer. C'était dommage mais c'était ainsi, et bien qu'il était un peu triste de voir la vérité en face, Noah se ressaisit et s'en alla en direction de la préfète des bleus. Lorsqu'il fût à sa hauteur, il s'installa à la place d'à côté qui, heureusement pour lui, était libre, et tendit de parchemin.


« Tiens, j'ai fait ça pour toi. Dit-il, peu fier de son travail bâclé à cause d'un bol de céréales. Désolé, c'est moche et pas très bien écrit. J'ai fait tomber mon bol de céréales sans faire exprès. Mais tout ce qui est écrit vient du cœur ! »

Pendant qu'il tenait le parchemin, Noah ne put s'empêcher de repenser à ce qu'il avait écrit. Non en vrai c'était vachement nul. Ca donnait quelque chose du genre :

« Oh ma chère marraine,
Tu es une reine.
Je ne saurai me passer de toi,
J'ai de la chance que tu sois là pour moi.

Je ne saurai jamais assez te remercier,
Pour toute l'aide que tu m'as apporté,
Je t'en suis vraiment très reconnaissant.

Quoi que soit dit en passant,
Cela doit être plutôt normal pour toi,
Ce ne doit pas être la première fois,
Que tu t'occupes de petits gars comme moi.

J'espère qu'avec ce poème tu es comblée
Eh oh, on ne se moque pas, faut les trouver les rimes !
Car bien qu'il n'était pas très bien structuré,
J'ai pris un réel plaisir à le rédiger. »

~ Miss Loewy est puissance ~ ; il me fallait une signature, souvenir du bon vieux temps... :3
Amy Holloway sur un balai c'est genre un minimoys sur un brin d'herbe
Mon code couleur : #662240

Poème maladroit.  PV. 

Depuis le jour où elle s'était levée tôt pour faire de la musique dans sa salle commune, Meilla se levait tôt tous les dimanche, et même les samedi. En général, on pouvait la trouver dans la Grande Salle vers les huit heures. Elle avait trouvé plusieurs avantages à se lever aussi tôt. Ayant les ASPICs en fin d'année, elle avait beaucoup moins de temps personnel pour faire toutes les activités qu'elle avait habituellement. Ne souhaitant pas en supprimer, elle n'avait trouvé que ce moyen pour pouvoir allier révisions et loisirs. De plus, ne sachant pas quoi faire après Poudlard, elle se devait de travailler toutes les matières aussi bien les unes que les autres. Le second avantage était qu'elle n'avait ensuite pas besoin de se réhabituer à se lever tôt pendant la semaine. Comprenez-moi, si vous vous déréglez rien qu'un soir (ou un matin enfin souvent les deux vont ensemble) il est alors très difficile (j'allais dire impossible mais il suffit d'un contre exemple pour que j'ai tort donc oubliez) de se remettre dans le rythme. Elle ne pouvait se permettre d'être fatiguée cette année, surtout qu'elle avait découvert assez récemment qu'elle était vraiment casse-pied quand elle l'était.

Bref, tout cela pour dire qu'à huit heures, la rouquine était prête pour aller dans la Grande Salle. Elle était encore à moitié en pyjama, dormant en pantalon de survêtement et tee-shirt. Tous ses amis se levaient plus tard n'écoutant pas les conseils qu'elle leur donnait. Elle avait pourtant essayé, allant même jusqu'au chantage pour leur propre bien, mais il n'y avait rien à faire, aucun ne la croyait. Elle allait donc manger toute seule, puis elle revenait pour s'habiller et faire un tour dans le parc. En général, elle commençait à voir plus de monde passé dix-onze heures.

Alors que la septième année allait descendre manger, elle entendit un grognement venant du lit voisin de la porte, celui de June Harper. Elles étaient dans le même dortoir depuis leur première année, mais n'avaient jamais vraiment eu l'occasion de parler. En fait, Meilla n'avait jamais vraiment parler aux filles de son année, ils étaient peu en septième année et elle avait pris l'habitude de parler plutôt avec des personnes d'années inférieures. C'était aussi parce qu'elle avait surtout rencontré des personnes plus jeunes qu'elle. Au début de l'année (il y a quelques semaines donc) elle avait décidé qu'il était temps pour elle de plus parler avec les filles de son dortoir dans un premier temps. Il s'était ainsi avéré que June était très sympathique. Les deux Serdaigle avaient beaucoup de points communs et s'entendaient très bien.


« Tu m'attends? » demanda-t-elle d'une toute petite voix à laquelle Meilla répondit d'une voix assez surprise :

« Heu... Oui bien sûr!  »

Quelques dizaines de minutes plus tard (le temps que June se lève il fallait déjà dix minutes, plus dix minutes le temps de descendre, plus encore cinq minutes le temps de s'asseoir. Oui, Meilla allait plus vite toute seule, mais c'était beaucoup plus sympa d'être à deux!), elles étaient assises et en train de manger. Elles parlaient de tout et de rien, enfin surtout Meilla qui était la plus réveillée des deux évidemment. D'ailleurs, qu'allaient-elles faire après? Un petit tour avant de se mettre aux devoirs? Peut-être, elles avaient encore un peu le temps de voir.

Toute à ses pensées, la préfète ne vit pas son filleul s'approcher d'elle, un peu timidement. Elle sursauta donc tout naturellement lorsqu'il prit la place à côté d'elle avant de lui tendre quelque chose.
*Un... Parchemin? Mais qu'a-t-il fait avec cela? Il l'a laissé sous la pluie ou quoi? Et d'ailleurs c'est quoi? Un devoir sûrement... Je suppose...?*Il ne faut pas croire, Meilla adorait son filleul, il était tout mignon avec ses cheveux blonds. En plus elle connaissait sa soeur Riven qui venait de quitter Poudlard. Elle ne lui avait jamais beaucoup parlé, mais elle la connaissait au moins de vue, ce serait peut-être l'occasion de faire plus ample connaissance un peu plus tard?

Soudain une autre pensée se mêla à elle... On était dimanche, le 20 septembre, aujourd'hui c'était l'anniversaire de Noah! Zut elle n'y avait pas pensé, il allait croire qu'elle l'avait snobé et c'était pour cela qui lui tendait ce parchemin de sa main tremblante, il venait le lui rappeler! Très vite elle se rendrait compte que ce n'était pas du tout le cas, il lui expliqua en effet :


« Tiens, j'ai fait ça pour toi. Désolé, c'est moche et pas très bien écrit. J'ai fait tomber mon bol de céréales sans faire exprès. Mais tout ce qui est écrit vient du cœur ! »

La rouquine cacha un petit sourire qui pointait sur le bout de ses lèvres, renverses son bol de céréales dessus... Le pauvre, il semblait assez fatigué, mais à quelle heure s'était-il levé? La préfète ne l'avait pas vu en entrant, tout à sa discussion avec June, cependant, elle savait qu'il ne venait pas d'arriver. Le pauvre avait dû arriver au début du petit dej' juste pour lui donner son parchemin... D'ailleurs il était peut-être temps de le lire non? Pendant la lecture de la préfète, Noah semblait gêné, comme si il se demandait si il devait resté là ou partir, mais c'était peut-être semblant une impression venant de la part de la jeune fille?

« Merci Noah, c'est très gentil de ta part, ça me fait très plaisir! Au fait, joyeux anniversaire!  » ajouta-t-elle avec un grand sourire, sans le crier dans toute la salle. Après tout, il ne voulait peut-être pas que tout le monde le sache, c'était embarrassant en première année en général. Sans attendre une réponse, la rouquine décida d'aller chercher son cadeau, elle aurait pu lancer un accio, sauf que le cadeau risquait d'être intercepté avec une si longue distance. Elle courut donc dans les couloirs comme une folle avec son pantalon de survêt'. Finalement, ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée que cela de descendre ainsi. Arrivée dans le dortoir, elle ouvrit les rideaux histoire de voir un peu où elle cherchait bien que des filles étaient encore en train de dormir. Elles grognèrent mais Meilla n'en avait que faire.

Courant dans l'autre sens, son paquet dans les mains, elle arriva en trombe dans la Grande Salle. Elle se demanda alors ce que Noah avait pensé. Elle était quand même partie comme cela, sans rien dire, sans prévenir abandonnant et son filleul et June... Connaissant la capacité d'élocution de son amie ce matin, elle espéra que Noah n'avait pas été traumatisé d'être ainsi abandonné avec une larve juste après avoir donné donc magnifique poème. Surtout qu'elle avait laissé le poème sur la table, quelle débile elle faisait.... Elle espérait qu'il lui pardonnerait avec la magnifique écharpe aux couleurs de leur maison qu'elle lui offrait. (En tout cas elle espérait qu'elle serait pour lui tout aussi magnifique!) Au départ, elle avait pensé à des sucreries, mais ce n'était pas très original. L'hiver arrivant, elle se dit que ce serait peut-être une bonne idée? Ou pas...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Poème maladroit.  PV. 

Noah tendait toujours le parchemin, attendant patiemment que cette dernière s'en saisisse. Lorsque le parchemin fut entre les mains de Meilla, la seule chose qu'il aurait eut envie de faire c'était de fuir en courant. Ses jambes, cependant, en avaient décidé autrement et restèrent là où elles étaient. Pourquoi ne voulaient-elles pas bouger ? Là était la question. Peut-être était-ce son cerveau qui refusait de fuir, dans le but de voir quelle serait la réaction de sa marraine. Allait-elle apprécier ? Ou peut-être qu'au contraire elle n'allait pas du tout aimer... ? Après tout, Noah n'avait pas fait tellement d'efforts pour garder son travail au propre et en regardant davantage ce qu'il avait présenté à Meilla, il avait honte. Non mais vraiment, il aurait probablement dû attendre, le recopier et le lui donner. Là, ça faisait vraiment torchon, et le jeune garçon se sentait vraiment mal. Donner un parchemin présenté sous cette forme donnait une raison de plus pour le mettre dans la cheminée de la salle commune.

« Merci Noah, c'est très gentil de ta part, ça me fait très plaisir! Au fait, joyeux anniversaire ! »

Noah était content. Et ce, pour deux choses. La première chose, c'était parce que Meilla avait apprécié le poème que Noah lui avait écrit, malgré le fait que le parchemin était imbibé de lait chocolaté. D'ailleurs, il était soulagé. L'adolescente avait su déchiffrer son écriture qui avait salement bavé avec le liquide qui avait coulé. Ensuite, la deuxième raison pour laquelle Noah était content, c'était parce que Meilla s'était souvenue que c'était son anniversaire. Ca pouvait paraître bête dit comme ça, mais à vrai dire, à part elle et ses parents, personne ne lui avait souhaité. Bon, cela pouvait paraître normal, n'ayant pas rencontré beaucoup de monde -ou plutôt si, mais certaines personnes n'étaient que des connaissances-, il n'avait pas jugé utile de leur dire sa date de naissance. De toute façon, ça servait à quoi ? À rien. Pour Noah, c'était vachement gênant les anniversaires. Tout le monde, vous le souhaitez, le pire, c'est quand ils se mettent à chanter le « Happy Birthday » habituel autour du gâteau. Généralement, dans ces moments-là, Noah voudrait disparaître.

Alors qu'il tendait à sa marraine un sourire qui signifiait « Merci », en langage Noah, celle-ci se sauva. Mh... Ok ? Comment le jeune garçon devait-il réagir ? Il ne savait pas. Devait-il rester là et attendre au cas où elle reviendrait ou devait-il s'en aller, vaquer à ses occupations ? Noah était très perturbé. De plus, Meilla était partie comme ça, sans rien dire. Non vraiment, son comportement était bizarre... Légèrement déboussolé et surtout plongé dans ses pensées les plus profondes, le jeune garçon ne se rendit même pas compte que la préfète des bleus était revenue. Le petit blondinet était resté comme un piquet, et n'avait pas bougé d'un iota. Les personnes étant dans la grande salle devaient probablement penser qu'il était un garçon étrange. Mais bon, il s'en fichait un peu de se qu'ils pouvaient penser. Et puis c'était la faute de Meilla, après tout, c'était elle qui l'avait abandonné en plein milieu de la salle bondée sans rien dire ?

Revenant à ses esprits, Noah constata que Meilla lui tendait un paquet. Qu'est-ce que c'était ? Le jeune garçon ne le savait pas, et à vrai dire, il n'osait pas prendre ce que la rouquine lui tendait. Ce genre de moments non plus, il ne les aimait pas. Les moments où on lui offrait des cadeaux... Surtout lorsqu'il ne connaissait pas les personnes depuis longtemps. Etant nettement plus grande que lui, Meilla l'intimidait un peu, et bien qu'ils s'entendaient à merveille, Noah restait encore un peu timide avec elle. Bien sûr, ce n'était que le début, c'était normal pour lui. D'ici quelques semaines, il se comporterait avec elle comme il se comportait avec ses soeurs. Après tout il pouvait considérer Meilla comme telle, déjà parce qu'elle l'aidait énormément à faire ses premiers pas à Poudlard -Oui Noah sait marcher, faites pas semblant de pas comprendre-, et en plus elle avait presque le même âge que sa soeur, Riven. Cette dernière avait quitté Poudlard l'an dernier et avait obtenu ses ASPICS avec une moyenne d'Optimal. De quoi rendre fière la famille entière. Maintenant, la jeune femme -Oui, sa soeur était une femme à présent-, d'après la dernière lettre de sa mère, avait été acceptée dans une école au Pays de Galles. Riven souhaitait devenir agent de protection magique et avait intégré la Magifac PM afin de mettre toutes les chances de son côté pour le devenir. Enfin bref, revenons-en à nos Botrucs -Si j'avais dit moutons ça aurait fait trop moldu, vous voyez ?-.

Après quelques secondes d'hésitations, Noah finit par prendre en main le paquet que Meilla lui tendait. Celui-ci était léger et mou, et après avoir tâté avec ses doigts, il en était venu à la conclusion qu'il devait s'agir d'un vêtement, ou de quelque chose s'y apparentant. Aussi doucement que possible et pour ne pas abîmer l'emballage du paquet, Noah commença à voir de quoi il s'agissait. Tout du moins, il pouvait apercevoir la couleur. Ou plutôt les couleurs. Le jeune garçon pouvait apercevoir un beau bleu et une belle couleur bronze. Bon, il fallait dire que ces couleurs n'étaient pas ses favorites -il les aimait bien quand même-, mais il devinait parfaitement pourquoi c'étaient elles et pas d'autres. Lorsqu'il retira l'objet complètement de son emballage, le petit première année constata qu'il s'agissait d'une belle écharpe aux couleurs de sa maison. Sans rire, elle était magnifique, il l'aimait beaucoup. Un sourire encore plus grand s'affichait alors sur ses lèvres, Meilla lui avait fait un cadeau, et il était plus que content. Il était aussi très gêné mais le contentement l'emportait davantage.


« Merci Meilla, cette écharpe, je l'a-d-o-r-e ! Elle est superbe et ça me fait vraiment plaisir ! T'es la marraine la plus cool de tout Poudlard ! Dit-il, plus content que jamais.»

Suite à ses paroles remplies d'amour, le petit Noah enroula l'écharpe autour de son cou, cette dernière était toute douce et ne grattait pas, elle était vraiment confortable ! Ensuite, comme pour remercier sa marraine, celui-ci lui fit un gros câlin. Tant pis si elle n'aimait pas ça. C'était dans ses habitudes, Noah adorait faire des câlins, surtout avec sa mère. Malheureusement, elle n'était pas là et le blondinet était très triste. Les câlins que sa mère lui donnait lui manquaient affreusement et il avait hâte de retourner chez lui lors des prochaines vacances pour les retrouver. Ceux-ci avaient quelque chose de réconfortant et, dans les bras de sa mère, Noah se sentait vraiment en sécurité.

~ Miss Loewy est puissance ~ ; il me fallait une signature, souvenir du bon vieux temps... :3
Amy Holloway sur un balai c'est genre un minimoys sur un brin d'herbe
Mon code couleur : #662240

Poème maladroit.  PV. 

« Merci Meilla, cette écharpe, je l'a-d-o-r-e ! Elle est superbe et ça me fait vraiment plaisir ! T'es la marraine la plus cool de tout Poudlard ! »

Meilla était soulagée, elle avait eu vraiment peur qu'il le prenne mal, qu'il n'aime pas ou quoi que ce soit du même genre. En plus il l'avait complimentée, et elle était très contente d'apprendre qu'elle était une bonne marraine. La plupart des filleuls qu'elle avait eu ne lui donnait plus de nouvelles, ou ne l'avait pas recontactée. Elle trouvait cela vraiment dommage et c'était à la dégoûter d'être marraine. Elle espérait qu'il n'en serait pas de même pour le petit blondinet. Mais en même temps, il n'y avait aucune raison... Si?

Bref, revenons aux deux protagonistes de l'histoire, sans oublier le personnage secondaire. Bah oui, June est toujours là, les yeux dans le vague à manger sa tartine de confiture. On a l'impression qu'elle n'écoute pas mais ce n'est en réalité pas le cas, elle écoute et observa attentivement du coin de l'oeil la scène qui se déroule sous ses yeux. Elle sait qu'elle devrait s'éclipser, mais maintenant que Meilla l'a traînée presque de force jusqu'à la Grande Salle, elle s'estime avoir le droit de s'incruster, tant qu'elle n'intervient pas dans cet échange.

Noah enroula l'écharpe autour de son cou immédiatement. D'ailleurs, la septième année se demanda comment il pouvait faire... Certes, dans ce pays, les températures étaient assez basses, surtout elle qui était habituée jusqu'à ses neuf ans aux températures du Sud de la France. Mais là, en ce beau jour du mois de Septembre, elle ne voyait vraiment pas la raison de mettre une écharpe. Avait-elle trouver quelqu'un encore plus frileux qu'elle-même? Etait-ce seulement possible? Elle le découvrirait bien dans les prochaines semaines, les prochains mois. D'ailleurs, la préfète était triste. Se dire qu'elle ne verrait pas Noah grandir! Peut-être qu'elle pourrait s'incruster chez eux? Elle reverrait Riven comme ça, peut-être qu'elles pourraient sympathiser? Et peut-être qu'elle pourrait lui donner des conseils non? Et comme ça, elle passerait dire un petit bonjour au garçon. Elle ferait cela pendant les Grandes Vacances par exemple? Ce serait étrange de faire cela plus tôt non? Quoique... Pourquoi pas après tout, si Noah avait besoin d'aide pour ses devoirs. Certes il avait des notes exemplaires et deux grandes soeurs mais bon. D'ailleurs la rouquine se demandait ce que faisait son autre soeur... Elle avait toujours cru que Riven était la plus vieille. Ce n'était pas trop ses affaires.

D'ailleurs elle fut coupée dans ses réflexions par les... Bras de Noah? Il était vraiment en train de lui faire un câlin là? La rouquine était mal à l'aise, ce n'était pas parce que c'était Noah et qu'ils étaient au beau milieu de la Grande Salle. Elle avait sûrement une certaine réputation étant préfète en chef et joueuse de quidditch (autrefois journaliste) mais elle n'en avait que faire. La popularité ne l'intéressait pas du tout, et les potins non plus d'ailleurs. Toutefois, elle avait toujours été mal à l'aise avec les contacts aussi familiers, que ce soit ses amis, sa famille, Noah ou encore un inconnu, elle avait la même sensation, le même sentiment. Ne sachant pas trop quoi faire, la jeune fille lui rendit son câlin comme elle le pouvait.

En fait, Noah avait le même âge que son petit frère. En se disant cela, elle se sentit un peu mieux. Son frère était le seul avec qui elle avait déjà fait des câlins sans être gênée ces derniers temps. Elle se dit que ça devait lui manquer au garçon. Avec deux soeurs, il devait sûrement avoir beaucoup de câlins, désormais il était seul, sans ses parents ou ses soeurs. Meilla se rendit d'ailleurs compte à ce moment-là qu'elle devait être un peu comme une grande soeur de substitution pour le Serdaigle, ayant presque l'âge de Riven.

Bref, il était peut-être temps de bouger un peu d'ici et de peut-être faire plus ample connaissance?


« On peut aller faire un tour dehors si tu veux! Histoire de rentabiliser cette écharpe, parce que là tu dois mourir de chaud! » dit-elle en rigolant. Sans plus attendre la réponse de son filleul, elle l'entraîna vers la porte de la Grande Salle avant de revenir sur ses pas pour ajouter à l'intention de June :

« Désolée de t'abandonner... Tu m'en veux pas trop?.... Merci! Je t'adore! »

Puis, elle se redirigea vers Noah et l'entraîna dans le parc sans lui demander son avis, il n'avait rien de mieux à faire si?

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Poème maladroit.  PV. 

Noah espérait que Meilla ne le repousse pas, et ce, pour deux raisons. La première, c'était qu'il se sentirait vraiment honteux par son geste et n'oserait même plus regarder sa marraine dans les yeux, non parce que si Meilla n'aimait pas les câlins et qu'elle se dégageait des bras de Noah, le gamin n'aurait vraiment pas l'air bête. D'ailleurs, ce dernier n'avait même pas réfléchi un seul instant en faisant un tel acte : il n'avait pas pensé un seul instant qu'ils se trouvaient tous les deux au beau milieu de la Grande Salle, devant la vue de tous les élèves -déjà rien que ça, ça avait quelque chose de gênant-, mais également à la vue des personnes qui aimaient créer des rumeurs les unes aussi farfelues que les autres. M'enfin, pour l'instant, l'enfant s'en fichait un peu, il faisait ce qu'il voulait, s'il avait envie de faire un câlin à Meilla il le ferait, peu importe ce que les gens puissent penser.

La seconde raison pour laquelle Noah espérait que Meilla ne le repousse pas était aussi simple que la première : il était tout simplement en manque d'affection. Ses parents n'étaient pas là, ses soeurs non plus et à vrai dire, le jeune garçon se voyait mal entretenir une relation aussi... forte avec les personnes qui se trouvaient à Poudlard. De plus, ressentir une présence maternelle, ou quelque chose du genre, ce n'était pas vraiment possible, là où il était. Bien sûr, beaucoup de ses professeurs étaient des femmes, mais franchement, vous voyez Noah faire des câlins à un de ses professeurs ? Non, visualisez plutôt un professeur faire un câlin à Noah, c'est encore plus bizarre. Surtout lorsque l'on prenait Erin Grayce comme exemple. Cette femme était cool hein, y a pas à dire mais Noah doutait fortement qu'elle était du genre à enlacer ses élèves.

Heureusement pour lui, Meilla ne se repoussa pas et bien qu'il sentit qu'elle était un peu mal à l'aise au début, par la suite, l'adolescente rendit son étreinte au jeune garçon. Il était content, vraiment. Ce genre de moments lui faisaient du bien et étaient vraiment agréables. Il avait raison lorsqu'il disait que Meilla était la marraine la plus cool de tout Poudlard, parce qu'elle l'était vraiment. Quelques secondes passèrent et le câlin pris fin. Noah souriait légèrement, ses joues légèrement pourprées. Qu'allaient-ils faire à présent ? Ils n'allaient tout de même pas rester plantés en plein milieu de la Grande Salle pendant des heures, tout de même ? Non, bien sûr que non, ils allaient s'asseoir, au moins. -Hahahaha, commentaire inutile, ouais, complètement d'accord-.


« On peut aller faire un tour dehors si tu veux! Histoire de rentabiliser cette écharpe, parce que là tu dois mourir de chaud ! Proposa Meilla »

La remarque qu'avait faite Meilla fit sourire son filleul. C'est vrai qu'il n'y avait pas pensé, avec toutes ces émotions vous voyez, mais il commençait vraiment à avoir un peu chaud. En même temps, quelle idée avait-il eu de mettre une écharpe alors qu'il était entouré de pleins de gens -chaleur humaine hahaha-, dans une salle où, de base, il ne faisait absolument pas froid... Mais bon, c'était pour tester la qualité, en fait. Voir ou non si cette écharpe était cool, et puis il n'allait pas la garder entre ses mains pendant dix ans, autant la mettre autour du cou. Avec de telles précautions, Noah n'était pas prêt d'attraper un rhume. Quoi que, il ne valait mieux pas écrire trop vite -j'vais pas dire 'parler trop vite', dans de telles situations c'est pas adéquat vous savez-.

Sans qu'il ne dise quoi que ce soit, Noah fut entraîné vers la sortie puis abandonné une nouvelle fois par Meilla. Le faisait-elle exprès de partir ainsi, sans prévenir ? Ou au contraire elle oubliait de dire qu'elle revenait d'ici quelques instants ? Non parce que c'était vachement gênant hein, attendre comme ça devant les portes de la Grande Salle, le temps que Meilla dise quelque chose à la fille qui, apparemment était avec elle, et dont Noah ne connaissait pas le prénom. À vrai dire, c'était la première fois qu'il la voyait... Probablement parce qu'il ne faisait pas attention aux gens lorsqu'il se baladait dans le château... Enfin bref. Quelques minutes plus tard, Meilla revint, et entraîna de nouveau Noah on ne sait où. Ah si, dans le parc !

Noah réfléchissait à ce que les deux étudiants allaient bien pouvoir faire dans le parc. Non pas qu'il était contre passer du temps avec sa marraine, mais à vrai dire il ne voyait pas vraiment pourquoi ils se rendaient là-bas. Hormis rendre l'écharpe utile, mais ça, c'est pas vraiment une raison valable. Ses pensaient divaguaient au fur et à mesure qu'ils avançaient et Noah repensa au hibou qu'il avait reçu la veille par sa mère. Cela faisait une vingtaine de jours qu'il discutait avec sa famille par le biais des hiboux et Noah leur racontait tout ce qu'il se passait à Poudlard. Plusieurs fois, il avait fait mention de Meilla à ses parents, disant tantôt qu'elle était sympathique, tantôt qu'elle était super cool, leur expliquant qu'elle était préfète-en-chef et également joueuse dans l'équipe de Quidditch... Toutes les choses que Noah savait sur Meilla, ses parents étaient au courant. Enfin, presque toutes les choses.


« Oulà, la température dehors n'est pas la même qu'à l'intérieur, heureusement que j'ai l'écharpe, il caille ! »

Noah et Meilla étaient arrivés au parc, et comme l'avait constaté Noah, le vent soufflait vraiment fort. D'ailleurs, heureusement pour lui qu'il n'était pas trop trop mince, sinon il se serait probablement envolé. Les deux personnages marchaient tranquillement dans l'herbe du parc en parlant à la fois de tout et de rien. Peu de personnes se trouvaient dans le parc, probablement à cause du fait qu'il ne faisait pas très chaud. En même temps, c'était un peu normal, nous étions en Ecosse, pays pas très réputé pour sa chaleur, et nous étions à la fin du mois de Septembre. Enfin bref. Après quelques minutes de discussion, Noah repensa à la lettre de sa mère et se souvint qu'il devait demander à la rouquine une chose, qui venait de la part de sa mère... Elle est bizarre cette phrase ? Que nenni, c'est vous qui êtes bizarre, enfin !

« Au fait Meilla, fallait que je te dise quelque chose ! J'ai parlé de toi à mes parents et ils souhaiteraient te rencontrer... Du coup, dans la lettre que j'ai reçu ce matin, ma mère m'a demandé de te demander si tu souhaitais passer les vacances de Noël à la maison ? Tu pourrais rencontrer tous mes cousins et cousines, ce serait cool ! On est une famille trop cool, tu verras ! - Enfin, tu verras si t'acceptes, bien sûr ! »

Suite à ces paroles qu'il avait déballées d'une traite, Noah se tut et tenta de reprendre son souffle, attendant la réponse de Meilla. Il serait vraiment content si cette dernière acceptait, bien que cela devait tout de même être assez intimidant. À sa place, le jeune garçon hésiterait... Aller dans une famille qu'il ne connaissait pas, ce n'était vraiment pas son genre...

~ Miss Loewy est puissance ~ ; il me fallait une signature, souvenir du bon vieux temps... :3
Amy Holloway sur un balai c'est genre un minimoys sur un brin d'herbe
Mon code couleur : #662240

Poème maladroit.  PV. 

Meilla se rendit alors compte que Noah faisait une tête bizarre... Il faut dire qu'elle venait de le planter deux fois en quelques minutes, il y avait de quoi se demander si la rouquine allait bien non? Mais très vite, un deuxième problème lui tomba dessus. Comment avait-elle pu être assez bête pour ne pas y penser? On était au mois de septembre, il faisait froid en Ecosse. Surtout quand on est aussi frileux que la septième année. Alors pourquoi avait-elle proposé à Noah d'aller dans le parc alors qu'elle était en pyjama?! Elle était complètement insensée ou quoi?!* J'ai vraiment des idées débiles des fois! Franchement, je le sais bien qu'il fait froid dehors... Je fais comment maintenant? Pourquoi je n'ai pas proposé d'aller autre part dans le château? C'était juste pour qu'on soit tranquille que je voulais aller dans le parc, mais à cette heure-là, ce n'est pas comme si tout le monde était levé! Mais qu'est-ce que je suis bête!* Que pouvait faire la rouquine? Elle ne voyait qu'un seul moyen, se lancer un sort de réchauffement. Elle aurait pu lancer un sortilège d'attraction sur son manteau, sauf que Noah aurait remarqué sa bêtise. Là, au moins il n'y avait presque aucune chance pour qu'il la remarque. Elle réussit au bout du deuxième essai à se réchauffer grâce à un sortilège informulé (vous croyez que c'est facile vous de réussir du premier coup?). La chaleur revenue dans son corps, ses lèvres cessèrent de trembloter. Elle pouvait désormais se concentrer pleinement sur le petit Serdaigle qui décida de briser le silence qui s'était instauré tout seul, presque naturellement.

« Oulà, la température dehors n'est pas la même qu'à l'intérieur, heureusement que j'ai l'écharpe, il caille ! »

Oui, l'idée de Meilla d'aller dans le parc était vraiment débile. A priori Noah n'avait pas froid pour le moment et c'était tant mieux, quelle marraine serait-elle si elle rendait malade son filleul? Le Serdaigle sembla alors se rappeler de quelque chose, quelque chose de très important. Ses yeux s'illuminèrent, comme si on était dans un dessin animé (vous savez c'est comme les photos pour nous sauf que les Moldus créent des images. Enfin bref ce n'est pas important.) et qu'une ampoule (je ne vais pas me mettre à vous expliquer tous les trucs Moldus quand même, il fallait prendre cette option) était apparue au-dessus de sa tête.

« Au fait Meilla, fallait que je te dise quelque chose ! J'ai parlé de toi à mes parents et ils souhaiteraient te rencontrer... Du coup, dans la lettre que j'ai reçu ce matin, ma mère m'a demandé de te demander si tu souhaitais passer les vacances de Noël à la maison ? Tu pourrais rencontrer tous mes cousins et cousines, ce serait cool ! On est une famille trop cool, tu verras ! - Enfin, tu verras si t'acceptes, bien sûr !»


Aller à Noël dans la famille Blodwell pour les vacances? C'était quelque chose à méditer... La rouquine trouvait que c'était une excellente idée, mais encore fallait-il oser. D'accord, elle connaissait déjà un peu Riven et Noah. Mais elle ne connaissait pas leurs parents ou même leurs cousins et cousines! La rouquine était un peu timide dans certaines situations, pas toutes. Tout dépendait du cadre et des personnes présentes. Si les personnes étaient sympas, si elles la mettait à l'aise ou non. D'un autre côté, qu'allait-elle faire pendant les vacances? Elle n'allait pas aller dans son appart' toute seule. Fêter son anniv' toute seule et Noël toute seule? Il en était hors de question! Elle aurait pu aller chez ses cousins en France, mais ils n'avaient pas exactement les vacances en même temps et il était donc assez compliqué de tout gérer, même avec les portoloins. En plus ils avaient pris l'habitude de fêter Noël avec l'autre côté de la famille et parmi eux, il y avait un cousin que la préfète détestait! Elle ne pouvait pas le supporter. Non seulement il était arrogant mais il la prenait en plus pour une gamine alors qu'il n'avait que deux ans de plus qu'elle. Ce serait un bon moyen pour lui gâcher la fête. En réalité, si elle n'allait pas dans la famille de Noah pour Noël, elle savait qu'elle resterait au château. Ce n'était pas si mal, tout le monde était gentil et tout et c'était l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes (surtout avec le tournoi des trois sorciers qui approchait). Cependant, elle trouvait qu'il serait sympa d'aller dans une famille pour Noël. C'est une fête de famille après tout. Elle espérait seulement ne pas avoir trop l'air de s'incruster...

« Hum... Noah, je veux bien mais... Tu es sûr que ça ne dérangera personne? Je veux dire Noël est une fête de famille et on ne peut pas vraiment dire que je fais partie de la famille Blodwell...»

Evidemment, elle serait ravie de pouvoir fêter Noël là-bas, mais le pouvait-elle vraiment? Elle avait dit à Noah qu'elle fêterait Noël au château ne pouvant pas rentrer chez elle, à priori il en avait informé ses parents. Ceux-ci voulaient sûrement seulement paraître gentils en l'invitant. Peut-être qu'elle devrait refuser? Si c'était seulement de la gentillesse, elle allait sûrement les gêner non? Ils s'attendaient peut-être à ce qu'elle refuse l'invitation? Et puis les Blodwell étaient-ils des "sang-pur"? Parce que si c'était le cas, il faudrait sûrement qu'elle s'habille bien et tout, elle n'avait pas vraiment l'habitude de ce genre de manifestation... Que devait-elle faire? Pour le moment attendre de voir ce que son filleul allait lui répondre. En fonction de sa réponse, elle aviserait sur le comportement à adopter. S'il était hyper enthousiaste, peut-être qu'elle accepterait, sinon elle verrait... Il faudrait qu'elle pense à envoyer une lettre aux parents du garçon, pour vraiment leur demander si elle ne les dérangerait pas. Après tout, il n'avait peut-être pas envie que quelqu'un de l'extérieur vienne dans leur intimité familiale ce qu'elle pouvait parfaitement comprendre.

La rouquine ne faisait absolument plus attention au froid, au vent. Elle ne pensait qu'à ce que ce serait de fêter Noël là-bas... S'ils étaient tous comme Noah, ça promettait un Noël chaleureux et extraordinaires. Mais elle ne devait pas se faire d'illusions trop rapidement, elle n'était pas sûre de ce qui allait se passer et elle préférait l'être avant de s'imaginer comment ce serait, bien qu'il était très difficile de le faire...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Poème maladroit.  PV. 

Noah observait Meilla, ses yeux étaient remplis d'étoiles et le jeune garçon espérait vraiment que cette dernière accepterait l'invitation qu'avait faite sa mère. Pour tout dire, depuis qu'il avait lu la phrase dans la lettre, le jeune garçon n'avait cessé de penser au moment où il demanderait à Meilla, mais aussi au moment où, si elle acceptait, ils se retrouveraient tous dans la maison familiale. Ou plutôt devrais-je dire 'le manoir'. Bien qu'ils ne fussent pas aussi connus que certaines familles, les Blodwell étaient une famille où il n'y avait aucun moldu. De purs sangs purs. Ils en étaient fiers d'ailleurs. Depuis qu'il était né, le blondinet n'avait jamais connu d'autre maison que celle où il vivait, ses parents n'avaient tout simplement pas jugé utile de faire déménager la famille, pour la simple et bonne raison qu'ils étaient très bien là où ils étaient. Ce qui n'était pas pour déplaire à Noah. Le blondinet adorait le manoir où ils vivaient, ce dernier était rempli de souvenirs, de plus, il détestait les déménagements. Pour avoir assisté à la mise en carton des objets de sa tante, il était bien content de ne pas avoir à subir ça. Et puis... Il n'aimait pas le bazar, que ces affaires soient tout éparpillées dans sa chambre, que tout ne soit pas à sa place... Noah n'était pas maniaque, loin de là, mais il aimait bien de voir que tout était à sa place.

Pour ainsi revenir à ce qui est écrit plus haut, le blondinet s'était maintes fois imaginé en compagnie de Meilla et de toute sa famille. Cette dernière créerait des liens avec les membres de sa famille ayant l'âge de la rouquine, soit Riven, Cory, Ember et tous les autres... D'ailleurs, Meilla connaissait probablement déjà Riven étant donné qu'elles n'avaient qu'un an de différence... Il faudrait qu'il lui pose la question, ce serait sympa ça si elles se connaissaient déjà ! Noah avait également imaginé toute la famille et Meilla, réunis autour du sapin en train de se raconter les sempiternelles histoires de Noël en train de boire du chocolat chaud. Un moment que Noah affectionnait beaucoup, ces moments qui se passaient une fois par an lui offraient de nombreux souvenirs et de merveilleux moments. Le petit Serdaigle voulait vraiment que Meilla vienne, s'il avait bien compris ce que Meilla lui avait raconté sur sa vie, ça n'allait pas fort dans sa famille et elle ne s'entendait plus avec ses parents... Noah ne voulait pas que la rouquine soit seule pour Noël et passer de tels moments ne pouvaient que lui remonter le moral, non ? Même si, au début, cela pouvait s'avérer être intimidant, ou gênant, c'était toujours fort agréable.


« Hum... Noah, je veux bien mais... Tu es sûr que ça ne dérangera personne? Je veux dire Noël est une fête de famille et on ne peut pas vraiment dire que je fais partie de la famille Blodwell... »

Meilla sortit Noah de ses rêveries. Déboussolé, le jeune garçon ne se rendit pas tout de suite compte des paroles que venait de prononcer la préfète des Serdaigle. Après quelques secondes, et le temps que les paroles lui montent au cerveau, Noah se mit à réfléchir quelques instants. Premièrement, elle avait accepté. Hein qu'elle avait accepté ? Elle a dit 'je veux bien', ça veut dire qu'elle vient ? -Oui ça veut dire ça, Noah !-. Cool ! Alors ça, c'était vraiment cool. Le serdaigle était content. Très content. Très, très content. -Oui, on a compris...-. La seule chose à laquelle il pensait maintenant, c'était d'aller répondre à sa mère, lui raconter le déroulement de sa journée, comme d'habitude, et lui préciser que Meilla était d'accord pour venir chez lui durant les vacances... Il avait tellement hâte ! Noah voulait presque sauter partout, faire la fête, courir, faire le tour du lac, et même rencontrer le Calmar Géant -bien qu'il en avait peur, mais ce n'est qu'un détail, n'est-ce pas ?-.

« Bien sûr que non, tu dérangeras personne ! Sinon mes parents ne te l'auraient pas proposé... ! Et puis, tu es ma marraine, c'est comme si t'étais de ma famille ! »

Les dernières paroles prononcées par Noah avaient pour but de convaincre Meilla. Noah ne voulait pas que la jeune fille se sente de trop, bien au contraire. D'ailleurs, si elle était invitée, il ne se fallait pas qu'elle se sente comme ça ? Bien sûr, le jeune Serdaigle comprendrait bien qu'elle ne soit pas à l'aise, après tout, elle ne connaissait personne... À sa place, le blondinet n'aurait probablement pas été bien non plus... Mais à force, ça irait mieux ! Et puis les parents du jeune garçon n'étaient pas du genre à inviter des gens pour se montrer gentils en espérant au plus profond d'eux que la personne déclinerait l'invitation... Bien au contraire, ils étaient sincères dans tout ce qu'ils disaient ! Et ça d'ailleurs, c'était une chose que le petit Serdaigle appréciait beaucoup chez le garçon... Bah oui, au moins, eux, ne disaient pas à leurs enfants qu'ils les emmenaient au parc d'attractions alors qu'en fait, ils les emmenaient chez le dentiste...

~ Miss Loewy est puissance ~ ; il me fallait une signature, souvenir du bon vieux temps... :3
Amy Holloway sur un balai c'est genre un minimoys sur un brin d'herbe
Mon code couleur : #662240

Poème maladroit.  PV. 

Noah ne sembla pas réfléchir une seconde avant de répondre à Meilla :

« Bien sûr que non, tu dérangeras personne ! Sinon mes parents ne te l'auraient pas proposé... ! Et puis, tu es ma marraine, c'est comme si t'étais de ma famille ! »

Il semblait vraiment sûr de lui dans ses propos. Peut-être parce qu'il l'était réellement? En tout cas, Meilla ne voyait aucune raison pour ne pas accepter. Elle voyait bien que cela faisait plaisir au blondinet qu'elle vienne chez lui à Noël. De plus, elle avait vraiment envie d'y aller. Les deux principales conditions réunies, pourquoi refuser? Cela n'avait plus aucun sens.

« D'accord, si tu es bien sûre de vouloir me supporter... Alors j'accepte! »

Les effets du sortilège de réchauffement de Meilla commençaient à ne plus trop faire effet résultat notre rouquine grelottait. Si elle restait ici beaucoup plus longtemps habillée de la sorte, elle risquait d'attraper froid. Ne voulant pas avoir une grippe ou n'importe quelle autre maladie de la sorte, elle commença à les rediriger vers le château. Bien sûr, Mme Pomfresh pourrait arranger une grippe ou un rhume en deux temps, trois mouvements. Il n'empêche que ça restait très désagréable et fatiguait autant que les Moldus. Si elle pouvait éviter de manquer des cours, ce serait quand même mieux. Arrivés dans le hall, il était peut-être temps de se séparer. Noah allait sûrement aller répondre à sa mère à moins qu'il n'ait quelque chose de vraiment important à faire...? Tandis que la septième année devait aller retrouver June qui était - ou du moins elle l'espérait - toujours dans la Grande Salle.

« Bon Noah, moi je retourne chercher June dans la Grande Salle. De toute manière, on va bien se recroiser tantôt dans la salle commune, ou dans n'importe quel endroit du château! » dit-elle en finissant sa phrase par un clin d'oeil.

Vous vous demandez sûrement à quoi la fin de la phrase faisait allusion? En réalité, Meilla et Noah se croisaient partout quasiment tous les jours. Leur emploi du temps était fait tel que les Serdaigle de première année avaient souvent cours après les Serdaigle de septième année. Et quand ils n'avaient pas cours l'un à la suite de l'autre, ils étaient assis non loin pendant le repas. Certaines fois c'était en allant à la volière. Enfin bref, bien que ces coïncidences les avaient surpris au premier abord, désormais ils en rigolaient trouvant celles-ci particulièrement drôles.

La préfète fit un petit signe de la main à son filleul avant de se diriger vers la Grande Salle. Elle eut beau chercher, elle ne trouva pas son amie à la table des bleus, pas plus à celle des Gryffondors où avait été répartis le frère de celle-ci. C'est alors que Meilla la découvrit en train d'enlacer un garçon à Poufsouffle de leur année qu'elle n'avait jamais vraiment remarqué. Soit, pourquoi pas... Décidant de les laisser tranquille, elle remonta dans son dortoir pour s'habiller. Les deux autres dormaient toujours, enroulées comme des grosses larves dans leur couverture, à croire qu'elles étaient au Pôle Nord!

Vêtit d'une salopette et d'un gros pull couleur prune, la préfète s'installa avec toutes ses affaires dans la bibliothèque, mais elle avait du mal à se concentrer, réfléchissant au Noël qui se profilait. Si elle allait là-bas à cette période, cela signifiait qu'il fallait qu'elle trouve des cadeaux pour tout le monde. Le problème était qu'elle ne connaissait pas assez la famille Blodwell pour savoir combien ils étaient. Il y avait des cousins/cousines à priori. Il fallait donc que la jeune fille leur achète un cadeau non? Au pire elle pourrait toujours faire ses achats pendant les vacances, elle demanderait de l'aide à Noah. Et peut-être pourraient-ils aller tous ensemble, les enfants de la famille Blodwell avec Meilla? Ce serait l'occasion d'une bonne partie de shopping!

La septième année rêva de cela pendant au moins deux bonnes heures et quand June la rejoignit, elle n'avait rien fait...



Reducio
Fin du RPG pour moi, c'était un plaisir Noah ;)

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Poème maladroit.  PV. 

Noah espérait du fond du cœur que les dernières paroles qu'il avait prononcées allaient convaincre Meilla sur sa venue aux vacances de Noël. De toute façon, dans la mesure où la préfète des Serdaigle aurait refusé -bien qu'elle avait accepté quelques minutes plus tôt-, Noah n'aurait pas lâché l'affaire : il aurait insisté jusqu'à ce que cette dernière accepte pour de bon. De toute façon, qu'avait-elle de mieux à faire ? Sans vouloir avoir de pensées méchantes vis-à-vis de Meilla, l'adolescente n'avait pas la chance d'avoir une famille avec qui passer les vacances et Noah savait très bien que si elle refusait, elle passerait les deux semaines seule, et probablement au château. À vrai dire, rien qu'à cette pensée, le léger sourire qu'affichait Noah s'en alla. Il aimait beaucoup la rouquine et rien qu'en y pensant, y trouvait ça vraiment triste. Le fait qu'elle vienne chez lui était bénéfique pour elle de tous les côtés : elle apprendrait à connaître la famille du jeune garçon, elle ne serait pas seule et en plus, elle passerait un Noël cool, parce qu'entre nous, les Noëls dans la famille Blodwell étaient toujours cools. C'était un moment familial vraiment sympa, et Noah adorait. Il aimait beaucoup ce genre de moments où tous les membres de sa famille se réunissaient, et désormais, Meilla en faisait partie.

« D'accord, si tu es bien sûr de vouloir me supporter... Alors j'accepte ! »

Noah se retint de sauter et de courir à travers le parc. Même si le fait de faire ça l'aiderait à faire passer la joie qui était montée en lui lorsque les paroles de Meilla furent prononcées, mais aussi que cela l'aiderait à ne plus avoir froid, il préféra rester sur place et offrir à l'adolescente qui se tenait à ses côtés un sourire. Ses lèvres ne recouvraient plus ses dents et la rouquine pouvait désormais voir ses dents blanches, signe de son contentement. Suite à cela, Meilla décida de mettre fin à leur promenade dans le parc en disant à Noah qu'il était temps pour elle d'aller rejoindre son amie dans la Grande Salle et qu'ils allaient probablement se revoir d'ici peu. Noah acquiesça et après avoir regardé Meilla longuement sans en prononcer un mot, il constata que cette dernière était en pyjama. Surpris, le jeune garçon se demanda comment elle avait fait pour supporter ce froid. Déjà que lui, avec une écharpe et habillé, il ne supportait pas mais elle... Rien qu'à penser à ça, le blondinet avait froid pour elle et une vague de frissons lui parcouru tout le corps. Meilla était complètement cinglé, maintenant, il en était sûr -oui, oui, avant il hésitait un peu-.

Maintenant que sa petite promenade était terminée et que Meilla était partie rejoindre June, son amie, Noah préféra rejoindre la salle commune où il trouverait tout ce qui lui serait nécessaire pour écrire à sa mère. Content de la réponse qu'avait donné Meilla, le jeune garçon ne voulait pas attendre et il souhaitait faire parvenir à sa mère la décision de la rouquine. C'est ainsi qu'il commença à gravir les sempiternelles marches d'escalier... six étages à monter... C'était vachement fatiguant ! Pourquoi diable les fondateurs avaient-ils décidé de mettre les salles communes si hautes ? Ne pouvaient-ils pas faire simple et les mettre dans les premiers étages ? Les Serpentard avaient de la chance de se retrouver aux cachots ! Quoi que... Habiter dans un tel endroit toute l'année, ça devait pas être si cool que ça, finalement. Enfin, Noah arriva quelques minutes plus tard, et après avoir rassemblé toutes ses affaires, commença à rédiger sa lettre. Evelynn, sa mère, allait être très contente, ça il en était certain !


FIN DU RPG !

~ Miss Loewy est puissance ~ ; il me fallait une signature, souvenir du bon vieux temps... :3
Amy Holloway sur un balai c'est genre un minimoys sur un brin d'herbe
Mon code couleur : #662240