Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Gryffondor

Ici, les élèves de Gryffondor se retrouvent pour partager un repas, ou simplement de bons moments ensemble.

RPG actuel : Rentrée du 1er Septembre (voir table des professeurs)

Il en est du romantisme fiévreux comme de la moule pas fraîche : quand on en abuse, ça fait mal au cœur.

Table de Gryffondor

Gabriella avançait vers sa table, le regard surexcité. Elle avait peine à croire qu'il y avait quelques secondes encore, elle ne savait pas où elle allait être. Mais maintenant elle voyait tous les élèves de sa maison, assis à cette grande table en bois, occupés à manger pleins de bons plats préparés par les elfes de maison. La fillette n'avait aucune peine pour les elfes de maison, du fait qu'il avaient à faire tout ce labeur. Et puis maintenant, ils étaient payés. Elle avait entendu dire qu'ils aimaient leur travail, tant mieux pour tout le monde.

Elle alla donc prendre place sur le banc, entendant à peine les autres premiers années qui étaient entrain de se faire répartir. Devant elle s'étalait différents mets, qui avaient tous l'air délicieux. Des rôtis, de la purée, des légumes, des salades, des gâteaux, du jus de citrouille... La canadienne se servit de viande accompagnée d'une sauce aux champignons ainsi que de haricots verts, au fumé sans pareil. Elle versa également du jus de citrouille dans son verre et regarda en silence avec les autres les dernières répartitions. Elle ne pouvait que ressentir comment devait être l'état d'esprit de ces élèves. C'est pour dire, quelque chose qui allait leur arriver une fois dans leur vie, et allait guider leur chemin pour sept ans. Pendant sept ans ils allaient rester dans leur nouvelle maison, rester dans la même salle commune, et grandir avec les mêmes personnes.

Plus la fillette y pensait, plus elle se disait que finalement, c'était peut-être une chance pour elle d'avoir déménagé en Angleterre. Qui sait où elle serait allée si elle était restée au Canada ? Elle n'aurait jamais connu Poudlard et tous les mystères qui l'entoure. Même si elle avait eu du mal avec ce changement de vie, peut-être qu'au final il s'agissait d'une chance.

Enfin la cérémonie de répartition prit fin, et Gabriella se présenta, tout sourire, aux membres de sa maison :


- "Salut ! Moi c'est Gabriella, mais ça vous l'avez sûrement compris ! Et vous ?

La façon directe dont elle s'adressait aux personnes pouvait parfois déstabiliser un peu. Mais l'enfant n'était nullement intimidée par les plus grands que soi.

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Table de Gryffondor

La Répartition. Une épreuve que nous avons pour la plupart d’entre nous, tous enduré. D’une, la majorité d’entre nous ignorions à quoi elle consistait. D’une part, l’on retrouvait les parents des enfants issus de familles sorcières qui avaient préféré garder le secret, clamant à tout va «c’est une surprise, tu le découvriras bien assez tôt mon chéri», et d’autre part, les enfants de moldus qui ne pouvaient trouver une réponse dans aucun livre. C’est ainsi que nous restions dans l’ignorance, condamnés à entendre ceux qui soit, sont trop flippés et se répètent en boucle des sorts qu’ils ont avalés dans leurs fichus bouquins, soit de ceux qui probablement connaissent le rituel et sadiques, s’amusent à torturer de pauvres esprits bien étroits en leur affirmant qu’il fallait...combattre un troll pour être réparti. L’on tombait à Gryffondor, si l'on réussissait à le vaincre, à Serdaigle si l’on réussissait à convaincre le Troll de capituler, à Poufsouffle si la créature t’aplatissait à plates coutures et enfin à Serpentard, si tu réussissais à ne pas rentrer dans le «ring» pour battre le Troll. Lorsque la directrice adjointe vint leur apprendre comment se déroulait la répartition selon la tradition, Jill sut qu’ils s’étaient bien littéralement foutus de sa poire. Saloperies.

De deux, il y avait le doute. Ce doute qui s’imprégnait en nous, nous entachait et nous dévorait, tandis qu’une question se lisait dans notre regard. *Par merlin mais dans quelle maison vais je atterrir!!?* Et bien sûr chacun d’entre nous avions une préférence pour une ou plusieurs maisons en particulier. Des attirances. Dans le cas de Jill, elle eut pour les maisons de Rowena Serdaigle et de Godric Gryffondor, un intérêt vif et soudain. Puis, celle-ci, s’était rabattue sur la maison des lions. Il était certain que de devoir chercher une réponse à une énigme pour pouvoir rentrer dans la salle commune des aigles, l’aurait bien vite ennuyé.

Et de trois, il fallait passer devant des centaines d’inconnus qui gardaient leur regard fixé sur toi pour ensuite enfiler un choixpeau laid et fripé qui te tombait devant les yeux. Autant donc dire que l’on se sent vite ridicule à attendre le moment fatidique. Le verdict. La sentence. Puis elle finit par tomber, en hurlant. A vous briser les tympans. A croire que tout le monde était sourd ici présent! Jill serra les dents et retira vigoureusement le choixpeau de sa tête, avant de se diriger d’un pas rapide vers sa table sous les acclamations de ses camarades de maison.

Peu à peu la table des lions se remplissait de nouveaux élèves et la répartition finit par prendre fin. Alors que le ventre vide de la jeune fille se tordait de douleur et réclamait de la nourriture, Jill entendit une voix s’élever non loin d’elle :


«Salut ! Moi c'est Gabriella, mais ça vous l'avez sûrement compris ! Et vous ?»


Incrédule, Jill posa ses yeux bleus sur cette jeune fille aux longs cheveux bruns qui semblait vouloir s’affirmer et renvoyer une image. Une personne sûre d’elle. La Gryffondor plissa ses paupières, en se rendant compte que son prénom ne lui rappelait rien. Manquait plus qu’elle ne fasse attention aux noms des gens. Surtout qu'il y en avait plusieurs dizaines. Non. A la suite de sa répartition, Jill s’était contentée d’observer le comportement des élèves et leurs visages emplis d’inquiétude l’avaient bien amplement satisfaite!

«S’lut. Moi c’Jill, même s’il me semb’bien inutile d’le préciser.»


Les grondements de son estomac se firent à nouveau entendre. Le repas se faisait bien désirer! Posant une main sur son ventre, la rouge et or reprit :

«Y a eu une r’béllion des elfes d’maison et ils ont d’cidé de s’bouffer le repas ou quoi?»

"L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux."
Jill Ryan, déesse sadique, humoriste incomprise et conseillère en images à votre service (merci les filles =p)

Table de Gryffondor

Dylan se sentait un peu perdu autour d'une telle immensité. Il faut dire que la grande salle de Poudlard était plutôt vaste et pouvait en surprendre plus d'un au premier coup d'oeil. D'ailleurs, le jeune homme n'avait pas vraiment su où poser les yeux lorsqu'il y était entré pour la première fois il y a de cela une bonne trentaine de minute. Le plafond était d'une beauté à couper le souffle et Dylan n'avait pas cessé de contempler les étoiles qu'il était possible d'apercevoir en son sein. Il régnait dans cette salle un brouhaha sans précédent et le plafond tranchait avec cette ambiance survoltée. Il faut dire que la répartition des nouveaux élèves dans l'une des quatre maisons n'était pas quelque chose de commun. Enfin, pour ces nouvelles têtes du moins. Dylan était lui aussi passé par là il y a quelques minutes et le Choixpeau lui avait attribué la maison Gryffondor. Le jeune garçon n'était pas peu fier de ce choix et il s'était promis d'honorer le blason des Gryffondor en restant le plus brave possible même si quelques minutes auparavant, pendant que le Choixpeau décidait de son sort, le garçon avait failli avoir une attaque. Tout cela était très nouveau pour lui bien que ces parents soient tous deux sorciers le jeune Dylan n'avait pas connaissance de ses pouvoirs avant l'âge de ses huit ans. Il avait donc encore tout à découvrir mais il en avait déjà pris plein les mirettes : un plafond décoré admirablement qui l'envoûtait, des bougies qui flottaient un peu partout donnant une atmosphère chaleureuse à toute la pièce et un chapeau magique qui parle, tout cela en une soirée ? C'en était beaucoup pour un garçon de onze ans quand bien même Dylan n'en loupait pas une miette : tout le fascinait et en plus d'une grande fierté d'avoir été accepté chez les Gryffons, il prenait plaisir à voir autant de nouvelles têtes et de nouveaux mystères dont il rêvait d'en percer le mystère.

Dylan avait été accueilli à bras ouverts dans sa nouvelle maison : tous avaient applaudi son arrivée au sein des Gryffondors même si c'étaient plus les précédents petits nouveaux qui avaient plus entamé la conversation. *Normal, les plus vieux ont déjà leurs amis et tout le reste * avait-il pensé, quelque peu déboussolé par autant d'animation. Il n'y avait pas tant de mouvement dans sa petite maison à Londres. Mais tout cela lui faisait vraiment chaud au cœur et tandis que certains se présentaient, d'autres mangeaient avec appétit les différents mets mis à disposition. Dylan ne savait d'ailleurs pas trop par où commencer : du poulet, du raisin, un peu de légumes, le jeune homme ne savait pas par quoi commencer mais il est vrai qu'il commençait à avoir l'estomac dans les talons. Néanmoins quelque peu réservé, il avait timidement choisi une pomme puisqu'il ne voulait pas non plus passer pour un gros mangeur, quand bien même il adorait manger et avait souvent très faim. Plus tard, de nombreux autres élèves étaient venu rejoindre Dylan et les autres à leur table, pendant que d'autres élèves étaient répartis ailleurs. La cérémonie touchait alors à sa fin et la directrice de l'école avait ouvert les festivités et déclaré que tous pouvait à présent profiter du copieux repas que les elfes de maison avaient préparé. Dylan s'apprêtait donc à faire comme son voisin en piochant dans les plats lorsqu'une voix féminine parvint à ses oreilles :

- "Salut ! Moi c'est Gabriella, mais ça vous l'avez sûrement compris ! Et vous ? "

Dylan tourna la tête vers cette jeune fille qui semblait clairement vouloir se sociabiliser dès son admission chez les Gryffons et Dylan admirait cela. Il n'était pas particulièrement timide mais il n'avait pas vraiment songer à entamer les présentations avec qui ce soit. Une autre jeune fille se présenta d'une façon un peu étrange sous le nom de Jill et semblait parler à moitié, en mâchant quelque mots. Le jeune homme trouvait cela plutôt amusant et esquissa un petit sourire. Ainsi, cette Gabriella n'était pas la seule à vouloir se familiariser avec sa nouvelle maison et ses nouveaux camarades. Ou peut-être avait-elle répondue par pure politesse pour éviter à Gabriella de sentir extrêmement seule ? Dylan ne se posa pas vraiment la question, il entendit plutôt cette Jill renchérir :

«Y a eu une r’béllion des elfes d’maison et ils ont d’cidé de s’bouffer le repas ou quoi?»

La remarque de Jill laissait Dylan perplexe puisque de nombreux plats étaient déjà disposés sur la table tandis que d'autres arrivaient en masse. Mais bon, s'il elle avait vraiment faim, il fallait qu'elle se dépêche puisque la table semblait remplie de nombreux gloutons qui n'hésitaient pas à se servir plusieurs fois ! Dylan commençait vraiment à avoir les crocs lui aussi et il prit d'abord soin de se réserver une bonne cuisse de poulet dans son assiette, ainsi qu'un peu d'eau puisqu'il commençait à avoir soif. Il mordit dans son morceau de poulet, termina tant bien que mal le morceau qu'il avait dans la bouche pour ensuite s'adresser aux deux jeunes filles, plus précisément à Jill en premier lieu :

" En fait, tu devrais plutôt te dépêcher de manger ce qu'il y a sur la table .. Il n'y aura bientôt plus grand chose à ce rythme !" avait commencé Dylan. " Moi c'est Dylan, au passage. Il semblerait que nous allons passez du temps ensemble" avait-il terminé en souriant.

Il fallait bien commencer quelque part et ces deux jeunes filles semblaient tout à fait sympathiques aux yeux de Dylan. Qui plus est, il n'allait pas rester tout seul dans son coin toute l'année alors autant commencer maintenant à se faire des connaissances. Gabriella semblait plus enclin à l'amitié que Jill qui affichait un regard un peu circonspect qui déroutait Dylan et qui jugea alors bon de remettre le nez dans son assiette pour terminer son morceau de poulet, avant de se resservir. Les deux jeunes filles n'étaient pas très loin de la place où il s'était assis, mais d'autres Gryffons étaient assis non loin et semblaient, eux-aussi, quelque peu perdu au milieu de tant de nouvelles têtes. Dylan essaya alors de se présenter du mieux qu'il pu à quelques autres Gryffons tout en observant Jill qui semblait sur la défensive, alors que Gabriella semblait ravie qu'on l'ai entendu, même à plusieurs places de distance.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Table de Gryffondor

Il en fallait bien peu pour satisfaire la petite. De la bonne humeur, de bonnes choses à manger, une bonne ambiance... Tout lui convenait. On ne pouvait donc pas dire qu'elle était difficile. Et puis tout ce qui se passait actuellement autour d'elle la fascinait. Elle regardait avec plaisir les plats qui s'étalaient devant elle, le plafond magique, la table des professeurs, les autres élèves... Tout était également sujet de distraction. Elle fut donc contente que ses paroles furent arrivées aux oreilles de quelques élèves. Qui plus est, étaient des premiers années. Peut-être de nouveaux compagnons ? Elle tourna donc sa tête vers la fillette qui se présenta sous le nom de Jill. Elle avait une façon de parler très rapide ; elle mâchait les mots. Mais avant que Gabriella ait eu le temps de dire quoi que ce soit d'autre, un garçon prit la parole, s'adressant dans un premier temps à Jill.

- "En fait, tu devrais plutôt te dépêcher de manger ce qu'il y a sur la table .. Il n'y aura bientôt plus grand chose à ce rythme ! Moi c'est Dylan, au passage. Il semblerait que nous allons passer du temps ensembles."

Il n'y avait aucun doute là-dessus. Les trois enfants allaient sûrement être ensembles en cours. C'était une bonne chose de commencer à rencontrer des personnes dès le début. Ainsi, les trois petits ne seraient pas seuls. La canadienne mémorisa les deux prénoms avant de reprendre la parole.

- "Alors, heureux d'être à Gryffondor ? Moi particulièrement. C'est la maison qui me correspond le plus. Normal d'ailleurs, si le Choixpeau m'a envoyé ici."

Elle disait ça avec une banalité déconcertante, se servant au passage de spaghettis, comme si elle annonçait la météo. C'était d'ailleurs cette faculté de parler sans aucun soucis qui la caractérisait en partie.

- "Vous êtes inquiets ou pas de savoir comment ça va être ici ?"

La fillette avait cependant prononcé cette question en regardant alternativement les deux autres enfants. Pour sa part, elle n'appréhendait absolument pas. Tout ce qui s'ouvrait devant elle n'était qu'excitation et joie.

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Table de Gryffondor

La faim. L’une des pires formes de supplice que dû endurer Jill dans sa vie, aussi courte soit elle. Bien sûr je ne vous parle pas de la vraie faim. Celle qui vous rappelle à chaque minute que votre estomac est vide depuis bien trop longtemps, que votre chair et que votre masse musculaire en finissent par fondre sur vos os à tel point que ceux là même en deviennent saillants à travers votre peau fragile et desséchée. Il ne vous reste même plus d’énergie nécessaire pour vivre. Pour survivre et lutter contre la mort qui s’approche un peu plus de vous chaque jour. Non, dans le cas de la petite Jill, s’en était insignifiant et risible. Mais tout de même assez pour se plaindre, car c’était ce que faisait tous les êtres humains. Ils n’étaient bons qu’à ça après tout. Ainsi, la gryffonne préféra centrer son attention sur autre chose, espérant que cela la détournera de son estomac qui réclamait et priait pour un peu de clémence et observa les membres de sa maison présents autour de la table. Sa seconde famille. Mis à part certains premières années terrifiés qui semblaient vouloir se terrer six pieds sous terres, l’ensemble semblait à l’aise et heureux de se retrouver pour une nouvelle rentrée scolaire. La rouge et or ne put s’empêcher de penser à ces moldus dont la rentrée était synonyme de torture qui les révulsait tous tellement. Tout était bel et bien différent à Poudlard. Une bonne ambiance générale baignait dans l’atmosphère ponctuée de quelques éclats de rires qui fusaient par ci et par là.

L’enfant leva les yeux portant enfin plus d’attention à la pièce dans laquelle elle se trouvait et en fut stupéfaite. Plusieurs dizaines de bougies flottaient dans les airs au-dessus de leurs têtes, les flammes vacillaient renvoyant une douce lumière tamisée qui apportait chaleur et réconfort. En guise de plafond, des centaines d’astres et de constellations étincelaient et s’étalaient sur toute la longueur de la salle. A croire que la grande salle s’ouvrait directement sur le ciel. Ils n’avaient vraiment pas fais les choses à moitié dans cette école! Mais Jill revint rapidement les pieds sur terre et reporta son attention sur les bougies, en se disant qu’il n’y avait finalement pas piètre idée que de choisir des bougies en déco! Blasée, la rouge et or se prépara mentalement à devoir quitter la Grande Salle recouverte de cire. Quelle plaie! Mais en fin de compte, il était vrai que depuis le début de la soirée, aucune bougie ne lui avait rendu l’insigne honneur de salir son uniforme. Ainsi bon...la magie y était pour quelque chose. Forcément. La magie ne pouvait qu’être la seule explication possible à bons nombres de choses irrationnelles dans un tel endroit.


«En fait, tu devrais plutôt te dépêcher de manger ce qu'il y a sur la table .. Il n'y aura bientôt plus grand chose à ce rythme ! Moi c'est Dylan, au passage. Il semblerait que nous allons passez du temps ensemble.»


Jill Ryan dévisagea l’individu qui venait de lui adresser la parole. Un jeune garçon également en première année. Un petit blond. A premier abord, l’innocence même semblait se dégager de chacun des traits de son visage. Alors qu’un rictus à peine perceptible vint étirer ses lèvres, la première année jeta un coup d’œil à la table et vit qu’en effet, plusieurs dizaines de plats diversifiés en tout genre recouvraient la table. Alléluiaaaa. Le saint graal! Les fumets irrésistibles vinrent attiser ses sens et alors que son estomac grondait plus fort que jamais, elle se jeta sur les pommes de terre, les gratins et le lard avec une avidité dévorante. Au diable les bonnes manières! A partir du moment où celle-ci put avaler quelques bouchées de son plat, Jill prit enfin la peine de répondre au jeune garçon. D’une simple phrase.

«Quelle perspicac’té.»

Puis, insatiable, la fillette continua à dévorer le contenu de son assiette, en se resservant à plusieurs reprises. En engloutissant cette nourriture à une telle vitesse , il lui paraissait évident que celle-ci terminerait son repas en un temps record. Speedy Gonzales baaabe.

«Alors, heureux d'être à Gryffondor ? Moi particulièrement. C'est la maison qui me correspond le plus. Normal d'ailleurs, si le Choixpeau m'a envoyé ici.
, fit la dénommée Gabriella avant de reprendre la parole quelques secondes plus tard. Vous êtes inquiets ou pas de savoir comment ça va être ici ?»

Jill s’arrêta instantanément de mâcher. C’était pas crédible. Dans le genre pas du tout. Il n’y avait aucune intonation dans sa voix et celle-ci aurait carrément même pu lâcher un bâillement étouffé en plein milieu de sa phrase que cela n’aurait rien changé à la situation. La fillette reprit sa mastication, ayant grand mal à croire un traître mot. Et puis zut manquait plus que ça. Elle s’en tamponnait bien le coquillard.


«C’plutôt pas mal. Et malgré c’te r’valité, l’maison S’pentard m’aurait quand même bien plu aussi.
, répondit la jeune fille en avalant une gorgée de jus de citrouille. F’drait être un idiot ou être ‘talment inconscient pour n’pas être un min’mum inquiet. M’fin dans m’cas, l’excitation est plus forte donc ç’va...pour l’instant.»

"L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux."
Jill Ryan, déesse sadique, humoriste incomprise et conseillère en images à votre service (merci les filles =p)

Table de Gryffondor

«Quelle perspicac’té.», avait répondu la dénommée Jill.

Dylan avait entendu sa réponse mais comme il n'aimait pas trop son comportement depuis qu'il l'avait remarquée il avait jugé bon de ne rien répondre. De toutes les façons, cette Jill ne semblait pas vraiment enclin à la conversation et préférait manger comme un ogre. * Je veux bien qu'elle ait faim, mais tout de même, la politesse, ça existe*, avait songé le jeune garçon. Il n'était pas courant de tomber sur une personne de la sorte et en plus Dylan ne comprenait qu'un mot sur deux à ce qu'elle disait puisqu'elle semblait soit avoir des problèmes d'élocutions soit ne pas vraiment savoir parler français. Quoiqu'il en soit, Dylan n'avait pas trop prêté attention à sa réponse quelque peu cinglante et puis il n'avait aucune idée de quoi lui répondre de toutes les façons. De plus, le jeune homme n'était nullement présent pour s'attirer des ennuis dès ses premières heures à Poudlard, le but recherché était tout autre. Il termina donc son verre d'eau et prit une des dernières grappes de raisins rouge qui étaient disposés sur un magnifique plat en argent, à seulement quelque centimètres de lui. On aurait presque dit que ce plat l'appelait, Dylan adore le raisin. Tout en profitant de ce fruit juteux, il constata que la table se vidait déjà des plats qui étaient pleins il y a à peine une vingtaine de minutes, tout en écoutant Gabriella qui semblait vouloir sympathiser à tout prix :

«Alors, heureux d'être à Gryffondor ? Moi particulièrement. C'est la maison qui me correspond le plus. Normal d'ailleurs, si le Choixpeau m'a envoyé ici. Vous êtes inquiets ou pas de savoir comment ça va être ici ?»

Le moins que l'on puisse dire c'est que le sens de la conversation était d'assez bas niveau. Certes les jeunes gens venaient d'arriver et aucun d'entre eux ne se connaissaient mais de là à aborder des sujets bateau de la sorte ... D'ailleurs, un coup d’œil avait suffit à Dylan pour comprendre que Jill semblait partager son opinion.Il est vrai que cette jeune Gabriella souhaitait peut-être se faire des amis comme tout les nouveaux arrivants à l'école mais elle s'y prenait d'une façon un peu ... banale. Il y avait des façons un peu plus originale de commencer une conversation et ça, Dylan le savait bien puisque son père était le roi pour entamer des conversations farfelues avec lui. Cependant, Dylan n'avait pas hérité d'un tel " don " et préféra passer son tour sur la question posée. De toutes façons, il ne savait pas trop quoi lui répondre pour rebondir sur un autre sujet un peu plus intéressant. Il avait préféré écouter les conversations des autres premières années non assises à côté de lui et qui semblaient discuter des mystères qu'ils avaient entendu sur le château avant leur cérémonie de répartition. La conversation était tout de même un peu plus intéressante pour Dylan puisque sa curiosité naturelle le poussait à s’intéresser à ce genre de choses. Cependant, il avait tout de même pu entendre Jill rétorquer à Gabriella :

«C’plutôt pas mal. Et malgré c’te r’valité, l’maison S’pentard m’aurait quand même bien plu aussi., répondit la jeune fille en avalant une gorgée de jus de citrouille. F’drait être un idiot ou être ‘talment inconscient pour n’pas être un min’mum inquiet. M’fin dans m’cas, l’excitation est plus forte donc ç’va...pour l’instant.»

Décidément, on ne comprenait pas un mot de ce qu'elle disait. Bien qu'après quelques instants de réflexion Dylan avait pu comprendre le sens de ses propos, il ne comprenait pas pourquoi Jill s'évertuait à parler ainsi. Mais ne voulant pas non plus attiser les flammes de la rivalité, il avait préféré se taire. Et de toutes façons, Dylan était quelqu'un de tolérant et il apprendrait à faire avec. Et tout bien réfléchi, cela donne un côté mystérieux au personnage de Jill. Gabriella semblait un peu déroutée de la réponse de sa camarade et Dylan l'était tout autant. C'était un peu comme si Jill prenait tout cela à la légère ... On aurait même dit que la jeune fille était un peu hautaine sur les bords... Bien que Dylan soit un jeune garçon aventureux, ce qu'il l'attendait dans l'enceinte de ces murs le perturbait un tant soit peu. Il ne savait pas trop à quoi s'attendre et cela l'excitait au même titre qu'il s'inquiétait un peu de savoir sur quoi il pourrait tomber au détour d'un couloir. Mais pour l'heure il ne se posait pas vraiment toutes ces questions, il réfléchissait plutôt à sa première nuit dans le château, loin de son domicile familial. Il se demandait surtout si il allait pouvoir tenir le coup loin de ses parents avec qui il était très proche. Il fallait que le jeune homme se sociabilise et se fasse des amis, des connaissances tout du moins, il tourna alors son attention envers les deux jeunes filles :

" Personnellement, je n'ai pas vraiment très peur, mais je suis inquiet sur ce qui nous attend. Mais je trouve que l'acceuil est déjà pas mal ! Et puis Gryffondor n'est pas une mauvaise maison je trouve ! Au contraire, les personnes qui y sont acceptées semblent très sympa ! "

Dylan affichait un sourire qui se voulait très amical et rassurant pusqu'il sentait bien que la jeune Gabriella cherchait un peu de réconfort. Elle avait l'air un peu perturbée à dire vrai. Dylan se resservit dans les fruits pour prendre une poire cette fois-ci. Il fallait bien varier les plaisirs après tout. Mais il se disait que si Jill continuait de la sorte, il se tournerait définitivement vers les autres Gryffons fraîchement arrivés, en se promettant néanmoins de reparler à Gabriella dans les jours qui viendront.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Table de Gryffondor

Gabriella faisait ce qu'on aurait ou appeler une analyse des personnes avec qui elle parlait. Dans sa tête, bien évidemment. D'un côté il y avait Jill, qui était une personne assez distante et méfiante, et sûrement un poil sûre d'elle (mais pas dans le mauvais sens), et qui ne devait pas être du genre à rester dans sa salle commune à lire un livre. Elle savait qui elle était et ce qu'elle voulait, ou ne voulait pas. Du moins, c'était ainsi que le ressentait la canadienne. Et puis de l'autre côté il y avait Dylan. C'était un jeune garçon poli et respectueux, aimable, qui n'avait pas l'air d'être du genre à chercher les embrouilles. Deux personnalités relativement différentes. Il y avait-il une chance qu'une amitié puisse fleurir entre eux deux ? Peut-être. Comme on dit, les opposés s'attirent. Et entre les deux, il y avait donc Gabriella. Pour tout vous dire, elle était un peu un mélange des deux personnalités. Sûre d'elle, comme avait l'air de l'être Jill, aimable et joyeuse, comme avait l'air de l'être Dylan. Elle voyait en Jill une amie potentielle pour faire les quatre cents coups (mais peut-être se trompait-elle complètement, ce n'était qu'une première analyse), et en Dylan un ami avec lequel on pouvait discuter facilement, de tout et n'importe quoi (ou presque, du moment que ce n'était pas un sujet "bateau", car il est vrai que c'est toujours mieux de partir dans de grandes conversations et théories sur les Dragées de Bertie Crochue). Voici donc comment pour l'instant, Gabriella voyait les personnes avec qui elle parlait. Mais peut-être qu'au fur et à mesure du temps, ce qu'elle pensait être juste s'avèrerait être complètement erroné.

Elle finit son assiette de pâtes et se sentie repue. À moins que ses friandises préférées arrivent. Dans ce cas là, elle aurait toujours de la place. Mais pour l'instant, elle préférait parler avec les deux autres premiers années. D'ailleurs, peut-être qu'eux ne le préféraient pas. Mais si c'était ainsi, tant pis. La canadienne trouvait cela terriblement ennuyant d'être seul. Pour l'instant, tout ce qu'elle voulait, c'était en savoir plus sur les deux gryffons.


- "Et vous venez d'où vous ? Vous avez toujours su que vous étiez des sorciers ?"

En réalité, elle n'avait pas vraiment envie d'entendre "Je viens de Londres, et j'ai un frère". Elle voulait savoir s'ils avaient des anecdotes intéressantes à partager de leur vie d'avant, des anecdotes dangereuses et passionnantes, et ainsi peut-être déboucher sur une conversation qui allait être très intéressante...

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Table de Gryffondor

L’assiette de la Gryffonne se vidait à vue d’œil. L’on pouvait ainsi se demander comment diable l’estomac d’un si petit être pouvait il donc renfermer autant de nourriture? Cela avait été le cas pour tous ses proches. Même lorsque onze longues années furent passées, la question se révélait toujours être un véritable mystère. Mais Jill ne s’était jamais prêtée au jeu. Chaque personne est comme il est, avec ses quelques ressemblances et ses nombreuses différences. Et puis il y avait parfois des questions qui étaient faîtes pour rester sans réponses après tout. Des choses irrationnelles. Comme la magie avec ses processus inexplicables et incompréhensibles. Comment la magie était elle présente dans notre organisme ? Et sous quelle forme? Circulait elle dans le sang? Dans la lymphe? Était elle concentrée dans un organe en particulier? Par quels processus prenait elle vie à travers notre baguette? Comment la baguette pouvait elle donc bien aider à canaliser la magie? Et pourquoi était elle présente en nous et pas dans d’autres individus? Des dizaines de questions défilaient et s’entrechoquaient dans la cervelle de la jeune fille. Des questions sans réponses. Certainement devaient elles le rester car personne ne s’y était intéressé et n’avait effectué de recherches ou peut être que finalement les professeurs le lui enseigneraient durant les années à venir. En tout cas elle l’espérait.

Jill leva les yeux de son assiette à présent vide et jugeant bon de ne pas se resservir au risque de finir la tête dans la cuvette des toilettes, celle-ci observa ses deux interlocuteurs. D’un côté il y avait ce petit blondin qui semblait vexé et piqué au vif par la remarque quelque peu ironique lancée par la rouge et or un peu plus tôt, mais avait préféré de rien rétorquer. La fillette reprit son verre et avala quelques gorgées de jus de citrouille, amusée. Certains êtres humains s’énervaient si vite et pour si peu. La faiblesse humaine. Et d’un autre côté, il y avait cette petite brunette qui ...et bien qui les observait également...pour je ne sais quelle raison. Voyez vous je ne possède pas cette faculté de lire dans les pensées. Mais Jill ne savait que trop penser de ce petit individu, à part qu’il lui semblait évident que celle-ci était assez ouverte et curieuse de connaître ses semblables.

La première année entreprit alors de prendre une pomme et de la couper en parts égales. Il lui semblait qu’à un moment donné, le jeune garçon avait prit la parole, certainement pour répondre à Gabriella. Mais Jill n’écouta qu’à moitié, jugeant que ce n’était pas nécessaire, la conversation étant d’une banalité sans pareille. La rouge et or observa les portes de la grande salle avec une envie avide et ardente, voulant les franchir et altérer sa curiosité, parcourir tous les couloirs, ouvrir chaque porte jusqu’à se perdre dans le château, découvrir les secrets dissimulés derrière chaque mur, trouver la bibliothèque et se noyer dans les vieux livres, se rendre au terrain de Quidditch et tenter d’enfourcher un balai pour s’envoler, porter aveuglément ses pas dans le parc jusqu’à même franchir la forêt interdite, tout mettre sens dessus dessous dans le bureau de l’infâme Rusard etc, la liste n’en finissait plus. Mais non, elle était clouée sur place, comme tous les autres élèves. Elle était certain que d’autres élèves ici présent gardaient également en eux, une véritable soif d’aventure. Fallait il encore les trouver.


«Et vous venez d'où vous ? Vous avez toujours su que vous étiez des sorciers ?»

Jill reporta son attention sur Gabriella. Étant donné qu’elle était coincée ici, autant passer son temps de façon plus intelligente. Ainsi la rouge et or préféra lui répondre.


«Hm, j’viens d’une f’mille d’moldus. Et m’fin comme la plupart d’entre nous j’pense, ouais j’ai t’jours su que j’étais ...différente. J’ai s’tout commencé à être sac’ment bien paumée le jour où j’ai fais une sacrée c’nnerie et que celle-ci s’est r’parée comme si ...jamais rien n’était arrivée.»


Jill se tut, ne fournissant pas plus d’explications. D’une parce que celle-ci n’étalait jamais vraiment sa vie, de deux parce qu’elle ne voulait pas en parler et de trois parce qu’elle ne parlait jamais beaucoup. Point final.


«Dîtes...étant donné que moi je n’connais rien d’tout ça, parlez moi de P’dlard et de ses mystères. Z’avez pas des tuyaux j’sais pas n’imp’te quoi d’utile et de palp’tant?»


Croquant dans une part de pomme, Jill se mit à sourire intérieurement, une lueur d’excitation venait de s’allumer dans son regard et vibrait férocement. La véritable aventure allait certainement commencer, car avant de se mettre à l’action, fallait d’abord récolter des infos.

"L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux."
Jill Ryan, déesse sadique, humoriste incomprise et conseillère en images à votre service (merci les filles =p)

Table de Gryffondor

RPG actuel : 20 Septembre, arrivée des délégations de Beauxbâtons et Durmstrang.
Voir : table des professeurs

Merci de respecter ce contexte.

Il en est du romantisme fiévreux comme de la moule pas fraîche : quand on en abuse, ça fait mal au cœur.

Table de Gryffondor

RPG actuel :

24 DÉCEMBRE
20H00

Il en est du romantisme fiévreux comme de la moule pas fraîche : quand on en abuse, ça fait mal au cœur.

Table de Gryffondor

Il était assit depuis plus d’une vingtaine de minutes sur le long banc qui courait le long de la table des Gryffondors, dans la grande salle. Aujourd’hui, nous étions la veille de Noël, et, pour l’occasion, les voix de la chorale de Poudlard se font entendre, dans un silence quasi religieux.
Jordan n’aimait pas cette période de l’année, car cela fait maintenant, jour pour jour, quatre ans qu’il a découvert ses pouvoirs, mais pas de la meilleure manière qu’il soit : il a mit le feu à la maison d’un de ses camarades de classe de l’époque, qui avait osé insulter sa mère de la pire des façons qu’il soit. Heureusement pour lui, à ce moment, il n’y avait personne dans la maison, et il ne causa que des dégâts matériels. C’est donc le vingt-quatre décembre qu’il découvrit ses pouvoirs, que sa mère lui apprit qui ils étaient vraiment, et que son père est retourné quelques temps chez sa famille, dans le Sud de la France…

La voix de la Directrice stoppe nette ses pensées :


« Bonsoir à tous, et avec un petit peu d’avance », joyeux Noël, fit-elle avant de marquer une brève pause. « Je suis particulièrement honorée de partager ce moment avec nos amis de Durmstrang et Beauxbâtons. »

Il sent qu’elle n’en pense pas un traitre mot, mais ce n’est pas ses affaires, il se contente donc de se reconcentrer sur ce qu’il se passe ici et maintenant, la Directrice désirant finalisée son discours :

« Sur ce, je vous souhaite à tous un bon appétit. Profitez-bien de cette agréable soirée. »

Elle se rassoit, pour ensuite parler avec les professeurs qui étaient assis à la même table. Il soupire, et retourne sur sa nourriture : même si cela faisait plus de quatre mois qu’il était dans cette école, il ne s’était pas encore totalement adapté à ce nouveau cadre.

Il mange donc tranquillement, sans se pressé, tout en discutant avec une de ses camarades, qui s’était installée tout de suite à ses côtés : il connaît son nom, ainsi que son histoire, et il espère pouvoir l’inviter boire une bière-au-beurre, à Pré-au-lard. Mais il ne compte pas lui faire son invitation tout de suite. A la place, il finit de manger, puis part vers son dortoir.

"Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !"

Table de Gryffondor

Reducio
~ Ce RPG se situe au tout début du mois de février.
~ Arthur est encore en 3e année pour ce rpg.


De Battre mon cœur s'est arrêté


La Grande salle était bruyante. Le dîner venait d'être servi, les professeurs et les élèves mangeaient à leur table respective dans la bonne humeur générale. Certains parlaient des cours qu'ils avaient eu dans la journée, d'autres se plaignaient de leurs mauvaises notes et de la sévérité des professeurs et d'autres encore préféraient oublier le travail et échangeaient des blagues hilarantes.

Arthur, lui, était arrivé un peu en retard. Il était entré depuis plusieurs minutes dans la Grande salle, mais il ne vint pas s'asseoir à la table des Serpentards pour autant. Non, il avançait doucement mais sûrement, les mains moites et les jambes tremblantes, vers la table des Gryffondors. Il ne souriait pas, preuve qu'il était vraiment très stressé ! Et il la regardait elle. Nora Starks, sa cavalière du bal de noël et depuis, élue de son cœur. Je ne vais pas vous raconter pendant des lignes et des lignes l'amour que le petit Arthur portait à la gryffonne. On le sait déjà. Je vais plutôt vous dire ce qu'il faisait là et le rêve qu'il avait fait la nuit passée.

La Saint-Valentin approchait à grands pas. Elle n'était pas encore là, mais le jeune garçon ne voulait plus attendre. Il n'avait pas pu revoir Nora depuis le bal et elle lui manquait ! Alors il voulait lui dire ce qu'il ressentait pour elle. Et il avait beaucoup réfléchi sur la façon de procéder ! Il avait même demandé conseil à sa grande sœur Ava qui lui avait proposé de personnaliser un poème pour Nora ! Mais il avait peur de détruire ainsi l’œuvre d'un grand poète et que ce soit super nul...
Après, il avait rêvé la nuit dernière. Il s'était vu dans la même situation que maintenant : s'avançant vers Nora, dans la Grande salle lors d'un dîner, avec la ferme intention de lui dire qu'il était amoureux d'elle. Et puis, arrivé devant elle, il lui avait fait un de ses sourires charmeurs comme sait si bien les faire Hugh Grant. Nora l'avait regardé d'un air interrogateur et là, Arthur lui a offert un immense bouquet de roses et il s'était mis à chanter, avec une irrésistible voix (qu'il n'avait pas en réalité).


« So 1, 2,3, take my hand and come with me
Because you look so fine 
And I really want to make you mine ! »


Là, tout le monde (oui, oui, même les professeurs), dans la Grande salle, s'était levé et s'était mis à danser dans une chorégraphie digne de la meilleure comédie musicale. Arthur, fort de sa confiance en lui et du sourire que lui retournait Nora, monta sur la table en réajustant le blouson en cuir à la Travolta qu'il portait.

« I say you look so fine 
That I really want to make you mine.
Oh, 4, 5,6 see'mon and get your kicks 
Now you don't need that money 
When you look like that, do ya honey. »


Arthur avait alors retiré son blouson en cuir, révélant un Marcel blanc qui mettait en valeur ses abdominaux (qu'il n'avait toujours pas en vrai). Il avait jeté la veste sur Mary Grey et Ambre Baxrendhel qui hurlaient comme des hystériques face au charisme du jeune Grimms. Il tendit la main à Nora et la fit monter sur la table avec lui.

« Big black boots, 
Short blond hair, 
She's so sweet 
With her get back stare. »


Et là, ils échangeaient un regard intense et leur visage se rapprochaient l'un de l'autre au ralenti... Lorsqu'ils étaient sur le point de s'embrasser... Arthur se réveilla.

Tout cela n'était qu'un rêve.

Et il n'avait donc toujours pas d'idée sur la façon dont il allait dire à Nora qu'il était amoureux d'elle. Il décida alors, assis là, dans son lit, au milieu de la nuit, qu'il irait la voir le lendemain et qu'il improviserait sur le moment.

Et nous y étions. Le lendemain, il se tenait là, près de la table des Gryffondors, face à Nora et à son amie. Il inspira profondément et essaya de cacher son stress, même si c'était difficile. Il parvint tout de même à sourire.


« Sa...Salut Nora. Et salut heu... Il ne connaissait pas le nom de la jeune fille qui était avec elle, un stress supplémentaire. Mais il se reprit et regarda Nora dans les yeux. Je sais que le moment n'est pas super bien choisi. Mais aujourd'hui, j'avais vraiment envie de... de te dire que... »

~ magiclandthetopofthetop.tumblr.com ~
Take my smile, that's the only thing I have

Table de Gryffondor

Reducio
Mes prochains posts ne sont en relation qu'avec ceux d'Arthur Grimms et Kaya Ethawee.


L'heure du diner arriva bien plus vite que Nora ne l'aurait espéré. Elle avait beaucoup de choses à faire et avait l'impression de ne pas avancer d'un pouce. Entre ses devoirs, les préparatifs pour le prochain match des Griffes Ardentes et le tournoi des quatre maisons, la Gryffondor n'avait plus une seconde pour elle. Lorsqu'elle vit l'heure, elle rangea ses affaires et descendit trouver Kaya dans le petit salon des quartiers rouge et or. Plus tôt dans la journée, les jeunes filles s'étaient trouvée en cours d'étude des runes et Nora avait proposé à sa camarade de diner avec elle. Elles se mirent donc en route vers la Grande Salle.

A leur arrivée, beaucoup étaient déjà installés et avaient commencé leur repas. Nora fit signe à Kaya de la suivre et elle trouvèrent deux sièges libres côte à côte. Une ribambelle de plats plus appétissants les uns que les autres étaient disposés sur la table. La quatrième année en avait l'eau à la bouche et prit quelques secondes de réflexion avant de choisir son menu.


« J'ai super faim ! Je vais prendre de la purée et du rôti de porc. Et toi ? Comment était ta journée ? » dit Nora.

Alors qu'elle écoutait la réponse de son amie, quelque chose d'étrange attira son attention. Si sa vision ne lui jouait pas de tour, c'était bien Arthur qui avançait vers la table de Gryffondor, l'air torturé. Et il avançait définitivement dans sa direction. La Starks fut prise d'une boule dans l'estomac. Les deux jeunes sorciers ne s'étaient ni vu ni parlé depuis le fameux bal de Noël. Soudainement angoissée et ayant encore un peu de temps, elle tenta de faire diversion.


« Au fait Kaya, j'ai reçu une note de la direction m'informant que notre match contre Serpentard va être avancé. Il ne sera plus le 25 de ce mois, mais le 12. Je n'ai encore prévenu personne mais je le ferais en rentrant en salle commune. »

Nora avait essayé de détourner l'attention d'Arthur qui arrivait à leur hauteur et de son malaise apparent, mais il lui semblait bien que Kaya n'était pas dupe. Elle lui lança donc un regard suppliant, puis se tourna vers le Serpentard en entendant sa voix. Il semblait hésitant, mais déterminé à lui dire que...

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Table de Gryffondor

Reducio
Posts à lier avec ceux de Nora Starks et Arthur Grimms.


Lorsque Nora était venue s'asseoir à côté d'elle au début du premier cours d'Étude des Runes, Kaya avait été agréablement surprise. Les deux Gryffondor se croisaient souvent en Salle Commune et dans les dortoirs, et les entraînements de Quidditch leur donnaient forcément l'occasion de se rencontrer ; mais, Nora étant en quatrième année et Kaya en deuxième, la discussion s'arrêtait là, la plupart du temps. C'est pourquoi la petite irlandaise n'avait pu retenir un sourire en voyant son aînée s'installer sur le même banc qu'elle. Kaya vouait une certaine admiration à Nora. Elle savait comment gérer les Griffes Ardentes avec fermeté mais également une certaine douceur qui faisait toute l'efficacité de ses entraînements. Inutile d'agiter la batte pour se faire respecter. Et les multiples titres d'Élève du Mois et du Gryffondor du Mois ne pouvaient qu'en faire une personne intimidante au premier abord.

Depuis ce premier cours, partager la même table était devenue une habitude pour les deux Gryffondor. Elles avaient commencé par se passer des feuilles de parchemins et de l'encre, et le dialogue était venue naturellement. Les conversations dans les dortoirs se faisaient plus nombreuses, et certains sujets revenaient régulièrement. Ou plutôt certaines personnes, dont une en particulier, qui représentait le sujet de discussion favori des commères de la maison, Kaya en tête. Le ship
Reducio
Nom réunissant ceux de deux personnes que l'on aimerait voir ensemble
Northur était devenu un véritable hymne chez les Gryffondor, et c'était tout juste si l'irlandaise n'avait pas lancé une impression de série de badges à leur effigie. On était Northur shippeur jusqu'au bout ou on ne l'était pas, après tout.

Ce jour-là avait eu lieu un nouveau cours d'Étude des Runes. Comme à son habitude, Kaya avait rejoint Nora sur leur petit banc en bois et elles avaient suivi la leçon ensemble. À la fin de l'heure, sa camarade lui avait proposé de manger ensemble au soir, et la petite irlandaise avait accepté avec plaisir. Elle avait donc rejoint la capitaine des Griffes Ardentes et les deux jeunes filles étaient parties s'installer à la table de leur maison, où les énormes plats de nourriture circulaient déjà entre les élèves affamés.

« J'ai super faim ! Je vais prendre de la purée et du rôti de porc. Et toi ? Comment était ta journée ? » lança Nora.

Kaya commença à dire qu'elle n'était pas si affamée et qu'un peu de poulet et de salade lui suffiraient, mais elle ne répondit pas à la deuxième question. Nora ne le remarqua pas, et pour cause : elle ne semblait plus tout à fait là. Sa camarade était bien assise à côté d'elle, mais son regard fixait un point lointain dans la salle, et elle farfouillait distraitement dans son assiette avec sa fourchette. En suivant ses yeux, Kaya aperçut une silhouette se rapprocher. Une silhouette qu'elle reconnut immédiatement et qui fit apparaître un petit sourire en coin sur ses lèvres. C'était Arthur Grimms, Rédacteur-en-chef des Chroniques du Sale Hasard et futur petit-ami de Nora. Bien que ça, elle ne le savait pas encore.

Nora sembla prise d'une panique soudaine. Elle avait confié à Kaya qu'elle n'avait pas revu Arthur depuis le bal, et elle devait sûrement stresser de le voir ainsi venir vers elle. La petite irlandaise, quant à elle, préparait déjà les pop-corn, mais manqua de s'étouffer lorsque sa capitaine lui annonça que le match contre Serpentard avait été avancé. Elle se demanda si c'était une blague où si Nora voulait juste partager un peu de sa panique avec elle. Arthur arriva à ce moment-là, salua sa bien-aimée et Kaya tenta de cacher son étouffement en s'efforçant de se donner bonne posture.


« Sa...Salut Nora. Et salut heu... Je sais que le moment n'est pas super bien choisi. Mais aujourd'hui, j'avais vraiment envie de... de te dire que... »
commença Arthur.

Kaya salua le nouvel arrivant d'un signe de main, mais ne prit pas la peine de compléter sa phrase. Arthur n'attendait clairement pas de réponse, absorbé par Nora. La Gryffondor se demanda si elle n'était pas de trop dans ce tableau, mais voyant le regard suppliant de Nora, elle se décida à rester un petit peu pour voir comment les événements allaient tourner. Son âme de Northur shippeur aux aguets n'avait absolument rien à voir là-dedans, bien sûr.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion - les Griffes Ardentes
Élève du Mois de Janvier 2017
Gryffindor Girl Power - A.B.
  Retour   Répondre