Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Poufsouffle

Antony ne sut pas très bien comment réagir. Mais la petite semblait surtout tout à fait innocente et assez perturbée, gêné. La timidité l'envahissait comme une boule qui se coinçait au milieu de sa gorge, forçant généralement les gens à contracter l'intégralité de leur corps, à dire des choses étranges, et à se forcer eux-mêmes à des gestes peu naturels. Cette main tendue et ce sourire semblaient bien faire partie de ce genre de gestes qu'Antony ne pouvait pas manquer puisqu'il avait lui-même été à ce point timide... Mais il ne voulait pas la laisser tomber, il n'aurait pas aimé qu'on le laisse tomber à sa place et il aurait surtout moins aimé que la personne remarque qu'il s'était forcé à quoi que ce soit pour ne pas paraitre timide comme semblait le faire ici cette jeune fille. Antony, aussi naturellement que possible tendit alors la main à sa camarade, perdant toute trace d'inimitié ou de doute sur son visage. Il adopta même un franc sourire alors qu'il sera la main de la jeune fille, finalement bien gentille. Après tout, il ne s'agissait que d'une première année...

« Enchanté donc. Moi c'est Antony.

Il ramena sa main à lui lorsque la jeune fille le lui rendit enfin.

« Donc tu faisais du karaté ET du kung fu ?

Antony ne connaissait pas grand chose au Kung fu, mais ce n'était pas le cas du karaté, qu'il avait lui-même pratiqué pendant plusieurs années. Aussi se demandait-il bien quelle ceinture elle pouvait être pour avoir réagit aussi instinctivement.

- Tu dois sûrement être forte pour réagir aussi vite. Je ne connais rien au Kung fu désolé, il se gratta la nuque, gêné mais souriant. Et du coup au karaté, tu étais quelle ceinture ? »

Antony nota qu'il ferait bien d'arrêter de souligner sa précédente réaction au volte-face du Serpentard. Par expérience, il savait qu'elle allait sûrement se sentir encore plus gêné d'avoir surpris Antony.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Poufsouffle

L'ambiance s'était détendue au bord de la table des Poufsouffle et même si Jane n'était pas encore au stade du sourire, elle se sentait déjà plus légère et moins au bord des larmes. Franchement ce problème émotif, elle allait devoir le régler au plus vite pour son propre bien ! Depuis quand une Gryffondor pleure-t-elle pour rien ? Bien que la rouge vienne des Etats-Unis, elle en avait appris beaucoup sur l'école en quelques temps : elle savait maintenant que les maisons étaient une sorte de deuxième famille pour nombre d'élèves et que la sienne représentait le courage. Quelle curieuse ironie !

Anthony lui faisait face, regardant sa main bien tendue vers lui avant de la serrer en un sourire. Finalement, ce Serpentard était bien gentil ! Comme quoi, les clichés qui avaient été débités à Jane étaient faux. Leurs mains reprirent bien vite leur place habituelle et la conversation commença enfin à être un tant soit peu normale.


« Donc tu faisais du karaté ET du kung fu ? »

Anthony semblait assez intéressé par cette simple info que Jane avait lancé comme ça. Peut-être faisait-il lui même un des deux sports ? La première année ne pensait pas trouver un adepte des arts martiaux à Poudlard. Cette école ne faisait que la surprendre, dans le bon, et le mauvais côté des choses.

«  Tu dois sûrement être forte pour réagir aussi vite. Je ne connais rien au Kung fu désolé, et du coup au karaté, tu étais quelle ceinture ? »

Enfin quelqu'un qui s'y connaissait ! Et Jane avait eu raison : Anthony faisait du karaté. Peut-être, un jour, pourrait-il s'entrainer avec elle ? Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas bougé ses muscles et ça lui manquait terriblement !

«  J'étais ceinture marron, 2ème Kyu, j'allais bientôt passer le 1er mais j'ai du venir ici et depuis, je ne m'entraine plus malheureusement. Et toi, quel niveau ? »

Griff et Croc, Griff en cœur, Griff Vainqueurs
Gryffindor Girls Power - A. B
Code Couleur : #FE0841
Un devoir peut faire toute la différence

Table de Poufsouffle

"1er Kyu ?? Wahou tu devais vraiment être forte !"

Antony lui adressa à nouveau un sourire afin de la mettre en confiance. Pas question qu'elle se sente mal comme lui lorsqu'il se trouvait en première année. Ça n'avait pas été un problème de rencontrer des gens ici mais ne pas rougir ou s'effondrer de timidité en était un autre... Et Antony était un Serpentard pourtant ! Mais il ne manquait pas de volonté, manipulation et astuce. Peut-être était - ce cela qui l'avait guider à Serpentard ?


"Moi je n'étais pas aussi bon, je n'étais que ceinture bleue 4e kyu..."


Il fallait dire aussi qu'Antony s'était mis tard au karaté. Il avait pratiqué beaucoup de sports avant d'arriver enfin à celui-ci. Il avait enfin trouver son sport qu'il devait déjà l'abandonner pour Poudlard... Mais il n'y perdait rien au change en fin de compte ! C'était aussi avant qu'il ne se mette au Quidditch ! Il semblait d'ailleurs que chacun de ses sports précédants l'avait préparé au jeu de balai : l'équitation, le volley - Ball, le basket-ball, le hand - Ball, beaucoup de sports de balle en fin de compte. Il avait notamment fait du tenis, obligé par sa mère qui était d'ailleurs une joueuse classée semi-pro. Cela allait sans nul doute l'aider dans son poste de Batteur.

Mais alors qu'Antony pensait Quidditch, il ne put s'empêcher de remarquer une minuscule tâche brune sur le vêtement de la rouge, plus exactement sur son épaule. Antony se pencha légèrement en avant, avant de se rendre compte qu'il s'agissait d'une araignée qui grimpait le long du tissu.

"Tu as un...

Antony se ravisa immédiatement. Peut-être qu'elle avait la phobie des araignées... Antony allait la lui débarrasser sans qu'elle n'ait de soucis à se faire.


-Attend ne bouge pas.


Antony, tâtant la table derrière lui à la recherche d'un morceau de parchemin, ne quitta pas des yeux l'araignée. Il sembla enfin en trouver un et l'approcha doucement de l'insecte. En un coup de poignet c'était réglé, et il lança l'araignée plus loin en arrière, par dessus l'épaule de sa camarade.


-Ha non pardon c'était une saleté."


Le jeune blondinet mentait décidément extrêmement bien. Il savait très bien qu'il s'était agit d'une araignée et non d'une saleté comme il l'avait dit.


-Mais dis moi peut-être que je connaissait ton... hum... Sensei si je puis dire."


Antony lui adressa alors un clin d'oeil, changeant de sujet de façon tout à fait remarquable.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Poufsouffle

" 1er Kyu ?? Wahou tu devais vraiment être forte ! "

Jane sourit intérieurement, à chaque fois qu'elle disait son niveau, les gens étaient surpris. Personne ne pensait qu'une telle force se cachait dans ce corps si frêle. Elle s'entrainait depuis toute petite alors, pour elle, c'était normal d'atteindre un niveau presque d'adulte. Pratiquer l'empêchait de se focaliser sur l'école, sur les cours et surtout, sur ses camarades qui l'excluaient. Elle se vidait la tête avant de replonger dans le monde des livres. Toute son enfance était déconnectée, voilà peut-être pourquoi elle n'arrivait pas à se faire des amis.

"Moi je n'étais pas aussi bon, je n'étais que ceinture bleue 4e kyu..."

Ce n'était pas un si mauvais niveau comme Anthony semblait le penser. Certes, ils avaient un écart de niveau, mais rien d'insurmontable. Et puis peut-être que Jane pourrait aider Anthony plus tard !
*Mais qu'est-ce que je raconte, je vais juste lui demander où il s'entraine et c'est tout !* Du contact oui, mais pas trop non plus !

Alors que Jane allait répondre au Serpentard, Anthony se figea pendant une milliseconde mais la jeune fille le remarqua quand même. Puis il s'approcha d'elle et avec l'aide d'un bout de parchemin il lui enleva, soit disant selon lui, une saleté. La Gryffondor était assez suspicieuse, mais elle ne fit pas de remarque. Anthony avait voulu en quelque sorte éviter qu'elle puisse paniquer. Jane pensait qu'une araignée était venue sur son épaule, comment, c'était le mystère ! Heureusement, elle n'en avait pas peur mais ne dit rien.

-Mais dis moi peut-être que je connaissait ton... hum... Sensei si je puis dire."

Le jeune homme était revenu sur le sujet de base. Jane portait une grande admiration à son Sensei, il faisait parti des personnes qui la connaissait le mieux. Parler de lui la rendit nostalgique mais c'était un doux souvenir.

" C'était Sensei Ka Wang. Mais je ne pense pas que tu le connaisses, je viens des Etats-Unis. " Petite fierté de Jane au milieu de tous ces anglais ! " Au fait, comment fais-tu pour t'entrainer ici ? "

Reducio
Désolé du retard !

Griff et Croc, Griff en cœur, Griff Vainqueurs
Gryffindor Girls Power - A. B
Code Couleur : #FE0841
Un devoir peut faire toute la différence

Table de Poufsouffle

Le nom de ce Sensei ne disait rien à Antony. Il ne devait sûrement pas le connaître. Si ça se trouve, les deux enfants ne pratiquaient même pas le même courant de Karaté. Peut-être que Jane était Shotokan. Il existe déjà tellement de dojo en Angleterre alors si en plus de ça elle rajoutait ceux des États- Unis, Antony ne risquait pas de le connaître. À vrai dire, lui-même ne connaissait que deux ou trois Sensei. Rien de bien conséquent...

«"Une Américaine hein ? Il souria. Le nom de ton Sensei ne me dit rien désolé... Mais attends. Tu pratiques quel type de Karaté ? Parce que si ça se trouve, on ne pratique même pas le même ! Moi c'est du Wado ryu.»

Ou plutôt c'était. Antony n'avait pas pratiqué depuis quelques années maintenant. Pour le jeune sorcier, sa passion était maintenant le Quidditch. Aucun doute la dessus. Après tout, il n'avait aucun moyen ni aucun entraîneur de karaté à Poudlard. Ou peut être que l'un des tableaux l'était ? Cela serait étrange de s'entraîner en Kimono dans les couloirs, devant un portrait... Ou peut être que l'un de ses professeurs était Karatéka ? Mme Kristen peut-être ? Après tout, ne savait-on jamais. Mais cette dernière se débrouillait suffisamment bien déjà avec sa baguette et en usant de magie. Antony doutait fortement qu'elle eût besoin d'un quelconque sport de combat pour se défendre... Peut-être Mr Ferkskjold. Antony connaissait peu de choses à son sujet après tout. Quelles pouvait bien être ses passions ?

Tout à coup, l'estomac du jeune garçon gargouilla comme rarement. Visiblement, jour de Noël, il était temps pour un petit Fondant du Chaudron ! Il en avait conservé un magiquement lors de sa dernière visite. Il en avait pris plusieurs, mais avait partagé déjà avec Wilson. A présent, il ne lui restait plus celui-ci. Il en profita également pour prendre quelques Dragées Surprise de Bertie Crochue, accrochant au passage ses boîtes vides de Chocogrenouilles. Il visa principalement les verts, et pria pour tomber sur herbe. Mais il se rendit rapidement compte de son impolitesse et se tourna vers sa camarade.


"Non pour l'entraînement, je ne fais plus rien, maintenant, c'est Quidditch. Au fait, tu veux des bonbons ? J'ai même des Patacitrouille si tu veux ?"

Le jeune garçon acheva ses propos en mordant goulument dans son fondant.

Reducio
En souligné : les mots Magie, Baguette, Poudlard, Sorcier, Tableau, Chocogrenouille, Patacitrouille, Fondant du Chaudron, Dragées Surprise de Bertie Crochue et le nom de 5 personnages du forum et que ces noms ne soient pas à l'affilée.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Poufsouffle

Antony était vraiment un garçon très souriant, peut-être voire même trop ! Jane n'était pas du tout habituée à voir dans de bonne humeur. Depuis six mois, elle voyait plutôt la vie en nuance de gris alors cette joie lui réchauffait le coeur. Elle allait dire à ses parents qu'elle s'était fait un ami, ils seraient contents. Bien sûr, ils ne sauraient pas que cette lettre serait la première totalement vraie depuis qu'elle est à Poudlard.

« Une Américaine hein ? Le nom de ton Sensei ne me dit rien désolé... Mais attends. Tu pratiques quel type de Karaté ? Parce que si ça se trouve, on ne pratique même pas le même ! Moi c'est du Wado ryu.»

Jane sourit à l'annonce de tous ces termes techniques. Une personne tierce à la conversation aurait sans doute du mal à les comprendre mais pour elle, tout ça venait naturellement ! Elle était d'ailleurs vraiment heureuse et surprise de trouver un amateur de karaté ici ! Et ce n'était pas un gars qui se la pétait en ne connaissant rien du tout. Non, il savait vraiment de quoi il parlait.

« Ah on est pas dans le même style. Je pratique du Shito-Ryu. »

Basé sur l'esquive et le blocage, ce style s'accordait parfaitement à la taille minuscule de la jeune fille. Ainsi, elle pouvait bien se défendre et décourager facilement l'adversaire. Ce n'était pas vraiment le même style qu'Antony qui privilégiait la souplesse et les postures hautes.

« Non pour l'entraînement, je ne fais plus rien, maintenant, c'est Quidditch. Au fait, tu veux des bonbons ? J'ai même des Patacitrouille si tu veux ? »

Les bonbons... Heureusement qu'ils avaient été là pour la faire tenir lors de cette année ! Dès que ça n'allait pas, c'est-à-dire au moins une fois par jour, elle mangeait une chocogrenouille ou se laissait tenter par un fondant du Chaudron. Le chocolat était son met le plus onctueux, le plus délicieux et celui qui la remettait le plus en forme lorsque ça n'allait pas. Jane recevait toutes ses friandises par hibou et ses parents se demandaient vraiment ce dont elle faisait de tout ça. Ce à quoi elle répondait qu'elle les partageait naturellement avec ces amis. Ca leur suffisait comme excuse.
Antony tenait un paquet de Dragée Surprise de Bertie Crochue dans ses mais. Ces petits bonbons étaient le mal incarné mais étaient parfait pour piéger les gens ! Elle adorait tenter le sort en prenant un dragée orange. Ce qui voulait dire, soit vomis (le pire goût au monde), soit pêche (le meilleur goût au monde !).


« Je vais tenter le sort et prendre un Bertie Crochue orange ! »

Elle piocha dans le paquet que tenait le Serpentard et en sortit un beau dragée orange. *Pitié, pourvu que ce ne soit pas vomis !* pria-t-elle. Malheureusement, ses voeux ne furent pas exaucés. Ce goût là était vraiment terrible ! Il fallait absolument que ça passe et le seul moyen était un grand vert d'eau.

« De l'eau. De l'eau ! Vomis, c'est vraiment immonde ! »

Reducio
Désolé de ce retard. :sweatingbullets:

Griff et Croc, Griff en cœur, Griff Vainqueurs
Gryffindor Girls Power - A. B
Code Couleur : #FE0841
Un devoir peut faire toute la différence

Table de Poufsouffle

Antony se sentait désolé d'avoir tenu cette proposition à sa camarade... Peut-être qu'il n'aurait pas dû ! Cela lui rappelle la toute nouvelle sorte de bonbons qu'Antony avait proposé à sa mère, lors de leur dernier camping. Il s'était agit d'un bonbon en forme de carte, et chaque carte du jeu avait un goût différent, certains à l'artichaut, mais ils avaient surtout la faculté de changer la langue en une certaine couleur. C'est ainsi que la mère d'Antony s'était retrouvée avec un damier sur la langue, impossible de l'enlever. Le blondinet se souvient que sa mère avait d'abord paniqué et il n'y avait rien que le jeune garçon puisse faire pour elle malheureusement... Surtout qu'à son jeune âge, le jeune sorcier n'avait pas le droit de faire de la magie dans en-dehors de l'enceinte de Poudlard, comme le faisait très souvent remarqué le tableau du noble français du quatrième étage... *Quelle buse ce tableau...*

« Ho non, je suis désolé... ! Désolé ! Désolé ! Désolé ! »

Antony ne savait pas très bien quoi faire pour se faire pardonner. Que pouvait-il faire ? Si sa camarade avait été aspergé de jus de citrouille, il lui aurait sauté dessus pour lui laver les vêtements, mais que pouvait-il faire contre un Dragée ? Mais alors que le jeune garçon se dandinait sur sa chaise, anxieux, la cloche sonna. Il était apparemment 19h. *Déjà !*

Le Serpentard n'avait pas remarqué qu'à présent, bien plus de monde se trouvait dans la salle et que biens des regards étaient dirigés vers les deux jeunes enfants, surtout Antony, qui n'avait rien à faire à cette table.

« Heu... Écoute désolé...

Antony ne savait pas quoi lui donner en dédommagement de ses peines...

- Ho, je sais ! Heu.. Tiens...

Il sortit de son sac un paquet de baguette réglisse, après avoir hésiter un court instant pour ses Chocogrenouilles, puis il sortit quelques-unes des baguettes du sachet qu'il déposa délicatement devant la jeune, sur la table. Puis se leva, rangeant ses affaires avec précipitation.

- Heu... Je dois y aller, il faut que je me prépare pour le dîner désolé...

Il se gratta la tête, toujours aussi confus, les yeux mis-clos. Il prit tout de même de se demander si, à force d'ainsi se gratter, il ne finirait pas par avoir des croûtes dans la tête, ou à perdre des cheveux...

- Donc... Heu... J'y vais... À une prochaine... ? »

Il avait commencé à finir sa phrase par un ton affirmative avant de finir sur une interrogation dans un virage de dernière seconde. N'attendant pas de réponse, il tourna les talons, espérant qu'en rentrant du dîner ce soir, il pourrait lire un livre, confortablement installé dans un fauteuil, tongs aux pieds.

Reducio
Fin de ce RP pour moi merci. :)

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Poufsouffle

La bouche de Jane était complètement engourdie par l'horrible goût vomis qui l'avait envahi quelque instant plus tôt. Qui avait eu l'idée de créer ce parfum immonde ? Franchement, le simple fait de prendre ce bonbon pouvait faire vomir quelqu'un ! Jane, complètement dégoutée, se dépêcha de boire un grand verre de jus de citrouille qui trainait sur la table. Et tant pis si quelqu'un avait déjà bu dedans ! L'urgence de la situation exigeait bien cette entorse à l'hygiène ! Quoique de toute façon, ça ne gênait pas vraiment la jeune fille. En face d'elle, Antony se décomposait à vu d'oeil et paraissait vraiment embêter.

« Ho non, je suis désolé... ! Désolé ! Désolé ! Désolé ! »

Jane allait lui répondre que ce n'était rien, que ça pouvait arriver et que la prochaine fois, elle essaierait d'avoir un meilleur goût ! Même si pour être franche, elle savait bien qu'elle ne retoucherait pas à un de ces dragées de sitôt ! Les chocogrenouilles et les patacitrouilles étaient des bonbons bien plus sûrs ! La Gryffondor voulut le rassurer mais avant même qu'elle n'ait pu avaler une dernière gorgée de jus de citrouille, elle fut interrompue par la cloche qui résonna dans toute la salle. Il était 19h. Jane n'avait pas vu le temps passé ! Elle ne pensait vraiment pas, en arrivant dans la Grande Salle, parler avec un inconnu et encore pire, lui parler pendant une aussi longue durée ! Intérieurement, elle était plutôt fière d'elle car elle avait réussi à aligner plus de deux mots !

Si Jane avait regardé Antony, elle aurait su que celui-ci était en proie à une panique grandissante plutôt loufoque ! Et elle se serait surement moquée intérieurement. Mais la question ne se posait pas car elle ne s'intéressait pas à lui. Ce fut seulement lorsqu'il répéta encore une fois qu'il était désolé qu'elle releva la tête. Elle voulait vraiment lui dire que ce n'était pas grave mais elle n'arrivait pas du tout à en placer une ! Bientôt, elle se retrouva avec un sac de baguette réglisse dans les mains, en guise de dédommagement. Puis, Antony s'excusa encore une fois, mais pas pour la même raison cette fois-ci. C'était bientôt l'heure du repas et il devait partir se préparer. Jane, de son côté, était déjà prête ! Elle mangeait tout le temps toute seule alors elle s'en fichait de paraitre fraiche et bien apprêtée ! La naïveté de Jane l'empêcha de penser qu'avec cette fausse excuse, c'était elle que fuyait Antony. Et quand bien même elle l'aurait compris, elle s'en fichait un peu. Mais juste un peu.

C'est ainsi que Jane se retrouva en plein milieu de la Grande Salle, à quelques minutes de l'heure du repas, avec un sachet plein de bâton réglisse dans les mains. Tout s'était passé si vite, Antony avait disparu trop soudainement et elle n'avait même pas eu le temps de le remercier, ni même de lui dire qu'elle n'aimait pas les bâtons réglisses. Son père par contre, c'était une autre histoire et il serait très content de les recevoir vu que de toute façon, Jane n'avait personne avec qui partager ses bonbons.


Reducio
Rpg terminé ! La table est de nouveau libre !

Griff et Croc, Griff en cœur, Griff Vainqueurs
Gryffindor Girls Power - A. B
Code Couleur : #FE0841
Un devoir peut faire toute la différence

Table de Poufsouffle

RPG actuel :

1ER SEPTEMBRE 2042
20H00

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys

Table de Poufsouffle

James Silvershade sortit de la gare de Pré-au-Lard en suivant tous les élèves qui n’étaient pas en Première Année. Malgré la nuit sombre au-dessus d’eux, le garçon parvenait à distinguer quelques nouvelles têtes grâce à la lampe de Hagrid ainsi que la luminosité de la lune. Des têtes blondes, brunes, rousses, des excités et des joyeux, et d’autres, calmes et nonchalants, attendaient devant la carrure imposante du demi-géant qu’était le garde-chasse de l’Ecole de Sorcellerie Poudlard.
Lorsque James fut à l’extérieur de la gare, celui-ci aperçut les diligences qui conduisaient les élèves supérieurs à la Première Année jusqu’au château pour le moins imposant. Une nouvelle année commençait pour le préfet de Poufsouffle.
Il grimpa dans une des diligences prête à partir. Les créatures qui les tractaient étaient invisibles aux yeux du Troisième Année. Les Sombrals n’étaient visibles pour une personne qui si celle-ci avait vu la mort de ses propres yeux. Evidemment, cela n’était pas le cas pour James ; même si sa mère était morte il y a un an, il ne l’avait pas vue, la mort. Ces créatures commencèrent alors à marcher et la diligence roula en direction de Poudlard. Les personnes qui s’y trouvaient étaient totalement inconnues à James. Un garçon qui avait l’air d’avoir son âge se tourna vers lui.

« Bonsoir ! Tu t’appelles comment ? »

Le Poufsouffle trouvait cela un peu exaspérant, mais il allait quand même lui répondre.

« James. Ou Jim, comme tu préfères. »

Le garçon avait l’air un peu excité, totalement l’inverse du Poufsouffle en ce moment. Ce dernier était normal, ni excité, ni en déprimé, il ne voulait juste pas s’intéresser à lui.

« Moi c’est Antoine, en Deuxième Année à Gryffondor. »

Gryffondor. Deuxième Année. Les informations rentraient dans la tête de James, mais il ne se préoccupait pas si elles en sortaient ou non. James n’avait aucune préférence pour les maisons, qu’il s’agissait de Gryffondor, Serpentard, Serdaigle ou Poufsouffle, pour lui, ils étaient tous égaux.
Antoine, voyant que le Poufsouffle ne répondait pas, lui parla un peu plus calmement.

« Et toi, tu es en Deuxième Année aussi ? »

Le préfet de Poufsouffle n’avait pas envie de se donner la peine de répondre, mais il le fit pour son image. On aurait dit après qu’il n’était pas chaleureux ni avenant ; seulement ce Antoine ne l’intéressait guère.

« Préfet de Poufsouffle, Troisième Année. »

La discussion, ou ce qui semblait être une discussion, ne se faisait que dans un sens : seulement Antoine posait les questions. Lorsque James avait prononcé les mots « préfet de Poufsouffle », son interlocuteur avait été surpris, et cela avait l’air de le calmer encore plus, comme s’il craignait déjà le pire.

« Tu es préfet ! D’accord… »

Il avait l’air de ne plus savoir quoi dire, et à son plus grand étonnement, James relança la discussion.

« Je ne vais pas te manger, tu sais… »

Mais Antoine ne parla plus du reste du trajet qui les séparait de Poudlard.

***


Installé au bout de la table des Poufsouffle, James attendait impatiemment la rentrée des Premières Années, puis le discours du professeur Loewy, pour enfin manger. La faim lui torturait l’estomac, car celui-ci n’avait rien mangé de la journée.
Les grandes portes de la Grande Salle s’ouvrirent et laissèrent pénétrer le professeur Almeida et les nouveaux élèves. La répartition commença alors. Le tabouret sur lequel était le Choixpeau était positionné devant la table des professeurs. James ressentait l’angoisse des nouveaux élèves, et se mettait à leur place en se souvenant de sa propre répartition. Lorsqu’il avait été envoyé à Poufsouffle, cela ne lui avait fait ni chaud ni froid, mais lorsqu’il avait découvert cette maison par la suite, il s’y était senti tout à son aise.
L’alphabet démarra et les élèves furent répartis dans les différentes maisons. Arrivée à la lettre C, la sous-directrice appela une certaine Maïka Cooper après un Jack Connor. Celle-ci fut envoyé à Poufsouffle et James applaudit en même temps que toute la table, mais oublia bien vite son nom et son visage, attendant impatiemment le repas. Les élèves défilaient au rythme du Choixpeau ; vers la fin, un garçon plutôt petit, nommé Owen Stein, fut envoyé à Serpentard.
Quand le reste des élèves fut réparti, la directrice se leva et entama son discours.

« Bon retour à Poudlard, et bienvenue à nos nouveaux élèves. Nous sommes heureux de vous accueillir. Poudlard sera votre foyer durant les sept prochaines années et fera de vous des sorciers accomplis. Il y a quelques changements parmi vos professeurs, cette année. Les cours de Sortilèges seront assurés par le professeur Eawen Keith, qui prend également la direction de la maison Gryffondor. Les cours de potions seront assurés par le professeur Anja Van Drecken, qui sera, quant à elle, à la tête de la maison Serpentard. »

Le professeur Loewy continua par annoncer qu’il y avait du matériel de Quidditch tout neuf pour les joueurs, et fit un point sur les autorisations spéciales. Evidemment, la forêt interdite était prohibée aux élèves, et ceux désireux de se rendre dans la réserve de la bibliothèque devaient se munir d’une autorisation spéciale. Puis elle frappa dans ses mains, et les plats apparurent. Enfin James pouvait rassasier sa faim, avant de faire son « job » de préfet, qui était de guider les Premières Années de Poufsouffle jusqu’à leur salle commune.

« Eh bien, bon appétit. »

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys

Table de Poufsouffle

Après la répartition, Eliada s'éloigna de la grande estrade et s'avança vers les places laissées pour les premières années. Il balaya la table du regard comme pour prendre en considération sa longueur démentielle comme un rappel des nombreux mois et années qu'il allait passer ici. Il fallait qu'il s'habitue à ce lieu, à son atmosphère et à ces couleurs. Bien qu'il ne soit pas un grand amateur de la couleur jaune, il devait s'y faire et l'associer à présent à sa maison. Il s'approcha de la table, elle était pleine de couverts et d’assiettes ou de plats n'attendant plus qu'être remplis. Plusieurs groupes d'élèves d'années supérieures étaient déjà en pleine discussion, surement - pensa t-il - pour raconter leurs vacances respectives. A l'évocation de nouveaux poufsouffles il remarquait toutefois que les discussions s'arrêtaient un instant pour applaudir poliment les nouveaux arrivants en première année.

Eliada avait faim, la tombée de stress lui avait ouvert à l'appétit et sa timidité était dorénavant moins forte que son souhait de rejoindre une table qu'il allait devoir fréquenter fréquemment. Mais les mots poétiques du choixpeau résonnait encore quand il posa la première fois les yeux sur ses camarades. Il évita toutefois de croiser trop intensément leurs regards. Sa timidité l'emportait quand même sur son désir de s'intégrer. Par ailleurs s'intégrer devenait finalement assez secondaire le ventre vide. Une fois devant le banc :


- "Bonjour à tous", dit-il d'une petite voix aux autres élèves déjà en place. Il réajusta machinalement ses cheveux et vérifia s'ils étaient bien attachés. Il pris alors place devant une assiette qui n'allait pas tarder à être remplie. Une fois assis, le stress retomba quelque peu. Il n'était plus aux yeux de tous et l'épreuve était passée.

A sa gauche il voyait les autres élèves monter l'estrade pour la répartition et le nom des maisons être énoncé par le choixpeau. Sept lettres encore. En face de lui la table des Gryffondors continuait à accueillir les nouveaux arrivants, toujours très nombreux.

Il pensa alors : "ca y est ... tout commence". Il se demandait alors quelle allait être l'ambiance qui régnerai dans sa future maison. Son esprit s'égara un instant pour imaginer la taille que pouvait faire les plus gros grimoires de la bibliothèques. Il y avait désormais dans de lieu à visiter, et il n'en était là, qu'au premier. Le premier pas.

Après que les noms et les répartitions furent terminés, il écouta le discours et les différentes recommandations. Spécifiquement sur les lieux interdits aux premières années. La directrice finit son discours et par un claquement les plats apparurent. Différents plats, certains connus, d'autre beaucoup moins, attirés désormais son attention. Enfin il allait pouvoir manger. Il prit quelques mets qu'il déposa dans son assiette tout en jetant des coups d’œil aux camarades des autres années.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »

Table de Poufsouffle

Iphigénie regarda autour d'elle, les yeux pétillants de bonheur et un sourire en coin démontrant à quel point elle était fière d'être en ces lieux !
Elle s'approcha du choixpeau et s'assit d'un air impatient sur le tabouret, le verdict ne tarda pas à arriver : POUFSOUFFLE !!

La maison de la Loyauté, ça lui convenait parfaitement, malgré sa froideur la jeune brune aux yeux bleus pouvait être une amie féroce.

Elle se promit de parvenir à son but quoi qu'il arrive : être auror et sauver des vies.

Table de Poufsouffle

Alice s'autorisa à souffler, elle était arrivée dans la grande salle. Discrètement, pour ne pas se faire remarquer, elle se glissa doucement jusqu’à sa table et prit place sur l'une des chaises. Sa rentrée avait été éprouvante * dans tout les sens du terme et elle se promit de ne plus jamais rater le Poudlard Express. Elle jeta un coup d’œil sur les premières années qui attendaient leurs tours et remarqua que la plupart d'entre eux tremblaient. La jeune fille sourit, se rappelant qu'elle aussi, elle avait tremblé comme une feuille lors de sa rentrée ! On était déjà à la fin de l'alphabet quand Alice tourna sa tête vers l'estrade, si l'on pouvait appeler ça ainsi. Un garçon attendait de connaître sa maison, le choixpeau magique sur la tête. Ce dernier l'envoya à Poufsouffle et le sourire d'Alice s'élargit, selon son point de vue, Poufsouffle était vraiment la meilleure des maisons et ceux qui y tombaient avait beaucoup de chance, elle par exemple. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua même pas que plusieurs nouveaux élèves s'étaient approchés de la table. Aussi sursauta t-elle quand l'un d'entre eux, prit la parole :
" Bonjour à tous "
C'était le Poufsouffle qu'elle avait vu peu après son entrée dans la grande salle; il avait parlé d'une toute petit voix. Elle décida de lui souhaiter la bienvenue :
" Bienvenue ... Elia ... Eliod ... désolé je ne me rappelle pas de ton prénom, comment t'appelles tu déjà ? "
Puis elle s'adressa à tous les premières années :
" Je vous souhaite à tous la bienvenue à Poudlard et plus important dans cette belle maison qu'est Poufsouffle ! "
Puis, elle regarda tous les nouveaux un par un, se demandant lesquels auraient assez de courage pour engager une conversation.
Reducio
* = ~lien~

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Vive les Pouffys !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
Gardienne des Frelons : Pouffy Powa !!!
Blaireau du mois d'octobre 2017
RNA chez les Pouffys : Les nouveaux avant tout !

Table de Poufsouffle

Avec Elina Montmort


Trente-huit bougies magiques accrochées au plafond. Trente-neuf, quarante...

Maïka cessa de compter lorsqu'elle entendit la sous-directrice prononcer le nom de Thomas Dobson. Le garçon blond qu'elle avait rencontré sur la barque se faufila à travers la foule des Première Année et se dirigea vers le Choixpeau d'un pas tranquille. Lorsque le couvre-chef magique commença à analyser Thomas, Maïka se mit à espérer qu'il serait réparti à Poufsouffle, avec elle. Elle aurait aimé avoir au moins un visage connu dans sa maison.

« SERPENTARD ! »

Zut. Thomas se leva et se dirigea vers sa table avec l'air d'être indifférent à son sort. Apparemment, il n'avait pas menti lorsqu'il avait affirmé ne pas se préoccuper des maisons. Il s'assit parmi ses nouveaux camarades sous les applaudissements des Serpentard et croisa le regard de Maïka, qui lui sourit. Elle craignit un instant qu'il ne l'ignore, mais il lui répondit avec un très léger sourire et leva discrètement son pouce en l'air.

L'esprit de Maïka s'en alla dans d'autres mondes jusqu'à ce le professeur Almeida prononce le nom d'Aurora Jackson. Le Choixpeau sembla prendre une éternité pour prendre sa décision, mais le destin d'Aurora se lia finalement à Gryffondor. Elle rejoignit sa table avec un air choqué qu'elle essayait maladroitement de cacher. Elle attrapa le regard de Maïka et désigna Thomas d'un coup de menton puis prit un air scandalisé, un peu comme pour dire à Maïka : « Mais qu'est-ce qu'il fait à Serpentard, ma maison, celui-là ? » La Poufsouffle masqua son amusement et haussa les épaules avec un petit air désolé.

Marvin Orchard fut réparti à Serdaigle, selon ses bons désirs, et n'accorda pas un seul regard à ses trois compagnons de barque. Il semblait les avoir oubliés. Tant pis. Thomas avait l'air d'inspecter minutieusement chaque Serpentard et Aurora semblait se plaindre de sa répartition auprès d'un garçon de Gryffondor à peine plus âgé qu'elle. Il devait sans doute se demander sur quelle tarée il était tombé.

Maïka recommença à compter les bougies flottantes pendant que la répartition se terminait. Quand tous les élèves de première année eurent rejoint leur table respective, la directrice se leva et entama son discours de bienvenue que la Poufsouffle n'écouta qu'à moitié. Elle ne revint sur Terre que lorsqu'un magnifique buffet apparut devant elle. Jamais dans sa vie elle n'avait eu l'occasion de voir autant de victuailles rassemblées dans une seule et même salle !

Elle eut envie de se jeter sur chaque plat mais son regard fut attiré par une drôle de bouteille sur laquelle était écrite l'inscription « Jus de citrouille ». Plusieurs élèves s'en servaient généreusement, comme si cette boisson avait un goût divin, mais Maïka n'était pas très rassurée. Avant de goûter, elle s'adressa à sa voisine de droite, une adolescente aux cheveux blonds et à l'air plutôt sympathique :

« Excuse-moi... Le jus de citrouille, c'est si bon que ça ? Le goût doit faire penser au jus de tomate, non ? »

Et Maïka ne supportait pas le goût de la tomate.

Moins présente.

Table de Poufsouffle

Reducio
Avec Alice mais libre si d'autres personnes veulent s'y ajouter.


En même temps qu'il s'installait à table et qu'il enjambait le banc il tourna la tête vers la jeune fille qui lui adressait la parole.
"Bienvenue ... Elia ... Eliod ... désolé je ne me rappelle pas de ton prénom, comment t'appelles tu déjà ? "

Il fut amusé de cette hésitation. Elle avait au moins retenue le début de son prénom, ce qui marquait - pensa t-il - une certaine attention pour ses camarades qui venait d'être répartis. Avant qu'il est pu souffler un mot et organiser ses pensées pour qu'elles sortent de manière cohérente par sa bouche ; elle s'était retourné et son regard allait désormais plus loin que lui, elle s'adressa à l'ensemble des nouveaux.

"Je vous souhaite à tous la bienvenue à Poudlard et plus important dans cette belle maison qu'est Poufsouffle !"

Elle semblait chercher du regard une réponse ou du moins une approbation à ses dires. Les nouveaux étaient pour la plupart encore écrasés par les évènements de la soirée. Tenaillé par la faim, Eliada avait pris une assiette et c'était servi copieusement. Blanc de poulet, jus de citrouille et une purée de légumes dont il n'identifiait pas encore tous les ingrédients. Il vit à quelques élèves de là un potage également. Il s'était installé près d'Alice et attendit qu'elle eut fini de s'adresser aux autres premières années comme lui. Il vit alors sa camarade Alice se détendre à nouveau et commencer à regarder les plats chargés de nourriture. Il attendis de nouveau que leurs regards se croisent et lui tendit délicatement la main.

- Eliada, c'est Eliada que tu cherchais je pense. Tu n'étais pas loin de mon prénom ! Mais tu peux rester sur Elia aussi si tu veux.

Eliada la regarda alors, un brin amusé, oubliant pour un temps sa timidité. Il souhaitait davantage construire un début de relation avec certains de ses camarades plutôt que s'enterrer, le nez dans son assiette et se plonger dans un mutisme dés le premier soir. Il voulu engager la conversation mais ne savait pas comment sa camarade s'appelait. Il hésita et lui dit :

- "Comment t'appelle tu ? A t'entendre parler ainsi je suppose que tu n'es pas en première année."

Il essaya tant bien que mal de sourire le plus naturellement possible tout en luttant contre des jambes qui, depuis la répartition, subissaient une sorte de retombée de stress. Semblable à une personne atteinte d'un sortilège de jambes tremblantes, les siennes jouaient des castagnettes de plus en plus. D'une légère faiblesse à sa descente de l'estrade jusqu'à maintenant, cela s'était intensifié. Du potage il fallait du potage, il fallait qu'il est un peu plus chaud et surtout il fallait qu'il se calme. Il remarqua également que les autres avant commencé à manger copieusement. Certains plus voracement que d'autres d'ailleurs. Il se dit un instant que tout les gourmands avait du atterrir d'une façon ou d'une autre à Poufsouffle tant la capacité de vider les assiettes étaient impressionnantes chez certains élèves de cette tablée.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »
  Retour   Répondre