Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Poufsouffle

Ce soir là, Elina entamait une nouvelle année à Poudlard. Si on lui avait dit quelques années auparavant que cela lui semblerait aller si vite, elle ne l'aurait jamais cru. Et voilà qu'elle se trouvait à l'aube de son avant dernière année en tant qu'élève de Poudlard. Les bougies flottaient près du plafond comme à leur habitude et la Poufsouffle regardait les première année passer sous le choixpeau magique avec un léger sentiment de nostalgie. Quelques-uns avaient déjà regagné leur table dont une jeune fille juste à sa gauche. Une mignonne petite brune aux cheveux coupés court qui lui donnait l'air d'un petit lutin, amenant Elina à se demander quel air elle pouvait bien avoir eut elle-même quand elle se trouvait à sa place. Il fallut encore un certain temps pour que la répartition s'achève sous l'air un peu déconfit de certains et la joie des autres. Enfin, ils eurent droit au discours de bienvenue traditionnel de leur directrice.

Quand les plats vinrent recouvrir la table des Poufsouffle, Elina commença tranquillement a remplir son assiette avec l'assurance que confère l'habitude face à ses voisins affamés sautant sur la nourriture. En ce premier jour de l'année, elle se trouvait un peu isolée de ses amis, mais cela ne la gênait pas outre mesure. Le banquet de la rentrée était l'occasion rêvée de voir de quel bois étaient fait les nouveaux. La Poufsouffle était d'ailleurs en train d'observer les réactions desdits nouveaux aux différentes tables lorsque sa voisine se manifesta.


« Excuse-moi... Le jus de citrouille, c'est si bon que ça ? Le goût doit faire penser au jus de tomate, non ? »

La jeune fille ne semblait pas franchement emballée à cette idée. Son air indécis était d'ailleurs assez comique, mais Elina se garda bien de le montrer. Elle dut réfléchir sérieusement à la question. Elle n'avait pas bu de jus de tomate très souvent et avait besoin de puiser dans sa mémoire pour trouver comment expliquer la différence à la première année.


« Eh bien... C'est plus épais et onctueux que le jus de tomate. Il n'y a pas non plus la même amertume. Mais je ne peux pas te dire si tu va aimer ou pas. Ça, ça dépend de tes goûts. »

Elina observa un instant les réactions de sa jeune voisine avant de détourner son regard d'elle pour attraper une carafe de jus de citrouille. Déposant la carafe en question devant la première année, elle ajouta.

« Mais si ça t'intrigue, tu devrais essayer, ne serait-ce qu'une gorgée. Ce serait dommage de se cantonner à ses bonnes vieilles habitudes avec d'aussi bons cuisiniers que les elfes de maison ! »

Ne pas se cantonner à ses habitudes... Cela pouvait s'appliquer à la vie à Poudlard en général. Elina se demandait si cette année allait être plus calme que les précédentes sans pour autant se faire trop d'illusions.

Reducio
RPG avec Maïka Cooper.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Table de Poufsouffle

Reducio
Rp avec Eliada mais libre si d'autres personnes veulent y écrire ! ^^

" Je vous souhaite à tous la bienvenue à Poudlard et plus important dans cette belle maison qu'est Poufsouffle ! "
Alice regarda tous les nouveaux un par un, se demandant lesquels auraient assez de courage pour engager une conversation puis elle reporta son attention sur le banquet qui, comme l'année précédente, regorgeait de plat copieux et savoureux. Alors, qu'elle s'appliquait à prendre un peu de chaque plat, elle croisa le regard du nouveau à qui elle avait adressé la parole en premier. Ce dernier lui tendit la main. Alice reposa son assiette, ne voulant pas la casser comme ça lui arrivait souvent, et serra la main de son camarade qui prit la parole :
" Eliada, c'est Eliada que tu cherchais je pense. Tu n'étais pas loin de mon prénom ! Mais tu peux rester sur Elia aussi si tu veux. "
Ah oui, c'était ça : Eliada ! N'empêche que la fillette trouvait que Elia ça rendait quand même mieux ! Elle décida donc qu'elle appellerait son camarade : Elia. Se sortant de ses pensées, Alice posa à nouveau son regard sur Eliada qui avait l'air un brin amusé mais aussi un peu hésitant. Il reprit tout de même la parole :
" Comment t'appelle-tu ? A t'entendre parler ainsi je suppose que tu n'es pas en première année. "
* Alors là, il n'est pas timide ! * pensa Alice, légèrement impressionné. Lors de ses premiers mois à Poufsouffle, la fillette avait eu beaucoup de mal à se lier avec les gens même si les Pouffys l'avaient chaleureusement accueillis ! Heureusement pour elle, sa timidité avait fini par se dissiper au fil du temps... Reportant son attention sur le garçon, elle remarqua qu'il avait l'air un peu gêné et que son sourire était tout sauf naturel. * Peut-être était-il timide finalement... * : se dit la jeune fille. Désireuse de le rassurer, la Pouffy s'exprima d'une voix chaleureuse :
" Ok, je t'appelle Elia dans ce cas ! Sinon, moi c'est Alice, je suis en deuxième année chez les Pouffys ! Tu vas voir, Poudlard est vraiment génial tout comme Poufsouffle d'ailleurs ! "
Puis remarquant qu'Eliada avait encore cet air stressé sur le visage, elle mit ça sur le compte de la faim et ajouta avec un sourire :
" Tu ne veux pas manger un peu, je ne sais pas pour toi mais moi j'ai faim ! "
Puis, tout en disant ces mots, elle se servit dans plusieurs plats qui lui semblaient appétissants et invita son camarade à l'imiter d'un geste de la main.
Reducio
Navrée pour ce retard !

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
"Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé"

Table de Poufsouffle

Avec Elina

Maïka écouta les explications de son aînée avec une mine sceptique. Elle se rendait bien compte qu'expliquer les saveurs était très compliqué, et que le meilleur moyen pour elle de connaître la réponse à sa question, c'était encore de goûter le jus de citrouille - cependant, elle y était tout-à-fait réticente, trop traumatisée par le dégoût que lui inspirait le jus de tomate. Elle n'avait guère envie de goûter une boisson qui l’écœurerait pour vomir devant tout le monde dès son premier jour ici.

« Non merci, ça va, dit-elle en repoussant le jus de citrouille du bout des doigts. »

Elle se leva ensuite, se mit sur la pointe des pieds - elle était assez petite pour son âge - et jeta un œil aux mets étalés sur sa table, puis fit encore un effort supplémentaire pour s'agrandir et essayer d'entrevoir ce qui était disposé sur les tables voisines. Elle se rendit compte que les mêmes plats étaient disposés un peu partout ; apparemment, les sorciers n'étaient pas répartis selon leurs goûts alimentaires, ce qui semblait assez évident, alors les cuisiniers avaient préparé la même chose pour les quatre maisons. Maïka prit également le temps d'observer l'apparence des Poufsouffle, des Serpentard, des Gryffondor puis des Serdaigle, et constata une parfaite mixité. Elle ne repéra aucun point commun physique entre les étudiants d'une même maison. Définitivement, les gens ici n'étaient séparés qu'en fonction de leur caractère, et c'était très bien comme ça. En fait, il aurait même été très inquiétant que les élèves aient été séparés selon autre chose que leur personnalité.

Maïka prit donc un peu de gratin, de petits pois et de poulet, et commença à manger avec une gourmandise dissimulée, dans le souci de paraître civilisée et de faire croire qu'elle savait bien se tenir, même si chez elle, avec Aria, elles se comportaient comme des sauvages à table. Elle avait envie d'entamer à nouveau la discussion avec son aînée, mais elle était un peu craintive, pas très sûre d'elle, surtout que cette fille semblait avoir au moins trois ou quatre ans de plus qu'elle. Cependant, elle avait entendu dire que les Poufsouffle étaient connus pour leur gentillesse et leur bonté, et s'il y avait bien un moment où tout le monde semblait enclin à la discussion, avec l'effervescence de cette soirée, c'était maintenant. Maïka attendit donc quelques secondes, se donna un peu d'assurance, puis reprit, à l'attention de la fille blonde :

« C'est quoi le cours le plus cool ? »

Le pied droit de Maïka tapait régulièrement le sol, mais comme à son habitude, elle ne s'en rendait pas compte. Elle essaya de se souvenir des cours de Poudlard, que son père lui avait quelques fois cités. Il y avait les Sortilèges, ça, elle en était sûre. Ah, et l'Histoire de la Magie, aussi, la matière qui avait l'air d'être la moins intéressante. Maïka et ses troubles de l'attention n'étaient pas faits pour les cours d'histoire. Elle essaya de se rappeler des autres matières, mais rien ne lui vint. Elle avait tout oublié.

Moins présente.

Table de Poufsouffle

Le voyage s'était bien passée dans son ensemble et pour cause, j'avais dormis la plus grande partie de ce dernier. Ce ne fut que le tressautement du train entrant en gare qui me sortit doucement de mon sommeil. J'ouvris d'abord une paupière, puis l'autre. Autour de moi, les gens s'étaient déjà changeait pour revêtir leur tenue d'école. Arrivions-nous bientôt ?
Les freins crissèrent et cela répondit à ma question. La panique me gagna immédiatement, si bien que je me levais d'un bon, tirant de ma valise ma tenue d'école avant de me précipiter vers les toilettes pour me changer. Je n'avais que très peu de temps, car déjà, je sentais l'agitation gagner l'ensemble des voyageurs du train. Je devais me calmer, je devais respirer calmement :

*Souffle… Respire… Colle la langue à ton palais et compte jusqu'à dix lentement.*

Cela me permit de retrouver un semblant de concentration alors que je m'observais dans le petit miroir des toilettes. Je me coiffais rapidement les cheveux avant de les rassembler en une demi-queue afin de dégager mon visage. Je resserrais alors doucement la cravate de ma tenue autour de mon cou avant d'ajuster sur mes épaules la cape dont les accroches en argent teinté joyeusement sur mes épaules.
Il était temps à présent d'avancer. Je ressortis de la pièce pour attendre patiemment la fin de l'entrée en gare du train. Il était difficile de décrire mon état d'esprit dans l'instant présent. J'étais partagée entre la peur, l'angoisse, l'excitation aussi, mais aussi ce sentiment contradictoire et perturbant que je ne saurais décrire. Serais-je simplement à la hauteur ? Nous le verrions prochainement.
Le train s'immobilisa finalement et les élèves commencèrent à descendre tous avec une certaine vivacité. Moi, je traînais un peu à l'arrière, j'attendis que tout le monde soit descendu avant de remettre dans mon sac ma peluche et de déposer ce dernier sur ma valise dans le couloir pour qu'il soit acheminée avec le reste de mes effets personnels dans mon futur dortoir.
J'avais un peu de mal à marcher, sans doute la fatigue, mais surtout le stress qui m'envahissait. Une nouvelle fois, je chassais de mon esprit ses mauvaises pensées en plaquant ma langue contre mon palais et je respirais calmement pour aspirer à une plus grande sérénité.
Je voyais autour de moi des élèves plus âgés portant déjà les attributs de leur maison sur leurs robes de sorciers. Je me demandais bien laquelle maison, je rejoindrais. Nous le saurions bientôt, car déjà, un homme géant nous conduisit vers ce qui semblait être un petit port. Un tout petit port, car hormis les ponts en bois qui permettaient d'accéder à une multitude de barques, il n'y avait rien d'autres. Il nous demanda de monter dans les barques et je me contentais de suivre mes camarades en silence avant de monter doucement dans l'une des embarcations. Maladroitement, je marchais dans cette dernière qui tanguait sous mes pieds, je finis par m'asseoir à l'avant et alors que les petits navires glissaient doucement sur la surface noire du lac, je contemplais les étoiles. Ces mêmes étoiles que j'avais observées le matin même à mon réveil bien avant les aurores. Les revoilà revenus parmi nous. Je souriais malgré moi sans m'en rendre compte alors qu'au loin, l'imposante silhouette obscure du château se dessinait doucement.
Tout se passe alors très vite et nous accélérons pour finalement débarquer dans ce qui semble être les douves du château ou nous montons alors plusieurs marches pour rejoindre les étages supérieurs.
Je suis frigorifiée et je resserre doucement autour de mes épaules ma cape, espérant ainsi me tenir un peu plus chaud. J'avais hâte que nous rejoignions enfin le château et je fus rapidement exhaussait, car un professeur ouvrit la porte pour nous conduire enfin vers notre destin.
C'est donc sous les regards observateurs des élèves plus âgés que nous faisions notre rentrer dans une impressionnante salle. On nous fit nous aligner, puis, quelques instructions sans suivirent avant que ne commence un curieux rituel qui consistait à se coiffer d'un vieux chapeau rapiécé. Je restais intriguée, mais lorsqu'on appela enfin mon nom, c'est doucement que je m'avançais vers le tabouret, pour m'y installer. J'étais beaucoup plus petite que tous les autres élèves et le chapeau me tomba lourdement devant les yeux.
J'entendis alors une petite voix nasillarde me parler. C'était le chapeau… Mes Mains se tordirent l'une dans l'autre dans des gestes de stress évidents. Les paroles du chapeau résonnèrent longtemps dans ma tête jusqu'à ce qu'il m'annonce ma maison :

"Poufsouffle !"

Le professeur me retira le chapeau et je me dirigeais alors vers la table qui exprimait le plus d'enthousiasme à mon arrivée. Je fus intimidée dans un premier temps par les élèves, mais malgré le rouge qui rougissait mes joues, je m'installais sur l'un des bancs de la table, proche des autres élèves, contente d'être enfin quelques part :

"Bonsoir !"

Je continuais alors à observer le spectacle que nous offrais la répartition des autres élèves de premières années. Lorsqu'enfin, la répartition fut finie, un petit discours fut prononcé et le repas débuta enfin. Je restais attentive à mon entourage, mais pour l'instant, je ne parlais pas, me contentant de manger avec lenteur le contenue de mon assiette. Saucisse purée ! Ce n'était pas trop mal pour débuter cette année.

Toutes les montagnes peuvent un jour s'effondrer et jamais ne se relever...
2eme Année RP - 4ème Année Devoirs

Table de Poufsouffle

Avec Maïka


De toute évidence, la jeune Poufsouffle n'avait guère envie de se risquer à des dégustations hasardeuses. Qui sait, elle se déciderait peut-être à y goûter une de ces jour ?


« Non merci, ça va. »


Dit-elle en repoussant la carafe de jus de citrouille des bouts des doigts comme si elle avait craint qu'il puisse lui exploser à la figure si elle était trop brusque. Immédiatement après, Elina pu la voir se lever et s'étirer autant que le permettait son petit corps pour tenter d'apercevoir Merlin savait quoi. Cela lui pris un certain temps au court duquel elle sembla passer au crible l'ensemble des personnes présentes dans la grande salle. Quand elle fini par se rasseoir, elle se contenta de se servir dans certains des plats disposés devant elle mine de rien. Son comportement était assez intriguant, mais Elina avait souvenir de quelques occasions où elle avait du sembler tout aussi étrange lorsqu'elle était arrivée à Poudlard. Elle se garderait donc bien de juger sa voisine. Elina reporta donc son attention sur son repas, tout en cherchant à retrouver des visages connus parmi les élèves très occupés a vider leurs assiettes. Ce fut seulement une fois le contenu de son assiette bien entamé que la jeune voisine d'Elina s'adressa de nouveau à elle.


« C'est quoi le cours le plus cool ? »

La petite brune semblait avoir un don pour les questions difficiles. Le cours le plus cool ? Il était déjà difficile pour Elina de dire quel cours elle préférait alors dire lequel était le plus cool... Elle avait l'impression de revivre le choix déchirant qu'elle avait dû faire en troisième année pour choisir les matières qu'elle poursuivrait les années suivantes.

« Tous les cours sont cool à leur manière. Je reconnais quand même que l'Histoire de la Magie n'était pas ma matière favorite... Je préfère les matières avec un peu plus de pratique. Il y a quand même quelques cours théoriques très intéressant... Comme les cours de Magies du monde par exemple. »

Elina s'arrêta là, se disant que si elle continuait sur sa lancée, elle allait noyer sa voisine sous des flots de paroles dont elle serait certainement vite lassée. Elle détourna donc légèrement la conversation.

« Tu préfère les cours pratiques ou théoriques ? »

C'était par là qu'il fallait commencer si la jeune Poufsouffle voulait savoir quelles matières pourraient lui plaire.

Reducio
Désolée pour ce retard, cela ne se reproduira plus.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Table de Poufsouffle

Avec Elina

L'adolescente de Poufsouffle mentionna l'Histoire de la Magie, confirmant les craintes de Maïka à propos de ce cours. Si même quelqu'un de normal s'ennuyait dans cette classe, Maïka finirait probablement pas mourir d'ennui avant la fin de l'année. Elle se sentit emportée par ses réflexions silencieuses concernant l'Histoire de la Magie et n'entendit pas le reste de la réponse de sa voisine. Par habitude, elle hocha tout de même la tête, comme pour confirmer qu'elle avait compris. C'est le genre de geste très pratique qui permet de faire croire à votre interlocuteur que vous suivez tout ce qu'il raconte. 

Sa voisine fit alors une pause dans son discours et Maïka se demanda si c'était parce qu'elle avait remarqué qu'elle ne l'écoutait plus. Elle n'eut le temps de rien dire que son aînée avait repris la parole, lui demandant si elle avait une préférence pour la théorie ou la pratique. La réponse qui vint aussitôt à l'esprit de Maïka fut simple.

« Aucun. »

Non, aucun. La théorie l'ennuyait, elle perdait toujours rapidement le fil du blabla qui lui était servi, alors il était inenvisageable d'imaginer Maïka écouter tranquillement des explications à propos d'un sorcier sorti de nulle part qui avait inventé un objet dont tout le monde se fichait éperdument pendant une heure. Quant à la pratique, c'était son hyperactivité qui rendait les choses difficiles. Elle était d'une telle maladresse que la pratique tournait souvent au fiasco total. D'ailleurs, Maïka redoutait les cours de Potions, car elle avait entendu dire qu'ils requéraient de la patience, de la précaution et du calme. 

« Mais si je dois choisir, la pratique, concéda-t-elle finalement. Au moins, c'est utile. »

Plus elle observait sa voisine et plus celle-ci lui semblait étrangement familière. C'était un sentiment d'autant plus étrange pour Maïka qui avait une mémoire des visages catastrophique et qui avait l'habitude de ne pas reconnaître ses connaissances. Autant vous dire que c'était la première qu'un visage d'une inconnue lui disait quelque chose. Elle allait faire part de son impression à la concernée, mais, alors qu'elle allait ouvrir la bouche, elle eut le malheur de faire un mouvement de coude un peu brusque et de renverser son sirop de cerise partout sur la table. 

Le rouge lui monta immédiatement aux joues tandis qu'elle s'attirait les regards de ses voisins. Par réflexe, elle leva les yeux vers une des seules personnes qu'elle connaissait un peu, c'est-à-dire Aurore Jackson, la fille de Gryffondor avec laquelle elle avait passé son voyage en barque. Visiblement, elle avait remarqué la bourde de Maïka puisqu'elle était hilare. La Poufsouffle se sentit encore plus gênée et Aurora dut même détourner les yeux pour réussir à calmer son fou-rire.

« Tu connais un sort pour nettoyer ça ? demanda-t-elle à sa voisine d'une voix gonflée. »

Navrée pour ce retard.

Moins présente.

Table de Poufsouffle

Avec Maïka

La toute jeune Poufsouffle avec qui elle avait engagé la conversation semblait avoir toutes les difficultés du monde a garder son attention fixée sur un point bien précis. Peut-être n'avait elle même pas suivit tout ce que lui avait dit Elina. Elle même avait la chance de n'avoir jamais eu de problèmes de concentration. Il suffisait qu'elle se plonge dans un livre pour que tout ce qui se trouve autour d'elle disparaisse. Dans ces moments là, lui parler ne servait a rien. Pour attirer son attention, il ne rester plus qu'a mettre le feu au tapis ou la gratifier d'une petite tape sur l'épaule si l'on n'était pas partisan des solutions extrêmes.
A la question d'Elina, la jeune Poufsouffle répondit spontanément d'un simple :


« Aucun. »

Cela surpris un peu Elina. Habituellement, tout le monde préférait l'un ou l'autre, voir appréciait les deux. Quel plaisir pouvait-il y avoir à se trouver en cours si l'on aimait ni l'un, ni l'autre? Cela pouvait prédire de longues heures extrêmement pénibles à la petite brune. Théorie et pratique étaient si différents qu'il était rare de rencontrer quelqu'un qui n'aima aucun des deux.

« Mais si je dois choisir, la pratique. Au moins, c'est utile. »

Elina oscilla entre un léger soulagement à l'égard de la jeune fille qui ne serait peut-être pas totalement rebutée pas ses heures de cours et une certaine perplexité. Elle n'était pas d'accord avec la jeune fille sur le dernier point évoqué. Certes, la pratique était utile, mais elle semblait sous entendre que la théorie ne l'était pas. Hors, Elina était persuadée que la pratique ne pouvait être qu'approximative si la théorie était ignorée. Pire, elle pensait que la pratique sans la théorie pouvait être dangereuse. Savoir faire quelque chose sans en connaitre toutes les implications pouvait mener à de véritables catastrophes. Mais elle accordait probablement trop d'importance au choix des mots de la jeune fille. Elle aurait tout le temps de se rendre compte par elle même de l'importance de la théorie. Tandis qu'Elina était distraite de son interlocutrice par ses pensées, celle-ci renversa son verre de jus de cerise, qui laissa son contenu se répandre sur la table.


« Tu connais un sort pour nettoyer ça ? »

Elina avait déjà la main sur sa baguette qu'elle sortit de sa poche d'un geste rapide.


« Recurvite. »

Le jus de cerise s'évapora en quelques instant, juste avant d'atteindre le bord de la table où il aurait pu joyeusement dégouliner sur les genoux des élèves assis. Mais si le liquide cramoisie avait disparu, le visage de la petite brune semblait lui avoir volé sa couleur.

« Ne t'inquiète pas, ce genre de petit accident est courant. Et tant que personne n'en a reçu sur les genoux, il sera rapidement oublié. »

De fait, la plupart des élèves qui avait assisté à l'incident avaient déjà détourné leur attention. La rentrée était un moment de retrouvailles et les vacances avaient donné matière a discussion. Chacun des élèves présent avaient bien d'autre chosea à se dire. S'il y avait bien un moment dans l'année ou une petite maladresse de ce genre pouvait passer inaperçue, c'était ce soir.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Table de Poufsouffle

Avec Cassandre

« Poufsouffle ! »

Une jeune fille venait d'être désigné à leur maison. Quand elle s'approcha de leur table Caly remarqua les joues légèrement teintées de rouge de la jeune fille. Elle comprenait ce qu'elle vivait car Caly venait à l'instant de vivre la même chose qu'elle.

« Bonsoir ! »

A sa grande surprise, la jeune Poufsouflle vint s'asseoir près d'elle, Caly répondis à son salut par un grand sourire. Aussitôt l'attention de Caly se reporta de nouveau sur les élèves qui passaient sous le chapeau, impatiente de voir qui seraient les autres premières années avec elle.

Les discours finis, les repas entamés, plus le temps passait et plus la curiosité envers sa voisine devenait grande. On était toutes deux nouvelles à Poufsouffle : Pourquoi ne pas faire connaissance? Se demandait-elle.
Elle leva son regard de son assiette pour regarder à nouveau autour d'elle : Plus ou moins tout le monde discutait et riait, elle aperçu au loin des élèves qui s'étaient lancés discrètement -- quoi que pas vraiment dans une bataille voltigeante de morceaux de brioches. 
De tous les élèves peu importe la table, les premières années étaient facilement remarquable, entre la peur, l'émerveillement et la timidité qui pouvait se lire facilement sur leur visage.

Les couverts posés et les mains tremblante Caly s'encourageait à engager la conversation : Vas-y ! Ce n'est pas si dur ! Juste un salut ! Pensait-elle.
Elle inspira un grand coup pour se tourner à nouveau vers la jeune brune.

« Je me présente, Caly.. Caly Atkins ! Et toi comment tu t'appelles ? »

Peut-être un peu trop brusque ? Se dit-elle. De toute façon il était trop tard. Ce qui avait été fait est fait.

Table de Poufsouffle

Le visage à demi plongé dans ton assiette, tu restais légèrement fermé à tout ce qui se passait autour de toi. Bien que l'accueil est été chaleureux au vue des nombreux applaudissements que tu avais reçu en rejoignant la table des blaireaux, il était désormais bien retombé et tu te retrouvais seule face à tous ses inconnus.

Les élèves des années supérieures faisaient un peu bande à part en ne discutant qu'entre eux et à ce compte-là, il était vraiment difficile de se faire une place dans ce nouvel endroit.

Tu préférais donc te contenter sur ton assiette, mais tu ne pouvais malgré tout t'empêcher de lancer des regards plein d'espoirs aux autres occupants de la table. Peut-être pour faire la conversation, ou tout simplement faire connaissance. Non ? Bon ok … Tu te résignas et commenças à jouer maladroitement avec ton morceau de pain en attendant que le banquet se finisse.

Heureusement, une jeune fille de la même année que toi se révéla suffisamment courageuse pour prendre la parole et t'adresser ainsi un début de conversation. D'abord surprise, puis finalement heureuse, un grand sourire se dessina sur ton visage alors que tu t'empressais de lui répondre :

"Salut Caly ! Moi c'est Cassandre ! Cassandre Mc Wood !"

Tu regardas le reste de la table et puis finalement, tu lui adressas à ton tour la parole :

"Ça fait trop bizarre de se retrouver enfin ici ! J'espère que l'année va bien se passer pour tout le monde !"

Ton regard se fit circulaire en direction des autres élèves qui avait également été répartie à poufsouffle dans la soirée.

Toutes les montagnes peuvent un jour s'effondrer et jamais ne se relever...
2eme Année RP - 4ème Année Devoirs

Table de Poufsouffle

Ceci est un gage ; il n’est pas à prendre en compte.

Juliette était, ce matin là, rentrée dans la Grande Salle avec une feuille de papier dans la main. Elle s’avança vers sa table habituelle, chuchota quelque chose et s’approcha de la table jaune et cuivre.

Elle avait le traque. Elle préparait cette déclaration depuis si longtemps... Comment aller réagir les Gryffondor ? Et les Poufsouffle ? Et les professeurs ?

Tout le monde riait, blaguait, s’amusait, mais personne ne semblait prendre en compte le fait que la Gryffondor est quelque chose à dire. 

Pour se faire voir, elle monta sur un des bancs, et s’attira des regards noirs de la part des Poufsouffle. Puis, quelque temps après, elle s’éclaircit la gorge. 

« Vous, Poufsouffle, si souvent oublié, si souvent perdu. On vous pense naïfs et idiots, mais vous êtes les maîtres de Poudlard. Votre maison, noble, mérite une place importante dans le cœur de tous. Gentils, bienveillants, heureux, forts, durs... Vous rassemblez toutes les qualités requises pour être parfaits, dit-elle en faisant une pause. Ma maison, si indigne et mauvaise, mériterait d’apprendre de vous, comme toutes les autres, d’ailleurs. J’aimerais tellement vous rejoindre dans la meilleure de toutes les maisons. ».

Après avoir clamé cette émouvant discours, Juliette s’assit - à la table des Poufsouffle, évidemment ! -, et commença à manger. 

Autour d’elle, des rires, des visages interloqués et des applaudissements retentissaient. Fière d’elle, la jeune brunette se promit qu’elle serait, à présent, une Poufsouffle, quoi qu’indiquait son insigne.

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

Table de Poufsouffle

Alderus n'avait pas dormi la nuit précédant son départ pour Poudlard, il était si nerveux, si excités, si inquiets et si heureux à la fois ! Au petit matin, sa mère était entré tout doucement dans sa chambre, en poussant la porte avec sa délicatesse habituelle, faisant à peine grincer les lattes du vieux parquet de la maison familiale. Elle fut un peu surprise de voir son fils les yeux ouverts, déjà habillé dans sa belle robe de sorcier toute neuve, assis sur son lit les pieds posés sur sa malle. Il avait l'air fatigué, une mère sait ces choses là. Alderus lui avoua qu'il n'avait pas dormi de la nuit, trop occupé à imaginer ce que serait la vie, à Poudlard ! Tout son corps frissonnait d'excitation, dés qu'il prononçait ce nom. Poudlard, Poudlard, Poudlard...
Il répétait ce nom dans sa tete, tout en prenant son petit-déjeuner préféré, des oeufs brouillés sur des toasts de pain maison que son père avait saupoudré de muscade. Alderus qui dormait d'habitude comme un loir, avait l'impression que tout était un peu flou, c'était la première fois qu'il arrivait à vaincre le sommeil. Mais il ne pouvait se permettre de céder maintenant, sinon il manquerait le train, et nom d'un dragon, il ne l'aurait louper pour rien au monde ça c'est sur !
A cause de la fatigue, il était distrait, si bien qu'il renversa son chocolat sur sa belle robe de sorcier et dut remonter en quatrième vitesse pour se changer, sous le regard amusé de ses parents. Il regarda une dernière fois sa chambre, et avec un léger pincement au coeur il ferma la porte pour aller s'installer dans la voiture qui l'attendait déjà dehors.
Assis sur la banquette hier, le bruit du moteur avait quelque chose d'hypnotisant, de relaxant, Alderus sentait ses yeux se fermait au fur-à-mesure que le paysage défilait. Il entendait à peine ses parents lui prodiguer leurs derniers conseils pour le long et fabuleux voyage qui l'attendait, il était trop occupé à lutter contre Morphée. Le soleil brillait haut dans le ciel, et venait caresser le visage d'Alderus avec sa douce chaleur à travers la vitre de la banquette arrière, cette meme douce chaleur finit d'ailleurs par avoir raison de lui, et il finit par s'endormir sur un pont au-dessus de la Tamise.
Il avait à peine fermé les yeux 10 minutes qu'il sentit une main lui caresser les cheuveux avec douceur. Avant de reconnaitre sa mère, il reconnut son parfum qui lui emplit le nez, ce doux mélange entre rose, lavande, et jasmin qui le berçait depuis sa plus tendre enfance, tandis qu'elle l'aidait à s'extirper du fabuleux monde des reves en lui chuchotant doucement de se réveiller.
Alderus n'était pas bien grand du haut de ses 11 ans et son père l'installa donc sur le chariot avec sa malle pour lui permettre de se réveiller en douceur, si bien qu'il eut à peine conscience de traverser la fameuse barrière voix 9 3/4.
Après avoir embrassé sa mère et son père, il prit place à bord du Poudlard Express, distinguant à peine ses parents à travers la vitre se son compartiment tellement la foule et la fumée dégagée par le Poudlard Express étaient dense. Des élèves de dernière année assez bruyant prirent place dans son compartiment et commencèrent à parler de leurs vacances d'été ne s'interrompant que pour acheter des friandises au chariot. Alderus avait mal à la tete, décidément si tout le monde était aussi bavard à l'école il ne supporterait pas longtemps ! Sept Heures de bavardages, qui l'avaient empêché de finir sa nuit, et l'avait mis d'une humeur assez exécrable...
En descendant sur le quai, après avoir lancé un regard courroucé aux dernières années, il bouscula ce qui semblait être une montagne humaine, et s'excusa en bafouillant, il ne voulait pas se faire remarque aujourd'hui. La même montagne humaine lui sourit et lui ordonna gentiment de le suivre avec le groupe des premières jusqu'au barques flottantes sur un immense lac à quelques pas du quai.
Après quelques secondes sur l'eau, Alderus commença à se faire rattraper par le sommeil, la douceur de cette soirée de Septembre et le doux clapotis de l'eau contre la coque du bois du bateau étaient si apaisants ...
Et puis il rouvrit les yeux, interpellés par les chuchotements de plus en plus admiratifs de ses petits camarades autour de lui. Il était là. Imposant, majestueux et brillant de milles lumières à ses deux milles fenêtres, surplombant le lac, comme posé par le vent sur une petite falaise et avec ses tours chatouillant le ciel. Le chateau de Poudlard, sa maison pour les 7 prochaines années. Pendant les quelques minutes que durèrent encore la traversée, il contempla l'incroyable parc du chateau, bordé d'une foret mystérieuse et inquiétante à la fois. Il crut même distinhué les pales lumières de Pré-au-Lard dans la vallée, mais il ne pouvait en etre sur.

En arrivant au Chateau tout se passe très vite, trop vite. On les regroupa dans une petite salle, et Alderus devait lutter contre le sommeil de plus en plus à chaque instant. Il écoutait d'une oreille distraite le discours de bienvenue d'une dame à l'air accueillant qui s'était présenté, ou du moins c'est ce qu'Alderus avait cru comprendre, comme la sous-directrice de l'école. D'un coup le groupe se mit en mouvement, et Alderus les suivit machinalement pensant de plus en plus au moment où il rejoindrait son lit. On les fit pénétrer dans une salle gigantesque au plafond étoilé magnifique, à vrai dire il n'était pas sur qu'il y ait un plafond, on aurait dit que les élèves mangeaient à la belle étoile. Il était perdu entre rêve et réalité quand il entendit son nom, comme venu du lointain répété plusieurs fois par la dame de la petite salle. Alderus un peu paniqué, rejoignit la dame sur une petite estrade tandis qu'elle lui posait un vieux chapeau tout rapiécé sur les oreilles, devant toute l'école silencieuse qui semblait attendre quelque chose.
C'est là qu'Alderus repris conscience de la réalité, et que toute fatigue le quitta. C'était la répartition, et ce vieux bout de tissu sur son crane, sa mère lui en avait parlé c'était le Choixpeau ! Mince alors, se dit-il, un peu paniqué en serrant ses mains si fort entre elles qu'elles devinrent rouges. Mais il n'eut pas le temps de dire ouf que le choixpeau lui chuchota dans l'oreille : " honnete, loyal, curieux, hum, facile".
Une voix criarde et rauque cria alors dans son oreille : " Poufsouffle ! " .

La tablée jaune se leva alors pour l’accueillir, les anciens se pressant pour lui souhaiter la bienvenue et lui serrer la main, les nouveaux lui adressant des salut discrets. Il prit place à coté d'une fille qui se présenta comme Cassandre McWood, préfète de la maison Poufsouffle, ce qui impressionna un peu Alderus. Sa nouvelle amie lui proposa gentiment de guider Alderus lors de ses premiers pas à Poudlard, la meilleure école de sorcellerie du monde, sa nouvelle maison.

"Les jours qui passent et se ressemblent les gens se tuent et se rassemblent, j'en tremble tellement l'monde est étrange, prônent vivre ensemble aucun mélange." LBAM

Table de Poufsouffle

Shannon venait tout juste de passer l’épreuve des choixpeaux , elle venait d’être designer pour rejoindre la digne maison de Pouffsoufle.
Elle descend les marches , tout les élèves de la table m'applaudis ainsi que les autres maisons.
Elle se dirigea d'un pas plutôt rapide vers ma nouvelle maison , puis pris place là ou elle pouvais entre des premières année passer juste avant moi a la sélection des maisons.

Quelques instants plus tard , le dernier élève venait de passer , un nouveaux Serpentard pour terminer les sélections !
La salle était magnifique , comme ont lui avait décrit avant de rentrer.De longue table en bois , un plafond magique..la première choses que Shannon voulait voir a son entré a Poudlard était le plafond qui la laissa sans mots.Les tableau était garnis et colorée.
Le banquet avait commencer , de multiple repas , boissons , désert et tout ce qui va avec était présenter sur la table qui donnait juste une envie...tout manger et pas laisser une seuls miette  !
Après s’être servis a plusieurs reprise différents plat , quatre désert et goûter toutes les boissons a disposition , nos préfet nous accueilles dans les meilleurs conditions et nous parle rapidement du château , les cours , les professeurs...
A la fin du repas , nous nous dirigions par maison vers nos salle communes.
Dernière modification par Shannon Crabtree le 13 mai 2018, 15 h 57, modifié 1 fois.

Table de Poufsouffle

"Poufsouffle !"

Le choixpeau avait pris sa décision. Thalia venait d'être répartie à Poufsouffle, et elle regarda la table où les Serdaigles étaient assis avec un air de regret. Elle aurait tellement voulu être dans cette maison.... Mais bon, ce n'était pas grave ! Elle était à Poufsouffle, et cette maison lui correspondait puisqu'elle aimait travailler et qu'elle était très loyale envers ses amis. Elle se dirigea donc vers la table jaune et noire de sa nouvelle maison, qui, se promit-elle, gagnerait la prochaine coupe des maisons, Thalia ferait tout pour cela. Les élèves l'applaudirent, et, la tête baissée car très timide, mais tout de même avec un très grand sourire, Thalia s'assit. Elle regarda les autres élèves autour d'elle, et vit qu'il y avait plusieurs autres nouveaux qui, comme elle, venait d'être répartis à Poufsouffle. Les "anciens" les accueillaient en souriant, avec un air chaleureux, et leurs expliquaient les règles de la maison et les règles de Poudlard. Elle décida se s'asseoir à côté d'un garçon brun et d'une fille rousse, tous les deux des nouveaux comme elle, et leur dit :
"Bonjour ? Vous vous appelez comment ? Moi c'est Thalia, Thalia Gil'Sayan, et je suis nouvelle, je viens d'être répartie, comme vous si je ne me trompe pas. Vous aviez envie d'être à Poufsouffle, ou vous auriez préféré une autre maison ?"
Et elle attendit leur réponse.

Shannon tu commences à la 3e personne et tu finis à la 1ère, c'est bizarre !

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -

Table de Poufsouffle

Sady attendait au milieu des nouveaux. On lui avait expliquait qu'on allait les répartir dans les différentes maisons où elle passera les sept prochaines années. Il existait 4 maisons: Griffondor, Serdaigle, Poufsouffle et Serpendard.
A l'appel de son nom, elle se dirigea vers le tabouret et assis. on lui posa le Choixpeau sur la tête, qui annonça presque aussitôt "Poufsouffle".
Sady ne savait pas trop quoi faire à présent, lorsqu'elle vit les élèves de la tables surplomber d'une bannière jaune représentant un blaireau l'acclamer. Elle se dirigea vers eux timidement en répondant par un sourire timide au bonjour de bienvenue.,et assis à une place libre qu'on lui indiqua. Elle fut rassurer qu'on ne poursuive pas plus la conversation car une autre élève se dirigeait déjà vers le tabouret. Il s'agissait d'une jeune fille du nom de Thalia qui fut aussi envoyée a Poufsouffle.

Sady regarda Thalia se diriger vers la table des Poufsouffle. Une nouvelle venue comme elle.

" Bonjour, moi c'est Sady. Comme toi je suis nouvelle. en fait je n'avais pas vraiment d'idée sur les différentes maisons. Je viens d'une famille de moldus et tous cela et très nouveaux pour moi. Mais on m'a expliqué que les valeurs de cette maison étaient loyauté et travail. J'espère que je me montrer digne de ma nouvelle famille"

Et Sady tendit la main vers Thalia avec un sourire timide
Dernière modification par Sady Dexter le 13 mai 2018, 20 h 00, modifié 1 fois.

Table de Poufsouffle

Thalia regardait les deux autres, mais c'est une autre fille qui lui répondit. Thalia ne l'avait pas vu, mais se dit que ce n'était pas poli de la part des deux autres de ne pas répondre. Mais après tout, ils devaient penser à autre chose, et ils ne l'avaient sans doute pas entendu. Mais quand même...
Elle regarda la fille qui se tenait devant elle - Sady, comme elle l'avait dit -. Elle venait d'une famille de moldus. Thalia espéra qu'elle n'allait pas lui poser de question sur sa famille. Son histoire était assez douloureuse et compliquée. Elle prit la main que Sady lui tendait, tout en lui souriant d'un air timide, mais avec un sourire franc et sincère. Elle secoua la tête. Elle aimerait tellement être débarrassée de cette stupide timidité qui lui pourrissait la vie ! Elle jeta un autre - et surement dernier - aux autre nouveaux, qui ne lui avaient pas répondu, et dit à Sady :

"Salut Sady ! Je ne t'avais pas vu, je ne trouvais pas les autres nouveaux. Je suis sure que te te montreras digne des pouffys ! Moi, j'aurais préféré être à Serdaigle, mais ce n'est pas grave, j'adore les valeurs des Poufsouffles et je vais tout faire pour qu'on gagne la coupe ! Et ce n'est pas grave que tu sois née-moldue, c'est le cas de plein de gens ! Moi, je suis sang-mêlée."

Sady, un post RPG doit faire minimum 220 mots sans compter les paroles des autres !

"Que fais-tu devant une rivière que tu ne peux traverser ? Je la traverse."
"N'oublie jamais : celui qui croit savoir n'apprend plus."

-Le pacte des Marchombres, Ellana -
  Retour   Répondre