Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Serpentard

Après avoir fait des présentations brèves et avoir exprimé son enthousiasme concernant son entrée à Poudlard, Vivian observa son voisin. C'était un garçon aux cheveux châtains et aux grands yeux clairs. Il dégageait quelque chose de doux et Vivian se surprit à trouver cela étonnant pour un Serpentard, avant de chasser ses pensées qui faisaient ressortir les clichés concernant les Serpentards. Après tout, elle en était également une à présent, comme ses ancêtres avant elle. Le garçon lui sourit et lui dit :

" Olliver Stridge, enchanté ! Tu dis ça pour le Tournoi ? Ca risque d'être sympa mais bon on aura pas le droit d'y participer. J'ai hâte de commencer les premiers cours en tout cas ! "

Vivian sourit à son tour. Cela faisait du bien de voir qu'elle n'était pas la seule à vouloir se faire des amis ce soir. Elle se rendit compte que beaucoup d'élèves étaient dans sa situation: propulsé dans un château où ils allaient sûrement passer les sept prochaines années de sa vie. Ils étaient à l'aube de leur réussite, au matin d'une toute nouvelle vie qui allait commencer. Elle se détendit donc un peu et adopta de nouveau son sourire le plus éclatant, celui qui la faisait ressembler comme deux gouttes d'eau à son paternel à son âge. Elle se tourna vers le garçon, car il n'était pas très poli de parler à quelqu'un sans le regarder droit dans les yeux et répondit :

" Oui ! Même si on ne peut pas participer, ça risque de nous faire de jolis souvenirs. Et puis j'ai hâte de rencontrer les élèves des autres écoles. Mon père a faillit m'envoyer à Durmstrang du coup je suis curieuse d'en savoir plus sur cette école.

Elle se tut puis reprit :

" J'ai également hâte de voir à quoi vont ressembler les cours. Je crois que nous n'avons pas eu nos emplois du temps. J'ai très envie de découvrir le cours de potions et de défense contre les forces du Mal, mon père m'a beaucoup parlé d'un certain professeur de potions passionnant qu'il avait eu lorsqu'il était élève ici... Je n'arrive pas à me rappeler de son nom par contre. Et toi ? Tu es aussi issu d'une famille de sorciers ou tout cela vient de te tomber sur la figure à tel point que tu as l'impression que c'est un rêve ? "

Son engouement l'avait poussé à beaucoup parler, ce qui n'était pas dans ses habitudes. D'un naturel réservé, et ayant longtemps vécu sans aucune autre compagnie de son âge, Vivian n'avait pas adopté les codes de l'amitié qui étaient familières à beaucoup d'enfants ici. Elle préféra alors se taire afin de laisser à sa nouvelle connaissance et peut-être futur ami le temps de répondre.

"Gloire à Serpentard, le plus grand des 4 de Poudlard ! "

Table de Serpentard

La jeune Serpentard, qui paraissait un peu austère à première vue, adressa à Olliver un sourire radieux. Le jeune garçon avait toujours eu beaucoup de facilités à se faire des amis, mais ceux-ci appartenaient généralement au même sexe que lui et il avait finalement fréquenté que peu de filles de son âge, pensant qu'elles pensaient trop différemment. Pourtant là, le dialogue avec Vivian venait de lui-même, comme avec n'importe quel garçon.

- Oui ! Même si on ne peut pas participer, ça risque de nous faire de jolis souvenirs. Et puis j'ai hâte de rencontrer les élèves des autres écoles. Mon père a faillit m'envoyer à Durmstrang du coup je suis curieuse d'en savoir plus sur cette école.

Pour sûr, ils allaient en avoir des souvenirs !! Mais Olliver aurait tout de même préféré avoir l'occasion de se confronter aux autres concurrents, juste parce que cela constituerait un bon moyen de se jauger, de savoir où il en était. Mais bon, il aura certainement beaucoup d'autres occasions de prouver sa valeur au cours des sept années de scolarité au sein de ce château. Et puis Vivian avait raison : échanger avec les élèves venus de France et d'Europe de l'Est pourrait s'avérer très bénéfique.

- Tu penses qu'on leur enseigne la même chose qu'ici ? demanda-t-il d'un air franchement curieux.

Il est vrai qu'hormis Poudlard, Olliver ne s'était pas beaucoup intéressé aux autres écoles de magie de par le monde. Et même si son père avait eu souvent l'occasion de voyager en Asie, le jeune sorcier n'avait jamais rien demandé sur les académies qui s'y trouvaient. De toute façon, il avait toujours été destiné à Poudlard et il ne le regretterait jamais.

- Durmstrang ? Ton père n'est pas Anglais ? Personnellement j'ai entendu que l'école n'avait pas très bonne réputation auparavant, même si ça va mieux maintenant. En tout cas je préfère Poudlard, et si tu n'y étais pas venue, on ne se serait peut-être jamais parlé.

Sa dernière remarque était accompagnée d'un sourire bienveillant qui semblait dire "Tu vois que tu es tout aussi bien ici". C'était en tout cas une façon d'argumenter le fait que selon lui, les sorciers anglais ne pouvaient désirer venir qu'à Poudlard.

Puis la conversation prit une autre orientation, plus appropriée à la situation : les cours ! Et oui, il ne fallait pas oublier que c'était une rentrée scolaire et que dès le lendemain, ils seraient en classe pour apprendre les rudiments de ce qui fera l'essentiel de leur vie, la magie. Et sur ce point, Vivian et Olliver s'accordaient parfaitement.

C'est clair ! Les potions et les Défenses contre les Forces du Mal, c'est les deux cours qui me font le plus rêver aussi, exprima-t-il d'une voix enjouée, ravi de voir que la jeune fille partageait son point de vue. Et j'ai aussi hâte d'avoir les premiers cours de vol : je me suis un peu entrainé chez moi mais comme il y a pas mal de moldus ce n'est pas facile. J'aimerais beaucoup intégrer l'équipe de Quidditch cette année. Tu aimes le Quidditch ?

Quant à mes parents, oui ils sont sorciers aussi et ils ont fait leur scolarité ici : mon père est chercheur en magie orientale donc il voyage beaucoup en Asie et ma mère est infirmière à Sainte-Mangouste. Et tes parents ils font quoi ?


Olliver parlait beaucoup lui aussi, mais il avait tellement hâte de se faire de nouveaux amis avec des passions communes que les questions s'enchainaient au même rythme que celles de sa camarade.

Table de Serpentard

La réponse de Vivian concernant Durmstrang semblait avoir laissé le garçon un peu songeur. Elle pouvait facilement deviner à quoi il devait être en train de penser. Comme elle et comme la majorité des élèves trop jeunes pour pouvoir concourir au Tournoi, il devait se sentir frustré. Elle avait elle aussi adopté cet air un peu rêveur et s'était imaginé triomphante, le trophée entre ses mains devant une foule qui l'applaudissait. Mais elle avait rapidement mis ces songes au placard. Elle détestait s'imaginer une vie qu'elle n'aurait pas. Vivian était de ces tempéraments lucide qui préféraient mettre en oeuvre leurs lubies plutôt que de perdre son temps à les rêver.

- Tu penses qu'on leur enseigne la même chose qu'ici ?

L'injonction la tira de sa réflexion. La vérité c'est qu'elle n'en savait rien. Sûrement, après tout les bases de la magie et ses rudiments élémentaires doivent sûrement être les mêmes pour tous. Pendant un instant elle se demanda si sa mère avait été excitée lors de son entrée à Durmstrang, comme l'avait été Vivian pour son entrée à Poudlard. Le garçon ne lui laissa pas le temps de répondre et reprit avec ce même engouement:

- Durmstrang ? Ton père n'est pas Anglais ? Personnellement j'ai entendu que l'école n'avait pas très bonne réputation auparavant, même si ça va mieux maintenant. En tout cas je préfère Poudlard, et si tu n'y étais pas venue, on ne se serait peut-être jamais parlé.

A ces mots, il adressa un sourire bienveillant à Vivian. Elle ne réagit pas tout de suite, elle ne savait jamais comment réagir dans ce genre de situation. La bienveillance gratuite elle ne connaissait pas, son père malgré toutes les qualités qui étaient siennes l'avait élevé avec l'idée selon laquelle personne ne faisait quelque chose pour rien. Et que si elle souhaitait s'en sortir il fallait voir en chacun ce qu'il pouvait apporter. Mais ce n'était pas étonnant, après tout les Darkbloom était une vieille famille de Serpentard qui avait gravit les marches du pouvoir depuis des siècles. La mentalité politique et conquérante c'était dans leurs gênes.

- C'est clair ! Les potions et les Défenses contre les Forces du Mal, c'est les deux cours qui me font le plus rêver aussi, Et j'ai aussi hâte d'avoir les premiers cours de vol : je me suis un peu entrainé chez moi mais comme il y a pas mal de moldus ce n'est pas facile. J'aimerais beaucoup intégrer l'équipe de Quidditch cette année. Tu aimes le Quidditch ? Quant à mes parents, oui ils sont sorciers aussi et ils ont fait leur scolarité ici : mon père est chercheur en magie orientale donc il voyage beaucoup en Asie et ma mère est infirmière à Sainte-Mangouste. Et tes parents ils font quoi ?

Elle s'était mieux préparée à cette question qu'un joueur de Quidditch à un match. Elle regarda de nouveau le garçon et se dit qu'il valait parfois mieux laisser de coté les conseils de son père et de prendre les gens comme ils étaient. Ce garçon ne semblait pas méchant, et pour une fois quelqu'un semblait réellement s'intéresser à elle, Vivian. Et non à son nom de famille porteur d'une renommée forte. Elle se détendit un peu et répondit avec ce sourire un peu mystérieux qui la caractérisait :

" Si mon père est anglais. Il était à Serpentard comme toute ma famille avant lui. Il dirige le service de la coopération internationale magique au Ministère de la Magie; Il a longtemps été Auror et puis je crois qu'il a voulu se lancer en politique et marcher sur les traces de ses ancêtres. Si j'ai faillis aller à Durmstrang c'est parce que ma mère y a fait toute sa scolarité. Elle était russe. Je ne l'ai jamais connu. "

Elle se stoppa à ces mots et se demanda bien pourquoi est ce qu'elle était en train de déballer sa vie à un parfait inconnu. Elle haussa les épaules, après tout ce n'était même pas un secret. Elle reprit, sans perdre une miette de son assurance et de son sourire :

" Ne fais pas cette tête voyons ! Moi aussi j'adore le Quidditch. Je supporte l'équipe de Bulgarie et je crois que je ne me débrouille pas trop mal sur un balai ! "

A ces mots, elle se resservit un verre de jus de citrouille tout en attendant la réponse de son camarade.

"Gloire à Serpentard, le plus grand des 4 de Poudlard ! "

Table de Serpentard

Olliver était content de voir qu'au fur et à mesure de sa discussion avec la jeune fille, celle-ci se détendait et s'ouvrait à lui de plus en plus, abandonnant l'air méfiant et fermé qui habitait ses yeux au début du dîner. Il était clair qu'elle n'avait pas l'habitude de se faire des amis.

Si, mon père est anglais. Il était à Serpentard comme toute ma famille avant lui. Il dirige le service de la coopération internationale magique au Ministère de la Magie; Il a longtemps été Auror et puis je crois qu'il a voulu se lancer en politique et marcher sur les traces de ses ancêtres.

Le jeune sorcier réfléchit un moment : son nom, Darkbloom, lui disait vaguement quelque chose, comme un fait marquant que l'on lit dans les journaux mais dont on oublie les éléments précis et qui réapparait un beau jour.

Attends ! Comment tu as dit que tu t'appelais ? Darkbloom ? Mais alors ton père c'est Matthew Darkbloom, l'Auror ?

Mais Olliver s'arrêta là ! Apparemment la jeune fille ne se sentait pas à l'aise avec ses origines car une gêne passagère s'installa entre les deux camarades. Elle n'avait pas l'air de vouloir profiter de la notoriété de son père, ce qui au fond était compréhensible. Après tout, le garçon était certain qu'il aurait agi pareillement en de telles circonstances. Il s'excusa donc avec un grand sourire destiné à redétendre l'atmosphère, promettant de ne plus parler de tels sujets. Et puis c'était avant tout Vivian qu'il avait rencontrée et avec qui il avait apprécié discuter, et non la fille de Matthew Darkbloom. Mais c'était sans compter sur la jeune fille qui jeta un nouveau malaise entre eux deux en éclaircissant les origines et le sort funeste de sa mère. A ce moment, Olliver ne se sentait pas bien : le garçon de onze ans se sentait responsable d'avoir orienté la discussion vers un sujet douloureux pour sa camarade. Cependant, lorsqu'elle lui annonça en le regardant droit dans les yeux et avec un grand sourire aux lèvres "Ne fais pas cette tête voyons !", Olliver la soupçonna d'avoir fait exprès de ne lui faire une telle confidence sur un ton aussi neutre que pour se venger gentiment de sa précédente question. Il lui renvoya donc un sourire maladroit, ne sachant pas vraiment si sa théorie était avérée ou non.

Et finalement le sujet dévia encore une fois vers quelque chose qui ne devrait plus jeter de froid entre les deux adolescents : le Quidditch, une passion commune à première vue.

Les Bulgares ? Oui ils sont pas mauvais, déclara-t-il avec un petit air taquin, sachant que la Bulgarie était l'une des meilleures équipes au monde. Mais bon, ils ne valent quand même pas l'Irlande

Et oui, Olliver était régionaliste et autant selon lui aucune école de magie ne surpassera Poudlard, autant ses champions préférés ne peuvent provenir d'autre part que des îles bretonnes (mais bon l'équipe d'Angleterre était tellement nulle qu'il ne pouvait pas rester crédible en les supportant).

Mais sinon mon équipe préférée sont les Tornades de Tutshill. Ah oui c'est vrai tu te débrouilles ? Ce serait génial si on pouvait se faire une petite partie en un contre un une fois. Voire même essayer d'intégrer l'équipe de Serpentard si ça t'intéresse.

Olliver était tellement concentré sur la discussion avec Vivian qu'il en avait oublié de goûter l'énorme tranche de terrine qu'il s'était servi. Malheureusement, le contenu de chaque assiette disparut soudainement et les plateaux au centre de la table présentaient à présent différents mets tels que du poisson frit ou en sauce, de la volaille ou encore de bonnes pièces de viandes accompagnées de petits légumes. Cette fois-ci, le garçon ne se ferait plus avoir : il se servit une part de poisson avec quelques légumes poilés qu'il se permit de goûter immédiatement tout en prêtant une oreille attentive à la jeune fille.

Table de Serpentard

SERPENTARD!


Alba s'installa vite à la table des nobles reptiles qui continuaient de l'applaudir. Elle se trouva une place entre deux deuxième années et la répartition continua. L'italienne était déjà repartie dans ses pensées, sans remarquer les veines tentatives de ses camarades pour la faire parler. Ça, ça ne changeait pas de d'habitude...

Elle avait trop de questions en tête. Était-elle vraiment faite pour Serpentard? Et puis... Qui était RediCuori Pipistrello?

Alba savait que son père n'aimait pas beaucoup parler de sa famille. Le grand-père de la jeune fille était déjà mort bien avant sa naissance et Cicero disait souvent qu'il n'était pas très proche de lui, voir ne connaissait rien de lui. Si l'adolescente se basait sur cette information, son père ne devait rien connaître de ce RediCuori, qui soit dit en passant, avait un nom des plus bizarres. Même dans le monde des sorciers, on n'avait pas d'appellation aussi ridicule.

Reducio
Re Di Cuori --> Roi de cœur en Italien.


Enfin, le banquet commença. Alba avait une faim de loup-garou et à peine les somptueux plats énormes apparurent qu'elle se servait déjà une grosse portion d'haricots vert à la moutarde, deux cuisses de poulet, et quelques cuillerées d'autres mets qu'elle pouvait atteindre malgré sa petite taille. Manger lui faisait du bien, elle se sentait enfin à l'aise dans ce monde complètement inconnu, au moins pour la soirée. Elle discuta peu, rigolant seulement aux quelque vannes sur son nom de famille, et écoutant surtout les histoires de familles.
C'est dans ces moments là que la jeune fille se détestait. Son coté introverti rendait toujours les rencontres difficiles. Pour beaucoup, c'était naturel d'aller vers quelqu'un et lui parler du beau temps, pour Alba, c'était la guerre dans sa tête. "Est ce qu'ils m'apprécieront? Est ce que je ne les dérangerais pas?", à ces doutes, elle répondait souvent par "Je devrais les laisser tranquille.".

Le banquet terminé, il était temps de découvrir les dortoirs. Plus la nuit avançait, plus Alba avait l'impression d'être dans un rêve. Dès qu'elle monterait dans sa chambre et rangerait ses valises, elle enverrait une lettre à ses parents.

Avant de sortir de la grande salle, elle jeta un dernier coup d’œil en direction de la table des professeurs, cherchant le Choixpeau des yeux. Puis se souvint avec une petite déception, qu'il était sûrement déjà rangé dans le bureau du directeur, trop vieux pour tenir la soirée.

.

Je promet, camarades, de devenir la plus malicieuse des serpentes.
La plus verte des reptiles.
La plus grande des sorcières.
Ciao, Mi raccomando eh!

Table de Serpentard

Reducio
Ce RP est un post d'observation par rapport à ce qu'il se passe à la Table des Gryffondor avec Arthur, Nora et Kaya. Il n'est pas obligatoire que cela ait une incidence sur leur RP :)


Wilson était dans la Grande Salle, en train de déjeuner, tranquillement. Il buvait son verre de jus de citrouille quand il vit au loin Arthur entrer dans la Grande Salle. Le préfet s’attendait à ce qu’il vienne à la table des Serpentard comme tous les jours mais il se dirigea vers la Table des Gryffondor. Wilson le suivit du regard avec attention, qu’allait-il bien faire ? C’est là qu’il vit qu’il s’approcha de Nora Starks. LA fameuse Nora. Ça y est, il allait enfin lui demander. Wilson espéra que la jeune fille ne tiendra pas rigueur à Arthur de la boulette de l’autre jour, dans la salle d’étude. Le blondinet se souvient que trop bien de la gourde qu’il avait fait, en prévenant la capitaine des Griffes Ardentes qu’Arthur l’aimait.

Posant son verre de jus de citrouille, maintenant vide, Wilson détourna son attention sur son assiette et piqua puis porta sa fourchette à sa bouche. Puis il reporta son attention sur Nora et Arthur le temps de mâcher. A un moment, il vit Arthur s’installer à la table des rouges. C’était gagné ? Wilson n’en savait rien mais un sourire se dessina sur le visage du blondinet. Il aurait donné n’importe quoi pour être un Gryffondor, et s’asseoir à leur table pour écouter ce que se disait les deux tourtereaux. Mais Wilson respect, du moins il essaie, son pote et le futur couple qui va peut-être se former à Poudlard. Se détachant une nouvelle de regarder la table rouge, Wilson poussa son assiette et sortit de sa poche un petit carnet de note. Non, il n’est plus journaliste pour les Chroniques du Sale Hasard mais il avait gardé cette habitude, au cas où. Il compte bien en faire un rapport aux autres journalistes de la maison, Isabella, Mary, Aschley… la première des trois que Wilson verra aujourd’hui. Ce sera sûrement Mary. Le Serpentard écrivit quelques mots sur son carnet, en lançant des coups d’œil vers la table des Gryffondor. Il n’était pas discret, vraiment pas, mais il ne cherchait pas à l’être de toute façon. Ce repas, était l’un des meilleurs pour Wilson, remplit de divertissements.

4ème année RP
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Table de Serpentard

Reducio
Ce RP se passe le soir, après les quarts de finale du tournoi de duels. Les interactions d'Ambre se font uniquement avec Echoe Caterwool



Tournant mollement sa purée à l’aide d’une fourchette, la quatrième année observait l’ensemble de la Grande Salle. Cette dernière était de plus en plus vide, les élèves retournant sagement dans leurs salles communes respectives pour diverses occupations. Certains restaient pour terminer de manger, comme c’était son cas à elle, d’autres restaient discuter avec des amis se trouvant dans une maison différente que la leur, d’autres encore restaient simplement pour être seul, avoir un petit instant de calme avant de retourner se fondre dans la masse bruyante de leur salle commune. C’était justement cette masse qu’Ambre essayait d’éviter en prenant son temps pour manger, outre le fait qu’elle n’avait pas spécialement faim ce soir-là. La défaite qu’elle avait subit face à Antony quelques heures auparavant avait du mal à passer, ayant crée une boule dans son ventre.

Elle avait conscience qu’elle se trouvait à la table des Serpentard, la maison d’Antony, ce qui était complètement stupide au premier abord. Mais en y regardant de plus près, c’était la table la moins remplie, et Vendrale ne s’y trouvait pas. Elle n’avait pas eu l’envie de se mêler aux autres Poufsouffle. Elle ne savait pas comment ces derniers auraient réagi avec elle, peut-être n’auraient-ils rien dit, rien fait, mais pour éviter toute remarque se voulant pourtant bienveillante, elle avait préféré s’écarter. Elle ne voulait pas qu’on lui dise qu’elle s’était bien battue, ou que ce n’était pas grave. Car pour elle c’était grave, elle n’aimait pas perdre, cela la blessait dans son amour propre. Quoiqu’il en soit, elle voulait rester seule encore un peu.

Dès la fin de son duel, elle avait retrouvé Echoe, avant de s’engouffrer dans le château pour rester un peu seule. Ses réactions étaient peut-être un peu exagérées, mais elle ne faisait pas exprès. Enfin bref. Alors qu’elle repoussait son assiette, elle entendit quelqu’un s’approcher d’elle, ce qui lui fit relever la tête.

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Table de Serpentard

Echoe s'était séparée d'Ambre il y avait une petite heure environ, laissant sa copine légèrement bouleversée par sa défaite au tournoi de duel. Echoe comprenait bien ce qu'elle pouvait ressentir. Ambre était très compétitive, il n'y avait jamais eu de doute là dessus quand on la voyait sur un terrain de Quidditch, alors évidemment, elle était déçue d'avoir perdue. Echoe n'imaginait pas les choses différemment. Elle détestait quand on lui disait "Au moins, tu as participé." C'est ce que sa mère lui avait dit après un concours de violon où elle avait fini quatrième. Même le plus nul pouvait participer. Si elle faisait quelque chose, si elle versait son âme, sa sueur et toute son énergie dans quelque chose, elle voulait être la meilleure, ou presque. Ambre était pareille, Echoe pensait. Alors elle comprenait parfaitement la déception.

Elle pouvait aussi parfaitement concevoir l'amertume qu'elle devait ressentir envers son adversaire. Elle lui avait fourni la victoire sur un plateau. Vraiment, Echoe la comprenait. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle n'avait rien dit quand elle s'était mise à pleurer sur son épaule. Elle n'avait pas les mots, et elle ne voulait pas gaspiller sa salive. Elle avait juste déposé un petit bisous sur son front quand finalement, les larmes avaient cesser de couler. Et elle avait dû résister à l'envie de s'en prendre au petit Serpentard qui avait blessé son égo. Un petit sort bien placé en dessous de la ceinture rendrait sa victoire un peu moins joyeuse. Mais ça n'allait pas améliorer l'humeur de son amie. Et elle était un peu perdue dans ce domaine, à vrai dire.

Quand son estomac grogna de faim, Echoe se rendit à la Grande Salle. Elle ne croisa pas Ambre sur le chemin ni à la table des Poufsouffle et cela l'inquiétait un peu. Alors que la nourriture apparaissait, Echoe se retourna à la recherche de sa copine. Elle remarqua tout de suite sa chevelure de feu. Ca la surprenait un peu qu'elle ait choisi de manger à une table différente mais après reflexion, la bienveillance des Poufsouffles était parfois suffocante. Elle termina rapidement son repas, et vérifia la poche de sa cape avant de se lever. Elle se faufila discrètement jusqu'à la table des Serpentards alors que la plupart des élèves quittait l'endroit. Elle sortit enfin l'objet de sa poche en jetant un coup d'oeil à droite et à gauche pour s'assurer que peu de gens serait témoin de la scène. Elle cacha son visage derrière l'objet en question et s'avança vers Ambre. Bien sûr, cette dernière s'était retournée vers elle, et quand Echoe se glissa à côté, elle dévoila enfin son visage, en agitant la peluche devant elle, tout en parlant d'une voix déformée.

- Je suis poulpi le poule chatouilleur, et je suis là pour te chaaaaatouiller.

A ces mots, elle avança la petite peluche dans le creux du cou de la rousse et l'agita doucement avec un léger sourire. Elle ne savait pas vraiment ce qui lui avait pris de dire ça. Non plus pourquoi elle avait soudainement décidé d'appeler la peluche violette 'poulpi" et pourquoi c'était un poulpe chatouilleux. Elle regarda ensuite Ambre avec un demi-sourire, à moitié désolée de sa blague terriblement mauvaise.
Elle se reprit plus sérieusement.

- En réalité, il n'a pas de nom. Ca va te paraître bizarre, elle commença en regrettant déjà les mots qui allaient sortir de sa bouche, mais quand je l'ai vu, j'ai pensé à toi. Enfin non. Enfin si. T'es pas un poulpe. Mais la peluche était mignonne. Et.... bref c'est pour toi. Elle conclua en rougissant terriblement.

Elle espérait qu'Ambre rigole au moins de sa stupidité.



› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Table de Serpentard

Une petite boule poilue violette apparut dans son champ de vision dès lors qu'elle releva la tête. La surprise qui s'était emparée d'elle à cette vue se mua rapidement en soulagement lorsqu'elle aperçut derrière la peluche les cheveux roses de sa copine. Cette dernière avança la peluche dans le cou de la quatrième année pour la chatouiller, puisque cela semblait être le but ultime de Poulpi le poulpe. Le contact doux et chaleureux de la peluche contre sa peau la fit frissonner, ou peut être était-ce dû au sourire d'Echoe qui, visiblement, essayait de lui remonter le moral. Elle réussit d'ailleurs à lui arracher un sourire, sa tentative était beaucoup trop mignonne pour ne pas atteindre la batteuse des Frelons.

-En réalité, il n'a pas de nom. Ca va te paraître bizarre, mais quand je l'ai vu, j'ai pensé à toi. Enfin non. Enfin si. T'es pas un poulpe. Mais la peluche était mignonne. Et.... bref c'est pour toi. - En réalité, il n'a pas de nom. Ca va te paraître bizarre, mais quand je l'ai vu, j'ai pensé à toi. Enfin non. Enfin si. T'es pas un poulpe. Mais la peluche était mignonne. Et.... bref c'est pour toi.

Son sourire s'élargit devant le visage rouge de la jeune fille. Elle attrapa délicatement la peluche qu'elle posa sur la table, devant elle, avant de se retourner vers Echoe et de l'inviter à s'asseoir à côté d'elle. Elle regarda ensuite rapidement autour d'elle et remarqua que la salle ne comptait plus qu'une vingtaine d'élèves, qui ne se préoccupaient absolument pas d'elles. Tant mieux.
Ambre se demanda si elle aurait eu la peluche même si elle avait gagné son duel, ou si ce n'était qu'un simple lot de consolation, avant de chasser cette question de son esprit. La-dite peluche ressemblait d'ailleurs fortement à celle d'une Poufsouffle qu'Ambre avait déjà aperçu dans la salle commune. Qu'importe, l'explication de sa copine lui avait plu, même si elle était un petit peu maladroite, mais c'était ce qu'elle aimait, entre autre, chez elle. Elle essayait toujours de faire plaisir à la rouquine, de faire au mieux. Ambre espérait être perçue de la même manière.

Tout en se rapprochant d'Echoe, elle lui dit, d'une voix calme, avant de poser sa tête sur son épaule, les yeux rivés sur la peluche qui leur faisait face :


"C'est vrai qu'elle est mignonne, et puis j'aime bien Poulpi comme nom."

Elle termina sa phrase en poussant un long soupire se rapprochant beaucoup plus d'un rire masqué. Elle se demandait où la Poufsouffle avait acheté cette peluche, cela ne ressemblait pas à ce que l'on pouvait trouver dans les boutiques qu'elle connaissait. Quoiqu'il en soit elle était contente de ce cadeau. Elle l'attrapa et la caressa du bout des doigts, comme pour en tester la douceur. Elle aimait beaucoup les peluches, bien qu'elle n'en ait pas au château, elle avait trop peur que l'on se moque d'elle, mais celle-là, elle n'en aurait pas honte.
Toujours la tête posée sur l'épaule de sa copine, elle approcha Poulpi du cou de cette dernière, comme elle l'avait fait avec elle quelques minutes plus tôt :


"Je crois que Poulpi veut te chatouiller."

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Table de Serpentard

Echoe expira doucement quand un sourire apparut sur le visage d'Ambre. Elle n'était donc pas trop ridicule. Ambre l'invita ensuite à s'assoir à ses côtés et rapidement sa tête reposait sur l'épaule d'Echoe. Elle adorait ces petits gestes qui étaient si anodins aux yeux des autres mais qui lui apportait tellement au fond d'elle. Son petit coeur s'emballait encore quand elles se tenaient la main, quand Ambre déposait un bisou sur sa joue, sans compter sur ses lèvres. Elle avait toujours des palpitations auprès de sa copine. Et même si ça pouvait être parfois un horrible ressenti, celui-ci était le bienvenue.

Ambre commenta le nom légèrement stupide de Poulpi, qui semblait lui plaire pour une étrange raison. Elle essayera plus tard de la convaincre de l'appeler Paulo, ou André.
Elle l'observa prendre en main la peluche et en quelques secondes le poulpe se retrouva à son cou, à son tour. Elle rigola nerveusement, ce que toutes chatouiles lui provoquaient avant de s'écarter doucement.


- Nah, Poulpi n'a d'yeux que pour toi.

Elle enleva la peluche de la main de sa copine, avant d'enlacer ses doigts dans les siens et de repousser la peluche de l'autre main. Poulpi buta contre l'assiette à peine touchée d'Ambre et cela la ramena à la raison. Elle tourna la tête vers le buffet des desserts, lâcha la main d'Ambre avant de se lever pour s'emparer d'une assiette et de deux cuillères.

- On partage ?

Elle lui présenta le fondant au chocolat qui avait l'air vraiment succulent.

- Promis cette fois, je ne le gâcherai pas
, elle ajouta en se remémorant l'incident au bal de Noel.

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060

Table de Serpentard

La réaction d’Echoe amusa la quatrième année, même si elle dû retirer sa tête de son épaule vu comme elle s’écarta au contact de la peluche. Visiblement elle était plus chatouilleuse qu’Ambre, ce qui était une bonne chose à savoir pour cette dernière. Elle savait maintenant quoi faire pour embêter gentiment sa copine. Sans trop en abuser évidemment. Elle se doutait bien qu’en retour de ces chatouilles, Echoe trouverait aussi quoi faire pour l’embêter. Enfin bref.

La jeune fille sentit la peluche lui échapper des mains, au profit des doigts de sa copine qui enlacèrent rapidement les siens. C’était tout aussi agréable que de poser sa tête sur son épaule, au final. Ambre ne perdait pas trop au change. Elle exerça une faible pression sur la main de la Poufsouffle avant de tourner la tête pour vérifier que sa peluche n’était pas tombée dans son assiette. Elle ne voulait pas qu’elle soit sale seulement quelques minutes après l’avoir reçu. Mais dès qu’elle posa les yeux dessus et qu’elle constata que tout allait bien, elle sentit les mains de sa copine lui échapper, ce qui la fit rapidement tourner la tête dans sa direction. Alors qu’elle allait lui reprocher de ne pas tenir en place, ce qui n’était pas totalement faux après tout, elle s’arrêta juste à temps pour la voir revenir avec un fondant au chocolat qui lui mit directement l’eau à la bouche. Rien à voir avec la purée.


- Promis cette fois, je ne le gâcherai pas.

Ambre compris immédiatement la référence au bal de Noël qu’elles avaient passé ensemble, où le dessert avait un peu tourné au fiasco pour celui d’Echoe. Tout en rigolant en repensant à cette scène, elle attrapa une des cuillères que tenait sa copine et dès que cette dernière déposa le dessert sur la table, la rouquine en prit une cuillère. Visiblement, le moral allait mieux que quelques minutes auparavant. Après une deuxième bouchée, elle se tourna vers sa copine et dit d’une voix basse :

« Merci… »

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons

Table de Serpentard

Serpentard. C'était le mot que le choipeau avait décidé de prononcer. Serdaigle aurait voulu dire "les intellos vont là", Poufsouffle aurait voulu dire "les bienveillants vont là" et Griffondor aurait voulu dire "les courageux vont là". Mais Serpentard vous les dire "les mauvais, les menteurs et tout le reste vont là'. Aller dans sa maison respective voulait dire continuer à le faire en mieux. Être encore plus bienveillants, gentils et patients pour les Poufsouffle, plus courageux et brave pour les Griffondor, êtres plus intelligents et savoir bien le montrer pour les Serdiagle et être encore plus mauvais pour les Serpentard. Je n'oublierais jamais que c'est Voldemort qui est arrivé dans cet maison et que c'est lui qui si il n'avait pas était arrêter par des élèves des autres maisons, aurait mis la terre entière à ses genoux. Je m'en moquait bien dans quelle maison j’arrivai, tans que ce n'était pas Serpentard. Mon oncle était arrivé là-bas. Beaucoup de rumeurs disent qu'il a essayait de devenir mangemort mais que Voldemort la tuer. Il y a pleins d'histoires comme ça. Mon oncle était par ma famille humaine comme un bizarroïde dément qui a fini à l'asile. Moi, je pense que c'était tout simplement un pauvre type qu'il fallait éviter et c'est pour ça que je ne voulait pas du tout lui ressembler. C'était une autre des raisons pour lesquels je voulais à tout prix ne pas arriver à Serpentard comme lu et à la fin devenir un pauvre type.

Plus que 30 pas.

Mais non. Le choipeau était a deux doigts de m'envoyer à Serdaigle mais son choix fût Serpentard. Et a cela, je ne pouvais rien changer du tout. Rien dans ce monde ne pouvait changer la décision qu'avait fait le choipeau, pas même lui même.

Plus que 20 pas.

Donc j'ai décidé de m'avancer quand même vers la table aux couleurs vertes, qui, a ma grande surprise, se levait et applaudissaient en sautant de joie. Je ne tremblait pas car je voulais montrer que j'étais fière d'aller dans une maison (même si celle n'était celle que j’espérais absolument faire parti) mais je ne voulais pas que mon premier jour tourne en catastrophe.

Plus que 15 pas.

Au moins je ferais parti de quelque chose et non pas de rien, je me disais. Mais si il y a avait juste une chose que j’espérai entre tout, c'est que Serpentard m'accepte pour qui je suis, même si je ne suis pas exactement très "serpentarde".

Plus que 10 pas.

Aussi je croisai quand même un tout petit peu les doigts pour que ça soit une erreur du choipeau (même si il y a avait 0,0000000000001 chance que ça soit le cas). Tout en m'avançant de la table, je cherchais des yeux un copain dans le même cas que moi ou un grand qui pourrait me soutenir ou tout simplement quelqu'un.

Plus que 5 pas.

Enfaite, toute les Serpentards m'acclamait, donc ça me donna une raison de plus pour que Serpentard ne soit pas si mal, même si les autres maisons laissait beaucoup à envier.

4 pas.

Mon cœur battait quand même à la chamade.

3 pas.

Les visages souriants était de plus en plus proches.

2 pas.

C'est sûr, les autres maisons boudaient car ils était jaloux, donc ça voulait dire que Serpentard était à envier, hein?..............
1 pas me séparait de la table verte et argent. Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis arrêté cinq secondes, pour réfléchir. Oui. Si le choipeau le disait, ça voulait dire que j’appartenais à cette maison. Je me suis rappelé d'un coup de la chanson, comme un flash. Les serpentards, c'est pas les mauvais, c'est les malins. C'est ce qui connaissent l'art de la stratégie. Devant tout les autres, on aurait pût dire à la fin que c'était la meilleurs des maisons. Mais non. Il y a avait aucune maison meilleurs que les autres. Donc même si j’arrivai dans la maison réputé pour être la pire du monde, je me sentirai quand même bien. J'ai fermé les yeux et respiré un bon coup puis j'ai fait un dernier pas jusqu'à la table. Pour m'assoir sur la chaise la plus proche pendant que les grands mes faisait des tapes amicales dans le dos et que les nouveaux comme moi souriaient d'avoir un copain dans la même situation qu'eux et voir qu'ils n'étaient pas seuls dans une foule de grands. Puis, je ne sais pas ce qui m'a pris, mais je pense que tout le monde aurait fait la même chose :

J'ai sourit à pleine dents puis je me suis tourné vers le directeur, le choipeau, mes professeurs, mes camarades, les autres maisons et toutes les autres personnes dans la salle et aussi mentalement à mes parents un seul et unique mot, le premier mot que j'aurai dit à Poudlard et qui commencerai ma vie de sorcière :


Merci

Leia Eddigton, 11 ans, Serpentard, Première Année

Table de Serpentard

-Et bien petite, tu iras à...

Solenn croisait les doigts, redoutant la réponse. Et si c'était LA maison qu'elle ne voulait pas ? Celle qui lui faisait dresser les cheveux sur la tête ? Oh non, pas elle.

*Imagine-toi, Solenn, assise à cette table. Mais après tout, sont-ils aussi méchants et fourbes qu'on le dit ? Ils ont l'air sympa. Souriants. Heureux. Gentils. Même maman est tombé amoureuse d'un Serpentard. Mais tout ce qu'elle t'as raconté ? Etait-ce vrai ? Ou voulait-elle juste te faire peur ? Je ne sais pas...*


-Mmmmh... Pas facile... Où aimerais-tu aller, petite ?
-Euh... Pouffsoufle ?
-Pouffsoufle ? Pour toi ? Noon... Ta grandeur ne pourrait pas s'accroître... Je pencherais plutôt vers...

Oh non, ça sentait mauvais. Très mauvais. Pourquoi ? Elle resserra ses doigts, tremblante de peur.

-SERPENTARD !

Oh. le jeune fille se leva, ses jambes avait l'air de danser. Elle descendit les marches, en essayant de se ressaisir. Mais ? Quoi ? Ils l’applaudissaient, criaient en se levant. Et alors elle retrouva le contrôle de son corps. Elle sourit timidement, et ses jambes redevinrent normales. Solenn s'assit à la première place libre et souffla un grand coup. C'est fait. Maintenant, il fallait qu'elle soit fière de cette maison, fière d'appartenir à cette grande famille. Ils sont malins, elle le sera. Ils rusés, elle le sera.

[center]Solenn sera un serpent.[/center]

Je suis le porte-bonheur personnel de Cassiopée Malory laissez passer s'il vous plaît
Si vous êtes bourreau/espion, adressez-vous à Alona Weslet. Merci de votre coopération.

Table de Serpentard

Rosalys ne m'avait pas senti dès le départ ce pari. Elle avait bien vu, et surtout compris, qu'elle allait se faire rouler dans la farine à un moment... Alors qu'elle descendait les escaliers jusqu'à la grande salle, la fillette restera les pans de sa robe de sortir autour de son corps. La jupe qu'elle avait mise était bien trop courte, tout comme le top qui allait d'ailleurs avec la tenue, mais cette dernière faisait parti du pari. La blondinette n'avait plus du tout le choix dorénavant.

Quand elle fut enfin en bas, la Serdaigle hésita quelque petits instants devant la porte menant au parc. Si elle disparaissait maintenant, elle ne serait pas obligée de monter sur la table et de faire ce qu'elle devait faire pour faire son gage. Pourtant, elle ne pouvait faire cela. La jeune fille avait un minimum de parole et bien sûr, elle avait promis. Serrant les poings et formant ainsi des croissants de lune sur sa paumé à cause de ses ongles, Rosalys inspira un grand coup et poussa la porte de la grande salle.

Pas pressée pour un sous, la bleu et bronze marcha tranquillement vers la table des Serpentards. Elle croisa le regard de la capitaine des Crochets, Bryn Farrell, qui lui fit un sourire triomphant. La Serdaigle tira la langue et chipa un morceau de pain d'épices qu'elle enfourna rapidement dans sa bouche pour se donner du courage.

Rosalys monta alors sur la table des serpents, faisant fit des regards choqués de ses camarades et de celui, rieur, de Bryn. La fillette fit tomber sa robe de sorcier pour ainsi révéler une tenue de cheerleader bleue, les pompons rétractables assortis. La blondinette commença à agiter ces derniers tout en déclarant sa chansonnette, laissant sa dignité s'envoler au loin.

Vivement Bryn ! Vive Serpentard !
La meilleure des poursuiveuse !
La meilleure des quatres maisons !
Moi, j'vous le dis.
Faut être à Serpentard.
C'est là bas que vont les gagnants !
Voyez Bryn ! C'est le parfait exemple !



Rosalys cessa instantanément de danser une fois la chanson finie. Elle renfila rapidement sa robe de sorcier et descendit de la table des Serpentards qui la regardaient encore étrangement avant d'aller s'asseoir à côté de Bryn. La blondinette dit alors, avec un léger sourire.

Contente ?

Il fallait attendre la réaction de cette vilaine vipère qui l'avait piégé, maintenant

Reducio
Pour ceux qui se demandent... Oui c'est un vrai pari. Et j'en fais plus jamais avec Bryn. Souvenez vous en pour moi s'il vous plaît. Avec la mémoire que j'ai, je vais oublier ce moment d'absence de dignité que j'ai fais vivre à mon perso lol

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Table de Serpentard

William était tranquillement assis à la table des Serpentards, lisant, comme à son habitude, un livre pris au hasard dans sa malle tout en mangeant un délicieux pain d'épice. Ce coup-ci, c'était un livre de Norbert Dragonneau intitulé "Guide des Trolls". Après quelques minutes à lire malgré la cohue de la tablée des Vert-Argents, Will se fit sortir de sa lecture par une plaisanterie d'une Serpentarde à quelques places de lui.
-Dis-moi toi, tu ne parle pas beaucoup. Tu es muet ?
-Oh non c'est que... bafouilla timidement William mais qui se fit interrompre par un de ses camarades visiblement choqué,
-Wow ! Depuis quand tu es la ? Je ne t'avais même pas vu ! Tu es vachement discret !
William acquiesça par un petit rire gêné, mais il n'eu pas le temps de poursuivre car une élève de Serdaigle, première ou deuxième année, lui chipa son pain d'épice de son assiette, ne l'ayant sûrement pas vu et l'avala d'un coup de dent.
L'aiglonne blonde monta ensuite sur la table des Serpentards, ce qui visiblement les choqua autant Will, elle retira ensuite sa robe pour dévoiler une tenue de cheerleader bleue ainsi que des pompons de la même couleur et scander d'un coup :


Vivement Bryn ! Vive Serpentard !
La meilleure des poursuiveuse !
La meilleure des quatres maisons !
Moi, j'vous le dis.
Faut être à Serpentard.
C'est là bas que vont les gagnants !
Voyez Bryn ! C'est le parfait exemple !


Elle renfila alors sa robe de sorcier et descendit de la table des Serpentards qui la regardaient encore bouche bée avant d'aller s'asseoir à côté de la capitaine de l'équipe de Quidditch des serpents laissant un William incompréhensif ne laissant échapper que cette phrase :

-Mon pain...

William Eonbarn pour vous servir
  Retour   Répondre