Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Serdaigle

Ici, les élèves de Serdaigle se retrouvent pour partager un repas, ou simplement de bons moments ensemble.

RPG actuel : Rentrée du 1er Septembre (voir table des professeurs)

D'un simple coup de dés, j'ouvre le musée des horreurs

Table de Serdaigle

Dernière arrivée à Poudlard pour Meilla, du moins en tant qu'élève, que lui réserverait l'avenir? Peut-être reviendrait-elle en tant que professeur dans ce château? Ou en tant qu'adulte quelconque? Il n'y avait que l'avenir qui le lui dirait (ou peut-être une grande devineresse?). En attendant, elle savait qu'elle devait se concentrer sur son avenir, ce qui allait commencer dès le début de l'année puisqu'elle préparait les ASPICS. Cet examen dont elle entendait parler depuis toute petite, il serait bientôt là. Elle savait très bien que les mois à venir ne seraient pas de tout repos, mais elle allait y arriver, elle y croyait! Et si elle pouvait avoir cinq Optimals, elle serait ravie! Ses parents seraient sûrement fiers d'elle, mais elle n'en avait que faire. Elle avait trouvé un appartement sur Notting Hill et elle avait bien l'intention d'y vivre une fois sa sortie de Poudlard.

L'année passée avait été riche en événements, que ce soit dans sa vie personnelle ou dans la vie de toute l'Angleterre, surtout pour les résidents de Poudlard. La rouquine ne voulait pas y penser, elle avait décidé de tirer un trait sur tout cela, de tourner la page et de se tourner vers le présent et l'avenir.

Pour en revenir à cette journée si spéciale du premier septembre, la septième année s'était levée tôt chez son père et était partie tôt histoire d'éviter de le croiser. Il avait tenu à ce qu'elle revienne passer une dernière nuit à la maison avant qu'elle ne s'installe définitivement dans son appartement, ce que Meilla avait accepté surtout parce qu'elle avait quelques petits trucs à récupérer. Elle était donc arrivée en avance à la gare et avait croisé Amaëlle qui était elle aussi en avance. Ensemble elles avait discuté de choses et d'autres, là n'était pas la question. Dans le Poudlard Express, compartiment des préfets, la Serdaigle avait découvert une nouvelle préfète en chef, Elina Montmort qui succédait à Madeleine. D'ailleurs, beaucoup de préfets étaient apparus. Blue chez les bleus (Aha), Paul chez les jaunes, Ana et Abigail chez les rouges. Que de changements cette année!

Le voyage se passa différemment des autres voyages. Après la réunion des préfets, la jeune fille ne savait pas où aller. Haley n'était plus à Poudlard, elle avait comme disparue. Sa demi-soeur non plus. En fait beaucoup de gens n'étaient pas revenus et elle se demandait si ça avait un rapport avec ce qui s'était passé l'année précédente ou pas. Elle ne savait pas ce qu'elle préférait... Mais du coup elle se sentait bien seule en cette rentrée. Dans les calèches, elle accompagna un couple d'élèves de quatrième année peut-être? Ainsi que deux filles qu'elle n'avait jamais vues dans l'école. Elle ne se soucia pas plus d'elles que du couple et se contenta de regarder tristement dehors.

Alors qu'en entrant dans la Grande Salle tout le monde (ou la majorité) racontait ses vacances, Meilla était toujours seule et calme. Elle détestait la solitude mais elle n'avait pas envie de faire d'efforts. Elle s'assit à sa table plutôt du côté où les premières années allaient s'asseoir. Peut-être qu'un des leurs allait avoir beaucoup de questions ce qui permettrait à la préfète d'arrêter de broyer du noir? Oui, cela semblait la meilleure idée possible. La répartition commença et n'amusa même pas la septième année. Habituellement, elle aimait s'amuser des comportements des nouveaux arrivants. Certains étaient stressés, d'autres excitée, la plupart mélangeant ces deux émotions. Miss Tourmaline qui devait être la nouvelle sous-directrice les suivait à travers leur découverte de leur maison. Elle avait l'air très à l'aise dans son rôle, mais peut-être n'était-ce qu'une impression de la part de la rouquine? La répartition terminée, le discours de la directrice vint interrompre le brouhaha. Après les habituelles salutations et avoir légèrement évoqué les événements qui s'étaient déroulés, la présentation des nouveaux professeurs commença. La préfète n'avait pas fait attention jusque là au fait que deux nouveaux professeurs étaient apparus.


«  Nous pouvons également souhaiter la bienvenue au professeur Alexus Wilkerson, qui vous enseignera l’Histoire de la Magie… Et au professeur Edern Rhodes, qui prendra la suite du professeur Muller en botanique ainsi qu’au poste de directeur de la maison Serpentard. »

Le professeur Rhodes avait une fleur qui sortait d'un oeil, très étrange, Meilla qui pensait avoir tout vu... En tout cas, il n'était pas professeur de botanique pour rien! Mais une autre surprise de détail attendait les élèves :

« Enfin, sachez que cette année, notre école accueillera d’autres élèves, venus de deux grandes écoles de magie : Beauxbâtons et Durmstrang… La Coopération Magique Internationale a en effet jugé... intéressant de choisir Poudlard pour accueillir le tournoi des trois sorciers. »

Etait-ce une référence aux... Evenements? En tout cas Meilla ne savait pas quoi penser de tout cela, le tournoi des trois sorciers?! Elle ne savait même pas quand il avait eu lieu la dernière fois, c'était il y a très longtemps en tout cas, avant qu'elle ne soit à Poudlard! C'était excitant mais un peu flippant aussi quand même, quand on savait que certaines personnes en étaient mortes! Miss Loewy expliqua de quoi il était vraiment question, ce qui était pour Meilla plus pour les plus jeunes que pour les plus vieux. Qui n'avaient pas entendu parler de ce tournoi en arrivant en septième année? Peu de gens. La rouquine savait qu'elle avait encore un peu de temps pour réfléchir, mais ça la tentait bien de participer, histoire de se changer les idées (et de se donner encore plus de travail en passant d'ailleurs mais bon... On ne peut pas tout avoir). Elle ne souhaitait pas faire cela pour la célébrité, c'était plutôt pour se prouver quelque chose à elle, pas aux autres.

Le discours fini, ils purent commencer à manger tranquillement, ce que Meilla ne se pria pas pour faire bien qu'elle n'ait pas très faim...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Table de Serdaigle

A vrai dire, Blanche était on ne peut plus perdue dans cet univers si nouveau, si grandiose et si effrayant à la fois. Oh, bien entendu ils étaient tous parfaitement bien guidés, mais rien ici ne ressemblait au reste. Et a commencer par le train. Quelle idée de dissimuler une voie derrière un mur. Si jamais l'idée s'ébruitait, combien de personnes pourraient se blesser en tentant de traverser malgré tout. Combien de gens déçus finiraient par haïr tout ce qui n'est pas rationnel par rancoeur? Beaucoup trop. C'était un choix risqué. Mais qui était-elle pour suggérer des améliorations dès le premier jour.

Peu concernée par les récents évènements, elle ne se concentrait que sur cette expérience et tout ce qu'elle comptait d'extraordinaire. Acheter une tenue entière, un chapeau particulièrement pointu et un animal de compagnie. Elle aurait préféré un hérisson mais ce n'était pas un choix viable, lui avait-on rétorqué. Elle n'était pas particulièrement sociable mais bel et bien très débrouillarde. En observant ici et là, elle avait réussi à effectuer ses achats sans trop se perdre, pour le reste, elle avait suivi ceux qui avaient l'air aussi perdus qu'elle.

Nouvelle source d'angoisse: la répartition. Le discours était long mais intéressant, mais savoir où elle finirait l'angoissait plus que ça n'aurait du. Une fille debout à côté d'elle lui expliqua que ce n'était pas la maison qui déterminait le comportement mais plutôt l'inverse, et elle fut un peu plus à l'aise. A moitié seulement, elle apprendrait peut être quelque chose sur elle suivant ce qui en sortirait. Le blabla concernant les anciens ne sortit pas par l'autre oreille, elle conserva toutes les informations qu'elle put attraper au vol, tout pourrait devenir utile.

Nul besoin de préciser qu'elle se sentit particulièrement fière d'entendre ce vieux chapeau lui dire qu'elle serait une Serdaigle. Son égo gonfla tellement pendant quelques secondes qu'elle craint qu'il ne se ravise et la mette à Serpentard. Elle remercia tout le monde et rejoignit son siège le plus rapidement possible, troublée par les applaudissements polis et de rigueur. Et vint le moment de manger. Encore une fois elle fut surprise par la soudaineté et la quantité de nourriture qu'on leur proposait. Est ce que c'était vraiment académique? Enfin. L'angoisse creusant, elle se jeta sur les petits pains qui se trouvaient juste à sa portée, observant encore et toujours les environs. On ne sait jamais ce qui pourrait se passer, qui elle aurait pu croiser. Ou mieux encore, qui pourrait devenir son premier véritable ami.

Table de Serdaigle

RPG actuel : 20 Septembre, arrivée des délégations de Beauxbâtons et Durmstrang.
Voir : table des professeurs

Merci de respecter ce contexte.

D'un simple coup de dés, j'ouvre le musée des horreurs

Table de Serdaigle

On était enfin le 20 septembre. Normalement, d'après les rumeurs qui courraient, d'après tout ce que la rouquine avait pu glaner ici et là, les élèves de Durmstrang et de Beauxbâtons arrivaient aujourd'hui. Elle était surexcitée, bien qu'elle essayait de ne pas le montrer. Toute la journée, elle avait attendu ce grand moment, ne sachant pas quoi faire pour s'occuper. Elle avait bien essayé de faire ses devoirs, mais elle était trop nerveuse pour cela. Il lui avait été impossible de lire un livre pour la même raison. Seul un bon entraînement de quidditch lui avait fait penser à autre chose pendant un court moment. Elle s'était rendue devant la Grande Salle une bonne demi-heure avant l'ouverture de celle-ci et avait attendu plus ou moins patiemment de pouvoir entrer. Pouvant enfin entrer, elle s'assit à une place stratégique. Pendant sa demi-heure d'attente, elle avait largement eu le temps de réfléchir à tout cela. Il valait mieux qu'elle soit près de la porte, mais pas trop non plus pour ne pas louper la fin de l'entrée de tous ces élèves! Une place vers le milieu de la table de Serdaigle serait plutôt la bienvenue. Le problème était qu'elle ne savait pas trop de quel côté se mettre puisqu'elle ne savait pas par où ils remonteraient l'allée... D'ailleurs allaient-ils vraiment remonter l'allée? En fait elle ne savait pas grand chose... Elle s'assit alors à un endroit lui paraissant plutôt pas mal d'après ses calculs.

La salle se remplit beaucoup plus vite que les autres soirs ce qui était assez compréhensible en même temps. Une fois que la directrice fut à peu près sûre qu'il ne manquait personne (enfin en tout cas c'est ce que se dit Meilla, peut-être que ce n'était pas fait exprès, mais il y avait des chances quand même pour que ça ait été pris en compte), elle prononça une sorte de mini-discours introductif :


« Bonsoir à tous. Comme vous le savez déjà, cette année aura lieu le Tournoi des Trois Sorciers. Il consistera en trois épreuves difficiles durant lesquelles vous pourrez montrer vos capacités en vous plaçant en compétition avec deux élèves de deux écoles différentes : Beauxbâtons et Durmstrang. Ce soir, donc, nous accueillons de précieux invités. Je vous prie de vous montrer digne de notre école par un comportement exemplaire. »

La rouquine avait bien conscience que les épreuves du tournoi seraient difficiles, mais l'entendre dire là par miss Loewy faisait presque froid dans le dos quand même. Elle s'était renseignée sur ce tournoi vieux de centaines d'années (depuis 1294!). Elle avait ainsi pu voir le genre d'épreuves qui l'attendait si elle se présentait. Elle était déterminée à se prouver qu'elle pouvait réussir. Elle allait essayer de participer. Peut-être qu'elle ne serait pas prise, peut-être que ce ne serait pas son nom qui sortirait de la coupe, mais dans tous les cas, elle aurait essayé, c'était le principal! Elle s'en voudrait toute sa vie si elle n'essayait pas de se présenter pour le tournoi. En plus, les Serdaigles comptaient un peu sur elle, elle était la seule à pouvoir et à vouloir le faire.

Enfin, la porte s'ouvrit sur la délégation de Beauxbâtons. Deux femmes blondes se ressemblant comme deux gouttes d'eau laissèrent la place à trois jeunes filles qui étaient assez grandes. Elles devaient être minimum en sixième année et tous les espoirs semblaient se porter sur elles. Elles laissèrent apparaître des nuées de papillon délicatement du bout de leur baguette, qui se transformèrent en robe sur les trois filles. Ce spectacle était magnifique, la rouquine devait bien l'avouer, elle ne savait même pas comment elles avaient fait! Mais le pire (ou le mieux) restait à venir. Elles réussirent à transplaner dans la Grande Salle, se matérialisant à trois endroits différents! Comment était-ce possible alors que, quiconque avait lu l'Histoire de Poudlard le savait, il n'était normalement pas possible de transplaner à l'intérieur du château. C'était quelque chose d'extraordinaire! Elles réitérèrent l'exploit en arrivant cette fois-ci devant la table des professeurs! Il se passa alors quelque chose que la Serdaigle ne comprit pas très bien ne pouvant pas voir. Tout ce qu'elle savait c'était qu'après avoir été aveuglée pendant quelques instants, toute la délégation de l'école française de magie entourait les 3 jeunes filles mises en avant en lançant des sortes de rubans argentés qui se transformaient en robes près des 3 étudiantes. Ce spectacle était tout simplement époustouflant! La personne qui représenterait Poudlard aurait bien du mal avec une concurrente de Beauxbâtons car il ne faisait aucun doute pour la préfète que ce serait une des trois filles. Seul l'avenir lui dirait si elle s'était trompée.

Une sorte de cliquetis apparut faisant tiquer toutes les personnes présentes dans la salle. Le ciel du plafond était devenu orageux, cela ne semblait prévoir rien de bon... Tout à coup, deux flèches apparurent dans le ciel de Poudlard. Commença alors une sorte de ballet majestueux provoquant des exclamations chez la majorité des élèves. Meilla avait l'impression d'avoir vu apparaître deux oiseaux, avec leurs grandes manches. Ils volaient un peu partout dans la salle, passant au dessus de la table des professeurs, et allant vers le fond de la salle provoquant au passage un vent très puissant à en décoiffer les cheveux de toutes les personnes en dessous. Ils disparurent finalement dans le ciel orageux du plafond de Poudlard. La septième année se rappelait vaguement d'un cours de Métamorphose (si elle ne se trompait pas) où ils avaient étudié un peu le plafond. On lui avait dit que seul le directeur ou la directrice en poste avait le pouvoir de contrôler le temps du plafond mais qu'il ou elle pouvait donner l'autorisation à une personne pendant un temps déterminé. C'était sûrement ce qui s'était produit ici, pour ne pas risquer de dévoiler un bout de ce qu'on pouvait appeler une chorégraphie ou un spectacle.

Bref, l'entre de Durmstrang continuait. La cloche de Poudlard se mit à sonner comme elle ne l'avait jamais fait. La Serdaigle ne savait pas du tout comment celle-ci fonctionnait d'ailleurs. On ne lui en avait jamais parlé dans aucun de ses cours (ou en tout cas, elle ne s'en souvenait pas.) Au huitième coup apparut un éclair rouge, suivit de ce qui semblait être les deux élèves sur leur balai. Une fumée rouge s'échappa du point d'impact. Cette fumée se transforma en une sorte de dragon. En fait il y avait deux dragons précédant le reste de la délégation de l'école nordique. Tout ce petit monde s'avança près de la table des professeurs et après les salutations de rigueur, tout le monde put s'asseoir. Les délégations de Durmstrang et Beauxbâtons trouvaient des places dans la salle, là où ils pouvaient en petits groupes. Meilla trouvait tout cela plutôt assez extraordinaire! Elle allait enfin pouvoir parler français à Poudlard tout en sachant qu'elle serait comprise. Une chose la dégoûtait tout de même, sa cousine ne faisait pas partie de la délégation de l'école française et elle ne comprenait pas pourquoi, elle ne savait pas pourquoi. Dès qu'elle avait su que le tournoi se profilait, elle avait envoyé une lettre à sa cousine pour savoir si elles pourraient enfin se voir à Poudlard, mais aucune réponse ne lui était parvenue et elle commençait à s'inquiéter. Elle ne comprenait pas le pourquoi du comment et espérait avoir des informations rapidement... Dans ses pensées, elle n'avait même pas remarqué le brouhaha qui s'était installée avant que miss Loewy ne demande le silence.


« Gardons-nous de ternir la solennité de ce moment. »

Et la coupe de feu apparue sous les yeux de toutes les personnes présentes.

« Vous pourrez déposer votre nom dans cette coupe dès demain matin. Elle choisira un représentant pour chaque école. Seuls les élèves de quatrième année et plus pourront tenter leur chance. Bon appétit. »

La rouquine avait encore le temps de changer d'avis donc, elle verrait le lendemain, cependant elle ne pensait pas qu'elle changerait. Depuis des jours qu'elle y réfléchissait, elle ne pensait pas faire autre chose que mettre son nom dans la coupe. Enfin elle verrait le lendemain, comme on dit la nuit porte conseil. Elle finit tranquillement le repas et rentra dans sa salle commune assez rapidement pour se coucher de bonne heure. Elle aurait besoin de courage...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Table de Serdaigle

On était enfin le 20 septembre. Lumos avait entendu que les élèves de Durmstrang et de Beauxbâtons arrivaient aujourd'hui. Comme la plupart des élèves, elle était surexcitée. Elle avait l’impression que la journée était à rallonge et elle était tellement excitée qu'il lui était impossible de faire ses devoirs. Elle sortit dans le parc avec un livre, croyant que l'air frais allait la calmer. Elle avait tort… Enervée et impatiente, elle laissa tomber son livre… Et regretta son geste immédiatement en se souvenant qu'elle l'avait emprunté à la bibliothèque et que Mme Pince promettait la pire des punitions à un élève s'il ne respectait pas le livre en question. Elle ramassa le livre avec précaution.
*Il va me mordre, ou quelque chose comme ça ?* se demanda-t-elle intérieurement.
Il ne se passa rien. Et c'est seulement en regardant l'équipe de Quidditch de Serdaigle s'entrainer qu'elle arriva à passer la journée. Dès que les joueurs descendirent de leurs balais, Lumos couru vers la grande salle sûre d'être en retard. Quand elle arriva, essoufflée, elle découvrit que les quatre longues tables étaient vides. Il y'avait juste quelques personnes, soucieuses de ne pas louper l'arrivée des deux grandes écoles de sorcellerie. Elle regarda sa montre rouge : elle avait une quinzaine de minutes d'avance. Meilla Primard, une Serdaigle de septième année, était assise vers le milieu de la table. Lumos vint s’asseoir en face d'elle. Elle ouvrit la bouche pour engager la conversation, mais Meilla avait l'air perdue dans ses pensées, et Lumos savait que c'était vraiment énervant de se faire déranger quand on réfléchissait, alors elle ne dit rien. Elle observait le plafond magique, quand la salle commença tout d'un coup à se remplir. La vitesse à laquelle les élèves des quatre maisons prenaient place était à prendre peur : habituellement, les élèves trainaient en bavardant et la directrice était obligée de réclamer le calme…
Quand la salle fut, à peu près entièrement, remplie, la directrice prit la parole :


« Bonsoir à tous.
Comme vous le savez déjà, cette année aura lieu le Tournoi des Trois Sorciers. Il consistera en trois épreuves difficiles durant lesquelles vous pourrez montrer vos capacités en vous plaçant en compétition avec deux élèves de deux écoles différentes : Beauxbâtons et Durmstrang. Ce soir, donc, nous accueillons de précieux invités. Je vous prie de vous montrer digne de notre école par un comportement exemplaire. »


La rouquine savait bien que les épreuves du tournoi seraient difficiles, mais l'entendre dire par madame Loewy lui faisait des frissons. Elle aurait voulu participer au tournoi, mais elle n'était qu'en première année. De toute façon, elle n'aurait eu qu'une chance sur des centaines, même peut être des milliers d'être choisie comme représentante de Poudlard. Voir le tournoi de ses propres yeux lui suffirait largement…

Enfin, la porte s'ouvrit sur la délégation de Beauxbâtons. Deux magnifiques femmes blondes, qui se ressemblaient au moindre détail, laissèrent la place à trois jeunes filles qui étaient assez grandes. Elles devaient être, minimum, en sixième année. Les jumelles (qui devaient être les directrices de Beaubâtons) reculèrent et les trois filles levèrent leurs baguettes. Des nuages de fumées mélangés à des papillons violets bleus sortirent des baguettes. Ce tour devait demander une grande maitrise des sortilèges ! Les trois jeunes filles firent alors tomber leurs capes. Les papillons et la fumée les enveloppèrent et elles disparurent ! Une seconde plus tard, elles étaient toutes les trois réapparues !
Il se passa alors quelque chose que la fillette ne comprit pas très bien ne pouvant pas voir. Tout ce qu'elle avait aperçu, après avoir été aveuglée pendant quelques instants, c'est que toute la délégation de l'école française de magie entourait les 3 jeunes filles En avant de leurs camarades, elles lançaient des sortes de rubans argentés qui se transformèrent en robes. Ce spectacle était tout simplement à couper le souffle ! La personne qui représenterait Poudlard pour le tournoi aurait beaucoup du mal à rivaliser avec une adversaire de Beauxbâtons.

Le ciel s'assombrit. Des éclairs se formèrent dans le ciel.

*Ça doit être Durmstang…*
pensa la Serdaigle.
L'entré de Durmstrang commença. La cloche de Poudlard se mit à sonner si fort que la jeune fille sursauta. Au huitième coup apparurent une lumière rouge vive et deux élèves sur leurs balais . Une fumée rouge (dans les mêmes tons que la lumière…) s'échappa des balais. La fumée se métamorphosa en une sorte de dragon. Lumos aperçue qu'il y'avait en fait deux dragons. Le reste de la délégation de l'école nordique entra. La délégation s’avança la tête haute vers la table des professeurs. Ils saluèrent puis tout le monde s'assit. Les élèves de Durmstrang et de Beauxbâtons trouvaient des places dans la salle. Lumos essaya d'attirer l’attention d'un groupe de fillettes. Elle échoua et laissa tomber l'idée de se faire des amies de Beauxbâtons dès le premier soir. Miss Loewy demanda le silence et prit la parole pour dire simplement :


« Gardons-nous de ternir la solennité de ce moment. »

Lumos n'était pas vraiment d'accord. Il fallait impérativement qu'elle aille se présenter à un groupe de fillettes de l'école de magie française. Elle regarda la directrice de son école, comme si elle voulait, par télépathie, la faire changer d’avis et qu'elle reporte ses longs discours à plus tard. Mais, elle trouva bientôt un nouvel intérêt qui la ravie et elle oublia complètement son énervement : la coupe de feu était apparue sous les yeux de toutes les personnes présentes dans la salle.

« Vous pourrez déposer votre nom dans cette coupe dès demain matin, dit Miss Loewy. Elle choisira un représentant pour chaque école. Seuls les élèves de quatrième année et plus pourront tenter leur chance. Bon appétit. »

Lumos était bien décidée à voir la première personne qui mettrait son nom dans la coupe. Donc, le lendemain elle voulait se réveiller tôt ce qui impliquait qu'elle devait se coucher tôt ce soir.


*C'est mission impossible, se dit-elle, je vais jamais réussir à m'endormir avant minuit, avec tous ces événements.*
La rouquine fit une nouvelle tentative pendant le repas pour demander à Meilla si elle allait mettre son nom dans la coupe. Mais tous le monde parlait fort et Lumos n'avait aucune envie de crier… Elle mangea goulument, puis rentra dans sa salle commune. Elle avait eu tort de se dire qu'elle tarderait à s'endormir car à peine couchée sous ses draps, elle s'endormit dans un sommeil profond…

L.A-W
Serdaigle

Table de Serdaigle

RPG actuel :

24 DÉCEMBRE
20H00

D'un simple coup de dés, j'ouvre le musée des horreurs

Table de Serdaigle

« Tu reviendras nous voir pendant les vacances, hein ? » avait demandé sa mère, inquiète, en plantant ses yeux noisettes dans ceux de sa fille.

« Oui m'man, promis ! »

Et une promesse brisée, une ! La petite Wedenjack se mordait toujours les doigts d'avoir posé un lapin à sa famille, mais elle n'avait pu se résigner à quitter Poudlard lors de cette fête si chaleureuse. Elle aimait ses parents et sa sœur, mais les repas familiaux où elle ne connaissait que la moitié des convives la lassaient. C'était toujours la même chanson ; tu arrives, tu fais la bise à quelques parfaits inconnus, tu réponds timidement aux questions embarrassantes de ton entourage, tu écoutes, avec désespoir, ta mère qui raconte ta dernière chute dans les escaliers, puis tu avales quelques feuilles de salade avant d'enfin obtenir l'autorisation d'aller te coucher. Mais cette année, Joy avait voulu que son Noël soit différent des autres ; c'en était fini, les soirées teintées d'hypocrisies où se murent les moins bavards et où les plus vaniteux lâchent quelques blagues grossières sans vergogne. Ce Noël ci, elle le passerait en compagnie d'enfants de son âge, entourée de ses amis, en un lieu si magique qu'elle en rêvait parfois.

Alors, elle avait pris le semblant de courage qui égayait ses tripes, s'était saisie de sa plume, en avait trempée la pointe raffinée dans l'encre bleue et s'était mise à réfléchir. Comment formuler sa décision sans qu'ils ne se vexent et l'obligent à rentrer ? Pendant qu'elle songeait au meilleur moyen d'aborder le sujet, la Serdaigle avait négligemment tenu sa plume au-dessus du parchemin vierge ; aussitôt fait, une goutte d'encre était venue le tacher en un « toc » discret. Joy avait soufflé de mécontentement, avait posé sa plume dans l'encrier et une fois que tout s'était éclairci dans son esprit, avait saisi un nouveau parchemin. Qu'elle ne gaspillerait pas, cette fois. Puis elle avait couché sur papier sa requête et avait bien exposé tous ses arguments du tonnerre. Et elle avait réussi à les persuader, à sa plus grande satisfaction. En maigre guise de compensation, cependant, elle avait rédigé un nouveau hibou en leur détaillant tous les détails de sa scolarité à Poudlard ; l'Écossaise savait que ses parents adoraient lire scrupuleusement ce genre de hiboux.

À ses pensées, l'aiglonne remarqua à peine les quelques élèves s'avancer pour entamer un chant typique de la fête de Noël. Elle revint aussitôt sur Terre lorsque sonnèrent les premières notes, très jolies, apparemment tout droit sorties d'un piano noir imposant maîtrisé par une élève qu'elle ne connaissait pas. Elle fixa les doigts habiles de la jeune pianiste, comme fascinée par les mouvements précis et gracieux qu'ils exécutaient. Après peu de temps, les voix des choristes s'imposèrent dans la Grande Salle, entamant une joyeuse chanson de Noël. Joy eut un élan de respect envers ces élèves, qui avaient recours à un courage qu'elle n'aurait jamais ; celui d'user de leurs cordes vocales en public. Quand les notes s'estompèrent, la directrice se leva et commença son discours.

Aux aguets d'une quelque information capitale à ne pas louper, Joy tendit l'oreille, mais rien d'important. Miss Loewy se contentait des formules d'usage, et ce n'était pas pour déplaire à la fillette, qui n'avait pas envie d'entendre un adulte s'éterniser sur des sujets auquel elle ne comprenait pas grand chose. Lorsque la directrice se rassit, la Serdaigle baissa aussitôt les yeux et imita ses voisins en soulevant la cloche qui recouvrait plusieurs mets, sûrement tous savoureux. Elle ne perdit pas de temps pour goûter sa première bouchée.


« Cool. » sourit-elle en découvrant un peu de foie gras parmi la nourriture qui leur était proposée.

Ce met lui rappelait de merveilleux souvenirs, en compagnie d'une personne pas moins merveilleuse.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Table de Serdaigle

Aujourd'hui, triste samedi, jour de Noël, Antony, ayant mal dormi, se dirigeait vers la grande salle, groggy. Tôt le matin, le garçon taquin, sur son habituel chemin, se rendait au festin. Ne perdant pas de temps, les genoux fatiguant, les sourcils tombants, il s'assit nonchalamment.
Croissant, gâteaux, sucreries, tout ce qui lui passait sous la main, finissait dans son intestin. Ne prêtant pas attention, aussi attentif qu'un défunt hérisson, Antony ne prit pas la mesure, d'où il était assis.
Le Serpentard engloutissait tout ce qu'il pouvait. Saupoudrant de chocolat son croissant.
Saisissant la glace à la vanille qui venait d'apparaitre, Antony bouscula son voisin qui psalmodia en vain. Le garçon était bien trop fatigué pour le considérer. La nuit passée, il n'avait fait que veiller. N'ayant pas pris le temps de dormir, il allait à présent en souffrir.

Les papilles lourdes, les yeux creusés par les rides, il ne se rendit pas compte qu'aujourd'hui exceptionnellement, les couverts ne répondaient pas à ses ordres. Il se servit donc, comme s'il s'était trouvé dans sa famille moldu, lui-même dans les plats. Ce qu'il ne savait pas, fut qu'il ne se trouvait pas à la bonne table. Il se trouvait à la table des Serdaigles.
Mais alors qu'il soulevait dangereusement lui-même la carafe d'eau, il se servit en eau, tel les serveurs marocains qu'il avait vu servir le thé. Mais lorsqu'il leva les yeux et aperçut les uniformes bleus, le garçon faillit s'étouffer, relâchant la carafe sur son pauvre voisin Serdaigle, qui fut aspergé de la tête aux pieds...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Serdaigle

Ce matin, en ouvrant les yeux, Aria avait encore du mal à sortir du lit, elle n'était pas très matinale, mais elle était si heureuse d'être à Poudlard qu'en pensant à sa journée elle se levait avec un grand sourire.
Tout en marchant dans les couloirs du château, elle se sentait toujours toute petite face à l’immensité des lieux. Elle repensait à son premier jour où elle était arrivée à Poudlard, l'appréhension lors de la répartition du choixpeau, la joie d'être à Serdaigle, le stress des premiers cours, le jour où elle s'était perdue dans le château...

Toujours dans les nuages, Aria ne se rendit même pas compte qu'elle était dans la grande salle. C'est un "bonjour" de sa camarade qui l'a sorti de ses réflexions.

*Mince, j'ai même pas eu le temps de lui dire bonjour aussi...Bon... je vais prendre place à ma table* pensait Aria

D'un pas timide et hésitant, elle se dirigeait vers l'interminable table des Serdaigles. Elle avait le trac et elle ne savait même pas pourquoi, enfin...elle avait sa petite idée, mais essayait de ne pas y penser. La jeune demoiselle remarquait une place vide, elle enjambait le banc afin de prendre place, et une fois assise, regardait autour d'elle. Le brouhaha se faisait entendre, et la jeune Aria souriait légèrement, elle aimait cette salle pleine de vie, même si elle était bruyante, elle était simplement vivante et ça faisait du bien de voir du mouvement.

Sortant de ses pensées la jeune femme remarquait un Serpentard à la table des Serdaigle. Elle regardait ses camarades de maison, voir si quelqu'un remarquait le vert et argent, mais personne n'y prêtait attention...Le serpentard avait l'air fatigué et ailleurs.

* Aller, occupe toi de tes affaires Aria et mange* se disait la jeune serdaigle à elle même.

On peut dire que la nourriture ne manquait pas à Poudlard, la jeune femme se servait des œufs au bacon son plat préféré, avec un verre de jus de citrouille. Elle prit une bouché en soupirant de bien être...

* Ahh ça fait tellement du bien de mang..*

Aria, coupée dans ses pensées et surtout la bouche encore pleine d’œufs, sursautait par le bruit d'une carafe d'eau qui s'écrasait au sol. La jeune demoiselle tournait la tête en direction du bruit et était surprise de voir qu'un de ses camarade de maison était totalement trempé d'eau...

La demoiselle se levait pour s'approcher des deux jeunes sorciers et tendait des mouchoirs en papier en direction de son camarade de maison, tout en regardant le Serpentard d'un œil interrogateur...

- Heumm... Tout va bien ? ... Tu est mouillé aussi, tien des mouchoirs...

Avec un air hésitant, ne sachant pas comment le vert et argent allait réagir, Aria tendait les mouchoirs en direction du Serpentard...

Table de Serdaigle

La carafe renversa les deux tiers de son contenue, non seulement sur le voisin d'Antony, mais aussi sur le garçon lui-même... Quelle honte. Antony croisa le regard du Serdaigles qui le toisait durement, sans un mot. Le jeune garçon aurait préféré qu'il lui dise quelque chose, ne serait-ce qu'un seul. La carafe s'était fracassée au sol dans un claquement sonore qui fit taire toutes les conversations alentours. Certains Serdaigles firent l'olé en se retournant, mais se rattrapèrent en se rendant compte qu'un Serpentard était assis à leur table. Un silence gênant s'installa, tandis que la douleur se faisait sentir dans la cuisse du jeune garçon qui tentait tant bien que mal d'essuyer l'eau qui venait d'imbiber sa robe de sorcier enfilée prestement aux dortoirs. D'ailleurs, il aurait bien aimé que ses parents lui achètent une deuxième robe de sorcier, pour éviter de se retrouver sans vêtement lorsque celle-ci était à lavé. Mais il se rendit compte juste après cette pensée que d'une part, grâce à la magie, il ne risquait pas d'attendre bien longtemps, et que d'autre part, ce n'était pas du tout le moment propice pour ce genre de réflexion. Il y a avait de bouts de terre cuite partout par terre, alors que, levant les yeux vers le Serdaigle, Antony aperçut que celui-ci se frottait durement la tête, à l'endroit précis où la carafe avait cogné, juste avant de cogner Antony à la cuisse et de se fracasser par terre.
Antony ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer. Ce silence était toujours gênant. Il devait s'excuser, faire quelque chose, pour son erreur, ou plutôt ses erreurs, étant donné qu'il venait non seulement de renverser une carafe d'eau sur son voisin, mais aussi qu'il s'était assis à la table des Serdaigles et que surtout, il venait d'attenter à la santé de l'un d'entre eux...
Qu’est-ce qui pouvait bien lui arriver... Est-ce qu'on avait jeté un sortilège sur le jeune Serpentard ! Peut-être un sortilège de confusion ! Mais Antony devait se rendre à l'évidence. Cela n'était pas du tout dû à quelqu'un d'autre, il se devait d'arrêter de rejeter la faute sur les autres et assumer ses erreurs. S'il était dans un tel état de confusion, c'est parce qu'il n'avait pas du tout assez dormi la nuit dernière. A présent, il en subissait les conséquences.

Antony leva les yeux timidement vers le Serpentard, qui ne semblait pourtant pas si éloigné d'Antony en âge. Mais ce dernier le toisait encore, sans un mot. Antony baissa à nouveau les yeux avant de se ressaisir et de le regarder dans les yeux :


"Hemmm... Je suis désolé ! Je suis très fatigué ! Je n'ai pas fait... Exprès... Et puis je ne m'étais pas rendu compte que j'étais assis à la table des Serdaigles ! Et... Et je n'ai vraiment que très peu dormis la nuit dernière ! Et... Et... Et... !"

Le garçon semblait perdu et lui-même parut croire que personne ne venait de comprendre un traitre mot de ce qu'il venait de dire tant il eut parlé rapidement et de façon inintelligible. Mais alors qu'il baissa les yeux à nouveau, il fut interrompu dans sa solitude :

"Heumm... Tout va bien ? ... Tu es mouillé aussi, tien des mouchoirs... "

Antony leva les yeux pour constater qu'une jeune fille, une Serdaigle toujours, s'était levé et le regardait, comme encore la plupart des autres. Il lui tendit alors quelques mouchoirs. Antony avança timidement la main afin de se saisir des mouchoirs. Mais s'arrêta en route, puis l'avança à nouveau et les prit.


"Merci." balbutia-t-il.

Il commença alors à s'essuyer, alors que l'autre Serdaigle, encore mouillé, se leva dans un râle de colère et s'en alla en direction de la sortie, accompagné de trois de ses camarades qui tentaient de le résonner.

Antony se retourna plutôt vers la jeune Serdaigle qui venait de le fournir en mouchoirs, alors que les dernières têtes Serdaigles s'étaient détournées, et les quelques voisins éloignés d'au moins un mètre :


"Merci beaucoup... Je suis Antony, un élève de Serpentard de deuxième année... Et toi ?" Demande-t-il en levant les yeux vers elle.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Serdaigle

Aria ne savait pas trop comment aborder les Serpentards, d'ailleurs elle ne savait pas comment aborder les gens tout simplement, elle était du genre réservée. Beaucoup de visages étaient tournés sur la scène, des murmures, des messes basses s'étalaient dans la grande salle.

Son camarade de maison prenait le mouchoir que lui tendait Aria, il était assez en colère contre le Serpentard, qui lui au contraire était désolé, et s'excusait.

Le Serpentard avait les yeux baissés, ce qui étonnait la Serdaigle, ce n'était pas dans le caractère des Serpentards, bien qu'elle comprenait qu'il s'en voulait pour son erreur... mais ce n'était que de l'eau, un coup de baguette et c'était réglé, son camarade s'en remettrait.

La jeune demoiselle se retournait sur le Serpentard à qui elle tendait toujours les mouchoirs.

Le jeune Serpentard levait les yeux en direction d'Aria, regardait les mouchoirs et approchait sa main avec hésitation, avant de les saisir.

- Merci, murmurait le vert et argent.

Le Serpentard essayait de s'essuyer tant bien que mal, alors que d'un pas rageur le Serdaigle se levait et quittait la grande salle en râlant.

*ça lui passera...* pensait Aria tout en regardant partir son camarade de maison.

Le calme revenait tout doucement, et toutes les têtes qui autrefois étaient rivés sur la scène de la "Carafe d'eau sur un Serdaigle", étaient retournées à leurs occupations.

- Merci beaucoup... Je suis Antony, un élève de Serpentard de deuxième année... Et toi ?, demandait le jeune Serpentard en direction de la Serdaigle

- De rien, ça lui passera...il est susceptible, c'est juste de l'eau... Heu je suis Aria, de Serdaigle en première année, enchantée Antony, disait-elle en souriant.

Quelques yeux par ci et par là, regardait les deux élèves avec curiosité, toujours debout au milieu des grandes tables.

- Humm... On ne va pas rester debout... Si tu veux il y a une place qui se libère à côté de la mienne... heu je me disait que si tu voulait tu pouvait venir t’asseoir à côté de moi ? Marmonnait avec hésitation la jeune Serdaigle.

Table de Serdaigle

La jeune fille qui était restée debout, la seule qui accordait encore de l'attention à Antony, ne semblait pas lui tenir rigueur de ce qu'il venait de se passer. Étonnamment, elle arborait même une expression assez douce sur son visage, alors qu'Antony tentait de comprendre comment cette Serdaigle pouvait éprouver un semblant de compassion à son égard, après la maladresse dont il venait de faire preuve. Lui qui pensait que les Serdaigles ne supportaient pas les erreurs, surtout celles d'inattention. Mais cette fille-là ne semblait pas être comme les autres. Elle avait quelque chose en moins... Ou peut-être en plus ?

"De rien, ça lui passera..."

Lui avait elle répondu, alors qu'Antony se tenait devant elle, dans le chahut de la grande salle. Antony avait encore l'impression que quelques regards s'étaient maintenue sur lui.

"Il est susceptible, c'est juste de l'eau... Heu, je suis Aria, de Serdaigle en première année, enchantée Antony." Avait-elle ajouté.

Elle lança alors un sourire à Antony. Elle ne semblait pas gênée, contrairement à Antony qui n'en pouvait plus de se donner ainsi en spectacle devant tout le monde. Surtout que ce n'était pas la première fois. Antony eut même l'impression d'apercevoir quelques Serpentards le montrer du doigt, à la table des Serpentards. Est-ce qu'il allait passer un sale quart d'heure ? Qu'est-ce qu'ils allaient lui réserver pour être allé s'asseoir à une table ? Qu'est-ce qu'ils allaient s'imaginer ?


"Humm... On ne va pas rester debout... Si tu veux il y a une place qui se libère à côté de la mienne... Heu, je me disais que si tu voulais, tu pouvais venir t’asseoir à côté de moi ?"
Lui proposa sa camarade.

Antony fut encore plus gêné. Les Serpentards le regardaient, mais aussi encore quelques Serdaigles qui n'avaient vraiment pas tous l'air amicaux ! Antony préféra mettre un terme à ce moment de gêne et répondit à la bleu :


"Ho heu... Oui bien sûr... Humm... Allons-y, je te suis"


Aussi, il s’exécuta et suivit Aria jusqu'à sa place, puis s'assit à côté d'elle.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Table de Serdaigle

Aria sentait que le jeune Serpentard était quelque peu gêné, elle l'était un petit peu aussi d'ailleurs, les yeux curieux des élèves l'a mettait mal à l'aise, c'est pour cela qu'elle avait invité Antony à s’asseoir.

Elle regardait Antony, et voyait que ce dernier jetait des coups d’œil à sa table, où quelques Serpentards regardaient le jeune homme avec insistance... Les Serdaigles aussi... Ceci dit, elle s'en moquait des autres, même si elle comprenait parfaitement qu'Antony pouvait ne pas partager son avis.

Au grand étonnement de la jeune Serdaigle, le vert et argent acceptait d'aller s'installer à la table des Serdaigle avec elle :

"Ho heu... Oui bien sûr... Humm... Allons-y, je te suis"

Aria lui adressait un très grand sourire, et lui faisait un mouvement de tête pour l'inciter à la suivre, ce que le jeune homme faisait.

Les deux s'installait et Aria reprenait son assiette d’œufs au bacon qu'elle n'avait pas terminé, c'était froid, mais tant pis, elle n'allait pas jouer la fine bouche.

Elle tournait la tête en direction de son camarade et entamait une question, histoire de le mettre à l'aise et d'en apprendre plus sur lui :

- Alors comme ça tu es en deuxième année ? Comment c'est passé ton intégration à Serpentard ?
demandait elle avec un sourire.

Tout en mangeant et en écoutant la réponse du Serpentard, elle proposait au jeune homme de se servir quelque chose :

- Sert toi, vas-y, ne t’inquiète pas, même si tu renverse de l'eau sur moi je t'en voudrait pas,
lui dit elle dans un petit rire muni d'un clin d'oeil.

La jeune femme pris un verre de jus de citrouille, l'apportait à sa bouche tout en regardant le jeune homme. Pour un Serpentard, il n'était pas comme les autres...

* Oui, vraiment pas comme les autres *
Se disait-elle pour elle même

Table de Serdaigle

Malgré toutes les bêtises d'Antony, les professeurs ne sembla avoir rien aperçut et continuait de manger tranquillement, tout comme leurs élèves. Antony aperçut Miss Kieffer, sa directrice de maison, déguster son repas avec toute la classe qui s'imposait. Elle semblait en plein discussion avec l'une de ses collègues. Visiblement il s'agissait de Meilla Primard, une anicenne camarade d'Antony qui à présent était en plein étude de magie, tout en étant pofesseur de Poudlard à mi-temps.
Pour le reste, Antony aperçut le repas de la jeune fille. Elle mangeait du chaud. Enfin elle aurait pu manger du chaud. Avec toute cette histoire, son plat devait être froid à présent. La réaction de la jeune fille vis à vis de son repas ne vient que confirmer ce que pensait Antony. Mais la jeune fille, peut-être de dépit, se tourna alors vers Antony, qui ne s'était toujours pas resservis en nourriture. Antony eut juste le temps de réprimer un bâillement que la jaune fille posait déjà son regard sur lui :


"Alors comme ça tu es en deuxième année ? Comment c'est passé ton intégration à Serpentard ?"

Comment savait-elle cela ? Comment pouvait-elle savoir qu'il était en deuxième année ? Elle, il ne la connaissait pas à vrai dire. Il ne lui semblait même pas l'avoir déjà aperçut auparavant. Ou alors c'était sans s'en rendre compte. En tout cas Antony ne s'en souvenait pas. Quoi qu'il en soit elle avait plus jeune que lui. Il s'agissait sûrement d'une première année.
Antony était si perturbé qu'il ne se souvenait même pas des propos qu'il avait tenus quelques minutes auparavant... Mais celle-ci ne sembla pas s'en rendre compte, continuant plutôt de manger son plat froid :


"Sert toi, vas-y, ne t’inquiète pas, même si tu renverse de l'eau sur moi je t'en voudrait pas"

Antony fut assez surpris par les paroles de la jeune fille, une Serdaigle, qui venait tout juste de... de blaguer avec lui ? Antony ne connaissait que peu de Serdaigle, comme Ellie Rains, avec qui il avait déjà partagé quelques Dragées Surprise de Bertie Crochue à Pré-Au-Lard. Mais celle-ci lui avait déjà joué un tour, dans les couloirs, de nuit, sauf que celui-ci n'était pas du tout des plus plaisant. Réveillant les tableaux de l'école, elle avait menacé le jeune garçon de sa baguette avant de se faire elle aussi attraper. Elle avait d'ailleurs fais partis de ses personnes qui l'avait embarrassé avec sa marque de bronzage laissé par un ensemble de sortilège et d'algues... En tout cas c'est bien ce qu'Antony suspectait ! Heureusement, elle ne l'avait pas vu, pataud, dans son maillot de bain à rayures qu'il empêchait de tomber d'une main, l'autre tenant son parasol collé dans sa main malgré lui, tout en poursuivant ses tongs ensorcelées qui tentaient de lui échapper... Le tout bien sûr, alors que sa frite, elle aussi ensorcelée, le poursuivait lui à grand coups dans le dos... Quelle misère.
Antony, revenant au temps présent, rappelé par l'appel de la faim, avait déjà bien mangé avant sa bêtise. Mais il était vrai que son ventre criait encore famine. Il aurait bien pris un café d'ailleurs, surtout avec ce sommeil qui lui tambourinait l'esprit, autant qu'un certain mal de crâne qui commençait apparemment à s'installer sérieusement...

Le jeune sorcier commença à se servir lui aussi en œuf et en bacon, mais pas seulement. Il aimait particulièrement Patacitrouilles et il lui avait semblé en apercevoir non loin. Malheureusement il se souvint qu'il ne les avait vu qu'à son ancien place et ne trouvait ici que des Fondants du chaudron... De dépit, il ouvrit plutôt sa sacoche, ouvrit une Chocogrenouille et l’engloutit, avant de se tourner vers Aria :

"Merci beaucoup c'est vraiment adorable. Ne t'inquiète pas je vais redoubler d'attention à présent. Pour ce qui est de mon intégration, bien sûr que ça c'était bien passé ! Enfin sauf vers la fin ou j'ai renversé de la sauce à viande sur une de mes voisines et elle autre chose, je ne sais plus... Je ne suis vraiment pas doué..." se lamenta le garçon, réalisant qu'il était vraiment doté d'une maladresse légendaire... "Et toi ça s'est passé comment dis-moi ?"

Reducio

En souligné :
-le nom de 5 personnages du forum et que ces noms ne soient pas à l'affilée.
-les mots : « Chocogrenouille, Patacitrouille, Fondant du Chaudron, Dragées Surprise de Bertie Crochue »
-les mots : « Magie, Baguette, Poudlard, Sorcier, Tableau »
-les mots : « parasol, tongs, bronzage, frite, algue et rayure »

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.
  Retour   Répondre