Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Table de Serdaigle

La journée était passée à toute vitesse. Pour une fois, aucun cours n'avait été ennuyeux, pas une seule seconde. Finir sur le cours de défense contre les forces du mal avait le dont d'enjouer Erin pour plusieurs heures, ce qui était peut-être la cause de sa légèreté. Prévenant Dae qu'elle avait une lettre à envoyer, elle avait promis de la retrouvée au plus tard dans la grande salle pour le diné, puis elle s'était esquiver. Direction la salle commune et ses énigmes. Après quelques minutes de réflexions, elle avait réussit à entré et avait griffonner quelques lignes à l'intension de son frère en y joignant un croquis de Botruc très détaillé.

Avec le même enthousiasme, elle s'était dirigée vers la volière en fredonnant à voix basse une chanson entrainante des Mystic Snargalouf, un de ses groupes préférés. Puis, une fois le hibou trouvé et remercié avec un morceau de miamhibou, elle avait repositionné son sac sur son épaule, direction la grande salle.

Pour les devoirs écrits, elle verrait plus tard, mais elle avait quelques sorts à réviser et la grande salle était l'endroit ou elle arrivait le moins à se concentré. Étrange d'y aller pour s'entrainer du coup ? Bien au contraire. Une fois qu'elle maîtrisait le sort dans un coin tranquille, elle venait s'asseoir à la longue table des Serdaigle et pratiquait aussi discrètement que possible sous la pression des regards, du bruit, des distraction et parfois même des invectives revêches d'élèves de passage.

Elle était alors sûr de le réussir devant les yeux du professeur.

Enfin sûre... Si. Sûre. C'était ça qui lui manquait le plus. L'assurance. Alors elle devait être sûre.

Lorsqu'elle pénétra dans la grande salle, le diné était encore loin mais l'agitation était palpable. Les tables des Serpentard et des Gryffondor étaient légèrement plus fournies que celles de Serdaigle. D'un regard, Erin s'assura que Dae n'était pas présente avança vers le centre de la grande salle... avant de se rendre compte qu'un groupe de 5e années avait l'air en très intense discussion juste au milieu de la table. Elle avait beau avoir bien changée depuis son arrivée à Poudlard, elle n'avait pas assez de cran pour aller s'asseoir à porté d'oreille. Autant resté du côté de la porte, les allé et venues dans le couloirs feraient très bien l'affaire.

Elle s'assit donc à quelques mètre d'Abigail, une jeune fille de sa classe de première année avec laquelle elle n'avait jamais eut vraiment l'occasion de parler. La fillette aux cheveux d'argent et aux grands yeux verts était plongé dans ses livres et ses notes aussi préféra-t-elle ne pas la déranger. La différence était si marquée entre la carrure des deux première années qu'on aurait jurée que deux ou trois ans les séparaient, pourtant après quelques minutes, lorsque la plus petite laissa de côté ses livres, c'étaient bien les mêmes mouvements qu'elles répétaient.

Erin était concentrée et comptait bien réussir le plus parfaitement possible le sortilège de lévitation attendu pour le lendemain, mais avec le bruit autour, si la plume s'envolait correctement, la pomme qui trônait à côté ne faisait que frémir. La fine baguette de bois gris pâle que la rouquine maniait faisait une fois de plus sa forte tête. ça lui arrivait beaucoup moins souvent ces derniers temps, mais tout de même. Sa grand-mère lui avait dit que la plume de phénix fournissaient des baguettes très polyvalentes et puissantes, mais avaient un caractère indépendant et buté qui n'en faisait souvent qu'à sa tête. Erin l'avait apprit à ses dépend et le duo de têtes de pioches que formaient la sorcière et sa baguette n'en était pas à ses premières frictions.

S'arrêtant un moment, Erin fixa intensément la longue tige de bois sur laquelle courrait de fines décorations rappelant une plante grimpante. Désormais, son poids était familier tout comme la façon dont sa poignée, plus large et terminée d'étranges racines nouées tombait dans sa paume. Prenant son temps pour se concentrer et ressentir exclusivement sa baguette, elle formula distinctement dans sa tête, à l'intension de si précieux outil :

* Bon. Je sais que je suis encore un peu hésitante sur ce sort, mais je te jure que j'essaie. J'ai besoin de toi sur ce coup là. Ensemble on peut le faire. *

Elle allait se remettre à pratiquer lorsqu'elle aperçu l'autre première année qui était tournée vers elle. Elle tourna la tête vers Abigail, intriguée et les deux fillettes s'observèrent en silence, yeux dans les yeux et baguettes en main.

Table de Serdaigle

Abigail dévisageait la grande rousse assise à côté d'elle.

"C'est Erin Lake. On est dans la même classe mais on ne sait encore jamais parlé. Elle a l'air sympa", se dit la fillette.

Elle l'avait observé et s'était rendue compte que sa camarade, elle aussi, avait des difficultés avec ces fameux sortilèges :

"Peut-être que si on s'entraînait ensemble, si on analysait nos faiblesses et nos forces sur cet exercice on devrait s'en sortir, pensa la petite fille. Allez, je lui demande."

Timidement, la petite sorcière se décala un peu vers Erin pour l'interpeller :

"Salut, alors toi aussi tu as du mal avec le sort de lévitation ? interrogea Abigail.
- Un peu. Quand j'ai du mal à me concentrer, je fais des gestes trop courts, répliqua posément la jeune rousse, et toi ?
- Pour ma part, c'est ma prononciation qui pêche... " Après un nouveau regard et un nouveau silence sans que la rousse n'ajoute quoi que ce soit, la jeune fille reprit : " on pourrait s'entraider ? Je pourrais te montrer le mouvement et toi m'aider à répéter l'incantation !
- Oui. Si tu veux, oui." répondit Erin avec un sourire hésitant.

Les deux filles se sourirent, et commencèrent leurs révisions. Au bout d'une heure environ, elles riaient ensemble, soulagées d'avoir enfin réussi leur sortilège. Une amitié commençait à se dessiner entre les deux filles, qui avait appris à se connaître à travers ce devoir qui les poussa à se dévoiler en montrant leurs faiblesses et leurs forces. Il était temps maintenant de retourner aux dortoirs et de se préparer pour le repas.

" Merci infiniment pour ton aide Erin. Je crois que sans toi je me serais arrachée les cheveux !
- Mais non. Tu y serais très bien arrivée. Et puis ça m'a permis de m'assouplir le poignet aussi. Merci."

Les deux enfants se dirent au revoir. Abigail rassembla ses affaires et sortit de la Grande Salle pour rejoindre son dortoir. Durant le trajet elle pensa à sa rencontre avec Erin :

"Elle est vraiment très gentille et plutôt discrète. Moi qui suis du genre extraverti ça me change et ça me canalise un peu. J'espère qu'on pourra se refaire des sessions de révisions comme celle-là !"

Le coeur léger, la fillette rentra à sa chambre en chantonnant.

Abigail P.

"Il faut beaucoup de courage pour affronter ses ennemis, mais il en faut encore plus pour affronter ses amis" A.D

Table de Serdaigle

Ceci est un imperium, à ne pas prendre en compte avec le contexte actuel du RP

Les crocs plantés dans une cuisse de volaille, Lucy contemplait l’ensemble des plats qui s’étalaient sur la grande table des Serdaigle. Elle mastiquait longuement la viande ; maman lui avait toujours dit de bien prendre le temps de mâcher. De sa main libre, elle saisit une deuxième cuisse car la première était bientôt terminée. La cuisine à Poudlard avait drôlement bon goût, on sentait que les plats avaient été préparés avec soin. Présents en abondance, il y en avait pour tous les goûts : des légumes cuisinés, des pommes de terre, quelques plats de riz, d’autres de semoules, diverses volailles, poissons et viandes rouges ; chacun pouvait y trouver son bonheur.

« Sers-toi de tes couverts » fit un garçon boutonneux en face d’elle. Lucy lui jeta un regard noir et, comme par défi, elle planta successivement ses petites dents dans la cuisse qu’elle tenait de sa main gauche, puis dans la deuxième cuisse, dans sa main droite. Quand elle eut fini son repas, elle s’essuya délicatement la bouche et les doigts comme une petite fille bien élevée. Le regard du garçon boutonneux, qui lui faisait face, semblait perdu dans la contemplation d’une tarte au citron. Lucy se servit une généreuse part de pudding. Maman lui disait aussi que le pudding, ça faisait moins grossir que d’autres desserts. Lucy ne savait pas si c’était vrai, et de toute façon comme maman n’était pas là pour contrôler, elle mangeait un peu de tout, ce qui n’améliorait en rien sa silhouette grassouillette. Elle regarda successivement les plats, tantôt émerveillée, tantôt indignée.

« Quand même, les elfes de maison, ils font un super travail ! J’ai lu dans un livre que c’était les elfes de maison qui cuisinaient tout ça… Bon, ils doivent être super nombreux mais quand même, moi je dis : chapeau ! Je me demande à quoi ça ressemble, les cuisines. Moi j’aimerais bien y aller un jour ! Comme ça, et bah peut-être que les elfes de maison, ils me donneront des choses pour manger dans mon dortoir. » dit Lucy d’un air très sérieux. Elle fit une petite pause pour dévorer son pudding : après tout, les desserts, ça n’attendait pas. Quand elle eut fini, elle se servit successivement une part de tarte au citron puis de la mousse au chocolat.

« Mais ch’est pas un peu de l’echclavagichme ? » reprit-elle la bouche pleine de chocolat. Elle prit le temps d’avaler avant de reprendre. « Non parce qu’en plus, il paraît qu’ils ne sont pas payés ! Ou du moins, p’têtre une misère, et encore, pour ceux qui acceptent. Moi je m’y connais pas trop en elfes de maison, mon papa c’est un sorcier mais on a quand même vécu comme des moldus, tu vois, alors ce que j’en sais, je le tiens des livres. » dit-elle d’un air fier. Elle leva le regard vers le garçon boutonneux… qui ne l’écoutait pas du tout, en pleine conversation avec quelqu’un d’autre. Lucy grimaça et termina rapidement son assiette avant de décamper.

Absente du 23 juin au 11 juillet.
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.
  Retour   Répondre