Grande salle

Inscription
Connexion
  Retour

La rentrée des élèves de première année.

Mina ne savait plus où donner de la tête, quoi regarder, sur quoi s'extasier. Elle voulait tout voir, tout savoir, tout connaître déjà ! Elle était admirative de tout ce qu'elle voyait et de tout ce qu'elle avait vu depuis le début de son aventure Poudlard ! Mais depuis qu'elle était entrée de le Hall de cette immense école, tout lui semblait encore plus grandiose. Elle entendait autour les piaillements de tout ces élèves qui comme elle, avait l'impression de découvrir un monde nouveau. Malgré cela, elle se sentait calme, dans un endroit si chaleureux. Les professeurs en face leurs souriaient contre toute attente et semblaient plein d'envie et d’espérance vis à vis d'eux.

Elle se sentait minuscule, avec tout les regards intimidants des plus âgés sur le grand groupes qu'ils formaient, elle et les autres premières années qui suivaient un professeur, dont elle n'avait même pas pris la peine d'écouter le nom tant elle était émerveillée par la moindre petite décoration. Certes, elle connaissait l'histoire de Poudlard, mais en vrai, tout cela prenait une dimension beaucoup plus réelle et impressionnante. Elle pourrait se perdre dans ce lieu d'histoire, elle en était certaine et en mourrait d'envie. Un frisson la parcourra lorsqu'elle leva les yeux et pu admirer le plafond, quelque chose d'indescriptible et d'ironiquement magique.

Puis le cortège, ou plutôt troupeau, d'élève s'arrêta, et la femme qu'il suivait leur fis face, dépliant un long parchemin. D'après ce que Mina avait entendu dire, ce long parchemin comportait les noms des élèves de première année qui allait se diriger vers le Choixpeau afin de connaître leur maison durant les 7 ans à venir. Le premier appelé se nommait s'avança alors vers se couvre-chef. Il paraissait sur de lui, arrogant, et savait ce qu'il faisait là.

" Un choix difficile... Quelque chose de dur en toi... Tu ne sais pas encore qui tu es... Hm... SERDAIGLE ! "


Le visage du garçon se décomposa alors que toute une table, vers laquelle il se dirigea, l'acclama. Voilà, l'angoisse monta en elle. Ce simple chapeau avait l'air bien plus que ça, il semblait lire au plus profond de nous, nos secrets et nos envies, comme si il nous connaissait par cœur, voir mieux que nous-même. Elle n'osait même plus écouter, sentant le sien arriver. Ses mains étaient moite, elle était inquiète de tout. Pourtant, elle ne savait même pas dans qu'elle maison elle souhaitait arriver. Les acclamations des autres élèves la mettait de plus en plus mal à l'aise.

Puis se fu l'appel de son nom. Elle parti s'asseoir très calmement. Le Choixpeau alors posé sur sa tête rigola avant d'annoncer tout haut : "POUFSOUFFLE!"

Tout bourdonnait dans sa tête alors qu'elle parti s'asseoir dans sa nouvelle maison. Là-bas un jeune homme lui sourit avant de chanter :
Chez Poufsouffle, vous trouverez les loyaux, les patients
Ceux qui savent travailler tout en s’amusant
Des gens heureux, fidèles, qui gardent le sourire
Voilà ce que la maison des jaunes a à vous offrir


Elle osa alors rire. Elle sentait que ces 7 années de vie allaient pour elle 7 années de bonheur.

La rentrée des élèves de première année.

Mia s'avança dans la Grande Salle, sous le regard inquisiteur des autres élèves. Elle respirait avec difficulté et se mordit la lèvre inférieure. Si elle n'avait pas été au milieu, et tout devant, la jeune fille se serait sans doute émerveillée de la beauté du château et de cette première salle visitée, ainsi que du plafond magique au dessus d'elle, et ses centaines de bougies qui ne fondaient même pas, semblait-il. Ou peut-être était-ce des fausses ? Elle aurait évalué les professeurs, cherchant à savoir qui était qui, et quelle était leur matière, et surtout, elle aurait cherché à savoir qui serait son professeur préféré, et celui qu'elle n'aurait pas supporté. Sauf que là, elle était devant une centaine, voir plus, d'élèves, avides de savoir où les premières années seraient réparties, et quelles nouvelles têtes ils allaient accueillir.

"Je vais désormais vous appeler un par un. Vous allez vous installer sur le tabouret et porter dignement le Coixpeau magique sur le haut de votre crâne. Ne vous inquiétez pas, ça ne fait pas mal.", lança la directrice.

Elle commença donc l'appel, par ordre alphabétique des noms de famille. Et au fur et à mesure que l'on se rapprochait de la lettre fatidique, Mia se sentait défaillir. G, H, I, J, K ... L, enfin. Les prénoms se succédaient, sans que la jeune fille ne voit le temps passer. Plus elle s'approchait, plus elle se recroquevillait, essayant désespéramment de disparaître.


"Lightwood, Mia", appela-t-on alors.

Mia régurgita bruyamment. Le silence était total et elle sentait des dizaines d'yeux regarder tout autour afin de trouver la jeune fille. Les autres élèves se mirent à chuchoter, pensant que la jeune Mia n'était pas venue. Finalement, la petite fit un pas en avant, et tous les autres premières années s'écartèrent pour la laisser passer. Elle respira un grand coup, regarda droit devant elle, et continua d'avancer. Elle voyait la directrice, le tabouret. C'est tout ce dont elle avait besoin. Elle devait se focaliser. Elle s'assit sur le tabouret, comme si elle allait être désintégrer sur place, et elle sentit qu'on lui posait quelque chose sur la tête. Le Choixpeau ne réagit pas tout de suite, et Mia paniqua tout de suite. Peut-être avait-elle mal écouter les consignes, et avait-elle loupé une étape ? Peut-être n'était-elle qu'une Cracmol finalement ? Mais soudain, le chapeau bougea, lui semblait-il, et elle entendit une voix dans sa tête. Elle lui énonçait ses qualités et ses défauts, tandis que Mia voulait juste en finir. Sur un dernier conseil, le Choixpeau hurla :


"SERPENTARD !"

Et des dizaines de mains se mirent à l'applaudir. Mia en conclut que c'était sa Maison. Sa nouvelle famille. Elle se dirigea vers la table, toute abasourdie, comme dans un rêve. Quelques élèves lui adressèrent des signes de tête, mais elle se mit tout de suite à l'écart. Après cela, il fallait vraiment qu'elle trouve le moyen de rester seule quelques instants ...

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

La rentrée des élèves de première année.

Les yeux fixés au plafond magique étoilé de la grande salle du château, Peter scrutait attentivement les astres lumineux tel des diamants dans l’obscurité. Ces yeux brillaient et il avait un petit sourire satisfait en coin.

Comme tous les autres enfants qui arrivaient pour la première fois à l’école de sorcellerie Poudlard, le jeune garçon avait dû prendre le Poudlard express et emprunter le lac noir à bord de barques. Mais le trajet de Peter avait dû être sensiblement différents à celui des autres gamins. Il ne voyait dans le train ni grandeur, ni vitesse, mais une ingénierie magnifique et efficace qu’il lui plairait de décortiquer. Lorsqu’il croisa le garde-chasse géant du nom d’Hagrid, il n’eut pas la surprise comme première réaction, mais la curiosité. En savoir plus sur ce peuple, son origine, ses rites et coutumes. Quand ils prirent ensemble les barques sur le lac sombre pour le traverser, Peter ne regardait pas tant le château flamboyant qui s’illuminait devant eux, que les profondeurs obscures de l’eau où, il le savait, vivaient sirènes et autres calamars géants. Il avait toujours eu ce regard si spécial sur les choses qui l’entoure, à regarder au travers, parce qu’il en avait lu sur le sujet.

Les enfants étaient maintenant dans la grande salle, entassés après les longues tables des quatre maisons où les attendaient les élèves plus âgés. Peter n’avait pas d’apriori sur les maisons. Mais il pensait que la maison Serdaigle lui correspondrait, assoiffé de connaissance qu’il était. Aussi, quand le vieux chapeau se mit à chanter, Peter leva ses yeux vers la voute céleste du plafond. Il écoutait distraitement les mots que chantait l’objet millénaire et son attention revint quand ce dernier articula les présentations des maisons. Peter baissa son regard vers le tabouret et répétait à voix basse ce que le chapeau disait. Avec ces descriptions, le petit Kane était sûr de prendre place aux côtés des Serdaigle, dont les esquisses sur la connaissance, la curiosité et l’excellence le confortait.

Autour du jeune garçon à la crinière de feu, les autres enfants semblaient tous très concentrés, presque instables à l’idée de manquer l’appel de leur prénom. Ou plutôt de se retrouver dans une maison qui ne leur siérait pas. Plusieurs jeunes gens défilaient dans la pièce, comme un rituel orchestré avec minutie. Les jeunes se faisaient appeler, ils avançaient avec prudence comme si le sol était miné et prenaient place sur le tabouret. Là, on mettait sur leur tête le choixpeau magique qui les répartissait dans l’une des quatre maisons. Parfois, le choixpeau agrémentait son choix d’une petite explication, d’hésitation même. Et une fois ou deux, les enfants eux-mêmes s’adressaient au choixpeau pour demander certaines faveurs. Peter connaissait ce rituel, son père lui en avait parlé depuis un moment. Mais cela n’empêchait pas ce moment solennel d’être particulièrement stressant. Peter n’était plus du tout aux étoiles du plafond et ne cessait maintenant de penser à la maison que lui attribuerait le chapeau. Serdaigle était assurément un choix judicieux et une maison prestigieuse. Il était certain que Peter irait à Serdaigle, en tout cas, il en était persuadé. Soudain, son nom se fit appeler.


"Peter Kane !"

Peter rassembla dans sa tête le courage qu’il possédait et avança vers le tabouret. Il avait trouvé exagéré l’état d’anxiété qui parcourrait les autres jeunes, mais à l’appel de son propre nom, il ressentait à son tour cet fibre d’excitation mêlée d’angoisse.
Il s’assit alors sur le tabouret de bois et l’on déposa le choixpeau sur sa tête. Peter aurait aimé voir ce à quoi il ressemblait avec cette vielle coiffe posé sur lui. Son seul spectacle fut d’observer les yeux écarquillés, nerveux et curieux de la foule qui lui faisait face. Enfin le choixpeau s’exprima :


"Je vois des qualité intellectuelles énormes. Un appétit vorace pour la connaissance… Mais également une bravoure importante, une fierté et du cœur… Allons… GRYFFONDOR !"

Les épaules du jeune garçon s’étaient raidies comme son visage s’était crispé dans l’attente du verdict. A l’annonce de sa maison et dans l’explosion des encouragements qui venaient de la table Gryffondor, Peter relâcha la pression. Il eut cependant ce petit moment de trouble, car il était certain que la maison Serdaigle serait la sienne. Le choixpeau ne s’était-il pas trompé sur son compte ? De quel courage, de quelle fierté parlait-il ? Sans plus se poser de question, Peter se leva et se rendit à la table qui était désormais la sienne pour y rencontrer pour la première fois, ces frères d’arme, ces camarades : les Gryffondors.

La rentrée des élèves de première année.

J'avais laissé mes parents sur le quai avant de traverser le mur qui menait au quai 9 ¾. J'avais eu une certaine appréhension avant de m'élancer dans le passage comme si j'allais me fracasser contre celui-ci. Je m'étais installé dans l'une des voitures vide du train où je fus rapidement rejoins par d'autres élèves. Ceux-ci s'interrogeaient sur le choix qu'allait faire le choixpeau, montrait ce qu'ils savaient faire avec leurs baguettes et discutaient des différents cours que nous allions avoir. Ils semblaient tous avoir de la famille qui étaient déjà allés à Poudlard. Quant à moi, je préférais lire un livre sur l'histoire de Poudlard, étant née-moldu j'ignorai beaucoup de choses ce monde. Depuis la réception de la lettre j'avais tentée de me documenter un maximum pour ne pas paraître idiote vis a vis de ses futurs camarade. Cependant, je ne réussis pas à me concentrer pleinement sur ma lecture, repensant à ses dernier jours après que j'eu reçu ma lettre. J'appréhendais énormément ce qui allait se passer, mais je pense que je n'étais pas la seule dans ce cas.
Quand le train fut arrêté, j'avais suivi le mouvement et j'étais sortie du train. Un géant appelait les premières années, il guida le groupe vers des barques qui nous menaient vers l'école. J'étais sous le charme, le bâtiment qui surplombait le lac semblait immense.
Une femme nous attendait sur l'autre rive, elle nous conduisit dans une salle où elle nous fit un discourt de bienvenu. Elle ouvrit une porte qui menait dans une salle immense avec un plafond magnifique, en levant les yeux on pouvait admirer un ciel étoilé et des centaines de bougies qui volaient dans les aires. Les élèves étant déjà répartis dans les différentes maisons nous y attendaient.
Mais rapidement mon attention fut attirée par le chant d'un chapeau magique. Quand il eu terminer sa chanson la personne qui nous avait conduits jusqu'ici s'installa à côté du tabouret sur lequel était posé le chapeau elle tenait entre ses mains un énorme rouleau de papier.

« Je vais désormais vous appeler un par un. Vous allez vous installer sur le tabouret et porter dignement le choixpeau magique sur le haut de votre crâne. Ne vous inquiétez pas, ça ne fait pas mal.»

J'étaie terrifier non seulement a l'idée que le chapeau puise lire dans ma tête mais également car l'idée d'avancer devant autant de personnes me rappelait le fait d'aller devant le tableau répondre aux questions d'un professeur, une épreuve qui me semblait insurmontable. Les noms défilaient par ordre alphabétique et je redoutais le moment ou mon nom allait être appelée. Je fessais partie de ceux qui serais les derniers à être appeler ce qui me réconfortais quelque peut, mais comme tout le monde je devais y passer.

« SPERDED Alyce »

A l'appelle de mon nom ma respiration se bloqua. J'avançais fébrilement vers le tabouret, j'étais tellement stressée que mon pied trébucha sur la marche qui permettait d'accéder à l'estrade par chance je réussis a me rattraper et à ne pas m'étaler sur le sol. Une fois assise sur le tabouret je voyais tous les regards braqué sur moi. Heureusement le moment fut de courte durée, le choixpeau à peine fut-il posé sur ma tête déclara :

« SERDAIGLE ! »

Je rejoins la table qui avait applaudit lors de l'annonce de mon affectation à la maison Serdaigle. Même si je n'avais aucune préférence vis a vis du choix de la maison dans laquelle j'allais être j'étais heureuse de faire partie de Serdaigle.

Alyce Spered
Serdaigle 1er année
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

La rentrée des élèves de première année.

À peine sortie du Poudlard express avec le livre des sortilèges de niveau 1 sous le bras que Ellie s’est offert en extra à sa liste de fourniture, elle ne pouvait s’empêcher de regarder autour d’elle, de faire les liens avec toutes les histoires passionnantes que sa mère lui racontait. Elle suivit la directive donnée à leur arrivé et se rangea avec les autres premières années. Silencieuse elle suivait les autres élèves tout en respirant profondément l’air diffèrent de Londres. Le trajet fut rapide, à peine eu le temps de reprendre ses esprits qu’elle se rendit compte de l’endroit où elle était. C’était une magnifique salle, la longueur de celle-ci lui donnée le sentiment d’être toute petite. Alors que le groupe se stoppa, elle put entendre les consignes.

« Je vais désormais vous appeler un par un. Vous allez vous installer sur le tabouret et porter dignement le choixpeau magique sur le haut de votre crâne. Ne vous inquiétez pas, ça ne fait pas mal. »

Ellie savait pertinemment qu’elle attendrait longtemps, aussitôt elle se replongea dans ses pensées *comment est fait ce plafond* se demanda-t’elle, elle avait beaucoup entendu parlé de Poudlard dans les histoires de sa mère, mais visiblement celle-ci ne lui avait pas tout dit, ceci la fit sourire, rempli d’étoile dans les yeux Ellie ne pouvais retenir plus longtemps sa joie et laissa échapper un sourire de grande satisfaction. Plus le temps passé et plus le groupe d’élèves ou Ellie attendait diminuer, elle tendit une oreille pour savoir à quelle lettre on en était. C’était un nom commençant par K. Aussitôt elle se replongea dans ses pensées en regardant tout autour d’elle pour faire le lien entre les histoires dont elle a tant entendu parlé et le monde merveilleux qui s’ouvrait peux à peux devant elle. Les tables silencieuses durant le choix du choixpeau magique donné une atmosphère mystique et bien qu’Ellie n’accordait pas plus d’importance sur la maison ou elle se retrouverait, cela la fit stressé pour la première fois depuis l’accès à la voie 9¾. Elle se vit assigner un coup de coude d’un autre élève attendant dans le groupe, l’interpelant à revenir à la réalité.

« Mlle Ellie Rains…. Mlle »

Elle avait été appelée déjà trois fois avant qu’un élève dans l’agitation commune ne puisse lire son nom sur le livre de sortilèges qui provenait un peu plus tôt de Fleury&Bott. Le cœur d’Ellie se serra et elle se demanda comment, elle a pu se faire remarquer le premier soir à Poudlard. Ellie s’avança vers le tabouret tout en regardant la sous-directrice qui appelait les élèves, avec un air gêné. Elle fut tout de suite rassurée par une expression bienveillante et un sourire de celle-ci. Elle s’assit face à la salle qui d’un coup paraissait bien plus grande, le choixpeau fut posé sur sa tête et commença à réfléchir à haute voix

« Hummm… je vois du travail, mais aussi une certaine volonté de discrétion, une grande intelligence et sagesse »

Ellie ne put retenir une pensée qui fut reprise par le choixpeau à haute voix

« Tu n’accordes donc pas d’importance au choix des maisons… c’est ce que dit ta tête, mais... quand est-il de ton cœur ? »

Cela lui glaça le sang, plein de réponses à certains de ses questionnements venaient d’être mises à mal, mais ce n’était pas important pour le moment, que voulait son cœur ? Pour la première fois de sa vie, Ellie était confronté à un choix venant du cœur et non de l’esprit. Le choixpeau hurlât « SERDAIGLE !!!! » et le silence fut une nouvelle fois rompu par les applaudissements de la salle.

Ellie se leva et se dirigea vers la table des Serdaigle. Sa mère ne lui avait pas menti, Poudlard serait un nouveau tournant dans la vie de la demoiselle forgeant de nouvelles expériences uniques et personnelles que personne ne peut comprendre avant d'avoir mis les pieds au château. Elle s’assit à la table des Serdaigles sourire aux lèvres devant la joie de sa seconde famille.

La rentrée des élèves de première année.

Quand le Poudlard express s’arrêta, Perceval ne se leva pas tout de suite. Il repensa au quais de la gare sur lequel il avait quitté ses parents. A ce qu'il va faire maintenant qu'il était au collège. Au moment ou il entendit des préfets réprimander des élèves qui était rester bavarder dans leurs compartiments, Perceval se leva et sorti du train. L'air frai du soir lui fouetta le visage, et il vit le groupe d'élèves de première année s'éloigner au loin avec Hagrid, le garde chasse, à leur tête.

Il courut alors pour les rattraper. Il arriva au moments ou ils commencèrent tous a embarquer dans les barque prévu a cette effet, et personne ne remarqua qu'il venait d'arriver. Il s'installa alors dans une barque remplit de filles , non qu’il aurait voulut leurs parler, mais il n'était pas quelqu'un de très social et il avait remarquer que les filles étaient celles qui l'ignorait en générale, et ça lui allait très bien comme ça. Le trajet fut rapide, pensa-t-il, à peine avait il eu le temps d'imaginer à quoi ressemble la grande salle qu'il déposa son pied sur le quais. Les filles de sa barque en firent de même, et comme tout au long du voyage, elles continuèrent de glousser à tout va.

Le groupe des premières année arrivèrent alors dans le Hall d'entrée. Une des professeur , Perceval ignorait laquelle, les attendait.

-Bonjour à tous, dit elle avec un sourire bienveillant, je vous souhaite la bienvenue à Poudlard. Ici vous apprendrez la magie pendant les sept prochaines années, et pendant ces sept années , votre maison sera comme un seconde famille. Vos réussite feront gagner des points a votre maison , mais, toutes infraction au règlement de l'école lui en ferait perdre. La maison qui à alors le plus de points à la fin de l'année se verra décerner la coupe des quatre maisons.

Après cette courte explication, elles les mena dans la grande salle qui était remplit d'élèves. Il y avait trois grande table avec des bancs autour pour s'assoir, chacune devait être réserver à une maison, pensa Perceval. Il suivit toujours le professeur qui les menait jusque devant un tabouret sur lequel était posé un chapeau un peu miteux. Elles expliqua alors que c'était le fameux choix-peau magique et qu'elle allait appeler les noms de chaque élèves qui allait être réparti dans les différents maison. Il n’attendit pas bien longtemps avant qu'elle n’appelle son nom.

Il s’avança alors vers le tabouret et elle posa la choixpeau sur sa tête. Il entendit soudain une petite voix rauque lui parler.

-Mmmm je vois, dit le choixpeau, oui je vois beaucoup de qualité intellectuelle, oui, je vois aussi que tu est très réserver, oui, alors pour remédier à cela il faudrait que je t'envoie à.... POUFSOUFFLE, cria le choixpeau.

Une salve d'applaudissement s'éleva alors de la table à sa droite et il si dirigea rapidement.

*Pouf* d'un souffle, Le Serpent se mit à griffer les aigles qui, dans la serre, répétait sans cesse ''on dort'', vu qu'il était tard.
Je vous laisse essayer de retrouver le nom des quatre maison de Poudlard dans cette phrase :)

La rentrée des élèves de première année.

Il était déjà tard lorsque le Poudlard Express arriva enfin à destination. Le long voyage entre les collines d'Ecosse avait semblé bien long à la jeune Hécate, impatiente de découvrir l'école, bien qu'elle ne laisse rien paraître. Guidé par un grand homme à la barbe hirsute, les premières années firent le chemin restant sur des barques éclairées par des lanternes. La balade fut agréable pour la jeune anglaise qui ne pouvait détourner son regard de l'immense château. Une femme les attendait à l'entrée du château - le professeur Tourmaline, à en croire le demi-géant qui la salua. Elle mena le groupe dans un hall d'entrée, puis dans une petite salle où ils eurent droit à un discours de bienvenue aussi réconfortant qu'exaspérant. Hécate était contente d'être là, vraiment, mais l'impatiente demoiselle n'avait qu'une envie ; passer à la suite. Son voeu fut exaucé lorsque les premières années pénétrèrent enfin dans la grande salle resplendissante de lumière. La jeune sorcière parcourut du regard les visages des étudiants, ses yeux s'attardant sur la couleur de leurs cravates. Se pourrait-il que ce soit enfin le moment tant attendu ?
Elle fronça les sourcils d'un air perplexe en entendant la chanson du Choixpeau, mais un sourire amusé se faufila très vite sur ses lèvres lorsqu'elle prêta attention aux paroles. Puis vint la répartition, et Hécate releva la tête d'un air attentif aux instructions du professeur. "Porter dignement ?" Elle se retint de lever les yeux au ciel. C'était d'un vieux chapeau moisi dont on parlait, mais d'un couvre-chef digne des plus grands créateurs. Mais bon, si c'est ce qu'elle devait faire pour devenir une élève à part entière, Hécate n'hésiterait pas. Et puis, si quelque pouvait porter dignement cette chose, c'était bien la jeune Rosebury. Elle portait sa fierté comme on porterait un foulard de soie.
Son nom retentit enfin dans la salle immense. Hécate se dirigea alors vers le tabouret, un léger sourire sur les lèvres. A peine le Choixpeau eut il effleuré le haut de son crâne qu'il déclara d'une voix forte : « 
SERPENTARD ». Elle se leva alors, son sourire agrandi, et se dirigea sans attendre vers la table des verts et argents.

La rentrée des élèves de première année.

Les élèves commençaient déjà à se faire appeler par la sous-directrice, quand Morgana commença à regarder autour d'elle. Les tables étaient presque pleine, bon nombre des premières années se tortillaient nerveusement, et Morgana commença elle aussi à s'impatientait. Les élèves allaient chacun dans leur maison après la répartition. Le Choixpeau ne perdait pas de temps et les "évaluait" un à un. Malheureusement, avec un nom de famille en H, le tour de Morgana arriva bien vite.

- Hopkik, Morgana! annonça avec une voix forte la sous-directrice.

Tremblante comme une feuille, la jeune fille alla s'asseoir sur le tabouret. Elle coiffa le Choixpeau. Aussitôt, elle pria pour que cela se termine vite. Elle décela le regard insistant d'un garçon brun, assit à la table des Gryffondor.

- Il va me lâcher des yeux, lui, non?pensa la jeune fille.

Mais déjà le Choixpeau marmonnait. Il toussota, et reprit ses réflexions.


- Hum... Voyons voir... Courageuse... Travailleuse... Mais aussi très têtue...

Cette dernière remarque déclencha les rires des élèves rassemblés autour des quatre tables. Le Choixpeau Magique attendit que le silence soit revenu pour continuer.


- Humm... Oui... D'autres qualités un peu moins gratifiantes, notamment une nette tendance à s'énerver à la moindre escarmouche... Mais ton courage l'emporte sur le reste...


Le Choixpeau marqua un temps de pause, puis déclara à haute et intelligible voix:

- GRYFFONDOR!!

Morgana ôta vivement le Choixpeau de sa tête et partit en direction de la table des Gryffons, sous les applaudissements de ces derniers. Elle s'assit entre un garçon aux cheveux jaune paille et une fille aux cheveux roux.

- Bravo! lui dit la fille.

-Merci...

Ce fut la seule personne qui lui parla de la soirée. Le garçon brun ne la quittait toujours pas des yeux. Elle tenta de se concentrer sur la répartition des autres élèves. En vain. Son regard était sans cesse attiré par les yeux du garçon brun. Des yeux couleur de bleuet.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœurs, Gryff' Vainqueurs !
Parce que tu as la capacité émotionnelle d'une petite cuillère ! (Hermione à Ron, Harry Potter 5)
Le plus jeune des lionceaux grandira et deviendra un chasseur émérite et un lion redoutable.

La rentrée des élèves de première année.

J'étais assez nerveux. Il faut dire que c'était tout un univers qui s'ouvrait devant moi ! La magie, les sorciers etc. C'était totalement nouveau pour moi et j'étais assez nerveux, mais je l'ai déjà il me semble.
Un par un, les premières années que nous sommes étaient appelés puis envoyés vers une des quatre maison. Personnellement, Serdaigle et Serpentard étaient sur ma liste; l'intelligence et la soif d'apprendre me caractérisait assez bien, du moins c'est ce que m'on dit mes parents il y'a quelques jours.
On en avait fini avec les L... Mon tour allait bientôt arrivé et je me demandais si je n'étais pas en train de rêver. Non, je ne rêvais pas. Les bougies, les autres élèves, le plafond magique ! J'avais l'impression d'être à l'endroit où je devais être. C'était la réalité, j'étais un sorcier !

MCHAMMER, Steve

C'est avec un empressement assez étrange que je me dirigeait vers le petit tabouret en bois. Le professeur passât le choipeaux magique sur ma tête.

"Intéressant, tu es intelligent et ta soif d'apprendre est énorme... Serdaigle ? Non... Tu as certaines qualités qui te sont encore inconnues et je connais la maison qui te permettra d'exploité ton plein potentiel... SERPENTARD

Et c'est avec un large sourire que je rejoignait la table de ma second famille. Mon cursus scolaire pouvait enfin commencé !!! J'allais m'asseoir avec mes camarades et j'attendais avec impatience la fin de la cérémonie de la répartition, mon estomac commençait à me faire souffrir.

La rentrée des élèves de première année.

Tout en s'avançant dans la Grande Salle avec les autres élèves de première année, Violet regardait autour d'elle, émerveillée. Quelques minutes plus tôt, elle était descendue du train, et, sans se soucier de ses compagnons, s'était empressée de suivre Hagrid, le garde-chasse, jusqu'au lac qui précédait l'école depuis la gare de Pré-au-lard. Après un voyage en barque assez agréable, et une marche supplémentaire, les première année étaient tous parvenus aux abords du magnifique bâtiment. Impressionnés par sa grandeur et par la majesté du Hall, ils avaient alors suivis la sous-directrice jusqu'à une petite salle, dans laquelle elle leur avait fait un discours de bienvenue et avait expliqué le système des maisons à ceux qui n'étaient pas au courant.

A présent, la rouquine observait avec fascination les centaines de bougies qui se trouvaient au dessus de sa tête, suspendues dans les airs, sous un plafond aux couleurs du ciel. Autour de quatre longues tables étaient assis les élèves des années supérieures, et les professeurs attablés un peu plus loin.
- Tout est comme papa nous l'avait raconté, Amber, murmura-t-elle en observant la sous-directrice mettre le choixpeau sur son tabouret. Je suis si heureuse !

Et, le sourire aux lèvres contrairement à la majorité de ses camarades, elle écouta attentivement la chanson du choixpeau.

Lorsque celui-ci eut terminé, un tonnerre d'applaudissements retentit dans la pièce et la sous-directrice, un énorme parchemin entre les mains, se mit à appeler les novices un par un par ordre alphabétique. La rouquine exultait, amusée de voir ses camarades disparaître sous l'immense chapeau.

Erynne Foxy et Aaron Jezequel, qu'elle avait rencontrés un peu plus tôt dans le Poudlard Express, furent envoyés respectivement à Serpentard et à Poufsouffle. Mais Violet était bien trop excitée pour lire la déception dans les yeux de la fillette aux yeux oranges.

*Pourquoi suis-je à la fin de l'alphabet ?* songeait-elle seulement.

Son tour arriva enfin :

- ROMANS, Violet !

*Ca y est, c'est le moment !* pensa-t-elle, soudain un peu anxieuse, en s'avançant vers le vieux chapeau tout rapiécé. Elle le mit sur sa tête, et le noir complet l'envahit. Il était trop grand pour elle aussi !

- Hmm... voyons voir... fit alors une voix à son oreille. Un esprit curieux et ouvert. Tu es intelligente et a soif de connaissances. Oui... De la fantaisie, mais du courage aussi... et de la persévérance. Tiens, je vois que tu es également une fillette ambitieuse... alors je pense que la maison qui te permettra de développer pleinement toutes tes capacités sera...

SERPENTARD !

Et avant qu'elle ne comprenne ce qui lui arrivait, la rouquine avait remis le chapeau à sa place et s'était dirigée vers la table des verts et argents, qui l'acclamait. Un peu surprise de la décision du choixpeau, parce qu'elle n'avait jamais envisagé aller à Serpentard, elle sourit néanmoins à la cantonade.

*La vie nous réserve parfois des surprises !* pensa-t-elle, en se remémorant son voyage sans sa sœur, et ses nouvelles rencontres, tandis que la cérémonie touchait à sa fin. *Les choses sérieuses vont commencer, et je ferai de mon mieux !*

3e année RP (ne vous fiez pas à mon année devoir !) Présence réduite pendant toute l'année scolaire.
code couleur : green
Pas d’avatar
Asta Leeman  

La rentrée des élèves de première année.

*En sortant du PoudlardExpress, Asta suivit la foule de premières années qui se dirigeaient vers un immense homme à la barbe et aux cheveux tellements broussailleux qu'ils se confondaient. Chez les moldus, on le surnommerait "barbe noire" du fait de sa pilosité faciale et de leur couleur. Il avait aussi des petits yeux bruns à peine percevables sous ses sourcils épais. Il portait un grand manteau marron et des bottes noires immenses, adaptés à sa taille de géant. Malgré cette apparence quelque peu sauvage, il semblait arborer un grand sourire et les appela de sa grosse voix chaleureuse*

- Les premières années, par ici ! Suivez moi !
- Regarde, c'est Hagrid, le garde-chasse et gardien des clés et des lieux à Poudlard ! C'est un demi-géant ! Dit à mi-voix un garçon aux cheveux bruns bouclés à son camarade à côté de lui.

*Alors comme ça ce Hagrid était un demi-géant ? Asta pensa qu'il ne fallait pas tenter de l'énerver, mais ses craintes s'évanouirent quand le demi-géant les fit monter dans des barques sombres. Seule, elle n'eut d'autre choix que de monter avec lui.*

- Alors petite, quel est ton nom ?
-Asta Leeman monsieur.

*Hagrid éclata d'un rire sonore qui sembla durer une éternité à la jeune sorcière. Il s'essuya finalement les yeux du dos de la main et lui adressa un sourire joyeux.*

- Je crois que t'es la seule élève à m'avoir appelé comme ça. Je t'en prie, appelle-moi Hagrid. Tu vas te plaire ici, Poudlard c'est vraiment une expérience magique. Dis, t'es une née-moldue non ?
- Ahem, oui... Hagrid.
-Ah, ça, je l'aurai parié. Pas une insulte, juste que tu as l'air à la fois curieuse et égarée, un peu apeurée aussi. Mais tu me rappelles une ancienne élève, une petite rousse comme toi, avec de beaux yeux verts.. Lily Evans. C'est fou ce que tu lui ressemble. Tu ressemble aussi à Lily Potter du coup, mais la deuxième était pas perdue, ça non. Une Potter, perdue ici ? Impossible.

*Les yeux du garde-chasse se remplirent de lumières. Il sembla dans ses pensées, comme si tous les souvenirs reliées à ces deux anciennes élèves remontaient à la surface et lui procurait un sentiment de bonheur. Il sourit, un peu tristement, et continua d'une voix plus joyeuse.*

- Tiens, regarde. On est presque arrivés.

*C'était vrai. Tous les élèves parvenaient maintenant à apercevoir les hautes tours de Poudlard, et les lumières de l'école se reflètaient dans la surface soir du lac. C'était un spectacle un couper le souffle. Asta aperçut une silhouette, debout devant les portes de Poudlard. Soudain, un magnifique feu d'artifice éclata dans le ciel, faisant sursauter plusieurs des premières années, mais leur apportant des étoiles dans les yeux. Ce souvenir serait gravé dans leurs mémoires, un souvenir lumineux et heureux comme on en veut tous les jours.
Enfin les barques s'arrêtèrent. Personne n'était tombé dans le lac cette année, et ils montèrent les marches du grand escalier de l'école tous sains et saufs. La silhouette vut par Asta se révéla être une jeune femme aux cheveux blonds et au visage assez doux. Elle se présenta comme étant la sous-directrice de Poudlard, professeur Tourmaline. Elle les fit rentrer après avoir remercié Hagrid et leur expliqua un peu le fonctionnement de l'école. Les nouveaux élèves écoutèrent bien sagement, et à la fin de son discours, elle les fit entrer dans la Grande Salle.

Tout était illuminé par des centaines de bougies accrochées au plafond. C'était merveilleux, Asta n'avait pas les mots pour décrire la beauté de la Grande Salle. Elle était émerveillée par tout ce qu'elle voyait, et pour le moment, Poudlard était spectaculaire. Elle ne doutait pas qu'elle se sentirai parfaitement à son aise ici, comme l'avait dit le garde-chasse. Ils traversèrent la salle sous les yeux de nombreux élèves attablés à quatres tables différentes, et ceux des professeurs assis à une grande table au fond de la salle, sur une estrade. Ils s'arrêtèrent juste devant l'estrade et la sous directrice fit venir un tabouret en bois tout simple, sur lequel elle posa un chapeau pointu à l'air vieillot. Celui-ci ouvrit grand une fente et se mit à chanter une chanson en l'honneur des quatre fondateurs de Poudlard. Puis, il termina et tous les élèves applaudirent. Une fois que le silence fut revenu dans la salle, la sous-directrice déroula un parchemin.*


- Je vais désormais vous appeler un par un. Vous allez vous installer sur le tabouret et porter dignement le choixpeau magique sur le haut de votre crâne. Ne vous inquiétez pas, ça ne fait pas mal. Ajurd, Ethan !


*Le garçon brun qu'Asta avait entendu tout à l'heure déglutit et monta sur l'estrade. Il s'asseya sur le tabouret et la sous directrice posa le Choixpeau sur sa tête. Le silence fut complet pendant une ou deux minutes, et le Choixpeau cria :kiss:

- GRYFFONDOR !

*Le jeune homme sourit de toute ses dents et rejoignit la table des rouges et or après avoir retiré le Choixpeau. D'autres élèves passèrent, des filles et des garçons, répartis aléatoirement dans les quatre maisons. Asta remarqua qu'il y avait moins d'élèves répartis à Poufsouffle, mais c'était la table qui montrait le plus chaleureux accueil à ses nouveaux élèves. Puis, ce fut son tour.*

- Leeman, Asta !

*La rousse s'avança courageusement devant les autres élèves et se plaça, comme tous les autres avant elle, sur le tabouret. Elle se sentit rougir quand elle vit que tous les yeux étaient posés sur elle, mais très vite, le Choixpeau lui couvrit les yeux et elle ne vit plus rien.*

- Hum...Asta... Tu es une jeune fille bien curieuse... Mais très généreuse aussi, et loyale... Tu aime l'équité, et tu fais preuve d'une grande patience... Ah, je vois aussi un grand courage au fond de toi, mais surtout, une envie d'être acceptée et aimée. Malgré ce feu intérieur qui brûle en toi, je pense que ta nouvelle maison est...

- POUFSOUFFLE !


*Le choixpeau fut retiré de sa tête et elle se précipita pour rejoindre la table des blaireaux. Elle était contente d'avoir été répartie, elle avait eu peur de ne pas être une sorcière en fin de compte. Asta était contente de sa répartition, car de toute façon elle ne préférait ni de détestait aucune maison. Même si Gryffondor lui paraissait plus adaptée à son caractère, le Choixpeau lisait au fond d'elle et il avait forcément raison. Poufsouffle était sa nouvelle maison.*

La rentrée des élèves de première année.

Arthur avait beau être un sorcier, il venait d’un tout petit village ou tout le monde se connaissaient. Alors sa découverte de Londres fut un bouleversement, ses affaires bien rangées dans une grande malle, il avait regardé toutes les bizarreries du monde moldu avec curiosité et surprise, avant de grimper dans le Poudlard Express. Depuis, il avait l’impression de flotter dans un rêve, il passa le voyage à se goinfrer de chocogrenouilles avec d’autres premières années, en racontant sa vie d’avant et en se demandant ce qui l’attendait maintenant. Tout le monde essayait de deviner la maison dans laquelle ils allaient se retrouver, Arthur le premier. Il y avait un peu de tout dans sa famille et il ne savait pas du tout quelles qualités ou défauts étaient les plus forts chez lui.

À l’approche de Poudlard, Arthur troqua sa tenue moldue assez dépareillée – un pantalon à rayure jaune et noir et un pull violet – pour l’uniforme de l’école. Il sentait le stress et l’attente se renforcer au fil des minutes, comme chez ses camarades. Il se regarda dans le reflet de la vitre maintenant sombre, arrangea vainement ses cheveux et essuya de ses joues quelques traces de chocolat. Quand le train s’arrêta dans la gare, la première chose qui le surprit fut la silhouette immense d’un homme tenant une lanterne, qui appelait les premières années. On aurait dit qu’il avait subit un puissant sortilège d’engorgement. Les yeux ronds, il descendit et vint se tasser devant l’homme avec d’autres nouveaux. Quand tout le monde fut rassemblé, ils marchèrent vers le lac et montèrent dans des barques qui les emmenèrent vers le château.

Arthur resta silencieux pendant la traversée et tandis qu’ils entraient dans le château, il était à la fois ébloui par la splendeur des lieux, très loin de la vieille ferme qu’il avait connu, et stressé à mesure que l’heure de la répartition approchait. Une dame à l’accent français vint les accueillir, leur expliquant l’importance de la répartition qui les attendait. Peu de temps après, il retrouva dans la Grande Salle, devant toute l’école, à attendre que Mme Tourmaline appelle son nom.

« Kettelburn, Arthur ! »

Les jambes en coton, Arthur s’avança, mit rapidement le choixpeau sur sa tête, qui lui tomba devant les yeux, et s’assit sur le tabouret.

« Hum, je vois beaucoup de loyauté en toi, et de l’intelligence… une grande force de caractère aussi, le sens de l’amitié, hum… Oh ! Beaucoup de curiosité et de courage… Tu veux faire tes preuves, n’est-ce pas ? Et explorer… aller le plus loin possible… Oui, c’est ça, l’ambition, je la vois au plus profond de toi, tu veux devenir un puissant sorcier, réaliser tes rêves… »

Le garçon fut un peu surprit, il voulait réussir ses études, bien sûr, qui ne le voudrait pas ? Et devenir plus fort, explorer ses capacités, mais il n’aurait pas pensé que l’ambition soit son caractère dominant, loin de là. Il pensa très fort.

* Un puissant sorcier ? Moi ? *
« Oui… Et Serpentard t’accompagnera le mieux sur ce chemin, je peux te l’assurer… SERPENTARD ! »

Arthur retira le choixpeau et le reposa, avant de filer vers la table des verts et argent qui applaudissaient bruyamment et de se trouver une place. Il sentit quelque chose de chaud dans son ventre en voyant tous ces visages ravis de l’accueillir, en même temps qu’il se rappelait qu’il mourait de faim. Espérons que la répartition ne durerait plus trop longtemps.

La rentrée des élèves de première année.

Elea était fébrile.
Elle avait appréhendé le jour de la rentrée, craignant que rien ne se passe comme elle l'avait imaginé. Depuis le jour ou sa lettre d'admission était arrivée chez elle, ce jour fatidique la hantait jour et nuit. Ses parents avaient lu la lettre, la félicitant tout en se remémmorant leur propre entrée a l'école Poudlard. Avec un sourire bienveillant, ils l'avait rassurée mais le stress de faire mauvaise impression était toujours là.

À la gare, Elea s'était surprise à serrer la main de sa mère de toute ses forces : son cocon de douceur s'envolait, elle devait maintenant vivre en autonomie dans un endroit seulement familier grâce aux histoires de ses parents et celles des livres d'histoire de la magie.

Et maintenant elle se tenait dans la Grande Salle, tout juste changée, fébrile et terrifiée. Elle regarda autour d'elle et se rassura en voyant qu'elle n'était pas la seule dans cet état.
Elea reprit un peu plus confiance en elle, le coeur au bord des lèvres lorsque la directrice de l'école annonçait un nom, qmlorsque le nouvel élevé prenait place sous le chapeau, et applaudissait avec les autres lorsque cet élevé était accepté dans une maison.

Elle entendait aussi quelques camarades demander a autres :
"dis tu voudrais être dans quelle maison ?"
Certains savaient parfaitement quelle maison choisir. D'autres étaient encore indécis. Elle ? Elle n'en avait aucune idée.
Mais peu lui importait, la maison que lui choisirait le choixpeau lui conviendrait probablement ...

"Elea Lorion ! "

Nouveau stress, nouvelle peur. La directrice venait de l'appeler.
C'est avec crainte qu'elle gravit les marches, c'est avec per qu'elle se coiffa de cet immense chapeau. Elle ne put retenir un cri de surprise lorsqu'elle l'entendit dans sa tête :

" Qu'avons nous la ... Mmh ... J'entrevois beaucoup d'imagination en toi ... Mais aussi une intelligence qui plairait beaucoup a la maison Serdaigle ... Mais cette intelligence n'est rien comparée a l'ambition que tu as ... tu souhaite plus que tout accomplir tes rêves de grandeur, aider le plus de monde possible, c'est bien ça ? ... cet objectif sera pas facile a accomplir, et tu en as conscience ... Très bien si cela te convient, la maison qui t'aidera au mieux sera ... SERPENTARD !"

Un tonnerre d'applaudissement retentit au fond de la salle. La maison Serpentard l'accueillait avec joie et un sentiment de bien être l'envahit lorsqu'elle prit place au milieu de visages souriants.

Elea Lorion, Serpy en herbe, et fière de l'être.

La rentrée des élèves de première année.

Voila on y était, ce moment dont Echo avait rêvé tant de fois depuis qu'elle avait reçu sa lettre, elle regardait partout, observait les visages assis autours des 4 tables des quatre maisons. Elle regardais la fille à côté d'elle qui avait l'air autant, sinon plus effrayée qu'elle. Elle savait où elle devait aller, où sa famille voulait qu'elle aille même si ses parents n'avait pas osé l'avouer. Ils y étaient tous, mes frères, mes parents ils avaient tous été à Serpentard et même si elle devait y aller elle avait peur. Le choixpeau saurai qui elle est, et elle avait peur de le découvrir,
Était-elle maligne ?
Était-elle Ambitieuse ?
Un professeur les guidait lentement vers ce qui me semblait la plus grande révélation de sa vie sur elle. Après cela, elle saura qui elle est, elle sera pour toujours une Serpentard... Ou une autre chose. Les élèves allaient vers la table des professeurs, et sur un tabouret elle l’aperçut. Ce chapeau qui l'effrayait tant. Ce n'était pourtant pas si terrible, chaques sorciers de Poudlard passaient par cette étape et personne n'en était mort. Ils arrivaient vers lui et Echo espérait ne pas avoir à passer dans les premières. Elle pensait à ses frères, et se tourna vers la table des Serpentards, repéra Aaron assit à côté de deux de ses amis. Il la fixait et me souriait en semblant l'encourager. Elle lui rendit son sourire, un sourire sans doute nerveux et fragile. Soudain, une main vient devant elle, elle m'arrêta instinctivement, fermant les yeux et priant pour que celle-ci ne la touche pas.

*Ils ne doivent pas savoir. Pas encore. C'est trop tôt. Beaucoup trop tôt !*

Elle ouvra à nouveau les yeux et vit lentement la main reculer. Elle se tourna à nouveau vers son frère qui était debout. Il la regarda et lui demanda si elle allait bien. Elle hocha la tête et rejoint le reste des nouveaux élèves qui étaient eux, arrivés vers le Choixpeau. La répartition avait déjà commencé, plusieurs personnes étaient déjà passés et elle entendit son nom :

" Echo Kent ?"

Elle demande aux élèves de s'écarter, prenant soin de ne toucher personne et s'approche vers le tabouret. Ella n'avait jamais aimé être au centre de l'attention et elle voyait déjà tous les élèves de toutes les tables tournés vers elle. Echo s'assit, et sentit le Choixpeau s'installer sura tête :

"Je vois... Tes origines sont de sang pures et ta famille est une puissante lignée où tous ont été envoyés à Serpentard. Comme eux tu as hérité de leur détermination et de leur intelligence." Dit-il

Elle comprend alors qu'il va l'envoyer à Serpentard... Étrangement elle en est triste peut-être s'attendait-elle à autre chose puisqu'elle s'était toujours senti différente d'eux. Mais il continua :

" Néanmoins, Tu es d'une très grande loyauté et tu es très ouverte d'esprit, modeste et juste, Je vois... Eh bien pour la première fois dans ta famille il y aura une POUFSOUFFLE !

*QUOIIIIIIII ? Comment est-ce possible !*

Elle se tourna directement vers Aaron, il la regardait aussi surprit qu'elle mais fini par sourire et applaudit avec les autres. Elle descendit du tabouret en manquant de tomber et rejoint la table des Poufsouffles en écarquillant les yeux.

La vrai famille c'est celle dans laquelle tu es toi même. ♪ Silence ♪ Poufsouffle ♥

La rentrée des élèves de première année.

Si Nya avait toujours été considérée comme sure d'elle et mature pour son âge, aujourd'hui, une fois avoir passé les grandes portes de l'école de sorcellerie, elle ne ressentait que de la peur. Pas de la peur effrayante, elle avait travaillé son programme tout l'été pour se rassurer en plongeant son nez retroussé dans les bouquins. Elle ressentait plutôt du stress, comme un nœud à l'estomac, quelque chose qui vous tiraille de l'intérieur. Déjà, pour une raison simple, Nya était une enfant discrète. Les regards sur elle augmentaient sa panique. Alors, lorsqu'elle avait passé la porte de la grande salle, et qu'elle avait vu les regards de tout ces ainés tournés vers eux, le groupe des premières années, elle avait baissé la tête, priant pour finir dix mètres sous terre. Mais évidemment, sa plus grande frayeur était sa maison. Dans laquelle allait-elle tomber ? Au fond, elle aimait toutes les maisons de l'établissement, mais les légendes ne cessaient de l'influencer. Peut-être devrait-elle songer à vivre dans le monde réel ? Peu importait, les livres étaient pour elle un moyen de s'échapper. Ses pensées ne cessaient de la tirailler, tant qu'elle n'entendit pas la sombre voix du choixpeau l'appeler. Une rouquine à sa droite la poussa légèrement, ayant lu son prénom sur sa cape, tandis qu'elle sursautait. Elle s'excusa et avança, à reculons vers le petit tabouret. D'ici, elle trouva la salle magnifique. Les regards tournés vers elle, elle se surprit à ne pas y penser.La voix lugubre du couvre-chef reprit.

- MMh Nya, Nya, Nya ... souffla-t-il.

La jeune blonde serra la mâchoire, craignant le pire et replia ses doigt contre le tabouret.

-Oui, je vois .... Intelligence, beaucoup de travail, loyauté et ... Hum... Je vois...


Que voyait-il ? Une faille ? Nya ferma les yeux de toutes ses forces et se concentra sur les contes qu'elle avait lu. Elle adorait toutes les maisons, évidemment, mais il est vrai qu'elle ne voulait pas être dans une maison ou elle ne serait pas à l'aise. Elle fermait alors les yeux jusqu'à pouvoir voir des tâches colorés, et se répétait en boucle les sortilèges qu'elle avait appris durant l'été.

-Oh, je perçois aussi, du courage, de la bravoure ... Mais la sagesse d'esprit l'emporte
, siffla-t-il.

Nya souffla discrètement, repoussant une mèche blonde sur son front.

-A croire que la bravoure et la sagesse d 'esprit peuvent cohabiter , finit-il dans un souffle, afin que Nya, seule, l'entende.

Elle ne se décrispa pas pour autant et resserra encore les bords du tabouret.

-Hum, oui ... Il marqua un temps de pause avant de hurler, SERDAIGLE !

Des applaudissement et des hurlement retentirent dans la salle tandis que la jeune blonde rejoignaient la grande table, vite enlacée et taquinée par ses nouveaux camarades. Finalement, Nya se sentait bien, heureuse et à sa place. Malgré tout, elle espérait passer de bonnes années, se faire des amis, pour la première fois et par dessus tout : s'amuser. En fin de compte, la petite fille solitaire et intellectuelle avait bien fait de venir à Poudlard.

"Enfin, d'y avoir été conviée", pensa-t-elle.
  Retour