Grande salle

Inscription
Connexion

Un battement d'aile et une cavalière  PV Halissa 

Des affiches étaient placardées aux cartes coins du château, les couloirs et les salles de classe semblaient plus parfumés qu'à l'accoutumé, des dialogues silencieux se faisaient intercepter, les jupes des aînées avaient été légèrement remontées et, alors que le cent mordait leur chair froide, des capes chaudes s'oubliaient de plus en plus dans les malles des chambres, ce chez toutes les Maisons. Personne ne pouvait ignorer ce qu'il se préparait à Poudlard, même la Gazette s'emparait du sujet, intéressé par les vedettes de cette année. Le Bal de Noël approchait à grands pas ! Il restait à peine vingt jours aux élèves pour trouver un partenaire et seuls quelques couples déjà formés étaient assurés de finir en bonne compagnie. L'hiver n'avait rien de froid, Eligius l'avait toujours pensé, mais pas de cette manière.

À l'heure du dîner, le jeune Serdaigle était absorbé dans ses craintes. Alors que le magma romantique se poursuivait, lui n'avait qu'une chose en tête : son bulletin. Il n'était pas venu à Poudlard pour devenir le meilleur de sa classe, cela ne l'intéressait pas, mais recevoir de telles notes en Sortilèges avait de quoi inquiéter n'importe quel élève sensé. C'était la période de l'année où les hiboux arrivaient sans cesse, les élèves écrivaient à leur parent pour les prévenir de leur retour pendant les vacances de Noël, certaines contenaient des anecdotes portant sur les cours en général, et dans le monde des Sorciers, tout se savait ! N'importe lequel de ces parents aurait pu être un collègue de Mr Featherwood, l'information serait alors arrivée jusqu'aux oreilles de la figure paternelle, autoritaire. Eligius n'était pas à l'abri de voir débarquer Harrdust, le hibou de la famille, avec une Beuglante. Telle était la raison de son manque d'appétit en cette merveille soirée.


« Pourquoi de son père ? Apparemment ils ont beaucoup de travail au Ministère de la Magie ces derniers temps, les notes d'Eligius c'est rien à côté ! Je suis sûr qu'elle sera de sa mère ! Il paraît qu'elle chantait dans la chorale de Poudlard à son époque et qu'elle a réussi à rendre sourd un professeur en chantant juste parce qu'il l'avait contrariée ! C'est vrai ça Eligius ?

- Tu crois que la Beuglante sera une chanson ? Ce serait sévère comme punition de le rendre sourd pour quelques D ! Hé, Eligius, ouvre pas ce truc devant nous quand elle arrivera, d'accord ?

- Vous êtes vraiment stupides, pourquoi une mère voudrait rendre son fils sourd d'abord ? Ce n'était pas comme s'il avait fait exprès d'avoir de mauvaises notes. Au pire il passera ses vacances avec un professeur particulier qui lui fera gratter sa plume jusqu'à ce que ses doigts aient gonflé comme des Souaffle...


Le concerné ne savait pas trop qui écouter avec ces surenchères qui n'arrêtaient pas de grimper depuis la fin du cours de Mrs Tourmaline.

- Ou bien, son fils est un tel échec qu'elle n'aura pas le choix de glisser un Moremplis dans son lit pendant son sommeil ! Hahahaha !


Eligius rit aux éclats quand son camarade se prit le pied pour faire mine de le manger. L'appétit lui était subitement revenu et il entama la soupe à la citrouille, visiblement le nombre de citrouilles à planter pour Halloween avait été grandement surestimé, les élèves ne prenaient même plus la peine de regarder le menu du soir. L'un des camarades d'Eligius ne prenait rien à la rigolade, surtout quand il s'agissait d'école, alors il tenta d'aider son ami au mieux.

- Réfléchissez un peu, s'il remonte ses notes d'ici Noël alors il pourra passer des vacances tranquilles. Tu pourrais demander à quelqu'un de t'aider pour Sortilèges. Hm... La théorie a l'air d'être ton point faible d'après les commentaire de Mrs Tourmaline.

- Et toi, tu m'aiderais ? T'as eu un A au dernier examen.


L'Aigle à l'air toujours sérieux d'habitude afficha un sourire gêné qui annonçait déjà la suite.

- Désolé, mais j'aide déjà une fille d'une autre Maison pour le cours de Potions et il fait que je garde du temps pour moi.

- Une fille ? Celle que t'as invité au bal ?

- Et bien, en fait, je ne l'ai pas encore invité...

- Qu'est-ce que tu attends pour le faire ? Quand la neige tombera du plafond il sera trop tard.

- Tu peux parler toi, t'as personne à qui demandé.


Un à zéro. Eligius s'était éloigné de cette histoire de bal, mais le temps avait un drôle d'effet et c'était devenu une affaire urgente. Tout le monde avait peur de finir seul, ou pire encore ! Avec quelqu'un dont personne ne voulait. La honte assurée, le genre de dossier qu'on pouvait ressortir des années plus tard. Comment son père avait-il fait pour inviter sa mère au bal ? De toutes les histoires que le couple avait partagées avec lui, celle-ci demeurait un secret, à raison ?

- Est-ce que notre Eligius serait intéressé par une Serpentard par hasard... ? fit l'un des bleus avec ton mielleux pour ennuyer le jeune sorcier

Sans s'en apercevoir, il s'était tourné vers la table aux robes vertes, la table où ses parents s'étaient assis pendant les sept années d'études passées à Poudlard. Comme son regard perdu dans le vide de son imagination revint à la réalité, il s'accrocha à une silhouette aux mots de son ami. L'esprit compétitif du garçon s'était senti chatouillé, pas besoin de « T'es un aigle ou une chouette ? » pour le booster davantage. C'était le moment de faire ses preuves en tant qu'homme. Et la première étape était de faire la cour à une dame.

- Exactement ! Et je vais l'inviter sous vos yeux, maintenant !

Eligius douta un moment. Comment s'y prendre ? Il n'existait pas de formule magique pour inviter une fille à un bal. Les philtres d'amour c'est un truc de fille, en plus d'être extrêmement compliqué ce serait tricher, le garçon ne pouvait pas s'abaisser à de telles pratiques. Il avait quelque chose à prouver de lui-même, sa fierté en dépendait. Il s'empara d'un morceau de parchemin et d'un plume, puis inscrivit quelques mots de l'écriture la plus lisible dont il était capable.

- Maintenant ?

- Maintenant.


Il plia le morceau de parchemin en forme d'oiseau et fit tourner sa baguette magique d'un mouvement de poignet, c'était un sort assez simple qu'un Troisième Année avait un jour fait dans la salle commune, Eligius remercia intérieurement sa mémoire pour les sorts, qui aurait pu croire que celui-ci allait avoir son utilité ? Les garçons arrêtèrent de respirer pendant la course de l'oiseau. Quand il se posa enfin, ils se bousculèrent entre eux, impatients de connaître la réaction de la fille. Il était trop tard pour se raviser. En choisissant de lui envoyer un poème, le garçon n'était pas sûr d'avoir un retour positif... Tout le monde sait définir ce qu'est un poème, mais en écrire un... Eligius n'avait pas l'âme d'un poète, lui.

Et l'Aigle fut mordu par le Serpent
Un instant il crut deviner une hirondelle
Il l'invita dans sa ronde


Oui, ce n'était encore un aigle, un oisillon qui s'essayait aux métaphores maladroites pour avoir une cavalière. Pour une fois qu'il s'ouvrait à un élève de Serpentard, s'il avait su ses origines avant, il n'aurait pas envoyé cet oiseau en papier.

AQUILAE DORMIENS NUNQUAM TITILLANDUS
"All birds find shelter during rain, but Eagle avoids rain by flying above the clouds."
"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade"
♦ RNA de Serdaigle ♦

Un battement d'aile et une cavalière  PV Halissa 

Le mois de novembre tire déjà à sa fin et l'on peut voir se profiler les jours radieux de décembre.L'hiver sonne enfin à nos porte et avec comme cavalier, si je puis me permettre, le fameux Bal de Noël! Halissa était si préoccupée par la tonne de devoir qu'elle devait faire qu'elle n'y avait même pas pensé! Enfin si peut-être un peu... Bon d'accord énormément! Mais disons que les milliards d'affiches accrochées un peu partout sur les murs de l'école n'aident en rien!

«Ah! Comme la neige à neigé! Nos vitres deviendrons des jardins de givres! Ah! Comme la neige à neigé! Qu'elle est donc ce bal à venir? Où mon âme souhaite y danser, danser!»

« Halissa! Tu chantonnes encore des poèmes modifiés!»
dit l'une de ses amies.
«Mhhh? Oups! Pardon. J'ai tellement hâte au Bal que je ne peux m'en empêcher! J'ai entendu dire que cette année ce sera un bal masqué!»

Les amies d'Halissa levèrent les yeux au plafond, d'où tombait paresseusement de gros flocons blanc, et continuèrent à manger leur tarte à la citrouille tout en buvant leur jus de citrouille. *Décidément ils ont vraiment exagéré avec les citrouilles pour Halloween!* pensa t-elle. En voyant que ses amies ne l'écoutais plus, elle se rembrunit et décida de les ignorer en lisant sa Gazette du Sorcier. *Ah non! Ils parlent aussi du Bal dans la Gazette!? On ne peux plus lire en paix sans que l'on nous jette notre solitude à la figure!* De plus en plus de mauvaise humeur, elle mangea sa tarte à la citrouille en pensant au vingt petits jours restant avant ce bal maudit où tous verront à quel point Halissa n'a rien d'intéressant. Elle sursauta alors en entendant un grand éclat de rire venant de la table des bleus. Elle se tourna alors vers l'origine du bruit et vit un garçon qui souriait. *WOW. Mais il est canon ce mec!* Elle se pencha alors vers ses amies et leur demanda:
« Dites les filles, qui c'est le blond aux yeux bleus là-bas, à la table des Serdaigles?»
«Ouuuuuhhh!! Halissa serait-elle tombée sous le charme du beauuu Eligius Featherwood!!??» dit l'une d'entre elles.
Halissa rougit subitement et marmonna une phrase incompréhensible du genre: «pfff, noon,tsss,pff,meh,tss,pfff,non!» qui voulait dire en bref:Oui.
Elle regarda de biais le jeune homme concerné et elle vit que ledit jeune homme la regardait également

Elle se redressa en rougissant et leva la tête en essayant de se donner un aire faussement hautain. Aire qui fut ridiculement défait lorsqu'un magnifique petit oiseau de papier virevolta jusqu'à son siège et se déposa majestueusement devant elle. Surprise, la jeune demoiselle leva la tête pour essayer de voir qui aurait bien pu lui envoyer cette magnifique œuvre d'origami. Son regard se souda alors avec un regard bleu azur qu'elle reconnu comme étant celui du jeune serdaigle qui l'observait quelques secondes plus tôt. *Eligius* La serpentarde pencha alors la tête et pris délicatement le petit oiseau de papier. Elle l'ouvrit alors et lu le petit message qui était écrit. C'était un bref poème qui s'accrocha directement dans le cœur de la jeune fille.

Et l'Aigle fut mordu par le Serpent
Un instant il crut deviner une hirondelle
Il l'invita dans sa ronde


*Quel magnifique vers* pensa la jeune première année alors qu'elle commençait à sourire en rougissant de timidité. Elle leva alors la tête, regarda Eligius droit dans les yeux et lui fit un magnifique sourire. Elle sortit alors sa plume et inscrivit à son tour un poème en réponse à son message:

Vole petit aigle
Librement dans le ciel
J'exhausse ton vœux
Je le fais de mon mieux
J’aimerais être avec toi
Pour voler dans l’azur
Et contempler de plus près
Celui qui rend mon cœur pur


Elle replia le petit oiseau et lui dessina de magnifiques plumes pour ajouter une petite touche personnelle. Elle déposa délicatement l'oiseau dans ses mains et souffla une formule magique sur ses ailes pour le faire voler.*Merci papa pour cette formule* Elle souhaita ne pas en avoir trop fait avec son poème et espéra ne pas l'avoir fait fuir avec ses paroles peut-être trop romantiques pour un garçon. *Faite qu'il ne soit pas un de ces garçons bourrés de préjuger à propos des serpentards!* Car si il y a bien une choses qu'Halissa déteste par dessus tout,ce sont les préjugés. *Et les légumes, berk!*

Écrire, c'est HURLER nos sentiments en silence...
-Always...

Un battement d'aile et une cavalière  PV Halissa 

La poésie, le plus vieux procédé qui existait pour laisser entendre une parole romantique à une demoiselle. Un sorcier maladroit aurait pu recevoir en guise de réponse quelques goûtes de poison dans son jus de citrouille du matin ; la complexité des images poétiques venait de l'interprétation que la fille en faisait, parfois ce qui se voulait être un compliment sonnait grossièrement à l'oreille féminine, alors quand il s'agissait de mots écrits le risque était encore plus grand. Eligius n'avait pas conscience de tout cela, manquant d'expérience dans ce domaine, mais il n'affichait pour autant son assurance habituelle. Un refus et ses amis le feraient déchanter toute la semaine. Rien ne garantissait ses chances. La Serpentard aurait très bien pu faire mine qu'elle ne comprenait pas où le garçon voulait en venir... Impossible, il avait tout fait pour rendre le sens clair et l'ambiance amenée par le bal suffisait à comprendre qu'un poème, même le plus insensé, était une invitation. Peut-être Eligius aurait-il du préciser d'une petite note « Veux-tu être ma cavalière pour le bal ? » à la fin.

- Elle ouvre le papier ! Elle le lit !

Alors que le Serdaigle commençait déjà à douter de lui, l'élue lui fit un sourire significatif. Signifiant quoi ? De loin, Eligius ne voyait pas les autres signes aidant à déchiffrer la réaction de la fille. Était-elle en train de...

- Est-ce qu'elle se moque de toi ? fit un des amis en se retenant de pouffer de rire

- Hahahaha, notre bourreau des cœurs voit ainsi sa carrière se terminer avant même de commencer !

- Qu'est-ce que tu racontes ? Je suis sûr qu'elle a été surprise de voir de qui venait l'invitation, c'est tout. Elle ne me connais même pas.

- Ou bien ça voulait dire « Hey, j'ai déjà un cavalier. Mais merci pour l'invitation, j'ai bien rit ! ». Oh, elle a l'air d'écrire un truc...


Eligius n'avait pas pensé à ce détail. La Serpentard n'avait pas à avoir honte de son physique, elle était jolie, d'une beauté simple et agréable. Elle avait très certainement reçu des invitations d'autres élèves depuis l'annonce du bal ; un garçon qui l'avait repérée à la rentrée, ou bien un Deuxième année qui l'avait bousculée dans les couloirs, ou bien... Eligius s'amusa à imaginer quel genre de garçon allait l'accompagner à la soirée. Soudain, il réalisa que lui-même n'avait eu aucune candidate, ce qui blessa profondément sa fierté. Heureusement, il fut rassurer en voyant son oiseau lui revenir. L'objet animé avait mué pour renaître avec des ailes plumées, Eligius avait même l'impression qu'il volait vieux qu'avant. En dépliant le papier, il sentit les autres se regrouper dans son dos pour lire la réponse. Il avait d'abord essayé de garder ce sentiment de victoire enfoui, mais pour quoi faire ? Un peu d'autosatisfaction ne tue personne.

- Et voilà ! J'ai une cavalière pour le bal de Noël. Alors ? Épatés par mon talent ?

Une main arracha le papier des mains d'Eligius, qui peinait à effacer ce sourire de son visage. Finalement, il prit une cuillerée de citrouille, comme si tout ça était une affaire quotidienne pour lui, un jeu d'enfant auquel il s'adonnait avec une facilité qui déconcerta son ami, toujours là quand l'occasion de se moquer se présentait.

- Hey, Eligius, tu me donnes envie de vomir des limaces... Tout cet amouuuur !

- Va récurer le fond de ton chaudron !

Le mot passa de mains en mains.

- Désolé de te dire ça, mais arrête la poésie, c'est pas pour toi.

- Elle doit beaucoup t'apprécier, sinon elle aurait vu combien ce poème n'est pas crédible. Ou bien t'avais tout prévu et t'as versé de l'Amortentia dans sa soupe.


Le piètre poète posa une main sur sa poitrine et leva le menton d'un air dramatique.

- Cette fille a reconnu ma sensibilité à travers ces mots et a vu la pureté de mon cœur. »

Tout le monde s'esclaffa et il ne fallut pas plus de deux secondes pour qu'Eligius brise son masque théâtrale. Les garçons de Serdaigle continuèrent à plaisanter à propos du bal jusqu'à la fin du repas, sans qu'Eligius ne regarde une seule fois l'autre table. Ce ne fut qu'à la fin du repas, lorsque les élèves se dirigeaient vers leur salle commune respective, qu'il chercha sa cavalière des yeux.

« Trouvée. »

La jeune Serpentard était toujours dans la salle, au bout de la table désertée à moitié par les robes vertes. Arrivé à sa hauteur, le garçon prit une seconde pour constater qu'il avait bon goût, elle n'avait pas l'air d'être une fille superficielle, pour ça il remercia sa chance. Si plus tôt son intention se serait porté sur une fille trop belle pour être vraie, si sa cavalière s'était avérée être une de ces filles qui prêtait plus attention à leur coiffure et à leurs ongles qu'aux pieds de leur cavalier, Eligius aurait fini par partir en quête d'une nouvelle cavalière isolée par les chagrins que provoquait un bal. Au moins, il n'aurait pas à passer pour le pire des partenaires et pourrait profiter de la soirée en bonne compagnie. Avant qu'elle ne puisse remarquer sa présence, il se glissa derrière elle et accrocha à sa robe un morceau de parchemin qu'il avait préalablement préparé. Dessus il avait indiqué un lieu, une date et une heure. Puis, adoptant une attitude des plus normales, le Serdaigle attira son intention d'un raclement de gorge soutenu.

« Excuse-moi, mais nous ne nous sommes pas présentés.

Il avait parlé sur un ton solennel, comme s'il la voyait pour la première fois, parodiant les coutumes et les mœurs qu'exigeaient des événements comprenant des sorciers important dans la société magique. Lui-même en avait participé à un ou deux étant enfant, ses parents voulaient s'intégrer aux Moldus, mais il était impossible de couper ses liens avec le monde sorcier. Eligius n'avait jamais aimé ce genre de chose, et pas seulement à cause de son jeune âge.

AQUILAE DORMIENS NUNQUAM TITILLANDUS
"All birds find shelter during rain, but Eagle avoids rain by flying above the clouds."
"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade"
♦ RNA de Serdaigle ♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Un battement d'aile et une cavalière  PV Halissa 

Sujet verrouillé (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.