Grande salle

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seulement entre amis...  PRIVÉ 

Le bal de Noël approchait à une vitesse folle. Et cela inquiétait beaucoup Paul, qui ne pouvait pas concevoir qu'un préfet digne de ce nom ne représenterait pas sa maison à un bal si important ! Surtout pour ne pas perdre la face, il se devait de trouver quelqu'un. C'était une idée qui le tourmentait très régulièrement, au point qu'un jour il décida de demander à Elina Montmort, préfète-en-chef Poufsouffle. Le refus qui s'ensuivit méritait à lui tout seul un beau trophée à exposer dans la salle éponyme, et Paul s'enfuit, honteux et soucieux. Non seulement il avait l'impression que toutes les filles devaient déjà être prises (impression renforcée par toutes les personnes clamant ici et là qu'ils avaient déniche un ou une partenaire), mais en plus, l'idée de ne pas assister au bal alors que tout le monde l'attendait avec tant d'impatience le turlupinait au plus au point.

Ce bal promettait d'être merveilleux : non seulement on pouvait s'attendre à un grand banquet et des dégustations à volonté (ce qui faisait rêver son estomac de Poufsouffle), mais en plus, tout le monde en parlait comme de la fête du siècle. L'euphorie générale à elle toute seule suffisait à donner l'envie de faire partie des participants à n'importe qui, et c'est pourquoi toutes les filles avaient été prises d'assaut chez les garçons, et vice-versa. Sauf Paul. En fait, il avait bien reçu une ou deux lettres amoureuses, l'une d'une fille qu'il ne connaissait pas énormément, à qui il refusa gentiment, et une autre, lettre fort étrange, qui en relatant l'amour de l'auteur anonyme n'oubliait jamais de le critiquer régulièrement, comme si c'était la honte de l'aimer, et qu'il y avait un quota d'insultes à joindre avec l'amour pour ne pas avoir l'air trop aimante. Il regretta presque d'avoir refusé à la première, il fut content de ne pas avoir répondu à la seconde, qu'il brûla avec un sortilège de flammes bleues. Et maintenant, il n'avait personne avec qui aller.

Il se trouvait donc, en ce milieu de Décembre dans la Grande Salle où il profitait du week-end pour peaufiner son devoir de métamorphose, avec une vague impression de déjà vu. La matinée était déjà assez avancée, et il boucla la dernière phrase de son devoir avec un soupir fatigué. Il avait enfin fini tous ses devoirs, miracle ! Sa joie dura une belle dizaine de secondes avant qu'il n'entende un groupe de filles glousser en parlant du bal de Noël. Se retenant de leur réserver le même sort qu'à la lettre anonyme, il décida de s'en aller à la bibliothèque, où il serait sûr que Madame Pince ne tolérerait aucun bruit. En jetant un regard circulaire à la Grande Salle, son regard s'arrêta sur une personne. Il avait peut-être encore une chance... il s'approcha doucement, jetant des regards autour de lui pour être sûr qu'il passait inaperçu, et demanda à la fille, d'un air beaucoup plus assuré qu'il aurait jamais pensé avoir :

"Heu... Excuse moi, Amaëlle. Est-ce que tu as un partenaire au bal ? Tu veux venir au bal avec moi ? Strictement entre amis, bien sur."

Seulement entre amis...  PRIVÉ 

Être préfète en chef ça prenait du temps… pas beaucoup plus qu'être simple préfète mais assez pour que sa correspondance avec ses parents en pâtisse. Aussi avait-elle décidé de cesser de se laisser prendre par le temps, cesser d'en perdre en rêvassant improductivement et d'aller s'asseoir dans la Grande Salle afin de se mettre au travail. Elle ne venait pas souvent faire ses devoirs ou ses lettres ici, préférant de loin la bibliothèque, sa salle commune ou encore un bout de couloir vide, mais l'ambiance de la pièce le matin en hiver, alors que peu de gens finalement étaient encore présents, lui plaisait plutôt bien. Aussi plume à la main et parchemin déplié devant elle, elle s'appliquait à écrire le plus joliment possible les nouvelles de Poudlard pour ses parents et son frère.

Depuis sa dernière lettre elle avait pas mal de choses à raconter à commencer par le fait que le tournoi des trois empereurs avait
commencé. Bien sûr le Quidditch ne lui plaisait pas énormément, elle n'avait pas spécialement fait du Quidditch par goût au départ, même si étonnamment elle y avait pris du plaisir finalement, mais cela restait un des centres de la vie à Poudlard. Les Lynx et les Dragons flamboyants étaient deux équipes extraordinaires et les étincelles n'avaient pas manqué. C'était bien le problème d'ailleurs, ce sport était toujours aussi violent, c'était à se demander comment elle avait fait pour ne recevoir qu'un seul cognard lorsqu'elle avait joué elle. Enfin la réponse était simple en réalité : elle n'était pas une joueuse dangereuse pour l'équipe adverse… même si elle avait finit par attraper le vif, presque par hasard, alors qu'il passait devant elle.
Mais pour en revenir au sujet, si elle admirait beaucoup certains joueurs, elle ne cautionnait pas pour autant le fait que tout le monde se réjouisse d'un jeu où les gens s'insultaient et se frappaient joyeusement, à croire que l'on était retourné au temps des gladiateurs…. Parce que ça n'était pas à elle qu'on allait faire croire que se prendre un cognard en pleine tête faisait du bien, ou même était bon pour la santé… voir pour la vie en fait

Ensuite elle pouvait parler de Melpomène et Ysalyne. Deux amies, deux anciennes amies ? Deux points qui lui pesaient sur le cœur… elle aurait bien demandé conseil à sa mère mais par lettre c'était dur de réussir à s'exprimer convenablement. Comment expliquer qu'elle s'était disputé pour une broutille parce qu'elle s'était sentie trahie, que son amie l'avait menacé, qu'elle lui avait craché des paroles peut amènes, qu'elle avait fait de même sans doute, et que depuis elle ne se parlaient plus alors que ça lui faisait si mal ? Comment expliquer qu'en plus de tout cela elle n'était même pas sûr d'avoir raison dans cette histoire ?
Comment expliquer aussi qu'elle en voulait à une amie qui l'avait rejeté, qui avait disparu sans laisser de nouvelles, et qui revenait soudain comme si de rien n'était ? Etait-il possible que le problème vienne d'elle ?

Aussi, puisqu'elle n'arrivait pas à expliquer tout cela, elle se contenta d'ajouter une ligne à propos de quelques relations tendues. Cela suffisait bien assez, il ne fallait pas parler de tout lorsque l'on s’adressait à ses parents, par exemple elle ne leur parla pas de l'épisode dans le bureau de Miss Loewy quelques jours plus tôt. Elle préféra parler de choses et d'autres à propos de beau sapin en salle commune, de tableaux chantant des chants de Noël et de neige enchantée tombant quelque fois dans la Grande Salle. Il y avait le bal aussi, le bal de Noël… mais cela elle ne s'y attarda pas : de toute façon elle ne savait pas si elle allait y aller, c'était chouette dans le principe mais à un bal logiquement on danse, et elle elle ne savait pas danser, donc elle n'avait pas spécialement envie d'y aller. Elle n'avait déjà pas été au bal de la Saint Valentin l'année passée. Pourtant pour ce bal de Noël elle avait reçu une invitation d'un garçon qui disait l'aimer… mais l'amour c'était pas son truc, surtout avec le garçon en question d'un an son cadet. Elle l'aimait bien et aurait sûrement accepté en réalité… mais si c'était pour se retrouver avec un admirateur et non un ami ça ne l'enchantait pas beaucoup. Aussi avait-elle fait de son mieux pour refuser gentiment, tout en se demandant si elle ne pouvait pas y aller avec Abigail, qui non seulement lui aurait fait un prétexte censé mais avec qui elle était aussi sûre de passer une bonne soirée. Restait à savoir si sa meilleure amie avait vraiment envie d'y aller avec elle. Soupirant devant ces pensées qui venaient la verte et argent soupira et reposa son crayon, faisant tourner son poignet pour le détendre d'avoir trop écrit. Et alors qu'elle observait autour d'elle elle vit quelqu'un s'approcher doucement d'elle, l'air de rien : Paul Bricou, préfet des Poufsouffles et depuis peu… disons connaissance amicale. Comme quoi ça aidait beaucoup pour apprécier quelqu'un de ne pas avoir une amie toujours en train de ruminer sur son compte. Toujours était-il qu'il avait vraiment l'air de venir pour lui parler. Est ce qu'il voulait lui parler d'un Serpentard désobéissant ? D'une réunion de préfet avancée ? Avait-il un message à passer à Caroline pour le Quidditch et le tournoi des trois empereurs ? Une question de cours ? Différentes hypothèses eurent le temps de naître dans son esprit durant le laps de temps que dura l'avancée du garçon, mais aucune ne s'approchait de la vérité.

« Heu... Excuse moi, Amaëlle. Est-ce que tu as un partenaire au bal ? Tu veux venir au bal avec moi ? Strictement entre amis, bien sur. »

Le tout sur un ton des plus assurés, comme si c'était tout à fait évident qu'il allait lui demander ça. Sauf que bien sûr ça ne l'était pas, mais on pouvait presque le croire à l'écouter. A se demander pourquoi est-ce qu'elle se posait autant de question tordues lorsque c'était elle qui devait réfléchir. Bref. Le deuxième année la regardait toujours, et le fait qu'elle soit des plus surprises ne changeait apparemment pas le fait qu'elle était censée lui répondre. Ne pouvait-il donc pas s'en aller et revenir plus tard histoire qu'elle ait le temps de refaire tourner ses neurones dans le bon sens suite à cette demande inattendue ? Bon… elle pouvait au moins se montrer polie.

« Euh… bonjour Paul… non j'ai pas de partenaire pour le bal »

La question suivante était plus compliquée : est-ce qu'elle voulait y aller avec lui ? Euh… et bien après tout pourquoi pas. Au moins lui il parlait pas d'amour dégoulinant et c'était quelqu'un qu'elle appréciait bien. Et puis bon, de toute façon c'était pas comme si elle jouait sa vie à ce bal. Oh et puis c'était pas comme si elle allait se faire étriper par une amie hein ? Puisque de toute façon elle ne pouvait plus lui parler à cette amie sans avoir une boule de regret au fond du ventre… Jetant un coup d’œil au reste de la pièce, comme si les murs de la Grande Salle pouvaient contenir la réponse, elle ne trouva que quelques décorations de Noël et des groupes de filles gloussant à propos du bal…. Même quelques garçons d'ailleurs. C'était vraiment beaucoup d'excitation pour une simple fête.


« Et… bah oui pourquoi pas j'veux bien y aller avec toi ! En tant qu'ami évidemment, ça serait difficile de faire autrement »
accepta t-elle un petit rire dans la voix.

Ah et bien voilà… elle avait quelque chose de plus à rajouter dans sa lettre tient.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Seulement entre amis...  PRIVÉ 

Sujet clos (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.