Astronomie

Inscription
Connexion

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

Avec l'hiver, la nuit tombait tôt et Aëlys s'en réjouissait. Grâce à cette nuit tardive, elle pouvait observer les étoiles sans dépasser le couvre-feu. Là, au sommet de la tour d'Astronomie, elle rêvait doucement. Le ciel nocturne la fascinait bien plus que de jour. Comme si une sorte d'envoutement l'enveloppait toute entière dès lors que de légers scintillements apparaissaient au milieu du noir céleste. Ce velours sombre teinté de paillettes d'or l'attirait irrésistiblement. Et elle fixait inlassablement les astres aux douces teintes. L'univers se reflétait en ses pupilles d'azur clair, comme absorbé en elle. En cette journée de décembre, l'air était frais et doux. Une brise légère caressa la jeune sorcière de son souffle apaisant, faisant danser ses longs cheveux noirs aux ondulations calmes. Ah, que la nuit était belle ! Elle apaisait Aëlys autant qu'elle la fascinait. Telle une enfant ignorante, elle tendit sa main pour toucher les cieux. Malheureusement, ils étaient inaccessibles, même pour une sorcière...

Pendant des heures, Aëlys resta là, immobile, tout ses sens en éveil. Si seulement la nuit pouvait se laisser apprivoiser ! Mais la voute céleste n'était pas un animal que l'on pouvait contraindre en l'attachant à une laisse. Ce n'était pas non-plus un végétal et encore moins un minéral ! Non, c'était bien plus que cela. C'était quelque chose que personne au monde ne dominerait jamais, une vaste étendue de mystère dont les êtres humains ne percevaient pas la grandeur. A côté de cela, on se sentait comme un grain de sable perdu dans l'immensité de l'univers. Lentement, la première année remonta son col en fourrure blanche cousu à son manteau aux couleurs de sa maison. Le froid se faisait plus vif mais il ne gênait en aucun cas la jeune fille. Celle-ci se laissait aller à une douce torpeur pleine de rêveries. Peu à peu, d'une voix à peine perceptible, elle se mit à chanter une berceuse de son enfance dont les paroles étaient restées gravées dans sa mémoire.

- Dors petite, dors, que la lune te protège. Les astres d'or illumineront la neige. Rêve petite, rêve, dans la douceur du ciel. La nuit on voit la grève à la douceur du miel. Tout scintille, tout brille, c'est plus beau qu'un diamant. Mais rien n'est plus beau que toi, ma toute petite enfant.

Quand elle eut terminé sa chanson, comme pour faire corps avec les étoiles, Aëlys sortit sa baguette et lança le sortilège Lumos. Une belle étincelle s'alluma au bout de sa baguette. Soudain, un bruit de tissu surprit la jeune sorcière. Elle murmura "Nox" et se retourna. Une fillette à l'écusson jaune et noir orné d'un blaireau se trouvait là. Aëlys se demanda si cela faisait longtemps qu'elle était arrivée. Elle fit un doux sourire à son intention et, sentant un élan de sympathie pour la Poufsouffle, elle la questionna gentiment :

- Toi aussi tu aimes les étoiles ?

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

La jeune Poufsouffle était en effet là depuis un petit moment. Elle avait bien remarqué l'adolescente qui devait avoir son âge un peu plus tôt, mais dès que son regard s'était porté sur le ciel, elle n'avait pu s'empêcher d'admirer les étoiles. La nuit tombait effectivement étonnamment tôt en hiver. Les astres l'attiraient, peut-être parce que Sword avait beau être une ville, s'en éloigner la nuit pour admirer le ciel était facile, et Elyanna, le plus souvent, et parfois Camille, l'amenait observer le ciel.
Le ciel, les astres, et tout ces points scintillants donnaient une sensation d'infini, et elle ne put s'empêcher à cette idée de jouer avec la chaîne de son collier, dont le petit pendentif représentait le ruban de Moebius.

Le chant la sortit de sa rêverie, et Gwendolyn écouta attentivement la jeune Serpentard. Elle était là depuis plus longtemps qu'elle, mais la fille aux cheveux châtains bruns n'avait même pas eu le temps de l'observer vraiment. Lorsqu'elle resserra un peu autour d'elle sa veste autour d'elle, car le froid commençait à se faire sentir, cela fit un bruit de froissement, et fit réagir l'autre élève. Elle se tourna vers elle. La brune n'avait pas vraiment d'à priori sur ceux de Serpentard, elle aurait après tout pu y tomber, comme dans les autres maisons. Gwen esquissa donc un sourire avant de répondre :

« J'adore regarder le ciel en général, déclara-t-elle avant d'ajouter : Tu as une belle voix. »

Elle fit quelques pas, sûre d'elle, pour se rapprocher, avant d'enchaîner bien vite.

« T'es en première année ? Je suis Gwendolyn. »

La jeune Poufsouffle se permit de sourire un peu plus franchement, et tendit une main amicale à la jeune Serpentard.

"Je n'ai pas peur."
Le souffle des Poufsouffles, jamais ne s'étouffe !

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

La brunette avait sourit avant de lui répondre :

- J'adore regarder le ciel en général.

Sur ce point, la jeune fille était d'accord. Qu'y avait-il de plus fascinant que le ciel ? Peut-être la magie qu'elles possédaient toutes deux.

- Tu as une belle voix.reprit la petite Poufsouffle

Ce compliment réjouit Aëlys qui émit un léger rire cristallin. Mais avant qu'elle ait pu parler, la jaune et noir s'avança dans sa direction en enchainant :

- T'es en première année ? Je suis Gwendolyn.

Un peu interloquée face à la vivacité, et surtout la rapidité déconcertante des mots de la dénommée Gwendolyn, la verte et argent resta figée quelques instants. C'est vrai qu'elle ne parlait pas beaucoup aux personnes. Fillette asociale, elle ne savait généralement pas quelle attitude adopter et les flots de parole la déstabilisaient. Heureusement, elle ne resta pas longtemps dans son état de paralysie. Deux secondes, tout au plus. Rendant son sourire à la première année, quoique plus doux, elle serra timidement sa main.

- Oui, je suis en première année. Et moi, c'est Aëlys, Aëlys Plumagel.

Encore un peu déboussolée, la jeune Serpy vit le silence se faire toucher du doigt, à peine perceptible, avant de continuer ses explications pour Gwendolyn.

- Mon nom doit t'étonner. J'ai en fait des origines françaises. D'ailleurs j'ai longtemps vécu là-bas...

En disant cela, le regard azuré de la fillette se perdit dans le vide. Elle se revoyait, jouant dans son jardin derrière la maison, courant après sa chère grand-mère en criant de joie. Elle se revoyait encore sur les genoux de son père, la mine enchantée et soufflant de toute la force de ses petits poumons sur les belles bougies enflammées, prenant la pose de la tour de Pise au milieu du gateau au chocolat cuisiné par sa mère... Elle se revoyait aussi tenant la main de ses parents, émerveillée face à une volière colorée dans un zoo... Que ce temps lui paraissait loin désormais !

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

OOM BOOM INCRUSTE:

Hywell venait de passer la soirée avec son frère jumeau dans le parc, celui-ci c'était fait des amis, et lui en avait meme présenté quelques-uns, il y avait meme une fille. Cela contrariait quelque-peu Hywell, elle n'accueuillait jamais a bras ouverts les filles qui tournaient autour de son frère, mais elle restait beaucoup moins possessive que lui. Malgré cette petite contrariété, cela restait une bonne journée, elle avait également eut un Effort Exceptionnel à son second cour de defense contre les forces du Mal.
Hywell était encore quelque peu déboussolée dans l’immensité de Poudlard, bien qu'elle aie fait plusieurs fois le tour déja. Elle se rappelait bien du chemin pour rejoindre la salle commune des serdaigles, et également celui qui la mènerait à la volière, elle voulait envoyer une lettre au travail de son père, comme sa famille habitait toujours en Irlande, et qu'elle ne souhaitait en aucun cas envoyer des hibous dans le monde moldus, elle envoyait toujours son courrier au travail de son père, qui travaillait en tans qu'Auror.
Hywell enteprit donc l’ascension des escaliers de Poudlard, les murs de pierre lui étaient de plus en plus familiers, et finalement, Hywell commencait à ranger sa peur des sorciers, bien sur qu'il y en avait encore beaucoup des comme ca, mais il suffisait qu'elle ne parle pas avec eux, il fallait qu'elle se décoince, et qu'elle fasse comme son Haran.

Une fois arrivée en haut de la tour, elle alla déposer sa lettre, s'assura que tout était en ordre, vérifia l'adresse, donna un gallion, et décida qu'avant de rejoindre la salle de serdaigle, elle irait observer les étoiles. Elle avait déja visité la salle d'astronomie, plusieurs fois même, et c'était toujours désert et calme, et Hywell adorait regarder le ciel, c'était la chose qui lui rappelait le plus que les dits "moldus" et les sorciers, vivaient dans le même monde. En effet, lorsqu'elle se baladait en ville, dans un parc, tout était toujours si different de chez elle... Mais le ciel.. Les étoiles, les planètes, étaient belles et bien les même que celles que Danaé et Nikola, ses meilleurs amis, pouvaient observer en Irlande, chez elle.


Mais elle entendit des voix, deux filles qui parlaient. Elle s'approcha, c'était la première fois qu'elle allait naturellement vers des sorcières. Elles semblaient avoir son age, l'une était de serpentard, elle était si charismatique, et la seconde était de poufsouffle, elle pétillait de spontanéité, Hywell quand à elle, était émerveillée, les deux jeunes filles étaient si belles, et elle si... Si petite et coincée a coté d'elles. Elle décidé cependant de les saluer :

-Bonsoir... Qu'elle accompagna d'un signe de la main. J'ai toujours rêvé d'être le petit prince... Oh non pas l'amphithéâtre, celui du conte de St Exupery. Hywell regarda le ciel . Le petit bonhomme, sur son astéroïde minuscule, chaque soir après avoir ramoné les cratères, et empêché des baobabs de pousser, il va contempler le coucher de soleil. Il dit que c'est parce qu’il est triste qu'il aime autant regarder le soleil se coucher... Mais un jour, il a décidé de quitter sa planète, et d'aller explorer les étoiles, en quête d'amis.. Oui... J'aimerais bien faire comme le petit prince

Hywell B.

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

La jeune fille hocha la tête en entendant le prénom. Aëlys, Aëlys Plumagel. C'était joli, et ça sonnait bien. Oui, ça plaisait à Gwendolyn. Cette dernière lâcha d'ailleurs la main de la Serpentard, avant de déclarer en souriant :

« Au fait, pour tout le monde, c'est Gwen. »

Si Aëlys avait semblé un peu déstabilisée par le flot de paroles de la jeune Poufsouffle, elle paraissait s'être ressaisie. C'était la rencontre qui faisait parler Gwen si vite, car habituellement, elle était plutôt du genre méfiante, donc à prendre son temps pour parler aux gens. Mais sa maison l'avait fait s'ouvrir, un peu plus qu'elle ne l'était déjà. Disons qu'à Poufsouffle, elle apprenait à faire confiance aux autres, plus qu'elle ne l'avait fait auparavant. C'était géniale, et plus elle les côtoyait, plus elle appréciait ses camarades et l'ambiance qui régnait dans la salle commune.
Mais la jeune Poufsouffle était aussi heureuse de croiser d'autres élèves. Et Aëlys lui paraissait plutôt sympathique. Gwen n'avait pas d'a priori sur les maisons, elle n'en avait jamais eu.

« Française ? Oh ! Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller. C'est comment là-bas ? »

Le regard de Gwendolyn brilla de curiosité à ses mots. Elle avait ralenti son flot de paroles, s'était mis à parler plus lentement, histoire de ne pas perdre son souffle et de ne pas effrayer son interlocutrice. Alors qu'elle attendait la réponse, elle pivota légèrement sur les talons de ses chaussures, en entendant une autre personne fouler le sol de la tour d'astronomie. Elle sourit doucement en la voyant faire un signe de la main. C'était une élève de Serdaigle. Un sourire mince persista sur ses lèvres alors qu'elle ajoutait, en entendant les mots de la jeune fille :


« Le petit prince... C'est Moldu, ça. Ma mère me le lisait souvent... »

Des souvenirs remontèrent aussi à Gwendolyn à cette instant. Assise sur les genoux d'Elyanna, sa mère, elle écoutait attentivement les mots qu'elle lui lisait. Le petit prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Les ampoules vacillèrent un instant. Il faisait pourtant très beau dehors, et pas de problèmes d'électricité n'aurait dû être à déclarer. Les premiers signes de la magie de la fillette qu'Elyanna et Camille avaient adopté. Ce conte marquait pour elle la découverte de la magie, même si elle n'avait appris tout ça que plus tard. Le regard gris acier de Gwen revint se poser sur la jeune Serdaigle, et elle déclara :

« Il n'y a pas besoin d'aller sur d'autres planètes pour se faire des amis, tu sais. »

Bon, là, clairement, c'était la Poufsouffle qui parlait, car Gwen était rarement aussi ouverte d'habitude. Mais la tour d'astronomie, le beau ciel étoilé, et les discussions avec ses camarades de maisons avaient fait leur effet sur la noir et or. Il ne manquerait plus qu'un blaireau marmotte imprudemment dans la tour d'astronomie pour totalement achever le côté poufsouffle de Gwendolyn

"Je n'ai pas peur."
Le souffle des Poufsouffles, jamais ne s'étouffe !

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

Alors qu'elle allait répondre à Gwendolyn, un petite Serdaigle arriva. Ses jolis cheveux étaient d'une teinte grise légèrement brillante. Aussi Aëlys les admira quelques instants sans rien dire, se demandant si c'était leur couleur naturelle. Auquel cas, ils étaient vraiment spéciaux ! Attachés en queue de cheval, il faisait réellement penser à la lune. L'astre préféré de la fillette. La jeune bleue et bronze, probablement une première année, les salua et leur parla du petit prince. Histoire moldue qu'Aëlys connaissait bien et appréciait également.

Il n'y a pas besoin d'aller sur d'autres planètes pour se faire des amis, tu sais.intervint la jaune et noir

Aëlys sourit à cette remarque. En fait, dans son cas, il lui avait fallu arriver à Poudlard pour réussir à aborder les autres et se faire des amis. Mais à vrai dire, ce monde magique était tout comme une autre planète pour elle, née-moldue. Les hiboux, la magie... Cela avait tout d'un autre univers ! Et pourtant c'était le sien.

- Pour moi, Poudlard c'est déjà une autre planète.fit la jeune Serpy Je ne sais pas si vous connaissez l'univers moldu mais il est si différent de celui des sorciers que je me sens comme le petit prince ici...

Puis elle resortit sa belle baguette en bois d'orme. Ça, c'était un peu son mouton à elle. Venant d'un autre monde mais qu'elle emportait aussi dans son monde. Personne ne verrait le mouton, et pourtant il serait là et accomplirait des choses merveilleuses... Se souvenant soudainement de la question de Gwendolyn, elle se tourna vers elle et y répondit.

- Eh bien tu vois Gwen, la France c'est un peu comme une autre planète par rapport à l'Angleterre. Si tu veux je te montrerais des photos de là-bas. J'y ais vécu pendant longtemps.

Ah, la France. Elle manquait terriblement à la verte et argent. Rien que le fait de ne plus parler sa langue d'origine la déstabilisait. Elle s'y habituait, et puis elle était devenue bilingue, mais le français restait toujours ancré dans son cœur. En plus, celle qui lui avait donné ses dons de sorcière était sa grand-mère Tiphaine Plumagel et cette dernière avait étudié à Beauxbâtons, l'école française de sorcellerie. Oui, son pays lui manquait. Mais peut-être aurait-elle l'occasion d'en parler avec la Poufsouffle ! Et peut-être aussi avec la Serdaigle, qui sait ?

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

« Le petit prince... C'est Moldu, ça. Ma mère me le lisait souvent... »

Hywell esquissa un sourire en guise de réponse, tiens, elle connaissait ? Vaguement visiblement. Mais ca convenait à la fillette. Elle se questionna : d’où venait elle ? Etait elle de sang-mêlé tout comme elle ? Avait-elle seulement vécue chez les moldus ? Ou simplement lu l’histoire d’Antoine de Saint Exupery dans un livre ?

« Il n'y a pas besoin d'aller sur d'autres planètes pour se faire des amis, tu sais. Ajouta la même jeune fille en regardant Hywell droit dans les yeux.

La serdaigle se sentit déboussolée, fixer les gens dans les yeux la mettait toujours mal à l’aise, elle sentit presque une perle de sueur perler sur sa tempe, prise de panique, Pourquoi tu me regardes ?? Et détourner le regard était assez impoli…
Pas besoin d'aller sur d'autre planète ? il faut cependant en avoir la capacité. Hywell trouvait parfois plus simple d'aller dans l'espace que de parler à ses camarades. Parfois même elle en rêvait ! Parfois elle rêvait de fuir dans l'espace, qu'on l'oublie, qu'on n'attende plus rien d'elle.

S'en était trop, elle finit par tourner les yeux…Ses yeux la trahissaient trop, ils laissaient voire ses craintes, ses gènes, toutes ses faiblesses.
Son regard tomba sur la Serpentard, qui venait de sourire à la remarque de la Poufsouffle, Ah qu’elle est belle… Hywell avait les yeux pétillants d’admiration, la serpy avait vraiment une grâce, et des traits de visage si fins et matures…

- Pour moi, Poudlard c'est déjà une autre planète. Dit la belle verte et argent . Je ne sais pas si vous connaissez l'univers moldu mais il est si différent de celui des sorciers que je me sens comme le petit prince ici...

C’est justement ce qu’Hywell avait voulu dire en parlant du Petit Prince. En fait, elle n’avait pas vraiment pu se faire d’amis ici, mais elle avait décidé de le faire, de s'y mettre ! Elle avait déjà discuté avec quelques Serdaigles comme Mina Londus, et elle se retrouvait à présent dans la tour d'astronomie, avec deux camarades inconnues, mais qui pourraient bien devenir ses amies aussi. La bleue et bronze considérait aussi Poudlard comme une autre planète, les sorciers étaient d’ailleurs un genre de race nouvelle pour la fillette, elle n’avait connu que son père comme véritable sorcier jusqu’à son entrée à Poudlard, et les quelques-un qu’elle avait croisé auparavant, avaient pris des airs supérieurs et arrogants.

- Eh bien tu vois Gwen, la France c'est un peu comme une autre planète par rapport à l'Angleterre. Si tu veux je te montrerais des photos de là-bas. J'y ais vécu pendant longtemps.
Ajouta la Serpy.

La France ? Hywell tenait son nom de famille de racines de vieux Bretons (Breton de France) Mais cela remontait à peut être cinq ou six générations. La fillette était originaire d’Irlande, mais elle avait cependant beaucoup voyager, à seulement 11 ans, ses parents l’avaient déjà emmenée partout en Europe, elle avait déjà visité New York, le grand Canyon, Los Angeles, elle avait fait un trek en Sibérie, passé un mois au Japon, et 4 semaines en Afrique pour un voyage humanitaire de sa mère. Tans de si bons souvenirs qu’elle garderait en mémoire toute sa vie…

-Je trouve aussi que Poudlard est très spéciale… J’ai toujours vécue dans le monde moldu, alors Poudlard c’est une grande aventure.. Elle sourit timidement… Je connais la France, seulement en tans que touriste… Ajouta-t-elle avec dérision. Je viens d’Irlande !

Hywell B.

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

Reducio
Désolée pour le retard, les filles !


Gwendolyn s'approcha du bord de la tour pour observer Poudlard, et le ciel. Elle avait écouté avec attention les deux jeunes filles avant de se déplacer. Une irlandaise, et une française d'origine. Plutôt cool. En se déplaçant, la petite brune avait rompu le contact visuel avec la prénommé Hywell. Elle semblait mal à l'aise, et la jeune fille ne comprenait pas vraiment. A onze ans, on pouvait être mal à l'aise avec les autres ? Sûrement était-elle un peu timide... Gwen sourit vaguement et posa son regard gris sur les deux jeunes filles afin de répondre :

« J'ai vécu parmi les moldus, mes parents adoptifs l'étaient. Alors si ça peut vous rassurer, Poudlard ça a aussi été un choc pour moi. Mais voir des photos de la France, se serait un plaisir, je suis curieuse de découvrir des endroits que je ne connais pas. »

La Poufsouffle sourit un peu plus, brièvement, avant de refaire rapidement sa queue de cheval. Quelques mèches qui s'en étaient échappées la gênaient. Elle joua un instant avec la chaîne de son collier avant de déclarer :

« Mes parents ont toujours voulu voyager, et s'il n'en ont pas forcément eut beaucoup l'occasion, ils faisaient tout pour que j'en connaisse un maximum sur le monde. »

A ces mots, la petite brune revint poser un regard songeur sur l'extérieur. Les quelques jours passés à Poudlard la faisait déjà se sentir chez elle. Plus tard, elle espérait pouvoir voyager, peut-être dans le cadre d'un super métier moldu. Mais elle n'avait que onze ans, alors elle avait encore le temps. Et si des dizaines de questions se bousculaient dans sa tête, elle se fit une promesse. Là, près de deux inconnues qui, il semblait à Gwen, elle finirait par connaître vraiment bien, elle se promit de profiter des instants qui l'amènerait d'abord à l'adolescence, puis à l'âge adulte. Parce qu'elle ne savait pas ce qui l'attendait, ni les gens qu'elle rencontrerait. Et parce qu'au contraire, elle savait que ceux de Poudlard deviendrait une partie de sa famille, une partie d'elle même, et que sa maison, Poufsouffle, deviendrait véritablement sa maison. Son chez elle. Elle se promit ça, parce qu'elle le sentait, elle sentait que sa place serait toujours ici.

"Je n'ai pas peur."
Le souffle des Poufsouffles, jamais ne s'étouffe !

Quand les étoiles brillent  PV Gwendolin Alderan 

Reducio
Désolée du retard :crylaugh:[/i]


Des voyages, des origines différentes... Aëlys se perdait dans ses pensées. Écoutait-elle encore la conversation entre les deux autres fillettes ? Rien n'était moins sûr. Quand elle était dans son monde, c'était comme si des parois de verre l'entourait. Elle se retrouvait dans une bulle, un endroit à part. Pour revenir sur terre, il lui suffisait de faire éclater cette bulle, mais bien souvent elle se laissait flotter, suspendue dans les airs à faire ses rêves à part. Les bruits de voix et du monde lui parvenaient étouffés, le paysage pouvait défiler sous ses yeux sans qu'elle ne se rende compte de rien, juste un léger flou, une estompe qui se mouvait sous ses yeux. Tout ce qu'elle voyait, c'était le ciel. Clair et obscur à la fois, diffusant la lumière ou les ténèbres, selon l'heure du jour. D'une beauté tantôt éclatante, tantôt mystérieuse. Mille et une significations pouvaient être comprises en observant un seul lieu. Le ciel pouvait se résumer en un mot, un mot simple, court et pourtant si complexe, si grand, si vaste. Infini. Oui, le ciel c'était l'infini. Et Aëlys aimait plonger dans les méandres de l'infini.

Il lui sembla soudain que le silence s'était fait. Redescendant peu à peu de ses contemplations, elle fit un doux sourire aux deux filles, comme pour s'excuser de son moment d'absence. Il n'y avait plus un bruit, rien. C'en était presque gênant. Tout ce calme, Aëlys songeait qu'elle en était peut-être la cause à avoir quitté la conversation sans prévenir. Elle aimait ces instants où le temps semble s'étirer, s'étirer encore, et l'envelopper pour lui faire vivre au mieux le moment présent. Seulement elle se sentait un peu coupable, alors, d'une voix très douce elle tenta de parler sans rompre le charme de cette soirée magique.

- Dites, vous avez une étoile préférée ? Ou une constellation ? fit-elle sans quitter la voûte céleste des yeux

Elle était à présent appuyée sur les remparts, bras croisés, et elle fixait la lune de neige. Parler du ciel. Ca permettait de relancer le dialogue sans briser l'atmosphère apaisante du moment. Elle espérait que c'était une bonne idée, que ce sujet de conversation plairait aux deux autres filles, en tout cas elle l'espérait.

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~