Astronomie

Inscription
Connexion

 Volière  Le ménage qui crée des liens  PV 

En ce samedi matin, tout commençait très bien. Le jeune Rouge, Sygward, n'avait pas beaucoup de devoirs. Il faut dire qu'il avait beaucoup travaillé sur ses devoirs tout le long de la semaine. Son camarade Duncan Jackson lui avait donné de très bons livres, et l'affreux devoir de métamorphose s'était fini en une petite heure à peine. Sygward Bayard était un enfant sérieux. Rigoler et sortir, c'était bien et amusant, mais les devoirs comptaient également, d'autant plus que le jeune ne perdait pas de vue, son objectif de remporter la Coupe des Quatre Maisons pour ce mois de juin. C'était bien un des caractères du jeune rouge, tant qu'à commencer quelque chose, il ne voulait jamais abandonner ses efforts ; l'honneur, c'est quelque chose d'important, et en particulier chez les Bayard ; tenir parole c'est tenir parole !
C'est donc l'esprit tranquille que Sygward ouvrait les yeux ce samedi matin. Dehors, il faisait très chaud déjà, et il n'était que 9 heures du matin. La petite grasse matinée du garçon lui avait fait du bien, après quelques minutes, il commença à sortir du lit pour ensuite quitter son dortoir et arriver dans le petit salon de la salle commune. Le jeune homme y ouvrit la fenêtre, s'assit dans un canapé rouge en cuir très moelleux, et bu tranquillement son jus de citrouille en repensant aux rêves qu'il avait fait avant de se réveiller. C'est dur de se rappeler de ses rêves, bon c'est vrai qu'il existe des moyens pour ne pas les oublier, comme par exemple les écrire dans un cahier spécial dès qu'on se réveille... Mais bon, Sygward n'en était pas encore arrivé à ce stade. Ce coup ci, il voulait se rappeler de son rêve, car il l'avait assez bien apprécié. Cette nuit-là, n'était-ce pas d'une fille qu'il rêva ? Si, évidemment, il en était tout content. Le seul problème, c'est qu'il ne se souvint plus de quelle fille il s'agissait. La scène se passait dans une petite pièce, sa camarade avait une figure familière, qu'il devait croiser beaucoup de fois par jour... Elle était très jolie ; ensemble, les deux interlocuteurs s'était parlés d'un peu de tout. Rien de plus qu'une simple discussion, Sygward était encore trop jeune pour penser à d'autres choses.

Finissant son jus de citrouille, les pensées du garçon s'arrêtèrent nettes après avoir senti une odeur totalement puante et déroutante. *Oh mais ! Kof kof kof... ça pue là !* lançait Sygward dans sa tête... Arrêtant de se remémorer son rêve, il cherchait l'origine de l'odeur qui avait failli faire étouffer le jeune garçon. *On dirait que ça vient de dehors* constatait ce dernier. Il se dépêcha ainsi de fermer la petite fenêtre qu'il avait ouvert quelques minutes plus tôt... Peut-être était-ce la raison pour laquelle ses aînés l'avaient fermé également. Le Première Année s'en alla dans son dortoir, il mit son uniforme de jeune sorcier et regarda ensuite de la fenêtre d'où la puanteur pouvait venir. * Juste en face de la salle commune de Gryffondor, il y a la tour de la volière, il serait judicieux de voir ce qu'il se passe là-bas.* Ni une, ni deux, Sygward descendait les escaliers puis en remontait d'autres pour arriver à la volière. Il entra et sentit la même odeur que dans la salle commune des Gryffondors. Bon, après, avec le vent qu'il y avait, l'odeur ventilée était moins forte que dans le petit salon ; lieu qui constituait la ligne de mire du vent visiblement.

La cause de l'odeur forte, Sygward Bayard venait ainsi de la trouver : c'était les cages de la volière qui étaient, toutes, très sales. Personne ne les avait lavé depuis au moins une semaine. Chose assez surprenante d'ailleurs, peut-être simplement un oubli ? Sygward faisait le tour de la volière, c'était une pièce assez petite, il y faisait chaud mais le vent très fort d'Angleterre, d'autant plus ici avec l'altitude, procurait un courant d'air très agréable. Le garçon vit une pelle et un balai dans un coin de la pièce ; à côté de ces derniers outils, il y avait aussi des cordes et d'autres objets dont le Gryffon ne connaissait pas l'utilité.
Le garçon de 11 ans et demi prit alors les outils de nettoyage et commença à nettoyer. Après tout ! N'était-ce pas la suite logique de son action ? Constater un problème, Rechercher son origine et enfin le résoudre. Tout d'abord, Sygward passait un coup de balai dans le couloir, c'était probablement l'endroit le moins sale, le moins rempli de plumes, pelotes de réjections, brindilles ou encore de feuilles. Dans cet élan courageux, Sygward ne pouvait que se remémorer ses weekends avec ses parents. En effet, dans sa 'jeunesse', lorsqu'il n'avait pas de devoirs à faire, il en profitait pour toujours balayer le trottoir en face de la maison de ses parents, la cour, le caniveau... Le Rouge était un passionné du nettoyage. Enfin, non, il n'aimait pas nettoyer... mais il aimait quand c'était propre, il en devenait quelques fois paranoïaque, et c'est pour cela qu'une fois arrivé à la volière, une douce envie le prit : atteindre la perfection de la propreté dans cette pièce. Sous la forme extrême des choses, on pourrait dire que Sygward considérait toute imperfection comme inacceptable. Cependant, avec une pelle et un balai, le travail serait probablement très long à faire, il coûterait peut-être bien toute la matinée du jeune Lion. Se servir de la magie, ça aurait pu être pratique, mais ce n'était pas avec des Wingardium Leviosa ou des Rictumsempra que le jeune homme avancerait plus vite.

Heureusement, il entendit des bruits de pas dans les escaliers. Chose qui incitait le garçon a croire qu'un sorcier allait arriver d'ici peu dans la volière, et qui sait, une aide serait la bienvenue.

Gryffondor du mois de Juin 2017
Président du fan club de Duncan Jackson