Astronomie

Inscription
Connexion

Rencontres au sommet  Libre 

Mad sortit de son lit afin d'aller, comme à son habitude, à la plus haute tour de Poudlard. Elle eut des frissons en sentant le courant d'air frais provenant du carreau. Elle enfila discrètement une tenue plus décontractée que celle de cours : un pull rose pâle et un jean noir. Elle prit des chaussettes qu'elle remarqua trouées et les mit avant de prendre ses plateformes. Elle poussa discrètement la porte de bois de son dortoir puis la referma en prenant garde de ne pas la claquer malgré son poids pour ne pas réveiller ses camarades. La blondinette descendit les 5 étages en faisant particulièrement attention sur le Palier du Troisième Étage, pour arriver dans la Salle Commune des Griffons, vérifia que personne n'avait été réveillé et sortit. Elle se chaussa et prit les escaliers, toujours en prenant toujours le temps de faire le moins de bruits possibles. Elle fit un pause une fois en haut de la Tour d'Astronomie, malgré la courte distance qu'elle venait de parcourir, les hautes marches de l'escalier l'avaient essoufflées. La jeune fille alla ensuite s'asseoir devant la fenêtre pour admirer la vue imprenable qui s'offrait à elle : d'abord, le ciel parsemé d'étoiles qui brillaient chacune à sa manière. La Griffonne avait à chaque fois la même impression que les étoiles avaient chacune leur personnalité. En tant que Première Année, elle n'avait pas les cours d'Astronomie mais avait pourtant vraiment hâte de savoir repérer, nommer et placer les différentes étoiles qu'elle pouvait admirer plusieurs fois par semaine. Elle profitait aussi de ces nuits pour admirer le Parc où l'on voyait particulièrement bien les eaux troubles du Lac ce soir.

Elle entendit alors des petits pas de musaraigne dans l'escalier. Elle se précipita donc dans un coin sombre de la pièce en silence. Même si elle se doutait que ce n'était pas un professeur qui marchait aussi délicatement, elle préférait ne pas rencontrer un Préfet à cette heure tardive dans la tour. Même si n'importe lequel des élèves est en faute si il sort de sa Salle Commune, mieux valait être prudent. Elle préférait analyser la personne avant de le rencontrer. L'élève arriva alors au sommet de la tour et la blondinette découvrit alors la personne qui venait de monter.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

Ryan se baladait toujours la nuit dans les couloirs en faisant attention de ne pas se faire repérer, ce soir était assez froid, il avait donc mis un pull gris qui lui permettrait de ne pas se faire repérer dans les couloirs de l'école, il avait mis un pantalon noir et des chaussures noires. Soudain, il eu l'idée d'aller à la tour d'astronomie admirer la vue qu'il avait depuis cette hauteur, il connaissait le chemin par coeur étant donné qu'il allait toujours là pour s'entrainer à lancer ses sorts. arrivé en bas des escaliers de la tour, il entendit des petits pas monter les escaliers de la tour où se déroulait les cours d'astronomie. Il commença à monter discrètement, il savait que ce n'était pas un professeur car la démarche était délicate et légère, il devina donc que c'était un élève et pas un elfe de maison de l'école qui allait récurer les boules servant de planète.

Il arriva en haut et se mit au balcon en sachant qu'il était observé, la lumière de la lune reflétait ses yeux gris et ses cheveux noirs de jais. Il regardait le lac de Poudlard et commença à imaginer les créatures qui y vivaient. Il se retourna et vit une fille dans un coin qui le regardait et il sourit.

Bonjour, tu vas bien ? tu peux approcher, je m'appelle Ryan, je suis à gryffondor. Tu t'appelles comment ?dit-il en souriant joliment.

La fille avait des cheveux blonds et était vétue d'un pull rose pâle et jean noire. Il la reconnut, elle était de son année et dans la même maison que lui *jolie* se dit-il.

Il la regardait et tendit la main, comme pour l'inviter à le rejoindre à la balustrade pour qu'elle puisse aussi profiter de cette vue magnifique et apaisante. Il entendit un sombral pousser un cri dans son envol et sourit encore plus en voyant un peu plus la fille éclairée par la pleine lune.

Rencontres au sommet  Libre 

Elle lui donna tout au plus la Deuxième Année, ce qui la rassura sur la raison de sa présence. *Il est assez mignon, en vérité.* Il ne la vit pas, ou fit mine de ne pas la voir, et s'installa tout de suite au balcon. Il admira quelques secondes la vue qui s'étalait devant lui et observa le Lac comme elle venait de le faire quelques secondes auparavant. Il semblait être un garçon qui ressemblait profondément à Mad et cela la rassura à nouveau. Cela lui permettrait probablement de sympathiser, ce qu'elle n'avait pas encore réellement fait depuis son arrivée à Poudlard. *C'est un Première Année, je crois. On s'est déjà croisés dans la Salle Commune.*

D'un coup, il se retourna vers elle et planta son regard dans le sien. Il sourit. La jeune fille lui sourit en retour, ravie de cette élan de sympathie. Soudain, la Gryfonne se rappela de la position et l'endroit où elle se trouvait et se sentit tout simplement ridicule. Elle l'entendit murmurer, sans oublier l'heure tardive, en souriant :

- Bonjour, tu vas bien ? Tu peux approcher, je m'appelle Ryan, je suis à Gryffondor. Tu t'appelles comment ?

Elle allait lui répondre lorsqu'il lui tendit la main, comme pour l'inviter à sortir de la cachette où elle se trouvait. La blondinette prit sa main et se releva, avant de se retourner vers l'extérieur où la Pleine Lune montrait clairement sa domination. Elle regarda la Forêt Interdite d'où elle entendit hennir. Probablement un centaure. Elle se rappela de la question qu'il lui avait posé et y répondit d'un simple :

- Moi, c'est Mad. Je suis en Première Année. Toi aussi je crois, non ?

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

La jeune fille venait de sortir de sa cachette et venait de prendre la main de Ryan, il fut surpris par la douceur de sa peau et de son teint radieux et brillant sous la lune. C'etai sans aucun doute, il la trouvait magnifique, peut-etre encore plus que les filles normales. Elle lui souriait et il était heureux car il souriait aussi.

- Moi, c'est Mad. Je suis en Première Année. Toi aussi je crois, non ?

Elle lui inspirait une confiance en qui il pouvait croire et il la rapprocha doucement de la balustrade, et sans dire mot, il passa son bras sur ses épaules. Il lui tenait encore la main et regardait le paysage de l'école, un millénaire que cette école existait et son paysage était toujours sublime. Soudain, il se rendit compte qu'il enlaçait la fille, il rougit doucement et commença à la lacher en se mettant à coté d'elle. Il la regarda dans les yeux et lui répondit:

- exact, je suis aussi en premièrelui sourit il.

Il était bien, il ne voulait pas que la nuit se termine, surtout que le lendemain, il avait cours de Potions et il ne se sentait pas capable de se concentrer pour ce cours où il fallait penser à beaucoup de choses en même temps. Il avait toujours la main de Mad dans la sienne et la serra doucement en caressant le dos de la main de la fille de son pouce. Sa peau était douce, très douce même, elle lui rappelait la peau de sa maman quand il était beaucoup plus jeune.

Il regarda ensuite le paysage en jetant des coups d'oeil à mad pour voir comment elle était, il y avait un silence, mais ce silence était agréable suite à la présence de Mad qui enjouait desormais la soirée de Ryan. Il lui fit donc un bisou sur la joue en rougissant.

-Ca te dirait qu'on apprenne à se connaitre ? sourit il en rougissant et en la regardant dans les yeux.

Rencontres au sommet  Libre 

Ryan et Mad se souriaient mutuellement, contents de s'être rencontrés. Cette nuit de Pleine Lune annonçait de longues discussions entre les deux jeunes. Soudain, il rapprocha la jeune fille de lui et elle se laissa faire, faisant mine de ne rien remarquer en observant le magnifique panorama qui s'offraient à eux. La vallée remontant dans le prolongement du Lac se faisait comme piétiner par la Forêt Interdite. On apercevait encore les vieilles fondations de la hutte de l'ancien garde-chasse. *Hagrid ? Comment s'appelait il déjà ?* Et la voute étoilée de la nuit s'étalait sur le ciel qui devenait de plus en plus éclairé. Le jour se levait peu à peu même si le soleil ne leur faisait pas encore l'honneur de sa présence. Le Gryffon lui tenait encore la main et la blondinette commença à se sentir à l'aise même si elle ressentait toujours une gêne occasionée du peu de temps qu'ils avaient passés ensemble. Brusquement, le brun rougit et romput le contact physique qui s'était installé entre eux. Il se retourna et répondit à la question, malgré qu'elle l'ait oublié :

- Exact, je suis aussi en Première, toujours en souriant.

L'esprit de Mad commençait à divaguer sur le lendemain avec le soleil qui pointait le bout de son nez, et pensa à son cours d'Histoire de la Magie qui l'attendait. Elle préférait rester ici. Ecouter Mme Heltowni parler de Rowena Serdaigle ne la passionait pas vraiment, bien qu'elle ait du respect pour les deux femmes. La Gryffonne sentit alors le pouce de Ryan lui caresser le dos de la main délicatement. Elle fut d'abord surprise, puis apprécia, et vit qu'il aimait aussi ce contact. Elle se demanda si cela pouvait lui rappeler des souvenirs. La blondinette se sentait rougir au fur et à mesure du temps. Elle le voyait lui jeter des regards du coin de l'oeil mais faisait mine de ne pas remarquer tout en admirant la vue. Il y avait un silence qui plaisait à chacun d'entre eux. Tout à coup, elle sentit les lèvres humides et délicates de Ryan se posaient sur sa joue. La demoiselle rougit à la suite du garçon. A la suite, il demanda :

- Ca te dirait qu'on apprenne à se connaître ?

La jeune fille, un peu étonnée, bégaya :


- Heu... pourquoi pas ?


Décidée à aller vers lui à son tour, la Gryffonne nicha sa tête dans son cou et sentit ses cheveux lui caresser le front, ce qui lui provoqua des frissons. Elle était heureuse de cette rencontre.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

-Heu...Pourquoi pas ? lui répondit elle.

Cette réponse remplissait de joie le jeune Ryan qui était si bien qu'il senti des papillons dans le ventre. Soudain, il sentit un petit poids sur son épaule, Mad avait posé sa tête sur son épaule. Il se sentit rougir et en même temps, il senti un affection très forte pour la fille, bien qu'il ne la connaissait à peine. il avait ses cheveux qui caressait délicatement les cheveux de son amie et il eu l'idée de la serrer contre lui. Il regardait le ciel. Décidemment, il trouvait le ciel magnifique et la présence de Mad à ses coté la rendait encore plus belle. Il se sentait pousser des ailes aux coté de cette fille qui lui donnait des frissons, il était heureux de l'avoir rencontré.

- Je ne veux pas que cette nuit se termine, je suis si bien ici... avec toi avoua t'il.

Sur ces mot et embrassa le front de la jeune fille tendrement et la regarda dans les yeux, il aurait pu se noyer dans ces yeux étincelants aux clairs de la lune. Soudain, il se rendit compte que la fille qu'il observait toujours en cours, c'était elle, c'était Mad et sur ces pensées, il hésita à l'embrasser. Il se mordait les lèvre et il mit sa tête dans le cou de Mad, il la serrait dans ses bras aussi. Il voulait la protéger, la garder en sécurité, il voulait devenir le protecteur de cette fille en laquelle il placait autant d'espoir. il était sur maintenant, il était tombé amoureux d'elle, la seule épreuve qu'il devait réussir maintenant était de savoir si c'était réciproque.

-Alors c'est ça d'être amoureux ?se dit il

Sur ces mots il plaça la main de la fille sur son coeur qui battait la chamade, il voulait lui avouer comme ça, sans dire un mot. Il espérait qu'elle devine rapidement. D'ailleurs, il la regardait dans les yeux pendant qu'il effectuait ce geste simple mais qui pour lui avait beaucoup de sens.

Rencontres au sommet  Libre 

Après ce doux rapprochement, elle sentit les bras de Ryan la serrer. Enfouie dans ces grands bras, elle sentait la chaleur du corps du Gryffon et elle se sentait vraiment protégé de tout ce qui pouvait se passer. Il regarda au loin, tandis qu'elle préféra fermer les yeux afin de profiter du moment présent. Elle sentit un frisson parcourir le corps de l'homme qu'elle enlaçait et elle le serra d'autant plus. La blondinette laissa peu à peu ses muscles se relacher et même sa tête retomber sur le corps du beau Gryffon. Il murmura alors :

- Je ne veux pas que cette nuit se termine, je suis si bien ici... avec toi, sur un ton de confidence.

Le beau brun lui prenait les mots de la bouche. C'était exactement le sentiment qu'elle avait. Les douces lèvres charnues de Ryan vinrent délicatement se poser sur le front de Mad et tendrement, il la regardait dans les yeux. Elle se perdit dans ses yeux d'un noir de jais et divagua dans ses yeux.

- Alors c'est ça d'être amoureux ?, l'entendit-elle dire d'une voix qui se voulait douce.

La question surprit Mad. Il prit alors la main de la jeune fille et la plaça sur son cœur qui battait très fort. Elle fit le même geste afin qu'il comprenne que ses sentiments étaient réciproque. Elle relâcha assez vite la main de Ryan et dégagea la sienne. Pas par manque de sentiments, non. Sa raison lui rappelait juste qu'il ne se connaissait que depuis une heure tout au plus.


- On se connait que depuis une heure, susurra-t-elle.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

Il était tellement bien dans les bras de Mad, en effet, cela lui rappelait des souvenir qu'il croyait ne plus jamais revivre un jour. Une fois, il était tombé amoureux follement lorsqu'il était encore dans le monde moldu, mais la fille en question lui avait fais du mal et il avait du aller chez un psy pour se calmer car il était devenu très impulsif. Soudain, il sentit la main de Mad se retira et il sentit également qu'elle lacha sa propre main. Il venait de comprendre, elle ne l'aimait pas, il pouvait s'en douter car ils ne se connaissait que depuis une heure, et elle vint affirmer.

On ne se connait que depuis une heure

Il eu mal, comme d'habitude il avait mal au coeur, à croire qu'il n'était pas assez doué en amour pour savoir se faire aimer par la personne qu'il aimait, elle le voyait surement comme un simple ami. Il baissa la tête et se retourna doucement, il était fou d'elle, comme si il avait eu affaire à un philtre d'amour, mais il savait que ce n'était pas ça. C'est le charme de la jeune fille qui l'avait fais tomber amoureux. Il était dos à elle et gentiment, il lui dit.

-Oui je sais, et je sais aussi que tu ne partage pas les mêmes sentiments que moi, je suis peut-être trop naif.

Il venait de refermer ses poings par reflexe, il avait une fierté et ne voulait pas montrer qu'il pleurait. Pourtant... il était normal de pleurer lorsqu'on avait mal et Ryan avait mal, mal au coeur qu'il aurait donné sans aucune hésitation à Mad.

Il voulait qu'un jour Mad l'aime, et il y arriverait peut-être un jour, il était déterminé à ça, même si pour le moment il était dos à elle et il avait la tête baissée, il essuyait ses larmes doucement et mordait sa lèvre pour empecher des autres de venir. Il se sentait faible, et sa seule force pour l'instant était... Mad

Rencontres au sommet  Libre 

Mad entendait les larmes couler sur les joues de Ryan. Il avait beau essayer de les cacher, la jeune fille les voyait. En réalité, les Gryffons s'étaient emballés. Beaucoup trop même. Et Mad s'en rendait compte maintenant. Elle n'éprouvait pas de sentiments pour Ryan, elle n'était même pas sur d'être ne serait-ce qu'amie avec lui. Elle le trouvait beau sans aucun doute, mais de là à parler de sentiments, d'amour ou d'amitié, c'était un peu exagéré. Elle regarda une dernière fois par la fenêtre la belle vue et dit au jeune homme :

- Je suis désolée


Elle partit rapidement de la Tour d'Astronomie sans croiser son regard. Elle était sincèrement désolée de lui avoir donné de faux espoirs mais elle ne voulait pas qu'il n'y ait pas d'ambiguité entre eux. Elle espérait qu'ils se reverraient et s'expliqueraient le lendemain car elle ne voulait pas le blesser.
Elle descendit les marches quatre à quatre puis ralentit sa démarche afin de ne pas finir essoufler comme à la montée; Elle se déchaussa, parcourut le dédale d'escaliers pour rejoindre la Salle Commune de sa maison et s'assit au coin du feu. Elle avait besoin de se réchauffer après sa balade nocturne. Elle regarda l'heure et se rendit compte qu'il était très tôt le matin.La blondinette se glissa expressément dans son dortoir, se déshabilla pour enfiler son pyjama et se plaça discrètement dans son lit. Elle s'endormit après cette nuit mouvementée.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

Cela fait trois ans que mon insomnie à commençait. Au départ, juste une nuit blanche après une série de nuits de trois heures faites de cauchemars. Puis les nuits s’écoulèrent et je n'en tirer rien d'autre que la chanson du vent, de la pluie et de la neige gravés dans ma tête. Alors, une nuit, je suis sortie de ma chambre par la fenêtre et est passée la nuit dans la ville, a monter sur les toits et a me vider l’esprit. Il m'est arrivé de m’endormir mais les cauchemars revenaient me hanter. Et lorsque je suis arriver a Poudlard, je passa mes nuits assise a la fenêtre, a regarder le ciel, les étoiles quand elles n'étaient pas cachées par les nuages. Mais le temps s’écouler trop lentement a mon goût. C'est ainsi que nuit après nuit j'ai parcourue les salles du château, est mémorisée chaque pièces, chaque couloirs, chaque passages de l'école jusqu'à connaître chaque recoins par cœur.

Cette nuit la, je décida d'aller à ma cachette préférée : le toit de la tour d'astronomie. De ce point, je pouvais contempler tout le château sans que personne ne m’aperçoive. Allongée sur les tuiles, j’observais les milliers d'étoiles dévoilées par cette soirée fraiche, et petit a petit, je sombra dans le sommeil. Ça ne m'étais arrivé qu'un fois a Poudlard. Et les images, les cauchemars recommencèrent.

''Le couloir, le si long couloir qu'on en voyait pas la bout. Alors je me mets à marcher et à espérer qu'un jour j'atteindrais le bout de se couloir infinie. Et je me mets à courir et à courir, sans avoir mal. Et enfin arrivée au bout, une porte. Je sais se qui se passe derrière cette porte, je sais que c'est horrible, je sais que ça me fait mal à chaque fois. Mais je l'ouvre qu'en même, même si je ne veux pas voir ce qu'il y a derrière. Je pose ma main sur la poignet et un cris retenti. Il vient de cette porte. Alors je tourne la poignet et...''

Des voix viennent de me réveiller. La voix d'une jeune fille et d'un jeune homme, ils ne sont pas des professeurs. Alors je me rapproche du bort du toit pour mieux distinguer la conversation.

-Alors c'est ça d'être amoureux ?

Le jeune homme pris la main de la jeune fille blonde et la mit au niveau de son cœur. Et elle fit de même. Mais une illumination passa dans les yeux de la fille et lui fit lâcher la main du brun et retirer la sienne.

-On ne se connais que depuis une heure.

Les choses devenaient intéressante de mon point de vue. Le garçon se retourna, blesser par ces dernières paroles. Des larmes coulèrent sur ses joues.

-Oui je sais, et je sais aussi que tu ne partage pas les mêmes sentiments que moi, je suis peut-être trop naif.

Il s'empressa d'essuyer ses larmes. La jeune fille le remarqua. Si cela ne faisais que une heure qu'il se connaissais, pourquoi le jeune homme avais-t-il mal, aussi mal ? La jeune fille parla avec sincérité quand elle lui dit qu'elle était désolée. Mais le garçon resta dos à elle. Alors la jeune fille s'empressa de rejoindre l'escalier et de disparaitre dans l'ombre. Je n'entendais pas le garçon pleurer mais la peine m’obligea à descendre du toit pour allé le voir. Je tomba lourdement sur le sol en pierre mais il ne parue pas le remarquer. Je penser qu'il pleurer mais mon insociabilité ne m'aida pas. Alors je me rapprocha de lui doucement et lui tapota l'épaule.

Est ce que ça va ?

Le souffle des Poufsouffles ne s’essouffle jamais.
ED

Rencontres au sommet  Libre 

Ryan venait d'arriver en bas de l'escalier et avait réussi à arreter ses larmes, il se sentait bizarre, bizarre car il se rendait compte que mad avait raison, il ne pouvait pas vraiment être amoureux étant donné qu'il ne la connaissait depuis une heure, il devait peut-être avoir été victime d'un charme ou autre chose, mais bon, il s'était senti mal sur le moment mais à présent cela allait. Soudain, il entendit quelqu'un descendre les escaliers pui il lui sembla entendre un gros boum sur le sol de pierre, mais il ne fit rien, il était dans ses pensées et ne sentit pas la main qui se posait sur son épaule accompagnée d'un voix féminine:

Est ce que ça va ? lui dit la voix

Il se retourna lentement et plongea son regard dans celui de la fille, puis il l'observa et il vit que c'était une jeune poufsouffle de son année, oui il en était sur, elle était avec lui dans tout les cours et elle s'appelait Ellena. Il la regarda dans les yeux et vit une intelligence captivante dans ses yeux, il avait doc envie de parler avec elle, elle semblait amicale.

Oh, salut Ellena... Oui ca va t'inquiète pas, merci tu m'as permis de sortir de mes pensées lui sourit il

Il la regarda ensuite, elle était un peu plus petite que lui et il remarqua dans la lueur de la lune qu'elle était rousse et qu'elle avait des yeux vert émeraude. Ses yeux le captivait, il n'avait jamais vu des yeux aussi verts, peut-être ceux d'Harry Potter sur les cartes de sorciers et sorcières célèbres. Il sourit et la fixa de ses yeux noirs, il sembla sérieux mais au fond de lui il était exité comme une puce à l'idée de connaitre pleins de gens à Poudlard. Il remit une mèche de ses propres cheveux derrière son oreille et dit à la jeune fille d'un ton chaleureux et tendre:

je vais très bien t'inquiète pas pour moi et toi Comment vas tu ?

Il regardait la fille d'un gentil air comme pour la rassurer sur le fait qu'elle ne devait pas avoir peur de lui et plongea encore ses yeux noirs dans ceux de la jeune fille comme pour la sonder.

Rencontres au sommet  Libre 

Quelques minutes plus tard, à peine eut-elle le temps de s'endormir, elle fut réveillée par une jeune fille de son dortoir, celle avec laquelle elle s'entendait le mieux. Elle vint lui tapoter l'épaule et la blondinette comprit assez vite pourquoi. Quasiment toutes les nuits, c'était le même scénario.La voisine de dortoir venait lui effleurer l'épaule et silencieusement, en échange de regards, elles comprenaient ce qu'elles voulaient, se promener dan le chateau. Régulièrement, elles se séparaient peu après la porte de la Salle Commune. Mad y allait souvent avant la jeune fille, car elle exigeait de rentrer assez rapidement, trop probablement au goût de Mad. Elle accepta ce soir là car malgré sa soirée mouvementée, elle voulait retourner à la Tour d'Astronomie et réconforter Ryan. Elle s'extirpa donc de son lit et repassa sur les traces délicates de ses pieds qu'elle venait de laisser. En quelques minutes, l'orée du jour approchait pourtant plus que lors de son retour au dortoir. Elle marcha sur les pierres des couloirs du château où l'odeur de son parfum régnait encore. Elle s'approcha de la plus haute tour du château avant d'entendre des voix. Elle reconnut distinctement celle de Ryan prononcer :

- Oh, salut Ellena. Oui, ça va. T'inquiète pas. Merci, tu m'as permis de sortir de mes pensées.

Effectivement, Mad ne pouvait nier avoir entendu quelques notes d'une voix féminine posant une question au Gryffon. Elle déduit donc qu'il parlait à une Ellena. La blondinette en avait déjà croisé une durant son séjour à Poudlard. C'était une Poufsouffle ayant des yeux d'un vert pétillant et une cascade de cheveux roux à en couper le souffle. Si c'était bien elle, elle n'aurait aucune crainte à aller à sa rencontre. Elle entendit alors le Gryffon renchérir :


- Je vais très bien. T'inquiète pas pour moi. Et toi ? Comment vas-tu ?

Ryan la connaissait donc, ce qui confirmait la version de la jeune fille qu'elle imaginait se présenter en face du jeune. Elle n'hésita pas et avança de quelques pas, jusqu'à arriver à quelques mètres en recul de lui. Elle ne voulait pas débarquer dans leur discussion sans même qu'Ellena l'ait aperçut. Ce fut d'ailleurs elle qui m'invita à les rejoindre. C'était en réalité l'image d'Ellena que j'avais d'elle. J'admirais une nouvelle fois sa crinière, avant de plonger mon regard dans les yeux brillants de Ryan, comme pour sonder son âme. Il me lança un regard neutre avant qu'il ne se tourne vers Ellena pour me présenter.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Rencontres au sommet  Libre 

Le garçon se retourna. Son visage était baigné dans l'obscurité mais je réussis à distinguer les traits de sa bouche, de son nez et la couleur de sa peau, de ses cheveux et de ses yeux. Il s'appelait Ryan. Le jeune homme plongea son regarde dans le mien et paru se perdre mais il me parla.

Oh, salut Ellena... Oui ça va t'inquiète pas, merci tu m'as permis de sortir de mes pensées.

Je lui rendis son sourire. Il m'observa, regarda ma taille puis mes cheveux et mes yeux. Comme chaque personne qui me rencontrait, il était éblouie par le vert si extraordinaire de mes yeux, il y plongeait leur regarde et me demandait généralement comment il se faisait qu'une couleur des yeux soit aussi... impossible. Mais moi je les trouvais trop simples et ne supportais plus de voir cette couleur. J'aurais tellement aimé avoir les yeux bleus comme l'océan ou gris comme des perles. Mais je me contentais du vert d'une forêt dangereuse et incertaine. Ryan venait de me dire une phrase, mais perdu dans mes pensées je ne l'avais pas écouté. Honteuse je lui sourie approuvant d'un hochement de tête ces paroles inconnues. Je vis une lumière arrivait derrière l'épaule du garçon et prit peur. Mon sang se glaça et mon visage se décomposa. Mais le soulagement me fit pousser un soupir. Ce n'était que le reflet de la lune sur les cheveux d'or de la jeune fille de tout à l'heure. Je lui fis signe de s'approcher et elle se posta au niveau de Ryan avant de plonger ses beaux yeux bleus dans ce dû garçon. Il me semblait qu'elle s'appelait Mad. Je ne se rappelais pas son nom mais juste ce cours ou le professeur l'avait appelé et que je m'étais imaginé blonde. En les regardant, je ne pus m'empêcher des trouvaient beaux ensemble. Alors je prononce doucement :

Il me semble que je dois vous laisser. Vous devez avoir des choses à vous dire

Ne voulant pas gâcher une miette de la discussion qui paraissait très intéressante je descendis les marches jusqu'à un pilier derrière lequel je me cachai. Je les entendis monter les marches et lorsqu'il ni eut plus aucun bruit, je montai discrètement les marches. En haut, mon souffle se coupa et mes yeux devinrent ronds. Ce que je voyais étais incroyable.

Le souffle des Poufsouffles ne s’essouffle jamais.
ED

Rencontres au sommet  Libre 

Ellena était une jeune fille que Mad trouva assez jolie. La jeune fille ne put s'empêcher de les trouver beaux ensemble, ce qui lui donna un léger pincement de cœur, malgré elle. *Je ne suis pas amoureuse. Non. Juste attachée à lui. C'est différent.*, essaya de se rassurer la Gryffonne. La jeune fille présente aux côtés du garçon avait des cheveux bouclés et châtains et des yeux verts pétillants que Mad préférait grandement aux siens. Elle avait un sourire permanent collé sur les lèvres qui lui donnait un air avenant. A ce moment, elle avait l'air de se sentir de trop, bien que ce ne soit pas le cas, et dit alors, un tantinet gênée :
- Il me semble que je dois vous laisser. Vous devez avoir des choses à vous dire.
La Gryffonne se demanda de quoi elle parlait. Avait-elle vu la scène qui venait de se passer entre Ryan et elle. Ou disait-elle cela par hasard ? La réponse restera dans sa tête puisqu'elle s'était éloignée. Mad bégaya alors :
- Je... Je... Je sortais avec une copine du dortoir comme toutes les nuits. Et je suis venue voir si ça allait. Je suis vraiment ... désolée. Je ne sais pas quoi dire dire d'autre car je ne sais pas ce qui décrirait le mieux mon état. Vraiment, d'un ton navré.
Elle attendit la réponse de Ryan qui mit du temps à venir. Elle s'impatienta presque, tellement elle avait hâte d'entendre ce qu'il avait à lui dire.Dans l'attente, le château lui parut bien froid et elle détailla chaque particule de pierre qu'elle pouvait observer dans l'attente de ses dires. Elle se retourna alors vers lui.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août