Astronomie

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Selena Pekkala  

un fracas de ballais

Selena se dirigeais vers la tour fredonnant un petit air, vais être 5heure du matin et elle n'avais pas le droit d'être la mais il fallait qu'elle reçoive la lettre de sa mère! Elle lui écrivais une fois par mois seulement et elle ne voulais pas la manquer! De plus, elle devais avoir reçu un chaton! Et elle voulais savoir si Faolan allais bien! Faolan étais son cerf apprivoiser, contrairement a ce que les gens pouvais penser, Faolan étais très gentil et inoffensif, en tout cas si on ne lui prenais pas sa nourriture!

Après quelques minutes, elle aperçu la silhouette du hiboux de ses parents, mais sa mère étais la seule a l'utiliser, son père n'arrivais toujours pas a comprendre le système des hiboux, la dernière fois la lettre avais fini en morceaux!
Au fur et a mesure que l'oiseau s'approcher, Selena distingua ses taches blanches par dessus de ses plumes, marron et dorées. C'était bien Cygnus! Il se posa sur son bras et éternua, c'était bien pour cela qu'il s’appelait Cygnus!

Et bien! Toi tu est toujours enrhumer! Il faut vraiment t'amener chez le veto!

en guise de réponse Cygnus lui éternua dessus une deuxième fois! Selena éclata de rire, et pris la lettre.



Ma chérie,

Je suis contente de te dire que nous sommes allés chercher le petit chaton du refuge, la semaine dernière! Nous l'avons appeler Ada, c'est une fille! Elle c'est très vite habituée à Faolan, et elle a commencée a dormir avec lui! Ton père et moi avons aussi, acheter une petite caravane, pour que nous puissions allés en Alaska! Depuis le temps que ton père en rêve! Je te souhaite un bon anniversaire! Mon paquet arrivera le jour même, j'espère que tu aimeras le cadeaux!

Gros Bisous!
Maman


Selena lus et relus la lettre de sa mère, Elle avais oubliée son propre anniversaire!!! Elle avais étais tellement préoccupée a l'idée d'avoir des bonnes notes qu'elle en avais oubliée le jour de son anniversaire!!

Il y eu des mouvements, puis un grand fracas de balais derrière elle, Selena se retourna et demanda, ayant peur que ce soit un prefet.

Qui est là?

Elle aperçu une silhouette se relevée mais elle ne parvenais pas a distinguer qui c'étais.[/b]

un fracas de ballais

Isaac n'arrivait pas à dormir cette nuit là, alors il est sorti marcher un petit peu, il savait qu'il n'avait pas le droit mais plein d'autres élèves le faisaient alors pourquoi pas lui. Il marcha pendant plusieurs minutes, monta des escaliers, beaucoup d'escaliers et sans s'en rendre compte, il n'y avait plus d'escalier. Il était arrivé à la tour d'astronomie, il se dit que ça serait une bonne idée d'aller voir un beau ciel étoilé, puis il devait réviser la carte des étoiles de toute façon...

-Fracas de ballais-
*Aïe... Qu'est ce qu'il c'est passé*

Isaac s'était pris les pieds dans 4 ou 5 balais et les a tous fait tomber, il entendit une voix de fille :



*Oh non pas une préfète !*

Il a précipitamment essayé de courir pour échapper à cette hypothétique préfète mais tout ce qu'il a réussi c'est de s'empêtrer à nouveau dans les balais. Il essaya maladroitement de se justifier en disant :

"Je me suis perdu, je n'ai pas réussi à retrouver ma salle commune"

Il dit ça, sachant pertinament qu'il était 5h du matin et qu'il fallait être vraiment étourdi pour oublier le chemin de sa salle commune, et que son excuse était pitoyable. La personne (préfète ?) mis du temps à répondre, Isaac prit peur.

Noël c'est comme un boite de chocolat, on a à peine commencé que c'est déjà fini...
Code couleur (qu'on écrive correctement mes dialogues) : #113F49
2ème année rp : Ma fiche.
Pas d’avatar
Selena Pekkala  

un fracas de ballais

La silhouette se releva précipitamment et tenta de s’échapper,elle trébucha sur le tas de balais et retomba sur le sol. Selena s'avança, *ce n'est surement pas un préfet!* se dit-elle, la jeune sorcière se baissa et aida le garçon a se relever. Elle regarda son uniforme, maintenant plein de poussière et s’aperçut qu'il était un premier année de Serpentard, tout comme elle! soulagée de voir qu'elle n'étais pas la seule a enfreindre les règle.

"Je me suis perdu, je n'ai pas réussi à retrouver ma salle commune" tenta-il vainement, il devais la prendre pour une préfète.

Selena sourit,

" Ne t'inquiète pas je ne suis pas une préfète, je suis en première année a Serpentard comme toi"
elle désigna sa robe noir ou étais cousu le blason des verts et argents.

Selena voulus reprendre la lettre de sa poche mais elle n'y étais plus, elle la chercha du regard mais ne la voyais pas!

" Ma lettre!"

Le garçon parus surpris,

" Ma mère m’envoie une lettre tous les mois! Je l'ais reçus il y a quelque minutes et je l'ais perdue!" expliqua la jeune sorcière, affolée.

un fracas de ballais

Elle avait l'air amusée, Isaac avait l'impression qu'elle se moquait, elle lui dit avec un sourire (peut-être moqueur) :


Effectivement, avec le recul elle avait l'air d'avoir le même âge que lui, il aurait dû y penser... Maintenant, il était dans une situation gênante, il ne savait pas comment réagir. C'est une situation inédite et il ne savait pas réagir à de nouvelles situations. Il avait le choix entre plusieurs possibilité, s'enfuir en courant comme un dératé, il se servira de cette situation qu'en dernier recours ou parler à cette fille qui, à son avis, ne manquera pas de faire de légère allusions à sa situation très probablement ridicule.

Elle chercha quelque chose dans sa poche, elle n'avait pas l'air de le trouver car elle commença à paniquer, elle s'écria sans allusion au fait que je venais de me ridiculiser deux fois :


Une lettre ? Mais quelle lettre ? Qu'est-ce quelle fait avec une lettre ... Mais qu'il se sentait bête, évidemment une lettre on était dans la volière ! Il se dit que finalement il renoncera à cette promenade nocturne et retournera dormir, il en avait vraiment besoin finalement.


Cette lettre devait être importante pour elle si elle se mettait dans un tel état, il se dit que personnellement, s'il perdait la lettre que lui envoyait ses parents, il serait un peu déçu et leur demanderai de lui redire ce qu'ils avaient dit mais pas au point d'être aussi affolé. Soit elle était très émotive, soit cette lettre contenait quelque chose d'important. Il ne voulait pas s’immiscer dans les affaires des autres mais ça l'intrigua. Il mit sa gêne de côté et lui demanda :

"Mais que contenait ta lettre au point que tu sois autant affolée, si tu es autant affectée par une lettre de tes parents, elle doit être importante pour toi. Je vais essayer de t'aider à la retrouver"

Elle lui faisait de la peine, il allait l'aider mais essayera d'éviter de regarder le contenu de cette lettre, après tout ce n'est pas son affaire.

Reducio
Désolé pour le retard de 10 jours, avec la rentrée, j'ai pas du tout eu le temps ^^

Noël c'est comme un boite de chocolat, on a à peine commencé que c'est déjà fini...
Code couleur (qu'on écrive correctement mes dialogues) : #113F49
2ème année rp : Ma fiche.
Pas d’avatar
Selena Pekkala  

un fracas de ballais

"Mais que contenait ta lettre au point que tu sois autant affolée, si tu es autant affectée par une lettre de tes parents, elle doit être importante pour toi. Je vais essayer de t'aider à la retrouver"dit le garçon l'air consterné

" Désolé! dit la jeune fille essayant de se calmer, C'est que ma mère travail beaucoup et elle ne m’envoie qu'une lettre par mois, Du coups c'est le seul moyen de savoir ce qui se passe! Même si il n'y as pas beaucoup de choses dedans, elle est très importante!" essaya de clarifier Selena cherchant du regard la lettre perdue

*Que disais-t-elle déjà? Un paquet? Et une caravane! Son père avais acheter une caravane! Faolan allais bien, et le chaton s’habituait rapidement. Que des bonnes nouvelles, bonne nouvelles perdues a cause d'un malheureux coup de vent!* pensa la jeune fille, sentant les larmes lui monter aux yeux.

"Calme toi! ne te met pas dans un état pareil! Ce n'est qu'une lettre après tout" se gronda Selena a voix basse le vent se leva et, de dessous de la pille de balais, une feuille de papier s'envola jusque par dessus le rebors de la tour.

" Oh Non!" se lamenta t-elle

Elle se pencha au dessus du rebord, et regarda vers le sol. Coincer contre une statue, elle aperçu la lettre.

Reducio
ce n'est pas grave, moi aussi j'étais un peu débordée de toute façon!

un fracas de ballais

Cette nuit-là, comme beaucoup d'autres en ce moment, Helen s'était réveillée pendant la nuit, et n'avait pas réussie à s'endormir. Alors elle s'était assise sur son lit, et avait étudié toutes les possibilités du lieu où elle aurait pu aller se promener. Le lac, non, elle avait vu le préfet de Serpentard traîner par là-bas et elle n'avait pas envie de s'attirer des ennuis maintenant. Ensuite, le parc, non pas le parc, le bas du château où elle pourrait aller d'asseoir et envoyer un lettre à ses parents à Londres. Elle enfila comme à son habitude son sweat, qui était toujours enfoui quelque part sur son lit, chaussa ses baskets, attrapa sa baguette, sa plume et un papier, qu'elle glissa dans sa poche, et fila discrètement vers les escaliers.
Une fois dans le parc, elle s'assit sur le bord du château, leva la tête, et remarqua qu'elle se trouvait juste en dessous de la tour d'astronomie. Elle était assise à côté d'une statue dont elle ne fit pas attention. A l'aide de la lueur de sa baguette, elle commença à écrire sa lettre :

"Chère maman, chère papa, et ma sœur adorée,
Mon année va bientôt se terminer et j'ai hâte de vous revoir ! J'espère que vous allez bien, moi ça va super !
J'attend vos nouvelles avec impatience, je vous aime."


Elle soupira. Soudain, sa lumière s'éteint d'un coup, et un hibou passa en faisant voler sa baguette. Elle était dans le noir, et tendit la main pour rattraper sa baguette, à tâtons. Elle sentit comme un bruissement de feuille à sa gauche, vers la statue. Le soleil commençait à se lever, et elle repéra sa baguette juste un peu plus loin vers la statue, vers où elle avait entendue le bruissement de feuille. Elle récupéra sa baguette, et prononça "Lumos". Un faisceau de lumière s'élevait de la baguette de la jeune fille et elle chercha d'où provenait le bruit étrange qu'elle avait entendu. Elle remarqua une lettre coincée sur la statue. Elle tendit le bras, mais la statue était plus grande, et la lettre était coincée un peu plus haut que son bras. Elle monta sur la pointe des pieds, et tendit son bras de toutes ses forces, en poussant un léger grognement d'effort. Elle toucha la lettre du bout des doigts, et réussit à la faire glisser le long de la statue. Elle la déplia, et sans faire attention à la discussion, nota quand même que c'était une lettre d'une famille à un élève. Elle la replia, et pensa que c'était le hibou qui était passé par là qui avait du la lâcher. Soudain, elle entendit un bruit étouffé au dessus d'elle. Elle leva la tête en se tordant un peu le cou, et distingua à travers la brume matinale une tête penchée au dessus de la tour d'Astronomie. Tout se mit en place dans sa tête : un élève avait du laisser tomber cette lettre en bas de la tour, et souhaitais la récupérer. Ni une, ni deux, la Serpy s'élançait déjà quatre à quatre dans les escaliers. Elle parvint enfin en haut de la tour, essoufflée, la lettre coincée dans sa main. Elle remarqua pas une, mais deux personnes, qui était adossées sur le rebord de la tour, en train de la dévisager. Un peu déstabilisé, elle s'adressa à eux d'une voix hésitante :

"Salut... Je m'appelle Helen, Helen Smith, je suis à Serpentard... Euh... Je crois que j'ai trouvé ta lettre..."

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.

un fracas de ballais

La jeune serpentarde était en train de lui dire de ne pas s'inquiéter et que cette lettre est importante pour elle car ces parents ne lui envoient qu'une fois par mois, elle commençait même à avoir les larmes aux yeux, quand une bourrasque découvrit la lettre en dessous de ces fameux balais, la lettre s'envola et la jeune fille courut pour se pencher par dessus le rebords, surement pour voir la lettre. Isaac alla la rejoindre, mais ne vit pas la lettre. Il réfléchit à un plan pour aller la chercher, il alla dire à la non-préfète qu'il allait prendre un balai et aller la chercher (il espérait même qu'un prof le voit et l'inscrive à l'équipe de quidditch), mais il entendit des bruits dans les escaliers, il s'étonna d'ailleurs de ne pas les avoirs vu avant, ça aurait été plus facile d'aller chercher la lettre. Puis les bruits s'intensifièrent et une fille en sortit essoufflée, elle était brune, elle était surement elle aussi de Serpenard car elle en portait les couleurs, elle tenait aussi deux lettres à la main, dont l'une était surement la lettre récemment perdue. Elle devait trouver qu'ils les regardaient bizarrement car elle parut gênée, elle s'adressa à la serpentarde à côté d'Isaac d'un ton un peu bredouillant :


Et il avait vu juste, c'est dommage, il aurait trouvé ça drole d'aller chercher cette lettre à l'aide d'un balai, et puis de toute façon ces balais n'était peut-être pas magiques, des balais de nettoyage. Il aurait eu l'air malin avec son balai au sol en criant : "debout, debout, mais aleeez". Il souriait rien qu'a cette pensée, mais il se reprit vite car il devait avoir l'air complétement idiot.
Il ne savait pas quoi faire du coup vu que le problème de sa camarade avait été résolu, il allait surement partir maintenant, mais il décida de rester encore un peu pour le dénouement, il voulait quand même savoir le contenu de cette lettre, mais il se sentait pas de demander à voir la lettre, au final il attendit juste.


Reducio

Je pense que mon prochain post sera le dernier (sauf retournement de situation extrême )

Noël c'est comme un boite de chocolat, on a à peine commencé que c'est déjà fini...
Code couleur (qu'on écrive correctement mes dialogues) : #113F49
2ème année rp : Ma fiche.

un fracas de ballais

Depuis quelques minutes remplit d'attentes, Helen attendait la réponse de ceux qu'elle venait de rencontrer. Elle avait eu le temps de remarquer chez les deux personnes en face d'elle l'emblème de Serpentard, et chez la fille, un peu plus dans l'obscurité, elle remarqua que cette dernière avait les yeux pleins de larmes. Mais, contre toute attente, la fille, que Helen devinait être celle qui devait avoir perdu sa lettre, s'avança vers elle, puis récupéra sa lettre d'un geste vif et s'enfuit en courant. Décontenancée, Helen lui cria :

"Attend ! Je... On pourrait s'expliquer !..."

Voyant qu'aucune réponse n'arrivait, la jeune Serpy se retourna vers le garçon, à présent éclairé par le soleil levant, ajusta une mèche derrière son oreille, et sourit à l'inconnu qui se tenait devant elle. Elle se rappelait l'avoir déjà vu dans la salle commune des Serpentards, mais elle ne lui a jamais adressé la parole. Malgré tout, il y a un début à tout, alors Helen engagea la conversation :

"Et bien, je vois que je ne suis pas seule à me promener la nuit !"*petit rire* "Qu'est ce que tu faisais là ?"

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.

un fracas de ballais

La fille à la lettre perdue, il ne connaissait même pas son nom, eu une réaction assez bizarre en voyant la fille-qui-sortait-de-nul-part, les yeux encore larmoyants, elle prit la lettre rapidement et s’enfuit en courant. La dernière arrivée, confuse essaya de rattraper une hypothétique maladresse et dit :

"Attends ! Je... On pourrait s'expliquer !..."


Mais elle était déjà partie, la serpentard se tourna vers Isaac, cherchant peut-être une explication. Mais ce n'était probablement pas le cas car elle lui demanda :

"Et bien, je vois que je ne suis pas seule à me promener la nuit !", elle rit, "Qu'est ce que tu faisais là ?"

Isaac se sentit un peu gêné d'être encore une fois prit en faute par une élève, mais cette fois il décida d'être franc :

"J'adore me promener la nuit, l'ambiance est en même temps rassurante et opressante", il rit aussi, mais parce que ce qu'il disait n'avait aucun sens, "Je m'exprime mal mais je ne sais pas comment décrire cette sensation" Il se rendit compte que la fille en face de lui était dans le même cas que lui et continua : "Mais, et toi, tu es aussi coupable que moi, que fais-tu ici ?"

Isaac était curieux par nature, il aimait savoir tout, ou la plupart des choses en tout cas, et même si ça n'allait rien lui apporter, il voulait quand même savoir pour quelle raison elle trainait à cet endroit. Il était de moins en moins rare qu'il puisse se promener tranquillement la nuit, il avait l'impression que le château est aussi animé que la journée vu le nombre de rencontres qu'il faisait.
Il était passé par là volière sans même y penser, il aurait dû se douter qu'il y avait des gens. Au moins il a fait des rencontres intéressantes, enfin il n'en savait trop rien, intéressante ou pas, il s'amusait bien.

Noël c'est comme un boite de chocolat, on a à peine commencé que c'est déjà fini...
Code couleur (qu'on écrive correctement mes dialogues) : #113F49
2ème année rp : Ma fiche.

un fracas de ballais

Une fois sa question posée, la Serpentarde observa le garçon qui se tenait devant elle : il était brun, voire noire de cheveux, avait des yeux violets, couleur de nuit, ce qui était assez assorti à la situation dans laquelle ils se trouvaient maintenant plus que tous les deux.  Puis, le garçon, elle nota intérieurement qu'il lui faudrait lui demander son prénom, lui donna sa réponse :

"J'adore me promener la nuit, l'ambiance est en même temps rassurante et opressante..." Il rit lui aussi, et continua : "Mais, et toi, tu es aussi coupable que moi, que fais-tu ici ?"

Elle pris une inspiration silencieuse, et se lança dans son explication :

"Moi aussi, j'aime beaucoup me promener la nuit. C'est... Différent..." elle devint soudain songeuse, et regarda les étoiles, avant d'ajouter : "C'est beau n'est-ce pas ? La journée est tellement occupée et bondée de partout, j'aime beaucoup me retrouver dehors la nuit." Puis, elle se retourna vers le garçon, qui lui aussi regardait le ciel étoilé dans la nuit noire, avant de lui demander : "Mais au fait, je ne sais même pas à qui je m'adresse. Comment t'appelles-tu ?"

C'est vrai que sa réponse n'était pas très convaincante, mais la jeune fille imaginait que comme elle et le garçon était dans la même situation l'un que l'autre, ils étaient tous les deux dans une situation compliquée, et, tous les deux, pas grand chose ne justifiait de se promener sur la tour d'astronomie au beau milieu de la nuit. 

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.

un fracas de ballais

Il la regarda en attendant sa réponse, il se demanda si elle sortirait une explication aussi inutile que la sienne :

"Moi aussi, j'aime beaucoup me promener la nuit. C'est... Différent..." Elle se tourna vers le ciel. "C'est beau n'est-ce pas ? La journée est tellement occupée et bondée de partout, j'aime beaucoup me retrouver dehors la nuit. Mais au fait, je ne sais même pas à qui je m'adresse. Comment t'appelles-tu ?"


Sa justification faisait écho à la sienne, en gros, tout les deux risquaient tune retenue pour ne pas avoir respecté le couvre-feu. Il répondit à sa question :

"Je m'appelle Isaac et toi ?"

Il n'en dit pas plus sur lui, il n'allait pas faire une biographie complète de sa courte vie, de plus il n'aimait absolument pas parler de lui. En attendant la réponse il regarda vers le bas, de l'autre côté du rebord. Le vertige le prit un instant, puis il observa le monde qui s'ouvrait sous lui. On y voyait la forêt interdite sur une grosse partie, aussi impénétrable et angoissante que depuis le parc, les arbres étaient serrés, il était persuadés  que la lumière de la lune même n'arrivait pas à passer cette barrière. Le parc, beaucoup plus accueillant et vide, vision  encore jamais vue car d'habitude, il est rempli de toutes sortes d'élèves voulant décompresser des cours. Mais là, l'herbe rase agrémentée d'arbres étaient totalement verte, sans ces tâches noires à pois rouges, verts, bleus ou jaunes. Et juste à côté la pièce peut-être la plus magnifique du tableau : le lac. Ce mirroir gigantesque reflétant le ciel d'encre, une partie du château et la lumière de la lune, blanche et immaculée.

"Belle vue..." ajouta-t-il. "C'est aussi pour ça que je sors la nuit, pour découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux paysages et de nouveaux points de vues."

Il ne pouvait qu'apprécier la magnificence d'un tableau pareil. Il de souvenait vaguement des tableaux de moldus qu'il avait vu une fois avec son école primaire, il se représenta le paysage de cette façon, dessiné en peinture, avec des taches de peintures, comme un de ces tableaux qui représentait une nuit étoilée. Il jeta un coup d'oeil vers la fille, elle regardait elle aussi le paysage, accoudée à la rembarde.

"J'ai l'impression que c'est la nuit, sous la lumière de la lune, que les choses dévoilent leurs vraies couleurs, étouffées habituellement par la lumière éclatante du soleil. C'est la nuit, quand tout le monde dort, qu'éclatent réellement les merveilles de la nature."

Il se perdit dans la contemplation du paysage... Son esprit vagabondant entre les arbres et plongeant dans le lac lisse comme s'il était gelé.

Noël c'est comme un boite de chocolat, on a à peine commencé que c'est déjà fini...
Code couleur (qu'on écrive correctement mes dialogues) : #113F49
2ème année rp : Ma fiche.

un fracas de ballais

La nuit devait à présent être bien avancée, mais la tour d'Astronomie était tout de même toujours plongée dans le noir. En réponse à la question d'Helen, le garçon lui répondit :

"Je m'appelle Isaac, et toi ?"

Isaac. *C'est un beau prénom, Isaac, c'est très poétique*, se dit Helen. Sur ces paroles, le dénommé Isaac se pencha légèrement au dessus du muret de la tour, afin de contempler le vaste extérieur de Poudlard, le parc, la Forêt Interdite, le lac. Toute cette atmosphère avait presque l'air irréelle, tant la nuit était parfaite, le lac brillant et sans aucun défaut qui reflétait la lune blanche, et la Forêt Interdite, grande masse sombre dans ce magnifique paysage. Isaac reprit la parole :

"Belle vue... C'est aussi pour ça que je sors la nuit, pour découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux paysages et de nouveaux points de vues."

Helen était totalement d'accord avec lui. Elle hocha la tête, signe de sa compréhension. La journée, elle n'avait pas une minute à elle, alors, c'est étrange à dire, mais au lieu de dormir, la nuit, elle en profitait pour refaire sa journée, explorer de nouveaux endroits sous de nouveaux angles, et cette sensation là, on ne pouvait la vivre qu'au beau milieu de la nuit. D'ailleurs, elle avait beau chercher dans ses souvenirs, Helen ne se souvenait pas avoir déjà passer la nuit en haut de la tour d'Astronomie. Un léger vent souffla dans ses cheveux, ce qui les rejeta en arrière, et la jeune Serpy rentra ses mains dans les manches de son sweat. Isaac releva la tête, jeta un rapide coup d'oeil vers la jeune fille, qui elle aussi avait le regard perdu au loin, dans les profondeurs du lac, et continua :

"J'ai l'impression que c'est la nuit, sous la lumière de la lune, que les choses dévoilent leurs vraies couleurs, étouffées habituellement par la lumière éclatante du soleil. C'est la nuit, quand tout le monde dort, qu'éclatent réellement les merveilles de la nature."

Le vent continuait à souffler légèrement, faisant onduler les feuilles des arbres du parc et de la forêt. Oh oui, Helen adorait cette sensation, et les paroles d'Isaac donnait tout son sens à ce qu'elle ressentait elle aussi. A ce moment là, toutes les cellules de son corps semblaient profiter, savourer ces instants. Elle n'avait pas besoin de rajouter quoi que ce soit, car les deux individus, qui se retrouvaient en haut de cette tour, tous les deux accoudés au muret par le simple choix du destin, semblaient se comprendre, comme s'ils étaient liés par les mêmes impressions et sensations qu'ils ressentaient. Helen sourit. Oui, c'était le premier moment de sa journée où elle profitait. Personne pour la regarder, l'évaluer, personne pour la juger sur ces actes, ou ses pensées. Il y avait finalement bien une personne dans cette école qui arrivait à mettre des mots sur ce qu'elle éprouvait à chaque fois qu'elle se retrouvait dehors en plein milieu de la nuit. Helen tourna la tête, et Isaac au même moment. Leurs regards s'accrochèrent, et les yeux d'Helen semblait creuser les yeux violets profonds d'Isaac. Elle lui sourit alors, et lui proposa :

"Si tu veux, on peut redescendre dans la salle commune, et attendre que le soleil se lève, parce que je ne pense pas que je vais pouvoir me rendormir...", dit la jeune fille, et ajouta, les yeux de nouveau tournés vers le lac, "j'ai passé une soirée, ou plutôt une nuit, magique"

Sur ces mots, les deux jeunes gens redescendirent les escaliers, et passèrent le reste de la nuit, jusqu'au levé du soleil, à papoter, manger des chocogrenouilles, et se demander pourquoi ils ne s'étaient pas rencontrés plus tôt.

Fin du RPG

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.