Astronomie

Inscription
Connexion

Histoire d'un aller et retour  Solo 

Neithan HURIN - JUIN 2042

Image

ALLER
-
Dernier jour en première année



Observer l'aube du haut de la tour d'astronomie offrait le magnifique spectacle des rayons du timide soleil matinal qui perçaient les plus haut chênes, caressaient les vertes feuilles et illuminaient l'herbe uniforme et douce. Tout cela engendra un dilemme notable dans l'esprit de Neithan: Valait-il mieux baisser le regard et observer l'orchestre fait de verdure, de bois et de rayons d'or qui s'étendait sur tout le pourtour de Poudlard ? Ou valait-il mieux lever le regard et observer la symphonie des oiseaux qui prenaient leur envol sur un fond d'un bleu sombre duquel se distinguaient de fines brèches qui laissaient annoncer l'arrivée prompte d'un ciel aussi bleu que les pétales d'une agapanthe plantée au printemps ? La réponse à ce dilemme fut le grand saule cogneur qui, par sa grandeur, offrait un agréable juste milieu.

Aujourd'hui, plus qu'aucun autre jour, la nature environnant Poudlard revêtait une importance majeure. Neithan savait pertinemment qu'il n'était pas le seul élève triste à l'idée de quitter Poudlard pour une durée de deux mois, bien que sa tristesse, bien différente de celle des autres élèves, soit engendrée par une chose qui ne s'acharnait que sur le jeune Serpentard. Mais plus encore que la tristesse de quitter Poudlard, un sentiment étrange se faisait ressentir et empêchaient Neithan de profiter de ses derniers instants à Poudlard. Il s'agissait toutefois d'un sentiment que le jeune Serpentard ne tarda pas à identifier comme étant la déception. Et il n'hésita point à designer le coupable comme étant lui-même.

C'était il y a un peu moins d'un an auparavant, dans une chambre sombre au sein de laquelle la lumière s'estompait, qu'il avait fait la promesse de se déployer, de devenir la plus belle fleur de Lotus et de devenir un héros dont l'histoire serait contée et ce si bien qu'elle arriverait jusqu'aux oreilles de sa chère mère. *Qu'ai-je fait pendant toute une année ?*, voilà la question à laquelle Neithan ne trouva pas de réponse satisfaisante. Demeurer invisible, échouer dans sa quête de se faire des amis, et n'avoir travaillé que trop peu furent les seules réponses qu'il trouva, et pour cause, ces réponses n'étaient que pure vérité.

Mais après tout, il fallait plus qu'une déception pour abattre le jeune Serpentard. Tout comme le muscle dont les fibres doivent se déchirer afin de se développer, ses souffrances avaient rendu Neithan plus solide. Et la déception paraissait, à ses yeux, bien moins importante comparée à ses cauchemars et tourments qui se tenaient dans son esprit comme une entité à part entière dotée de pouvoirs bien supérieurs à celui de n'importe quel autre sentiment inconfortable. Ainsi, inconsciemment, il fit ce qu'il n'aurait pu faire il y a moins d'un an. Il se tint droit et fort, leva le regard, inspira un grand coup et sourit. *Il te reste encore six années pour tenir ta promesse* se dit-il, et ce faisant, il amoindrit ses échecs de l'année et accorda un peu plus de place aux bonnes choses, c'est-à-dire, la magie, la joie des autres élèves, le confort, la nature, sans oublier la découverte de tant de choses fascinantes. Mais plus simplement, la meilleure des choses, était la manière dont Neithan agissait désormais. Et voilà qui fut une réponse à sa précédente question: cette année, Neithan avait appris à distinguer les étoiles lumineuses de l'imposant ciel noir.

Son sourire ne quitta pas son visage. Et au final, s'il y avait bien une chose qui différenciait le Neithan du début d'année au Neithan d'aujourd'hui, c'était le regard. Le regard de glace qui parvenait désormais à exprimer davantage que la solitude et l'obscure souffrance, désormais il parvenait également à refléter la lumière qui se dégageait d'un coeur moins sombre bien que toujours tourmenté. Ainsi, Neithan prit conscience d'une chose; le fait que, parmi toutes ses promesses, il semblerait qu'il en est une que Neithan ait accompli. *Mère, le Lotus s'est déployé* pensa-t-il fièrement.

Avant de quitter la tour pour ne la revoir que dans deux mois, Neithan observa longuement le saule cogneur, et, comme si ce dernier incarnait Poudlard, il n'hésita pas à s'exprimer ouvertement à ce dernier pour dire cette simple chose qu'il ressentait et qu'on appelait de la gratitude :


— Je te reverrais dans deux mois. Merci, dit-il au saule cogneur et, plus implicitement, à Poudlard, avec un sourire sincère et un regard de glace que l'on pourrait qualifier d'amical.

"Je suis le Lotus..."
(3ème année RolePlay)

Histoire d'un aller et retour  Solo 

Neithan HURIN - Septembre 2042




RETOUR
-
Premier Jour en Deuxième Année




Comme un pétale qui se meurt et dont la vivacité se fige. Comme une bougie qui ne parvient pas à s'allumer tant la tempête la persécute. Comme un papillon paralysé par une averse inattendue et dont les ailes ne peuvent plus se déployer. Comme une fleur de Lotus qui, peu à peu, est rattrapée et submergée par les eaux nauséabondes du marécage.

C'est dans cet état que Neithan monta, une à une et le regard vide et sans vie, les marches qui le conduisaient jusqu'à la tour. Ces marches qui, il y a tout juste deux mois, lui apportaient paix et sérénité dès que son cœur en ressentait la nécessité. Mais désormais, même la tour d'astronomie ne pouvait rien face à l’état dans lequel se trouvait le cœur du jeune Serpentard. Détruit, ravagé, désolé, voilà ce qu’Ils lui avaient fait, et ce, en l'espace de deux mois. Et il n'y avait qu'à voir l'état dans lequel se trouvait Neithan pour déduire une incontestable injustice.
Le voilà qui se trouvait au centre de la tour, et le regard de glace brillait d'une sombre et horrible lueur. Un regard immobile tandis que le corps chancelait et tremblait, un regard vide tandis que l'esprit se faisait torturer.

On entendait depuis la hauteur de la tour, la joie des premières années qui contrastait cruellement avec l'esprit qui occupait la tour d'astronomie. C'était à se demander comment le corps parvenait encore à se tenir debout. Peut-être qu'au fond de l'esprit torturé demeurait une force. Une force qui signifiait peut-être, qu'à l'intérieur de ce corps faible et qu'au-delà des tourments et de la constante lumière verte qui ne cessait de faire son apparition, Neithan gardait ses promesses, et que ces dernières étaient tel un brasier que nulle tempête ne peut éteindre. Un brasier qui permit au jeune Vert et Argent de rester droit malgré la puissance du vent qui le tourmentait, le faisait chanceler, le faisait trembler et menaçait de le déraciner. Un brasier si puissant qu'il permit à Neithan de faire ce simple mouvement qui, pourtant, le sauva, l'arracha de son état de semi-mort, et le préserva des eaux nauséabondes qui s'apprêtaient à engloutir le Lotus qu'il était. Il leva le regard et observa la lune.

À mesure que le regard de glace s'accoutumait à la vision de la lune, lumineuse et pure ainsi qu'innocente, les tremblements de Neithan s'estompaient, et doucement mais sûrement, Neithan reprenait le contrôle de lui-même. Mais cela ne pouvait être si aisé et cela ne pouvait s'arrêter là, car Neithan n'était pas simplement sujet à des cauchemars: il avait été sujet à de réelles visions, des visions bien trop claires et horriblement nettes.

Neithan reprenait donc conscience, mais son cœur était loin d'être apaisé. Au final, il ne reprit conscience que pour se rendre compte de sa situation. Il était un enfant seul au sommet d'une tour en pleine nuit, un enfant démuni et torturé et dont les ambitions avaient été écrasées en l'espace de deux mois, à l'aide d'un simple sortilège. *Legilimens* pensa Neithan plein de rage tant il détestait ce sortilège; il le haïssait, et ce autant que la lumière verte. Alors il continua d'observer la lune en espérant se débarrasser de tout cela. En espérant se débarrasser de sa rage, de ses tourments, de sa peine, de sa faiblesse, mais la lune ne parvenait pas à l'apaiser. Ses tremblements reprirent alors, tant il était terrifié à l'idée de demeurer ainsi tourmenté. Et ses tremblements se mêlèrent à une peur qui se lisait dans le regard de glace. Seul, il cherchait une solution, apeuré, il ne parvenait pas. *Les mots sont de la magie n'est-ce pas ?* pensa-t-il. C'est alors qu'il décida d'user de sa voix. Et n'ayant que la lune en face de lui, Neithan s'adressa directement à cette dernière.
"Apaise mon cœur", supplia-t-il. "Apaise mon esprit" demanda-t-il d'une voix fébrile alors qu'il constatait que cela n'aurait aucun effet. "Je t'en supplie" s’écria Neithan qui n'en pouvait décidément plus et qui se trouvait submergé par une tempête de sombres sentiments. "Tu y es déjà parvenu par le passé" s'écria-t-il de nouveau alors que les larmes s'annonçaient à travers les tremblements de Neithan. "M’apaiseras-tu cette fois ?!!!" hurla Neithan avant de s'écrouler en larmes sur le sol glacé de la tour d'astronomie.

Et ce n'est qu'à cet instant, ce n'est que lorsque le flot de larmes fut libéré, alors que Neithan se considérait détruit par l'échec et les tourments, que la solution apparut. La lune ne pouvait l'apaiser, et le fait de demeurer droit et fort le pouvait encore moins, apaiser un être dans un état pareil était une tâche que seules les larmes pouvaient accomplir. Là se tenait le grand bienfait des larmes. Et elles portèrent une à une la peur, les tourments, la rage, et les emportèrent hors du jeune Serpentard. Depuis tout ce temps, Neithan avait refusé de pleurer et de s’apitoyer sur son sort, il avait décidé de rester fort comme le héros qu’il voulait être, et telle était son erreur : pour lutter face au vent et à la tempête, une fleur doit plier et non résister, car alors elle se briserait. Neithan avait résisté et avait demeuré fort là où il aurait dû plier et pleurer.

Le Lotus se plia finalement et ainsi coulèrent les larmes. Neithan n'était qu'un enfant, un pauvre enfant, invisible, seul, et beaucoup trop tourmenté. Finalement, alors qu'il laissa ses larmes couler, vinrent s'ajouter les larmes du ciel. La pluie fit son apparition. Et ce fut comme si la nature pleurait en compagnie du jeune Serpentard qui vit l'acte de la nature comme un réconfort. La nature, l'éternelle amie de Neithan. Ciel et Serpent pleurèrent donc ensemble, et ce aussi longtemps que nécessaire.



"Je suis le Lotus..."
(3ème année RolePlay)