Astronomie

Inscription
Connexion

Suivre l'esprit de Noël...?  libre 

15 Décembre 2042

Légèrement essoufflée, Milenka parvint enfin en haut de la Tour d'Astronomie. Elle ne venait pas souvent ici. Seulement quand le besoin de s'isoler ou de réfléchir se faisait sentir. Elle n'aurait d'ailleurs pas dû y être à cette heure... Bien-sûr, le couvre-feu n'était pas dépassé mais tout le monde était actuellement rassemblé dans la Grande Salle pour le repas du soir : si l'absence d'une élève « lambda » pouvait, éventuellement, passé inaperçue, il n'en était pas de même pour une préfète, aussi discrète soit-elle... ! Cela avait néanmoins un avantage : elle ne devrait pas y être dérangée...
Portant son regard sur le Parc couvert d'une neige épaisse, la jeune fille laissa échapper un soupir. Tant pis ! Si questions il y avait, elle mentionnerait un manque certain d'appétit. Ce n'était d'ailleurs pas d'un mensonge en soi car elle n'avait effectivement pas faim. Mais ce n'était toutefois pas la cause de son absence... S'asseyant dans un coin éclairé par l'astre lunaire, Milenka sortit un morceau de parchemin chiffonné et le relut une nouvelle fois.

Ma chérie,

Ton père et moi savons que cette lettre va te surprendre et t'attrister...
Tu sais que ta grand-mère, ma mère, est très âgée et que, depuis la mort de ton grand-père, elle vit seule. Nous venons d'apprendre qu'elle s'était cassée la jambe en glissant sur une plaque de verglas.
Je sais ce que tu en penses, Mimi, et elle ne t'a pas donné de raisons de la porter dans ton cœur mais, malgré tout, il s'agit de ma mère... et je ne peux pas la laisser se débrouiller seule. Surtout en cette période de Noël... Je sais que tu me comprendras...
Nous avons décidé d'aller la voir et de passer les fêtes de fin d'Année avec elle, en Alsace...
Interrompant là sa lecture, la brunette essuya furieusement les larmes qui, malgré elle, s'étaient mises à couler, puis elle reprit.
Tu te doutes que ta Grand-mère Marina n'est pas reliée au réseau de Cheminées. Nous prendrons donc un Portoloin de Glascow à Paris, puis le train moldu. Ton père est déjà dans tous ses états !

Viens maintenant la raison de cette lettre. Tu es grande maintenant : tu vas bientôt avoir 14 ans. Avec ton père, nous avons décidé de te laisser le choix. Soit tu nous rejoins chez ta grand-mère pour les vacances, soit tu reste à Poudlard...

Je sais que ce choix n'a rien de facile et ce n'est pas de gaieté de cœur, crois-moi... Mais quoique tu fasses, nous te comprendrons.

Nous attendons Nibopa avec impatience.

Maman et Papa, qui t'aiment.


P.S. : n'en veux pas à ta mère, Milenka. Nous avons été 2 à prendre cette décision. Je t'embrasse. Papa.
Rageusement, Milenka se leva et remit la lettre dans une poche de sa robe. Elle l'aurait bien réduite en cendres mais l'état d'énervement dans lequel elle se trouvait lui faisait craindre de mettre le feu au château.
Elle ne savait pas quoi penser, ni que faire. Elle voulait passer les fêtes avec ses parents mais elle n'avait aucune envie de voir sa grand-mère. D'ailleurs, « rencontrer » serait un verbe plus approprier... Car oui, la jeune fille n'avait jamais vu sa grand-mère autrement qu'en photo (moldues, bien-sûr) : cette dernière avait tout simplement refusé de revoir son unique fille après qu'elle se soit « acoquinée avec un fou », autrement dit après le mariage de ses parents... ! Jamais un appel, jamais une lettre ou un cadeau pour son anniversaire. Et elle racontait à qui voulait l'entendre que sa fille était devenue folle et qu'elle avait mis au monde une gamine aussi folle qu'elle! Une vraie mamie gâteau quoi...

- De toute façon, les fêtes sont mal parties pour cette année. Soit je les passe ici et mes parents me manqueront... Soit je les passe avec eux mais faudra que je supporte mémé... , râla-t-elle en faisant les cent pas. D'ailleurs, je me présente comment, moi ? Eh salut, je suis ta petite fille ! Dis, tu as pensé à ma chaussette sur la cheminée pour Noël... ?! Puis s'approchant d'une ouverture, elle ajouta tout bas : Ridicule...

Regardant vers le ciel, Milenka regretta de ne pas savoir lire l'avenir dans les étoiles : elle aurait pu savoir qu'elle était la bonne décision... Plongée dans la contemplation de la voûte céleste, la jeune préfète n'entendit pas les pas qui résonnaient dans l'escalier.

Les mots soulignés sont pour une mission de la Cabane de Cristal

Couleur: #2f4f4f

*-*-*-* Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent *-*-*-*
Pas d’avatar
Lira Irenion  

Suivre l'esprit de Noël...?  libre 

La bourrasque glaciale qui frappa Lira lui rappela que Noël approchait à grand pas. Elle n’avait encore rien reçu de ses parents pour lui informer du déroulement de Noël, peut-être même ne le passeraient-ils pas ensemble. Lors de son arrivée à Poudlard, les parents de la jeune fille l’avaient prévenu que s’ils retournaient en France pour quelconque raison, elle ne pourrait les rejoindre, même pour les vacances. Ils ne roulaient pas sur l’or et le trajet coutait cher. Ainsi, elle savait qu’elle avait une chance sur deux de passer Noël seule, la famille de son père vivant en Angleterre et celle de sa mère en France.

Comme tout le temps, la blonde désirait se changer les idées. Cependant, le temps étant bien trop frais pour être supportable, elle se résolut à se rendre en haut de la tour d’Astronomie. Généralement peu peuplée, elle pouvait s’asseoir dans un coin, tranquillement et réfléchir en observant les étoiles. Elle avait toujours été passionnée par ce qui l’entourait, elle voulait tout savoir sur tout, mais l’immensité du ciel l’impressionné. Pour elle, tout était déjà connue sur Terre, cependant l’univers restait encore un grand mystère. La Gryffondor n’avait qu’une envie, le découvrir. C’était sans doute pour cela que la tour d’Astronomie était un de ces lieux préférés, et la nuit tombant rapidement, elle pouvait s’y rendre plus souvent ces derniers temps.

Une fois les marches grimpées, la jeune fille s’arrêta pour reprendre son souffle. Peu sportive, le moindre effort la fatigué, d’autant plus que cette dernière était asthmatique. Pendant sa pause, elle distingua quelques mots qui lui firent comprendre qu’elle n’était pas seule. Légèrement déçue, elle avança pour voir qui étaient les personnes qui discutaient. Cependant, elle ne vit qu’une jeune fille brune, éclairée par la lueur de la lune. Remarquant qu’elle dérangeait cette dernière qui se parlait sans doute à elle-même, elle recula légèrement, la faisant trébucher sur une malformation du sol. Elle se rattrapa tant bien que mal pour ne pas tomber et s’excuser auprès de sa camarade de l’avoir dérangé.

« Oh ! Euh…J-je suis désolée… Hum… Je vais redescendre. »