Astronomie

Inscription
Connexion

Sous la voûte scintillante  PV 

Septembre 2043

Irene Gates 

*V‘là donc c’t fameuse tour d’astronomie*. En fait,  voilà une des premières choses sur lesquelles Leo  s’était renseignée en arrivant à Poudlard: le couvre-feu. 

À Liverpool, la fillette avait l’habitude de rester longtemps éveillée, de traîner dans les rues et de regarder les astres. Cela n’allait dorénavant plus être possible. 

Mais après les premières nuits, Leo avait clairement éprouvé le manque d’être avec ses compagnons de la nuit: les étoiles. Certes, elle pouvait en voir depuis la fenêtre de son dortoir, mais ce n’était pas la même chose que de sentir le frais du souffle nocturne sur sa peau, qui la rapprochait de cet univers qui la fascinait tant. 

Ainsi, la rouquine avait atterri ici. Sur la  plateforme de la tour d’astronomie. Sous l’étandue infinie de la voûte scintillante, dans le monde de ses  rêves. Elle ferma un court instant les paupières, remplissant ses poumons de l’air frais de septembre. Par chance, le ciel était dégagé. Aucun nuage n’était  en vue.

Leo s’assit en tailleurs, le dos contre le mur en pierre. Elle frissonna à ce contact frais, et resserra son écharpe Liverpoolienne autour d’elle. La fillette avait la tête levée, le regard fixé sur les petits points brillants au dessus d’elle. La Grande Ourse frôlait l’horizon. Sa petite sœur, en revanche, était bien visible. Celle-là, Leo la repérait facilement, grâce à l’Etoile Polaire. Celle là, elle l’aimait particullièrement. La petite ourse. Elle lui rappelait Teddy, son vieux nounours chéri. Leo aimait s’imaginer qu’elle veillait sur elle et sa peluche.

Une ébauche de sourire se dessina sur son visage, creusant deux profondes focettes dans ses joues pleines de taches de rousseur. Il fallait dire que depuis ici, on voyait encore mieux les astres qu’à Liverpool. En effet, la ville de nuit était illuminée par de milliers de lampadaires et les néons de magasins. Elle ne souriait pas souvent, et encore moins en présence d’autres personnes. C’était un vieil homme- Sam- qui lui avait appris toute la disposition du. ciel nocturne. D’ailleurs, si Leo se rappelait bien, elle devait également pouvoir repérer le Cygne, Céphée et le  W que formait Cassiopée.  

L’Anglaise se laissa ainsi dériver dans ses pensées. Les doigts de sa main gauche se refermèrent autour du croissant de Lune, au bout de la petite chaîne en or acrochée autour de son cou.
Dernière modification par Leo Ginger le 22 avril 2019, 8 h 37, modifié 6 fois.

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Irene se leva de son lit, vérifiant que ses camarades dormaient toutes. Elle chaussa ses chaussons attrapa en passant sa robe de chambre. Après une hésitation, elle décida de ne pas prendre sa baguette. Après tout elle partait juste retrouver son père et son frère, par le biais des étoiles, son bâton ne lui servirait à rien. Et puis sans lumos elle serait bien plus discrète.  La petite rousse sorti donc de son dortoir et de la salle commune, à pas de souris. Les premiers cours pratiques d'Astronomie n'avaient pas encore commencés pour elle, aussi, les "petites" fées de l'univers lui manquaient atrocement. Elle n'avait pas encore osé sortir de nuit depuis son arrivée au chateau, depuis qu'elle était tombée nez à nez avec le fantôme de Rusard en ouvrant la porte de sa salle commune, lors de la première semaine. Heureusement pour elle, elle avait été prudente et le fantôme n'avait pas eu le temps de la voir qu'elle avait déjà refermé la porte et s'était jetée dans un fauteuil pour faire semblant de lire sagement. On ne savait jamais. Il n'y avait pas eu de suite. Mais ça l'avait refroidie quelques jours. Mais là elle était impatiente. Devon lui avait certifié que leur père et lui iraient admirer les étoiles ce soir là. Donc elle voulait y aller. Et puis ça lui manquait tellement. 

Par habitude, la fillette emprunta le plus long chemin qui reliait sa salle commune du sommet de la Tour d'Astronomie. Il était certes plus long, mais il conservait un avantage tout particulier : il ne contenait presque que des couloir dépourvus de torches ou toute source lumineuse, ce qui permettait à la fillette de voir de loin arriver les différents rôdeurs éclairés ; mais lui avait également valu quelques désagréables fois de traverser des fantômes au coin d'un couloir, la faible lueur qu'ils émettaient n'étant pas assez puissante pour ricocher de manière flagrante sur la pierre. Ce soir là, tout se passa correctement, son corps se souvenant parfaitement du chemin et son âme la guidant tranquillement. Tout semblait concorder, c'était comme si les étoiles elles mêmes veillaient sur la fillette et lui permettaient de les rejoindre sans aucun risque. C'était sûr, cette soirée tranquille serait merveilleuse ! 

La deuxième année arriva enfin sous la trappe. Un coup d'oeil lui permit de s'apercevoir que cette dernière était fermée mais pas verrouillée. Sans plus l'étonner, il arrivait parfois qu'un autre élève joue aux espions de la nuit ou que le professeur Briggs oublie de verrouiller la trappe, cela l'arrangeait presque : si quelqu'un était déjà passé par là, il ne s'étonnerait pas de voir le verrou bougé. C'est à cet instant qu'elle se frappa le front. Elle avait besoin de sa baguette pour ouvrir la trappe et que l'échelle descende... Et la baguette en question se trouvait bien sagement sur sa table de nuit. *Comment ai-je pu oublié ?!* Elle n'en revenait pas. Jamais elle ne sortait sans baguette l'année précédente, pourtant, ce soir là, elle s'était dit que c'était inutile et quelle ne risquait rien. Tout faux. La petite Gates soupira et réfléchit quelques instants. Elle arriva bien vite à la conclusion qu'il valait mieux se décoincer manuellement que d'aller chercher son sésame dans les dortoirs. Après tout, il y avait une petite statue toute proche suffisamment grande pour qu'Irene puisse se hisser et toucher le plafond mais également assez petite pour qu'elle puisse la déplacer. La fillette mit bien cinq minutes, pourtant, à mouvoir la statue, tendant l'oreille, craignant que les grincements n'attirent quelqu'un. Là encore elle eut de la chance et rien ni personne ne vint la perturber dans son épuisant travail. Finalement, après moult acrobaties et escalades, la roussette parvint à pousser la trappe. L'échelle commença à descendre mais fut bien vite stoppée par la statue. Irene déplaça de nouveau le lourd bloc de pierre sculpté pour le ranger et la graduation barrelée acheva sa descente avec un fracas assourdissant. La petite Serdaigle, affolée, entama immédiatement sa montée et, parvenue en haut, se hâta de remonter ce qui lui avait malencontreusement servit d'alarme, puis de refermer la trappe le plus silencieusement possible. Toute à son urgence, elle ne vit pas tout de suite l'autre fillette déjà présente. Cependant, quand elle se redressa et qu'elle vit la petite silhouette sportive et gracile, Irene se figea de stupeur. *Oups...*

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Le temps s’écoulait doucement, laissant Leo se perdre ainsi dans ses rêveries. Au bout d’un moment, la fillette avait fermé les paupières pour mieux goûter l’air nocturne, qui emplissait délicieusement  ses poumons à chaque inspiration. 

*Merde.* Leo rouvrît les yeux, et à nouveau, deux prunelles bleues scrutaient anxieusement l’obscurité. Un bruit assourdissant avait chassé le silence qui jusqu’à la reignait sur la tour.  Bien vite, la Gryfonne en vint au fait qu’une autre personne devait vouloir accéder à la tour d’astronomie. Elle passa rappiddement en revue les possibilités. Cela pouvait être un élève. Déjà plus embêtant serait un préfèt, ou pire: un professeur. Sans oublier la possibilité qu’elle se soit complètement trompée, on ne savait jamais avec la magie, et qu’on avait ensorcelé la trappe pour attraper d’eventuels étudiants rôdant dans les couloirs la nuit..

Mais alors, elle entendit déjà les bruissements d’une personne s’attaquant à l’échelle. Leo regarda autour d’elle. Il n’y avait pas moyen de se cacher. Alors, elle se mit debout, pour paraître moins vulnérable, même si de sa petite taille elle ne pourrait pas dominer grand monde.  Immobile, elle attendit de voir une silhouette émerger de la trappe. D’abord, apparut une chevelure flambante rousse, un peu comme la sienne, mais raide et longue. Le corps sortit à son tour. C’était une fille. Elle était plus grande que Leo, et ne semblait pas encore l’avoir remarquée. 

Enfin, leurs regards se croisèrent. Les fillettes se fixèrent un instant. L’autre était figée par la stupeur, alors que Leo, qui avait à présent passé ce stade l’ayant entendue venir, la détailla de son regard froid.  L’une comme l’autre se tenaient immobiles. Leo décida de prendre la parole. De sa voix grave, elle murmura  juste assez fort pour que l’autre puisse l’entendre:

« Je... ne pensais pas tomber sur quelqu’un ici, à cette heure. »

Elle avait prononcé ces paroles d’un ton neutre, plutôt froid. D’ailleurs, qu’elle ne s’attendait pas à rencontrer qui que ce soit, paraissait évident. L’autre rouquine non plus, elle en était sûre. Mais elle ne savait pas qui était cette fille, ni ne connaissait ses intentions.

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Il y eut une seconde de flottement, pendant laquelle Irene se laissa surprendre. Pourtant ce n'était pas la première fois, et sans doutes pas la dernière qu'elle trouvait quelqu'un d'autre ici en pleine nuit. En fait apparemment beaucoup d'élèves semblaient aimer faire le mur pour trouver la quiétude de la Tour d'Astronomie... Peut être devait-elle se trouver un autre endroit pour retrouver ses lucioles si proches et pourtant.... 

L'intervention de la petite fille partageant les lieux avec Irene la secoua et eût le mérite de lui rendre le sens de la parole et ses capacités de mouvements. 

-Moi non plus. 

Elle étudia sa camarade en détail, elle ne la connaissait pas, pas même de vue. Soit c'était une première année -elle avait loupé pratiquement toute la cérémonie de répartition, toute à son livre et à sa dispute avec Lahira Holms-, soit une fille qu'Irene n'avait encore jamais vue. Tout ce qu'elle pouvait dire c'était que la fillette qui lui faisait face n'était pas en deuxième année et qu'elle ne devait pas être bien vieille. 3ème année tout au plus, avec un gros retard de croissance. La petite Gates soupira, elle devrait faire encore un peu copine-copine avec sa camarade le temps de trouver un accord entre qui reste, qui part ou si on se tait toutes les deux et on arrête de savoir qu'on existe. *Pas envie de parler...* Elle resta les bras ballants quelques secondes avant de se décider à ouvrir un semblant de conversation, tout en retenant à grand peine un soupir de résignation. 

-Irene. Navrée pour le dérangement. Là depuis longtemps ? 

En parlant, la jeune Serdaigle s'assit dans l'ombre en s'adossant  au mur de la tour. Elle ne quitta pourtant pas une fois la silhouette dont les yeux brillaient. La curiosité pointa le bout de son nez. Qui était-elle ? Y avait-il une raison particulière pour son envie de regarder les étoiles ? Pourquoi était-elle si peu abordable ? A cette dernière interrogation, Irene se mit à sourire ironiquement. Elle n'était pas elle même de meilleure conversation et les gens devaient souvent s'accrocher pour l'approcher intimement et l'entendre dire une phrase longue et "fioriturée". Ou l'énerver. 

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Quand l’accent Scouse de la petite Gryfonne troubla le silence, rompant ainsi le temps mort de cette rencontre imprévue, l’autre fillette se ranima. 

« Moi non plus »

 *Super.* Leo ne réagit pas. Elle n’y voyait pas d’utilité. Après tout, les deux dernières phrases prononcées étaient d’une évidence flagrante. L’une comme l’autre pensaient avoir un petit moment de tranquillité avec les Géantes de la nuit. L’ Anglaise ne connaissait pas les raisons ni les motivations de l’autre rouquine. Mais ce qu’elle savait était que sa petite bulle de solitude était à présent brisée. C’était comme ces bulles de savons que les petits enfants aiment éclater avec leurs doigts. Ces bulles qui, si elles ont échappées aux petites mains, s’envolent dans les cieux, loin, très loins. Mais même ces-dernières ne flottent pas inlassablement, il fallait ce rendre à l’évidence. À un moment où un autre, chaque bulle éclate. Celle de Leo n’avait apparement pas réussi à s’échapper. Ses yeux fixaient un point invisible derrière l’autre fille.

L’autre était là, et il fallait à présent faire avec. Il n’y avait pas tellement le choix. La fillette prit la parole. * Irene. L’aut’ est Irene.* La rouge et or pouvait à présent mettre un nom sur le visage. Cette fois-ci, elle hocha légèrement la tête. Irene, à l’image de Leo, ne semblait pas bien communicative. Elle se résolut cependant à lui demander depuis quand elle était ici.   *Longtemps.* C’est là que la rouquine se rappella qu’elle était sencée dire quelque chose. Répondre à la question, au mieux. 

« Depuis que toutes les étoiles sont au rendez-vous. » 

Elle n’avait toujours pas parlé plus fort. Un nouveau petit silence s’installa, avant que Leo n’ajouta:

« Leo. Gryffondor, première année. »

Elle ne savait pas si divulguer ainsi sont jeune âge était une idée judicieuse. Mais après tout, elles nn’étaient pas dans un film d’agent secrets. Peut-être que la politesse aurait exigée un “enchantée” de sa part, elle n’en était pas sure. Leo préféra alors ne rien dire. Elle ne savait pas encore si elle était l’était, “enchantée”.

Les engrenages de son cerveau tournèrent à cent à l’heure. Mais apparement, la partie qui s’occupait de trouver des thèmes de discussion étaient rouillée. Ou pas assez entraînée. Toujours en est-il qu’elle ne trouva rien de mieux à dire que le fameux:

« Ques ce que tu fais ici? »

 *Ouais. Ques’ elle fout là?* Cette question avait traversé son esprit à l’instant où Irene était entrée dans son champ de vision. Cette question que l’autre avait également dû se poser. Une question pas très adroite. De son côté, Leo aurait eu du mal à justifier sa présence. Pas qu’elle n’aie pas de bonne raison, mais plutôt pour le fait de les exposer à une inconnue.

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Légèrement tendue dans ce silence qui semblait se prolonger, Irene n'était pas à l'aise. C'était une chose d'accepter de laisser quelqu'un faire la conversation, mais encore une autre que de tenter de la construire. Et, chose amusante, les deux fillettes ne semblaient ni l'une ni l'autre experte en la matière. Pire, les deux semblaient avoir bien plus l'habitude d'écouter que de parler... Son sourire ironique prit quelques teintes d'amertume. Elle ne savait pas comment sortir de cette situation. Sa question était probablement trop banale...
-Depuis que toutes les étoiles sont au rendez-vous. 
Ouf ! Elle répondait. Mais Irene fronça les sourcils, cela faisait au moins deux heures que les étoiles s'étaient levées, personne n'était encore venu ? Enfin à par elle-même bien sûr. Peu importait. Sa camarade se présenta. Leo, Gryffondor de première année. La petite Irlandaise avait vu juste. Elle inclina la tête vers sa jeune camarade comme pour la saluer. Devait-elle également donner son année et sa maison ? Inutile... Cela ne changerait rien. Si elle voulait savoir, elle lui demanderait !

Nouvelle question. Maladroite. Banale. Presque rhétorique tant la réponse était évidente. Mais la deuxième année joua le jeu, c'était si difficile de faire une conversation. Elle hésita cependant sur la réponse à donner. Répondre la banalité ? Ouvrir son coeur même un peu ? Elle ouvrit la bouche, prit une inspiration et resta bloquée, réfléchissant. Elle détacha enfin le regard de Leo pour le plonger dans le ciel si réconfortant. 
-Je... retrouve des êtres chers. 
Elle ajouta en désignant la voute celeste.
-Par les astres.
Puis, jetant un regard incertain à la jeune Gryffondor, la petite Serdaigle lui retourna l'interrogation, le regard curieux. Quelle était l'affinité de la jeune rouquine avec leurs amies communes ? 
-Toi ? 
Elle ne s'attendait pas à ce que la première année raconte tout, après tout elles ne connaissaient rien l'une de l'autre, cependant, elle espérait en savoir plus, l'heure et la proximité des étoiles amenaient beaucoup de gens à se confier. La petite fille à l'aura féline allait-elle faire partie de ceux-là ? Irene retenait presque son souffle, attentive à la moindre réaction de sa camarade.

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Curieusement, la réponse de Leo semblait étonner Irene, car celle-ci fronça les sourcils. La petite Gryfonne lui lança un regard incertain, avant de se raviser et d’afficher à nouveau cette face impassible. Mais elle se demandait toujours qu’elle était la cause de la réaction de sa camarade. Ne s’attendait-elle pas à ce que Leo soit là depuis aussi longtemps? *Bref.* La rouquine en avait complètement oublié que les deux filles avaient commencé un semblant de conversation. Chacune courra après ses propres pensées un moment. Puis, l’échange de banalités maladroites continua. Leo apprit que la Serdaigle retrouvait des êtres chers à travers les étoiles. Irène leva une main vers les cieux. 

Le visage de l’Anglaise se détendit un peu, face à cette fille qui semblait autant aimer les étoiles qu’elle même.

« Et toi? »

Leo se crispa à nouveau. Elle avait redouté cette question. Cette question, qui la forçait à s’ouvrir. S’ouvrir aux autres. Voilà quelque chose que l’Anglaise n’avait jamais réussi à faire. A la manière d’un papier buvard, Leo absorbait les mots, les coups, les évènements. Elle les gardait enfouis au fond d’elle, sans pour autant jamais rien oublier, et encore moins raconter. 
Même les banalités les plus banales concernant sa vie, Leo ne les ressortait jamais en présence d’autrui.   La fillette n’avait pas eu jusqu’à là une vie bien intéressante, mais même les détails les plus insignifiants, elle n’en parlait pas.
Elle pensait toujours qu’elle se foutait de l’opinion qu’avaient les autres à son sujet. Et peut-être avait-ce été le cas jusqu’à là. Mais maintenant, que Leo est ici, entouré à longueur de journée des mêmes personnes, ici, avec des gens comme elle, ici, à Poudlard; inconsciemment, elle savait que ce n’était pas tout à fait vrai. Au fond d’elle, la fillette voulait avoir l’occasion de goûter à ce phénomène qu’était l’amitié, l’appartenance à un groupe. Mais voilà quelque chose que la rouquine peinait à s’avouer. Elle qui avait été seule, indépendante et libre toute sa courte vie... 

Pourquoi donc raconter à Irene qu’elle avait l’habitude de traîner tard dans les rues de Liverpool, le visage tourné vers le ciel lui tenant compagnie? Ou encore, pourquoi lui parler de Sam et de Yassi, le vieux clochard et son chien du parc, qui lui avait appris le nom des étoiles et des constellations? 

* Qu’es’ j’réponds maint’nant?* La fillette se contenta d’une réponse évasive. 

«Les étoiles me tiennent compagnie. Je les préfère aux personnes. Elle ne sont pas compliquées, n’ont pas de problèmes. Et je ne suis pas obligée de leur parler. »

Ce n’était pas faux non plus . Elle espérait que cela allait suffire.
 *Voilà.* Elles s’étaient rapidement présentées, avait donnée un prétexte justifiant leur présence. On retournait finalement au problème de départ: chacune aurait préféré être seule. Leo questionna Irene:

« On fait quoi maintenant? Enfin, je suppose qu’il va falloir trouver une sorte de compromis, non? »

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Irene hocha la tête. Elle comprenait tout à fait. Un sourire, invisible dans la pénombre de la pleine ombre, flottait sur son visage. Elle ne savait pas si c'était un message caché (encore un truc qu'elle détestait dans les discussions mondaines), mais le fait que la jeune Gryffondor fasse remarquer qu'on n'avait pas besoin de parler aux étoiles l'amusait. 
La Serdaigle soupira discrètement et ferma les yeux, profitant du calme et du silence de la nuit. Cependant, une question vint rapidement troubler sa quiétude... Devait-elle poursuivre la conversation ? La rouge rompit le silence, énonçant à voix haute ce qui était sous-jacent dans l'interrogation qui flottait dans l'esprit de la Deuxième Année. Que devaient-elles faire ? Elle rouvrit les yeux et planta son regard songeur dans ceux qui brillaient devant elle. A vrai dire, elles pouvaient tout aussi bien se taire pour profiter de leurs amies communes. Ni l'une ni l'autre ne semblait douée ou attirée par une quelconque conversation, aussi elles ne se gêneraient probablement pas en restant ensembles. 

Irene ouvrit finalement la bouche : 
-Restons, sans bruit ? 
C'était sa proposition. Sinon, elle pouvait toujours tenter de descendre dans le parc mais elle aurait une moins bonne vue et risquerait de se retrouver enfermée dehors, ce qui ne la tentait pas vraiment, d'autant qu'elle n'avait pas de tente à planter dans un cas pareil, ni de tante chez qui squatter d'ailleurs. 

Ses pensées se redirigèrent vers son père et son frère. De l'autre côté des étoiles, à quelques milliers de kilomètres de là, ils étaient probablement déjà en chemin pour leur observation du ciel... LEs larmes montèrent à ses yeux, mais la fillette les retint discrètement, ce qui ne les empêcha pas de re-teindre ses yeux d'un joli petit rouge gonflé. 

Navrée pour l'attente ! Ce fut un peu compliqué la fin du semestre :/

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Le temps semblait s'être arrêté, tandis que la question de Leo flottait dans l'air. Après ce qui lui semblait une demi-éternité, Irene répondit enfin. Rester sans bruit, voilà sa proposition. Une vague de soulagement envahit la jeune rouge et or. Elle l'avait deviné depuis le début, mais maintenant elle en avait la confirmation: l'une comme l'autre, elles préféraient le silence. Et maintenant la chose dite, plus besoin de poursuivre ce semblant de discussion, banal et ennuyant. 
Leo hocha la tête à l'intention de son aînée, signe qu'elle approuvait son idée. Puis, elle avança de quelques pas en direction du centre de la tour. La rouquine s'allongea sur la pierre froide, les mains sous sa tête, les genoux repliés. Elle voulait montrer qu'elle était à l'aise malgré la présence de l'autre, qu'elle n'était pas intimidée. Ce n'était pas tout à fait vrai, mais la jeune fille était plutôt douée pour "faire semblant". De plus, Leo voulait effacer de sa mémoire l'instant de peur qui l'avait traversé lorsque les pas de la Serdaigle avaient retenti sur le sol, se rapprochant de plus en plus. 
Les étoiles au dessus de sa tête n'étaient presque pas différentes de celles qu'elle voyait chez elle. Elle se contentait de les fixer, et de ne penser à rien. Le temps passait. Enfin, Leo pointa du doigt quelque chose dans l'étendue infinie au dessus d'elles. Elle murmura:
" Là, c'est Orion."
Ces paroles n'étaient pas spécialement déstinées à sa camarade, mais il était probable qu'elle les avait entendues. Aussitôt, Leo s'en voulut d'avoir brisé le silence si paisible qui régnait.

Désolée pour le retard

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Pendant que la jeune Gryffondor s'installait, Irene s'essuya les yeux et tenta de renifler, discrètement. Si le fait qu'elles n'aient pas besoin de parler la réconfortait, elle ne pouvait pas s'empêcher de regretter de ne pas être seule pour se "connecter" avec sa famille... Mais c'était toujours mieux que rien. 

La fillette se secoua un peu et observa sa jeune camarade allongée au centre de la tour. C'était le meilleur endroit pour observer les astres, la première année semblait l'avoir bien compris. Mais Irene n'osait pas trop s'approcher, pouvait-elle impunément s'installer au milieu également ? Prenant son courage à deux main, la petite Serdaigle s'approcha un peu, tout en restant à distance raisonnable. Elle s'installa, la tête au même niveau que celle de Leo, les jambes dans le sens opposé. Un bon mètre les séparait, ce qui n'empêchait pas la fillette d'être mal à l'aise. Elle se calma un peu et posa une main sur son ventre, l'autre lui servant d'oreiller. 

Le regard vert amande se plongea dans l'immensité du ciel. Le néant scintillant la happait, elle n'était plus dans le même monde. Le temps n'existait plus. La respiration d'Irene devint profonde et apaisée, jamais elle n'était aussi bien que dans cette bulle intemporelle. On pouvait la croire plongée dans une sorte de transe, ce qui n'était pas forcément erroné. Dans ce lien qu'elle tissait vers les étoiles, il lui semblait qu'un autre lui répondait. La présence de Devon, probablement fictive, remplissait l'espace autour de la fillette, elle pouvait le sentir au fond de tout son être. Oui, ce soir, à cet instant, pour Irene, Devon était au sommet de la tour d'Astronomie, avec elle... Un sourire, teinté de larmes et de mélancolie, avait pris possession de son visage, sans qu'elle ne s'en rende compte. Les scintillantes reflétaient la lumière tremblotante des étoiles, avant de se perdre dans les cheveux étalés, couronnant le visage pâle et constellé.  

Des mots, presque indistincts, voletèrent alors jusqu'à l'oreille cotonneuse d'Irene et son cerveau molletonné mit quelques secondes à leur donner un sens. "Là, c'est Orion". Instinctivement, les yeux brillants d'Irene cherchèrent le sablier biscornu dans le canevas complexe des cieux. Une fois posés dessus, la fillette sortit en douceur de sa transe, oui... là, c'était Orion. Un regard en biais vers sa camarade lui fit remarquer le bras levé. Sans réfléchir, la petite Gates darda son regard de nouveau vers la constellation indiquée. Un peu plus bas sur l'horizon, en suivant une ligne passant par la ceinture céleste, la fillette repéra la constellation du grand chien. Elle pointa également le ciel, visant une étoile particulière et répondit : 
-Sirius. 
Son coeur battait à la chamade, elle espérait ne pas avoir fait une faute sociale en apportant une réponse, peut-être non attendue et loin d'être bienvenue. 

Haha, j'ai pas vraiment le droit de dire grand chose là dessus :sweatingbullets: 

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Leo se leva gracilement, une ombre de plus dans la nuit d'encre. Invincible et libre. Elle pouvait sentir les deux ailes dans son dos. Des ailes puissantes, synonymes des liberté. Leo les déploya, et d’un battement énergique, gagna de la hauteur. Elle volait. La gamine renversa  la tête  dans la nuque, et plongea son regard dans les étoiles. Elle était en route pour les rejoindre.

"Sirius"

La chute dans la réalité fut brutale, mais ce nom sonna doux aux oreilles de la rouge et or. Leo laissa retomber son bras. Elle tourna la tête. Irene êtait allongée à quelques pas d'elle, et les deux têtes rousses se trouvaient à la même hauteur. La fillette étira la comissure de ses lèvres en l'ombre d'un sourir. La présence de la Serdaigle s'était relevé comme supportable, presque agréable. Décidément, sentir la présence humaine, des battements de cœur aun coté rassurant. Et en citant le nom d’un des astres, Irene avait gagné un peu d’estime aux yeux de l’anglaise. 
« Sirius » , marmonna la jeune Ginger en écho à sa camarade. Ce mot flottait entre les deux filles. C’est à ce moment que la première année les remarqua.  Leo n’avait jamais été forte à déchiffrer les sentiments des autres, mais elles en étaient là preuve. Oui,  cette expression ainsi que les larmes dégageaient de la mélancolie. Leo n’était pas non plus douée en tant que consolante. De plus, si elle avait été à la place d’Irene, elle n’aurait en aucun cas voulu de la pitié de quelqu’un d’autre. Ainsi, la rouquine préféra se taire. Mais lentement, la mélancolie de la Serdaigle semblait la gagner à son tour. Leo replongea dans sa transe. Soudain, de nouveaux mots s'échappaient de ses lèvres:
"Avec des ailes, je volerais jusqu'à la lune. Je ceuillerais une étoile au passage."

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Un murmure, comme un écho répondit à la petite fille, qui se détendit instantanément. Elle pouvait presque imaginer, visualiser la bulle commune qui se tissait autour d'elles. Leur caractère taciturne et renfermé s'harmonisait tranquillement et elles commençaient à apprivoiser la présence de l'autre. Chacune sa place, sans déborder sur l'autre. Oui, Irene commençait à se sentir bien. Se sentir bien avec quelqu'un d'autre. Avec une inconnue. 

Les larmes séchaient tranquillement sur son visage, laissant des sillons salés, tirant désagréablement sur sa peau. Cependant, elle ne voulait pas bouger. La communion qu'il y avait entre les deux fillettes et surtout le lien qu'elles tissaient avec la poésie céleste l'emplissait trop. Elle ne voulait pas tout casser en bougeant, elle ne voulait pas se sentir vide de nouveau. Elle ne voulait plus penser à l'absence de son frère, pourtant bien présent dans son coeur et son esprit. Son bras était retombé le long de son corps doucement, sans qu'elle ne s'en rende compte. Du bout des doigts, elle cru sentir une petite main. Une petite main chaude. Une petite main chaude qu'elle connaissait si bien. Devon. C'était la première fois qu'elle le retrouvait et qu'elle l'accueillait en présence de quelqu'un d'autre. 

Ses doigts se resserrèrent imperceptiblement sur son rêve. Au fond, elle savait qu'il n'existait pas, qu'il n'était pas là. Elle ne tourna pas la tête pour regarder les étoiles se refléter dans ses yeux. Elle ne chercha pas à distinguer dans le souffle nocturne, sa respiration pour se caler dessus. Seule la sensation de sa main et le ciel étoilé suffisaient. Il ne fallait pas casser le songe. Du creux de son ventre, elle sentait un lien brillant se hisser vers les étoiles. Peut être rebondissait-il sur l'une d'elle pour revenir vers son jumeau ? En tout cas, ce lien, qu'elle imaginait, trouvait à son bout un jeune garçon perdu dans son Irlande natale. 

Le silence fut rompu et dans un tintement de clochettes et de verre tombant, Irene se réveilla. Calme et neutre, elle bougea enfin, tournant la tête vers la lionne. Ses mots étaient beaux. Elle se les répéta, en boucle. Oui. Un beau songe. Elle laissa échapper un léger soupir, neutre. Elle avait envie de ressentir le lien de nouveau, de combler le vide. Une idée lui vint, peut être pourrait-elle le faire avec l'autre petite fille ? Ou bien risquait-elle de tout casser ? L'hésitation la perdait, l'angoissait. Pouvait-elle répondre ? Que dire ? Que faire ? 

Une pensée de sa raison fit irruption. Elle était ici depuis longtemps. Elle devait peut-être retourner se coucher ? Non, elle n'avait pas envie. Dut-elle rester dormir ici, elle ne voulait plus quitter la voûte céleste et ses milliards d'habitantes. Et puis, pouvait-elle décemment casser cette bulle tissée entre Leo et elle ? Ce ne serait pas respectueux. Et les interrogations chassèrent cette idée. 

Que répondre ? Que dire ? Que faire ? Que répondre ? Que dire ? Que faire ? *Avec des ailes* Que répondre ?  *je volerais jusqu'à la lune* Que dire ? *Je cueillerais une étoile au passage* Que faire. 
- De mes yeux, j'embrasserais la vue et mes larmes brilleront de son éclat.
C'était moins beau. Mais elle avait parlé. Elle avait continué. Et la phrase était pleine. Aussi pleine qu'elle pouvait l'être, aussi pleine que la voie lactée. Aussi pleine que le sommet de cette tour, à cet instant. La tête tournée vers la Gryffondor, Irene souriait, presque en remerciement. Les mots que la rouge lui avait offert, même s'ils n'étaient pas forcément à son attention, vibraient dans le corps de la Deuxième année. Elle ne maniait pas si bien les mots que l'autre fille, et son retour était de bien piètre qualité, mais elle espérait être parvenue à faire passer ce qu'elle ressentait au travers. Merci d'être là. Merci de ne pas être là. Merci. 

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

C’était étrange. Leo, allongée sur une tour d’astronomie non loin d’une fille jusqu’à la inconnue. Leo , c’était vraiment elle qui venait de déverser des paroles douces, presque poétiques. L’immensité de la voûte étoilée au dessus d’elle rendait la fillette vulnérable, la nuit jetait comme un voile apaisant sur son corps et son esprit. La gamine rude et brusque de jour, devenait inoffensive une fois le soleil couché. 
Les muscles de son corps s’étaient relâchés progressivement, à présent, Leo était complètement détendue. 

Au son de la voix d’Irene, elle tourna la tête. La Serdaigle lui souriait. Lentement, les coins de la bouche de Leo se tortillèrent également en un sourire. Elle repensa aux paroles de la fille. La gamine n’était pas sure de comprendre. Elle n’avait jamais été douée en interprétation de texte, plutôt, elle n’avait jamais écouté en cours. De toute manière, cela  revenait au même. Larmes. Leo était sure, Irene avait parlé des larmes. Elle pleure? La question avait surgi dans l’esprit de la jeune fille. La réponse suivit presque aussitôt.  Bien sûr, je viens de la voir. La vraie question était pourquoi? Leo avait appris à ne pas pleurer en publique. C’était synonyme de faiblesse. Et ce n’était pas la chose à se permettre dans son quartier. Les prédateurs s’attaquaient toujours aux plus faibles, elle le savait. Alors, coûte que coûte, il fallait ravaler ses larmes, garder un visage froid, fierté avant tout, poker face, ça elle savait le faire.  Dégager de l’assurance. Confiance en soi. Peu importe, tant qu’on ne  versait pas  de larmes. 

 « Tu pleures souvent? » Paf, ça lui avait échappé comme ça, son regard planté dans les yeux d’Irene. Brut, les mots. Pas de délicatesse, pas de retenue. Peut-être que la voix faible, presque un murmure, de laquelle avaient été prononcés les mots allaient la sauver. En aucun cas, elle n’avait voulu briser la magie du moment. Peut-être que la bulle des deux fillettes était assez solide. Il fallait l’espérer. 

Honte sur ma réactivité d’escargot :unsure:

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"

Sous la voûte scintillante  PV 

Irene vit avec soulagement le sourire de la Gryffondor. Elle n'avait pas fauté. Elles restèrent quelques instants à se regarder dans le blanc des yeux en silence, profitant de la bulle qui les unissait. Toute pensée de départ  s'en était allée de l'esprit d'Irene. Pour rien au monde, elle ne voulait plus que ça s'arrête. C'était la magie des étoiles. La magie de la nuit, du ciel. 

La question, douce comme un murmure s'envola et se nicha discrètement dans les oreilles d'Irene. Cette dernière ne fit pas un mouvement pour essuyer les traînées encore brillantes tiraillant sa peau. Juste un léger mais profond soupir la secoua. Alors elle eu envie de raconter, de baisser la barrière. 
-Ici, murmura la petite bleue. 
Le regard d'Irene bien ancré dans les yeux nitescents de Léo, elle expliqua toujours aussi doucement : 
-Les étoiles m'amènent à lui. 
Elle ne savait pas si elle était claire. Mais elle avait besoin de le dire. La blessure de l'absence de Devon était si profonde et si douloureuse, même si elle l'enfouissait. Elle n'en parlait que peu. Il était constamment dans sa tête et elle n'en parlait pas. A chaque retour à Poudlard c'était toujours plus difficile. Après elle s'"habituait". Mais ça empirait de nouveau à chaque fois que quelque chose n'allait pas bien ou que son retour chez elle approchait. Les perles se remirent à couler doucement.
-Devon me manque. 
Elle inspira difficilement et demanda : 
-Toi ? 

Je crois que je peux pas dire grand chose ^^' Excuse-moi, je suis à présent en vacances, je devrais plus cumuler tant de retard :)  

Tallyrenpher, à l'attaque ! Stagiaire à l'Espi'Aigle
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
3ème année RP, 3ème année devoir

Sous la voûte scintillante  PV 

Leo ne savait pas trop quoi faire. Rencontrer des fillettes au beau milieu de la nuit, les regarder verser des larmes. Ce n'était généralement pas sur son programme. Heureusement, Irene ne semblait pas prendre mal ses mots. Au contraire, elle y répondit même. Les  paroles de la Sedaigle étaient étonnantes. Si Leo comprenait bien, elle communiquait par les étoiles. C'était pas si bête. Après tout, malgré des kilomètres de distances, tout le monde voyait les mêmes étoiles. Des milliards de petites lucioles si lointaines semblaient briser la distance par le seul fait que deux êtres pouvaient les voir. 

Mais qui était-il? La réponse ne tarda pas. Leo répéta le nom.
Devon
Qui était-ce? Qu'elqu'un d'important en tout cas. L'anglaise voulait dire quelque chose. N'importe quoi, une onde positive.  Elle laissa son regard balayer le ciel étoilé avant de le reposer doucement sur Irene. Elle n'osait pas lui prendre la main. Leo ferma les yeux, et inspira. Le manque d’une personne. Elle ne connaissait pas ce sentiment. De toute manière, il n’y avaient que deux personnes de valeur à ses yeux. Mais l’anglaise reverrait Gran'da et Gran'ma à Noël. Trèsdébrouillarde dès son plus jeune âge, elle pouvait facilement s’en passer d’eux durant quelque semaines mois. Dix secondes plus tard, l'air s'échappa à nouveau par ses lèvres. Leo ouvrit les paupières. Scruta le ciel. Yeux grand ouvert souhaitant s’immerger le plus possible dans cette immensité. Il lui semblait même pouvoir sentir la présence de cet inconnu, Devon.
Devon, répéta-t-elle. C’est un joli nom. C'est qui?

Elle laissa planer la question quelques instants avant de répondre à celle qu’Irene lui avait posée peu avant. 
Euhm non, j’pleure pas. Chez moi c’est mauvais.  Si tu pleures, c’est perçu comme faible. Alors ils se jettent tous sur toi. Et faut pas les laisser te détruire. Alors tu t'mords les lères et transformes les larmes en colère. Au début c'est dur, mais tu t'y fais. Maintenant, j'suis très forte. Elle avait parlé les yeux dans le vague, maintenant, la gryfondor s'adressa à Irene, comme pour la rassure. Mais toi, Irene, t'es pas faible. Juste triste. Tu vas le revoir à Noël?

Leo avait construit une véritable armure, formée d’indifférence, de colère et d’amertume. Ce qu'elle n'ajouta pas, c'est qu'à présent qu'elle était plutôt douée à ce jeu, la fillette prenait un certain plaisir à ces confrontations.  Leo avait l'apparence détendue, mais était toujours prête à se jeter dans un combats. Apaisante,  la nuit représentait une durée de répit. C'est en levant les yeux vers cette infinité que l'on se rend compte qu'en fait, on est moins qu'une minuscule fourmi, un rien de plus par rapport à l'univers. 
Tu vois, les étoiles elles se foutent de moi. De ce que je suis, de ce que fais. Elles me fichent la paix. Et c'est rassurant. Je peux me détendre et baisser la garde. Parce que, normalement, je suis seule. Silence.
Tu veux que je te laisse seule avec Devon? 

"When you walk through a storm
Hold your head up high
And don't be afraid of the dark"