Astronomie

Inscription
Connexion

Au clair de la lune

[PV Isaac Powell]

*Enfin, la nuit*. C'est ce qu'Helen pensait, au beau milieu de son dortoir, en levant les yeux de son livre pour regarder l'heure sur sa montre. 21h47. Parfait. Pas encore la nuit totale, mais la nuit. Ce n'est pas que la journée n'est pas bien, pas du tout, mais la nuit, tous les rêves deviennent possibles, et selon Helen, le tableau des étoiles et des planètes de la nuit valait tous les paysages campagnards du monde. Quelle merveille, la nuit. 
Alors, étant donné le vacarme régnant dans la salle commune des Serpentards ce soir-là, Helen se leva sans se faire remarquer, prit son livre sous son bras, sa baguette, enfila son sweat qui était resté sur le fauteuil sur lequel elle était assise, et quitta discrètement la pièce.  Les couloirs étaient assez tranquilles, car tout le monde devait être en train de se préparer pour dormir. Malgré tout, la jeune fille prit grand soin de ne pas passer dans les couloirs qui auraient pu probablement être empruntés par les professeurs. Elle se dirigea vers la plus grande tour du château, monta quatre à quatre les escalier, et déboucha sur la tour d'Astronomie, déserte. Helen frissonna, et elle posa son livre par terre. La jeune fille s'accouda au bord de la tour, et pencha la tête sur le côté. C'était probablement le meilleur moment de la journée pour elle. En ce 3 février, il faisait froid, on ne pouvait pas le nier, dans la Tour, mais Helen ne s'était jamais sentie aussi bien. Elle inspira une grande bouffée d'air, et expira cet air avec bonheur. Elle observa les étoiles, essayant de se rappeler le dernier cours d'Astronomie. En vain. A cet instant, elle pouvait décompresser. Profiter. Se reposer. Toute sa longue journée s'achevait sur une merveilleuse note. Sa journée s'était très bien passée, mais les deux heures d'Histoire de la Magie lui avait seulement donnée envie de dormir. Et maintenant qu'elle en avait l'occasion, elle préférait monter à la Tour d'Astronomie pour regarder les étoiles. [font="PT Serif",Georgia,Times,serif]En fait, l'excitation d'être seule dans un endroit où elle ne devrait pas être lui plaisait aussi.[/font] Elle sourit en pensant à son comportement. Alors, elle ouvrit son livre, et toujours accoudée d'un seul coude au bord de la tour, l'autre main lui tenant le menton. Son livre parlait d'une jeune fille et d'un jeune homme que tout opposait et qui pourtant étaient faits l'un pour l'autre. Un classique, que sa mère lui avait envoyé pour Noël (comme pour chaque Noël). 
Tellement plongée dans sa lecture, elle ne remarqua pas ce qui se passait derrière elle.
Dernière modification par Helen Smith le 9 février 2019, 10 h 33, modifié 1 fois.

Serpentarde et fière de l'être !
e p h e m e r

Au clair de la lune

Isaac, après avoir réussi à se libérer de cette personne embêtante1, arriva enfin à sortir de la salle commune pour se promener. Il avait prévu un endroit cette fois-ci, il voulait aller en haut de la tour d'astronomie. Rien de plus merveilleux que la vue du château, du parc, du stade de Quidditch la nuit et de haut. Il avait découvert ce paysage avec l'initiation à l'astronomie. Regarder le ciel alors que les merveilles leur tendaient les bras depuis le sol. Il était revenu après, pour bien apprécier l'éclairage de la lune sur ce monde.

Il monta les escaliers, un à un, savourant le silence brisé par le seul bruit de ses pas, il essayait de marcher sur la pointe des pieds mais l'on entendait toujours un petit bruit qui résonnait sur les parois. Tout pouvait arriver à cette heure-ci. Il sortit enfin à l'air libre. Le vent frais l'atteignit presque instantanément, l'air était beaucoup plus froid qu'en bas. Le vent soufflait plus fort. Il avait oublié son manteau. Il commençait à le regretter, mais ça irait.

Il s'avança et vit une jeune fille déjà là, les cheveux au vent, accoudée au bord de la tour, elle lisait. Isaac ne put s'empêcher de la trouver très classe, il se croyait dans un livre, une de ces filles magnifique princesses en haut d'une tour, attendant patiemment. Il en voyait pas son visage, mais il l'imaginait, instinctivement et pas très consciemment, avec celui d'Ashley. Il ne pouvait pas l'interrompre, qui était-il pour approcher cette apparition. Isaac secoua sa tête, ce n'était qu'une élève, il avait l'imagination trop grande. Il était à Poudlard, c'était juste une fille comme n'importe qui.

Il s'avança pour aller lui parler, il ne le faisait pas d'habitude mais il pressentait qu'elle n'était pas comme les autres, elle lisait, peu le faisaient, elle sortait la nuit, il n'en avait pas vu beaucoup. Enfin, jamais pour l'amour de la nuit. Il se mit près de la barrière aussi  à plusieurs mètres d'elle.

"Magnifique hein ?"

Il avait dit ça doucement, à peine assez pour qu'elle l'entende, mais le silence était si présent, c'était presque dérangeant d'avoir à le briser, mais peut-être que l'on pouvait seulement le fendre doucement d'une parole simple, peut-être est-ce plus agréable. Il la regarda. Elle lui disait quelque chose. Il l'avait déjà vu, c'était sur, ce visage lui laissait un sentiment agréable malgré qu'il ne se souvienne que peu d'elle.

Ils s'étaient déjà rencontrés. Ici même.

_____________________________________________________

1 : Rp dans le dortoir des garçons.

"Le cynisme est la seule réponse raisonnable aux bouffonneries de l'humanité." La Longue Terre - Terry Pratchet
Dialogues : #113F49 / 3e année rp : Ma fiche.

Au clair de la lune

Cela faisait peut-être un quart d'heure qu'elle était là, peut-être plus, peut-être moins. En cette nuit magique, Helen venait de perdre toute notion du temps. Elle était plongée dans son livre et dans la nuit. Son intuition avait été bonne, quelqu'un montait également les escaliers. Elle ne fut même pas inquiétée de savoir si c'était un préfet ou pas. Sa devise était : " Qu'est ce qu'on a à perdre ?", et elle essayait de s'y tenir le plus possible ! Une personne venait de sortir sur la Tour d'Astronomie, elle avait pris une grande inspiration. Inconsciemment, Helen l'avait entendue, mais elle n'y avait pas fait attention. C'était un jeune homme. Il se glissa à coté d'elle, et murmura :

"Magnifique, hein ?"

Helen ne fut même pas surprise, comme si plus rien ne pouvait l'inquiéter. Elle tourna la tête, et se rappela de lui. Isaac. Tour d'Astronomie. Ils s'étaient déjà rencontrés, et la jeune fille pensa que lui aussi devait être en train de penser à ça. Elle coinça une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage derrière son oreille, et sourit au jeune homme à côté d'elle.

"C'est vrai. J'ai l'impression d'avoir déjà vécu cette conversation, pas toi ? Isaac, c'est ça ? Je suis vraiment ravie de te revoir ici."

Le jeune homme lui sourit en retour. Helen referma son livre, puis s'assit par terre, le dos contre le bord de la tour, abritée du vent. La jeune fille prit un élastique sur sa main, et s'attacha sommairement les cheveux en une queue de cheval, mais l'élastique craqua et alla voler Dieu-sait-où. Elle rit, d'un rire cristallin qui eut un merveilleux son dans le silence environnant. Elle fit signe à Isaac de s'asseoir aussi. Après tout, ils avaient toute la nuit pour discuter, alors autant commencer dès maintenant. La Serpentarde se rendit compte que c'était la deuxième fois qu'ils se rencontraient dans ces conditions, alors que dans la salle commune, ou en cours, c'était à peine un petit sourire. Il avait sa vie, ses amis, elle avait les siens. Comme quoi, selon les conditions qui s'offraient à nous, on pouvait mener une sorte de "double vie" envers certaines personnes. Encore un autre charme de la nuit qui s'ouvraient aux deux jeunes gens dans cette Tour d'Astronomie. La Lune brillait sur eux

Serpentarde et fière de l'être !
e p h e m e r

Au clair de la lune

"C'est vrai. J'ai l'impression d'avoir déjà vécu cette conversation, pas toi ? Isaac, c'est ça ? Je suis vraiment ravie de te revoir ici."

Elle s'était souvenue de lui, cela flatta Isaac. Par contre il ne se souvenait plus du tout de son prénom à elle. Il se rappelait qu'elle l'avait compris, ils avaient bien discutés. Ça faisait si longtemps. Il lui répondit que c'était effectivement la même situation, c'est drôle. Elle sourit. Elle rit aussi. Un beau rire. C'était quand la dernière fois qu'il avait entendu un rire pareil déjà ? Il n'entendait habituellement que des rires de blagues, mais les rires de bonheur étaient plus rares tiens. C'était plutôt agréable. Elle lui fit signe de s'asseoir, Isaac ne se fit pas prier, il était un peu fatigué. Enfin, ça s'oubliait vite, l'air était frais, la nuit était belle, tout allait bien.

Isaac ne savait pas quoi dire, il savait qu'elle pensait aussi à la même chose que lui. Que dire pour lancer la conversation, il y avait deux solutions, soit ne pas du tout parler du fait qu'ils s'étaient déjà vus au même endroit, soit foncer en plein dedans. Et puis pourquoi s'embêter de toute façon, autant ne rien dire jusqu'à ce qu'un sujet de discussion arrive naturellement. C'est ce qu'il fit donc.

"Tu te balade souvent la nuit comme ça ?"

Tiens en voilà un de sujet de conversation. Si c'était le cas, peut-être qu'ils pourraient aller faire un tour dans les couloirs un de ces jours, ou ailleurs finalement. Il n'était jamais allé au parc la nuit. Mais vu du haut de la tour ça avait l'air magnifique. Peut-être y aller avec elle. D'ailleurs il avait vu qu'elle lisait. Que pouvait-elle bien lire ? Peut-être trouverait-il enfin une amatrice de fantasy ou de science-fiction ? Il le lui aurait demandé s'il n'avait déjà posé une question. Ça lui arrivait tout le temps, de vouloir dire quelque chose alors qu'une conversation était déjà en cours, il mettait de côté mais finissait souvent par oublier, embêtant. Il reposa sa tête contre le mur pour continuer de voir les étoiles. On voyait toujours les étoiles ici, peut-être un enchantement qui dissipait les nuages pour les cours d'Astronomie ?

"Le cynisme est la seule réponse raisonnable aux bouffonneries de l'humanité." La Longue Terre - Terry Pratchet
Dialogues : #113F49 / 3e année rp : Ma fiche.

Au clair de la lune

Les deux jeunes étaient assis, comme ça, en haut d'une tour au beau milieu de la nuit. Quand on y réfléchissait bien, c'était peut-être le destin. Après tout, ils étaient dans la même maison, alors comment, et pourquoi se faisait-il qu'ils ne se voyaient "vraiment" seulement en haut de cette tour ? Généralement, Helen ne croyait pas au destin. Elle pensait que chacun était libre de choisir de quoi serait fait son lendemain, grâce aux choix qu'il faisait le jour-même.


 "Tu te balades souvent la nuit, comme ça ?", demanda Isaac.

 

La jeune fille ne répondit pas tout de suite. Elle réfléchissait à ce qu'elle allait répondre pour ne pas paraitre complétement folle. Elle pensa *et bien écoute, je fais des insomnies, alors je ne trouve rien de mieux à faire que de me rendre dans cette tour, en plein air, au beau milieu de la nuit... Oui, non, on va éviter*. Elle répondit alors :


"En fait, j'ai pas mal de mal à dormir, alors je monte ici, avec un livre ou même pas. [Silence] Je trouve que cet endroit est magique. Enfin, plus que le reste ! Et, j'ai de la chance, je ne me suis encore jamais faite prendre par un Préfet. Pourtant, je ne suis pas la seule à me balader la nuit, apparemment !"


Elle sourit, et se tourna vers Isaac. Il regardait vers le parc. Elle n'y était jamais allée la nuit. Un jour, elle s'était endormie vers le lac, quand elle était en Première Année. La jeune fille aimait beaucoup le lac aussi. Elle avait grandie vers un lac, en fait, voire dans un lac, tellement elle y passait
du temps. Mais ce n'était pas le moment d'être nostalgique. Elle demanda à son tour au jeune homme :

 
"Et toi, quelle est ton excuse pour être là ce soir ?"

 
A force de s'amuser, la jeune sorcière pensa qu'il devait être vers 4h du matin. Le soleil allait commencer à pointer le bout de son nez d'ici 1 heure. Encore une nuit passée dehors, mais cette fois, elle n'était pas seule. Le reste du temps, quand il n'y avait personne en haut,  elle lisait, à la lueur de sa baguette. Elle avait vu les yeux d'Isaac se poser sur le livre à un moment, mais elle ne se sentait pas de lui expliquer l'histoire de Roméo et Juliette s'il ne la connaissait pas. C'était un de ses livres préféré, qu'elle avait déjà lu à la bibliothèque Moldue de son village où elle habitait avant. Elle avait un réel penchant pour les livres qui parlent d'histoire d'amour. Oui, ça fait "fifille", et elle détestait que
quelqu'un la rabaisse pour ça, mais après tout, elle faisait, et elle lisait ce qu'elle voulait. En y pensant, elle baissa les yeux sur le livre, et s'aperçut qu'il avait disparu. Elle se tourna vers le rebord de la tour, là où elle se rendit compte qu'elle l'avait posé, et elle vit qu'il n'était pas là non plus. Mince. Elle se leva, regarda par-dessus le rebord, et pensa qu'il avait du tomber en bas, dans le parc. *Tiens, il n'y avait pas des balais dans cette Tour ?*, pensa la jeune fille, un sourire espiègle au visage.

Serpentarde et fière de l'être !
e p h e m e r

Au clair de la lune

"En fait, j'ai pas mal de mal à dormir, alors je monte ici, avec un livre ou même pas." Elle laissa un silence. "Je trouve que cet endroit est magique. Enfin, plus que le reste ! Et, j'ai de la chance, je ne me suis encore jamais faite prendre par un Préfet. Pourtant, je ne suis pas la seule à me balader la nuit, apparemment !"

Elle se retourna vers Isaac et sourit.

"Et toi, quelle est ton excuse pour être là ce soir ?"

Bonne question, évidemment qu'il était là juste pour se balader, mais pourquoi prenait-il de son temps de sommeil pour flâner la nuit au mépris du règlement ? Il n'avait pas tant de mal que ça à dormir, juste il trouvait ça plaisant. La nuit est belle, on peut en dire ce que l'on veut, mais on ne peux pas lui enlever sa majesté, sa noblesse et sa beauté. Peut-être est-ce pour ça qu'il arpentait le château à des heures indécentes, pour la beauté ? Pour penser à autre chose ? Non le sommeil et le meilleur des oublis, alors quoi ? Isaac n'en savait pas grand chose finalement, mais ça l’apaisait, alors il continuait et continuerait.

"À vrai dire j'en sais rien." Il sourit aussi pour pas paraître trop froid ou trop philosophique. "Mais tu as raison, c'est magique."

Mais en même temps c'est aussi plus que ça... Il n'arrivait pas vraiment à mettre le doigt dessus, une sorte de sentiment, ou de ressenti, qui... Enfin, à chaque fois qu'il essayait de mettre le doigt dessus, ça lui échappait. Ce n'était pas important de toute façon, ce qui comptait, c'était de contempler.

Et c'est ce qu'il fit : il porta son regard au loin pour... pour voir en fait. Il frissonna, autant par le froid que par tout un tas d'autres sentiments à la vue du ciel, des nuages sombres, du lac profond, de la forêt, du village que l'on pouvait observer si l'on regardait bien, ses petites lumières encore allumées, même à cette heure-ci, et plein d'autres choses.

"Le cynisme est la seule réponse raisonnable aux bouffonneries de l'humanité." La Longue Terre - Terry Pratchet
Dialogues : #113F49 / 3e année rp : Ma fiche.

Au clair de la lune

"A vrai dire je n'en sais rien... Mais tu as raison, c'est magique."

Les paroles d'Isaac se perdirent dans le silence de la nuit. Les deux jeunes contemplaient le ciel, côte à côte, et le soleil qui commençait à apparaitre. Dans quelques heures toute cette magie sera perdue, tout disparaitra, et la journée reprendra le dessus, effaçant cette sensation... Quelle sensation d'ailleurs ? Dans tous les cas, elle sera perdue, jusqu'à une autre nuit, une nouvelle nuit, une nouvelle magie. C'était trop parfait pour se terminer comme ça !
Non. Elle ne pouvait pas laisser se finir les choses comme ça. Soudainement, Helen se tourna vers Isaac, planta ses yeux dans les siens, et lui demanda avec un sourire en coin :

"Tu te souviens des balais qui sont posés contre le mur là-bas ? Je pense que pour clôturer cette merveilleuse nuit, nous devrions utiliser encore un peu de magie... Tu sais voler sur un balai ?"

Helen avait déjà volé sur un balai, plusieurs fois même, et il faut avouer que la sensation était incomparable avec quoi que ce soit d'autre, et, elle adorait voler. En plus, les deux jeunes gens n'auraient pas à redescendre tous les escaliers qu'ils avaient gravis pour retourner dans leur dortoir. Et puis, vu l'heure qu'il devait être, aucun professeur n'était encore réveillé, donc aucun risque de se faire prendre à voler autour du château. 
Tout en pensant, un sourire merveilleux de dessinait sur les lèvres de la jeune fille. C'étaient ces petits moments de bonheur qui faisaient que la vie valait la peine d'être vécue, et elle savait qu'un de ces moments allait justement arriver dans quelques minutes. 

Serpentarde et fière de l'être !
e p h e m e r

Au clair de la lune

La jeune fille montra du doigt les balais, ils étaient au même endroit que l'année précédente. Elle lui demanda s'il savait voler sur un de celà. Évidemment qu'Isaac savait voler sur un balai, il avait quand même été dans l'équipe de Serpentard. Pourtant il hésitait, bien qu'il ait très envie de s'envoler dans la nuit en compagnie de cette fille qui le comprenait si bien, il savait pertinemment que si on les voyait ils risqueraient gros. Plus gros en tout cas que de ce balader dans les couloirs après le couvre-feu. Mais bon, il était jeune, il avait la vie devant soi, une occasion comme celle-la ne se représenterait jamais, il était obligé de la saisir.

"Évidemment que je sais voler sur un balai, tu me prends pour qui !" dit-il avec un grand sourire.

Il s'approcha des balais et en pris deux. Il en lança un à la serpentard et, sans se préoccuper de si elle l'avait attrapé, il enfourcha le sien. Il tapa du pied par terre et se prépara à décoller... Mais rien. Il tapa du pied à nouveau, avec plus de force, mais rien ne se passa non-plus. Il jeta un coup d'œil gêné à la fille, puis retenta une dernière fois, sans succès. 

"Hmm, tu vas rire, je pense que ce sont soit de simples balais pour entretenir le sol, mais ça n'aurait pas de sens, ou alors ils ont perdu leur pouvoirs magiques."

Isaac ne voulait même pas envisager la possibilité qu'il se soit seulement lamentablement raté sur le démarrage d'un balai.

"Le cynisme est la seule réponse raisonnable aux bouffonneries de l'humanité." La Longue Terre - Terry Pratchet
Dialogues : #113F49 / 3e année rp : Ma fiche.