Astronomie

Inscription
Connexion

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

Antony n'arrivait pas à dormir... Encore une fois ! Décidément cette école ne le réussissait pas niveau sommeil. Sauf que cette fois ce n'était pas en début de matinée mais en plein milieu de la nuit ! Antony remua dans tous les sens, changea mille fois de position... Rien à faire, et puis il avait trop chaud dans ces draps ! Il se dégagea des ses couvertures et décida de sortir du dortoir. En pyjama, il arriva dans le salon vide. Pas un bruit... pas un chat... Par les fenêtres verdâtres, on pouvait apercevoir l'ombre des animaux qui nageaient dans le lac. *Eux non plus n'ont pas l'air de dormir* pensa Antony.

Il resta là un moment, il ne sait pas trop combien de temps, à contempler les formes passer, les coudes appuyés sur une table, tenant sa tête fatiguée, . La marque de la table finît même par s'imprimer sur ses bras.
*Et si je me faisais une balade nocturne ?* songea Antony.
Il avait entendu dire que depuis la tour d'astronomie, on avait une vue magnifique du ciel. En plus de ça ces derniers jours, les nuits étaient d'une clarté rare, et la lune était presque pleine.
*Parfait...* Antony mettait déjà son plant en place pour arriver la bas. D'abord, il ne faudrait pas faire de bruit. La nuit, les élèves sont interdits hors de leur dortoir, et Rusard, le concierge, veillait au grain. Antony monta donc dans sa chambre et enfila une paire de chaussettes ainsi que ses chaussures les plus silencieuse. Il devait bien exister un sort pour éviter de faire du bruit, ou même de devenir invisible, ou même pour se téléporter ! Mais Antony n'en connaissait aucun. Il sortit donc de la salle commune, à pied, et le plus discrètement possible... Il passa la tête par l'ouverture, et vérifia chaque côté du couloir. Rien. Parfait c'était le moment. À pas feutrés, Antony marcha vers les escaliers pour remonter des sous-sols. Il y arriva finalement sans encombre. Il les monta jusqu'au rez de chaussé et commença à se diriger vers la tour d'astronomie. Tout à coup, des bruits de pas lui glacèrent le sang. Ça venait de la d'où il venait lui ! Vite il fallait accélérer le pas ! Ça devait être Rusard ! Au détour d'un virage il n'entendit plus les bruits de pas. Il avait dut s'arrêter quelque part, ou s'éloigner. En tout cas Antony semblait l'avoir semé.

*Bon au moins il ne sera pas sur notre route à présent, on peut avancer plus tranquillement* se rassura Antony.

Il poursuivit donc son chemin, jusqu'à la salle d'astronomie dont on lui avait parlé. Elle n'était pas si difficile à trouver, puisqu'elle se situait tout en haut de la tour homonyme.

Etrangement, la salle était ouvert. Mais lorsque Antony l'ouvrit un sceau tomba de la porte et faillit assommer Antony ! Il lui atterrit droit sur l'épaule, lui arrachant un cri étouffé. Et quel vacarme le sceau causa en retombant au sol ! Antony le saisit le plus rapidement possible pour éviter plus de bruit encore, tandis qu'il roulait au sol. Peeves...  !
*Pourvu que personne ne m'ait entendu... Pourvu que personne ne m'ait entendu... !* Se suppliait le garçon.

Il se rassura en n'entendant aucun bruit de pas, et referma vite la porte derrière lui, comme si celle-ci avait toujours été fermée. Il se retourna enfin vers l'intérieur de la salle d'astronomie.
Celle-ci possédait un immense trou dans le mur, par lequel filtrait la blanche lumière lunaire. C'était une forme... de magie... une magie visuelle cette fois-ci. Un gigantesque télescope était braqué vers cette "fenêtre" afin de pouvoir admirer les étoiles. Antony prit donc les escaliers métalliques et monta sur le "promontoire" où se trouvait le télescope. Quel ciel magnifique ! Le ciel brillait de mille feux !

"On a pas ça comme ciel, avec toutes nos lumières chez les moldus" murmura-t-il pour lui même.

Il repensa à ses parents à qui il devait manquer. Eux aussi admiraient peut être le ciel, mais ça étonnerait Antony. Ces parents ne prenaient pas le temps pour ça. Pourtant ils devraient, Antony s'en rendait compte à présent. Ils manquaient quelque chose. Il croisa les bras sous sa tête, allongé sur le dos et profita de la vue. Ses yeux allait d'une étoile à l'autre, d'une étincelle à une autre.
Soudain il entendit un craquement de plancher derrière lui et se redressa pour faire face à la cause du bruit.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

Amaëlle adorait son dortoir… mais elle n'arrivait pas à dormir et ne voulait pas gêner ses camarades. Alors elle en était sortit.

La nuit le petit salon était vraiment très beau. Calme, les créatures marines qui ondulaient doucement dans la lumière de la lune lui donnait un côté irréel.
Elle s'était assise sur le sol, dos à un canapé, dans un recoin, et elle était restée là, à observer les créatures du lac et les ombres mouvantes qui dansaient sur les murs. C'était apaisant.

Elle avait du finir par s'endormir car un bruit la réveilla : quelqu'un descendait l'escalier de son dortoir.
Elle aurait bien aimé se cacher mais elle voyait déjà sa silhouette dans l'encadrement de la porte, c'était trop tard. Alors elle s'était faite toute petite et avait essayé de prendre une respiration inaudible.
La silhouette ne l'avait pas vu. Elle s'assit non loin et s’accouda à la table pendant un long moment qui paru interminable à la petite sorcière avant de se décider à retourner dans son dortoir.

La petite fille décida de faire de même. Elle attendit donc quelques instants puis se leva et se dirigea vers son dortoir. Elle n'eut pas le temps de sortir du salon que déjà un bruit de porte se fit entendre : la silhouette revenait. S’aplatissant sur le mur elle tenta de ne pas se faire remarquer tout en l'observant. Elle la reconnut enfin : c'était un garçon de première année qui s'appelait Antony et avec lequel elle avait déjà échangé quelques mots.

Quoique soit la raison pour laquelle il redescendait il avait l'air plutôt déterminé. En effet il se dirigea directement et d'un pas sûr vers la porte et sortit, refermant doucement la porte derrière lui, dans les sous sols. Où allait-il ? Que voulait-il faire ? Amaëlle se le demandait bien… et étant de nature curieuse elle fit se que n'importe qui aurait fait : elle décida de le suivre.

Le garçon avait l'air de vouloir monter. Il pris les escaliers menant au grand Hall et arrivé là bas il continua à monter vers les étages.
Les petits pieds d'Amaëlle ne faisaient aucun bruit. Petite elle déambulait souvent chez elle de nuit et elle avait appris à être silencieuse depuis des années. Pourtant elle n'était pas infaillible, et lorsqu'elle marcha sur une punaise elle retint de justesse un cri de douleur et de surprise mais ne put s’empêcher de faire du bruit. Antony l'entendit et se mit à courir.

Le temps qu'elle s'en rende compte le garçon avait disparu et elle était désormais seule dans le couloir. Amaëlle frissonna : ça n'était peut être pas la première fois qu'elle se perdait dans les couloirs de Poudlard mais c'était la première fois qu'elle le faisait de nuit… et si elle ne retrouvait pas son chemin elle ne trouverait personne pour la raccompagner gentiment.


« Fichue curiosité… Je te préviens Antony : si je me prend une retenue avec Rusard je t'en tiendrais pour responsable! » murmura t-elle.

Elle regarda à droite, à gauche… tout lui semblait identique. Le sol était glacé. Elle avait peur.
Si elle s'était perdue dans les sous-sols encore... cela ne l'aurait pas dérangé, mais les couloirs sentaient le Griffondor et semblaient lui murmurer
« Fais un pas pour voir et nous te perdrons... »
Elle fit pourtant quelques pas au hasard, cherchant les escaliers, lorsqu'un grand bruit retentit au loin, comme un écho qui se répercute.
Ce devait être Antony, elle en était sûre. Courant aussi vite qu'elle le pouvait vers l'origine du bruit, essayant d'arriver à sa source avant que l'écho ne se taise. C'est ainsi qu'elle arriva à l'entrée de la tour d'Astronomie.


Un seau était renversé sur le sol et la porte était fermée, néanmoins elle était certaine que le garçon qu'elle suivait était ici. Délicatement elle tenta d'ouvrir la poignée… c'était ouvert !
Le soulagement la gagna soudain : si le garçon était là elle n'était plus toute seule.

Fermant la porte derrière elle elle se glissa comme une ombre sur le parquet de la tour. Elle n'était jamais venue ici de nuit… et s'en était à couper le souffle. Pourquoi leur était-il interdit de voir ce spectacle ? Ayant presque oublié sa filature elle observait, émerveillée, la lumière des étoiles qui entrait dans la pièce.
Soudain un murmure rompit le silence, il venait d'encore au dessus. Avisant les escaliers métalliques qui trônaient au centre de la pièce elle commença à monter… Amaëlle avait l'impression de se rapprocher du ciel.

Et elle le retrouva enfin : il était là, couché à même le sol, observant le ciel d'un air rêveur. La petite sorcière se glissa derrière une poutre et observa cachée dans l'ombre le merveilleux paysage que lui offrait le ciel. *Il faudra qu'un jour je pense à remercier Antony pour ce beau cadeau involontaire...*


Malheureusement pour elle il était tard et son petit corps commençait à fatigué, rester debout n'était pas dans ses options, son corps s'engourdissait doucement. Sentant la crampe arriver elle se décida à bouger… et le parquet émis un bruit sinistre *Et mince… je suis sûre que c'est vivant le parquet… ça ne grince que quand c'est la dernière chose que l'on voudrait...*

Évidemment maintenant Antony s'était redressé et regardait d'un air inquiet dans sa direction…
Il fallait bien qu'elle sorte de sa cachette non ?
Glissant un pied devant la poutre elle finit par se dévoiler entièrement.


« Désolée… Je… J'étais dans la salle commune et… je t'ai vu sortir »

Le garçon la regardait encore. *En même temps qu'est ce que tu veux qu'il fasse d'autre ! Il est tranquillement en train de regarder les étoiles et toi tu débarques de nulle part !… En plus si ça se trouve dans le noir il voit même pas qui tu es...*
La petite rougissait doucement : si c'était pas honteux de se faire attraper en pleine filature ! En plus elle détestait qu'on la regarde et le garçon ici présent ne faisait pour l'instant que ça… *Bon OK…c'est normal...*


« Je… Tu… Fais comme si je n'étais pas là hein… je… vais retourner dans la salle commune... »


Et soudain se rappelant ce qu'elle s'était dit quelques instants plus tôt elle ajouta :

« Au fait… Merci de m'avoir montré ça »
dit-elle en levant les yeux vers les étoiles.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

Dans l'ombre, il lui semblait apercevoir quelqu'un assis derrière un poutre, mais il n'en était pas bien sûr... Qui pouvait bien être là si tard ? Bon d'accord lui... Mais... Enfin... Il n'avait pas réussis à trouver le sommeil lui ! Enfin, un pied sortit de l'ombre, dépassant dans la lumière lunaire. Puis ce fut toute la jambe, et finalement, une petite fille, une première année visiblement, tout comme Antony, qui sortit de sa cachette... :

Désolée… Je… J'étais dans la salle commune et… je t'ai vu sortir"

*Sortir de la salle commune ? C'est une Serpentard ? Mais depuis quand elle me suit elle ??* s'interrogea Antony.

Elle se mît alors à rougir légèrement, Antony pût le percevoir dans la lumière bleutée de la nuit. En même temps elle venait de se faire attraper la main dans le sac... Elle l'avait suivit tout du long... Si ça ce trouve, ce n'était pas Rusard mais bien elle qu'il avait entendu plus tôt, et qu'il avait tenté de semer !

"Je… Tu… Fais comme si je n'étais pas là hein… je… vais retourner dans la salle commune..."

*Comme si elle n'était pas là ?? Mais elle vient de casser mon moment de solitude là !* s'énerva-t-il intérieurement... *Bon pas grave... Au pire c'est foutu... Et puis je peux bien partager le ciel avec quelqu'un d'autre...*

Antony ne s'exprimait pas avec lui même comme il s'exprimait en publique. Cela était dut à son extrême timidité, qui n'était pas ressortit... jusqu'ici.

"Au fait… Merci de m'avoir montré ça" murmura alors la fille, levant les yeux vers les étoiles...

Elle paraissait toute timide la pauvre, et la situation mal à l'aise dans laquelle Antony la mettait le fit rougir lui aussi, prenant alors pleinement conscience de la situation...

"Ho heu... Ce n'est rien..." dit il simplement. "Mais tu peux rester si tu veux ! Tu peux monter ici avec moi... On voit mieux les étoiles d'ici... Tu pourrais t'allonger à côté de moi..."

Il prit soudain conscience des propos qu'il tenait et que cette jeune fille pourrait s'imaginer qu'il était en train de la draguer...

"Enfin je veux dire... ! Pour observer les étoiles bien sûr ... !" se reprit il, faisant de grand gestes de ses mains, les joues toutes empourprées...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

Si sa soudaine présence avait eu l'air de l'agacer, la dernière phrase d'Amaëlle sembla adoucir le garçonnet.
Lorsque la jeune sorcière baissa les yeux de sa contemplation stellaire elle put s’apercevoir à la lueur de la lune que les joues d'Antony avaient pris une teinte rosée. Se sentait-il coupable ? *Et bien ça alors... il me surprend en train de le suivre et c'est lui qui a honte... Mais peut être est-il honteux de s'être fait voir ici... je devrais partir*
La fillette allait esquisser un pas en arrière lorsque le jeune sorcier la retint :


« Ho heu... Ce n'est rien... Mais tu peux rester si tu veux ! Tu peux monter ici avec moi... On voit mieux les étoiles d'ici... Tu pourrais t'allonger à côté de moi... »

Un petit soupir de soulagement franchit les lèvres de la jeune sorcière. Nul doute qu'Amaëlle lui fut reconnaissante de cette proposition. Elle se voyait mal faire le chemin en sens inverse toute seule.
Mais voilà que devant elle le jeune vert était pris d'une frénésie étrange. Rouge comme une pivoine il faisait de grands moulinets avec les bras en bredouillant. *Allons bon... qu'est qui lui arrive ?...*
Elle était en train d'hésiter à lui demander ce qui lui arrivait lorsqu'il réussi enfin à sortir une phrase cohérente avec verbe sujet complément.


« Enfin je veux dire... ! Pour observer les étoiles bien sûr ... ! »


Ça elle l'avait déjà comprit... décidément Antony était un garçon étrange. Que voulait-il qu'elle fasse d'autre ? Replier ses chaussettes ?
Observer les hydres volants d'Amérique Centrale ? Néanmoins elle décida de ne pas relever l'absurdité de la phrase et de la prendre avec ironie. Aussi prit-elle une petite voix timide et un léger sourire aux lèvres elle demanda :

« Tu es sûr ?... Seulement pour regarder les étoiles ?... Par exemple je n'ai pas le droit de regarder... la lune ? les arbres ? ou le lac ? »

Jetant un autre coup d'oeil au ciel elle se décida enfin à avancer vers Antony. Arrivée tout en haut, juste à côté de lui, elle s'assit, tentan de réprimer un léger frisson. La jeune fille avait le vertige, et si ce grand vide qui s'étalait sous elle à la lueur bleuté de la nuit l'émerveillait il lui faisait aussi peur. Elle avait comme l'impression qu'il voulait l'aspirer... mais ça le jeune sorcier n'était pas obligé de le savoir.

Elle releva la tête vers les étoiles, vers l'immensité, le vide, l'espace. Là, tout en haut de la tour d'Astronomie, elle avait l'impression d'être une petite fourmis.

« Tu sais ce que sont les étoiles ? Moi je le sais mais je crois que je préfère croire à autre chose. Il y a des centaines de légendes sur les elles. Ma préférée c'est celle qui dit que les étoiles sont les reflets de toutes les larmes que l'on a put verser, de joie comme de tristesse. Ce sont toutes ces petites perles d'émotion, tout ce qui fait que la vie est celle que nous avons, qui montent au ciel et qui nous regardent. »

Puis sortant de sa rêverie elle reconsidéra Antony et lui demanda :


« Tu viens souvent ici ? »

Même le plus petit serpent a du venin (si si)

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

La jeune fille semblait tout aussi timide que lui... Aussi, dans un petit sourire, elle lui répondit :

"Tu es sûr ?... Seulement pour regarder les étoiles ?... Par exemple je n'ai pas le droit de regarder... la lune ? les arbres ? ou le lac ?"

*Comment ça ? Mais si on vient ici quel intérêt ?*


Antony ne comprenait pas trop comment résonnait cette fille... À quoi bon venir ici si ce n'est pas pour admirer les étoiles ou la lune... ? Les arbres et le lac elle n'avait qu'à se prom... Ha... ! Elle était ironique ! Antony avait saisit à présent ! Ça se lisait peut être son son visage... Ses joues s'empourprèrent de plus belle...

La jeune fille se décida enfin à monter les marches de l'estrade de fer, pour venir rejoindre Antony... Il n'allait pas la manger tout de même !

Elle s'assit à côté de lui, dans un petit frisson qui se transmit à Antony, qui en frissonna lui aussi... Il faut dire qu'avec un tel "toit ouvrant" il ne faisait pas bien chaud dans la tour d'Astronomie...
Quel ciel bleu magnifique tout de même... Contempler les étoiles... C'était comme une maladie... Une fois attrapée on ne s'en débarrasse pas, et on n'arrête pas de les regarder...


"Tu sais ce que sont les étoiles ?" demanda subitement la jeune Serpentard. "Moi je le sais mais je crois que je préfère croire à autre chose. Il y a des centaines de légendes sur les elles. Ma préférée c'est celle qui dit que les étoiles sont les reflets de toutes les larmes que l'on a put verser, de joie comme de tristesse. Ce sont toutes ces petites perles d'émotion, tout ce qui fait que la vie est celle que nous avons, qui montent au ciel et qui nous regardent."

Antony trouva cela assez juste... :

"C'est beau ce que tu dis..." murmura-t-il comme pour lui même...

Il se rallongea alors sur le dos, tandis qu'elle lui demanda :

"Tu viens souvent ici ?"

Antony soupira de plaisir devant ce ciel et ses étoiles scintillantes... Et répondit ... :

"Non... pas souvent... C'est la première fois même... Et je peux dire que je ne suis pas déçu... Dans ma ville, à Bath, j'adorais m'allonger dans le champ à côté de notre maison, et observer les étoiles dans la nuit... Mais ce soir elles sont particulièrement belles avec cette petite lumière de la lune..."

Antony prit une pause... Autre soupire... Puis il réalisa :

"Je ne me suis pas présenté ! Moi c'est Antony... On s'est vu en cours. Toi c'est Amaëlle c'est ça ?"

La jeune fille était toujours assise, à côté de lui, tandis qu'il était allongée. Tout à coup une lumière passa sous les yeux d'Antony !

"Regarde une étoile filante ! Vite fait un vœu !" s'ecria-t-il, pointant la lumière de son index.

Il se rendit alors compte que ce n'était qu'un insecte...
"Ha non c'est qu'un vers luisant... Bha t'auras quand même un demi-vœu" s'amusa-t-il a dire, dans un de ses sourires honnêtes et heureux.

L'insecte traversa alors l'immense fenêtre dans le plafond et vint se poser sur le doigt d'Antony...

"Ho tu as vu ! Ça chatouille..."

Amaëlle tourna la tête pour voir le vers. Lorsque celui ci décolla doucement du doigt du garçon et virevolta autour d'Amaëlle, avant de se poser doucement sur son nez...

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

Après ses paroles Antony s'allongea sur le sol, les yeux perdus quelque part dans l'immensité du ciel. Après un léger silence il soupira d'aise et finit par répondre à sa question tranquillement, sur le ton de ceux qui rêvent doucement à autre chose en même temps qu'ils parlent.

« Non... pas souvent... C'est la première fois même... Et je peux dire que je ne suis pas déçu... Dans ma ville, à Bath, j'adorais m'allonger dans le champ à côté de notre maison, et observer les étoiles dans la nuit... Mais ce soir elles sont particulièrement belles avec cette petite lumière de la lune... »

Sa phrase s'acheva au milieu d'une respiration tranquille. Le silence recommençait à les entourer. Habituellement Amaëlle détestait les silences. Ou plutôt elle détestait les silences lourds qui s'installaient au détour d'une conversation, pendant lequel les protagonistes cherchaient désespérément quelque chose à dire. Mais ce silence là n'était pas désagréable : c'était un silence qui la berçait doucement, un silence évident, qui se contentait à lui même.

Après un autre soupir Antony sembla se rappeler d'une chose et dit :

« Je ne me suis pas présenté ! Moi c'est Antony... On s'est vu en cours. Toi c'est Amaëlle c'est ça ? »

Amaëlle souffla un petit ''oui c'est ça'' et après un petit temps décida de s'allonger aussi, parce qu'elle commençait à avoir mal à la nuque à regarder le ciel assise, la tête renversée en arrière.
A côté de lui Antony s'agita, son doigt fusant vers un point dans le ciel.


« Regarde une étoile filante ! Vite fait un vœu ! »

La jeune sorcière était déçue, elle ne l'avait pas vu. Néanmoins, aussi curieux que cela puisse paraître, Antony gardait le doigt pointé, comme si l'étoile filante n'avait pas bougé…
*Euh… il sait ce que c'est une étoile filante* Le jeune garçon se rendit toutefois très vite de sa méprise.

« Ha non c'est qu'un vers luisant... Bha t'auras quand même un demi-vœu. »


À ces mots la jeune sorcière ne put s'empêcher de lâcher un petit rire. Suivant la direction que le doigt d'Antony montrait elle finit par apercevoir le petit vers luisant dont parlait le Serpentard. Celui ci était d'ailleurs en train de descendre doucement, comme s'il avait entendu que l'on parlait de lui. Il alla jusqu'à se poser délicatement sur le doigt tendu d'Antony.

« Ho tu as vu ! Ça chatouille... »

Amusée la verte tourna la tête vers Antony. Il avait un grand sourire enfantin sur les lèvres. Le petit vers luisant posé sur le bout de son doigt pointé sur le ciel donnait un peu l'impression que le garçon venait de cueillir une étoile. * Non bien sûr que je ne vois pas… c'est toi qui l'a sur le doigt* pensa t-elle en souriant. Mais à peine pensait-elle cela que le petit insecte se détacha du garçon pour se mettre à virevolter pour enfin se poser sur son nez.
Fronçant le nez la petite fille émit un petit rire et garda le silence un instant.


« C'est vrai que ça chatouille… en fait j'ai l'impression d'être un rêne du Père Noël… tu sais celui qui a le nez qui brille ? »

L'insecte resta encore quelques secondes dur le bout de son nez avant de se remettre à tournoyer autour d'eux. Replongeant son regard sur le ciel la verte murmura :

« Moi aussi c'est la première fois que je viens… mais je suis en train de me dire que je regrette l'arrêt de l'astronomie… c'était le seul moyen de venir légalement ici ! 
Au fait tu n'as pas peur de... »


Amaëlle s'interrompit soudain et se redressa lentement. Il lui avait semblé entendre un bruit… un peu comme une porte qui grince.

« Antony » chuchota t-elle « Je… dis moi que j'ai rêvé… c'est juste que je suis un peu paranoïaque ce bruit… n'est ce pas ? »

Même le plus petit serpent a du venin (si si)

Poussière d'étoile à pas de loup  PV Amaëlle 

R RPG Amaëlle

Amaëlle sourît, tandis que le petit insecte se complaisait sur son nouveau petit perchoir. La jeune fille faisait apparemment un parfait "repose pattes" pour la petite bête. Le moindre geste, ou le moindre souffle de la part de la Serpentarde aurait normalement dû faire s'envoler l'insecte, mais, sans peur, il fixait Amaëlle dans le blanc des yeux, comme s'il fut, par magie, doué de la même volonté qu'un Humain...

"C'est vrai que ça chatouille… en fait j'ai l'impression d'être un rêne du Père Noël… tu sais celui qui a le nez qui brille ?"

*Un rêne du père Noël... Hmm*
Antony, fermant quelques secondes les yeux de fatigue, esquissa un sourire, elle était assez amusante cette Amaëlle décidément, et plutôt inspirée dans ses propos ! *En tous cas elle a l'air vraiment sympa...* les yeux toujours fermé, Antony leva la tête au plafond, soulageant son cou. Il se serait bien manger quelques sucreries devant ce merveille spectacle astrale... Une fondant du Chaudron n'aurait pas été de refus... Ou même quelques Patacitrouilles qui lui restait... Malheureusement il avait laissé son sac dans la salle commune... Et puis il fallait dire aussi que le dernier Dragées Surprise de Bertie Crochue lui avait laissé un mauvais souvenir... Un souvenir de sardine...

"Moi aussi c'est la première fois que je viens…" continua alors Amaëlle. Mais je suis en train de me dire que je regrette l'arrêt de l'astronomie… c'était le seul moyen de venir légalement ici !
Au fait tu n'as pas peur de..."


Antony sursauta soudain ! Un bruit venait de retentir, un faible grincement. D'où provenait il ? Antony avait ouvert les yeux, prêt à dégainer sa baguette magique, et s'était tourné vers Amaëlle, tandis que son cœur battait la chamade... Sa camarade s'était interrompue et redressée lentement... Antony allait lui demander tout bas si elle aussi avait entendu le bruit, lorsqu'elle le devança... :

"Antony" murmura-t-elle... "Je… dis moi que j'ai rêvé… c'est juste que je suis un peu paranoïaque ce bruit… n'est ce pas ?"

Antony et elle croisèrent leurs regards... Elle paraissait aussi angoissée que lui... Sans parler qu'ils étaient exposés ! Assis ainsi en hauteur, bien en vue, à la lumière de clair de lune.

Antony, sans un mot, se plaqua alors au sol, et intima Amaëlle, d'un bref geste de main, d'en faire de même...
Il se traina alors au bout de la mezzanine de fer, sans un bruit et laissa dépasser sa tignasse blonde...

Ce qu'il vit le terrifia... Miss Teigne ! Que faisait elle là !

La chatte de Rusard ! S'ils se faisaient prendre... Brrrrr... Antony ne préférait même pas imaginer ce que le vieil homme pourrait leur faire subir... Ou pire... Si c'était un professeur qui les prenait... Antony ne préférait pas savoir ce que Miss Grayce lui réserverait comme surprise...
Heureusement Miss Teigne ne les voyait pas... Elle s'était dirige vers la droite de la pièce... Elle se doutait visiblement que quelqu'un rôdait, tout proche d'elle... Antony en profita pour prendre la main d'Amaëlle, tourna doucement la tête vers elle et de son autre main, déposa son index sur ses lèvres afin de lui faire comprendre qu'il ne fallait surtout pas faire un bruit...

Le plus silencieusement du monde, il se tourna en rampant vers la cage d'escalier de la mezzanine, celle à l'opposé de la pièce par rapport au chat, et entraîna Amaëlle avec lui...
Elle semblait le suivre sans rechigner...
Antony commença alors sa longue et silencieuse descente vers le bas des escaliers... Heureusement que les escaliers n'étaient pas en bois, mais en métal, sinon ils auraient sûrement grincé, au plus grand malheur du garçon et de sa complice de veillée... Il esquissa presque malgré lui un sourire... Toute cette adrénaline lui rappelait ses escapades avec Ysalyne...

Un œil toujours fixé sur Miss Teigne, il observa la chatte parcourir l'autre moitié de la pièce, humant l'air à la recherche de la moindre trace d'élève à châtier...

C'est à ce moment là qu'Antony arriva enfin au sol de la pièce... Commença alors le moment délicat, celui où le plancher allait grincer...
Heureusement à présent, ils n'étaient plus éclairés par la lune... Le jeune blond se tourna vers son amie, elle était bien moins apeurée que lui apparemment... ! Cela le rassura tout de même... Elle n'avait pas son regard terrifié à lui...
Antony se remit à ramper doucement vers la sortie, les yeux à demi-fermés, priant pour ne pas se faire repérer par le chat, et surtout ne pas tomber nez à nez avec Rusard, sur le pas de la porte...

Il tenait toujours Amaëlle par la main... Il n'avait plus le temps de se tourner vers elle cependant... Il fallait à tout prix sortir de cette salle le plus vite possible... La porte était toujours ouverte... Ils y étaient presque... Ils allaient y arriver... Sans le moindre bruit...

La sortie lui tendait les bras... Ça y est... Il avait passé le seuil de la porte... Il se redressa doucement... se tourna vers Amaëlle qui passait elle aussi le seuil, et commença doucement à fermer la porte... Lorsqu'il se rappela soudain qu'elle allait grincer ! Il interrompit immédiatement son geste, et se tourna à nouveau vers Amaëlle, répétant son mouvement, plaquant son index sur ses lèvres... Sans un son, il articula simplement "Pas un bruit..."

Il se tourna alors vers l'escalier en colimaçon de la tour d'astronomie et en entama la descente... Visiblement, Miss Teigne ne les avait pas vue, étant donné qu'elle ne les avait pas suivit...

Toujours aussi inquiet de se faire prendre par Rusard, les deux enfants réussirent finalement à se rendre discrètement dans les sous-sols de Poudlard, jusque dans leur salle commune, sains et saufs, sans s'être fait prendre pas le concierge, dénoncer par un tableau noctambule, ou repérer par leur camarades ou préfète Caroline Purelune... Antony ne voulait se faire tourmenter une fois de plus par cette dernière...

Quelle dose d'adrénaline ! Maintenant qu'il était à l'abri de tout ennui, Antony pu apprécier cette petite escapade dont il rigolerait finalement encore bien des semaines, des mois plus tard... Quelques Chocogrenouilles n'auraient même pas été de refus s'il n'était pas aussi épuisé de fatigue... En tout cas... Les deux jeunes sorciers partageaient à présent un petit secret...


Fin du RPG


Reducio
En souligné donc les mots « Magie, Baguette, Poudlard, Sorcier, Tableau » ; « Chocogrenouille, Patacitrouille, Fondant du Chaudron, Dragées Surprise de Bertie Crochue » ainsi que cinq prénoms de personnes de ML

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.