Astronomie

Inscription
Connexion

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Ennui. Voilà qui qualifiait le mieux l'état d'esprit d'Elina ce jour là. Sa nouvelle charge de préfète lui donnait du travail mais quand elle arrivait au bout de sa tâche, elle se trouvait désoeuvrée. Elle détestait l'inaction et quand elle ne savait plus quoi faire, il lui venait les idées les plus farfelues. Mais cela devenait vraiment inquiétant quand elle commençait à ricaner toute seule avec un sourire sardonique. Ce jour, là, rien n'était venu la tirer de ses réflexions et celles-ci avaient commencées à prendre sérieusement forme. Elle se souvenait de l'après-midi qu'elle avait passé avec Caroline, une Serpentarde, et elle devait bien reconnaître qu'elle n'avait pas souvent eu l'occasion de s'amuser autant. Non qu'elle ne connaisse pas de moment heureux à Poudlard, loin de là mais elle atteignait rarement un tel niveau d'euphorie. De quoi lui donner envie de faire des farces. Pour la plupart des gens, Elina était juste un digne membre de la maison Poufsouffle mais ceux qui la connaissaient mieux avaient appris à se méfier de ses voltes faces. Quand elle était d'humeur à jouer les Serpentard, mieux valait ne pas être sa cible. A moins de ne pas avoir peur d'être confronté à des farces plus ou moins douteuses.

Il ne lui avait pas fallut bien longtemps pour céder à son côté obscure, tout plutôt que l'ennui. Elle n'avait croisé personne dans les couloirs du château. A croire que tout ses habitants savait qu'elle préparait quelque chose. Elle se retourna même plusieurs fois pour s'assurer qu'elle n'était pas surveillée par miss Teigne, celle-ci avait un dont pour sentir les élèves d'humeur farceuse. Pour son plan, elle n'avait besoin que de son imagination et de sa baguette magique. Mais pour sa préparation, elle avait aussi besoin de Jauc, son hibou. Elle commencerait donc par monter à la volière où celui-ci devait goûter à un repos bien mérité. A part ce fameux après-midi avec Caroline, elle n'avait pas montré cette facette là de sa personnalité depuis qu'elle était à Poudlard. Même les autres élèves de sa maison n'en savaient rien, mais aujourd'hui elle allait faire une exception. De nouveaux premières années avaient rejoint leur maison et elle profita du temps qu'elle mis à gagner la volière pour choisir qui serait l'heureux ou heureuse élu(e). Elle avait jeté son dévolu sur les premières années pour la simple et bonne raison qu'ils n'avaient aucune chance de reconnaître son hibou.

Quelques minutes plus tard, Jauc s'envolait une lettre dans le bec. Et Elina, d'humeur plus joyeuse, regagnait quand à elle le point de rendez-vous presque en sautillant. Elle n'avait pas beaucoup de temps et avait besoin de faire quelques préparatifs avant l'arrivée de son « invité ». Le temps que Jauc délivre sa lettre, elle serait déjà en place. Quelques coups de baguette, un peu d'huile de coude et personne n'aurait pu dire ce qu'elle avait fait ni même qu'elle se trouvait là. Elle attendait maintenant avec impatience que le jeune Poufsouffle arrive.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Andrew était dehors, allongé près d'un petit buisson qu'il s'amusait à observer. *Comment font les petits insectes pour se laisser aussi facilement prendre au piège par les toiles d'araignée ?* pensait le jeune Poufsouffle. Était-ce possible de ne pas sentir l'arnaque venir ? Andrew, lui pensait que personne ne l'aurait pris à un tel piège s'il avait été insecte. Sa naïveté était grande ma sa stupidité inexistante. Chaque jour il s'énervait face aux petits moucherons qui en masse venaient se coller sur le fil blanc de madame l’octopode. Mais il le savait, il ne fallait pas agir sur une telle tuerie, car elle résultait de la loi forte de la nature. Malgré cette réflexion, quelque fois il ne pouvait s'empêcher de libérer la petite mouche avant qu'elle ne fût mangé. Le jeune jaune et noir était incapable de faire mal à une mouche. D'un franc pacifisme, il mourrait à voir ces petits êtres se faire engloutir. Mais c'était ainsi. Aujourd'hui Andrew avait sauvé une petite coccinelle ; mais pour le bien de tous. Il savait que si l’araignée qu'il avait surnommé Martine mangeait la coccinelle, Martine et elle mourraient
Reducio
en effet, la coccinelle est mortellement toxique.
ce qui serait désastreux. Andrew regagnait donc la Grande Salle pour l'arrivée du courrier - qu'il se savait inexistant - le cœur léger et satisfait. Une fois la pair de portes lourdes franchie, Andrew posa son séant prêt de sa nouvelle camarade de maison Sakura. Il ne se parlèrent pas mais ensemble ils s’émerveillèrent de l'arrivée des volatiles dans la pièce soudainement silencieuse. Comme à chaque fois les yeux d'Andrew brillaient, mais cette fois-ci, ses yeux furent surpris de voir tomber dans son assiette un parchemin. Andrew mit quelques secondes à réagir et s'empara du papier, le déroula et entreprit sa lecture tout en remerciant l'oiseau qui s'en était allé.

Monsieur Andrew Pailow,

Je vous pris de bien vouloir me rejoindre en haut de la tour d'Astronomie au plus vite.
Il faut que je m'entretienne avec vous d'un sujet de la plus haute importance.


Un sujet de la plus haute importance ! Le jeune élève fut bien surpris de recevoir tel demande et relut plusieurs fois le court parchemin. Il n'était pas signé ce qui étaya plus encore la curiosité d'Andrew. *Qui voudrait s'entretenir avec moi aussi solennellement ?* pensa-t-il avant de rajouter *Dans la tour d'Astronomie en plus. Je n'y ai jamais mis les pieds.* La situation était totalement inattendue. Lui qui après l'arrivée du courrier comptait regagner son dortoir afin de faire un brin de ménagé se voyait gravir les marches une à une du grand escalier de la tour d’Astronomie.

C'était la première fois que le jeune homme foulait les escaliers de pierre de cette tour. Ceux-ci n'avaient pas la capacité de bouger et sur les murs aucun tableau ne chantonnait. La tour, même en pleine journée semblait être plongée dans la nuit la plus complète. Seul un goutte à goutte significatif d'une fuite quelque part dans la tour se faisait entendre, accentuant ainsi l'ambiance austère du colimaçon. Qui donc voulait bien voir Andrew dans un tel lieu ? Ah ! le jeune homme s'imaginait déjà mille résultats. Serait-ce Miss Almeida qui voulait le punir pour ce qu'il n'a pas fait dans la salle commune
Reducio
Andrew n'avait pas nettoyé le vomi de Zéon son chat depuis trois jours.
 ? Serait-ci Miss Rose qui voulait se venger de l'embêtement qu'il lui avait causé sur la stade de Quidditch ? Ou encore, était-ce pire, un renvoie pour X raison ? Andrew se faisait du mouron pour rien car ce qui allait lui arriver n'était rien de tout ce qu'il pouvait imaginer. Il continuait sempiternellement à grimper les marches de cet escalier. Il commençait à ressentir une certaine douleur dans ses mollets lorsque sa tête cogna contre une vieille trappe de bois sec. *Aie, pétard ! C'est vraiment pas de bol, je vais avoir une horrible bosse. Pétard de pétard !* explosa-t-il intérieurement.

Il poussa la trappe sans trop forcer car celle-ci était légère et franchit le seuil de la pièce fraiche qui s'ouvrait à lui. Une longue pièce ronde avec des fenêtres partout. Par endroit même, à la place de la fenêtre, se trouvait un trou qui laissait passer l'air frais de l'extérieur. C'était étonnant car, en partant de la première marche il avait vu la lumière du soleil sur le sol extérieur et d'ici, il ne voyait qu'un bleu foncé, représentant la nuit. Pourtant le temps ne s'était pas écoulé aussi rapidement, il n'avait pas marché aussi longtemps. Le sol de bois craquait sous les pas de jeune homme qui tenta de signaler sa présence : « Je suis là, j'ai fait au plus vite ! Y a quelqu'un ? Eh oh ? ». En vain. Personne dans cette maudite tour à part lui et son écho. qui lui revenait dans la figure. Qui donc avait pu le faire monter si haut pour que rien ne lui arrivât ? Une mauvaise blague ? Finalement Andrew se serait-il fait coincer dans le fil transparent de l'octopode ? Serait-il le moucheron de l'histoire ? Il resta là, planté au milieu de la pièce sombre, dubitatif. Il ne croyait pas si bien imaginer la suite des évènements !

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Cachée dans l'ombre, Elina assista à l'arrivée d'Andrew. Elle fut un instant surprise par le bruit sourd qui précéda son entrée jusqu'à le voir entrer en se massant le haut du crâne. Le pauvre n'avait décidément pas de chance. Et il ne se doutait même pas encore à quel point.

« Je suis là, j'ai fait au plus vite ! Y a quelqu'un ? Eh oh ? »


Andrew n'avait aucune chance de la voir si elle ne le voulait pas. Elle pris une gorgée d'un liquide peu ragoutant en plissant le nez. Un coup d'oeil au miroir lui assura qu'elle avait bel et bien pris l'apparence d'un vieillard. Le miroir jumeau de celui qu'elle tenait entre ses mains se mis aussitôt à refléter le visage ridé.

« Hum, hum...Bonsoir jeune homme. »


La voix roque qui vint briser le silence attira l'attention d'Andrew, non pas vers l'endroit où la préfète se tenait cachée mais vers un large récipient de cristal semblant contenir... Une tête ! La tête baignait dans un liquide aussi clair que de l'eau et, chose surprenante, agissait de la même manière que si elle avait été rattachée à un corps. Elina était plutôt fière de la petite astuce qu'elle avait mise en place et avait hâte de voir la réaction du jeune Poufsouffle. Elle pouvait remercier madame Grayce de leur avoir appris à fabriquer du Polynectar et de leur avoir permis d'en garder une fiole. Elle se demandais bien d'ailleurs ce qui pouvait la pousser a faire ça. C'était presque une incitation à sortir de la légalité. Ajoutez à cela une petite astuce de miroirs magiques et le tour est joué. Elle était très contente du résultat. Une personne non-avertie n'avait aucune chance de s'apercevoir de la supercherie.

Un faux visage n'aurais pas pu faire illusion mais avec l'aide des miroirs magiques, c'était son propre visage qui prenait forme dans le récipient. Son visage modifié par le Polynectar faisait parfaitement illusion et c'est la tête d'un vieillard qui venait de s'adresser à Andrew. Quelques sorts habiles avaient suffit pour régler les quelques détails restant. Elle se demandais bien ce qu'allait faire Andrew. Allait-il s'enfuir ? Hurler ? Ou bien les deux à la fois ? A vrai dire, elle espérait qu'il n'allait pas s'enfuir tout de suite, elle n'avait pas encore eu le temps de s'amuser. Certes, son montage était plutôt élaboré pour une simple farce mais on dit bien que plus un mensonge est gros et plus il paraît crédible ! Quitte à s'autoriser a faire tourner en bourrique l'un de ses compatriotes, autant le faire dans les grandes largeurs. Cela dit, si Andrew décidait de tourner les talons maintenant et de prendre ses jambes à son cou, elle ne pourrait rien faire pour l'en empêcher et sa farce tournerait court. Elle n'avait plus qu'a espérer que la curiosité le pousse à rester ou que la monté jusqu'en haut de la tour d'Astronomie l'ai suffisamment fatigué pour qu'il n'envisage pas de fuir. Après tout, que pouvait bien lui faire une tête sans corps? S'il échappais à la crise cardiaque, peut-être pourrait elle mettre son plan à exécution.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Alors qu'il était entremêler dans ses pensées, Andrew fut attirer à la réalité par une vieille voix rauque qui lui venait de sa gauche, là où, sur un buffet un large récipient de cristal semblait l'attendre. Les paroles du vieil homme étaient cachées d'abord par son horrible toux quelque peu dissonante, un mélange d'aigu fillette et de grave fumeur. Sa voix sombre s'éclaircit rapidement et déboucha sur une formule de politesse. «Hum, hum...Bonsoir jeune homme.» dit la tête présente dans le bocal. *Une tête parlante dans un bocal ?* pensa rapidement Andrew avant d’émettre un son strident et effrayé en bondissant en arrière «Aaaaaah pétard de.. Aah ! Par la barbe d'un lutin mal rasé, qu'est-ce que ? Aaah !». Ses yeux ne purent s’empêcher de se fermer et son corps, stoïque ne bougea pas, prit par l'effroi du visuel. En effet, dans ce joli récipient de cristal, qu'Andrew avait d'abord prit pour un simple vase, flottait, droit et articulé, le visage ridé d'un homme âgé. Son teint blême rappelait la mort et l'affreuse couleur bleue pâle de ses yeux, comme ceux d'une souri après noyade, lui donnait la nausée. Andrew mit sa main devant sa bouche pour s'empêcher de souiller le sol pavé de la tour d'astronomie bien qu'il eut des difficultés à garder son sang froid. Son visage avait pris approximativement la même teinte que la tête immergée. Il n'osait plus ouvrir ses yeux, de crainte que l'odieux monstre ne lui saute dessus.

- B-bonsoir, je-je voulais-lais pas vous-vous déran-ranger, je suis là-à parce qu'on m'a-a de-demandé-dé de venir. Mais, je vais-ais reparti-tir, déso-solé, monsieur annonça-t-il en bégayant. Les mots sortaient de sa bouche avec la plus grande difficulté, et le "monsieur" eut vraiment du mal à passer. Andrew blanchissait de plus en plus alors qu'il n'avait toujours pas ré-entrouvert ses yeux un seul instant.

Avait-il rêvé ? Il ne le croyait pas non. Cependant, il ne pensait pas non plus qu'il eût pu tomber sur une mauvaise intention, de son camarade de surcroît. Croyez-le ou non, mais Andrew avait vraiment cru en cette histoire de tête parlante et il pensait d'ores et déjà avoir embêter la chose durant son sommeil. Il espérait ne pas provoquer d'avantage ses foudres et pouvoir fuir doucement comme il venait de l'annoncer. Dans la pièce, peu grande, le jeune Poufsouffle tremblotait légèrement, debout, entre les étagères poussiéreuses de vieux grimoires, les lunettes branchées sur le ciel noir de la pleine journée - étrange, soit dit en passant - et les quelques buffets et pupitres qui se tenaient à sa gauche. Délicatement et sans provoquer de vague, le jeune garçon faisait marche arrière, les mains sur son visage glacé. A tâtons, avec le pied, il cherchait la trappe qu'il venait de franchir. C'est alors que son pied toucha le loquet de celle-ci. Sans pour autant ouvrir les yeux, le jeune homme s'accroupit et les doigts de sa mains droites s'enroulèrent solidement autour de la boucle afin d'ouvrir son unique porte de sortie. Il lui semblait avoir réussi son escapade, mais l'avenir allait lui réserver surement un autre sort.

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Pendant quelques fractions de secondes, Andrew sembla ne pas réagir. Le temps pour lui d'analyser la situation. Il faut dire que l'on ne fait pas tout les jours la connaissance d'une tête qui parle ! Quand enfin il eu compris la situation, Elina ne fut pas déçue de sa réaction. Le malheureux fit un bon spectaculaire assortit d'un cri des plus strident.

«Aaaaaah pétard de.. Aah ! Par la barbe d'un lutin mal rasé, qu'est-ce que ? Aaah !»


Dans sa cachette, Elina était pliée en deux, le corps secoué par un fou rire silencieux. Elle qui commençait à se demander si elle n'en avait pas trop fait, elle était à présent sure que non. Néanmoins, elle fut surprise que sa victime ne prenne pas immédiatement ses jambes à son cou. A moins qu'il ne soit encore trop hébété pour faire fonctionner ses jambes ? Mais elle fut d'autant plus surprise d'entendre Andrew s'adresser à la tête dans le bocal les yeux résolument fermés.

« B-bonsoir, je-je voulais-lais pas vous-vous déran-ranger, je suis là-à parce qu'on m'a-a de-demandé-dé de venir. Mais, je vais-ais reparti-tir, déso-solé, monsieur »

Qui diable se souciait de politesse dans un moment pareil ? Elle ne parvenait pas à déterminer s'il s'agissait là de courage ou d'inconscience. Le visage livide et les yeux toujours fermés, Andrew commença à reculer à taton vers la trappe par laquelle il était arrivé. Lentement, il atteignit son but et se pencha pour saisir fermement la poignée de la trappe, les yeux toujours fermés. *A non alors ! Il ne va pas s'en sortir aussi facilement !* Se remettant à grand peine de sa crise de rire, Elina avait faillit laisser sa proie lui échapper. Depuis sa cachette, elle leva sa baguette et, la dirigeant vers la trappe, elle chuchota :

« Collaporta »

Si Andrew voulait repartir par là, il allait être servit. Sans perdre de temps à la regarder se débattre avec la trappe, Elina se lança dans la partie improvisation de l'exercice. Les préparations avaient été relativement longue. Aussi avait-elle décidé d'improviser pour la suite. Elle ne s'amuserait pas autant si elle devait respecter un planning. Elle décida qu'il était temps d'amorcer la seconde partie de la blague.

« Eh bien, eh bien. De mon temps les Poufsouffles ne refusaient jamais d'aider une personne en difficulté ! Bien que je comprenne ce que mon aspect peu avoir d'inhabituel... »

Elina marqua une pause pour laisser le temps à ses mots de faire leur effet. Elle espérait que l'allusion aux valeur de leur maison déciderait le Poufsouffle à rester quelques instants de plus. Elle espérait aussi qu'il ne puisse pas partir sans se sentir coupable. Cela augmenterait ses chances de réussite.

« Alors jeune homme, refuseriez-vous de m'apporte votre aide ? Si vous refusez, vos êtes bien entendu libre de partir. »

Tandis qu'elle disait cela, la trappe aux pieds d'Andrew s'ouvrit d'elle même en grand. A vrai dire, Elina espérait bien qu'il accepterait. Elle ne savait pas encore quelle surprise elle lui réserverait mais elle avait confiance en sa capacité d'improvisation. Pour faire bonne mesure, Elina fit en sorte que le visage du vieillard exprime toute la déception du monde espérant ainsi dissuader Andrew de partir. Ce qui avait commencé comme une blague prenait peu à peu la tournure d'un test pour le jeune Poufsouffle.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

La voix du vieil homme, une fois la main d'Andrew posée sur le loquet de la trappe, devint plus sérieuse « Eh bien, eh bien. De mon temps les Poufsouffles ne refusaient jamais d'aider une personne en difficulté ! Bien que je comprenne ce que mon aspect peu avoir d'inhabituel... » lança-t-il finalement en ricanant. Les mots de la tête n'avaient fait qu'un tour dans celle d'Andrew. Entrés par les oreilles, comme tous les mots contrairement aux maux, ils s'étaient directement rendus au cerveau, comme souvent. Celui-ci ne les prit pas en compte et les envoya valdinguer jusqu'au pied à une vitesse folle. D'en bas ils tapèrent comme dans un bumper de flipper et s’encastrèrent dans son cœur. Quand des mots s’encastre dans votre cœur, vous avez mal. C'est exactement ce qu'a ressenti Andrew en entendait ses paroles, une douleur. Avait-on le droit de remettre en cause son courage et sa loyauté, avait-on le droit de juger sa bonté et son aide ? Non. Andrew avait été piqué au vif, il était digne d'être un Poufsouffle. Sa main se délia du loquet de la fuite. Il retourna son regard vers ladite tête mais sa vision l'effraya à nouveau. Elle se mit à parler encore « Alors jeune homme, refuseriez-vous de m'apporte votre aide ? Si vous refusez, vos êtes bien entendu libre de partir. » demanda-t-elle. Cette fois-ci c'était sur Andrew doucement mais surement se relevait et s'approchait de la demie-personne. La trappe s'était ouverte en grand mais il n'avait pas sursauté, il avançait décidé maintenant. « Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe, mon-monsieur ! » avait-il dit en remontant la voix sur le 'monsieur' comme s'il s'étonnait de parler si poliment à une simple tête.

Il ne lui était pas facile de le regarder dans les yeux. Surtout qu'autour de ses orbites, sa peau ramollie laisse apparaître ses vaisseaux sanguins laids. Andrew était sensible de cette zone affreuse. Mais il était plein de sincérité et de respect, jamais il n'aurait moqué un tel homme. Alors, il s'inclina légèrement devant le bocal. On croirait le voir s'adresser à un sage indien ou à une réincarnation divine. Il se sentait empli d'une tâche pour redorer l'honneur des Poufsouffle. Il était ridiculement sage ou plutôt singe ! heureusement que personne ne pût le voir ainsi. Enfin, croyait-il. Dans un élan fort de solennité il s'inclina :
« Que puis-je faire pour vous Monsieur ? ». Il avait définitivement choisi de l'appeler Monsieur, après tout il devait se racheter après le réel manque de respect qu'il avait eu au début de la rencontre. « Je suis désolé, reprit-il, mais j'ai eu peur. Après tout, les Poufsouffle n'ont jamais été fort vaillant. Néanmoins, je suis resté. Dites-moi pourquoi m'avoir fait venir ici, Monsieur. ». Il ne savait pas pourquoi mais cette tête avait tout de même quelque chose de louche, comme un regard malin ou rieur en coin. Enfin bon, peut-être qu'après tout la réincarnation de Dieu pouvait rigoler et même les sages font le singe. Mais, il ne savait pas pourquoi cet homme ne lui inspirait pas la plus grande confiance. Simplement, par respect, politesse et loyauté aux valeurs de sa maison, il écouterait ce qu'il avait à lui dire sans fuir. Même s'il tremblotait légèrement.

Reducio
Navré de son trop long retard !

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Quand la préfète des jaunes s'amuse...  Mission n°6 

Les mots d'Elina eurent à peine le temps de s'estomper qu'Andrew s'éloignait de la trappe, piqué au vif par ses insinuations. Il avait réagit exactement comme elle l'avait prévu. Il s'approcha même du bocal où se tenait la tête. Cependant, il y avait peu de chance qu'il s'en approche suffisemment pour découvrir la supercherie. Même en collant le nez sur le verre, il ne verrait probablement rien de suspect. Elle y avait veillé.

« Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe, mon-monsieur ! »

Déclama Andrew non sans buter sur le « monsieur ». Ce petit accroc entachait la solennité de ses paroles. Il alla même jusqu'à s'incliner devant le bocal avant de continuer.

« Que puis-je faire pour vous Monsieur ? Je suis désolé, mais j'ai eu peur. Après tout, les Poufsouffle n'ont jamais été fort vaillant. Néanmoins, je suis resté. Dites-moi pourquoi m'avoir fait venir ici, Monsieur. »

Dans sa cachette, Elina fit la moue. Les Poufsouffles pas vaillants ? Andrew avait apparemment encore quelques petites choses à apprendre pour être un véritable Poufsouffle. Le choixpeau n'envoie pas les élèves dans la maison d'Elga parce qu'ils n'ont pas les qualité des autres maisons, mais parce qu'aucune de ces qualités ne surpasse les autres. Si les Poufsouffles ne sont pas aussi tête brûlée que les Gryffondor, ce n'est pas un manque de courage mais parce qu'il sont aussi réfléchit et prudents. Parce que la maison des jaunes ne s'est pas illustrée de la même manière que les autres, elle est souvent sous-estimée. Pourtant, cette maison n'est pas peuplée de personnes sans qualités, mais de personnes dont les qualités s'équilibrent. C'était une chose que tout Poufsouffle se devait d'apprendre. Mais Andrew devrait l'apprendre par lui-même. Elina avait d'autres projets pour le jeune Poufsouffle.

« Bien, bien, bien... Je vais devoir commencer par le début si je veux que vous compreniez. Il y a bien longtemps... » La tête s'interrompit pour fouiller dans sa mémoire. « Ma fois je ne sais plus guère, je n'ai pas eu de calendrier sous les yeux depuis un bon siècle. Bref, j'ai voulu transplaner dans le château depuis l'extérieur. Dans un sens j'ai réussit et j'ai encore toute ma tête ! » Le visage du vielle homme se fendit d'un sourire et il émit un rire guttural. « Hum, excusez-moi jeune homme. On s'y fait à la longue, mais j'ai développé un sens de l'humour un peu particulier. Je disait donc, j'ai voulut transplaner... »

A ses mots, le regard du vieille homme se fit lointain. Les seconde s'égrenèrent sans qu'il fasse mine de reprendre la parole. Mais avant qu'Andrew ne le ramène à l'instant présent, le vieil homme fut pris d'une quinte de toux continua de sa voix cassée par l'âge.

« Où en étais-je ? Ah oui, je transplanais. C'est en passant la barrière magique du château que les choses se sont gâtées. Vous savez peut-être ce qu'il arrive lors des accidents de transplanage ? J'ai été démembré. Par chance, madame Pomfresh à toujours été très talentueuse pour les soins. Enfin, elle n'a pas pu me rendre le reste de mon corps... »

La tête eu un soupir à ses souvenirs peu réjouissant. Si Elina avait raison, Andrew devait être complètement désorienté, et s'il ne l'était pas encore, il ne tarderait pas à l'être. Peut-être commençait il à craindre que le vieillard ne lui demande de retrouver les parties manquantes de son corps. Il était d'ailleurs étonnant qu'Andrew ne se soit pas encore demandé comment cette tête parlante avait bien pu lui envoyer un hibou.

« Tout ça pour dire que j'ai besoin de vous pour une mission délicate. Pourriez-vous être assez aimable pour me gratter le haut du crâne ? Il me démange horriblement ! »

Elina avait hâte d'assister à la réaction d'Andrew. Aurait-il le cran de plonger la mains dans le bocal ? Si oui, la farce s'achèverait quand ils se rendrait compte que le vieillard n'était qu'une illusion. Cependant, même s'il prenait ce risque, son expression serait certainement des plus divertissantes !

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~