Astronomie

Inscription
Connexion

Pv  Sombres nouvelles. 

… Février …

Miles, désormais Directeur de la noble maison Gryffondor, avait moins de temps libre et passait parfois des journées entières à travailler. Entre ses séances d’entraînement qui avaient récemment commencé avec Isabel, son boulot de professeur à plein temps, celui de directeur de maison et les problèmes qui ne cessaient de s’ajouter, Miles ne voyait pas vraiment le jour. Lui qui était plutôt d’humeur à sortir, prendre l’air, restait le plus clair de son temps dans son bureau. A rester entre les quatre murs de son bureau, il eut le temps de songer à ce qu’il s’était déroulé la dernière fois qu’il s’était rendu aux Trois Balais. Il avait appris d’étranges nouvelles et prit son temps avant d’en tirer une interprétation. Avec Hélène Manin sa collègue, ils avaient pu discuter à plusieurs reprises en salle des professeurs et leur piste remontait jusqu’à Théodorus Lynch, intrigant personnage membre du gouvernement.

Le professeur Ainsworth, en cette fin d’après-midi, cherchait Kristen Loewy. Il avait à lui parler à propos des événements de décembre dernier. Ils avaient déjà trop réfléchi quant à ces étranges révélations mais n’avait aucun moyen de faire de ces informations de véritables preuves. Ils étaient deux professeurs assez insignifiants face à un ennemi encore nimbé de mystères. Kristen Loewy avait conquis l’influence du poste de Directeur et comptait parmi les sorciers respectés de la communauté. Elle avait de plutôt bonnes connaissances, notamment le ministre de la magie anglais en personne. Si Miles devait ébruiter sa mésaventure d’avant Noël, la Directrice serait la meilleure oreille qu’il puisse trouver.

Lui qui pourtant aurait pu ne plus jamais envisager la possibilité de se confronter à Kristen suite à leur première véritable discussion, se rendait à la tour d’Astronomie pour la rencontrer. Il gravit les marches avec vivacité tandis qu’il songeait à la manière dont il annoncerait les sombres nouvelles à sa supérieure. Il ferait comme à son habitude, et ne passerait guère par quatre chemins. De toute manière, la nature de l’information ne mettait en aucun la directrice en danger, ce qui était un bon point pour débuter la discussion avec le personnage qu’il allait bientôt pouvoir entrapercevoir.

Arrivé au sommet de la Tour d’Astronomie, Miles vit Kristen de dos, observer au loin l’horizon. Le soleil commençait à se coucher, donnant une teinte particulière au ciel. Miles s’avança d’un pas suffisamment lourd afin de signifier à la directrice qu’elle n’était plus seule. Ensuite, il salua sa supérieure, prenant brièvement la parole :

« Bonsoir, professeure Loewy. Je vous cherchais. »

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

Pv  Sombres nouvelles. 

Les derniers mois avaient été éprouvants et riche en découvertes inquiétantes. Tout semblait se mettre en place en même temps, et il semblait à Kristen que beaucoup trop d’éléments lui échappaient, dans cette grande confusion d’événements. Il y avait d’un côté tout ce qui se passait en ce moment à Poudlard, avec les délégations étrangères qui avaient ramené dans leurs valises un bon lot de problèmes et de mystères. D’autre part, il y avait ce qui se passait à l’extérieur des murs des l’école : un danger plus grand qui menaçait, et la seule chose concrète que l’on pouvait évaluer de cette inquiétude planante était sa seule existence. Le reste n’était qu’obscurité : d’où venait précisément la menace, que visait-elle, pour quelles raisons… En bref, c’était un véritable système d’équations à plusieurs inconnues qui s’entremêlaient, et qui liaient les dangers internes à Poudlard, et ceux provenant de l’extérieur. La directrice soupira de lassitude en rangeant quelques papiers dans un porte-document qui portait le nom de « Enfants de sang sorcier », qui était en fait un véritable répertoire des naissances du monde des sorciers. Ces nouveau-nés bénéficiaient d’office d’une inscription à l’école de sorcellerie, bien qu’il fût possible que certains d’entre eux finissent par être des cracmols - qui sait ? - et soient par conséquent rayés de cette liste.

Elle se leva de son siège et parcourut la pièce en essayant de rassembler et combiner tous les éléments qu’elle avait pu découvrir sur les mystères qui s’étaient présentés devant elle. Kristen était une de ces personnes n’ayant jamais l’esprit en repos : elle ne pouvait interrompre le flux continu de ses pensées, qui se manifestaient sous forme de mots et d’images déformées, dont il manquait des morceaux. Il se jouait dans son esprit un nombre incalculables de puzzles, le tout simultanément. Aude – Constance – illusion – Sybille – danger – Kowalczyk – Marie Duval – tournoi – notes – embuscade – ministère – bal – diversion… Kristen soupira une nouvelle fois. Elle avait besoin de s’aérer l’esprit, afin de ranger plus proprement toutes ces informations dans sa tête embrumée. Elle se précipita hors de son bureau.

Elle commença par s’avancer dans les couloirs, jetant un regard noir à tous les tableaux qui pouvaient l’observer. Sur sa route, elle croisa un groupe d’élèves de Serpentard, regroupés autour d’un banc de bois et s’échangeant d’une manière qui se voulait probablement discrète une tonne d’objets qu’ils n’étaient pas censés posséder, parmi lesquels Kristen remarqua des frisbees à dents de serpent. Lorsque les élèves virent approcher la directrice, ils s’empressèrent de ranger ces objets sous leurs capes, mais ils en firent tomber une bonne partie. L’un d’eux se justifia :


« Ah M’dame, euh, c’est pas c’que vous croyez, hein… »

La vérité, c’était que Kristen ne croyait rien du tout, et surtout, elle s’en fichait éperdument. Sans interrompre sa course, elle leur adressa un regard en coin quand elle fut à leur niveau, fit claquer sa langue contre son palais avec exaspération, et les ayant dépassés, elle transplana, sous leurs yeux ébahis de ne pas s'être pris une retenue et fait confisquer leurs objets.

Elle se rendit directement en haut de la tour d’astronomie, où elle tomba sur un couple d’élèves se bécotant sous les lumières orangées du coucher du soleil. La façon qu’avaient ces adolescents de s’embrasser était si peu élégante que lorsque Kristen les surprit et qu’ils s’éloignèrent l’un de l’autre, la directrice put remarquer un très charmant filet de bave qui s’échappa de la bouche du garçon. Kristen s’assura que ce n’était décidément pas son jour de chance, bien qu’elle n’eut pas besoin de prononcer le moindre mot pour que les deux jeunes gens s’enfuient par les escaliers à une vitesse impressionnante, rouges comme des tomates et s’essuyant les restes de leur baiser pour le moins fougueux du revers de la manche. Kristen se plaça sur une petite avancée protégée par une rambarde, qui dépassait de la tour comme un balcon. Elle n’éprouva pas le moindre remords quant au fait d’avoir interrompu ce qui pouvait être le premier baiser d’un jeune couple – mieux valait, à dire vrai, que ce ne fût que leur premier baiser, vu la façon dont ils s’y prenaient – et elle observa l’étendue baignée de la lumière du soleil couchant qui s’étalait sous ses yeux. On voyait une bonne partie du parc de Poudlard, et surtout le lac, dont les eaux étaient déjà plongées dans les ténèbres.

La directrice se souvint de la nuit du bal de Noël, qu’elle avait passée à faire le tour du domaine, jetant à distance régulière des sortilèges de protections en tous genres. Elle avait répété l’opération plusieurs nuits de suite, afin de pouvoir assurer aux élèves le maximum de protection, mais n’en avait parlé à personne. Kristen Loewy, de toute façon, ne disait jamais rien à personne, et préférait porter seule le poids des mauvaises nouvelles. Elle avait toujours détesté crier au loup.

Alors qu’elle observait le paysage d’un air anxieux, cherchant une éventuelle faille dans ses sortilèges de protection, imaginant le pire scénario pour l’école : une attaque venue de l’intérieur, couplée à une attaque extérieure (et ils seraient alors pris en étau), elle entendit un bruit de pas derrière elle. Qui cela pouvait bien être, encore ? Elle crut reconnaître le timbre du professeur Ainsworth, se retourna lentement afin d’obtenir confirmation, et constata qu’elle avait bien jugé cette voix. Le directeur de Gryffondor, apparemment, la cherchait. Kristen ne dissimula guère son étonnement, en levant légèrement un sourcil. Elle ne s’attendait pas à ce que ce professeur-là soit à sa recherche : en fait, elle pensait plutôt qu’il aurait voulu l’éviter, car leurs conversations auraient très vite pu frôler le conflit. La directrice croisa les bras, adressa un sourire poli à son interlocuteur, et annonça :


« Et vous m’avez trouvée ; j’espérais pourtant être bien cachée. Bonsoir, professeur Ainsworth. Que puis-je pour vous ? »

Get blazed, get blazed
And we raise a glass for the end of days

Pv  Sombres nouvelles. 

Comme à son habitude, Kristen Loewy adorait jouer avec les mots. Elle avait une certaine capacité à tourner chaque phrase qu’elle annonçait d’une façon à ne rien révéler sur ce à quoi elle pensait, sur les sentiments qu’elle pouvait ressentir – si elle en ressentait. Sur un ton neutre, elle salua Miles et le questionna sur sa présence.

« Et vous m’avez trouvée ; j’espérais pourtant être bien cachée. Bonsoir, professeur Ainsworth. Que puis-je pour vous ? »

Miles, désormais face à son interlocutrice, perdit quelque peu sa détermination. Ne sachant plus par où commencer, il ressassait dans son esprit tous les éléments qu’il avait déjà analysés et essayait de les trier de façon à avoir une pensée claire, afin de mieux s’exprimer. De toute évidence, il lui manquait certaines informations pour comprendre les tenants et aboutissants de ses spéculations mais cela ne le concernait plus. Il se devait de tenir son devoir de bon sorcier et de prévenir d’un plausible danger qui approchait et qui arriverait - et qui était même déjà arrivé - sans que personne ne s’y attende.

« A l’époque où je n’étais pas encore directeur de maison, il s’est passé quelque chose de vraiment étrange. Je n’ai cessé de me le visualiser dans ma tête des dizaines et des dizaines de fois, et je bloque. J’en ai parlé plusieurs fois avec ma collègue qui fut présente ce jour-là et nous n’arrivions jamais à la même conclusion. Jusqu’à ce que nous apprenions les nouvelles dans le journal. »

Il marqua une pause. Il se rappelait le jour où il découvrit dans les journaux qu’Aidan Bowers était parvenu à s’échapper d’Azkaban. Miles avait certaines informations qui auraient peut-être pu changer la façon dont les choses avaient terminée mais il était décidément trop tard pour revenir en arrière. Ce que les deux professeurs n’avaient pas réalisé lorsqu’ils découvrirent ce qu’ils savaient, c’était que ce Bowers avait bien plus d’influence qu’ils ne l’auraient cru. Ils avaient simplement croisé deux sorciers louches qui parlaient de lui, mais jamais ils n’auraient imaginé que son extraction d’Azkaban se serait déroulée si rapidement et si efficacement. Miles continua sa tirade afin d’apporter d’autres éléments à Kristen, afin qu’elle puisse y voir plus clair.

« Hélène et moi avons surpris une conversation mentionnant une réunion secrète aux Trois Balais. Les deux énergumènes avaient évoqué Lynch et Bowers, ce qui attisa notre curiosité. Seulement, une fois que nous sommes arrivés sur place, il n’y avait plus personne, si ce n’est la trace de leur passage. Bowers avait l’air d’être leur chef mais à ce moment, il était toujours emprisonné. Cela nous laissa perplexe et nous empêcha sûrement de prendre totalement conscience de ce dont nous avons été témoins. Et quelques temps après cet étrange événement, le voilà à nouveau libéré. »

Miles, sur un ton assez solennel, acheva son speech. Cela faisait déjà assez à analyser pour la Directrice. Il la laissa donc d'abord prendre connaissance de ce qu'il lui révéla, avant de continuer et de commencer à spéculer.

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

Pv  Sombres nouvelles. 

Kristen écouta les propos du professeur Ainsworth avec une méticuleuse attention. Elle ne se rendait pas tout à fait compte que son esprit analysait de lui-même chaque mot prononcé par l’enseignant en métamorphoses et classait chacune de ses phrases dans une catégorie de son esprit. La directrice de Poudlard se frotta machinalement le menton du bout de ses doigts fins. Ses sourcils étaient froncés dans une expression complexe, indiquant un important taux d’inquiétude. Ce qui l’inquiéta surtout était la proximité évoquée par Ainsworth : si quelque chose de douteux se tramait aux Trois Balais, Poudlard ne pouvait être qu’exposé à ces dangers, malgré les nombreuses précautions qu’elle avait elle-même prises.

Un lourd silence suivit le bref résumé de Miles Ainsworth, durant lequel Kristen ne fit que regarder le sol, pensive. Relevant enfin ses yeux bleus d’un sérieux exemplaire vers son collègue, elle dit, laissant apparaître dans sa voix une certaine impatience :


« Qu’avez-vous entendu, exactement ? Des indications sur les projets de ces sorciers ? Le nom de l’un de ceux qui étaient présents ? Avez-vous pu voir leur visage ? »

Aidan Bowers était quelqu’un d’éminemment dangereux, et sa fuite constituait un problème capital dans le monde des sorciers. Il avait été le directeur du département de la Sécurité Intérieure lorsque certains aurors avaient attaqué Poudlard, et l’instigateur de tout ce drame. Il avait été à l’origine, finalement, de l’embuscade ayant manqué de coûter la vie à deux membres importants du Ministère, il y a quelques semaines de cela ; et il ne faisait pas de doute que ses actions ne s’arrêteraient pas à s’échapper d’Azkaban pour aller couler de beaux jours sur une île paradisiaque, loin de la justice. Il avait d’ailleurs tué le premier secrétaire d’Etat du Ministère de la Magie, le bras droit d’Arseni, Michael Hodge, que Kristen avait vu très peu de temps avant ces tragiques événements. Les sorciers comme Aidan Bowers ne pouvaient décidément pas se contenter de pourrir leur propre vie, il fallait aussi qu’ils pourrissent celle des autres.

Kristen semblait assez crispée. Elle dévisageait son collègue, attendant des réponses, et si possible, de bonnes réponses, qui pourraient l’aider à éclaircir cette sombre histoire. Il n’est pas difficile d’imaginer ce que Kristen Loewy ferait à ceux qui pourraient menacer l’école de sorcellerie dont elle avait la charge. Il lui suffirait d’un nom, d’un visage, du plus vague des indices, pour qu’elle entreprenne de les traquer et de les faire parler. Quoi que ces sorciers aient pu envisager si près de Poudlard, si Bowers était leur chef, ce n’était en aucun cas bon signe.

Son visage affichait une expression plus sévère que jamais, et elle se retenait franchement de dire ses quatre vérités à Ainsworth, qui avait, jugeait-elle, un peu trop tardé à la prévenir. Et si elle avait été prévenue directement, est-ce que la mort de Michael Hodge aurait pu être évitée ? L’attaque des deux membres du Ministère aussi ? La fuite de Bowers, tout simplement ? Aurait-on pu réagir plus vite, prendre encore plus de précautions, si le récit de Miles et Hélène avait trouvé une bonne oreille plus tôt ? Kristen sentit quelques légers picotements dans sa main, sous son gant noir, et serra le poing. Sur un ton tout à fait implacable, elle dit :


« Je veux tout savoir, Miles. »

Get blazed, get blazed
And we raise a glass for the end of days

Pv  Sombres nouvelles. 

Plus sa supérieure l’interrogeait et plus il se sentait coupable. Il aurait dû la prévenir dès qu’il fut témoin de ceci, alors que finalement, à l’heure où ils s’entretenaient, le mal avait déjà été fait. Il avait voulu changer les choses, c’est pourquoi il avait opté pour garder cela pour lui jusqu’à en apprendre plus. Seulement, il n’aurait pas cru qu’Aidan Bowers serait libéré si tôt. Les deux professeurs n’avaient rien pu faire afin d’éviter l’inévitable extraction du mage noir. A cause de leur choix, il y avait eu des pertes et dommages qui ne pourraient probablement jamais être réparés et oubliés.

Plus il observait le regard sévère de Kristen, et plus il sentait sa culpabilité prendre le dessus. Seulement, cela ne changeait rien au fait que les événements avaient eu lieu et qu’il fallait dorénavant vivre avec. Miles ne répondit pas directement aux premières interrogations de Miss Loewy, puis lorsqu’elle lui demanda la totalité de ce qu’il savait, le professeur de métamorphose n’avait pas d’autre choix que de lui donner les maigres informations qu’il possédait. Se ressaisissant, Miles déclara d’une voix grave :


« Ce tout que vous souhaitez savoir, je crains qu’il ne vous déçoive. Nous savons simplement qu’il s’agissait d’un homme et d’une femme tous deux encapuchonnés. Ces deux-là ont parlé d’un Kayle qui ferait aussi partie de leur organisation. Ils n’ont pas parlé de ce qu’ils comptaient faire, seulement d’une réunion secrète, qui d’ailleurs se trouvait proche d’un de leur ennemi potentiel. Une fois que nous nous sommes rendus aux Trois Balais, nous avons trouvé une pièce au sous-sol. Il y avait décidément bien eu une réunion mais il ne restait plus rien, si ce n’est la trace de leur passage. »

Miles s’arrêta là. Il n’appréciait pas la façon dont il se faisait dévisager mais comment ne pas se faire dévisager dans ce genre de situation ? Il prit sur lui car son choix avait été de loin le pire et donc, il se devait de se remettre en question. L’inquiétude de Kristen lui rajoutait une pression phénoménale mais comment ne pas être inquiet lorsque des choses louches se déroulaient si près du château ? Quoiqu’il en fut, Miles reprit sa tirade, toujours sur le même ton grave, mais cette fois-ci doublé d’un soupçon de honte.

« La seule chose qui attira ma curiosité consiste en deux bouts de plan, apparemment ceux d’une prison. Il les sortit de sa veste, et les donna à Kristen, sans hésitation. Je pensais pouvoir en tirer quelque chose avant de venir vous en parler, mais le temps que nous tirions nos conclusions, le mal fut déjà fait. Savez-vous ce que ça fait d’être possesseur d’une chose, de vouloir s’en charger et penser bien faire alors que finalement, il s’agissait du mauvais choix ? Personnellement, cela m’a accablé et me fait toujours sentir responsable de ne pas être venu plus tôt, mais je n’ai pas pu, quand j’ai vu ce qui s’était finalement produit. Je pensais être plus courageux mais finalement je suis tout aussi décevant que ce que je viens de vous révéler, dit-il en affrontant le regard de la Directrice. »

Etonnamment, Miles s’était montré honnête et s’était même laissé emporter par ce que Kristen lui renvoyait. Elle ne devait pas en avoir grand-chose à faire, mais le directeur de Gryffondor ne pouvait rester face à elle sans faire part de cet état-d’âme qui, il espérait lui permettrait de ne pas être trop mal considéré. Quoiqu’il en fût, le sujet ne tournait pas autour de lui mais de choses bien plus importantes qui dépassaient l’entendement. Ainsi, il reprit une dernière fois la parole, s’approchant du balcon et contemplant brièvement le coucher de soleil.

« Bref, je ne vais pas continuer à me lamenter, surtout que j’ai déjà assez gâché de votre temps. Il marqua une pause, se retourna et continua : A moins que ces mages noirs les aient obtenus de force, je crains que quelqu’un au sein du ministère ait fourni ces plans et par conséquent participé à l’extraction de ce Bowers, parce que l’on n’obtient pas à tous les coins de rue les plans d’Azkaban, acheva-t-il soucieux de sa conjecture et donc d’une réalité plausible. »

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

Pv  Sombres nouvelles. 

Kristen, une fois de plus, écouta attentivement ce que Miles avait à lui dire. Elle imprimait dans sa tête toutes les informations qu’il pouvait lui fournir : un homme et une femme encapuchonnés, un Kayle, une réunion, une organisation secrète, leur ennemi potentiel – qui devaient probablement être les responsables de Poudlard, car Kristen avait du mal à s’imaginer ne pas être « l’ennemie » des sbires d’Aidan Bowers. Elle fronçait les sourcils et hochait parfois la tête, sans réellement regarder son interlocuteur. Lorsque celui-ci lui tendit les papiers qu’il avait récolté, elle les saisit d’une main et les observa avec une grande minutie, pendant que les mea culpa de Miles prenaient des airs de bruit de fond. Lorsque le directeur de Gryffondor dit qu’il pensait être plus courageux que ce qu’il avait été, Kristen releva la tête vers lui et lui lança un regard plutôt dédaigneux, haussant un sourcil. Elle reporta ensuite son attention sur les plans qui lui avaient été fournis. Il s’agissait probablement des plans d’Azkaban, puisque Bowers s’en était échappé… Miles était visiblement du même avis, et il sembla même qu’il accusait quelqu’un au Ministère d’avoir permis au criminel de prendre la fuite. Kristen rangea finalement les plans pliés en quatre dans sa poche et observa Miles, qui s’était tourné vers le balcon. Lorsqu’il se tourna à nouveau vers elle, la directrice de Poudlard plissa les yeux et le scruta d’une façon qui aurait pu être dérangeante ; on aurait presque dit qu’elle essayait de voir au-delà du regard du professeur de métamorphose.

« Vous m’avez en effet fait perdre mon temps en ne venant pas immédiatement me prévenir. J’espère pour vous qu’habituellement, vous réfléchissez un peu plus vite. »

Exaspérée, elle soupira, se passa une main dans les cheveux et reprit la course de ses nombreuses questions :

« Bon… Rien de plus sur ce Kayle ? Si c’est le seul nom que nous avons, nous devrions nous pencher dessus. Avez-vous interrogé monsieur Huggins, le propriétaire des Trois Balais ? »

Elle se demanda ensuite si les soupçons de Miles sur un traître au Ministère étaient fondés. Certes, l’Histoire avait appris à de trop nombreux sorciers que le Ministère de la Magie était un endroit où se côtoyaient, disons… toutes sortes de gens, et surtout les pires, mais depuis l’arrivée d’Arseni en tant que Ministre, Kristen avait eu l’espoir que l’institution serait débarrassée de ses parasites. Visiblement, ils y étaient bien accrochés, comme les berniques sur les rochers : même une bonne grosse vague en plein dedans pouvait ne pas suffire. La directrice de Poudlard garda les soupçons de Miles dans un coin de sa tête et se dit qu’elle en parlerait à Arseni, histoire de savoir ce qu’il pourrait bien en penser. Après tout, c’était lui qui avait fait passer Azkaban sous le contrôle du Département des Mystères et de son énigmatique - pour ne pas dire étrange - directeur, Theodorus Lynch. Alors, recoupant les informations qu’elle avait reçues de Miles, elle se dit que la question devait être éclaircie.

« Vous avez dit avoir entendu le nom de Lynch lors de la conversation que vous avez interceptée. S'agissait-il bien de Theodorus Lynch ? Avez-vous entendu quelque chose d'alarmant à son propos ? »

Get blazed, get blazed
And we raise a glass for the end of days

Pv  Sombres nouvelles. 

Kristen savait être détestable. Miles l’avait bien appris, et cela se confirmait apparemment à chaque conversion que les deux individus partageaient. Etrange était le sentiment qu’éprouvait le professeur de métamorphose à l’égard de sa supérieure. Il la respectait et apprenait à passer par-dessus chacune de ses remarques, aussi désagréables pouvaient-elles être. Il les prenait en compte, mais il se faisait de plus en plus aux tons sarcastique sec, ou encore indifférent que Kristen adorait employer.

Quoiqu’il en fût, Miles regardait par moment son interlocutrice et se doutait que son cerveau était en ébullition. Tous les éléments qui venaient de lui être transmis et toutes les hypothèses qui commencer à se dessiner lui occupait l’esprit – bien qu’elle n’ait guère besoin de cela. Ainsworth savait qu’il n’avait plus rien à ajouter, si ce n’est répondre aux dernières interrogations de Kristen Loewy. Miles avait surmonté sa honte et rien de pire ne lui arriverait que d’entendre quelques paroles aigries à son propos. Kristen se décida à reprendre la parole. Ainsi, il l’écouta avec attention :


« Bon… Rien de plus sur ce Kayle ? Si c’est le seul nom que nous avons, nous devrions nous pencher dessus. Avez-vous interrogé monsieur Huggins, le propriétaire des Trois Balais ? Elle marqua une longue pause et reprit : Vous avez dit avoir entendu le nom de Lynch lors de la conversation que vous avez interceptée. S'agissait-il bien de Theodorus Lynch ? Avez-vous entendu quelque chose d'alarmant à son propos ? »

Miles n’eut besoin de réclamer les questions qu’elles vinrent toutes seules, et nombreuses qui plus est. Ce dernier prit quelques instants pour se remémorer des propos exacts qu’il avait entendus Décembre dernier. Reprenant confiance en lui – pouvait-il se permettre de l’être réellement ? – il en oublia presque l’épisode émotion de tout à l’heure. Il se focalisa sur tous les éléments qui gravitaient autour de cette affaire et tenta de donner les meilleures réponses à Kristen.

« Le propriétaire des Trois Balais n’avait l’air de connaitre qu’une seule personne nommée ainsi, et il travaille apparemment au service postal de Pré-au-Lard. Nous n’avons pas obtenu d’autres informations de sa part. Sinon, il s’agissait bien de Théodorus Lynch. Une chose alarmante ?
Miles marqua une brève pause pour réfléchir et déclara : Ils l’ont qualifié de ‘déséquilibré’, avec un ton assez sérieux. Hormis cela, ils n’en ont pas plus parlé. »

Miles avait sûrement révélé les derniers détails qui furent en sa possession, et qu’une majorité ignorait. Seulement, ses informations n’étaient pas énormément révélatrices. Certes, elles pouvaient toujours apporter des renseignements, mais rien de véritablement concret – du moins, d’après lui. Il espérait que cela pourrait être utile à miss Loewy, toujours circonspecte. Ainsworth, lui, se sentit bien vite de trop entre sa supérieure et les pensées dans lesquelles elle visualisait chaque petit détail transmis par Miles pour les mettre bout à bout et essayer de compléter le puzzle avec les éléments déjà connus. Puisqu’il n’avait plus rien à révéler, il se contenta de déclarer, en gardant un air sérieux et grave :

« Avez-vous d’autres questions ou puis-je regagner mes bureaux, étant donné que vous savez dorénavant tout ? Acheva-t-il, en regardant Kristen dans les yeux. »

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

Pv  Sombres nouvelles. 

Brillant… Miles avait probablement été témoin – ou presque – d’une scène d’une importance capitale, mais il ne pouvait en tirer que de maigres conclusions, qui n’en étaient d’ailleurs pas vraiment. Le peu d’informations collectées par les professeurs Ainsworth et Manin laissa Kristen perplexe quant à la volonté qu’ils avaient mis à élucider ce mystère. La directrice serra la mâchoire et inspira longuement en écoutant les propos du professeur de métamorphose, qu’elle jugeait de plus en plus comme n’étant pas une flèche. Elle plissa les yeux et répéta à voix basse, comme pour elle-même :

« Lynch, un déséquilibré ? »

Il était vrai que Theodorus Lynch avait physiquement l’air étrange ; mais il n’en fallait pas moins pour diriger le département des Mystères, apparemment. Et surtout, ne disait-on pas qu’il ne fallait pas se fier aux apparences ? Pourtant, ce terme de « déséquilibré » collait assez bien avec l’incompétence dont Kristen le jugeait coupable depuis la fuite de Bowers. Ces éléments finirent de la convaincre de se soucier de cet homme, plus tard, auprès du Ministre en personne. Pour le moment, autre chose avait attiré son attention dans le discours de Miles. Elle esquissa un sourire ironique et fronça un sourcil, l’autre s’étant relevé. En soupirant un faux amusement, elle dit :

« Et j’imagine que la seule profession de ce Kayle a été pour vous un alibi suffisant, et que vous n’avez pas jugé utile de vous intéresser à la seule piste concrète dont vous disposiez ? Qui s’intéresserait à un agent postal, après tout ? »

Ses épaules s’affaissèrent dans un nouveau soupir, et elle ferma les yeux. Ses tempes tambourinaient, et elle se passa deux doigts sur l’une d’elles. Elle pensa qu’elle pourrait mener l’enquête seule, comme toujours ; car jamais personne ne lui était d’une aide particulière. Il fallait toujours qu’elle s’occupe de tout, toute seule. L’Enfer, c’est les autres, car les autres sont des incapables, ils font souvent plus de mal que de bien ; inutiles, incompétents, lents d’esprit… Tous autant qu'ils sont : Miles, Hélène, Lynch, et tous les autres. Son cerveau martelait contre chaque paroi de son crâne, boum, boum, et ces pensées négatives l’envahissaient peu à peu. Elle fermait toujours les yeux, espérant se délivrer de sa migraine naissante avant que celle-ci ne soit trop installée. Actuellement, si Kristen croisait à nouveau le regard de Miles, nul doute qu’elle serait encore plus corrosive qu’elle ne l’avait été jusqu’alors.

Alors, Miles fila à ses yeux jusqu’à un point de non-retour. Dans l’esprit très ordonné de Kristen, où il n’occupait jusque là pas de place définitive, il alla se nicher dans la catégorie « sans intérêt », un tiroir qui était d’ailleurs fort bien rempli de nombreux visages insipides. Elle se décida finalement à rouvrir ses yeux bleus sur le professeur de métamorphose, et la simple vue de son visage, de ses yeux qui la fixaient, lui procura la sensation de flairer son aura de lenteur d’esprit à plein nez, ce qui agaça évidemment la directrice - elle était répugnée, comme si cela pouvait être contagieux. La mâchoire toujours serrée, elle conclut ainsi l’entretien :


« Vous pouvez disposer, merci. »

Elle se retourna vivement et se mit à observer l’horizon à nouveau, car il fallait qu’elle purifie son esprit de toute la lasse exaspération qui engendrait la migraine dont elle était victime.

Get blazed, get blazed
And we raise a glass for the end of days

Pv  Sombres nouvelles. 

Miles n’aurait finalement jamais dû venir voir sa supérieure. Il ne regrettait pas non plus, mais s’en était fait la réflexion à force de rester à ses côtés et de se faire incendier. Elle était bien sympathique, mais elle avait beau être exaspérée par la terre entière, elle était toute aussi exaspérante à se complaire dans sa naïveté. Il lui fallut attendre cette entrevue fort désobligeante avant de se remettre en question sur les événements qui avaient eu lieu il y a deux mois. Elle avait beau inculper Miles de toutes les fautes mais jusqu’à peu, elle faisait partie de ceux qui vivaient dans l’ignorance. A jouer ses grands airs, elle en oubliait qu’elle aussi s’était faite berner.

Ainsworth décida de prendre du recul sur la situation et riait doucement en son for intérieur. Il sentait le dédain et le mépris profond que ressentait Kristen à son égard. Mais cela lui importait peu, du moins, tant que son poste n’était pas en jeu. Sa supérieure répéta ses mots, concernant Théodorus Lynch. Miles n’y ajouta rien, et laissa Loewy dans ses pensées. Cet étrange personnage qui au premier abord aurait pu intéresser le professeur de métamorphose ne lui inspirait que de la pitié – et de plus en plus. Prendre de haut les gens était bien beau, mais lorsque l’on trempe dans des histoires louches avec certains sorciers malfaisants, mieux valait ne pas s’attirer les foudres de tous.

Quoiqu’il en fût, Kristen rétorqua à nouveau de belles paroles emplies de sous-entendus qui déplurent au plus haut point à Miles. Il avait finalement compris comment sa supérieure le considérait : tel un parfait imbécile inutile. Miles fit de son mieux pour ne pas s’énerver et garder son calme habituel. Après tout, Loewy se plaisait à mépriser les hommes ; il ne pouvait rien faire contre cela, si ce n’est écourter sa conversation. Ainsi, il répondit sur un ton sec :


« Je crois m’être, de toute manière, déjà trop mêlé de vos affaires, stupides anglais, acheva-t-il en se retournant pour quitter dès à présent la tour d’Astronomie. »

Il n’adressa plus aucun regard, ni aucune parole à la Directrice et n’attendit pas son avis avant d'écourter leur rencontre. Il la laissa dans sa solitude, enfin pas tout à fait : entre elle et son égo, elle devait rarement se retrouver véritablement seule. Il marcha d’un pas léger, un petit sourire en coin. Cette conversation l’avait fait passer par tous les états d’esprit. Il savait ne plus rien avoir à faire avec cette femme qui se pensait parfaite face à tous les autres mécréants vivant sur la terre. Qu’elle continue à se complaire dans sa tour d’Ivoire, puisque de toute façon, il s’agissait de la chose qu’elle savait le mieux faire. Miles avait pu avoir un peu d’admiration pour l’étrangeté qu’elle incarnait, mais cela s’était envolé déjà bien avant cette conversation et confirmait même ce qu’il pensait d’elle.


Reducio
Fin du rpg.

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

Pv  Sombres nouvelles. 

Lorsque Kristen entendit la réplique de Miles, son opinion sur sa personne manqua presque de s’adoucir. Elle se dit que finalement, elle ne pouvait pas lui en vouloir d’être comme il était : c’était simplement un enfant. Il réagissait aux critiques – pourtant justifiées, car l’affaire était grave et concernait la sécurité de Poudlard et donc de centaines d’élèves – d’une façon démesurée, comme un gamin qui n’accepte pas la réprimande. Elle qui avait passé des nuits entières à tourner autour de Poudlard, lançant des sortilèges de protection en tous sens, elle qui, quoi qu’on puisse penser d’elle et quoi qu’elle laisse paraître, tenait à faire son travail parfaitement, veillant au bien-être des élèves dans l’école, était à présent probablement détestée par un petit jouvenceau trop susceptible.

Elle se serait volontiers retournée pour conseiller au professeur de Métamorphose de s’en aller, dans ce cas, que son départ ne serait pas une grande perte, au vu de la bonne volonté qu’il mettait à vouloir protéger l’école. Mais tel un enfant en colère, il avait prononcé son insulte, ses mots probablement mûrement réfléchis, avant de prendre la fuite pour éviter de se prendre en pleine figure la colère qu’il pensait avoir déclenchée. Un lionceau qui essaye de rugir et qui s'éloigne la queue entre les jambes.

Kristen observa la tour vide et soupira à nouveau. Elle murmura entre ses dents, simplement pour elle-même :


« A-t-il oublié de grandir… »

C’était son travail, de se mêler des affaires des « stupides anglais », aussi longtemps que ces affaires pouvaient toucher à Poudlard. Après tout, cet homme – si l’on pouvait dire – n’était pas un Gryffondor pour rien : il avait hérité non pas de leurs qualités, mais de leur inconscience, leur susceptibilité et leur sang-chaud. Tout ce que Kristen avait toujours exécré chez ses camarades de Maison.

La directrice se tourna vers l'horizon une fois de plus. Allait-elle devoir virer ce professeur qui n'avait pas la patience de faire son travail ? S’il ne s’intéressait pas aux affaires de Poudlard, il n’avait rien à faire là. Il pourrait bien retourner vaquer à ses propres occupations, ses petites affaires qui ne concernaient que lui et qui étaient sans doute bien plus intéressantes, oh, oui. Elle réfléchit sérieusement à cette question, pensant que quelqu’un comme Miles Ainsworth n’avait rien à faire en tant que professeur à Poudlard, s’il n’était pas prêt à s’impliquer plus que cela, quitte à se prendre quelques réprimandes de celle qui était – tout de même – sa boss. Le renvoi serait, en ce cas, absolument justifié. On n'avait pas besoin que dans une école, même les professeurs, figures d' "autorité" se comportent comme des gosses pourris gâtés.

Mais non, inutile de le renvoyer. Il n’existait déjà plus pour Kristen, et elle n’aurait de toute façon pas besoin de lui, comme elle n’avait jamais eu besoin de personne. Pas de paperasse inutile pour son renvoi, et si Miles était déjà trop faible pour supporter la critique, il ferait son temps bien vite.

Kristen soupira à nouveau et transplana jusque dans son bureau.



Reducio
RPG terminé pour moi aussi.

Get blazed, get blazed
And we raise a glass for the end of days